Part faire du karting avec Robotnik (Sonic & Sega All-Stars Racing)

Part faire du karting avec Robotnik (Sonic & Sega All-Stars Racing)

Youpi, je reçois Sonic Generations dans la semaine, c’est la joie et le bonheur sur Terre et dans mon coeur… alors pendant que tout le monde se paluche sur le dernier né de la saga Sonic qui a l’air de briser en pièces le Sonic Cycle, je vais évoquer très vite Sonic & Sega All-Star Racing que j’ai eu l’occasion de parcourir de fond en comble cet été.

A bien y réfléchir, si il y’a un truc sur lequel la Wii supplante la PS3 et la 360 c’est les possibilités offertes pour du jeu vidéo de qualité en multijoueur local. Alors ok on peut jouer en local à une tripotée de FPS, de simulations automobiles, des jeux de bastons, des PES/FIFA ou des puzzle games achetés pour rien sur le XBLA mais il manque LE jeu qui, comme un Mario Kart, possède ce fun instantané, celui qui peut satisfaire aussi bien le hardcore exigeant qui veut se la péter que la petite copine de celui-ci qui joue à un jeu toutes les trente ères glaciaires. J’ai toujours été étonné de constater, par exemple, qu’il n’y avait juste AUCUN équivalent « nouvelle génération » à un Mario Party. Que ce soit en popularité ou en accessibilité. Il faut se tourner vers Kinect ou le Move pour ça ! Mais ça commence déjà à demander trop d’investissements ! Alors que Mario Kart ou Mario Party, 4 manettes, clac, c’est bon.

Alors ok, ça peut être impressionnant de s’attaquer à un monument comme Mario Kart mais je suis surpris que personne n’essaie de s’attaquer à un marché qui est, sur consoles nouvelle-génération, vierge. Et puis crotte, rappellons que le meilleur « Mario Kart-like »… et bah c’est Crash Team Racing sur Playstation ! On peut battre Mario Kart. Enfin, on ne peut pas non plus nier que Sega essaie. Après avoir fourni en 2008 Sega Superstars Tennis qui réussissait à être à la fois accessible et technique tout en restant incroyablement mal terminé (difficulté mal calibrée), ils s’essayaient voilà plus d’un an au jeu de karting avec items et tout le bordel en proposant au monde Sonic & Sega All-Stars Racing.

SonicSegaRacing02.jpg
Une Sonic-maid par Manjiro.

Très vite, ce qui charme le plus quand on lance le jeu c’est les graphismes. C’est coloré, c’est joli, c’est fluide, c’est techniquement bien fichu. Il y’a une vraie personnalité graphique ici, adaptée à chaque fois aux univers traversés dans le jeu. En plus d’avoir des graphismes riches, ceux-ci restent lisibles et ne nuisent pas au confort du jeu. Puis ensuite, après avoir vu le jeu, on commence à l’entendre et là dessus pour peu que vous ayez désactivé d’office l’horrible commentateur, vous avez le droit à un joli melting-pot des musiques les plus emblématiques de l’univers Sega. Bref, dans la forme le jeu est incroyablement séduisant et un plaisir pour les yeux et les oreilles. Et là dessus on ne peut que saluer l’excellent travail des mecs de chez Sumo Digital qui ont fait en sorte que quiconque ait un jour apprécié du Sega se sente un peu chez lui.

Car même si le jeu s’axe principalement sur l’univers Sonic – au point de reléguer Sega à la deuxième place dans le titre du jeu -, il y’a vraiment du bon gros fanservice pour tous les nostalgiques de la Master System et de la Megadrive, voire de l’age d’or de l’arcade pour la marque japonaise, avec un énorme choix de personnages, dont certains extrêmement surprenants – la présence du héros de Shenmue semble prouver que Sega n’en veut pas trop à cette saga de l’avoir ruiné un chouia. A coté de ça on peut jouer Ulala, les Bonaza Bros, des combattants de Virtua Fighter… il manque juste Toe-Jam & Earl quoi. Et Ecco le dauphin. Enfin bref, fantasme de fanboy là.

A coté de ça, nous avons divers modes de jeu assez classiques mais qui font leurs preuves: des coupes à gagner, du contre la monde pour niquer vos amis sur les leaderboards, du online pour niquer des inconnus ou se faire niquer par des inconnus, une boutique pour dépenser vos points obtenus en jeu contre des nouveaux persos, circuits ou musiques et enfin la présence d’une agréable mode challenge, où vous devez remplir plus d’une cinquantaine de missions, à la difficulté évidemment graduelle – la dernière mission m’ayant un peu fait rager. Cette dernière mode reste tout de même assez intéressante, avec certains challenges assez disputés et d’autres extrêmement funs (celui où on doit dégommer un zombie géant) qui changent un peu la manière de jouer. Bref, un bon contenu.

Mais alors, où est le piège ? Tout semble très bien dit comme ça ? Mais que manque t-il vraiment au jeu ?

SonicSegaRacing03.jpg
Et bah il lui manque des bons circuits. C’est bête mais c’est quelque chose de primordial. La saga Mario Kart est à ce titre une référence: certes le jeu n’amène à chaque fois que seize circuits vraiment inédits, mais ces circuits sont tous extrêmement travaillés, extrêmement détaillés et ouvrent énormément de possibilités, d’obstacles et d’éléments qui rendent chaque partie fun, quelque soit le circuit choisi – même si bon ça empêche pas les gros relous comme moi de spammer le château de Bowser en multi quelque soit le Mario Kart joué. Et même si on se fiche du tracé, on ne peut que constater que chaque circuit de Mario Kart à sa propre personnalité, son propre univers et décor. Mais dans Sonic & Sega All-Star Racing, on ne sent que trop que les circuits ont été pensés en dernier – si on part du principe qu’ils ont été pensés…

Déjà première déception: chaque décor du jeu sert trois fois. Grosso modo on a 24 circuits mais 8 véritables « décors » – c’est à dire jeux qui s’en inspirent. Comptez en tout 3 décors Sonic (Plage / Casino / Eggman) et uniquement des circuits provenant de House of the Dead, Samba de Amigo, Jet Set Radio, Billy Hatcher et Super Monkey Ball. C’est décevant car ça ferme d’amblée la porte à l’immense majorité de la ludothèque Sega. Pas de circuit Shen Mue, pas de circuit Space Channel, pas de circuit Fantasy Zone… Je sais pas, ça aurait pu être très cool d’avoir, par exemple, un circuit aux couleurs de la saga Ecco ! Et même c’est triste de résumer l’univers Sonic aux plages et aux casinos alors qu’un circuit Sky Sanctuary aurait pu avoir de la gueule ! Mais non, on sent que les développeurs avaient pas le temps de faire plus de décors que ça. Bon certes chaque circuit amène ses petites particularités au niveau du décor pour pas donner l’impression de faire tout le temps la même chose, mais dieu quel gâchis !

Mais la plus grosse déception c’est surtout que les circuits ne sont absolument pas intéressants à parcourir, si on excepte quelques tracés sauvables mais qui restent en minorité! 24 circuits mais seulement 7 ou 8 sont vraiment bons, les autres n’ayant juste aucun véritable interêt et pouvant être parcourus sans jamais demander une moindre once de technique. Pourtant il suffit de regarder les circuits Super Monkey Ball et certains circuits de la fin du jeu pour voir que les mecs avaient le talent nécessaire pour faire des vrais circuits mais non, on se tape une bonne quantité de trucs mal inspirés et qui se rapprochent plus d’ovales avec quelques obstacles négligeables et peu inventifs. Bref, il est terrifiant que dans un tel jeu, on s’emmerde sur la majorité des circuits.

Et puis voilà, les items du jeu sont mal fichus. Pourtant il suffisait de recopier presque tel quel ceux de Mario Kart pour avoir bon mais non, les items ont été mal pensés… Exemple con: l’équivalent aux bananes (ici des mines) explosent automatiquement passé un certain temps ! Où est l’interêt comparé à des bananes de Mario Kart qui restent en permanence sur le circuit et dont l’interêt était justement de les voir s’accumuler au fur et à mesure des tours, rendant la piste de plus en plus dangereuse ? Et plus généralement, les items sont quasi inoffensifs ! On s’en prend un dans la trogne ? On se tape un petit tête à queue et hop ni vu ni connu on doit perdre juste rien… A quoi bon mettre des items si ceux-ci ne font pas vraiment mal ? Alors il reste des bonnes idées: la plupart des attaques « personnelles » des personnages sont super intéressantes entre autres grâce à un gameplay souvent inédit ou bien super missile qu’on doit déclencher à distance est une très bonne idée. Mais là aussi pour quelques très bonnes idées, on a des trucs terriblement inoffensifs ou qui perdent tout leur piquant par rapport à l’équivalent Mario Kart. Surtout que les rares items vraiment cools sont utilisables et chopables qu’une fois au fond du peleton et, étant donné que l’IA est ultra gentille, on y est très rarement.

SonicSegaRacing01.jpg

Enfin, le bon côté c’est que du coup on doit beaucoup plus compter sur le gameplay du jeu et force est de constater qu’il est agréable. Très bourrin dans l’esprit mais très agréable. Comme d’habitude on peut choper des turbos en dérapant (et on finit par déraper un peu tout le temps) et ça se fait très bien, surtout parce que les circuits sont super permissifs au niveau des dérapages (ce qui contribue justement à leur manque d’interêt, chaque virage étant à peu près le même) donc du coup on peut se lâcher et s’éclater.

BREF. Sonic & Sega All-Star Racing est un BON jeu mais qui aurait pu être encore meilleur. Je pense néanmoins qu’il peut totalement remplir son office en multijoueur local mais qu’il reste beaucoup trop en déça d’un Mario Kart pour accéder au même rang de classique que lui. La preuve: un an et demi après sa sortie, est-ce qu’on entend encore beaucoup parler de ce jeu ? Humm… Enfin, vu l’absence de concurrence sur ce support, parce qu’il est quand même fun sur les circuits bien fichus et vu qu’on le trouve aujourd’hui à un prix qui fait rire, je pense qu’il mérite une chance.

Mais c’est terrible parce que le potentiel est là, parce que parfois les mecs de Sumo Digital nous montrent qu’ils sont pas des manchots, mais que le jeu y aurait terriblement gagner à avoir beaucoup plus de temps et de moyens. Car ça aurait permis plus de décors, des meilleurs tracés et des meilleurs items. Ces trois points sont vraiment ce qui handicape considérablement le jeu et l’empêche de vraiment s’envoler. Ce sont à première vue des détails mais force est de constater que plus on y joue, plus on constate leur importance.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

6 réactions au sujet de « Part faire du karting avec Robotnik (Sonic & Sega All-Stars Racing) »

  1. Ouais. L’idée d’un gros cadeau faits aux bons vieux fans de Sega avec le gros marqueur Sonic dessus afin de rassurer la mère de famille en lui présentant une figure connue- peut-être. Même si l’article met beaucoup le doigt sur le côté non achevé du jeu, je dois avouer que ça donne envie, surtout que bon, je ne suis pas vraiment un fan de Mario.
    Au moins, on peut se dire pour se consoler que l’idée est là, et que la prochaine fois, on aura peut-être un peu mieux. On peut dire qu’on a eu droit à ça de la part de Sega récemment en ce qui concerne Sonic.

    Par contre j’espère qu’il y a Ristar qui franchement le mérite plus qu’un petit peu :< Nous coller Shadow et pas Ristar, c’est un petit peu… indigne, m’voyez.

  2. DLC dont je me disais « cool il amène un nouveau circuit ! Peut-être un nouveau décor ! »

    Bah non Death Egg. Un circuit en plus pour la thématique Eggman qui est sans doute la thématique la plus naze du jeu. Youpiiiiii. Le tout avec un personnage que je peux pas supporter (parce qu’il est moins bien que MECHA Sonic.)

    (heureusement que je l’ai pas acheté et que je me suis contenté d’une vidéo youtube.)

  3. Tu évoques le décor comme un défaut juste après avoir mentionné le « faible » nombre de circuits dans Mario Kart, or ceux-ci sont toujours les mêmes. J’avais kiffé Street Racer (notamment en 4-8 joueurs qui reste pour moi une référence) et pourtant le jeu ne proposait que 8 décors pour 24 circuits, 3 tracés pour chaque monde en fait. Ça reste accessoire par rapport au circuit en lui même, bien que ça apporte en effet toujours son petit plus.

    Là j’ai l’impression en fait de voir un Smash Bros mal, mal exploité malgré un excellent concept. Les mondes se sont d’ailleurs fournis avec les volets suivants, ce qui est un must vu que l’OST l’accompagne.

  4. Street Racer le faible nombre de décors ne me dérange pas parce que la console ne permettait pas d’en stocker beaucoup plus – Mario Kart SNES recycle beaucoup les décors aussi si on se souvient bien. Par contre, sur un jeu 360 non, t’as les moyens de faire plus de thématiques et plus de choses, quand même. Pas de te contenter de douze décors et de faire sa feignasse pour en faire plus :P.

N'hésitez pas à commenter l'article~