Bilan 2016 du Shonen Jump, l’heure du ménage

Bilan 2016 du Shonen Jump, l’heure du ménage

Après vous avoir fait le coup l’année dernière, on est reparti pour un second bilan de l’activité du Shonen Jump, cette fois-ci couvrant tout ce qui s’est déroulé en 2016 dans le magazine. Une grosse année car, vous le savez sans doute un peu si vous suivez l’actualité du monde du manga, l’actualité a été chargée pour le magazine qui s’est débarrassé de beaucoup de ses plus grosses séries ! Un changement radical par rapport à une année 2015 qui, souvenez-vous, avait été extrêmement tranquille et plaçait le Jump dans une situation bizarre où il y’avait peu de séries « inutiles », où toutes trouvaient le succès quelque part, et permettait au magazine de fournir à la Shueisha un bon paquet de titres vendeurs et populaires.

On aurait pu donc croire que le Jump allait rester à la cool, se contentant de se laisser porter par ses gros hits historiques sauf que non ils ont tout envoyés valser, ont mis fin à cinq grosses séries, se préparent également à conclure Gintama et après ça on va arriver à une situation étrange où les deux plus vieilles séries régulières du magazine seront One Piece (1997) et… Haikyuu (2012) ! Bref, la génération dorée des années 2000, qu’on pouvait résumer schématiquement par le quatuor Naruto/Bleach/Gintama/Toriko, est bel et bien terminée, et le Jump semble vouloir aller ailleurs ? Mais la vraie question c’est… où ?

Ce bilan reprendra plus ou moins le même plan que l’an dernier: on reviendra sur toutes les séries parues cette année dans le magazine, on commentera leur présent (popularité dans le magazine et ventes des tomes reliés)et on pronostiquera leur avenir. Sur ce, allons y !

Notes:

  • Rappel: j’ai écrit un article pour expliquer comment on juge la popularité d’une série dans le Jump en se basant sur les sommaires.
  • L’année 2016 éditoriale du Jump va de décembre 2015 à novembre 2016. Par exemple le dernier numéro en date, sorti la semaine dernière, c’était le 2017.2/3. 
  • Même si le dernier numéro de l’année est le 2016.52, il n’y a pas eu 52 numéros du Jump en 2015: il y’a aussi eu quatre numéros double. Ils ne sont même pas double en taille, juste qu’ils couvrent plusieurs semaines (c’est lié à Noël, au Nouvel An, à la Golden Week et à la première semaine d’août, qui correspond aux vacances d’été.) Ca fait un total de 48 numéros, en réalité. 
  • Changement par rapport à 2015: j’ai retiré les graphiques liés aux chiffres de ventes en première semaine. Ceux-ci m’apparaissaient finalement peu pertinents. Pour les ventes, désormais, je me contenterais de signaler les ventes en première semaine du dernier tome en date et, si la série est classée dans le top 30 annuel Oricon, je me chargerais de donner le nombre de volumes vendus dans l’ensemble de l’année.
  • J’ai décidé, également, pour les graphiques de popularité, de revenir à une méthode simple: celle de la place dans le sommaire. Pas de ranking « pure » comme l’année dernière, qui compliquait beaucoup les choses et ne me paraissait pas si pertinent que ça. Néanmoins vous noterez que certains chapitres sont en verts sur les graphiques: cela veut dire que le chapitre en question bénéficie d’une page couleur ou est en couverture du magazine, ce qui veut dire que le chapitre en question n’a pas un classement pertinent vis à vis de sa popularité mais qu’il est placé éditorialement à cette position (vu qu’on peut pas mettre des pages couleurs n’importe où dans un magazine papier et que les pages couleurs sont là pour « aider » un manga à se faire remarquer, donc c’est quelque chose que les éditeurs choisissent.)
  • Le plus important à retenir: la vraie « première place » est la seconde sur les graphiques. Car sur ces graphiques, la première revient toujours à la série qui est en couverture, ce qui ne témoigne pas – forcément – de la popularité concrète de la série. 
  • Toujours sur le code couleur des graphiques: Rouge veut dire que la série est clôturée à ce chapitre, Bleu veut dire que la série part en hiatus à partir de ce chapitre.
  • J’ai volontairement mis Boruto de côté dans l’article. La série est trop… particulière pour ça (publication mensuelle, toujours des pages couleurs, ventes irrégulières, statut de spin-off…)
  • Cliquez sur les graphiques pour les afficher dans leur taille réelle. Ca les rendra plus lisible, c’est fait pour ça !

Voilà, dit comme ça ça paraît indigeste et incompréhensible mais vous allez voir, on va commencer tout de suite et vous allez vite comprendre. 

 

C’est le top !

One Piece

Eiichiro Oda

Débuté en Août 1997 (1997.34)

couvertures pour un total de 10 numéros avec pages couleurs. La série a été absente de 9 numéros.

tomes sortis en 2016 (du 80 au 83)

Ventes en première semaine du tome 83: 1,631,659 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: 1ère place avec 12,314,326 exemplaires vendus. (En 2015: 1er / 14,102,521 exemplaires vendus)

Rappel des prévisions 2015: « Toujours le n°1 en tout, vraisemblablement. »

Comment la série se porte ? Bon, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise. One Piece reste One Piece. Le mastodonte indéboulonnable. Populaire, adoré, qui se vend par palettes entières. Le film GOLD a été un succès, la série continue à cartonner à l’archipel et à l’international, n’en jetez plus, y’a rien de vraiment neuf à dire et la série va pouvoir aborder sa vingtième année d’existence le coeur léger car il est toujours le bateau-amiral de sa flotte.

Prévisions pour 2017: Toujours le n°1 en tout, vraisemblablement. 

 

Haikyuu

Haruichi Furudate

Débuté en Février 2012 (2012.12)

couvertures pour un total de 12 numéros avec pages couleurs. 

tomes sortis en 2016 (du 19 au 24)

Ventes en première semaine du tome 24: 282,363 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: 5ème place avec 6,474,394 exemplaires vendus. (En 2015: 6e / 6,531,508 exemplaires vendus)

Rappel des prévisions 2015: « Ça devrait rester stable aussi bien en terme de ventes que de popularité. Avec un peu de pot, le match actuel PRENDRA ENFIN FIN. » 

Comment la série se porte ? Bah écoutez, toujours très bien. Les deux saisons de l’animé ont participés à maintenir la haute popularité de la franchise, et ce même si ça a été transféré à des horaires de nuit quand la première série était diffusée le dimanche après-midi. Le gros match a pris fin, on est passé sur un arc plus posé à base d’entraînement et de préparation, ce qui habituellement dans les mangas de sports amène un déclin en popularité, déclin qui ne se retrouve pas vraiment ici. En bref, Haikyuu s’impose bel et bien comme la série sportive forte des années 2010 pour le Jump.  

Prévisions pour 2017: 2017 devrait être la première année depuis 2014 où Haikyuu ne bénéficiera pas d’une adaptation animée, faute de contenu suffisant pour permettre une quatrième saison de 13 épisodes. Il faudra voir si ça entraîne une chute réelle des ventes mais vu le fandom très large de la série, les dégats devraient être largement atténués.

My Hero Academia

Kohei Horikoshi

Débuté en Juillet 2014 (2014.32)

couvertures pour un total de 10 numéros avec pages couleurs. 

tomes sortis en 2016 (du 7 au 11)

Ventes en première semaine du tome 11: 203,825 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: 7ème place avec 5,114,916 exemplaires vendus. (En 2015: 27e / 2,190,845 exemplaires vendus)

Rappel des prévisions 2015: « L’anime devrait faire exploser les ventes, surtout vu le staff derrière: j’espère voir la série tout en haut des charts Oricon. »

Comment la série se porte ? La bonne nouvelle c’est que y’a indubitablement eu un boost des ventes liés à l’animé, avec des ventes qui ont doublées en un an, permettant ainsi à la série d’entrer dans le précieux top 10 des ventes. La mauvaise nouvelle, c’est que l’adaptation animée a fait des audiences catastrophiques, malgré un créneau horaire de diffusion qui était excellent (le fameux créneau Nichigô du dimanche après-midi, qui avait beaucoup réussi à Haikyuu en 2014.)  Du coup, ce boost aurait pu et aurait même du être meilleur.

Maintenant, faut pas paniquer car la popularité du manga est très solide, elle truste vraiment les tops 5, elle bénéficie d’un fort support éditorial et elle cartonne déjà à l’international, comme le démarrage français a su le prouver.  Hero Academia a donc un avenir doré mais il y’a eu en 2016 un rendez-vous manqué qui aurait sans doute permis à la série d’atteindre encore un niveau supérieur. Dommage quand en 2016 ce manga a encore prouvé de multiples fois durant sa publication son excellence.

Prévisions pour 2017:  La seconde saison de l’animé ne réparera rien, et My Hero Academia devrait s’installer solidement en 3e place, dans l’ombre de Haikyuu

Les jeunes premiers prometteurs

Black Clover

Yuki Tabata

Débuté en Février 2015 (2015.12)

couvertures pour un total de 12 numéros avec pages couleurs. 

6 tomes sortis en 2016 (du 4 au 9)

Ventes en première semaine du tome 9: 59,814 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: Non classé. (En 2015: non classé)

Rappel des prévisions 2015: « Prévision plus osée mais totalement crédible à mes yeux: y’aura un animé Black Clover à l’automne 2016. Et la série sortira en France à ce moment-là. »

Comment la série se porte ? La Shueisha a grave confiance en elle, semblerait-il. Très souvent mise en avant par le biais de couv et de pages couleurs, la série va à peine fêter sa seconde année qu’elle a appris à truster les tops 5 de popularité, ce qui est un bon signe pour la suite. Le seul bémol c’est que les ventes restent honnêtes et ne semblent pas franchir le palier suivant, ce qui donnerait au titre une aura tout de suite plus remarquable.

L’animé est prévu pour l’année prochaine, donc c’est une autre bonne nouvelle. Dommage par contre que le manga a fait ses débuts en France à peine quelques mois après les débuts de My Hero Academia et, surtout, de Platinum End que Kazé Manga a méga privilégié dans sa com, quitte à sacrifier celle de Black Clover.

 Prévisions pour 2017: Comme d’hab, l’adaptation animée va beaucoup jouer. Tant qu’on a pas les infos sur l’horaire de diffusion et le format de la série (13 épisodes à la Hero Academia ? 75 épisodes et des fillers à la World Trigger ?), ça va être dur de pouvoir estimer quelle sera la puissance du boost. Dans tous les cas, Black Clover devrait assurément enfin faire ses débuts dans le top 30 Oricon. 

Yakusoku no Neverland

Posuka Demizu, Kaiu Shirai

Débuté en Juillet 2016 (2016.35)

couverture pour un total de numéros avec pages couleurs. 

tome sorti en 2016 (1)

Ventes en première semaine du tome 1: 24,380

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: Non classé. (En 2015: n’existait pas)

Comment la série se porte ? Le premier chapitre s’est pas mal fait remarquer à l’époque et à raison tant il pose bien l’univers et offre une conclusion mémorable à ses lecteurs. La qualité des illustrations couleurs a également pas mal contribué à mettre la série sur les radars de tout le monde, merci le trait de Posuka Demizu, ancien illustrateur spécialisé qui ici peut se lâcher et envoyer du bois, comme on dit chez nous.

Après 17 chapitres, dire que la série va vraiment devenir un gros hit reste encore risqué mais franchement, tout est là: la série commence à décoller dans les classements de popularité, le soutien éditorial semble là avec deux pages couleurs en huit numéros et niveaux ventes le tome 1 est très intéressant car si il a démarré avec 24 380 exemplaires en première semaine (un chiffre moyen-bof)… il s’est fait pardonné en faisant mieux la semaine d’après (autour de 25 500 ex.) J’attends les chiffres en troisième semaine mais si le manga réussit la perf de taper les 70 000ex en 3 semaines pour son tome 1, bah y’aura manifestement quelque chose qui se passe.

Ah et, vous vous en doutez, en Occident ça se bat déjà de partout pour avoir la licence. Viz Media s’est empressé de mettre le manga dans son édition US et, en France, un sacré paquet d’éditeurs sont sur le créneau. Bref si après seulement une quinzaine de chapitres on en est là, où on en sera dans un an ?

Prévisions pour 2017: La série devrait devenir une habituée du top 5, se taper des très bons chiffres de ventes à chaque nouveau tome – ptet même déjà s’installer dans le top 30 annuel de l’Oricon allez soyons fous -et annoncer fin 2017 un animé pour 2018. 

(Ou alors elle fera un plot twist foireux quand les gamins seront sortis de l’orphelinat, tout le monde va se dé-hyper d’un coup et la série va exploser plus vite que Toriko en son temps.)

Yuragi-sou no Yuuna-san

Débuté en Février 2016 (2016.10)

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 1 au 4)

Ventes en première semaine du tome 4: 57,655 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: Non classé. (En 2015: n’existait pas)

Comment la série se porte ? Quand le tome 1 se vend à environ 100 000 exemplaires dans les deux mois qui suivent la sortie, on peut dire que ça se porte très très bien. C’est un meilleur démarrage que, par exemple, My Hero Academia y’a deux ans et demi.

Je vais être honnête, quand j’ai vu la série arriver j’ai cru qu’elle était déjà morte-née: le chapitre 1 était pas très drôle, la censure trop présente, le setting peu original et, surtout, les comédies érotiques dans le Jump c’est un genre qui ne marche plus depuis la fin de To Love Trouble fin des années 2000. Beaucoup s’y sont essayés, la totalité se sont fait défoncer et sont partis au bout de vingt chapitres max. Je croyais que les séries 1000% fanservice dans le Jump c’était fini. Mais qu’est-ce qui explique ce succès alors que ce n’est, fatalement, qu’une comédie érotique de plus ?

Bah les tétons présents dans le volume relié. Et, plus largement, le fait que le dessinateur a un sacré coup de patte et diversifie énormément les situations à chaque chapitre ! La grande variété de personnages et de scènes a ainsi beaucoup contribué à élever la sérieBref, dans tous les cas, la série démarre mieux que To Love Trouble et je croyais pas ça possible un jour.

Prévisions pour 2017: En tant que nouvelle série-ecchi-phare-du-magazine, elle devrait vivre le destin habituel des séries-ecchi-phares-du-magazine: glisser doucement mais sûrement en bas des sondages de popularité, s’habituer au bottom 5 mais vendre des volumes reliés par cartons entiers en contrepartie. A priori.

C’est bien, mais…

Food Wars: Shokugeki no Sôma

Yuto Tsukada, Shun Saeki

Débuté en Novembre 2012 (2012.52)

couvertures pour un total de 11 numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 16 au 21)

Ventes en première semaine du tome 21: 162,169 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: 10ème place avec 3,477,128 exemplaires vendus. (En 2015: 7e / 4,321,830 exemplaires vendus)

Rappel des prévisions 2015:  » La série va quitter le top 10 Oricon parce que la seconde saison va pas recruter grand monde. Mais je pense pas que la série a énormément à s’inquiéter, elle s’est lancée dans un arc ambitieux. »

Comment la série se porte ? Eeeeh, elle est restée dans le top 10 Oricon, c’est déjà pas mal. Donc niveau ventes ça reste très solide. Ok ça s’effrite mais la série reste la quatrième vente du magazine. Non, en vrai, faut qu’on parle sérieusement d’un truc: le classement de popularité de la série est inquiétant. En 2015, Sôma était la cinquième série la plus souvent présente dans le top 5 avec près de 28 apparitions en un an, et une quantité large de pages couleurs et couvertures. En 2016, elle n’a plus été qu’une dizaine de fois dans le top, et la Shueisha, depuis la moitié de l’année et la diffusion de la seconde saison, commence à radiner grave sur les pages couleurs et les couvertures. 

Du coup la série commence un peu trop à s’installer dans le ventre mou, et s’est même permis quelques passages dans le fond du sommaire. C’est pas encourageant.

Alors, du coup, pourquoi un manga qui était bien huilé commence à perdre du terrain ? Si je peux me permettre d’être honnête je pense que c’est simplement parce que… la « formule » Food Wars commence à montrer ses limites. En début d’année, la série avait essayée de se redynamiser en se lançant dans un arc très ambitieux, à partir duquel chaque combat de cuisine pourrait avoir des enjeux importants. Un set-up intéressant… qui n’a pas débouché sur un changement complet de la recette. Et je dois avouer, à titre personnel, avoir été très déçu de voir les conséquences d’un Shokugeki être complètement ignoré en une phrase dès le chapitre suivant, ce qui m’a un peu fait perdre confiance en l’écriture de la série.

Bref, voilà un cas typique où une série paie une baisse de qualité où un manque de renouvellement.

Prévisions pour 2017: Je veux pas avoir l’air parano mais je suis à peu près convaincu que là, les deux auteurs posent dans les derniers chapitres en date des germes pour un… fuckin’ arc final. Du coup je commence à me dire que la fin de Food Wars en 2017 c’est pas impossible. Après, je peux sans doute suranalyser mais c’est vraiment la première année où je me dis que Food Wars ne pourrait pas survivre. C’est un peu… bizarre.

Gintama

Hideaki Sorachi

Début en Décembre 2003 (2004.02)

couvertures pour un total de numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 62 au 66)

Ventes en première semaine du tome 66: 110,705 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: 19ème place avec 2,231,751 exemplaires vendus. (En 2015: 23e / 2,642,690 exemplaires vendus)

Rappel des prévisions 2015:  » La série est entrée dans son arc final, l’auteur l’a confirmé, donc une fin pendant l’automne est loin d’être improbable. »

Comment la série se porte ? Les ventes sont stables, l’animé est populaire, l’animé revient et dans le sommaire, la série est un putain de yo yo qui ne sait pas si il doit être dans le haut du sommaire où tout en bas. TU CROIS QUE C’EST UN JEU, GINTOKI ?

Prévisions pour 2017: ♪ This is the end, beautiful friend, this is the end, my only friend, the end ♪ 

La fin est de plus en plus proche, mais par contre je m’amuserais pas à prédire une date, l’auteur a l’air de vouloir prendre son temps et c’est tant mieux. Une oeuvre si longue mérite une fin non brusquée.

(Mais par contre je vois bien l’animé continuer ad vitam eternam.)

World Trigger

Daisuke Ashihara

Débuté en Février 2013 (2013.11)

couverture pour un total de numéro avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 12 au 17)

Ventes en première semaine du tome 17: 133,843 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: 18ème place avec 2,234,851 exemplaires vendus. (En 2015: 22e / 2,735,269 exemplaires vendus)

Rappel des prévisions 2015: « Tant que la série animée se maintiendra, ça devrait bien se passer pour World Trigger. Je pense qu’elle restera à ce niveau tant que ça continuera. Par contre si les problèmes de santé de l’auteur continue, viendra peut-etre le moment ou se posera la question de faire passer la série dans un autre magazine de la Shueisha, comme D-Gray Man qui était passé dans le Jump SQ il y’a quelques années. »

Comment la série se porte ? La série animée s’est terminée cette année, elle a été dans l’ensemble un très grand succès pour le manga, boostant incroyablement les ventes et permettant aujourd’hui à la série de taper les mêmes scores que Bleach ou Gintama, excusez du peu. Mais le mieux c’est que malgré la fin de l’animé, les ventes n’ont pas connu d’érosion particulière et le public séduit a l’air d’être pret à rester. Dans les classements de popularité, c’est là aussi pas mal le yoyo, ce qui tend à confirmer World Trigger dans son rôle de gros vendeur discret du magazine.

Néanmoins.

La série vient officiellement de partir dans un hiatus de durée indéfinie. On savait la santé de l’auteur déficiente, mais 2016 avait débuté comme une lueur d’espoir avec aucune absence en trente numéros, quand en 2015 World Trigger loupait un numéro sur quatre. Mais, hélàs, le hiatus semble indiquer de mauvaises nouvelles et là pour le coup c’est plus des absences sur un seul numéro… 

Prévisions pour 2017: Je commence sérieusement à douter qu’on revoie beaucoup de World Trigger dans le Jump. Là je repense très fort à un cas similaire – en l’occurrence D-Gray Man  et je me demande si ils ne vont passer le manga dans le Jump Square où le rythme mensuel pourrait bénéficier à l’auteur et à sa régularité.

Dans tous les cas, j’espère le meilleur pour la santé de l’auteur. World Trigger est en plus une vraie chouette série donc on peut qu’espérer une reprise qui se fasse dans les meilleures conditions.

Les discrets

Hinomaru Sumo

Kawada

couverture pour un total de 12 numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 8 au 12)

Ventes en première semaine du tome 12: 21,210 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: Non classé. (En 2015: non classé)

Rappel des prévisions 2015: « Soit la série va commencer à glisser, tomber dans le fond et disparaître. Soit elle va avoir un animé et là tout est relancé. »

Comment la série se porte ? Toujours pas d’animé, lol. Ses ventes sont toujours aussi médiocres mais elle est toujours assez populaire pour survivre, ce qui prouve que sa niche est mince mais qu’elle sait être présente. Comme d’hab, la série a interêt à sans doute donner le meilleur d’elle même pour pas sombrer dans le fond du sommaire trop longtemps et se faire dégager car, hélàs, ce n’est toujours pas les ventes qui la sauveront.

Prévisions pour 2017: Allez, l’animé, on y croit. A part ça, je vois bien la série tenir 2017 sans trop stresser.

Straighten Up: Welcome To Shika High’s Competitive Dance Club

Yokota Takuma

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 2 au 8)

Ventes en première semaine du tome 8: 18,543 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: Non classé. (En 2015: non classé)

Rappel des prévisions 2015: « La série devra redoubler d’efforts pour se maintenir loin du fond du sommaire et, avec un peu de chance, ses ventes devraient progressivement s’envoler. Je pense personnellement qu’elle se maintiendra mais je vais ptet un peu flipper certaines semaines. »

Comment la série se porte ? Mon manga ultra coup de coeur du magazine (et que je vous recommande comme d’habitude de lire et relire) a très bien débuté son année 2016 avec quelques bonnes perfs dans le sommaire, des pages couleurs en veut tu en voilà mais aussi et surtout quelques prix vaillamment récoltés à la sueur de son front, comme le Next Manga Award de NicoNico Douga.

Puis, évidemment, la seconde moitié de 2016 m’a fait… beaucoup plus peur. Les ventes ne décollent vraiment pas (toujours coincé entre 18 000 et 30 000 en première semaine) et la série commence dangereusement à s’habituer à la seconde moitié du sommaire. Donc ça tient sur la corde raide mais ça a bénéficié pas mal du fait que le Jump avait d’autres séries à terminer avant de s’attaquer au plus chou et au plus pur de tous les mangas de danse de l’histoire.

Prévisions pour 2017: La bonne nouvelle, c’est que Straighten Up se classe pour l’instant bien dans les premiers numéros de 2017 (dont une étonnante 3e place) donc, écoutez, je retrouve espoir et je me plais à rêver d’un monde où ce manga survit ardemment à tous les obstacles dans un magazine, est adapté en animé et sort ENFIN en France. 

Mais en vrai, je suis préparé au fait que Straighten Up se stoppera en 2017 mais que, bonne nouvelle, on laissera sans doute à Yokota Takuma le temps de clôturer comme il faut l’histoire. Je pense que lui-même ne s’attendait pas à tenir aussi longtemps, de toute façon.

Kimetsu no Yaiba

Gotouge Koyoharu

Débuté en Février 2016 (2016.11)

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 1 au 4)

Ventes en première semaine du tome 4: 21,815

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: Non classé. (En 2015: non classé)

Comment la série se porte ? La surprise tranquille de cette année, un shonen manga au style visuel très stylisé et très unique qui, malgré un premier chapitre qui envoyait du lourd, a fait un démarrage bien pourri mais a non seulement quand même survécu mais s’est installé tranquillement dans le ventre mou.

Maintenant, aussi bon le manga est, il reste dans la même position maudite que Hinomaru Sumo et Straighten Up: les ventes sont médiocres, mais le fait d’avoir une position correcte en popularité le sauve. Donc dès que le public lâchera l’affaire, on pourra dire adieu. 

Prévisions pour 2017: Là pour le coup je suis incapable de vraiment prédire la direction que ça va prendre, et je risque de devoir me cantonner, fidèle à ma patrie, à une réponse de normand. En gros, la série a 50% de chances de survivre à 2017. Ca dépendra vraiment si le Jump arrive à lancer des trucs plus gros mais dès que le mag aura mis la main sur des nouveaux hits, Kimetsu no Yaiba devrait – avec Straighten Up – faire partie des séries qui vont se manger des coups de hache.

Les comédies 

Summoner no Samon

Shun Numa

Débuté en Septembre 2015 (2015.43)

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 1 au 6)

Ventes en première semaine du tome 6: 28,346 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: Non classé. (En 2015: non classé)

Rappel des prévisions 2015: « En voyant la courbe du classement on pourrait croire que c’est foutu mais la série se classe vraiment bien dans les premiers numéros de 2016, au point d’être actuellement plus populaire que Mononofu. »

Comment la série se porte ? Elle a survécue à Mononofu, est devenue une comédie pure qui se barre dans tous les styles, s’est rétamé dans les classements de popularité quand ça a essayé d’être un poil plus sérieux, a compris l’idée, a refait du Samon, est retourné dans la première moitié du classement et compte y rester.

Prévisions pour 2017:  Là encore on a une série populaire mais qui se vend médiocrement, donc qui a bien interêt à continuer longtemps de divertir son public. Là aussi, c’est un avenir difficile à prédire pour notre ami invocateur un peu connard.

Saiki Kusô no Psi-nan

Shuichi Asô

Débuté en Mai 2012 (2012.24)

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 16 au 19)

Ventes en première semaine du tome 19: 60,716 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: Non classé. (En 2015: non classé)

Rappel des prévisions 2015: « Devrait avoir aucun problème à tenir l’année. »

Comment la série se porte ? L’animé fonctionne bien, le manga fonctionne bien, en Occident on s’en bat, bref l’histoire classique et typique d’une comédie japonaise classique dans le Jump. Le classement fait le yoyo entre le haut et le bas du classement mais, eh, c’est une comédie dans le Jump, les comédies dans le Jump elles font toujours le yoyo.

Prévisions pour 2017: Devrait toujours avoir aucun problème à tenir l’année.

Isobe Isobee Monogatari

Ryô Nakama

Débuté en parution régulière en Octobre 2013 (2013.47)

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 8 au 12)

Ventes en première semaine du tome 1: Non classé dans les ratings Oricon (ventes trop basses)

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: Non classé. (En 2015: non classé)

Rappel des prévisions 2015: « RAS. »

Comment la série se porte ? Comme d’hab avec Isobe: le graphique veut rien dire, la série est toujours en dernière place, c’est fait exprès. Donc ça c’est pas inquiétant. Par contre les ventes elles se cassent tellement la gueule, c’est chaud. On était à 40 000 ventes en première semaine pour le tome 8, là on est arrivé dans des ventes si basses que c’est en dehors des tops Oricon. Je sais pas pourquoi.

Prévisions pour 2017: Si les ventes nulles du tome 12 se confirment, bah Isobe est très mal barré pour 2017. Et si ça répète, c’est foutu. Peut-être sera t-il temps d’introduire un nouveau gag manga court au magazine ?

Les séries qui ont commencées en 2016 (et dépasseront pas le printemps)

 

Ibitsu no Amalgam

Ryô Ishiyama

Débuté en Octobre 2016 (2016.45)

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

Comment la série se porte ? Le démarrage de la série était… intriguant. Avec beaucoup de classements dans le top 5 du magazine. Sur les 7 premiers chapitres, 6 étaient dans ce fichu top 5 et pour avoir sous les yeux tous les classements du magazine entre 1997 et 2016 je peux dire que ça n’est jamais arrivé avant. Maintenant les légendes urbaines de l’Internet veulent que les sept premiers chapitres « ça compte pour du beurre » mais, quand même, si l’équipe édito classe les premiers chapitres si haut c’est sans nul doute que le premier chapitre a eu des retours DITHYRAMBIQUES.

Spoiler: non, dès le huitième chapitre ça rejoint le fond.

Spoiler 2: dans les premiers numéros de 2017, Amalgam est toujours à fond dans le fond. 

Du coup je présume que les éditeurs de la Shueisha voulaient voir ce que ça fait si jamais on force un manga tout en haut du sommaire les semaines qui suivent ses débuts ? 

Prévisions pour 2017: Ibitsu no Amalgam était assez gore dans son premier chapitre, ce qui rappelle que le gore dans le Jump, ça fait longtemps qu’on en a pas vu. Si le manga peut toucher la niche de gens qui aiment ça, ptet qu’il survivra. Mais vu qu’elle a plus l’air de lire le magazine, bon, c’est foutu quoi. 

Seishun Heiki Number One

Tomohiro Hasegawa

Débuté en Octobre 2016 (2016.46)

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

Comment la série se porte ? C’est une quatrième comédie dans un magazine déjà un peu surchargé dans le genre donc, sans surprises, c’est déjà dans le fond.

Prévisions pour 2017:  ¯\_(ツ)_/¯

Les fins remarquables

Kochira Katsushikaku Kameari Kouenmae Hashutsujo

Osamu Akimoto

Débuté en Septembre 1976 (1976.42)

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 197 au 200)

Ventes en première semaine du tome 200: 207,024 exemplaires (Chiffres de la Version Limitée ; 245 000 exemplaires vendus en première semaine en additionnant les chiffres de ventes de la version simple.)

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: Non classé. (En 2015: non classé)

Rappel des prévisions 2015: « Ne mourra jamais. »

Comment la série s’est portée ? Ah c’est plutôt dommage, la série aurait pu mieux fonctionner sur la longueur si seulement la Shueisha lui avait mieux donné sa chance et non lol rassurez-vous je fais du sarcasme de merde bien sûr que c’est une oeuvre cultissime au Japon qui aura vécu 40 ans dans le Jump sans la moindre pause, interruption où numéro manqué. Je croyais sincèrement que la série allait se terminer éventuellement lors de la mort de l’auteur. Je dis bien « éventuellement » car même dans ce cas de figure, la série aurait pu être reprise par un autre auteur vu le statut de l’oeuvre dans le magazine. 

Je pense que la fin avait été décidée y’a longtemps mais que ça a été un secret très bien gardé. C’est vrai que le double anniversaire de la sortie du dernier tome (le jour des 40 ans de la série + le 200e tome, qui sont deux milestones impressionnants) nécessitait une célébration bien particulière et la fin de la série… est une forme de célébration comme une autre. En tout cas, l’auteur – qui avait 27 ans quand il a commencé la série et en a aujourd’hui 67 – n’est pas spécialement épuisé car il a déjà annoncé vouloir repartir pour une nouvelle série d’ici peu. Et beh.

Note: les ~250 000 ventes en première semaine du tome 200 ne sont pas représentatives du rythme habituel de la série, qui était plus autour de 50 000 / 60 000 en première semaine pour chaque tome. Ces ventes multiplées par 4 témoignent bien du statut particulier de la fin de Kochikame au Japon.

Assassination Classroom

Yuusei Matsui

Débuté en Juillet 2012 (2012.31)

couvertures pour un total de numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 17 au 21)

Ventes en première semaine du tome 21: 544,631 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: 2ème place avec 6,887,192 exemplaires vendus. (En 2015: 4e / 8,605,861 exemplaires vendus)

Rappel des prévisions 2015: « Rares sont les mangas du Jump qui ont la chance de trouver une conclusion naturelle, quitte à quitter le journal en plein apogée… Donc tant que la fin est pas confirmée, j’ose presque pas à y croire. »

Comment la série s’est portée ? Peu de mangas de Jump ont eu une fin aussi réussie sur tous les plans. Non seulement la fin du manga elle-même est parfaite mais elle avait été accompagnée de la fin simultanée de l’animé et du second film live. Un timing parfait pour un manga qui a vécu cinq années très fructueuses dans le magazine, se plaçant tranquillement et solidement en seconde place du Jump, avec des très bonnes ventes et une présence ultra-constante dans le top 5 des sondages de popularité, top 5 que la série n’a loupé qu’à deux ou trois reprises.

Bref, une réussite complète et définitive, public et critique, bravo l’artiste.

Nisekoi

Naoshi Komi

Débuté en Novembre 2011 (2011.47)

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 21 au 25)

Ventes en première semaine du tome 25: 157,830 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: 24ème place avec 1,914,613 exemplaires vendus. (En 2015: 17e / 3,199,971 exemplaires vendus)

Rappel des prévisions 2015: « Je pense sincèrement que Nisekoi se terminera soit fin 2016 soit début 2017.  Le choix final risque donc d’arriver plus vite qu’on le pense et, évidemment, j’espère que à la fin ça sera la #TeamOnodera qui sera récompensée. »

Comment la série s’est portée ? Bon bah finalement c’était durant l’été 2016 que Nisekoi a pris fin. Mais ça n’a pas semblé surprendre Naoshi Komi qui a eu le temps nécessaire pour tout clôturer avant de conclure ce qui est déjà la plus longue comédie romantique de l’histoire d’un magazine habituellement peu enclin à recevoir des romcom qui ne soient pas des festivals de fanservice. 

Le manga aura connu une très belle vie, avec des ventes plus que solides, et une popularité tout à fait honnête jusqu’à 2015 et la fin de la seconde saison, après quoi la série a commencé à s’installer dans le fond des sommaires pour ne plus jamais les quitter, la faute peut-être à l’arc du mariage de Marika qui essayait de mettre plus d’action et de combats, ce qui a peut-être peu convaincu le public cible, qui lisait surtout Nisekoi pour ses chapitres courts et légers. 

J’espère que du coup, maintenant, Naoshi Komi est chaud pour Double Arts 2 ( ͡° ͜ʖ ͡°).

Bleach

Tite Kubo

Débuté en Août 2001 (2001.36/37)

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 71 au 74)

Ventes en première semaine du tome 74: 248,139 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: 17ème place avec 2,253,028 exemplaires vendus. (En 2015: 21e / 2,818,928 exemplaires vendus)

Rappel des prévisions 2015: « Je vois mal Bleach se finir en 2016. Le manga est pas vraiment menacé, tant qu’il continue à bien se vendre, donc vous attendez pas à une fin soudaine et abrupte, ce qui est déjà ça. »

Comment la série s’est porté ? La fin de Bleach est un putain de scandale et je suis ultra vener rien qu’en y repensant. Que Kubo ait été obligé de tout clôturer en dix semaines semble carrément indéniable et la qualité concrète de cette fin en a gravement pâti mais je ne comprends pas pourquoi d’un coup d’un seul la Shueisha s’est dit « allez on stoppe Bleach. » Les ventes étaient les mêmes qu’avant (c’est à dire très bonnes), la popularité du manga dans le mag était la même qu’avant (c’est à dire nullissime) et, le pire du pire, la série fêtait en Août 2016 son QUINZIEME anniversaire. Donc du coup pour célébrer ça, RIEN DE MIEUX QUE DE SOUDAINEMENT DECIDER D’EXECUTER LE MANGA, HEIN.

Oui, l’arc final prenait trop son temps et oui les combats qui duraient 7 à 10 chapitres c’était pénible. Mais putain pour un manga de ce calibre, qui avait une telle longevité et qui a vraiment marqué l’histoire du magazine faut au moins offrir à l’auteur le droit d’offrir une fin qui ne soit pas rushée. Alors depuis on a appris que Kubo était vraiment dans un doute permanent quant à sa volonté de poursuivre le manga et se trouvait en très mauvaise santé depuis maintenant une demie-décennie donc j’imagine que quand on lui a annoncé une fin soudaine il s’est pas fait prier pour sauter sur l’occasion mais je trouve que pour le coup, quatre ou cinq chapitres de plus, ça n’aurait pas été du luxe. 

C’est incompréhensible. C’est vraiment la première fois que je vois un manga auquel je me suis vraiment attaché et que je lisais depuis dix ans se conclure autant n’importe comment et je le vis pas bien. Quelque part, je vous comprends, lecteurs de Shaman King et de EyeShield21. 

Je veux dire, si la Shueisha haïssait autant Bleach, fallait le conclure au tome 50, en pleine apogée, quoi. 

 Toriko

Mitsutoshi Shimabukuro

Débuté en Mai 2008 (2008.25)

couverture pour un total de numéro avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 37 au 42)

Ventes en première semaine du tome 42: 81,552 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: Non classé. (En 2015: non classé)

Rappel des prévisions 2015: « Si je ne vois aucun avenir à long terme pour Toriko, je ne lui prédis pas une fin abrupte et son hémorragie au niveau des ventes devrait cesser pour se stabiliser à un chiffre acceptable. »

Comment la série s’est portée ? Je rappelle que quand le manga s’est lancé en 2008, il était clairement le Chosen One pour la Shueisha, qui en a fait beaucoup trop pour le vendre comme SON nouveau blockbuster: deux couvertures d’affillée, le premier épisode de l’animé qui était un crossover avec One Piece, un lancement international en trombe… 

En 2016, et alors que le manga s’est conclu dans l’anonymat général, dur de vraiment se rappeler de ce lancement qui restera à jamais sans égal dans l’histoire du magazine. Depuis la fin de l’animé, les ventes s’effritaient, et là ou en 2015 je pensais que 2016 verrait les ventes se stabiliser, elles ont continuées à bien méchamment se rétamer. On peut donc dire que Toriko a été la plus longue étoile filante de l’histoire, qu’on a vu se désagréger pendant 8 ans et qui a débuté si haut qu’il ne pouvait que s’écrouler par la suite.

Les séries de 2015 (mortes en 2016)

Mononofu

Haruto Ikezawa

Débuté en Septembre 2015 (2015.41)

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 1 au 5)

Ventes en première semaine du tome 5: Non classé dans les ratings Oricon (ventes trop basses)

Rappel des prévisions 2015: « Gros lancement, bonne mise en avant, classement loin du fond… Mononofu pourrait durer six mois sans problèmes. Par contre au délà de ça c’est un peu flou. »

Comment la série s’est portée ? Elle a durée quatre mois sans problèmes, puis après la Shueisha a vu que malgré sa popularité, ce manga de shôgi se vendait médiocrement (autour de 25 000 en première semaine) donc quand la série a commencée à un peu trop s’habituer au fond du classement, c’est le game over. Voilà une illustration concrète de ce qui attend Hinomaru Sumo, Straighten Up et Kimetsu no Yaiba.

A titre perso, j’ai adoré voir la série se conclure parce que à chaque fois je repense à ce tweet de 2009 de l’auteur qui chouinait sur le fait que le Jump osait « publier des merdasses comme Medaka Box. » Et j’aime voir les ennemis de Medaka Box mourir.

Buddy Strike

KAITO

Débuté en Novembre 2015 (2015.51)

couverture pour un total de numéro avec pages couleur

1 tome sorti en 2016 (one-shot)

Ventes en première semaine du tome 1: Non classé dans les ratings Oricon (ventes trop basses)

Rappel des prévisions 2015: « Si elle dépasse les trois tomes, je serais surpris. Je me base sur rien en disant ça, parce que je peux que me baser sur rien vu qu’on a rien, donc juste sur l’instinct. Juste je le sens pas.  »

Comment la série s’est portée ? C’est… euh… un cas assez rare dans l’histoire du Jump puisque c’est très peu fréquent qu’une série meurt si tôt qu’elle n’a même pas de quoi faire deux tomes. La mort de la série a été décidée ultra rapidement et ça me fait presque chier parce que j’aimais bien Buddy Strike. L’auteur, KAITO, a sans doute usé tout son karma à l’époque de Cross Manage, ce très très cool manga de lacrosse qui avait survécu un an dans le magazine malgré des ventes médiocres et une popularité ultra basse. Mais là ou Cross Manage avait eu la chance d’être dans une période où se terminait des séries à bout de souffle (Medaka Box, Reborn, Kurogane), bah Buddy Strike s’est retrouvé à cette période étrange de début 2016 où la quasi totalité des séries soit se vendaient pas mal soit étaient populaires en diable soit avaient un potentiel encore intéressant à exploiter. Du coup dans cette situation étrange où le Jump pouvait pas virer grand chose, il fallait bien un bouc-émissaire.

Good night, sweet prince.

Nés et morts en 2016: ils ont au moins essayés

Takuan to Batsu no Nichijô Enma-chô

Kentarô Itani

Débuté en Mai 2016 (2016.24)

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

tomes sortis en 2016 (du 1 au 2)

Ventes en première semaine du tome 2: Non classé dans les ratings Oricon (ventes trop basses)

Qu’en dire ? Que c’était laid ? Putain que c’était laid. Pour le reste, c’était un manga de baston vraiment très basique, centré sur un duo qui-se-déteste-mais-qui-va-apprendre-à-s’aimer, un genre décidément très en vogue dans le Jump (salut Haikyuu, salut Black Clover, salut Summoner no Samon.) Pas grand chose de plus à en dire, hélàs.

Love Rush!

Ryôhei Yamamoto

Débuté en Août 2016 (2016.38)

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

1 tome sorti en 2016 (1)

Ventes en première semaine du tome 1: Non classé dans les ratings Oricon (ventes trop basses)

Qu’en dire ? Sortir une nouvelle romcom si tôt après la fin de Nisekoi et alors que Yuragi-sou squatte de manière insolente le haut du créneau romance-ecchi, c’était un pari osé. Le donner à l’auteur de E-Robot qui était une romcom qui s’était déjà bien pétée la gueule en 2015 avec 12 chapitres, c’est encore plus osé mais faut avouer qu’il a un style mignon. En faire une histoire avec des simili monster girls, c’est toujours plus osé mais là pour le coup ça se distingue du reste.

Bon du coup ça n’a pas pris, c’est vite reparti, bon, voilà. Peut-être que c’est arrivé trop tôt.

Red Sprite

Tomohiro Yagi

Débuté en Aout 2016 (2016.39)

couverture pour un total de numéros avec pages couleur

Qu’en dire ? Le premier chapitre de Red Sprite est sorti la semaine suivante le premier chapitre de Neverland et du coup y’a eu un problème: les deux ont un premier chapitre au twist très étrangement similaires (les héros sont dans un orphelinat cool MAIS CA CACHE UN SECRET MEGA GLAUQUE) ce qui du coup choque un peu. Après, Red Sprite lui part du côté de l’action avec un héros-capitaine-de-fuckin-bateau-volant ce qui, sur le papier, vend du rêve à quiconque a joué à Skies of Arcadia. Dans les faits, c’était vaguement mollasson et assez peu inspiré. La série s’est rapidement installée dans le fond, à partir de là c’était qu’une question d’heures et aucun chirurgien n’était dispo pour faire une greffe de temps.

Ils ont débutés en toute fin d’année

Demon’s Plan

Yoshimichi Okamoto

Débuté en Novembre 2016 (2016.51)

2 chapitres en 2016

Qu’en dire ? Le premier chapitre tente d’en raconter tellement en 60 pages que le rythme en pâtit. C’est l’histoire d’un mec qui se fait vaguement trahir par son BFF dans un monde où une élite richissime dégomme la gueule aux pauvres et qui du coup récupère des pouvoirs et part se venger. Enfin, je crois, il se passait trop de choses et j’ai pas tout retenu.

Prévisions pour 2017: Avec seulement 2 chapitres, là c’est très yolo en prévisions. J’aurais tendance à dire que ça prendra pas mais faut voir, la relation entre les deux personnages principaux est certes la seule vraie grosse qualité du premier chapitre mais elle peut être assez solide pour permettre au manga d’exister. 

Ore Galozo

Takamasa Moue

Débuté en Novembre 2016 (2016.52)

1 chapitre en 2016

Qu’en dire ? Un ancien martialiste spécialisé en taekwondo qui décide de devenir footballer, pour le fun.

Prévisions 2016: Étrangement le seul manga de sport a avoir débuté cette année et, honnêtement, je trouve le concept cool et les dessins suffisamment réussis pour espérer voir l’oeuvre trouver sa place. J’ai juste peur que le fait d’avoir un manga sur un sport collectif autant centré sur un seul héros le dessert, parce que les mangas de sports qui marchent dans le Jump reposent toujours sur une équipe. 

Hunter X Hunter

Hunter X Hunter

Yoshihiro Togashi

Débuté en Mars 1998 (1998.14)

couverture pour un total de numéro avec pages couleur

1 tome sorti en 2016 (33)

Ventes en première semaine du tome 33: 650,817 exemplaires

Classement dans le top 30 Oricon de 2016: Non classé. (En 2015: non classé)

Comment la série se porte t-elle ? Avec 1 500 000 de tomes 33 de Hunter X Hunter écoulés en à peine un mois, la série peut se permettre de ne sortir un tome que tous les 5 ans :’D. Bref, comme prévu, Togashi est revenu, a fait sa dizaine de chapitres, est reparti. 

Prévisions prochaine reprise: « Tous les deux ans » semble être devenu son nouveau rythme favori donc, allez, je prends pas de risques, un bon petit « printemps 2018 », allez.

Graphiques variés

Pour le fun. Comme d’hab, n’hésitez pas à cliquer pour létendre l’image et la rendre beaucoup plus lisible.

Nombre de couvertures cette année

 

Comme d’hab, One Piece est extrêmement mis en avant, cette année encore plus autour de la sortie du film One Piece Gold, ce qui est tout à fait logique. Dans le même ordre d’idée, My Hero Academia a eu deux couvertures en mars/avril, autour de la sortie de l’animé. Hasard, coïncidence ? Je ne crois pas.

Nombre de pages couleurs (couvertures non comprises) cette année

Si vous avez besoin d’une preuve concrète que malgré les ventes, la Shueisha croit toujours en Hinomaru Sumo, n’allez pas plus loin.  Se défendent aussi très bien Samon no Summoner et Yuragi-sou no Yuuna-san (mais là faut dire, vu le style de l’auteur, les pages couleurs de Yuragi ça aide à vendre :3c.)

Nombre de « premières places » dans le sommaire

Mis à part Yuragi-sou qui s’est tapé une semaine en guest (une première pour une série érotique dans le Jump du 21e siècle), les séries ayant goûté à la première place sont désormais des noms connus et des habitués. My Hero Academia truste le haut du haut du classement mais, pour être honnête, One Piece a été plus souvent absent du magazine !

Nombre de positionnements dans le top 5 du sommaire 

Quant au top 5, on y voit une quantité plus large de séries. Je note surtout les bonnes perfs de Samon no Summoner et, déjà, de Neverland. 

Classement par ventes du dernier tome en date en première semaine

Ce graphique est évidemment à prendre avec des pincettes parce que, très clairement, selon le mois et la semaine de sortie, tout le monde n’est pas forcément égal (novembre a l’air de faire de meilleures ventes que décembre, par exemple.) Mais si vous voulez une preuve concrète de pourquoi One Piece est indéboullonable, vous l’avez, là.

Classement par ventes du dernier tome en date en première semaine (sans One Piece)

One Piece rendait le graphique précédent ptet un peu trop illisible donc voilà un truc plus ramassé pour vos beaux yeux. 

Et c’est là dessus qu’on va pouvoir conclure ce bilan 2016 du Jump, j’espère que vous l’avez apprécié, que vous avez découvert des choses, des séries, que vous avez eu les infos que vous voulez, et que la lecture vous aura été instructive. Si autant de texte vous a effrayé, vous trouvez une version très succinte en 20mn dans le podcast LOLJAPON et je devrais faire une conf sur ce sujet, peut-être à Japan Expo Sud en février prochain. 

En tout cas, passez de bonnes fêtes, et petit papa Noël, fait que Straighten Up puisse continuer très longtemps à m’apporter tous les bons sentiments dont ce monde manque.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir Amo sur Patreon:

Une réaction au sujet de « Bilan 2016 du Shonen Jump, l’heure du ménage »

N'hésitez pas à commenter l'article~