[Warrior] Écrire des jeux pour des convs: comment, combien de temps, tout ça ?

[Warrior] Écrire des jeux pour des convs: comment, combien de temps, tout ça ?

EcrireQuizz03.jpg
Hakurei Reimu par Takemikaduki.

Bon, Epitanime approche à grands pas, c’est une bonne nouvelle. Mais depuis deux ans maintenant, pour moi ça veut aussi dire du boulot à abattre. Des jeux à préparer, à organiser, et tout le tintouin. Du coup comme là j’ai du temps à perdre au boulot, je vais vous raconter comment à Thalie on fait un jeu. En tout cas comment moi j’en fais un, quelle est ma méthodologie, mes priorités, le temps passé dessus, et caetera. Le but du jeu est juste de vous informer un peu là-dessus, certainement pas de me faire plaindre ou de me faire mousser. Et il est évident que ce que je raconte là peut ne pas refléter la méthodologie des autres associations d’activités. Voilà voilà, maintenant que j’ai utilisé un ton grave et sérieux, on peut passer au contenu.

LE PLANNING

Donc déjà de base, avant de faire un jeu il faut faire le planning qui contiendra le dit jeu. C’est l’aspect le plus fun du processus ! Il faut essayer de réfléchir sur quelle heure et quel lieu conviendrait le mieux à quelle activité. Pour prendre l’exemple d’Epitanime 2012 (pour lequel nous allons faire l’amphithéâtre en soirée et les nuits en salle de 1h à 7h), il est évident qu’a 20h, l’heure de l’ouverture le samedi, il serait fou de programmer une grosse activité. Car si l’ouverture se fait en retard, on est dans la merde et le jeu passe à la benne ! Et puis la plupart du temps faire des jeux n’est pas la première chose qui vient en tête après une ouverture, ou les gens passent souvent leur temps à d’abord se balader et faire des petits tours en bonne compagnie.

C’est pour ça que souvent on dédie les heures un peu « bâtardes », ou on est assuré de ne pas avoir grand monde, aux activités à durée « mouvante. » C’est-à-dire qui peut durer aussi bien 30mn qu’une heure ou dix minutes. Ca peut par exemple être le cas d’un blind-test libre ou, chez nous, du Traproulette et de sa base de questions choisies aléatoirement. C’est les activités censées chauffer et attirer le public, donc. Mais il nous est arrivé de devoir faire des grosses activités sur des créneaux un peu pourris faute de choix – souvent on ne choisit pas le créneau sur scène, par exemple. C’était le cas chez nous à Japanantes ou on était « forcé » de faire notre plus grosse activité le samedi midi, une heure après l’ouverture. Pas de public. Yeaaah.

En outre, j’ai personnellement quelques TOCS vis-à-vis des plannings : jamais faire suivre deux activités d’une heure mais faire alterner plutôt du genre une heure / deux fois trente minutes (parce que les activités d’une heure repoussent pas mal les gens en général d’une mais aussi parce que sinon ça fait deux « grosses » activités d’un coup et on trinque un peu psychologiquement :D) et faire en sorte que JAMAIS ne se suive des activités « thématiques », c’est-à-dire centrées sur un thème bien précis. Exemple : un quizz 100% Nintendo par exemple, c’est con si je le fais suivre d’une activité centrée sur le studio Gainax, parce que ça me fait deux activités « de niche » d’affilées.
Et oui il faut différencier les activités « thématiques » des activités « généralistes » (un truc général sur le jv ou l’anime par exemple.) Car ça n’attire évidemment pas le même public. Si on fait un quizz anime « général », tous ceux qui s’y connaissent « un peu » en anime seront susceptibles de tenter alors qu’évidemment, annoncer tel quel un quizz ou un jeu centré sur tel thème va forcément faire fuir ceux qui n’y connaissent rien ou qui jugent ne pas y connaître « grand-chose » en se sous-estimant parfois un peu (beaucoup sont ceux frileux de jouer parce qu’ils pensent rien savoir sur le thème mais qui au final se démerdent bien.)

Donc voilà, souvent le planning est le truc prêt en premier. On est souvent obligé de composer avec d’autres associations car on n’a que rarement une salle ou un stand à nous tout seul (c’est arrivé qu’a deux reprises pour Thalie – la Japan Expo 2010, avec notre stand rustique, et la Nocturne du 29 Octobre 2011.) Donc il faut aussi souvent planifier des plannings qui font en sorte que si jamais on prend du retard, l’asso qui passe derrière ne le subisse pas. Et puis surtout, le planning a intérêt à être flexible. On peut même se retrouver à devoir faire sauter des activités – traditionnellement chez Thalie, chaque convention se termine avec un Fleur de Thanatos préparé pour rien.

Bon voilà, déjà ça c’est fait. Passons à l’écriture.

EcrireQuizz02.jpg
Une ninja-maillot de bain scolaire par Watanabe Akio

LA CONFECTION (d’un quizz général)

Donc souvent celui qui voulait faire l’activité se retrouve à l’écrire. Chez Thalie c’est au final de plus en plus rare que se fasse des écritures de jeu à plusieurs. Donc voilà, on est face à notre document word, prêt à écrire. Pour les quizz « généraux », soyons francs, chez Thalie on en fait très rarement, préférant le concept du Triathlon/Pentathlon, lui-même inspiré des Mini-Games Party de BulleJapon. Donc voilà, imaginons qu’on se retrouve à devoir faire un Triathlon Otaku. Bon, comment ça va se passer ?

  • Déjà, comme le concept du jeu est de faire trois minis-jeux différents, il faut mettre au point trois minis-jeux. Pour cela on a de notre côté une liste de pleins de concepts dans lequel on pioche et dans lequel on peut s’amuser à créer des règles alternatives. On peut aussi créer de toute pièce un jeu si ça nous amuse. Une fois les trois jeux définis, il faut les écrire.
  • Imaginons que j’ai choisi un blind-test de génériques d’animes en instrumental, un jeu ou il faut deviner le nom des personnages à partir de dessins faits par l’animateur sur une ardoise et un quizz de 20 questions à répondre au tour par tour pour les équipes. Estimation de temps de durée du jeu : trente minutes.
  • Le blind-test, en général, est quelque chose qui se fait vite. Je dispose pour ma part, parce qu’en plus je dirige une webradio, d’une imposante base de données de mp3, d’environ 400/500 titres, dans lequel je pioche allégrement. Et si il me manque un mp3 en particulier je sais ou le trouver et le télécharger rapidement, mais je peux pas donner le nom & l’adresse parce que c’est dangereusement illégal. Mais là il va me falloir des titres instrumentaux. Heureusement le site dangereusement illégal cité plus haut en possède déjà une petite quantité. Mais imaginons que les génériques que je cherche n’y sont pas. Là commence une quête longue et ahurissante pour les retrouver quelque part sur le net, souvent dans le single qui accompagne le titre. Et dont beaucoup étaient hébergés sur Megaupload, lol.
  • Mais bon voilà, là j’ai mes mp3. Je voulais faire douze extraits de trente secondes, j’ai donc mes douze mp3. Du coup je passe par Audacity, j’importe les mp3, je découpe les extraits, je les optimise un peu (par exemple en faisant des fondus d’ouverture et de conclusion, puis en égalisant le son par rapport aux autres mp3) et je les enregistre. J’ai passé environ 3mn par extrait, j’en ai 12. 12×3 = déjà 36 minutes de passées pour un tiers de la confection du jeu.
  • Passons au jeu du dessin de personnages. Là je suis content, j’ai pas trop de boulot. Je choisis alors dix personnages à faire deviner. Il faut essayer évidemment d’équilibrer ses personnages, que tous ne viennent pas, dira t-on, du même « univers. » Que ça soit varié. C’est-à-dire si possible pas dix personnages qui viennent que d’animes récents, ou bien d’animes shonen, ou bien d’animes mecha, ou bien que des filles etc. Mais ça c’est très vite un réflexe qui se fait plutôt vite. Donc voilà, j’ai passé cinq/dix minutes à réfléchir sur les dix personnages et j’ai rien de plus à faire, puisque le gros du travail sera à faire à la convention :D.
  • Enfin le dernier jeu. 20 questions sur des animes. Le chiffre 20 n’est pas innocent : c’est un multiple de 4. Parce que du coté de chez Thalie (et c’est le cas chez pas mal d’autres, d’après ce que je constate) on fait en sorte d’avoir toujours un nombre d’équipes pairs. Pour que chacun aient le même nombre de questions tout en faisant en sorte qu’elles soient toutes utilisées. Donc soit 2 équipes, soit 4. Et comme il vaut mieux être ambitieux, on reste sur 4. Bon voilà déjà.
  • Donc je décide de faire un quizz découpé de façon suivante : 4 questions super faciles à 1 point, 12 questions moyennes à 2 points et 4 questions compliquées à 4 points.
  • Il faut alors écrire les questions, si possible en sachant déjà dans quelle difficulté elles vont êtres classées. La difficulté est vraiment, au final, assez subjective par rapport à l’auteur, je ne vous le cache pas. Mais il y’a quand même des moyens assez simples pour savoir si sa question est vraiment dure ou pas : si elle va loin dans les détails ou bien selon la popularité de l’œuvre sur l’ensemble du réseau Internet – et pas que par rapport à la fameuse « blogosphère. Il est évident que y’a déjà une différence entre demander le plat préféré de Naruto qui est rappellé toutes les deux secondes et demander le groupe sanguin d’Ichigo Kurosaki , qui est évoqué qu’a une seule reprise. De même les gens seront plus susceptibles de répondre à une question sur One Piece qu’a une question sur Gurren Lagann, série qui elle-même sera plus « populaire » que, par exemple, Sola ou Future GPX Formula (pour prendre des exemples de séries obscures pour le public français.) Mais plus généralement, on évite plus que possible les questions « drosophiles », c’est-à-dire basées sur des informations vraiment trop obscures. Alors que c’est ironiquement les plus faciles à écrire. Il est très facile d’ouvrir une page au hasard d’un manga et de faire une question super chaude dessus. Mais c’est fun pour personne.
  • Donc voilà, j’ai environ passé cinq minutes en moyenne par questions. Parce qu’il faut que je la trouve, que je la formule, que je la vérifie si je maîtrise pas forcément l’œuvre avant de pouvoir la valider. A partir de là, 20 questions c’est environ une heure et demie. Sachant qu’après je dois relire le questionnaire et corriger en partant du principe que le jeu sera par équipes et en tour par tour donc rajoutons dix minutes. Je dois donc le plus que possible faire attention à ce qu’une équipe ne se tape pas que des questions sur le même domaine, par exemple. Il est arrivée lors d’un quizz de l’an dernier qu’une équipe ne se tapait que des questions jeux vidéo alors qu’ils étaient plus branchés anime. Là c’était clairement un problème d’équilibrage. Depuis on tente de faire gaffe.
  • Donc là voilà, sur la confection on a passé 35minutes + 10 minutes + quasiment deux heures = ça fait environ deux heures trente de passé sur l’écriture d’un jeu censé en durer trente. Et ce n’est pas fini ! IL FAUT FAIRE LE POWERPOINT !
  • Là clairement ça dépend de la motivation. Pour le premier jeu on peut au choix juste indiquer les règles et dire les réponses à l’oral, soit faire un ppt pour chaque réponse, avec une illustration si possible parce que le but du jeu reste avant tout de faire découvrir des trucs aux gens et pas les noyer sous des noms auquel ils ne peuvent rien relier. Alors que nom + image c’est pé da go gi que. Grosso merdo, pour les illu on se casse rarement l’oignon, on puise sur Google Images ou dans les fanarts Danbooru, on copie/colle, hop, folie furieuse ! Donc disons que si j’ai juste fait présentations + règles, ça m’a pris 5mn le temps de tout bien formuler. Si je rajoute les réponses, hop, un petit quart d’heure on va dire.
  • Pour le second jeu là aussi on peut être un gros branleur ou pas. Mais pour un dessiner c’est gagner, c’est mieux si on peut filer un dessin du vrai perso histoire que les gens constatent l’horreur de l’animateur. Donc là voilà même chose. Juste les règles ? 5mn. Réponses en images ? Un petit quart d’heure.
  • Pour le quizz, on va par contre se forcer à au moins écrire les questions. Avec duplication de la diapo pour y rajouter la réponse. Des images si je suis motivé et si c’est pertinent. Allez, on va dire une heure sans images, une heure trente avec.
  • Voilà on a fini ! Reste à rajouter page d’intro et page de conclusion. Deux petites minutes à peine.
  • Et au préalable, il faut de toute façon compter la confection du ppt. On a depuis peu un modèle « de base » mais avant c’était fait à la main via Photofiltre :’D.

EcrireQuizz05.jpg
Un exemple de ppt: le Triathlon Otaku Vampires. Design par Mr_Kzimir.

Donc on calcule : Deux heures trente sur l’écriture, Deux heures sur le ppt en moyenne pour un total de quatre heures. Pour un jeu de trente minutes. Pour un jeu d’une heure ça sera pas forcément le double, parce que du coup on passera de trois à cinq minis-jeux. Mais dans tous les cas tout dépend pas mal des minis-jeux en eux-même.

ET POUR UN QUIZZ THEMATIQUE CLASSIQUE ?

Reprenez ce que j’ai dit pour le mini-quizz de 20 questions de tout à l’heure. Comptez le double – nos quizz thématiques faisant soit 36, soit 40, soit 44 questions. Idem sur la confection du powerpoint. Là aussi les mêmes soucis d’équilibrage pour quatre, et faire attention à ne pas faire en sorte que tout le monde se mange les mêmes thèmes ou les mêmes types de question.

POUR LE GRAND QUIZZ HARDCORE, TIENS, PRENONS L’EXEMPLE DE VOTRE PLUS GROS JEU ?

Le Quizz Hardcore Sa Mère Je Pleure Des Larmes de Sang est encore plus particulier. Déjà parce qu’il demande beaucoup plus de réflexion à chaque question (elles doivent être compliquées mais amusantes et pédagogiques et comme quatre réponses sont proposées, il faut en inventer trois fausses dont deux crédibles et souvent une débile.) Déjà parce que ça brasse beaucoup plus de domaines (le calcul est 20% Culture Générale 40% Jeu Vidéo 40% Anime/Manga/Otaku) et aussi parce qu’il repose souvent sur des questions basées sur des vidéos, des musiques et des images. Du coup il faut trouver les vidéos et les musiques, faire en sorte qu’elles puissent marcher le soir de l’organisation du jeu et tout ça. Puis une fois ça fait, il faut équilibrer les quatres manches (que toutes les questions JV soit pas dans les deux premières manches par exemple), tout relire pour éviter les questions redondantes etc. Puis vient le powerpoint. Sauf que pour le Quizz Hardcore, le powerpoint n’est pas réalisé via… powerpoint. En fait c’est un diaporama d’Images et de Vidéo qui est utilisé, géré par iFranView et je me tape le délire de faire chaque « diapo » à la main via le logiciel PhotoFiltre sachant que chaque question a au minimum trois diapos (la question / les 4 réponses / la bonne réponse.) Ca prend un temps fou mais j’aime bien cette méthode. C’est le seul moment de la préparation d’une convention sur lequel je perds autant de temps pour le fun haha.

EcrireQuizz04.jpg
Design du Grand Quizz Hardcore Sa Mère Tout Ca – par Amo.

Sachant qu’avant l’Epitanime 2011 on faisait TOUS les jeux avec cette méthode.

Voilà, il faut aussi rajouter au Quizz Hardcore la confection des cartes et la détermination des six lots, sachant que sur ces six, on est souvent dans le découpage 2 lots SUPER cools / 2 lots sympas / 1 lot naze / 1 DVD de Silent Mobius.

ET LE TRAPROULETTE ?

Le Traproulette c’est super bien ! On fait un fichier excel en Google Docs avec 2012 lignes, on les remplit, Nemotaku met à jour le programme .exe qui choisit aléatoirement les questions et voilà, plus rien à toucher, on peut réutiliser le truc à l’infini et ses 2012 questions (sachant que le chiffre évolue à chaque fois) à chaque convention. Bon, après, tous les 3 mois, j’essaie de tout relire pour virer les questions plus d’actualité ou formulées de manière dépassées (genre « quel jeu sortira à la fin de l’année » qui devient « quel jeu est sorti à la fin de l’année 2011… » et autres trucs.) Mais grosso modo, le Traproulette c’est cool. Pas pour rien que c’est notre jeu de meublage.

ET REUTILISER DES VIEUX JEUX ?

On se l’interdit « officiellement. » Je veux vraiment qu’a chaque convention & salon, les jeux soient tous neufs tous beaux tous travaillés. Du coup les anciens jeux sont conservés sur mon disque dur mais à priori ne serviront plus, même si le jeu en question a été joué que par deux personnes dans une convention dans les DOM-TOM ! Officieusement il peut arriver de réutiliser des blind-tests plus anciens pour meubler. Mais pour tous les autres jeux, on l’évite. La seule exception qu’on avait faite avait été un Quizz sur le Japon qu’on avait fait à la base en Mars 2010 pour notre première Nocturne et qu’on avait à moitié réutilisé un an plus tard pour la Diurne en Soutien aux Sinistrés. Mais là c’était une question de temps : on avait une semaine pour préparer quatre heures de jeux donc on a du rusher un peu.

EcrireQuizz01.jpg
Nadeko qui fait la tête que je fais deux heures avant une conv. Par skull.03

ET POUR LE RESTE ? PRESENTATION ? LOTS ?

Pour la présentation, c’est là aussi souvent la personne qui a écrite qui présente. Vu qu’on a assez peu de timides, ça marche bien. Pour les lots, c’est généralement des mangas achetés d’occasion et dont nous sommes assurés qu’ils sont en bon état. Nous faisons aussi en sorte que ce soit des tomes un, pour éviter le souci habituel du « j’ai gagné un manga mais c’est le tome 17 d’une série dont je me branle. » Parfois les conventions fournissent des lots mais nous ne disposons pas d’un partenariat avec un éditeur. Bref, les lots sont souvent achetés avec amour et avec le pécule de l’association. Mais il faut du coup aussi prendre un peu de temps pour aller acheter tout ce bordel et le transporter, ce qui peut tourner au cauchemar si on se gave un peu trop.

Donc voilà pour une présentation large du concept d’écriture d’un jeu ou d’une activité pour une convention. Cet article me trottait en tête depuis pas mal de temps. J’ai peut-être omis des trucs donc si vous avez des questions techniques, hésitez pas. Dans tous les cas, la méthode que j’ai racontée ici est celle qu’on utilise à Thalie et je n’assure pas que ça soit la meilleure.

Et en bonus, comme je vous aime bien, le planning définitif de Thalie pour Epitanime ! Vous pouvez vous amuser à calculer le temps sur chaque jeu et activité si vous voulez :D. Et comprendre ainsi ma douleuuuur :D.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

Une réaction au sujet de « [Warrior] Écrire des jeux pour des convs: comment, combien de temps, tout ça ? »

  1. Respects éternels :3
    N’empêche, j’ai été content de voir que je connaissais au moins un des animes obscurs cités :3
    Toi aussi tu veux le même plafond dans ta chambre ? :p
    Enfin bon, bon courage et bonne chance ^^

N'hésitez pas à commenter l'article~