Les openings à retenir, édition printemps 2017 ♪

Les openings à retenir, édition printemps 2017 ♪

Après une première édition il y’a trois mois, voici donc le second bilan saisonnier des nouveaux génériques d’ouverture. Fun ! Allégresse ! Week-end de 3 jours qui s’annonce ! Je suis beaucoup trop crevé pour écrire un billet mais je vais quand même le faire !

Vous connaissez donc maintenant un petit peu le principe: je regarde tous les génériques d’ouverture produits dans les animés de la saison et parmi tout ça je fais la sélection des huit qui m’auront le plus marqués. Avec une saison du printemps qui s’élève à près d’une cinquantaine d’animés produits, on pourrait croire que faire la sélection aura été difficile mais, pour être honnête, sur la masse d’openings qui sont sortis, y’en a facilement qu’une petite dizaine qui me sont ne serait-ce que restés en mémoire. Donc, bon, à partir de là me suffisait d’enlever les deux dont je me fous le plus pour arrive à la rédaction de cet article qui ne m’aura pas tant posé de souci. Le plus dur, finalement, aura été d’uploader les webM avec ma connexion de chie. Merci Hollande 1 !

Bon, fi d’esprit négatif, partons vers la beauté des génériques~

 

Granblue Fantasy the Animation

Chanson: « GO » par Bump of Chicken

Unit Director sur l’opening: Masashi Ishihama

Studio: A-1 Pictures

Après Answer et Fighter, les deux génériques de March Comes In Like A Lion, et en écoutant ce Go je commence à soupçonner que Bump of Chicken a fait trois fois la même chanson mais que comme le nom est différent, on a pas encore capté. Bon ok je suis de très mauvaise foi mais c’est juste que je kiffe tellement certains de leurs titres plus animés – Hello, world reste une de mes anisongs préférées de 2015 – que les voir s’enfermer dans le genre de la musique douce, triste et mélancolique m’ennuie un chouia. Mais bon je suis pas là pour leur faire un procès, d’autant que honnêtement Go reste quoi qu’il arrive une bonne chanson.

Pour le générique en lui-même, choix assez audacieux de surtout travailler avec un visuel très simplifié à l’extrême. Peu de décors détaillés, les personnages sont représentés comme des ombres jusqu’à ce qu’on fasse un petit plan sur eux, petit plan délicieusement synchronisé avec la musique. Ca donne à l’ensemble de l’opening un ton finalement assez solennel, voire même à mes yeux un peu triste, et l’aspect « attirant » des aventures habituelles de fantasy – l’action, l’exploration, la découverte de mondes nouveaux – est finalement mis plutôt en retrait, au point où il faut attendre la toute fin du générique pour voir de trucs plus classiques – c’est à dire, grosso merdo, de la baston.

Très séduisant, donc.

Eromanga-sensei

Chanson: « Hitorigoto » par ClariS

Storyboarder de l’opening: Ryohei Takeshita

Studio: A-1 Pictures

Je déteste Oreimo donc, évidemment, Eromanga-sensei me ravit peu vu que c’est un peu la même merde mais où ils auraient retirés le seul bon truc (Kuroneko) pour le remplacer par pire encore (du lolicon.) Néanmoins, rendons honneur aux points forts de la série, enfin au point fort: le générique d’ouverture est vraiment réussi. Je me souviens de quelqu’un qui me disait que ClariS, depuis qu’une des membres avait été remplacée, ça avait gagné en qualité et je me rends compte que c’est loin d’être faux tant le duo a réussi ces dernières années quelques thèmes ultra catchy, le fameux Anemone de Classroom Crisis me venant ici particulièrement en tête. Et alors que je haïssais Irony il y’a maintenant six ans et demi, c’est vrai que ce Hitorigoto je commence dangereusement à beaucoup trop l’écouter pour ne plus devoir l’assumer un minimum.

D’un point de vue visuel c’est surtout là que c’est remarquable avec, évidemment, cette petite scène de danse au milieu qui colle impeccablement bien et offre au générique un moment fort et fun à voir ET revoir. On doit d’ailleurs cette petite animation à l’animateur Nakaya Onsen, sur un excellent boulot de storyboard de Ryohei Takeshita qui non seulement s’est pas mal impliqué dans les génériques de la série… mais en plus la réalise ! Pour son premier taf en tant que réalisateur d’une série – après une carrière florissante en tant qu’animateur -, il pose ses boules sur le taboulé, comme on dit chez nous.

Bref, voilà du bon taff et la preuve que même si ta série te fait risquer la prison, t’as quand même le droit de te casser le cul sur le générique d’ouverture.

 

Saenai Heroine no Sodatekata ♭

How To Raise A Boring Girlfriend ♭

Chanson: « Stella Breeze » par Luna Haruna

Studio: A-1 Pictures

Hop comme ça on en a fini avec les openings A-1 Pictures, on pourra avancer. D’ailleurs, après avoir vu celui de Granblue Fantasy, celui de ce Saekano Flat paraît relativement similaire dans l’approche, avec un aspect visuel volontairement minimaliste et simple, qui offre un ton mélancolique qu’on attendait pas forcément venant d’une série qui reste une romcom qui possède 3 axes qui sont tous sauf dans cet état d’esprit là: le méta, l’humour référentiel et le fanserviceSi ça surprend un peu, du coup, faut avouer que ça marche mieux que le générique de la première saison… que j’ai du aller revoir tant j’en avais aucun souvenir. 

Mais si j’aime ce générique ça va être surtout pour quelques plans qui savent faire effet: le reflet du regard de Megumi qui se reflète vers le spectateur, ce personnage féminin qui joue avec son lance bulle, la petite cassure à 00:51… Ca sait faire mouche !

 

Uchoten Kazoku 2

The Excentric Family 2

Chanson: « Nasugamama, Sawagumama » par milktub

Studio: PA Works

Si vous vous souvenez vaguement de Japan Expo 2014, l’animé Uchouten Kazoku avait été mis énormément en avant sur le stand de la ville de Kyoto et si je dis ça c’est parce que le générique de cette inattendue seconde saison met… pas mal en avant la ville de Kyoto, à nouveau. Idée pas inintéressante du coup puisqu’on part sur des décors réels dans lequel on incruste les différents personnages de la série et si c’est relativement casse-gueule, le concept est ici suffisamment bien maîtrisé pour donner un résultat plaisant et convaincant.

J’apprécie surtout l’aspect extrêmement vivant de l’ensemble: chaque plan est rempli de petits personnages, de petits détails de ci de là. D’après ce que j’ai compris (je ne mate pas la série), les personnages qui apparaissent sont des animations recyclées des précédents épisodes de la série et, honnêtement, on y voit que du feu. Je m’amuse souvent en rematant ce générique à faire pause et à regarder tout ce qu’il se passe, c’est un poil hypnotisant. Quant à la musique, je suis toujours content de réecouter du milktub, mais ça c’est parce que je suis le seul au monde à avoir kiffé Baka Go Home, le jouissif ending de feu Baka To Test.

Puis, bon, y’a des WOW WOW.

Et vous savez que je suis faible aux WOW WOW.

 

Berserk

Chanson: « Sacrifice » par 9mm Parabellum Bullet

Studio: Millepensée

Une note avant de commencer: vous me verrez jamais dire du mal de l’adaptation 2016/2017 de Berserk par Millepensée parce que c’est Shin Itagaki qui réalise et cet homme est trop cool pour ce monde, je le défendrais toute ma vie et tant qu’il continuera à faire Teekyuu en semi-solitaire.

Ceci étant dit, revenons au sujet qui nous intéresse ce soir, en l’occurrence le générique de ce Berserk 2017 qui reprend du 9mm Parabellum Bullet, ce qui est déjà une bonne idée. Maintenant pour être honnête, ce générique est plus un coup de coeur perso parce qu’il a clairement des problèmes mais les quelques moments que je trouve bien, je les trouve vraiment bien. J’adore, par exemple, ce moment à partir de 00:43 où le refrain se lance sur cette baston qui entoure Casca et qui voit tous les personnages de la troupe défoncer du monstre en série. C’est foutreusement bien rythmé et l’espace de dix secondes on y est et on a envie d’en voir plus. J’avoue aussi pas mal aimer le moment où Griffith sort un sourire de psycho et, tant qu’à faire, l’intro je la trouve vraiment cool mais c’est parce que j’aime bien les openings qui commencent sur des personnages qui dorment.

Après, oui, comme j’ai dit, y’a des trucs qui me dérangent, évidemment. Genre au début le gamin avec son épée dans le fond qui répète le même geste en boucle, comme une marionnette mécanique mal réglée. C’est un peu flippant, et je sais pas si c’était l’effet voulu ? Idem, le bon gros plan fixe dezoomée à 1mn02 il nique vraiment bien le rythme, c’est dommage !

Enfin bon, tant pis, ça ne m’empêche pas de chérir cet opening et j’avoue que comme de Berserk je ne connais que l’arc flashback, voir ces personnages gamins et colorés ça me fait bizarre. Mais vous inquiétez pas mes ptites bôtés, je prévois bien de me faire Berserk un jour car plus le temps passe et plus je trouve l’envie… d’avoir envie.

 

Busou Shoujo Machiavellianism

 Chanson: « Shocking Blue » par Miki Ito

Studio: Silver Link

Ahhhh le bon gros light novel trashy de la saison, celui que tu mates en assumant peu. Et, j’avoue, le choix de mettre cet opening dans la sélection, là aussi je l’assume pas forcément des masses mais, eh, si Rakudai Kishi no Cavalry m’a appris deux choses c’est que d’une quand ta copine s’est pris le déluge emmène la dans une cabane romantique et de deux c’est que tu peux être un light novel trashouille mais balancer du bon son et de la bonne image dans ton générique d’ouverture.

Bon après la comparaison s’arrête là car Machiavelianism (!) n’a évidemment pas un OP de la puissance de celui de Cavalry mais ça ne l’empêche pas d’être attirant en de nombreux points. L’intro me happe d’amblée, le choix des couleurs est charmant, même le passage obligé typé-adapt-de-VN ou on passe sur chaque fille une par une fonctionne bien car ça reste plutôt bien animé, les personnages ont des moues sympas (la fille aux cheveux verts qui fait un sourire de psycho pendant une demi-seconde 👌👌👌) , ça s’éternise pas sur chaque perso et le passage baston au milieu est tout aussi bien rythmé. Je vais ressortir une phrase entendue mille fois car, oui, ça ne casse pas quatre pattes à un canard mais je ne peux pas pour autant m’empêcher de me passer cet opening pour le plaisir. Good job, yo.

Breaking news: on me signale dans l’oreillette que Machiavelianism (!!) est une adaptation de manga trashouille, pas de light novel trashouille. Ah bah putain, on est de retour à l’époque de Ikkitousen. C’est pas plus mal.

ATOM the Beginning

Chanson: « Kaidoku Funou » par After The Rain

Directeur de l’animation pour l’opening: Bahi JD

Studio: OLM / Production IG

Objectivement l’opening le plus impressionnant de cette saison, ce qui est le plus intéressant avec l’opening de ATOM n’est pas tant l’opening lui-même – dont les qualités et le dynamisme sautent aux yeux – que l’histoire autour de sa création. Opening qui a donc été chapeauté par Bahi JD, un de ces animateurs qui montent vraiment au sein de l’industrie de l’animation japonaise… sachant que Bahi JD est autrichien. Et si ça peut vous faire rager si, comme moi, vous commencez à approcher de votre trentaine en vous demandant toujours ce que vous voulez faire de votre vie, ce jeune homme il est né le 11 mai 1991 et n’a donc, par conséquence, qu’à peine 25 ans. Et pour l’occasion, il a vraiment chouchouté la réalisation de ce générique, au point de s’occuper lui-même de contacter beaucoup d’animateurs, principalement issus de cette fameuse « génération webgen » auto-formée sur Internet, au point où tous les animateurs qui ont bossés sur ce générique ne sont même pas crédités, à cause d’une règle débile, imposée par la chaîne qui diffuse, qui limite le nombre de personnes qui peuvent être créditées. 

Donc voilà, il a mené le projet d’une main de maître et nous offre un générique extrêmement bien rythmé, extrêmement efficace, quand bien même la musique de base n’est pas forcément ultra emballante. C’est beau la PASSION, comme on dit chez nous quand on est bloqué en 2009.

 

Shingeki no Kyojin 2

L’Attaque des Titans 2

 

Chanson: « Shinzou wo Sasageyou! » par Linked Horizon

Studio: WIT

Vous pensiez vraiment que j’allais pas le mettre ? Comme tout le monde j’ai adoré les génériques de la première saison, avec un vrai coup de coeur sur Jiyuu no Tsubasa qui est, évidemment, le meilleur des deux, tmtc. Du coup si vous étiez beaucoup à attendre la seconde saison pour avoir enfin une réponse aux questions que vous vous posez depuis quatre ans, moi de mon côté en bon lecteur du manga je m’en battais un peu de toutes ces histoires mais j’avais quand même une grosse hype sur le générique. Et bonne nouvelle: je suis clairement pas deçu.

Déjà, la musique tabasse. Bon c’est REVO qui est dans le coin donc c’est pas une surprise. Les Sasageyo Sasageyooo sont d’un catchy indéniable et en une minute trente on passe par quatre ou cinq ambiances différentes sans que jamais ça choque particulièrement. C’est extravagant, limite ça en fait trop, mais c’est du vraiment bon son. Du coup derrière visuellement faut suivre et je trouve que les gars s’en sont pas mal sortis, avec une multitude de plans instantanément iconiques – les gars qui se la pètent sur la muraille, le dézoom du plan d’intro, Mikasa qui remet son écharpe en mode je gère, les drapeaux qui flottent sur fond de Sasageyou -, des passages techniquement oufs – le passage à partir de 1mn04 où ça part dans tous les sens avec MIKASA QUI PROJETTE QUI EREN QUI SE TRANSFORME EN TITAN QUI PUNCHE L’ARMORED TITAN – et même des moments qui paraissent méga wtf mais qui font sens quand on y pense – bah oui les Titans c’est le haut de la chaîne alimentaire de part leur taille et la terreur qu’ils inspirent, comme l’était les baleines et les dinosaures -, bref on est bien.

Maintenant si on doit jouer au jeu de la comparaison, l’opening est beaucoup mieux rythmé et beaucoup plus varié que Guren no Yumiya – qui au délà du meme était un opening assez statique dans son ensemble -, même si encore une fois il faut avouer qu’il n’arrive pas vraiment à la cheville de l’extraordinaire Jiyuu no Tsubasa. Mais qu’ils se rassurent: ils sont peu les génériques à pouvoir le faire chaque année.

Bon bah vivement 2021 pour le quatrième opening de la série, ils sont sur une bonne série.

 

Mentions rapides:

– A failli être dans la sélection: BorutoOpening réalisé par la même personne que l’OP1 de Bleach et une fois qu’on le sait, ça se voit énormément.

– Si vous me connaissez vous savez que le métal trashouille c’est un peu ma came du coup j’aurais dû porter aux nues l’opening de Shingeki no Bahamut Virgin Soul mais non seulement la musique est en vrai d’une incroyable médiocrité mais, finalement, les super visuels en ont rien à foutre de la musique qui me paraît pas spécialement bien rythmée avec les images !

– Prix de l’opening qui a une super intro mais qui s’effondre très vite après: l’opening de Clockwork PlanetCa fait depuis quand que j’ai pas vu un bon opening avec du fripSide ? Faut vraiment faire revenir To Aru Kagaku no Railgun, ça devient chaud. 

– Pour une série où elle est pas censée être trop dedans, l’apparition de Hestia dans l’opening de Danmachi Sword Oratoria est le meilleur moment. Mais c’est surtout parce que ses petits coups de poings dans le vide sont timés sur le « re ♪ ilu ♪ sion ♪ », pas pour ses mérites personnels.

– Détendu et sympa: l’opening 6 du Pacte des Yokai

– J’aime bien la première moitié de l’opening de Masked Noise, par contre je trouve la scène de concert qui est au milieu assez mal réalisée, du coup ça donne bizarrement peu envie de mater la série car, après tout, si tu loupes ta scène de concert dans l’opening de ton animé musical, qu’est-ce qui me dit que tu les louperas pas dans l’animé.

– Surprenant mais pas inintéressant: l’opening de Warau Salesman NEWC’est sans doute ma chanson préférée de la saison, à chaud.

– Enfin, j’ai des grosses réserves sur l’opening de My Hero Academia 2, je vois l’idée, je la comprends, je l’assimile, mais je trouve ça vraiment un peu mou et pas intéressant pour un générique d’ouverture de shonen de baston. C’est un genre qui veut que justement tu sois dynamique, que tu mettes en avant les nombreux personnages, que tu teases des choses, en bref que tu sois vivant… Et le pire c’est que quand le refrain se lance pour justement commencer à combler notre quête d’action, bah ça marche pas non plus ! C’est pas ultra bien réalisé, pas très bien monté, globalement même un peu moche… C’est un peu triste ! 

 

Et voilà donc pour cette édition printanière 2017. Je me rends compte que j’ai été très aigri aujourd’hui, ce n’est pas grave, je vais me manger un ptit beignet au pomme, me doucher pour éliminer mes impuretés, me poser avec ma couverture et un thé devant un ptit film et hop ça ira mieux ♪

  1. C’est la dernière fois que je peux le dire, j’en profite
♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

Une réaction au sujet de « Les openings à retenir, édition printemps 2017 ♪ »

  1. C’est marrant j’ai exactement le même ressenti pour l’opening de Berserk 🙂 Je l’aime mais qu’est-ce que c’est long à venir. Je suis un peu triste comme toi pour les OP Fripside même si je ne remonterais pas aussi loin que toi et m’arrêterais à Schwarzenmarken (si tu parles de la musique uniquement).

    Perso j’aime beaucoup l’opening de Virgin Soul mais je ne peux qu’adhérer à 100% sur tous les points que tu mentionnes dessus.

    Niveau musique j’ai aussi celui de Re:Creator qui me plait beaucoup mais là aussi y a pas trop de lien avec le visuel qui en plus est oubliable.

    Sinon dans ceux que j’aime bien mais qui n’ont pas trop d’ambition Tsuki Ga Kirei et SukaSuka.

    Mais bon maintenant que je me suis posé vraiment la question sur le sujet en lisant l’article, moi aussi je me sens aigri et un peu déçu ! xD

N'hésitez pas à commenter l'article~