Archives de
Étiquette : ano natsu de matteru

Un an d’anime ~ 2012

Un an d’anime ~ 2012

Le mois de décembre. Ses lumières, sa nuit permanente, son esprit festif et chaleureux, sa générosité, son taux de suicide beaucoup moins élevé que celui de novembre et, surtout, ses bilans annuels disséminés aussi bien sur l’Internet qu’a la télévision, dans la presse écrite ou bien les repas de famille alcoolisés. Et là notez que déjà je commence à ne pas être original puisque je fais quasiment la même intro que l’an dernière. Mais tout de même, n’êtes-vous enthousiastes à l’idée de lire PLEIN de bilans ?

Intro.jpg

Donc bref, faisons concis et passons directement à ce qui nous intéresse: donc comme d’habitude depuis cinq ans maintenant, je fais un bilan annuel de mes matage d’anime. Je le fais de manière très personnelle puisque je choisis un anime par mois, pour un total, donc, de douze animes présentés et disséqués sous vos yeux. Je conclus néanmoins l’article en évoquant beaucoup plus rapidement tous les animes que j’ai maté au cours de l’année. Qu’ils datent de 2012 ou non. Même si j’avoue que cette année, à l’exception d’un titre qui date de 2007, c’est quasiment que des animes de 2011/2012 qui vont y passer. Et bah dis donc.

Donc c’est parti pour ce bilan 2011/2012.

DECEMBRE 2011

Boku wa Tomodachi ga Sukunai
Decembre.jpg

Quelle horrible merde putain. C’est chaud parce que comme je l’ai dit dans l’article que j’avais écrit sur la série celle-ci ne laisse pas présager autant de médiocrité. Enfin si. Mais non. Disons que les quatre, cinq premiers épisodes, c’est ultra vulgaire et ultra bourrin mais c’est justement cet aspect over the top qui rendait la série presque attachante… et au final très drôle. Et puis soudainement la série se tire un tapis dans les pieds, essaie d’être sérieuse, échoue lamentablement et ne fait que les mêmes blagues en boucle, à la manière d’un épisode des Guignols. Cette vulgarité et ce bourrin qui au début rendait la série tout à fait kiffante pour tous ceux qui assument leur amour du mauvais goût ne fait plus que péter les couilles et attiser un profond mépris, une profonde haine.

Dommage donc pour la paire de seins de Sena, de loin la chose la plus cool de la série, qui se retrouve au milieu d’un horrible accident industriel.

Les années précedentes, en Décembre: Fate/Stay Night (2006) ; Serial Experiments Lain (2007) ; Clannad (2008) ; Macross: Do You Remember the Love (2009) ; The World God Only Knows (2010)

Lire le billet.

Moi j’aime bien Ano Natsu de Matteru parce que…

Moi j’aime bien Ano Natsu de Matteru parce que…

Sorti en janvier 2012 et disponible officiellement chez Wakanim, Ano Natsu de Matteru raconte l’histoire de cinq adolescents dans la fleur de l’âge occupés à tourner un film amateur, auquel vient se rajouter une mystérieuse sixième personne, Ichika… dont la principale particularité est de venir de l’espace.

Donc moi j’aime bien Ano Natsu de Matteru parce que:

AnoNatsu02.jpg
1/ C’est beau, c’est coloré, c’est rafraîchissant visuellement. C’est un peu la première chose qu’on remarque, non ? La série ayant un thème estival et se passant dans une ville plutôt campagnarde, les membres du staff n’y vont pas à moitié et font péter les couleurs, les décors super verdoyants et le ciel bleu à foison. Ca rend du coup la série très agréable à l’oeil. D’autant plus agréable que le chara-design (à peu près le même que celui réalisé pour Toradora et Ano Hana) fonctionne lui aussi plutôt bien et offre des personnages à nouveau assez colorés et relativement jolis tout plein. Ce qui est loin d’être déplaisant.

AnoNatsu07.jpg
2/ C’est de la comédie romantique qui s’assume. Avec quelques touches de S-F histoire de rendre le tout un poil plus complet. Si on peut se permettre ce terme. Bref dans Ano Natsu ne vous attendez pas à un simple triangle amoureux, c’est un putain de bordel géant, comme expliqué sur le schéma !

Ce qui est bien avec Ano Natsu c’est qu’au final les relations amoureuses finissent peu sur du status quo. C’est à dire que chaque histoire romantique trouve une conclusion à peu près logique. J’aurais peut-être aimé que ça soit plus explicité mais au moins l’anime évite de ne pas filer de réelle réponse. Ce qui est un peu le cancer qui tue la comédie romantique japonaise comme j’avais expliqué en parlant d’une autre comédie romantique, elle beaucoup plus vieille. Enfin le plus important c’est que c’est surtout fun à voir. Là les relations sont saines, ça se finit pas de manière dramatique, la fougue de la jeunesse, les hormones, des nudistes, bon parfait hein, au suivant.

Lire le billet.