Archives de
Étiquette : epitanime

Epitanime 2017 – Bad Moon Rising

Epitanime 2017 – Bad Moon Rising

Cela fait 25 ans cette année qu’existe le festival Epitanime, qui a longtemps été le point fort de l’année pour les otakus français. Après deux éditions nettement en deça en terme de fréquentation suite à l’annulation du salon en 2014, ce cru 2017 se présentait comme l’édition « de la dernière chance ». Qu’en retenir et comment aborder l’avenir du salon ?  Lire le billet.

Epitanime 2016 – It’s Raining Again

Epitanime 2016 – It’s Raining Again

Pour la troisième édition d’affilée, la pluie n’a pas épargnée la vénérable convention Epitanime, qui, malgré de nettes améliorations d’organisation par rapport à son édition précédente, continuait d’accuser une baisse de sa fréquentation et une ambiance relativement morose. Alors, que se passe t-il à Epitanime ? Lire le billet.

Nocturne Epitanime du 13 Février – Koe no kagiri

Nocturne Epitanime du 13 Février – Koe no kagiri

Journalisme total en ce mois dé février: je suis allé à une Nocturne Epitanime et j’en reviens avec 6 pages de notes à exploiter. Beaucoup de karaoké, quelques rencontres… Bref, près de dix ans après leurs créations, que sa passe t-il de cool dans ces fameuses Nocturne, longtemps poumon central de la communauté otaku francilienne ? Lire le billet.

Epitanime 2015 – Purple Daze

Epitanime 2015 – Purple Daze

C’était donc le retour d’Epitanime et ça m’avait sincèrement manqué. Les Diurnes de l’an dernier étaient funs mais c’était honnêtement pas pareil sans le rush de 48h. Tu viens à Epitanime pour passer litérallement tout un week-end baigné dans l’animé, le manga et le jeu vidéo, c’est ça qui fait le charme de l’événement. Quand tu discutes de DanMachi un dimanche à 16h sans avoir dormi depuis vendredi 10h, c’est honnête, c’est frais, c’est intense, c’est naturel et c’est bonnard. Donc voilà le moment fantastique Lire le billet. Lire le billet.

Diurnes Epitanime – Je sens que cette diurne va être une pure soirée

Diurnes Epitanime – Je sens que cette diurne va être une pure soirée

Deux articles à la suite sur les diurnes Epitanime ? Well, shit. Il faut dire que je prends la tête de tout le monde avec depuis début avril et l’annulation de la convention Epitanime annuelle, donc ce n’est guère étonnant. Plus sérieusement, j’allais quand même oublier de faire un bilan des deux jours et de la nuit passés à Epitanime et, genre, poser mon slam pour le ghetto. Parce que je l’ai fait pour chaque week-end de mai passé à Epitanime Lire le billet. Lire le billet.

Bon y’a Epitanime ou pas alors ce week-end

Bon y’a Epitanime ou pas alors ce week-end

Réponse de Normand à cette question: OUI et NON. OUI parce que y’a bien un gros truc d’organisé sur l’ensemble du week-end mais NON car ce n’est pas la convention Epitanime. C’est juste autre chose. Bon récapitulons tout, tous ensemble. Etape 1: Annulation d’Epitanime Alors grosso merdo ça fait depuis janvier qu’on avait des rumeurs qui nous disait qu’Epitanime sentait le paté. Le principal souci étant un manque criant de volontaires pour staffer les postes à responsabilité sachant que c’est finalement assez complexe Lire le billet.

Epitanime 2013 – Welcome home (Sanitarium)

Epitanime 2013 – Welcome home (Sanitarium)

15h de sommeil plus tard, la voix pétée, la nuque rougie par le contact quotidien et régulier avec un col de veste particulièrement agressif, voici un billet sur cette édition 2013 de l’Epitanime. Béni soit le lundi de Pentecôte. Même si je continue d’être relativement proche de la mort clinique, je vais essayer d’assurer un minimum de qualité éditoriale sur cette Épitanime qui mérite de pavasser un chouia. Surtout parce que c’était finalement la première depuis 2009 ou j’ai vraiment Lire le billet. Lire le billet.

Epitai Oboete Imasuka (Do you remember Epita)

Epitai Oboete Imasuka (Do you remember Epita)

Epitanime c’est ce week-end. Je le sais, tu le sais, il le sait, elle le sait, on le sait, nous le savons, vous le savent, ils le savent, elles le savent. Cette convention je l’attends un peu comme quand j’attendais Noël quand j’étais môme. Moins d’un mois avant je commence à compter les jours. Moins d’une semaine avant, je commence à compter les heures. Je dors pas vraiment la nuit avant, tout excité à l’idée d’y être. Bref, le temps Lire le billet. Lire le billet.

Epitanime 2012 – Je pars chez le dealer avec mon ami Babouche pour acheter de la drogue

Epitanime 2012 – Je pars chez le dealer avec mon ami Babouche pour acheter de la drogue

OH DESIRE Bon à la base je voulais faire un pavé comme d’habitude. Sauf que là juste pas le temps. Et en plus le clavier de mon pc portable commence à me saouler. Alors je vais la faire rapide et concise pour cette année. Certaines photos de cet article ne sont pas de moi, je signale quand c’est le cas. CE QUI ETAIT PAS TOP La scène c’était de la grosse daube, et ça se voyait venir à 300km. On Lire le billet.

Guide de survie Epitanime 2012

Guide de survie Epitanime 2012

Nous sommes en mai, Jean-Marc Ayrault est premier ministre et Epitanime est dans une semaine.

Prepapita01.jpg

Epitanime, c’est une des meilleures conventions qu’il soit. Organisée dans une école le temps d’un week-end, c’est géré et organisé par des amateurs motivés qui se déchaînent à 102% pour offrir au public un truc riche et généreux, ou les 48 heures d’affilée que dure le salon ouvert jour et nuit ne suffisent généralement pas à en profiter totalement. Parce qu’a Epitanime on flane beaucoup, on se dit qu’on irait bien par curiosité à la salle jeu vidéo et on finit par passer trois heures à jouer à des trucs genre Conker Live & Reloaded sur Xbox, Ikaruga sur Dreamcast ou bien ce jeu de flipper pour futurs aveugles sur Virtual Boy. Puis après on va s’installer dans l’amphi karaoké « pour quelques génériques » et on finit par y rester une nuit entière. Bref, vous voyez le topo.

De part son ancienneté unique en France (l’édition de cette année est la vingtième), c’est aussi une convention relativement bien fréquentée à la fois par le public mais aussi par les associatifs et les professionnels. Bref, c’est génial.

Dans tous les cas, voilà mon guide de survie pour Epitanime. Puisque je n’en ai pas encore vu d’autres ailleurs, je vais le faire moi-même, tiens, han. Je suis totalement le nouveau raton-laveur. Mais bref. Vous voulez venir à Epitanime mais vous hésitez ? Je vais vous dire ce qu’il y’aura à faire. Vous venez à Epitanime mais vous savez pas encore tout niveau logistique & co ? Je vais tout vous dire. Vous venez pas à Epitanime et vous voulez vous masturber en pleurant devant un article ? Faites ça ailleurs, genre sur e-hentai parce que ho, quoi, zut, c’est sale.

EH J’AI ENTENDU DIRE QUE LES NOCTURNES ETAIENT ANNULEES ?

Non, la convention reste ouverte la nuit. C’est les mini-conventions « Nocturne Epitanime », organisées environ tous les deux mois le samedi, qui sont annulées. Pourquoi ? Gens bourrés et généralement pas assez de staff pour assurer la sécurité.

VENIR

Prepapita06.jpg

La convention ouvre à 20h le vendredi. En théorie. Parce que dans la pratique c’est souvent à la bourre ou parfois un peu en avance. Enfin jamais à 20h pile. Si vous ne savez pas encore ou est Epita, c’est prêt de trois stations de métros : Porte d’Italie, Porte de Choisy et Kremlin-Bicêtre, tous trois sur la ligne 7 et les deux premières sur la ligne 3 du tramway. Mais grosso modo, c’est Porte d’Italie la plus pratique pour s’y rendre. Je ne vais pas vous expliquer comment y aller à pattes comme ça à chaud mais sachez juste que vous devez vous diriger vers l’entrée de la ville de Kremlin-Bicêtre située au sud de la station Porte d’Italie traverser le périphérique (via un pont, hein, pas à pied, sinon vous risquez de mourir) et normalement vous devriez voir un bâtiment avec un gigantesque « EPITA » sur le toît. Bah c’est totalement là. Si vous ne voyez pas, cherchez l’Etap Hotel qui est à coté.

SE LOGER & DORMIR

Dormir c’est mourir qu’ils disent à Epitanime. Ils se la pètent un peu mais ce sont des apprentis ingénieurs pour la plupart alors eux ils ont oubliés la notion de sommeil. Dans tous les cas, il va vous falloir une chambre d’hôtel. Je dis ça pas pour le sommeil au final (parce que bon à Epita tu peux dormir n’importe ou quand tu as 36h de pas-dodo dans les pattes) mais surtout pour deux aspects importants : le dépôt d’affaires et l’hygiène.

Lire le billet.

Epitanime 2011 – C’est un peu ça, la vie d’aventurier

Epitanime 2011 – C’est un peu ça, la vie d’aventurier

Cet article débute par la fin !

Epitanime 2009 a été un des meilleurs moments de ma vie. Ca fait très peur dit comme ça de but en blanc mais ce week end gigantesque où je « découvrais » cette convention quasi non stop de la durée effective de deux jours m’avait énormément marqué. Il y’avait tout un contexte autour: c’était ma première convention parisienne hors Japan Expo, ce qui permettait enfin de pouvoir vivre un truc à taille « humaine » et pas perdu anonyme au milieu de cent milliers d’autres péons. Epitanime 2009 avait été également le vrai point de départ du Thalie IRL, celui qui sortait du forum pour vraiment se rencontrer et voir qu’au final le courant partait très bien. Et six mois plus tard, à moi d’en profiter pour créer l’association Thalie que vous connaissez sans doute un peu maintenant.

Epitanime 2010 avait été pour notre association notre première grosse convention: on y faisait les nocturnes, les GROSSES nocturnes, non stop de 1 à 7h le vendredi et le samedi nuit, dans notre petite salle, avec interaction minimale avec les autres associations – à peine disait-on bonsoir à BulleJapon qui partageait notre salle -, bref c’était un peu obscur mais on y avait remporté un petit succès et on était parti sur un très bon pied même si de mon coté j’avais regretté ne pas avoir pu vraiment vivre la convention.

Epitanime 2011 s’annonçait comme encore plus spécial: convention « de confirmation » pour l’association, en tant que visiteur de nombreuses inquiétudes sur la communication de la convention – avec un site internet qui ne se réveille que les deux dernières semaines -, avec de nombreuses rumeurs entendues qui faisaient un peu flipper sur la direction que prenait l’organisation de la convention, et surtout un début de grosse grippe le lundi avant la conv. Du coup, ça m’effrayait un peu tout ça, j’ai même arrété de me raser parce que je suis un peu superstitieux et convaincu que ça attire la chance (oui cherchez pas je suis pas un peu niais) et au final on dirait que tout s’est étrangement passé ! Enfin c’était un bon week end mais une Epitanime un peu fail niveau orga. Mais là encore les 48h furent plus qu’agréables et plus que fantastiques…


JVTard seal of approval.

Lire le billet.

Karaoké Epitanime & Fanfictions Yaoi

Karaoké Epitanime & Fanfictions Yaoi

Samedi avait lieu une Diurne Epitanime classique suivie d’une nuit entière de karaoké, de minuit à six heures trente du matin. Et évidemment, comme j’aime beaucoup le karaoké, j’ai été appaté, faisant le déplacement depuis Caen juste pour le plaisir de passer plus de douze heures en présence de qualité. Car il est temps que le karaoké Epitanime soit honoré comme il faut sur ce blog.

TATAKAE !

Derrière le karaoké Epitanime il y’a donc une seule divinité: la fameuse Toyunda. Pour ceux qui ne la connaissent pas, alors j’ignore le nombre exact de trucs qu’il peut y’avoir dedans mais elle possède une quantité abyssale de choses en mémoire. Et quand je dis abyssal, je ne rigole pas, Il ne manque que très rarement un truc dedans. Bref, un travail vraiment effectué sur le long terme, une machine sans cesse complétée et mise à jour, et qui fait le bonheur de ceux et celles qui aiment gueuler à tue tête. D’autant que la gestion des séances de karaoké est globalement très bien fichue chez l’Epita, et ils ont appris à nous épargner le micro disponible pour ceux qui voudraient chanter en individuel, qui est une chose que je déteste vraiment personnellement: on est pas en kara pour écouter les trois mêmes personnes (car ce sont toujours les mêmes personnes qui viennent chanter, suffit de voir le kara Tengumi de la JE) venir massacrer (car elles chantent mal) l’opening qui passe. Non mais oh !

Je dis l’organisation est très bien fichue mais il arrive toujours trois ou quatre couacs ici où là (« maieuh j’avais demandé l’op de Higurashi Kai, on me file celui de la première saison ! » « maieuh pourquoi l’amv hagane no messiah il a le droit de passer et mon jihaku il a pas le droit, ils sont aussi longs l’un que l’autre, c’est injuste, donnez moi des femmes que je les viole pour libérer ma frustration ! ») mais généralement, 98% du temps, on a ce qu’on veut, quand on le veut et malgré le grand nombre de personnes souvent présente en amphi. Et depuis qu’on a maintenant en plus le kara « alternatif » en petite salle avec une vingtaine/trentaine de personnes grand maximum, les règles ont changées et ne plus avoir l’opening qu’on veut est devenu une sorte de malchance ultime.

Et ce que j’aime surtout dans ces séances de kara Epitanime, qu’elles soient en amphi où en petite salle, c’est la bonne ambiance qu’on y trouve ! Ca taquine un peu mais pas méchamment, des gens hurlent de joie, tout le monde allume son portable où son briquet pour chanter Ai oboete imasuka, on bourrine sur les tables quand y’a X, les gens sont heureux d’être là, et souvent ce grand enthousiasme est communicatif. Et quand le shuffle se la joue grand seigneur et se permet le luxe de créer des combo de ouf qui emportent l’adhésion générale, alors on peut vivre juste un bon quart d’heure d’extasie ! Par contre, au contraire, si deux ou trois chansons un peu meh / obscures s’enchaînent, on verra vite la salle un peu perdre sa force… pour mieux la retrouver lorsque débarquera Tatakae! Otaking, Gurren Lagann où même la grande famille des dangos. Puis même quand le générique ne nous plaît pas, y’a toujours moyen de « s’amuser » en le commentant avec ses voisins et caetera.

Du coup on en arrive à la nuit de samedi, et là où c’était encore plus rigolo c’était qu’au final, 90% des gens présents se connaissaient et se fréquentent très régulièrement sur IRC donc par conséquent dans ce « tronc commun », on retrouve nombre de délires plus où moins subtils, à commencer par le fameux meme qu’on ne présente plus, le « CANCER. » Alors bon moi perso, j’ai déjà du le dire: si je peux remonter dans le temps pour avorter la mère du type qui un jour a dit « X est le cancer qui tue Y », je le ferais sans doute parce que l’expression m’agace un peu beaucoup et j’ai passé le stade « haha running gag rigolo » de très loin. Du coup j’avoue que voir apparaître le truc en karaoké en octobre dernier me faisait un peu peur. Au final le truc a été très vite désamorcé et aujourd’hui il est un peu utilisé sur tout et n’importe quoi, vraiment pour le fun. Là où j’avais peur de voir un truc être utilisé très sérieusement pour péter les couilles, au final il est devenu un truc plus inoffensif qu’autre chose, parfois même très drôle quand bien utilisé (cad quand on l’attend pas.)

Alors pourquoi une joyeuse organisatrice vient nous LES PETER à 5h du mat ? Non mais sérieusement sur le coup j’étais tellement « Oh putain mais qu’est-ce qu’elle vient nous raconter là » que j’ai eu trois minutes de vide dans ma tête. C’était juste révoltant. Parce que madame – présente depuis le début du truc donc- laisse passer tous les « cancer » sans broncher et sans rien dire, et paf, ayé, les jvtards le font sur Reborn donc là ayé on a touché à la corde sensible, elle fait interrompre le truc, prévient qu’au prochain cancer tout le monde dégage et fin de l’histoire ! Super ! C’est juste le grand n’importe quoi ! Inutile de dire que ça a un peu dégommé l’ambiance gratuitement (d’autant plus gratuitement que la Kira bah après, elle s’est barrée après avoir laché sa merde hein, super), et que ça pose une certaine problématique sociale. C’est à dire « comment les memes d’une communauté sont perçues par les non initiés » mais en l’occurrence, avec 90% de touhouistes/haruhistes/jvtards/thalistes/assimilés dans la salle qui ont bien interprétés le truc, l’intervention menaçante faisait plus « je parle pas pour la majorité mais juste pour moi » qu’autre chose. L’autre problématique c’est que commencer à interdire certains trucs en kara, c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres: puisqu’on a maintenant une jurisprudence, j’ai hâte de devenir moi même responsable pour pouvoir enfin interdire les cris stridents des fangirls, qui sont une insulte à mes oreilles, non mais sérieux faut arrêter tout de suite ce genre de délires quoi. Ca sera quoi la prochaine fois ? Les types qui soupirent bruyamment, les types qui bavardent, ceux qui crient « PEDO » devant l’op de Nanoha ou de Kanamemo ? Et là on en arrive à l’autre problématique qui est qu’on ne peut pas « interdire » les réactions négatives à un opening mais sérieusement, de toutes les réactions « négatives », le cancer est sans doute la moins terrible tellement le truc est devenu plus taquin qu’autre chose et puis merde, de toute façon on est assez grand pour pas prendre ça ni personnellement, ni au sérieux, faut arrêter quoi. Limite on pourrait croire que la salle kara est un champ de guerre alors que putain, NON, justement.

Bref ça m’a suffisamment choqué pour que j’en parle ici un bon coup parce que pfff quoi. C’est juste blasant et à un moment il faut faire le point sur ce genre de trucs, pour l’avenir. J’espère juste que du coup le « cancer » ne deviendra pas quelque chose de – attention gros adjectif -… politique.

Mais Ranka est douce et pardonne

Ca serait dommage que ce genre de choses se reproduisent à l’avenir donc, puisque le karaoké Epitanime est comme je l’ai dit un endroit génial où on peut s’offrir gratuitement, régulièrement un nombre incroyabe de génériques où d’inserts songs. Sans le kara Epitanime, je n’aurais peut-être jamais accorder autant d’interêt au générique de Ga -Rei- Zero et par conséquent peut-être jamais regardé cette pourtant excellent série. Le kara Epitanime et un op d’Evangelion franchement épique est un des trucs qui m’a vraiment motivé à redonner sa chance à un anime que j’avais laché au bout de trois épisodes. Sans le kara Epitanime et un bon coup de Ai Oboete Imasuka, peut-être n’aurais-je jamais été vraiment motivé à voir le fantastique Macross Do You Remember The Love. Le kara Epitanime est un endroit magnifique pour découvrir (et je met une grosse emphase là dessus), un endroit superbe pour se défouler, pour s’amuser, pour partager des sentiments avec des gens… Et encore une fois je tiens vraiment à honorer tous les anonymes (bon j’en connais deux ou trois mais) qui pendant des années ont timés avec passion et dévouement des milliers de chansons, de génériques et tous les organisateurs qui doivent gérer tout ça à chaque événement, risquant leur vie à chaque erreur ! Alors encore une fois, bravo et merci à tous ceux là ! 😀

Et maintenant en bonus, et puisqu’on me l’a demandé, deux fanfictions yaoi écrites par moi même !

Maïndfück
Mindfuck !

Lire le billet.

Epitanime 2010 – o7

Epitanime 2010 – o7

Si Il est souvent de coutume de se dire que quelque chose d’agréable est passé « trop vite ». Mais il est souvent plus rare quand ce quelque chose est vraiment passé trop vite. Et pour moi, il est indubitable que cet Epitanime a vraiment duré trop peu. Quand le karaoké final s’est conclut devant un public en délire, je n’avais pas vraiment le sentiment d’avoir vraiment profité de l’évènement, et le sentiment tenace d’avoir fait que la moitié du truc m’a souvent envahi.

Alors évidemment, ce ne fut pas non plus un Epitanime « classique ». Autant l’an dernier, j’avais vécu chaque minute, chaque seconde parce que de toute façon il n’y avait rien de mieux vraiment à faire. Autant cette année j’ai du me forcer à me reposer, j’ai du passer pas mal de temps à préparer les activités de l’association, j’ai du passer du temps à les animer, et c’est pas le genre de trucs qui vous laisse assez d’énergie pour survivre après. Et quand en plus votre estomac décide de passer tout le dimanche à vous exploser la gueule, il y’a des choses contre lequel vous ne pouvez vous battre et le synonyme « mort-vivant » vous colle admirablement à la peau.

Par conséquent, ce billet sera un peu étrange, et sera surtout dédié au coté « associatif », avec un petit bilan du premier jet thaliste, les remarques et tout ce qui tourne autour. La convention en elle-même, hummm… pas grand chose à en dire au final. Et ça me fait un peu chier.

TortueEnPatafix.jpg
Et dites bonjour à la TORTUE EN PATAFIX.

Lire le billet.

Go go Epitanime 2010, go go

Go go Epitanime 2010, go go

Bon l’Epitanime est dans maintenant pile une semaine, c’est bien, c’est fun mais je ne suis pas là pour vous dire comment vous y préparer mentalement, comment ça se passe et tout ça. Je suis là pour vous commenter lourdement ce qui va s’y passer, ce qui promet, et le tout avec juste un élément simple: un planning et beaucoup d’amour !

Pour rassurer le lectorat, non, je ne vais pas une énième fois vous prendre la tête avec les activités du Forum Thalie. On sera là le vendredi et samedi soir, le planning de l’asso est là et un podcast a même été enregistré pour l’occasion, podcast que vous pouvez écouter dès maintenant:

Ou le le télécharger via ce lien, il ne dure que 25mn, si vous avez un voyage en bus ou en métro à égayer de douces voix joyeusement chantonnantes, ça peut être une opportunité !

Donc hop, sortez les plannings et observons ça tous ensemble. Surtout que j’ai sous la main mon planning 2009 ! Des comparaisons seront faites, des remarques seront établies, et des défis seront lancés !

De l'amour et de la joie !

Lire le billet.

Nocturne Epitanime du 27 Mars – Premières fois tendres et associatives

Nocturne Epitanime du 27 Mars – Premières fois tendres et associatives

Difficile de vraiment trouver une phrase d’introduction là, tout de suite. Ce week end avait donc lieu une nouvelle Nocturne Epitanime, la troisième en trois mois pour moi et évidemment quelque chose d’assez particulier puisque c’était les premiers pas de l’association Forum Thalie avec tout ce que cela implique pour ma trogne égocentrique: premiers pas dans l’animation, dans la gestion d’horaires, dans le port d’un badge du pouvoir et tout et tout. Après avoir stressé une bonne semaine, il faut Lire le billet.

Nocturne Epitanime du 19 Décembre – Le billet dont vous êtes le héros

Nocturne Epitanime du 19 Décembre – Le billet dont vous êtes le héros

Attention, c'est dangereux

Je n’avais pas tellement prévu de parler de la Nocturne du week-end dernier à la base. Et pourtant je le fais quand même. Mais pourquoi, comment, que dire ? Très vite peut-être présenter le concept de la Nocturne Epitanime qui est plutôt simple: organisé environ une fois tous les deux mois et se déroulant dans les locaux de l’école EPITA au Kremlin-Bicêtre, la Nocturne est un événement gratuit regroupant des activités telles que des démonstrations de nombreux jeux vidéo aussi bien sur PS3 que sur NES, des karaokés, des jeux musicaux, du mahjong etc etc. Et comme son nom l’indique c’est… Nocturne. Ouvrant ainsi ses portes souvent à 18h pour les refermer définitivement plus où moins vers 7h. Donc presque 12h de plaisirs otakus joyeux, dans une ambiance assez appréciable – même si y’a encore des gens qui n’ont définitivement rien à foutre là.

Mais plutôt que de vous écrire un billet dessus, je vais vous écrire un jeu ! Vous vous souvenez des livres dont vous êtes le héros ? Ces trucs qui vous dit d’aller telle page lire tel paragraphe puis d’ensuite aller faire tel truc à telle autre page. Eh bien là on va faire pareil. Mais avec la Nocturne. Immergez-vous donc dès maintenant et préparez vous à une histoire magnifique…

Lire le billet.

Epitanime 2009 Addendum, Road To Japan Expo, Mario Maso

Epitanime 2009 Addendum, Road To Japan Expo, Mario Maso

FOLIE !! Bon deux/trois trucs en bonus du gros article qui précède celui-ci puisque je vous avais promis un truc et donc le voici, c’est à dire la vidéo prise par concombre de moi jouant à une sorte de Sushi Quizz organisé par un type de chez BulleJapon – et dont je n’ai pas eu le cadeau d’ailleurs, même si c’est pas ce qui m’intéresse le plus dans l’histoire. J’en reviens pas comment j’échoue comme une merde sur le « Burger Lire le billet.

Exploration de la Planète Epitanime 2009, rapport de mission.

Exploration de la Planète Epitanime 2009, rapport de mission.

ATTENTION. CE BILLET CONTIENT DES PHOTOS DE L’AUTEUR DE CE BLOG. LES REGARDER PEUT ÊTRE DANGEREUX. Moi, une gimmick et Concombre Masqué qui a fourni quasiment l’intégrale des photos de cet article, sauf mention contraire, merci à lui pour les photos et pour avoir supporté mon humour de « j’ai pas dormi depuis WOW ». Wow. Par où commencer, par quel bout débuter, comment construire cet article ? Le faire par ordre chronologique, par thème, par associations d’idées, par langue européenne, par personnes Lire le billet.

Epitanime ! Fuck yeah ! + Plein de jouissances métaphoriques et textuelles.

Epitanime ! Fuck yeah ! + Plein de jouissances métaphoriques et textuelles.

Eh oui demain commence l’Epitanime, là je suis encore dans ma bonne vieille bourgade de Ouistreham, je ne prends le train que demain midi, ou j’arriverais sur Paris vers quinze heures, et où, après quelques heures passées chez quelqu’un pour un projet top secret mais néanmoins amusant, et après un épique McThalie, je serais laché dans l’arène, au milieu de centaines d’otakus déchainés qui n’attendent qu’une seule chose: me prouver par a+b que Code Geass c’est pourri. Ou plus globalement Lire le billet.

Nocturne Epitanime du 11/12 Avril + [Prix Opening] Dernière demi-finale: Gurren Lagann Vs Baccano!

Nocturne Epitanime du 11/12 Avril + [Prix Opening] Dernière demi-finale: Gurren Lagann Vs Baccano!

EH OUAIS ! PARFAITEMENT ! DEUX ARTICLE EN UN ! PARCE QUE LA NAVIGATION SUR LE BLOG EST PAS DEJA ASSEZ COMPLEXE COMME CA !

Bien hier avait donc lieu la Nocturne Epitanime qui avait lieu, comme son nom l’indique, non pas à la Nocturne mais dans les locaux d’EPITA, véritable mini-Epitanime sans stands commerciaux, sans milliers de dizaines de centaines de personnes, et durant de 15h à 8h (dans les faits, le karaoké se sera cloturé à 7h45 et la plupart des stands, genre Playback, avaient pliés bagages vers 6h00 et des brouettes.)
Et donc pauvre petit provincial que je suis, j’y étais. Car j’avais déjà fait une Diurne y’a un peu plus d’un an maintenant (mazette le temps passe vite) et je voulais, en quelque sorte, un avant gout de ce qui m’attendra sans doute à l’Epitanime. Et du coup je remets mes capacités en question…
Au moins le voyage retour en train est passé plus vite que l’aller. Dormir a ses avantages.

Et j’avoue avoir merdé sur un point, hélàs indépendant de ma volonté: me coucher a 3h pour me lever à 9h, et pas réussir à m’endormir avant 5. Constat: j’étais déjà mort vers 22h, ce qui n’était pas supra cool. Et m’a plus où moins plombé.
Bref je suis arrivé vers 18h et des bananes (j’ai passé l’après-midi avec des gens, squatté le Sapporo pendant 3h et jeté un oeil discret à Junku – mazette, il y’a Taka qui a fait une couverture d’un receuil d’artwork et j’ai PAS CETTE ILLUSTRATION QUI DECHIRE LA GUEULE.)
Enfin si, je viens de la trouver sur danbooru…
BRAIF.

J’ai donc pas mal croisé de gens (Nataka, Kao-chan, QCTX, Yuki, Smog, etc etc), des joueurs de DS qui m’ont fait découvrir Daigasso! Band Brothers DX qui est vraiment un jeu assez intéressant, j’ai joué à Power Stone 2 (le jeu le plus bordélique de tous les temps, même Smash Bros c’est un dessin d’enfant de maternelle à coté), j’ai joué à Aladdin, un peu à Madworld (TUERIE-GALACTICO-COSMICO-INCROYABLE !!!), etc etc.
Globalement je me suis assez bien amusé, mais surtout dans la nuit, la soirée m’a semblé elle un peu plus longue.

Alors que dire ? Sur la zone Playback, j’avoue que niveau jeux musicaux ils étaient plutôt bien garnis: Singstar, Pop N’Music, le jeu bizarre avec les détecteurs de mouvements à placer autour de soi, Dance Dance Revolution ou Guitar Hero…
Guitar Hero World Tour. Argh. Et pour Guitar Hero c’était assez misérable: le jeu en lui-même avait montré ses limites en une heure et c’était les six mêmes musiques qui étaient jouées en boucle encore-et-encore-et-encore. Pourquoi ? Parce que le jeu a une playlist de merde. Si ça se battait plus ou moins pour la gratte, ça ne s’est jamais battu pour la batterie (je suis étonné qu’elle ai toujours pas claquée vu la violence de certains), ni pour le chant et encore moins pour la basse. En parlant de la basse dans GH WT: OK WHAT THE FUCK ? C’EST QUOI CETTE IDEE DE MERDE DE FAIRE JOUER DES NOTES SANS DEVOIR TOUCHER LE MOINDRE BOUTON ? C’EST CONTRE TOUT CE QU’ON A APPRIS JUSQU’A PRESENT !!
Enfin bref, Guitar Hero World Tour était un peu fail, prouve son fail et prouve que pour être un stand parfait, frais et bien formé, il faut investir dans Rock Band et Rock Band 2, et dans beaucoup de DLC (Chinese Democracy sort mardi en DLC), parce que voilà quoi. A noter que plus tard dans la nuit, c’est Guitar Hero Metallica qui a remplacé WT et… je ne sais pas j’y ai pas touché. Mais One et Toxicity revenaient aussi pas mal d’après ce que j’ai compris…

Animations: le blind-test a été… bordélique. L’idée initiale était rigolote (courir pour attraper un truc tenu par l’animateur et pour pouvoir proposer une réponse) mais c’était oublier que pour beaucoup, le blind-test c’est du SERIOUS BUISNESS, donc vas-y que ça gueule, que ça pousse, bref caca. Et puis la sono quoi, on entendait rien à ce qui était dit, que ce soit par le présentateur ou par les candidats. Donc génial, la réponse était officiellement dévoilée mais… on l’avait pas entendue.

Le karaoké… Ah, ça confirme une chose: que je suis un amateur de karaoké, chose que j’ai découvert qu’a la dernière Japan. Mais là ça a confirmé, surtout que c’était tellement mieux dans cet sympathique amphithéâtre. Gueuler des trucs à Minuit/1h puis à 7h du matin, ça fait plaisir. Et puis le mieux c’est le public: Kannagi ? Clannad ? Haruhi ? Segata Sanshiro ? ? Une HORDE d’otakus masculins qui gueulent leur joie avant de chanter. Et ainsi de suite avec les animes plutôt féminin et caetera. Huées classiques pour Naruto, etc etc. J’ai vraiment bien aimé. Bémol: voir certains openings passer deux fois, genre celui de Reborn! par exemple (qui a rien d’exceptionnel et est même un peu à l’image de la série – cad à moitié pourrie), ou bien j’ai entendu dire par exemple que l’opening de Full Metal Alchemist Brotherhood était passé 3 fois dans la nuit. Enfin, on pouvait comme d’habitude proposer ce qu’on voulait à un gentil monsieur qui traînait dans le public vers minuit / 1h. Et mon rêve a été réalisé: Sayonara Zetsubou Sensei est passé devant un public en FOLIE. (et composé de 45/50 personnes vu qu’il était 7h30)

Sinon le coin jeux vidéo Epitanime était bien cool, et un endroit parfait quand on est seul et qu’on attend des gens. La Dreamcast aura fait tourné Vigilante 8 (un jeu trop souvent sous-estimé et qui mériterait de revivre sur 360 =() et Power Stone 2, du Street Fighter IV aura enchanté les débats tard dans la nuit sur la PS3, Bomberman Saturn a été joué en boucle – pas vu un moment ou le rétro-projecteur montrait autre chose. Sur Megadrive on pouvait toucher à Aladdin, Mickey Mania ou Shadow Dancer. Plein de jeux NES, sur Wii c’était soirée Mad World, sur 360, surtout du Geometric Wars – et un peu de Banjo Kazooie et sur la Xbox on pouvait par exemple, se faire ce bon vieux Capcom Vs SNK. Bref y’en avait pour beaucoup et c’était globalement assez tranquille, les jeux musicaux étant allés voir ailleurs si il y était – ce qui est vraiment une excellente idée.

Sinon le concert a 22h s’est ressenti, ça tremblait un peu partout, j’y ai jeté un rapide oeil, ça m’a pas franchement convaincu d’amblée, et j’ai eu cette impression – vers cette heure-là – que toute l’organisation voulait absolument qu’on aille voir ce concert, que la Nocturne tournait autour, qu’on fonderait vivant en avalant nos couilles si on allait pas le voir, enfin bref. Par exemple avec la fermeture du karaoké pendant une bonne demi-heure, si ce ne fut pas trois-quart d’heures… Sans trop de raison apparente semblerait-il. Ou peut-être je ne l’ai pas entendu.

Le point DS était assez vide… de DS. Les cosplays étaient rigolos, mais y’en a 3 ou 4 ou j’ai juste fondu des yeux (bordel une Mitsuru obèse… je… comment dire ma réaction en voyant ça ? Il n’y a pas de mots. Il n’y a plus de mots…), je n’ai pas vu le défilé de toute façon. Y’avait de la balle au prisonnier organisé dans l’après-midi ce qui est cool et la Sohei a proposé des tas de jeux différents, mais y’en avait des complétements fous (le jeu ou faut reconnaître un anime d’après une image gryoscopée à mort sur Photoshop et ou on devait poser des questions à l’animateur… argh. Ca a plus fini en « faut poser des questions à l’animateur »)
Sans oublier le blind-test d’usage complétement surpuissant.
Bon, à la fin, Sohei a laissé la place aux otaques que nous étions pour faire notre propre jeu. Et c’était sympathique. 2h.

Sinon, niveau projection, j’ai été assez deg de louper les deux premiers épisodes de Xam’d, le programme était pas forcément super visible (PLUS GROS ! IL FAUT UN TRUC ENOOOOOOOORME ! Limite avec des flèches clignotantes autour), GTO le film et Volcano High ne m’ont pas forcément super intéressés. Du coup je les ai pas matés. Voilà. VOILA. Donc je ne donnerais pas d’avis.
Sinon bouffe et déshydration, toujours une queue infernale, même à 3h du matin. Mais n’ayant pas franchement faim ni soif à cause d’un repas très copieux au déjeuner, je m’en suis passé. Par contre, j’avais l’impression ou, qu’importe ou j’aille dans le batiment, ça sentait la bouffe japonaise. Je m’y suis fait vite mais c’était rigolo. Enfin bref,

Globalement c’était donc très sympathique. J’ai bien dormi après – dans le train, dans le bus, dans mon lit, devant mon pc en rédigant cet article. Par contre, qu’est-ce qu’il y’a de japonais métrosexuels ! A moins que ça soit les 3 mêmes que je croisais tout le temps… d’un coté ces bridés, ils se ressemblent tous è_é !!
(nota: j’avais pris mon masque et… je l’ai jamais mis. Je suis entré sans comme ça, je comptais le mettre plus tard, puis plus la soirée est passée, plus je l’ai oublié et puis au final a 2h du matin je me retrouvé à me dire: « a quoi ça sert que je le mettre que maintenant ? ». Tant pis :>)

Mais passons au prix opening. ENFIN. Trop de texte, ça manquait de conret et d’intéressant là. Donc victoire de la semaine pour Sayonara Zetsubou Sensei, et victoire écrasante – sinon ça ne serait pas drôle:

Enfin une victoire moindre par rapport à d’habitude pour Sayonara Zetsubou Sensei, c’en est presque décevant. Surtout qu’a minuit, 4h après le début du sondage, SZS était à un score fleuve genre 85%. J’avoue que j’ai eu peur. Je sais pas pourquoi. Mais j’ai eu peur.

La mascotte de la semaine est la SUPER MAID ULTIME de Taka, illustration dont je parlais plus haut. Pensez ! UNE MAID. EN MAILLOT DE BAIN. BLANC. C’est con parce que y’a la version maillot de bain scolaire mais qu’importe, en blanc c’est bien aussi, c’est cool le blanc:
DO I WANT

Bref, passons à la dernière demi-finale, qui choisira le dernier finaliste, qui rejoindra Sayonara Zetsubou Sensei et Xam’d Lost Memories dans le camp des ultimes vainqueurs:

Lire le billet.