Archives du mot-clé epitanime

Epitanime 2016 – It’s Raining Again

Comme chaque année pour moi depuis 2009, la fin mai est synonyme d’Epitanime. Ca doit faire depuis ma première édition en 2009 que je dis et redis régulièrement que c’est une conv extrêmement importante à mes yeux, qui bénéficie d’un esprit et d’un concept unique, très riche en personnalité, qu’on ne retrouve pas ailleurs. C’est toujours un moment fort de mon année et rien que l’idée de passer 48h dans cette école, entouré de gens avec qui j’adore passer du temps, bah elle me botte vachement. 

Mais cette édition 2016, étrangement, j’avais moins d’attente que d’habitude. Déjà parce que maintenant je dois m’habituer à enchaîner Stunfest et Epitanime dans la même semaine, ensuite parce que plus personnellement je suis dans une période extrêmement lourde, avec beaucoup de pression diverses et variées. Du coup la conv Epitanime n’était devenue qu’une deadline de plus dans un océan de coups de pression divers et variés, alors, évidemment, j’étais content d’aller à Epita en ce vendredi 27 mai 2016, mais je n’avais plus cette attente ultra fébrile que je pouvais avoir pour mes premières éditions. C’est normal, finalement: je vieillis. Et, surtout, j’ai découvert l’an dernier que je pouvais oublier le défi des 48h éveillés. Je peux le faire, hein, c’est juste que à la fin je suis mentalement comme le méchant de Far Cry 3.

zZzzZZ
Eux, par exemple, ils ont perdus le défi

Et au final, j’ai passé un week-end incroyable. Des excellentes rencontres, une activité constante, des fous rires, un échappatoire total de la réalité et du bon temps, bref, tout ce que j’attendais de ce week-end, et bien plus encore. Epitanime 2016 sera donc, encore une fois, un de mes meilleurs moments de l’année.

Le souci ? La conv autour était un peu triste.  Certes, certains vous diront que ça fait quelques années maintenant que Epitanime devient progressivement démodé. L’an dernier, déjà, la fréquentation n’était pas au niveau des éditions précédentes mais ça pouvait s’expliquer par une communication qui avait été énormément aux fraises  1 et, surtout, la nécessité pour le salon de retrouver un élan qu’il avait perdu suite à l’annulation de l’édition 2014. Sauter une année ne pardonne finalement que peu dans une société devenue ultra connectée et la sanction s’était alors fait sentir. Le fait que la météo soit dégueulasse n’avait pas non plus aidé mais, bref, le plus important c’était que le salon fasse son nouveau départ, se remette à réexister dans l’esprit des gens et que la conv 2016 permette à la « marque » Epitanime de se recrédibiliser, se relégitimiser, reprendre sa place dans le game des convs et, si possible, ramener à la fois un nouveau public et le public des habitués.

Et…

… c’est pas ce qu’il s’est passé cette année, du coup.

J'aime néanmoins toujours arriver le vendredi pour assister à l'installation de la conv
J’aime néanmoins toujours arriver le vendredi pour assister à l’installation de la conv (d’autant que c’est le seul moment du week-end ou y’a eu du soleil)

Continuer la lecture de Epitanime 2016 – It’s Raining Again 

  1. Avec une convention « officialisée » de manière extrêmement tardive et un site web qui avait attendu la mi mai pour commencer à donner des infos
♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Nocturne Epitanime du 13 Février – Koe no kagiri

LES NOCTURNES EPITANIME. 

Vous connaissez sans doute déjà la « vraie » convention Epitanime, celle qui se déroule fin mai, qui prend place pendant 48h non-stop, et qui est toujours l’occasion de s’éclater entre otakus dans une ambiance légère et amicale. Vous connaissez ptet moins les Nocturne ou, en gros, on se ramène à 21h, on fait des trucs dans l’école EPITA lié à la culture visuelle japonaise, et on part à 6h, bien défoncés mais heureux d’être en vie. Je traîne dans ces Nocturne depuis avril 2009 mais faut avouer que ces dernières années bah… j’y allais un peu moins en visiteur vu que j’en avais pas fait depuis janvier 2014. En même temps des Nocturnes, ça faisait un an que y’en avait plus eu – la dernière était pour fêter la Saint-Valentin 2015, entre temps l’association a essayé d’en refaire en décembre mais lol l’état d’urgence et la panique générale de novembre – et les précédentes j’y étais en associatif dont je suis à moitié excusé.

Je suis donc allé à celle du 13 février. Programme assez mince: aucune asso extérieure à Epitanime s’est déplacé, mais ça ne m’a pas empêché de rester toute la nuit. 70% du temps a été dédié à faire du karaoké. J’avais 2/3 thalistes avec moi (Tsuchi et Yoka, yo) et c’était sympa.

Mais du coup je vais vous raconter cette longue soirée. Heure par heure. J’ai décidé de faire mon journaliste total pour l’occasion et j’ai passé la soirée avec un stylo et mon fidèle carnet de notes (qui, honnêtement, traîne dans mon sac depuis quatre ans mais n’a pas concrètement servi depuis la fois ou j’ai interviewé des japonais à Japan Expo Centre 2012), prenant plein de notes sur tout ce qui se passe etc etc. Le tout avec un style volontairement très bref, encore plus oral que d’habitude. Vous allez aimer.

L’article sera illustré de fanarts cools – souvent lié à des séries que j’évoque – parce que bon, j’ai pas vraiment de photo de l’événement sous la main. La photo qui sert de bannière à l’article a été récupérée sur l’album officiel de l’événement, sur la page Facebook des Nocturne Epitanime. Parce que moi mes photos, elles ressemblent plutôt… à ça:

IMG_20160214_241428292

C’est moins excitant !

MAIS VOICI DONC MON HISTOIRE.

 

20h

La Nocturne ouvre officiellement ses portes à 20h mais comme on connaît bien les petites habitudes d’Epitanime, on préfère aller au kébab à cette heure là. Rendez-vous donc à 20h devant « Le Pacha », un kébab tout tout près. Je retrouve Tsuchi, Yoka, Eruliuce et ZetaKebab et on se fait donc de la bonne viande salade/tomate/oignons. Je suis le seul à prendre un sandwich Adana, ce qui crée la sensation à la table. Les discussions ne sont pas incroyablement passionnantes, vous en conviendrez: ça parle beaucoup de Gundam. Yoka sort son recueil des nouvelles de Naoshi Komi, on repense à Double Arts, ça sale nos frites. Je suis tellement YOLO que je prends un GINI. La caissière croit que je suis étudiant donc me file le tarif lié. Cool.  On reconnaît déjà des gens qui vont aller à la Nocturne derrière. La télé diffuse un match qui oppose la Juventus à Naples. Hype.

 

Une Kikuchi Makoto fana du Juventus, par Sora Inoue
Une Kikuchi Makoto (The Idolmaster) fana du Juventus, par Sora Inoue

21h

On part ensuite vers Epita. Y’a la queue. On passe une minute à se dire « eh y’a le responsables activités d’Epitanime qui gère l’entrée, si on demande très gentiment, ptet qu’il nous fera passer » mais on a finalement aucun courage à demander. Du coup on va à la fin de la queue. Y’a pas grand monde dedans mais elle va très lentement vu que chaque personne qui entre est fouillée méticuleusement, et son nom entré dans une base de données interne. Il crachine. Les mecs sortent leurs parapluies, je m’en bat, je suis normand. Les gens devant nous parlent de Highschool DxD. Nous ? Comme deux d’entre nous ont passés du temps en Corée et au Japon, ils parlent de leurs expériences avec les love hotels. En Corée, c’est tellement pas cher que tout le monde s’en sert pour dormir et économiser des thunes. Au Japon les caisses sont automatisées, wow, folie. Je demande si y’a des cartes de fidelité, genre 12-25 ans. C’est drôle. On rigole. C’est bien l’humour.

On rentre ptet 30mn après avoir fait le début de la queue. Je me fais tamponner le poignet et on me demande si je suis célibataire ou en couple. Comme je suis en couple, je n’aurais pas le droit à un petit bracelet que j’aurais pu offrir à ma « Valentine potentielle » dans l’école. Les filles quant à elle, c’était l’inverse: si elles avaient un bracelet, elles étaient déjà en couple. Initiative fun, vaguement patriarcale (si j’ai bien compris, le mec était obligé d’être actif et la fille passive, je sais pas, ça reste bon enfant, je sais pas si des couples se sont formés, si oui on veut les noms, la différence d’âge et les plats préférés.) On fouille mon sac et je suis heureux de ne pas avoir ouvert la petite bouteille d’eau que j’ai ramené, sinon j’aurais été dans le caca. Un type nous demande si Thalie fait des activités ce soir. J’hésite à lui dire « ha bah bien sûr, c’est pour ça qu’on fait la queue à l’entrée. » Faire la queue à l’entrée d’une conv/salon: je le fais tellement peu que je suis plus habitué.

On fait rapidement le tour des salles. Effectivement c’est mince: deux salles de jeux vidéo musicaux (une dédiée à un jeu de danse, l’autre dédiée à un jeu de danse), deux salles de jeux vidéo plus classiques, une salle atelier dessin et l’amphi karaoké. On fait le tour de la salle JV. Des types jouent à Gravity Rush PS4. Le Bomberman Saturn à 8 est au rendez-vous, tout comme Smash 4 et Mario Kart Wii. On songe y revenir plus tard. Là c’est kara.

Amphi déjà plutôt blindé, on arrive à prendre des places au premier rang tout à gauche. Ca va être précieux pour la suite. On se fait accueillir par trois génériques de Shonen Jump à la suite: Assassination Classroom, Haikyuu, Shokugeki no Soma. Ok cool.

On va s’asseoir POUR NE PLUS JAMAIS PARTIR. Il est 21h55.

Ouais Fukuyama double les deux personnages, donc, ouais, le fanart était logique
Ouais Fukuyama double les deux personnages, donc, ouais, le fanart était logique (par ana bi)

Continuer la lecture de Nocturne Epitanime du 13 Février – Koe no kagiri 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Epitanime 2015 – Purple Daze

C’était donc le retour d’Epitanime et ça m’avait sincèrement manqué. Les Diurnes de l’an dernier étaient funs mais c’était honnêtement pas pareil sans le rush de 48h. Tu viens à Epitanime pour passer litérallement tout un week-end baigné dans l’animé, le manga et le jeu vidéo, c’est ça qui fait le charme de l’événement. Quand tu discutes de DanMachi un dimanche à 16h sans avoir dormi depuis vendredi 10h, c’est honnête, c’est frais, c’est intense, c’est naturel et c’est bonnard.

Donc voilà le moment fantastique où je me prépare à faire un bilan. Pour l’occasion je vais juste faire un BIEN / PAS BIEN un peu comme j’écrivais mes articles de Minorin. C’est une édition qui à titre perso m’a pas beaucoup enthousiasmé et m’a donné un sentiment bizarre avant, pendant et après. Avant parce que la com autour était assez limitée et que y’a pas eu de « hype » construite autour. Pendant pour les raisons que je vais exposer. Et après parce que j’étais pété et que je le suis encore à l’heure ou j’écris ces lignes et ce même si quatre jours se sont écoulés.

Bon, allez, on est parti.

Le karaoké final, le moment où tu sais que tu as survécu
Le karaoké final, le moment où tu sais que tu as survécu

BIEN: Tenir 60h sans dormir

PAS BIEN: Tenir 60h sans dormir

C’est la troisième fois (sur six) que je fais Epitanime non stop sans dormir et je sais pas si je le referrais à l’avenir. Je l’avais fait en 2009 et ça m’avait pas trop emmerdé parce que j’étais « étudiant », que j’avais déjà un rythme de sommeil ultra décalé en arrivant et que comme je découvrais tout (les gens, les activités, l’endroit) mon cerveau était en mode licornes et arc en ciel pendant tout le long, ce qui aide pas mal à tenir bon. En 2013 j’ai tenu sans dormir sans trop de soucis parce que là encore j’arrive à la conv loin d’être épuisé par mon boulot qui était à l’époque à temps partiel. Mais là cette année j’arrive alors que mon corps est désormais « enchaîné » à un rythme de sommeil de personne qui bosse. Alors même si j’ai dormi 11h dans la nuit du jeudi au vendredi, le déficit de sommeil il arrive vite dans ta gueule et j’ai passé un dimanche assez dingue. Psychologiquement.

Je passe sur les hallucinations sonores qui font que t’entends ton pseudo PARTOUT parce que ça c’est un classique d’Epita et je l’ai eu chaque année, même en faisant des siestes. Je parle de plus sérieux. Je veux dire le dimanche j’étais au point où j’hallucinais clairement. Parfois je disais des trucs mais en fait je ne les disais que dans ma tête. Du coup j’ai passé l’après-midi vers 16/18h à dire des trucs et à me demander, 3s après, si je les avais réellement dit ou pas. Y’a un moment ou j’étais assis dans une salle, ou j’ai fixé un mur, et ou je voyais apparaître des chiffres et des lettres type Matrix.A chaque fois qu’on me voyait on me demandait si ça allait. Je faisais flipper tout le monde, sans doute :’D. J’ai jamais été aussi proche de ma famille alcoolique qu’à ce moment là.

Le pire ? C’est resté confiné à deux périodes bien précises ! Genre 10h/12h et 16h/18h. Parce que putain, après 18h j’avais toute ma tête, plus aucune fatigue, je suis allé à un resto sans souci, j’ai fait 2km à pied pour rentrer de ma gare jusqu’a chez moi sans me faire chier, je me suis même permis le luxe de me mettre dans mon lit et de lire un manga avant de me coucher. Je pige pas comment le corps ça fonctionne.

Bref j’ai vraisemblablement battu un record perso en restant levé du vendredi 10h jusqu’au lundi 0h30. Mais honnêtement je crois que je vais plus essayer de le battre, mes limites je les ai perçues :’D. J’aurais pu faire une petite sieste dans n’importe quelle salle, oui, vous avez raison, mais je crois que par masochisme et par volonté de voir ce que ça faisait de continuer à se maintenir éveillé, j’ai tout fait contre. Ce qui m’a sauvé c’est sans doute les pizzas qui déchirent de la pizzeria sur le boulevard adjacant…

Voilà, je commence par ça pour que vous vous rendiez compte sous quelles conditions j’ai fait cette Epita. On est proche du journalisme à la Vice pour le coup.

Continuer la lecture de Epitanime 2015 – Purple Daze 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Diurnes Epitanime – Je sens que cette diurne va être une pure soirée

Deux articles à la suite sur les diurnes Epitanime ? Well, shit. Il faut dire que je prends la tête de tout le monde avec depuis début avril et l’annulation de la convention Epitanime annuelle, donc ce n’est guère étonnant. Plus sérieusement, j’allais quand même oublier de faire un bilan des deux jours et de la nuit passés à Epitanime et, genre, poser mon slam pour le ghetto. Parce que je l’ai fait pour chaque week-end de mai passé à Epitanime de 2009 à 2013 et que je vois pas pourquoi je le ferais pas cette année non plus. Déjà que j’ai fait sombré pas mal de mes marronniers annuels, si je fais plus l’Epitanime, où va t-on ? Où est mon honneur, ma dignité, ma raison d’être ?

Même si attention à la confusion, parce qu’on l’a vu énormément ces deux derniers mois, à cause de beaucoup de maladresses: le week-end dernier ce n’était PAS la convention Epitanime, c’était un autre type d’événement nommé « Diurnes. » Moins ambitieux, avec moins de staff, de responsables, d’invités, de moyens… Bref une mini convention, dans la lignée des Nocturnes régulièrement organisées par l’association Epitanime dans les mêmes locaux. Bref, c’était le sujet de mon article d’il y’a deux semaines donc stoppons là.

Peu de photos pour illustrer l'article alors voilà du Persona Collection (par Akaza)
Peu de photos pour illustrer l’article alors voilà du Persona Collection (par Akaza)

 

Rapidement, quoi qu’en dire ?

J’ai été staff asso pendant la bonne moitié de l’événement puisque j’étais fourré dans la salle Thalie/SOS à animer et superviser nombre de jeux (et autres cérémonies de prix.) Salle remplie du début à la fin de la conv, on a eu notre succès, on s’est pas trop trop gaufré en général, bref on est content du week-end. Après du coup on a bénéficié d’un des défauts de l’événement c’est à dire, fatalement, un nombre de choses à faire assez limitées. SOS/Thalie était la seule asso d’activité sur place (avec Otaku’s Voice qui était planqué dans un coin et ne faisait pas grand chose) et les autres occupations étaient peu variées…

 

Continuer la lecture de Diurnes Epitanime – Je sens que cette diurne va être une pure soirée 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Bon y’a Epitanime ou pas alors ce week-end

Réponse de Normand à cette question: OUI et NON.

OUI parce que y’a bien un gros truc d’organisé sur l’ensemble du week-end mais NON car ce n’est pas la convention Epitanime. C’est juste autre chose. Bon récapitulons tout, tous ensemble.

Oui parce que c'est pas simple.
Oui parce que c’est pas simple.

Etape 1: Annulation d’Epitanime

Alors grosso merdo ça fait depuis janvier qu’on avait des rumeurs qui nous disait qu’Epitanime sentait le paté. Le principal souci étant un manque criant de volontaires pour staffer les postes à responsabilité sachant que c’est finalement assez complexe et que c’est pas forcément lié à un vrai manque de motivation mais aussi à un jeu politique interne à l’association Epitanime qui fait que beaucoup de gens motivés à la base ne sont juste pas restés pour une raison X ou Y… mais là on entre dans un terrain glissant ou les sources se contredisent tous et ou chacun à sa version donc restons en là. Sinon on est parti pour la version Junior de Game of Thrones.

Bref, début avril la situation pète, y’a pas assez de responsables. En réaction le responsable conv se barre pour une raison X, son co-responsable pour une raison Y et la présidence d’Epitanime intervient pour annoncer l’annulation de la conv, dans une cacophonie générale puisque l’info fuite sur Twitter avant d’être officiellement annoncée. C’est vaguement caricaturé mais au final hop.

La raison de l’annulation est donc, officiellement, un manque de responsables motivés. Ca pleure dans les chaumières MAIS simultanément est annoncé que l’événement allait être remplacé par le « retour des diurnes. »

Kézako ?

Promesse: y'aura à manger
Promesse: y’aura à manger

Etape 2: Diurnes Epitanime, c’est quoi

En dehors de la conv annuelle, Epitanime organise d’autres événements nommés les Nocturnes. Ceux-ci durent généralement de 20h à 6h dans l’école, un week-end tous les deux mois, et permettent à l’asso d’engranger un peu d’argent tandis que le public vient principalement faire du kara, voir des associations, jouer à des JVM ou des jeux de plateau. Ca n’a pas beaucoup d’envergure mais c’est un modèle très sympa dont j’ai déjà parlé ici deux ou trois fois (dont une fois en forme de jeu dont vous êtes le héros.)

Mais ce genre de petit événement existait autrefois sous le nom de « Diurne. » D’ailleurs, la première fois que j’étais allé à Epita, c’était pour une Diurne en 2008. Grosso merdo c’est le même concept qu’une Nocturne mais… de jour. Genre 13h/22h.

Donc voilà par quoi la conv allait être remplacée: pas mal de gens d’Epitanime étant assez triste de rien avoir ce week-end là,  voilà deux Diurnes, une le samedi, une le dimanche. De 9h à 20h chacune.

Mais fondamentalement c’est quoi la différence entre une journée de diurne et une journée de convention ?

  • La Diurne s’étend sur moins de place que la convention. Par exemple Epitanime utilise la quasi totalité des bâtiments de l’école Epita alors qu’une diurne ne va se dérouler que dans un seul des deux bâtiments.
  • Absence totale de vendeurs pro
  • Pas de concours de cosplay
  • Pas de scène dans la cour (oui car en 2014 la scène était prévue pour revenir dans la cour de l’école et quitter le sous-sol.)
  • Moins de staff, moins d’associations partenaires, etc…
  • Et, évidemment, là ou la convention Epitanime dure du vendredi soir 20h au dimanche soir 20h non stop, la Diurne va, théoriquement, uniquement de 9h à 20h en journée.

TLDR c’est beaucoup moins ambitieux que la vraie conv, ça attend pas le même nombre de visiteurs, et ça prétend pas proposer la même chose. C’est une version Light de la conv, pour caricaturer. C’est pour ça d’ailleurs que ça ne porte pas le nom de conv Epitanime.

Ce qui veut pas dire que les gens qui l’organisent sont vachement moins motivés. Et ce qui veut pas dire que ça sera moins sympa.

Promesse 2: Y'aura des jeux vidéo
Promesse 2: Y’aura des jeux vidéo

Etape 3: Mais du coup ça vaut le coup de s’y déplacer ?

OUI.

GRAVE.

 

Déjà a été confirmé aujourd’hui sur le forum Epitanime (lisez les deux pages du topic) que la zone karaoké restera ouverte pendant la nuit donc il y’aura tout de même moyen d’y rester un bon moment comme si de rien n’était.

Mais même si vous n’aviez pas prévu d’y passer la nuit, le contenu qui sera proposé pendant les journées sera intéressant et, pour un prix modique, semblable à celui d’une conv de petite à moyenne envergure.

Même si on mettra particulièrement l’emphase sur l’espace fanzine qui sera certes un peu planqué dans la « Bakcave » mais qui prévoit pas mal de gros gros trucs. En l’occurence, l’espace sera nommé la Comic Party. Du coup y’aura pas mal de talents, d’une part, mais aussi une grosse organisation autour avec pas mal d’activités et de trucs qui rendront l’espace vivant. Sans compter que pas mal d’artistes vont s’y ramener avec leurs dernières créations et que faudra surveiller de prêt.

Niveau activités, y’aura que le duo Thalie/Brigade SOS mais, en tout cas du coté Thalie, on a prévu des gros trucs. Par exemple, dimanche après-midi à 15h, il y’aura la cérémonie de remise des prix Minorin. Pendant 1h30 on reviendra sur le meilleur et le pire de l’animation japonaise de 2013. J’ai passé mon week-end dessus ça va être assez top. A coté de ça on aura des trucs comme le retour du Gloire & Honneur avec 100 fois plus d’anime et de jv, des jeux sur les animes d’idols, sur la Nintendo 64, etc etc. La liste est longue, je linke le planning.

Mais il y’aura aussi du karaoké, des jeux vidéo, des jeux vidéo musicaux, des jeux traditionnels, etc. Bref c’est pas mal.

Promesse 3: Y'aura du cosplay
Promesse 3: Y’aura du cosplay

Etape 4: Synthèse

Donc:

Diurnes Epitanime.

Ou ça ? Aux locaux d’EPITA, rue Pasteur au Kremlin-Bicêtre.

Quand ? Le samedi 31 mai et le dimanche 1er juin de 9h à 20h

Y’aura quoi ? JV, Jeux Vidéo Musicaux, Cosplay Libre, Beaucoup de Fanzines, des jeux, du karaoké, des jeux traditionnels, de la bouffe

Ca sera bien ? Oui

Ca sera aussi bien que la vraie conv ? Ca ne dépend que de vous !

Promesse 4: y'aura Thalie
Promesse 4: y’aura Thalie

Etape 0: Et sinon, le jeudi avant c’est l’Ascension et j’ai pas grand chose à faire ce jour férie là

AH BAH C’EST CHOUETTE.

Thalie organise ce jeudi de 14h à 20h un streaming Twitch qui aura pour but de préparer un événement nommé l’Hajime. Cet événement, qui aura lieu fin août, sera un marathon vidéoludique de 24h qui servira à lever de l’argent pour une association (en l’occurence Autisme Europe.) Donc ce jeudi on organise une « bêta » pour tester pas mal de trucs en live, jouer à des jeux, s’amuser et faire la promo de l’événement final.

Ca sera sur le stream Twitch de l’asso. De mon coté je ferais à 14h un Let’s Play du Marsupilami sur Megadrive. A 16h je vous ferais découvrir Pokémon Zeta, un jeu Pokémon amateur assez bien fichu. Le planning final sera posté demain ou mardi sur le blog de l’association.

En espérant avoir vos retours sur l’événement o/.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Epitanime 2013 – Welcome home (Sanitarium)

15h de sommeil plus tard, la voix pétée, la nuque rougie par le contact quotidien et régulier avec un col de veste particulièrement agressif, voici un billet sur cette édition 2013 de l’Epitanime. Béni soit le lundi de Pentecôte. Même si je continue d’être relativement proche de la mort clinique, je vais essayer d’assurer un minimum de qualité éditoriale sur cette Épitanime qui mérite de pavasser un chouia. Surtout parce que c’était finalement la première depuis 2009 ou j’ai vraiment pu en profiter en tant que visiteur grâce à un emploi du temps associatif avantageux limité au créneau 1h30/7h et une absence globale de stress dans la préparation. Et aussi parce que j’ai finalement très peu dormi, me contentant de deux heures le samedi matin, à l’arrache. Eh, dormir 2h en presque 60 heures, c’est pas mal, c’est pas mal. On a un des courbatures partout sur la fin, mais c’est pas mal.

I'm shopping in the rain
I’m shopping in the rain

Et oui, la pluie messieurs mesdames. Est-ce un signe ? Première Epitanime depuis 2007 ou il pleut des sauts (en 2010 il avait un poil crachiné dans la nuit mais rien de grave) puisque le samedi soir et toute la seconde moitié du dimanche après-midi ont eus le droit à une météo bien pérave. Certains y verront la punition naturelle de décaler une semaine à l’avance la convention, habituellement organisée lors du dernier week-end de mai – mais pas cette année afin de ne pas tomber face au Geekopolis de Cédric Littardi qui en plus pue le bide à 300 mètres. Détruisant l’ambiance, pourrissant la vie des fanzines et des staffs bien occupés à déblayer la pluie en permanence, cette pluie a été la même chose, métaphoriquement, qu’un cintre pour un foetus, si vous voyez ce que je veux dire. Vous voyez certainement. La convention s’est donc pour tout le monde terminée 3h à l’avance, grosso merdo. Ce qui est tout tristounet. 

Tristounet a également aidé l’organisation globale de cette convention pour les associatifs et pas mal de fanzineux. Car attaquons dès maintenant le sujet le plus négatif: l’organisation globale. Epitanime n’est pas une convention historiquement connue pour son organisation, il est vrai. Chaque édition à ses petits soucis et il faut se rappeler que les organisateurs sont majoritairement des étudiants, mais cette année se sont enchaînés les petits moments de tensions inhabituelles. L’exemple central: inutile de dire que très très peu d’associations ont appréciées le fait de découvrir dans la soirée du vendredi qu’ils allaient devoir payer de leurs poches les tickets d’entrées pour les sessions dans lesquelles ils ne staffent pas (ce qui faisait que chez Thalie les membres staffs étaient censés payer leurs places pour samedi et dimanche après-midi.) En soit ce n’est pas spécialement un gros souci de payer pour les sessions où on ne bosse pas même si c’est très différent de comment Epitanime était jusqu’alors organisée… mais apprendre ça le vendredi soir à 22h quand on est sur place et que certains membres de ton asso sont déjà bien  ric-rac financièrement, ont fait le voyage jusqu’a sur Paris et ont pas forcément prévus de débourser seize euros pour deux pass jours, et bien c’est pas le pied. Et le mieux ? C’est quand le responsable activités de la conv l’apprend lui-même juste quelques heures à peine avant la convention. Pourquoi ne pas prévenir pour ce genre de détails ? Qui s’est dit qu’il serait temps d’arrêter d’offrir aux assos invitées les jours qu’ils ne font pas ? Quand est-ce que ça a été décidé ? Par qui ça a été approuvé ? Aucune idée.

2013-05-17 22.45.32
Kyubey dans la place, proposant des contrats à signer pour tous les aspirants Puella Magi.

La communication à l’intérieur de l’asso Epitanime et son aspect tentaculaire, ses sections qui font des trucs de leur propre initiative et qui sont donc pas connus par les autres sections, voire même les instances dirigeantes. Problème connu et identifié depuis des années, mais cette année ça a donné des situations absurdes et abracadabrantesques, ou le seul résultât est finalement d’avoir augmenté des tensions facilement évitables autrement. Difficile de pas papoter avec un staff Epitanime sans que celui-ci tacle ses instances dirigeantes en moins de trois minutes. Au final, on a terminé dans une situation ou tout le monde faisait sa popote dans son coin sans trop s’occuper de ce qui se passait ailleurs. Avec le risque pour les responsables de section de finir mégalo et d’inventer ses propres règles sans avoir peur de l’autorité de qui que ce soit. Pas de limites ni de surveillance pour les responsables ? Et bien pourquoi pas menacer un stand de fanzine de démontage un samedi à 9h pour des raisons non-sensiques ? La responsable fanzine s’est fait un paquet d’ennemis cette année, ce dont à mon avis elle se souciera peu puisqu’elle a un paquet d’amis. Paquet d’amis qui de toute manière étaient présents sur places et avaient eus, eux, un stand sans trop de soucis. Oups, pardon, je participe à la transmission d’accusations de copinage. Tee-hee.

Enfin bref, si vous veniez cette année pour le drama et pour pop-corn devant, il y’avait moyen de mourir d’explosion gastrique avant la fin du samedi si vous étiez aux bons moments et aux bons endroits. D’autant plus triste que les organisateurs qui ont fait du bon boulot passeront forcément en arrière-plan alors qu’ils sont beaucoup à s’être déchirés: le responsable activités a été magistral, entre autres. De toute manière, tout tourne chaque année à Epitanime, et l’année prochaine verra son lot de nouvelles têtes, pour le meilleur et pour le pire. En attendant, comparons le nombre de staffs venus célébrer sur scène la fermeture en 2013 et le nombre de staffs sur scène fêtant la fermeture, mettons, au hasard, en 2011. Mmm.

Continuer la lecture de Epitanime 2013 – Welcome home (Sanitarium) 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Epitai Oboete Imasuka (Do you remember Epita)

Epitanime c’est ce week-end. Je le sais, tu le sais, il le sait, elle le sait, on le sait, nous le savons, vous le savent, ils le savent, elles le savent. Cette convention je l’attends un peu comme quand j’attendais Noël quand j’étais môme. Moins d’un mois avant je commence à compter les jours. Moins d’une semaine avant, je commence à compter les heures. Je dors pas vraiment la nuit avant, tout excité à l’idée d’y être. Bref, le temps d’un week-end, je redeviens un gamin de neuf ans qui a hâte de beaucoup s’amuser. Un gamin de neuf ans qui va dormir maximum dix heures en trois jours. Si il est faible. Et il ne le sera pas cette année, il va même boire des boissons de merde pour s’aider.

 

logo_epitanime

 

Dans tous les cas, c’est difficile de vraiment résumer ce que l’école EPITA signifie vraiment pour les non « initiés » du milieu. Ceux qui s’y connaissent en informatique savent que c’est une école un poil réputée dans le milieu, qui aurait fait pas mal bouger les choses dans les années 90. Pour le petit milieu otaku français, l’école est plus souvent assimilée à son association de passionnés Epitanime, et la convention qui porte du coup très logiquement le même nom. Organisée tous les ans, fréquemment à la fin du mois de mai, c’est loin d’être le principal évènement organisé par l’association, qui organise régulièrement des événements comme les Nocturnes ou bien les fameuses soirées karaoké du samedi soir, toujours dans les locaux de l’école, basée au Kremlin-Bicêtre, à trois pas et demis de la station Porte d’Italie (Tramway 3, Métro 7, tout ça.)

Commence alors mon article dont le but sera de me remémorer un peu mes différents souvenirs et expériences liés aux événements Epitanime, ce qu’ils m’ont apportés, ce dont je me souviens, etc etc. Eh, pour se chauffer pour ce week-end, c’est pas la plus mauvaise des idées! Donc attention, à partir de là c’est choupi, c’est mignon, c’est parfois un peu personnel, mais eh, c’est un blog, faites avec. Si possible.

 

Continuer la lecture de Epitai Oboete Imasuka (Do you remember Epita) 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Epitanime 2012 – Je pars chez le dealer avec mon ami Babouche pour acheter de la drogue

2012-05-25_16.11.55.jpg
OH DESIRE

Bon à la base je voulais faire un pavé comme d’habitude.

Sauf que là juste pas le temps. Et en plus le clavier de mon pc portable commence à me saouler.

Alors je vais la faire rapide et concise pour cette année.

Certaines photos de cet article ne sont pas de moi, je signale quand c’est le cas.

CE QUI ETAIT PAS TOP

La scène c’était de la grosse daube, et ça se voyait venir à 300km. On va pas leur reprocher d’avoir voulu tester quand même. Le son qui se fait auto-écho et qui rend les animateurs inaudibles, le visuel qui était assuré par deux vidéo-projecteurs qui avaient leurs tendances à vouloir tuer les épileptiques, les machines à fumées qui enfumaient la tronche de tout le monde, les projecteurs dans la gueule qui rendait impossible aux gens sur scène de voir ce qui se passait dans le public, l’ambiance de snuff movie qui y régnait et le fait que fallait se taper la montée quand on voulait en repartir. C’était pas bien. Mais c’était une expérience. Mais c’était pas bien.

74697_419079064780845_1884229878_n.jpg
Photo de « Martagone Kitty-Kitty ».

La salle dédiée au karaoké il faisait chaud en permanence, on voyait mal l’écran si on était pas devant et c’était globalement pas confortable des masses. Je pourrais aussi cracher sur les concours qui ont rien à foutre là parce que bon pomper tel quel le Karaoké Révolution de BulleJapon en moins bien y’a pas de quoi en être fier au point d’en faire en permanence et ok c’est de la totale mauvaise foi de ma part mais je vous emmerde. Moi au moins je présente pas un jeu comme si j’avais mes règles et que vous deviez tous prendre pour ça. On va dire ça. Ouais. C’est nul. Refoutez ça dans l’amphi 4 en 24/24 7/7.

Pas de plan, pas de planning, démerde toi, youpi. Le plan en javascript disponible sur le site était une horreur et sur place c’était encore pire y’en avait juste nulle part. La signalisation était convenable mais pas assez présente. Exemple con: la « Bak Cave. » Tu l’avais sur le planning mais ok c’est ou quoi quand comment. Fallait le savoir que fallait emprunter ce petit couloir tout mignon sur le coté que jamais tu n’avais pris avant de toute l’histoire d’Epitanime. Y’avait une flèche à coté mais si t’étais pas à coté comment tu savais ? Tu allais au point info, ok. Mais bon, ok, tu as ptet autre chose à branler que faire des allers/retours au point info, non ?

La projection de Madoka Magica – Lol sous titres en vacances lol.

4000 salles qui font la même chose – Pourquoi la salle de projections y’avait moitié projections moitié kara ? Et du coup, pourquoi y’avait aussi des projections à la Bak Cave ? Il y’avait pas moyen de tout centrer au même endroit ?

Les articles de Gemini qui viennent te faire la morale sur un truc qu’il ne connaît pas. Parce que ça c’est lourd, quand même. T’es là, t’es tranquille, et là, pop, un mec sort de nulle part te dire que si tu diriges une asso c’est évidemment pour tenter de donner un sens à ta vie avant tout ou de régler tes problèmes d’égo. Le mec il te dit ça alors qu’il est blogueur. Quoi. Merde. Zut. C’est comme Poséidon qui essaie de noyer Neptune.

Les distributeurs de boissons qui te teasent sur des cannettes gratuites qui n’existent pas – Putain, c’est quand que je vais choper une foutue cannette gratuite au distributeur. Ils existent ces foutus jetons ?

LES TRUCS BIENS SANS PLUS

35899_4121220547858_547241234_n.jpg
Photo de Fabien Guihou

Les pros en salle de classe – C’est une bonne idée, les pros se marient bien à l’endroit et du coup ça leur laissait la possibilité de gérer ça comme ils voulaient. Mais du coup ça réduit la place dédié à ceux-ci et au final on avait moins de personnes qu’habituellement, d’ou un attrait moindre. Bon, d’un coté j’avais un peu pas des masses de sous donc problème réglé pour moi. Au final peu de contrefaçon mais il y’en avait quand même et vu la baisse de quantité, ça se remarquait d’autant plus.

L’amphi 4 – En théorie, l’amphi 4 devait servir aux asso d’activités comme la petite salle perdue l’an dernier. C’est à dire en complément de la scène. Sauf que du coup, alors que l’an dernier la petite salle perdue n’attirait que trois associations (Thalie / BJ / Tengumi), cette année tout le monde voulait aller en amphi et on pouvait rajouter Kajian, Sohei et la Bande Animée au lot. Du coup très vite tout le monde a du se concerter pour choper sa salle bla bla bla bla bordel. En fait ce qui était gênant avec l’amphi c’est qu’au final… bah ça n’intéressait pas grand monde. Il n’y avait jamais grand monde, l’amphi était toujours à moitié vide et au final on se retrouvait parfois dans une situation assez dramatique ou on avait trois ou quatre asso d’activités qui tournaient simultanément dans leurs salles, dans l’amphi et sur scène. Du coup l’amphi reste mal exploité et il est souhaitable d’y voir le kara y retourner l’an prochain. Après, il n’y avait pas que du négatif dans cet amphi, il reste parfaitement adapté techniquement aux activités et, globalement, il s’y passait toujours quelque chose. Donc à la fois du positif et à la fois du négatif.

La cour, la nuit – Ca sentait fort l’arrache totale. C’était rigolo mais pas très utile. Enfin toujours un plaisir de former un visage avec les yeux fermés.

Salle de Go, jeux de cartes, doujin games, Orgames, la Bande Animée, Moé Café – Pas mis un seul pied dans ces salles là de toute la convention donc « bien sans plus » est le nouveau « ne se prononce pas »

LES TRUCS BIEN TOP

2012-05-27_17.46.23.jpg

L’invité – J’ai réussi je ne sais comment à éviter toutes les séances de dédicaces (dont les horaires était giga bordéliques et mal indiquées) mais j’ai pu assister aux deux conférences, j’ai pu l’interviewer personnellement pour le Journal du Japon et holalalala fanboyisme en action. Ryukishi07 est quelqu’un d’extrêmement sympathique. C’est toujours très rassurant de découvrir que la personne dont tu kiffes tant les oeuvres n’est pas un fieffé connard. Très ouvert, très drôle, c’était vraiment d’excellents moments. Le « bonus » (je met ça entre guillemets évidemment) était mardi soir quand on lui a fait un ultime adieu, avec applaudissements et petite discussion à la cool tranquille pendant 30/40 minutes. C’était bien. Mais oui, très bon souvenir évidemment. De toute façon je suis un fana de Ryukishi donc comment que vous voulez que je sois un minimum objectif alors que déjà Yoshitoshi ABe à Lovin Japan 2010 j’avais réussi à ne pas voir la manière désastreuse dont le pauvre invité était géré ?

Tout le second étage – Toute la zoné dédiée jeu vidéo / activités. Tout le monde vous le dira: on avait peur que personne se casse le cul à monter et au final, bah… Non seulement la zone jeu vidéo avait enfin toute la place qu’elle méritait, mais en plus on fusionnait ça avec les activités nombreuses d’associations. Popsicle était présent non stop pour du dessin, le jour on avait les jeux de la Brigade tandis que la nuit on avait les jeux de rôle d’Ikkatsu et enfin une salle entière était dédiée aux jeux de BulleJapon/Sohei/Thalie. Et, chose amusante, il y’avait au final dans cette salle plus de monde que sur scène ou en amphi, ce qui était le monde à l’envers.
Le coin jeu vidéo se divisait donc entre de très nombreux tournois, aussi bien sur des classiques (Bomberman, Street Fighter…) que des jeux auquel on ne s’attend pas vraiment (Rayman Origins ou Need for Speed The Run o_O.) On avait aussi des putains de superplay en live orchestrés entre autres par A-M, Radigo et DamDam, les animateurs de l’émission Superplay de Nolife, qui étaient réellement passionnants et changeaient vraiment des trucs habituels. Voir A-M finir Ocarina of Time en live en 30mn sans se planter une seule fois dans l’immense série de manipulations reloues à faire pour la magie, bah voilà quoi.

Puis l’endroit était climatisé, aéré, lumineux. Génial. Faut le refaire l’année prochaine, obligé. Mais genre cette fois avec les deux escaliers d’ouvert.

2012-05-27_06.13.34.jpg

La cour, le jour – Les fanzines étaient vraiment le centre de l’attention et la plupart le méritait. Bonne ambiance, et pas de souci de circulation, c’était tranquille et cool.

Beaucoup de trucs à faire – Malgré tout, Epitanime reste Epitanime: il y’a 300 trucs à faire. Toutes les asso répondent présentes, ce à quoi on rajoute un contenu de base affollant qui fait que même en 48h on continue à avoir un planning serré si on veut vraiment profiter. On se retrouve vite le dimanche après-midi à se sortir des regrets à la con genre « holala j’ai pas fait ça et ça, je suis un mauvais garçon, je pars aller me masturber en pleurant dans le noir. » Et ça c’est bien. C’est toujours bien.

AMV Enfer 2 … qui m’a bien surpris parce qu’il s’agit de l’AMV Hell-like le plus techniquement abouti et qu’il est super bien alors que je pensais que ça allait être moyen-bof. J’en parle plus longuement ici. Si vous l’avez loupé ne vous attendez pas à le voir rapidement sorti: le truc est très très loin d’être terminé en réalité.

Expérience associative tout ça – Avec Thalie on s’est bien amusé, contrairement à ce que mon ton et mon visage blasé de vendredi aurait pu l’indiquer. On a eu zéro soucis, tout s’est excellement bien déroulé et le podcast de la conférence de vendredi soir j’essaye de faire le montage et la release pour mi-juin. Hop !
Le cosplay – Putain le niveau toujours aussi abusé. Je parle pas forcément des prestations scènes qui restent souvent assez terrifiantes de médiocrité (on est en 2012 putain, arrêtez de faire semblant de parler par dessus une bande pré-enregistrée) mais des costumes, tout ça. C’est toujours top.

Et puis on s’amuse bien, non ? – Bah oui, toujours. L’organisation était balbutiante, le nombre de défauts habituellement éliminatoires est assez haut mais c’est Epitanime putain, quoi, dites. On s’est bien amusé, le temps est passé ultra vite et on continue comme des débiles à s’éclater pour un rien. Bref, comme d’habitude, un excellent moment. Personnellement, peut-être ma seconde meilleure Epitanime depuis 2009.

AuFIFuWCAAIwCl-.jpg_large.jpg
Ryukishi ON DESIRE

Au final je l’ai pas fait rapide et concise. Fuck off. J’ai appris que cette année j’allais pas faire le samedi et le dimanche de la Japan Expo, drame.

Post-scriptum: Le Prêt à Manger de la Défense, oh putain comme c’est cool.
Cher.
Mais cool.
2012-05-25_08.51.15.jpg

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Guide de survie Epitanime 2012

Nous sommes en mai, Jean-Marc Ayrault est premier ministre et Epitanime est dans une semaine.

Prepapita01.jpg

Epitanime, c’est une des meilleures conventions qu’il soit. Organisée dans une école le temps d’un week-end, c’est géré et organisé par des amateurs motivés qui se déchaînent à 102% pour offrir au public un truc riche et généreux, ou les 48 heures d’affilée que dure le salon ouvert jour et nuit ne suffisent généralement pas à en profiter totalement. Parce qu’a Epitanime on flane beaucoup, on se dit qu’on irait bien par curiosité à la salle jeu vidéo et on finit par passer trois heures à jouer à des trucs genre Conker Live & Reloaded sur Xbox, Ikaruga sur Dreamcast ou bien ce jeu de flipper pour futurs aveugles sur Virtual Boy. Puis après on va s’installer dans l’amphi karaoké « pour quelques génériques » et on finit par y rester une nuit entière. Bref, vous voyez le topo.

De part son ancienneté unique en France (l’édition de cette année est la vingtième), c’est aussi une convention relativement bien fréquentée à la fois par le public mais aussi par les associatifs et les professionnels. Bref, c’est génial.

Dans tous les cas, voilà mon guide de survie pour Epitanime. Puisque je n’en ai pas encore vu d’autres ailleurs, je vais le faire moi-même, tiens, han. Je suis totalement le nouveau raton-laveur. Mais bref. Vous voulez venir à Epitanime mais vous hésitez ? Je vais vous dire ce qu’il y’aura à faire. Vous venez à Epitanime mais vous savez pas encore tout niveau logistique & co ? Je vais tout vous dire. Vous venez pas à Epitanime et vous voulez vous masturber en pleurant devant un article ? Faites ça ailleurs, genre sur e-hentai parce que ho, quoi, zut, c’est sale.

EH J’AI ENTENDU DIRE QUE LES NOCTURNES ETAIENT ANNULEES ?

Non, la convention reste ouverte la nuit. C’est les mini-conventions « Nocturne Epitanime », organisées environ tous les deux mois le samedi, qui sont annulées. Pourquoi ? Gens bourrés et généralement pas assez de staff pour assurer la sécurité.

VENIR

Prepapita06.jpg

La convention ouvre à 20h le vendredi. En théorie. Parce que dans la pratique c’est souvent à la bourre ou parfois un peu en avance. Enfin jamais à 20h pile. Si vous ne savez pas encore ou est Epita, c’est prêt de trois stations de métros : Porte d’Italie, Porte de Choisy et Kremlin-Bicêtre, tous trois sur la ligne 7 et les deux premières sur la ligne 3 du tramway. Mais grosso modo, c’est Porte d’Italie la plus pratique pour s’y rendre. Je ne vais pas vous expliquer comment y aller à pattes comme ça à chaud mais sachez juste que vous devez vous diriger vers l’entrée de la ville de Kremlin-Bicêtre située au sud de la station Porte d’Italie traverser le périphérique (via un pont, hein, pas à pied, sinon vous risquez de mourir) et normalement vous devriez voir un bâtiment avec un gigantesque « EPITA » sur le toît. Bah c’est totalement là. Si vous ne voyez pas, cherchez l’Etap Hotel qui est à coté.

SE LOGER & DORMIR

Dormir c’est mourir qu’ils disent à Epitanime. Ils se la pètent un peu mais ce sont des apprentis ingénieurs pour la plupart alors eux ils ont oubliés la notion de sommeil. Dans tous les cas, il va vous falloir une chambre d’hôtel. Je dis ça pas pour le sommeil au final (parce que bon à Epita tu peux dormir n’importe ou quand tu as 36h de pas-dodo dans les pattes) mais surtout pour deux aspects importants : le dépôt d’affaires et l’hygiène.

Continuer la lecture de Guide de survie Epitanime 2012 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Epitanime 2011 – C’est un peu ça, la vie d’aventurier

Cet article débute par la fin !

Epitanime 2009 a été un des meilleurs moments de ma vie. Ca fait très peur dit comme ça de but en blanc mais ce week end gigantesque où je « découvrais » cette convention quasi non stop de la durée effective de deux jours m’avait énormément marqué. Il y’avait tout un contexte autour: c’était ma première convention parisienne hors Japan Expo, ce qui permettait enfin de pouvoir vivre un truc à taille « humaine » et pas perdu anonyme au milieu de cent milliers d’autres péons. Epitanime 2009 avait été également le vrai point de départ du Thalie IRL, celui qui sortait du forum pour vraiment se rencontrer et voir qu’au final le courant partait très bien. Et six mois plus tard, à moi d’en profiter pour créer l’association Thalie que vous connaissez sans doute un peu maintenant.

Epitanime 2010 avait été pour notre association notre première grosse convention: on y faisait les nocturnes, les GROSSES nocturnes, non stop de 1 à 7h le vendredi et le samedi nuit, dans notre petite salle, avec interaction minimale avec les autres associations – à peine disait-on bonsoir à BulleJapon qui partageait notre salle -, bref c’était un peu obscur mais on y avait remporté un petit succès et on était parti sur un très bon pied même si de mon coté j’avais regretté ne pas avoir pu vraiment vivre la convention.

Epitanime 2011 s’annonçait comme encore plus spécial: convention « de confirmation » pour l’association, en tant que visiteur de nombreuses inquiétudes sur la communication de la convention – avec un site internet qui ne se réveille que les deux dernières semaines -, avec de nombreuses rumeurs entendues qui faisaient un peu flipper sur la direction que prenait l’organisation de la convention, et surtout un début de grosse grippe le lundi avant la conv. Du coup, ça m’effrayait un peu tout ça, j’ai même arrété de me raser parce que je suis un peu superstitieux et convaincu que ça attire la chance (oui cherchez pas je suis pas un peu niais) et au final on dirait que tout s’est étrangement passé ! Enfin c’était un bon week end mais une Epitanime un peu fail niveau orga. Mais là encore les 48h furent plus qu’agréables et plus que fantastiques…


JVTard seal of approval.

Continuer la lecture de Epitanime 2011 – C’est un peu ça, la vie d’aventurier 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr