Archives de
Étiquette : haibane renmei

Haibane Renmei, Ailes Grises

Haibane Renmei, Ailes Grises

Haibane Renmei raconte l’histoire de Rakka, une jeune fille qui se retrouve dans un monde qu’elle ne connaît pas après être sortie d’un cocon. Sans le moindre souvenir de ce qu’elle faisait « avant », elle est devenue une « Haibane », une personne dotée d’ailes et d’auréole et devant obéir à un ordre mystérieux servant les être humains qui peuplent également ce monde… Habitant un vieux bâtiment situé en dehors de la seule ville du coin avec d’autres Haibane, elle découvre en même temps que nous ce nouveau monde entouré d’une muraille et qui est désormais sa maison.

Haibane02.jpg

En mai 2005 sortait l’intégrale DVD d’Haibane Renmei en France. A cette époque là, le magazine Coyote – qui prépubliait encore Sentai School à l’époque – avait fait un petit article sur l’anime, très élogieux, et fourni en plus d’un poster A2 super sympa qui utilisait une des illustrations de Yoshitoshi ABe. Ca avait été mon premier véritable poster, à l’époque mes murs étaient supers blancs ! Mais déjà à l’époque j’avais été marqué par l’histoire, par cet article. Je ne savais pas comment on faisait pour télécharger sur Internet – enfin j’avais eMule mais c’était loin d’être pratique -, du coup j’avais passé six mois à scruter les boutiques à la recherche de la fameuse intégrale DVD, sans jamais trouver la fameuse série. Aucune boutique de Caen ne l’avait et à l’époque le rayon DVD anime de la fnac était aussi squelettique qu’un somalien musulman un jour de Ramadan. Rude époque quand on était provincial ! Et puis est arrivé le 31 Décembre 2005. Ce jour là je faisais ce que je considérais être à l’époque une tradition un peu débile: aller faire les courses sur Caen avec mon argent de Noël pour acheter des trucs en complément des achats précédents. Je kiffais secrètement faire tout ça le 31 Décembre, y’avait une ambiance particulière en plus bref vous voyez le délire que je me faisais. Et bah là, bam, bien affiché dans le rayon DVD de la fnac, où j’avais même pas prévu de passer, en gros, en lourd, en rayonnant, cette intégrale était là ! 40€ ! Je les avais ! J’aurais pu ne pas les avoir si j’étais passé à la boutique de jeu vidéo avant ! Achat direct. Comme ça, bam.

Le soir même du réveillon, y’avait des festivités de prévues et je devais aller chez des amis d’amis de mes parents, le truc habituel et famillial quoi. Bah j’y suis allé. Mais avant de partir j’avais maté le premier épisode, j’étais emballé. En rentrant, il était 7h, j’avais passé la nuit à jouer à Mario Kart DS avec un ami de mon frère et à tester la fameuse Xbox360 de celui-ci, et je crois que j’avais du passer la nuit sur le forum Mad Movies aussi, enfin bref, tout ce dont je me souviens vraiment c’est qu’en rentrant, j’ai lancé la PS2, j’ai lancé le DVD, et j’ai fini le premier DVD, avec une grosse nuit blanche dans la face. Puis je suis allé me coucher, puis après quand je me suis levé j’ai regardé la suite, peut-être que j’ai alterné ça avec un jeu vidéo genre Second Sight ou quoi que ce soit. Je m’en souviens plus vraiment pour être franc. Tout ce que je me souviens c’est que le lundi précédent la rentrée scolaire était férié, et que cette soirée là, je m’étais couché à une heure du matin (une folie pour l’étudiant très sérieux que j’étais à l’époque) pour finir de regarder la série. Et j’étais un peu triste d’avoir fini. Je me souviens avoir cette nuit là gribouillé des trucs sur un carnet genre « et si je faisais une suite à ça. » Puis je me suis endormi vers 3h pour me lever vers 7h. Et depuis ce jour-là, cet anime est sérieusement ancré dans ma tête. Le fait que je me souvienne parfaitement du contexte et tout ça, c’est juste pour vous souligner l’impact que ça a eu sur moi.

Haibane04.jpg

Lire le billet.

Mémorial des animes qui m’ont fait pleurer

Mémorial des animes qui m’ont fait pleurer

Passons donc dès maintenant à un contenu de valeur immémorielle pour le blog: le listing des animes qui m’ont fait pleurer. Que ça aille de la petite larmounette virile à la grande crise de larmes instoppable, j’ai souvent été confronté à cette dure réalité humide, certes peu masculine mais qui fait quand même un peu de bien. Je dois avouer que j’ai, de toute manière, la larme plutôt facile et que j’ai été confronté dans mon passé à des difficiles situations émotives – genre pleurer 10mn après la fin du très mauvais film Casper. Pour ma défense, j’avais 9 ans.

Bon évidemment, je n’ai pas tout recensé non plus, sinon on était parti pour un Guide Michelin, mais seulement mes larmes les plus mémorables, les plus légitimes mais pas forcément les moins honteuses. Alors c’est parti. Les animes sont pas forcément cités dans un ordre très chronologique…

Attention, certains passages sont évidemment des spoilers. Pour ceux là, n’ouvrez le cache spoiler que si vous avez vu l’anime et que vous savez de quoi je vais parler. (souvent je balance du « la fin » ou « l’épisode X » – si évidemment je ne met pas de cache c’est que je considère que ça spoile pas donc vous pouvez y’aller, même sans avoir vu la série en question.)

Pokémon (Papilusion se casse)
Connard.
Sacha est quand même, la plupart du temps, pénible à virer ses Pokémon de son équipe. Bon, la plupart du temps, c’est le Pokémon qui se barre de lui-même, qui part vivre une vie en indépendance, et Sacha qui le laisse aller comme un père fait partir un adolescent de la maison. On est vite habitué, c’est un gros running gag de la série. Mais la première fois où ça arrive, c’est un peu… super tristounet. Y’a tout cet épisode ou donc le Papilusion veut absolument niquer des Papilusionnes, partir en voyage tout ça, et où Sacha doit se résoudre à dire au revoir à son ami. Dis comme ça c’est super classique mais j’ai pas pu m’empêcher à la fin d’être super triste, les deux avaient l’air d’être devenus de super potes, ils étaient proches, Papilusion était un tueur tout ça, et bam il se barre, pendant que l’anime nous file tout le gros pathos qui va bien et qui fonctionne: violons, coucher de soleil, Sacha qui crie bonne chance à son Papilusion. Et shota Amo qui finit en larmes. Premier gros choc émotionnel animé donc, et déjà un trauma sévère. Lire le billet.