Archives de
Étiquette : journalisme total

[Fapomètre] Les couples potentiels de K-On!

[Fapomètre] Les couples potentiels de K-On!

CoupleIntro.jpg

Hop, dépoussièrons le Fapomètre, voulez vous. Et profitons-en pour faire des articles qui feront flipper tous mes futurs employeurs qui tomberont dessus, au cas où bien sûr ils décident de trouver normal d’aller voir les blogs d’un futur employé. Eh, ça peut arriver.

Du coup, prenons un thème fun et rigolo: classons les couples potentiels de K-On en potentiel fapomètre. Oui oui vous avez totalement entendu: jugeons un couple de fiction d’une série de fiction au potentiel branlatoire de la chose. C’est totalement une bonne idée ! C’est totalement éthique, moral, convenable, ce genre de choses. Je suis sûr que j’aurais sorti ça pendant la journée de la Femme, j’aurais pu devenir un symbole de la perversité porcine masculine. Et là c’est cool parce que peut-être que des gens liront ça pendant leur première journée de Nofap et leur niquera la partie. En se forçant à se niquer eux-même. Métaphorique.

Donc comme avec le précédent Fapomètre, on va essayer de mettre une note objective et critique, basées sur des facteurs réalistes et analytiques de qualité. Donc grosso modo on va prendre le couple, on va poster une image soft pour votre plaisir, et on va dire si c’est fappable ou pas. Ici, pas de critères, donc on va se la jouer Télérama. Et on va décerner des Lilly pour la peine. Voilà le barême:

  • Absence de Lilly: Couple stérile dans tous les sens du terme.
  • : Si l’auteur est excellent, ça peut passer. Mais vu qu’ils le sont rarement, on se fait surtout chier avec ce couple.
  • : Sympathiquement potable. Encore plus potable si c’est du futanari.
  • : Très fort potentiel. Très très fort.
  • : La crème de la crème… et ça tombe bien rien que d’en parler j’en ai mis plein partout.

Donc sinon niveau critères:

  • Seulement les couples lesbiens, sinon c’est pas fun. Enfin vu le nombre de mecs dans K-On (le frère de Ritsu et… hum… je cherche…)
  • Seulement les couples de deux personnes. Je pourrais faire un travail d’investigation et y inclure les couples de trois voire de quatre voire le combo harem total mais non.
  • On s’en fout de Ui, Nodoka, Sawako et l’autre amie d’Azusa dont j’ai oublié le nom. Je ne les évoquerais que pour les meilleurs couples. Parce que bon, Nodoka X Ritsu, Ui X Mio ou Sawako X Yui, zéro potentiel.
  • Et je me fous de ces histoires de seme/ume/dominant/passif tout ça.
  • Enfin, oui, je me base en majorité sur l’immense production de doujinshi yuri hentai autour de K-On. Y’en a plein de cette merde là. Mais y’en a des excellents. Mais c’est pas mon rôle de vous dire les noms ou où les trouver. Vous savez déjà. Si vous êtes un vrai.

Donc allons y, commençons ! Faisons du travail de qualité !

MIO X YUI

Couple03.jpg

On peut décemment considérer que Mio et Yui sont les deux personnages les plus populaires de la série. Vu le nombre de fois ou elles ont trustées la place numéro 1 d’un des toujours-très-crédibles top du magazine Newtype et vu le nombre de fanarts sur leur gueule dans les imageboards, ça me semble quasi acquis. Mais du coup est-ce que ça en ferait un bon couple ? Les deux stars du show, ensemble, main dans la main, langues dans la bouche… Et bah c’est guère prometteur en fait ! Le caractère ne colle pas vraiment et difficile de rendre crédible un éventuel coït sexuel entre les deux. En fait les personnages semblent jamais vraiment proches, du coup ça semble mission impossible de crédibiliser ça… Sauf si on prend le parti-pris amusant de considérer que Yui veut du sexe et que Mio est la seule sous la main.

Note Fapomètre:

AZUSA X RITSU

Couple08.jpg

Les interactions entre Ritsu et Azusa sont, dans la série, assez passables de base. Azusa ne fait au final qu’interagir avec Ritsu comme une « Mio-light » sans vraiment jamais aller plus loin. Du coup, à qui vous voulez faire croire que soudainement les deux filles se retrouvent brulées de l’intérieur par la vision du corps nu de l’autre ? Franchement, à qui ? Le nombre de fanarts désertiques basé sur le couple et le fait qu’aucun doujin ne l’exploite semble collaborer cette théorie. Zéro potentiel donc.

Note Fapomètre: Aucune Lilly.

Lire le billet.

Comprendre la vente de jeu vidéo en France (et pourquoi ça va un peu changer)

Comprendre la vente de jeu vidéo en France (et pourquoi ça va un peu changer)

Attention je suis pas un professionnel, il me manque sans doute des clés et ce que je vais dire ça sort de deux où trois ans de curiosité sur le domaine et de quelques recherches. Ca reste un article de blog donc donnez lui la crédibilité que vous voulez ;).

Très vite partons de deux constatations récentes: la chaîne de magasin Game se casse la gueule et ferme de plus en plus de boutiques en France tandis que désormais amazon se lance dans le rachat de jeux vidéo récents à des prix très attractifs. Donc très vite, votre avenir si vous voulez acheter des jeux vidéo en « vrai », il paraît clair: Micromania, Fnac et si vous avez du bol un où deux indépendants avec des couilles en fer. Pourquoi un tel pessimisme ? Voilà hop, je développe.

Rappelons très vite les bases du marché: en 2010, 62% des achats francophones se sont faits en boutique spécialisée (Micromania, Fnac, Game…), , 33% se sont faits en hypermarché et 5% via l’internet. L’autre base c’est qu’un distributeur ne touche pas une somme faramineuse sur un jeu neuf: comptez entre 2 et 5€ par jeu vendu, ce que parfois ils réduisent pour pouvoir vendre le jeu « moins cher » – question d’image bien souvent, et parce que ça permet un peu d’en vendre plus. Sur les 170€ d’une Nintendo DS fraîchement vendue, la boutique ne touche qu’entre 1,5 et 4€.

Par contre sur un jeu d’occasion c’est jackpot: la boutique empoche la quasi-totalité de la somme, le reste allant à l’état français via TVA. L’éditeur ne touche RIEN. C’est pas très légal, mais eh, ça fait vivre les boutiques qui sinon ne reposeraient sur rien, et l’enthousiasme que parfois ceux-ci ont à racheter un jeu 20€ pour le vendre 55€ devient presque compréhensible. Pas forcément très appréciable, mais compréhensible. C’est pareil avec les libraires et nombre d’autres vendeurs de produits culturels: votre vendeur de manga préféré doit avoir lui aussi un rayon occasion pour exactement la même raison. Quant aux libraires, ça existe depuis la nuit des temps comme système.

(Edition: Galoo dans les commentaires m’a signalé que la vente d’occasion est belle et bien légale et que je me suis un peu emballé en disant « pas très légal », merci à lui ! )

Donc voilà, si les Micromania et Game et autres indépendants (parfois franchisés – je pense ici au réseau « Jeux Video and Co » qui regroupe tous les Ultima, Je Console, Virtua et Difintel) veulent vivre ils n’ont clairement pas le choix: ils doivent vendre de l’occasion. L’occasion, c’est le nerf de la guerre. Pas pour rien que dans un Game où un Micromania il est de coutume, quand vous achetez un jeu neuf, de vous signaler parfois à la caisse que le jeu existe aussi en occasion avec X€ de réduction. Parce que ces boutiques veulent que vous preniez de l’occasion et si ils vendent encore du neuf c’est parce qu’évidemment ils espèrent que comme ça vous allez le revendre le plus vite possible juste derrière. Bon et aussi parce qu’ils vont pas cracher sur les deux/trois euros qu’ils vont y gagner, évidemment.

Lire le billet.

Analyse de l’opening d’Uta no☆Prince Sama – Soap Opera Disease

Analyse de l’opening d’Uta no☆Prince Sama – Soap Opera Disease

Et euh l’alphabet estival continue, on attaque le U… Avec Uta No Prince Sama du coup. Uuuugh. Courage, après c’est les lettres intéressantes.

Avert.jpg

A la base je voulais faire un article dédié à l’adaptation animée d’Umineko, qui date de maintenant deux ans, mais j’ai laissé tomber parceque j’aurais été un peu vague et flou. Alors il me restait peu de U en rab: Utena j’en ai déjà parlé que ce soit la sériele film. Umineko Chiru ? Damn, j’attends la fin du patch de l’EP8 pour donner un avis ! Ulysse 31 ? Lol je détestais ça quand ça passait sur France 3 comptez pas sur moi pour un avis ! Ubelblatt ? Beeerk.

Bon alors du coup je vais avouer que cette saison animée je ne suis que deux séries: la première c’est l’excellente Mawaru Penguindrum – avec le créateur d’Utena aux commandes d’ailleurs – qui est une série vraiment riche de qualité qui mérite votre attention et, de manière plus surprenante… Uta No Prince-Sama 1000% Love. A la base, j’avais maté le premier épisode avec le mec du Terrier d’en face juste pour le lol et l’accompagner dans sa recherche pour son article dédié à l’épisode 1 qu’il avait été obligé de mater du coup et au final, j’avais été surpris de voir que c’était pas désagréable. Le truc abusait grave des poncifs de l’anime-harem, mais inversait les rôles et semblait l’assumer pleinement. Du coup depuis je mate chaque épisode avec ma copine. Juste parce que j’aime bien l’héroïne aux yeux fluos et que je trouve ça agréable à suivre malgré l’accumulation de poncifs qui met la barre de plus en plus haut. Rien que dans l’épisode de cette semaine on a eu le coup du « c’était juste un rêve« , c’est dire la félonie dans laquelle la chose tombe. Mais eh, ça doit filer de la thune à A1 Pictures.

La série n’étant pas encore terminée, je ne vais pas me risquer à faire un avis très complet. Non, à la place, je vais faire une analyse de l’opening. LIKE A BOSS. J’ai de l’expérience dans ce métier, ça serait bête de la gâcher.

Intro01.jpg
Scénario: Uta no Prince raconte l’histoire de Nanami, qui se retrouve dans une école dédiée à former les stars de la chanson de demain. Compositrice plutôt douée mais n’ayant que peu de confiance en elle, elle se retrouve très vite à devoir choisir qui sera son partenaire de travail, et ça tombe bien, puisque beaucoup d’hommes semblent l’entourer.

Adaptation d’un dating sim pour fille, un otome game, quoi, du coup. Et ça se sent un peu tout le long de la série, dans le style où on s’attend parfois qu’une fenêtre s’affiche sur l’écran pour nous demander qu’est-ce que l’héroïne pourrait faire.

Lire le billet.

Eiken – Plus gros tu meurs !

Eiken – Plus gros tu meurs !

Bonjour à la populace, toussa. Mon pseudo c’est Helia et je suppute que vous le retiendrez au moins aujourd’hui parce que c’est à cause de moi que vos yeux vont saigner pendant les prochaines 24h =D. D’ailleurs je tiens un petit blog otak’ sur lequel j’ai pour habitude d’alterner les posts sérieux avec les gros pétages de plomb bien fumeux et nul besoin de préciser que cet article est de ceux là \\o/.

Hentai2.jpg

Si vous êtes mineur ou dans un lieu public (donc susceptible d’être vu), je ne peux que vous conseiller de fermer cette page, il en va de votre vie !

Pour fêter les trois ans de Thalie, il faut quelque chose de gros, que dis-je, de gigantesque, quelque chose qui surpasse la barrière des langues ou de la subjectivité, quelque chose qui unisse les peuples sous une même bannière, quelque chose qui fasse rêver : les seins des filles d’Eiken !

Eiken_006.jpeg

Lire le billet.

[Journalisme Total] Analyse des génériques de K-On!!

[Journalisme Total] Analyse des génériques de K-On!!

KONAvert.png

Souvenez-vous, nous étions en Avril 2009, Néant Vert écrivait encore des articles basés sur le hentai, la parution français de Bienvenue dans la NHK n’était pas encore terminée, j’étais étudiant en droit et Wan avait écrit sur soviet voice un article assez amusant qui s’exercait à l’analyse de l’ending de K-On!. Cette analyse, très rigolote à l’époque et presque hilarante maintenant (même que certains s’en sont inspirés) devait encore une fois recevoir un hommage et cette fois-ci, il sera en béton armé puisque nous analyserons d’un oeil critique et occidental l’ending ET l’opening de la nouvelle saison de K-On!, nommée subtilement K-On!!.

Article plein d’images, si votre connexion est aussi pourrie que la mienne, vous allez un peu souffrir.

Lire le billet.