Archives de
Étiquette : k-on!

K-On! le film – Bloody Moe in my bloody London

K-On! le film – Bloody Moe in my bloody London

Ah, K-On le film.

Aaaah, K-On.

KOnMovie06.jpg

Difficile à croire mais ça va faire seulement trois ans et demi que les cinq membres du groupe de musique After School Tea Time ont définitivement pourri à leur insu les communautés de passionnés d’animation japonaise en les divisant à jamais dans une guerre civile destructrice et épuisante. Un peu comme la guerre d’un an de Gundam sauf qu’elle dure depuis trois ans et demi. Donc ça serait la guerre de trois ans et demi de Gundam si y’avait pas eu des combats à l’épée dans l’espace entre temps. Un truc comme ça. Et donc le premier épisode de K-On c’était comme la fois ou une colonie est tombée en Australie. Quoique non techniquement, ça serait la seconde partie de l’épisode 1 qui serait similaire à une chute de colonie vu que c’est arrivé le second jour du conflit. Enfin je commence à me perdre dans ma métaphore, j’appuie sur le bouton d’abandon métaphorique dès maintenant.

La première saison avait d’évidentes faiblesses: tout y allait trop vite, paradoxalement il ne s’y passait fondamentalement pas grand chose, les personnages n’était pas développés et ça devenait sacrément répétitif au bout de huit ou neuf épisodes. La faute à une adaptation parfois trop terre à terre du manga original… qui n’est pas très bon. Ce qui aboutit à la constation que tout ce qui était bien dans cette première saison c’était tout ce qui ne venait pas du yonkoma: les deux génériques, dont l’ending qui a marqué un peu tout le monde, en sont l’exemple le plus probant mais c’est sans oublier les scènes inédites à l’animé voire les épisodes entiers qui servent de filler… et qui sont considérablement mieux écrits que le reste ! C’est un peu le Asgard des adaptations de yonkoma moechiants…

La seconde saison débarque l’année d’après pour deux fois plus d’épisodes et malgré quelques appréhensions, force fut de constater que cette saison avait mis la barre beaucoup, beaucoup, BEAUCOUP plus haut. Déjà on ne peut que constater le choix de mettre le yonkoma original en arrière-plan, la majorité des scènes de cette saison étant créée pour l’occasion, et ça change tout ! Le rythme est meilleur, les personnages connaissent enfin du développement, la musique prend une place plus importante – tout en restant, soyons honnêtes, assez minoritaire -, tout y est beaucoup plus beau, mieux animé, plus cinglé. On a enfin une raison d’en avoir quelque chose à foutre de ce qui s’y passe, les derniers épisodes jouent un peu avec nos émotions et ça se fini bien et chaleureusement. J’avais carrément dit à l’époque qu’on avait affaire à un putain de chef d’oeuvre immémoriel. Le bon vieux temps quoi, cela ou je cherchais encore à titiller un peu les esprits chagrins. Bon, ça n’empêche pas que je continue à penser que c’est toujours un putain de chef d’oeuvre immémoriel mais maintenant je me fous un peu des esprits chagrins et je fais juste ça pour l’esprit de la formule. Parce que c’est toujours une bonne idée.

Et donc un an et demi plus tard, nous y voilà. K-On le film. Depuis la série est sortie en France avec une VF qui, sans être à jeter, donne l’impression que tous les personnages ont la même voix. Le manga est sorti en France. Au Japon le manga a REPRIS et offre une suite potentielle à la série qui est hélàs en manga relativement chiante et pénible à lire (perso j’ai même lâché au bout de vingt/trente chapitres tellement c’était lourd) et, oh, oui, la série a fini de s’affirmer comme une putain de mine d’or en battant je ne sais combien de records de vente ou de fréquentation. Tin, y’a même eu des trains K-On. DES TRAINS K-ON QUOI PUTAIN JE SAIS PAS TROP SI VOUS VOUS RENDEZ COMPTE §§!!§§§

KOnMovie01.jpg

Lire le billet.

K-On! Houkago Live – J’ai joué à un jeu PSP et ma Mio a un masque tribal

K-On! Houkago Live – J’ai joué à un jeu PSP et ma Mio a un masque tribal

<3

Mon plus grand rêve, là, tout de suite ? Des titres de K-On! dans Rock Band. Histoire de cumuler mes deux plus grands fanboyismes en un seul ensemble. Mais en attendant que cela arrive un jour, je dois me contenter d’alternatives diverses et variées, et en l’occurrence autant sauter sur ce jeu qui mélange K-On ET jeu de rythme. Je suis pas un gros joueur de PSP mais là pour le coup, pourquoi pas hein. Surtout que derrière tout ça y’a les mecs de chez Sega et la team derrière Project Diva, ce qui est loin d’inspirer méfiance !

Alors que vaut ce jeu, se débrouille t-il bien en tant que jeu musical ? L’univers K-On est-il bien représenté ? La vache a lait est-elle bien exploitée où bien c’est fait avec violence et baclage pour récupérer de l’argent qui servira derrière à faire un nouveau Sonic tout pourri où à éponger les dettes de Platinum Games ? Les questions étaient IMPORTANTES avant de commencer le jeu et au final j’en sors plutôt convaincu. Voilà un jeu pour fanboy et fangirl qui fait bien le boulot, sans être non plus indispensable. Mais tout ce qui est non-indispensable devient indispensable pour des fanboys de mon espèce !

Yui est ENTHOUSIASTE ! Et GENKI ! Et COCONNE !

Lire le billet.

Mémorial des animes qui m’ont fait pleurer

Mémorial des animes qui m’ont fait pleurer

Passons donc dès maintenant à un contenu de valeur immémorielle pour le blog: le listing des animes qui m’ont fait pleurer. Que ça aille de la petite larmounette virile à la grande crise de larmes instoppable, j’ai souvent été confronté à cette dure réalité humide, certes peu masculine mais qui fait quand même un peu de bien. Je dois avouer que j’ai, de toute manière, la larme plutôt facile et que j’ai été confronté dans mon passé à des difficiles situations émotives – genre pleurer 10mn après la fin du très mauvais film Casper. Pour ma défense, j’avais 9 ans.

Bon évidemment, je n’ai pas tout recensé non plus, sinon on était parti pour un Guide Michelin, mais seulement mes larmes les plus mémorables, les plus légitimes mais pas forcément les moins honteuses. Alors c’est parti. Les animes sont pas forcément cités dans un ordre très chronologique…

Attention, certains passages sont évidemment des spoilers. Pour ceux là, n’ouvrez le cache spoiler que si vous avez vu l’anime et que vous savez de quoi je vais parler. (souvent je balance du « la fin » ou « l’épisode X » – si évidemment je ne met pas de cache c’est que je considère que ça spoile pas donc vous pouvez y’aller, même sans avoir vu la série en question.)

Pokémon (Papilusion se casse)
Connard.
Sacha est quand même, la plupart du temps, pénible à virer ses Pokémon de son équipe. Bon, la plupart du temps, c’est le Pokémon qui se barre de lui-même, qui part vivre une vie en indépendance, et Sacha qui le laisse aller comme un père fait partir un adolescent de la maison. On est vite habitué, c’est un gros running gag de la série. Mais la première fois où ça arrive, c’est un peu… super tristounet. Y’a tout cet épisode ou donc le Papilusion veut absolument niquer des Papilusionnes, partir en voyage tout ça, et où Sacha doit se résoudre à dire au revoir à son ami. Dis comme ça c’est super classique mais j’ai pas pu m’empêcher à la fin d’être super triste, les deux avaient l’air d’être devenus de super potes, ils étaient proches, Papilusion était un tueur tout ça, et bam il se barre, pendant que l’anime nous file tout le gros pathos qui va bien et qui fonctionne: violons, coucher de soleil, Sacha qui crie bonne chance à son Papilusion. Et shota Amo qui finit en larmes. Premier gros choc émotionnel animé donc, et déjà un trauma sévère. Lire le billet.

K-On!! – Thank You!

K-On!! – Thank You!

Alors oui parfois je vois ça dans mes cauchemards

Holala oui qu’est-ce que début avril je flippais un peu à l’idée de retrouver les filles de l’After School Tea Time. Déjà parce qu’aussi sympa qu’était la première saison (que j’avais adoré donc), les défauts se faisaient quand même visibles et après avoir lu le manga c’était encore plus atroce, puisqu’on y découvrait que l’anime jouait plutôt dans l’adaptation assez pépère et qui se permettait même d’être un peu plus prude que le matériel de base et ses sous-entendus lesbiens même plus effleurés. Du coup saison 2, treize autres épisodes (je ne savais pas encore que ça allait être du vingt-six), et cette peur d’être au final extrêmement lourdé et de voir une recette marcher bien en treize épisodes vite commencer à attaquer l’estomac…

Et au bout de deux ou trois épisodes, j’ai commencé à avoir certains doutes…
Au bout de six ou sept épisodes, j’ai commencé à en être assez certain…
Et au quinzième ou seizième épisode je me retrouve à devoir établir ce fait:
Non seulement cette saison est bien meilleure que la première, mais en plus le produit offert est d’une très très haute qualité. La première saison peut partir se cacher dans une grotte à vie, la seconde saison la prend à sec sans vaseline et la force à quitter le pays par le premier charter arctique qui vient. La première saison j’avais publiquement ce statut assez bâtard de « alors oui j’adore mais euh alors euh c’est pas le best anime ever hein voilà hein » toute en modération et tout en diplomatie, la seconde saison on est là purement et simplement dans le ressenti type « alors oui c’est un putain de chef d’oeuvre immémoriel que maintenant je vais remater religieusement tous les six mois. »

Lire le billet.

Go Go Gadgeto Ce Que Je Mate En Ce Moment

Go Go Gadgeto Ce Que Je Mate En Ce Moment

Et 100% sans le moindre sens

Méwi un « Anime Catch Up » comme disent les jeunes branchés ! Qu’est-ce que je mate en ce moment ? En ce début de mois d’août ? Et en cette fin de mois de juillet ? Eh bien toutes vos questions ne tarderont pas à avoir une réponse concrète et évidente….

BLACK ROCK SHOOTER

Je suis Dead Master et j'ai la classe

L’histoire de Mato et Yuri, deux jeunes filles qui font connaissance l’une de l’autre a leur arrivée au lycée et deviennent les meilleures amies du monde. De l’autre coté, dans un monde parallèle, on suit le combat entre Black Rock Shooter et Dead Master. Comment ces deux mondes sont-ils liés ?

Contrairement à certains, je ne suis pas un fanboy de l’univers original et globalement j’ai tout découvert quasiment en même temps que l’OAV en question, par pure curiosité et sans vraiment d’a prioris sur une « licence » qui est quand même sérieusement « hypée » comme le disent les experts en Internet et aussi Jean Marc Morandini. Bref… j’ai bien aimé en fait ! Les 55mn sont passées plutôt vite, on a le droit à une histoire d’amitié qui sans casser trois pattes à un canard se révèle plutôt sympa à suivre et mignonne comme tout et de l’autre coté j’ai vraiment encore plus apprécié les passages dans « l’univers parallèle », surtout d’un point de vue graphique et auditif (le fait que les personnages y sont muets y joue beaucoup, même si j’aurais encore plus kiffé que le studio joue encore plus le jeu et ne foute carrément aucune musique, juste le bruit des armes qui s’entrechoquent où les rares petits rires sardoniques de Dead Master), et globalement j’ai apprécié le fait que l’OAV se « suffise à lui-même ». Si la porte est ouverte pour une suite, elle ne sera pas « primordiale ».
Et ouais, j’ai vraiment surkiffé le personnage de Dead Master, qui je trouve à vraiment LA méga classe. Son design est plutôt top (y’a du vert !) et surtout son « comportement » est vraiment agréablement putassier. Ce petit rire sardonique et hautain,  »j’aime’ (alors que de l’autre coté j’aime bien moins le design de Black Rock Shooter, que je trouve beaucoup plus « banale », et cette flamme dans l’oeil c’est plutôt kitsch !)

Donc pour être franc, je serais pas contre une suite. Pour plusieurs raisons: je suis assez curieux de voir comment seront incorporés au récit les autres personnages de la mythologie, quelle « motivation » aura l’héroïne pour les combattre, etc etc. C’est prometteur donc, sans compter que la série semble être tout de même particulière (sa volonté de toucher un public international, entre autres. Le trailer qui avait été diffusé en exclusivité à la Japan Expo, les sous-titres en cinq langues dans les dvd, etc) et, si on veut être un peu cynique, sans doute juste une manière de pouvoir vendre du goodie par paquet de 200. Pour ma part, c’est vrai qu’ils ont presque réussis à me vendre une figurine Dead Master.
Les bâtards.

Lire le billet.

Chronique AMV N°AA // Best Of You, Mindless Self Indulgence, K-On! Vs Detroit Metal City, journaux new yorkais et une ode à la pénétration anale MAIS romantique.

Chronique AMV N°AA // Best Of You, Mindless Self Indulgence, K-On! Vs Detroit Metal City, journaux new yorkais et une ode à la pénétration anale MAIS romantique.

Eh bah vous l’avez pas volé celle-là, depuis le temps qu’elle vous pendait au nez ! Un article AMV ! Mais oui ! MAIWAI comme on dit sur Hardware.fr ! Bon comme tout le monde je kiffe les bons AMV, ceux qui sont remplis d’idée, qui sont techniquement exempts de tout reproche, qui sont passionnants, qui ont été travaillés. Après je suis quelqu’un d’assez « bourrin » dans mes goûts en matière d’AMV: je suis pas un grand amateur de contemplatif par exemple, et il faut un rythme assez trépidant pour m’accrocher. Mais qu’importe, vous verrez bien ça assez vite puisque j’annonce le début d’une chronique « régulière » au Néant Vert qui portera le nom trépidant et inventif de… Chronique AMV !

Dans chaque article issu de cette formidable chronique je tâcherais de présenter trois à cinq AMV maximum, avec vidéo, lien pour le télécharger, et tout ce que je peux dire autour. Je ne prétends pas être un expert en AMV, mais j’ai enfin de présenter et de partager des créations que j’ai beaucoup aimées et que, j’espère, vous aussi. Donc pour ce début, on va taper avec du très lourd ! Enfin, noter que je propose pour chaque AMV une version streamée issue du site amvnews (un des meilleurs sites en la matière, apprenez à lire le cyrillique pour pouvoir utiliser tout son POUVOIR) et un lien de téléchargement issu soit toujours d’amvnews, soit du plus « classique » animemusicvideos.org… Mais allez !

Enfin note avant de commencer: ne vous inquiétez pas pour les spoilers si jamais la vidéo concerne un anime que vous n’avez pas vu. Si jamais je considère que l’AMV spoile trop, je préviendrais. Si il n’y a aucun avertissement, vous pouvez y’aller et vous régaler. Sinon je dirais si le spoil est « mineur » (ex: on perd quelques petites surprises, pas dramatiques mais certains seraient capables de péter un cable), ou « majeur » (ex: -un personnage- meurt dans le dernier épisode de Cowboy Bebop.)

Pour ce premier essai, cinq AMV ! Allez hop !

Jihaku

I'VE GOT ANOTHER CONFESSION TO MAKE


Jihaku

Auteur: Tyler
Musique utilisée: Foo Fighters – Best Of You
Anime couverts: Beaucoup trop pour faire une liste !
Télécharger

Note pour introduire: cet AMV est dans la Toyunda depuis une demande de ma part. Maintenant que vous le savez, je vous autorise pleinement à le spammer.
Note pour continuer le paragraphe: Alors oui, ça se sait sans doute déjà mais je suis un très grand fan des Foo Fighters. J’ai découvert le groupe un peu au pif avec The Pretender il y’a maintenant deux ans et depuis j’ai écouté tous leurs albums et j’ai toujours en permanence sur moi trois ou quatre chansons bien badass au cas où. En l’occurrence, j’ai eu la chance de découvrir Best of You avec cet AMV, ce qui est d’autant plus fantastique que depuis j’ai l’AMV qui s’imprime dans la mémoire à chaque écoute. J’adore vraiment l’idée de base de cette vidéo: reprendre le clip des Foo Fighters avec Dave Grohl qui chante dans un micro et l’insérer en leimotiv et en y impliquant une quantité considérable d’anime, de tous les styles et couvrant une échelle d’une bonne dizaine d’années. L’AMV tente de raconte une histoire mais ne le fait pas lourdement, tout est insinué, ça ne tente pas de coller à tout prix aux paroles où de le faire quand c’est inutile.
J’ai également l’impression que chaque image colle parfaitement au moment où c’est utilisé, il n’y a aucun extrait qui n’est pas à sa place, qui est de trop. Tout colle parfaitement ! Et enfin, pour rajouter un peu plus aux compliments, j’aime la façon dont l’AMV peut se révéler « unique » selon l’état d’esprit, la personne. On ne sait pas vraiment si l’AMV est optimiste, où plutôt désespéré. J’ai l’impression que si on veut le voir optimiste, il est optimiste. Si on veut le voir désespérer, il l’est. J’aime ainsi la manière dont l’AMV arrive à jongler entre des images « tristes » et des images « joyeuses » sans que jamais ça ne paraisse dissonant et sans jamais qu’un « état d’esprit » dévore l’autre.

Enfin, il s’agit aussi d’un très bel hommage global à l’animation japonais, sous toutes ses formes. Retrouver dans cet AMV aussi bien du Jin Roh que du Naruto, du Haibane Renmei, du Beck, du Wolf’s Rain… On voyage vraiment dans tous les genres, et ça franchement, ça fait du Jihaku un immanquable…

Lire le billet.

[Journalisme Total] Analyse des génériques de K-On!!

[Journalisme Total] Analyse des génériques de K-On!!

KONAvert.png

Souvenez-vous, nous étions en Avril 2009, Néant Vert écrivait encore des articles basés sur le hentai, la parution français de Bienvenue dans la NHK n’était pas encore terminée, j’étais étudiant en droit et Wan avait écrit sur soviet voice un article assez amusant qui s’exercait à l’analyse de l’ending de K-On!. Cette analyse, très rigolote à l’époque et presque hilarante maintenant (même que certains s’en sont inspirés) devait encore une fois recevoir un hommage et cette fois-ci, il sera en béton armé puisque nous analyserons d’un oeil critique et occidental l’ending ET l’opening de la nouvelle saison de K-On!, nommée subtilement K-On!!.

Article plein d’images, si votre connexion est aussi pourrie que la mienne, vous allez un peu souffrir.

Lire le billet.

Un an d’anime ~ 2009

Un an d’anime ~ 2009

On est fin novembre début décembre et en tant que blogueur voici venu le moment où il faut se plier à certaines traditions qu’on s’est soi même imposé. En l’occurence, l’heure du « bilan annuel anime » a sonné et avec lui son histoire prestigieuse, ses 12 animes nommés et son lot de captures d’écrans symboliques.

Toujours la même règle donc: je prends les douze mois de l’année qui vient de s’écouler, de décembre 2008 à novembre 2009, et je colle un anime sur chaque mois, comme « symbole » de ce mois en question. Ce n’est pas forcément des animes sortis entre 2008 et 2009, on tapera aussi dans le plus ancien (jusqu’en 1988 !), et après avoir bien dit du bien (ou du mal, parce que c’est arrivé) de ces douze animes, je reparlerais plus légèrement, limite comme sur twitter, des autres animes vu durant cette année. Et cette année, y’en a encore plus que l’année dernière ! Je me demande bien pourquoi ? Est-ce la vie étudiante, un virus, une histoire de coeur ? Mystère !

En 2007 avait été cité de décembre 2006 à novembre 2007, dans l’ordre: Fate/Stay Night, La Mélancolie d’Haruhi Suzumiya, Death Note, Black Lagoon, El Cazador de la Bruja, Code Geass, Bleach, Welcome to the NHK, Gurren Lagann, Darker Than Black, Ouran Host Club High School et Claymore, en plus de voir être utilisé des captures d’écrans avec encore des fansubs dessus, ce qui est une infâmie !
Par contre, en 2008, d’autres animes avaient été cités pour le bien de la planète, et pour réprésenter chaque mois de décembre 2007 à novembre 2008: Serial Experiments Lain, Full Metal Panic, Baccano!, Sayonara Zetsubou Sensei, Code Geass R2, Bamboo Blade, Persona Trinity Soul, Hikaru No Go, Macross Frontier, Le sanglot des cigales / Hinamizawa le village maudit / Higurashi No Naku Koro Ni, Excel Saga et enfin Zoku Sayonara Zetsubou Sensei parce que je n’avais aucune imagination.

Mais quels seront les animes pour cette fois-ci ? La encore comme d’habitude: si vous lisez régulièrement, peu de surprises puisque quasiment tous les animes cités ont été chroniqués / ont fait l’avis d’un article. Mais là où ça peut être intéressant, c’est en parler avec encore plus de recul qu’a l’époque ! Oh oui, que c’est génial comme idée, je m’aime.

Lire le billet.

K-On! – Un message de liberté lancé à tous mes frères opprimés

K-On! – Un message de liberté lancé à tous mes frères opprimés

Les mêmes critiques reviennent, parfois en boucle, sur le « vide » que serait K-On!. Anime sorti durant le mois d’avril 2009, il semble désormais porter avec lui tout un symbole de l’anime stupide, trop moe pour exister, qui serait, je cite, le cancer de l’animation japonaise tout ça. Sauf qu’ils ont tort. Et qu’ils sont en plus passés à coté d’un des animes les plus engagés qu’il m’ait été donné de voir. Dans K-On! tout est une ode à la liberté, à la démocratie, au libéralisme et à la tolérance mais encore faut-il le voir, ce qui n’est pas accessible aux cerveaux les plus simplets, comme le démontrera habilement cet article.

IF YOU SMEEEEEELLL... WHAT RITSU... IS COOKIN'

Adapté du manga de kakifly, K-On! raconte l’histoire du Keion club où club de « musique lègère », composé de quatre jeunes filles, et nous expose les difficultés qu’elles rencontrent via des situations coquasses et un point de vue d’apparence assez légère. On passe ainsi 13 épisodes en compagnie de Tsumugi, Mio, Yui et Ritsu, à découvrir ces personnages, leur manière de voir la vie et leurs idéaux. Et inutile de le dire: c’est plutôt riche.

Ces quatre personnages (plus – attention spoiler – Sawako et Azusa) sont donc le centre de cette oeuvre, et chacun à leur manière témoigne des soucis que rencontre la jeunesse japonaise et même si c’est fait de manière très légère, la critique sous-jacente reste sévère et dresse un portrait peu reluisant du Japon. J’irais même plus loin en disant que sous ses airs de comédie décomplexée, K-On! cache, pour peu qu’on gratte le vernis, une oeuvre désespérée, pour ne pas dire un cri dans le silence. Un peu comme des séries comme Neon Genesis Evangelion, Le Tombeau des Lucioles ou Mazinger Z-hen

Et si certaines personnes continueront, après cet article, de prétendre que K-On! n’est que du « vent surhypé commercial hyper moe de mes couilles », eh bien vous leur direz, l’oeil plein de fierté et de courage: « Mais mon vieux, tu n’as rien compris à rien« .

All Hail Yui ! Et comme dit la camarade Yui: gateau !

Lire le billet.

Super fourre-tout ultime final de la mort – Edition « Je vais mourir ce week end alors je n’ai plus de limites ».

Super fourre-tout ultime final de la mort – Edition « Je vais mourir ce week end alors je n’ai plus de limites ».

Cette année je suis complétement blasé de la vie en ce qui concerne la Japan Expo. Les trois précédentes années, j’étais tout excité, je comptais les jours, j’avais hâte d’y aller. Cette année j’y vais comme si c’était un devoir en tant qu’homme, un peu comme un passage obligé, donc j’y vais fier, le regard vers l’horizon, un peu comme un archétype de catholique qui part faire sa session annuelle de sexualité afin de faire enfanter sa femme. Mais néanmoins Lire le billet.

OMG nouveau millénaire.

OMG nouveau millénaire.

Je me suis inscrit sur facebook la semaine dernière, REVOLUTION. Et finalement, j’en avais assez peur et maintenant je constate juste que… mouirf. Voilà. Pas grand chose à dire. C’est rigolo de faire des tests rédigés par des analphabètes aussi fin psychologues qu’une armoire ou un personnage de shonen lambda. Rigolo. Une fois. Plus tragique, le coup de poignard du célèbre site last.fm qui, soudainement, comme ça, a décidé de faire passer les radios gratuites au statut de radios payantes Lire le billet.