Archives du mot-clé kodansha

Une introduction rapide et consistante aux magazines de prépublication de manga~

ON EST LE 31. 

DONC JE DOIS FAIRE UN ARTICLE

PARCE QUE CA FAIT HUIT ANS QUE JE FAIS UN ARTICLE CHAQUE 31 DECEMBRE. Paie tes traditions bizarres.

Mais bref, cette fois on va parler manga. Et, pour ne pas changer, on va parler industrie japonais. Je le sais, tu le sais, il le sait, elle le sait, on le sait, nous le savons, vous le savez, elles le savent, ils le savent: quand on lit un manga en France, il est, dans 99% des cas, pas en premier lieu sorti au Japon sous ce format-là, qui n’est qu’une seconde étape. Car si beaucoup de japonais lisent les volumes reliés, beaucoup continuent à aller directement à la source, c’est à dire les magazines de prépublication. Et, ça tombe bien, l’immense et implacable majorité des titres sont avant tout publiés chapitre par chapitre dans des magazines aux rythmes divers et variés. 

Donc du coup on connaît sans doute quelques uns de ces magazines: le Shonen Jump, forcément, peut-être le Shonen Magazine, le Margaret… mais peut-être pas forcément plus. 

Du coup ce que je vous propose via cet article c’est de lister les principaux magazines de prépublication. Tout d’abord en les regroupant via maisons d’édition (histoire de remarquer quels magazines partagent les mêmes directions), ensuite en les regroupant par public visé (le sempiternel Shojo/Shonen/Seinen) puis par ligne éditoriale. En gros. 

Juste un truc avant de commencer: les magazines de prépublications ne sont pas vraiment comme chez nous. N’imaginez pas plein de Spirou remplis de mangas. Non en vrai imaginez des annuaires remplis de mangas. Les magazines de prépub c’est des pavasses de 300 à 500 pages, imprimés souvent dans du papier ultra dégueulasse, qui coûtent souvent entre 200 et 500 Yen (c’est à dire entre 2 et 5  euros) et qui sont voués à être jetés après lecture.

Et rapidement, pour définir les termes shonen/shojo/josei/seinen qui vont être utilisés car ils sont différents de la manière dont, en France, on s’en sert:

Kodomo: Le manga pour gosses en bas âge, moins de 8 ou 9 ans. Souvent des gags mangas ou des séries à l’intrigue très limitée.

Shonen: « pour jeunes garçons » vous me direz. Sauf que c’est pas si simple. Effectivement le genre vise de base les pré-ados et les adolescents masculins, et va essayer de viser leurs envies, mais c’est devenu très progressivement un genre assez universel, qui a un lectorat féminin qui existe et qui est désormais pas mal pris en compte par la majorité des éditeurs. Du coup le shonen « à l’ancienne » qui raconte des « trucs de mecs » n’existe plus vraiment, ou alors est limité à 2/3 magazines, donc partons du principe que ça concerne tous les adolescents de 9 à 16 ans.

Shôjo: A l’inverse, le genre désigne « pour les jeunes filles », de 7 à 15 ans en règle générale et, effectivement, ne trouve pas spécialement de public en dehors de ces limites, malgré des tentatives de ci de là.

Josei: Le manga « pour la jeune adulte », en gros du milieu de l’adolescence jusqu’à… euh… la fin de la jeunesse I guess. 

Seinen: Le manga « pour le jeune adulte. » Littéralement pour ceux qui savent lire à peu près tout l’alphabet jap. Il faut d’amblée distinguer le Seinen dans sa forme traditionnelle (des oeuvres universelles, matures,  aux thèmes adultes censés parler au jeune de 15 à 30 voire parfois au délà) et le Young qui commence de plus en plus à devenir son propre genre (qui est une sorte de shônen sous stéroïdes avec plus de violence, plus d’intensité, plus de sexe et plus… de tout en général.) Mais le seinen c’est aussi les oeuvres censées faire du bien aux adultes, à les aider à retrouver des bons sentiments, donc c’est aussi là qu’on retrouve des BD comiques ou mignonnes, ne soyez donc pas surpris.

Adult: Ce que nous on appelle grosso merdo le Hentai. Le cul, quoi.

Un autre point: j’ai essayé, pour illustrer, de mettre des couvertures mettant en avant des séries du magazine en question. Ca paraît con dis comme ça mais beaucoup de magazines (surtout en young) mettent en couverture… des gravure idols. C’est à dire des jeunes filles qui posent de manière plus où moins sexy. Donc ne vous étonnez pas si certaines couvertures n’ont… pas de mangas dessus.

Ceci étant dit, dans tous les cas j’espère que vous apprécierez ce listing qui n’est pas exhaustif et j’espère que vous me pardonnerez la concision de certaines descriptions (je dois vous avouer que j’ai des violentes lacunes en terme de shôjo donc juger la ligne édito des magazines spécialisés j’ai un peu galéré, donc il est possible que je dise de la merde.)

 

Shueisha

Fait partie du « Hitotsubashi Group », en compagnie de la Shogakukan et de la Hakusensha. Fondé en 1925. 

Weekly Shonen Jump

Public visé: Shônen

Rythme de publication: Hebdomadaire

Fondé en: 1968

Séries emblématiques (en cours): One Piece, Gintama, Haikyuu, Hunter X Hunter, My Hero Academia, Food Wars, World Trigger, The Promised Neverland…

Séries emblématiques (terminées)Dragon Ball, Saint Seiya, Slam Dunk, Hokuto no Ken, Yu-Gi-Oh, Naruto, Kochikame, Bleach, Video Girl Ai, EyeShield 21, Death Note, City Hunter, Kenshin le Vagabond… 

Plus gros magazine de prépublication à l’heure actuelle en terme de tirages par numéro (qui dépasse les 2 millions), une institution duquel vient la plupart des plus gros blockbusters mangas de ces trente dernières années. En pleine phase de renouvellement à l’heure actuelle, après avoir passé 2016 à mettre fin à pas mal de séries pourtant bien installées (BleachAssassination Classroom, NisekoiToriko ou bien encore Kochikame.

Possède une édition en anglais, gérée par Viz Media (qui est la branche occidentale de la Shueisha et, plus largement, de l’Hitotsubashi Group.)

Le public visé reste les enfants et les jeunes adolescents, les histoires sont donc rarement très compliquées ou très adultes, même si on y trouve volontiers du sang et un peu d’érotisme de ci de là.  Mais le public est en réalité beaucoup plus varié

 

Jump SQ

Public visé: Shonen

Rythme de publication: Mensuel

Fondé en: 2007 (remplace le Monthly Shonen Jump, fondé en 1970)

Séries emblématiques (en cours): To Love Darkness, Blue Exorcist, Platinum End, Seraph of the End, Twin Stars Exorcists…

Séries emblématiques (terminées): Claymore, Rosario+Vampire, Letter Bee, Shi Ki (Jump SQ)

Kurohime, Angel Densetsu, I’ll, Eleven (Monthly Shonen Jump)

Remplaçant du vénérable Monthly Shonen Jump, le Jump SQ (pour Square) est un mensuel shonen qui vise un public un poil plus agé que son contemporain hebdomadaire. Ici c’est plus gore, les intrigues un poil plus compliquées et l’érotisme va beaucoup plus loin. En gros c’est un peu l’entre-deux, niveau public visé, entre le Shonen Jump et le Young Jump

Le Jump SQ gagne peu à peu en importance au sein de la Shueisha, comme le témoigne l’arrivée dans le magazine d’auteurs comme le duo Oba/Obata et leur Platinum End. 

Continuer la lecture de Une introduction rapide et consistante aux magazines de prépublication de manga~ 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Soredemo Boku wa Kimi ga Suki – Tournent les rateaux

Parfois j’aime me dire que j’ai des gouts simples. J’aime la vanille et j’aime la fraise ? Alors je prends une glace vanille/fraise. J’aime bien gérer une ville dans Simcity et j’aime gérer des lignes de transports dans Cities in Motion ? Alors je joue à Cities Skyline. J’aime les intrigues politiques et j’aime Kevin Spacey ? Woh, c’est super bien House of Cards.

Mais parfois c’est plus compliqué de mélanger des trucs que j’aime bien: j’aime beaucoup la Formule 1 et j’aime beaucoup le hentai vanilla, mais faut avouer que des hentai vanilla avec des F 1, y’en a pas des masses. De même, j’adore Nobuo Uematsu et je surkiffe jouer à Rock Band, mais ça va être difficile de caser You’re not Alone dans le jeu d’Harmonix 1

Puis parfois un miracle arrive, un mélange qu’on attendait pas se produit. Tenez, j’aime beaucoup Que sa volonté soit faite 2 et je suis faciné par les histoires d’amour malheureuses à la Makoto Shinkai. Comment mélanger ça, c’est pas incompatible ? Une série ou un garçon doit draguer un maximum de filles pour sauver le monde face à un univers ou aucune histoire d’amour ne laisse le spectateur comblé ?

Et bien, au Japon, le miracle a eu lieu, la salade a été cuisinée, mes prières ont été exaucées et ça donne lieu à un très beau manga en 44 chapitres et 7 volumes. Son nom ? Soredemo Boku wa Kimi ga Suki. 

Couverture du premier tome aux Etats-Unis, ou il sort depuis hier sous le nom Forget Me Not aux éditions Kodansha USA.
Couverture du premier tome aux Etats-Unis, ou il sort depuis hier sous le nom Forget Me Not aux éditions Kodansha USA.

Le pitch, il est pas mal: Serizawa est un trentenaire un peu paumé dans la vie, qui fait un boulot pas forcément très passionnant et qui vit seul. Il a le spleen, le marasme, le seum, la déprime. Un jour, alors qu’il rentre chez lui avec son petit scooter, il croise une jeune fille qu’il croit reconnaître, se crashe à cause de la surprise et tombe inconscient sans voir le visage de celle-ci. Tout ce qu’il sait c’est que celle-ci appelle l’hopital et le contacte peu après par téléphone. Il croit reconnaître une ex à lui mais n’arrive pas à retrouver quelle ex pour une raison simple: il a beaucoup d’ex et a chaque fois il était la raison pour laquelle ces relations ont échouées.

Il va la rencontrer le lendemain mais avant ça il va se retrouver seul avec ses mémoires pour répondre à cette question: parmi toutes ses histoires d’amour ratées… laquelle est cette fille, qui semble laisser entrouvrir un nouveau départ ?

On va donc explorer ses souvenirs et revivre toutes ses histoires ratées, une par une, du début à la fin. Ici, pas d’amourettes non réciproques, juste des vrais bons gros gadins amoureux qui vont parfois lui faire très mal, du collège jusqu’a sa vie adulte.  Et malgré ce postulat qui pourrait paraître très déprimant, ce qui est chouette est que Soredemo Boku wa Kimi ga Suki est loin de n’être qu’un arrache-larmes de plus !

Chou
Quand le premier baiser avec ta future ex est trop trop chou

Continuer la lecture de Soredemo Boku wa Kimi ga Suki – Tournent les rateaux 

  1. Notez que parfois un miracle arrive: je surkiffe Uematsu, je surkiffe le catch, donc je surkiffe voir des catcheurs faire le thème de victoire de Final Fantasy.
  2. The World God Only Knows / Kami nomi zo shiru sekai, ça me saoule de pas savoir lequel des TROIS noms utiliser, encore heureux que je parle pas d’Higurashi/Hinamizawa/When They Cry/Le sanglot des cigales
♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Shonen, amitié et Kodansha: le Bessatsu Shônen Magazine (3/3)

Eh j’avais dit « deadline mardi », j’avais juste pas dit quel mardi. Erm.

Marii de Joshiraku par 紗夜
Marii de Joshiraku par 紗夜

Donc hop bref on est parti, faites entrer les clowns et les artistes sur la piste, la dernière partie de la mini série d’articles sur les magazines shonen de la Kodansha, une des rivales les plus emblématiques de la Shueisha. Après le Weekly Shonen et le Monthly Shonen, passons à un magazine spin-off de ce dernier, crée il y’a environ cinq ans, un beau jour d’automne japonais de 2009. Ce magazine, c’est le Bessatsu Shônen Magazine.

Celui-ci se place comme plus « mature » que le Monthly et le Weekly, visant plus la frange 18-25 que la 12-18. Maintenant, le Monthly le visait aussi mais, on va le voir, les ouvrages du Bessatsu vont souvent plus loin.

Bessatsu01

 

Couverture du magazine, avec Aku no Hana mis en avant

Donc un article sur le même modèle que les autres: je vais présenter quelques séries publiées ou en cours de publication dans ce magazine et en profiter pour donner mon avis éclairé et totalement objectif (non même moi j’y crois pas à cette phrase.) L’article qui suit devrait être cours, y’a que cinq ou six mangas qui seront présentés et vous en connaissez déjà forcément un.

 

Continuer la lecture de Shonen, amitié et Kodansha: le Bessatsu Shônen Magazine (3/3) 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Shônen, amitié et Kodansha: le Monthly Shônen Magazine (2/3)

Monthly01

Seconde partie de la série d’articles sur les principaux magazines shônens de la Kodansha, et l’opportunité pour moi de parler de mangas assez librement (surtout, hein.) La première partie était dédiée au Weekly Shônen Magazine et pavassait pas mal mais rassurez vous cette seconde partie sera plus courte.

Car certes le Monthly Shônen a une longue histoire – le magazine a été crée en 1964 soit il y’a 50 ans – mais son histoire détaillée est finalement peu connue et si  on trouve dans son passé nombre d’auteurs célèbres – Osamu Tezuka, Go Nagai, Hideo Azuma ou Yumiko Igarashi – ce n’est pas dans ce magazine que ceux-ci ont sortis leurs titres les plus connus. Et, d’ailleurs, en général peu de titres du Monthly Shônen ont trouvés succès en Occident. C’est pour ça que la partie historique de cet article sera fun car dédiée à un seul manga. Pour le reste, on évoquera rapidement les mangas qui sont en cours de parution dans le magazine avec mon avis ultra subjectif pour chacun d’entre eux.

Une couverture normale du magazine, ici avec Noragami en avant
Une couverture normale du magazine, ici avec Noragami habilement en avant

Continuer la lecture de Shônen, amitié et Kodansha: le Monthly Shônen Magazine (2/3) 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Shônen, amitié & Kodansha: Le Weekly Shonen Magazine (1/3)

Fanart Koe no Katachi par syatey
Fanart Koe no Katachi par syatey

 

Bon un article fait instinctivement, pour me réveiller en ce lundi de reprise. Depuis maintenant quelques temps, j’avoue me passionner pour suivre régulièrement ce qui se passe du coté du Shonen Jump, regarder régulièrement quelles séries marchent, quelles séries débutent, lesquelles se terminent, etc. Vous savez pas c’est quoi le Shonen Jump ? One Piece, Dragon Ball, Ken le Survivant, Saint Seiya, Video Girl Ai, Bleach, Naruto, Haikyuu, les sept premiers arcs de Jojo’s Bizarre Adventure, bon bref, un magazine qui a du pedigree et qui peut se vanter d’avoir lancé la quasi totalité des gros cartons shonen de l’histoire de l’industrie. Puis quand je m’ennuie je regarde aussi l’évolution de l’équivalent shonen mensuel, le Square Jump. D’abord pour To Love Darkness, mais aussi pour des trucs comme Gate7 ou Claymore.

Mais bon, stalker la Shueisha est amusant trente secondes alors regardons du coté d’un de leurs principaux rivaux, la Kodansha et ses deux magazines shonens « phares », le Weekly et le Monthly Shonen Magazine. Et le petit spin-off de ce dernier, le Bessatsu Shonen Magazine, pour le fun et le plaisir.

Donc je vais juste présenter succinctement quelques mangas phares de ces magazines, passé comme présent. Certains sont déjà très connus en France, d’autres représentent l’avenir ou ne sortiront juste jamais chez nous à cause de la barrière culturelle. Contrairement à mes articles habituels ou je poste tout d’un coup dans un pavé gigantesque, je vais découper tout ça en trois articles distincts: un dédié au Weekly Shonen, un dédié au Monthly Shonen et un, évidemment, dédié au Bessatsu Shonen. Je les publierais selon mon rythme bien à moi~. Mais je vais essayer de tout sortir avant la fin du mois de septembre.

Une couverture random du Weekly Shonen Magazine, avec Yamada-san and the Seven Witches en couverture
Une couverture random du Weekly Shonen Magazine, avec Yamada-san and the Seven Witches en couverture

Continuer la lecture de Shônen, amitié & Kodansha: Le Weekly Shonen Magazine (1/3) 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr