Archives de
Étiquette : noel

[Communauté] KFC, questions, confrères et disparus: le grand billet de Noël

[Communauté] KFC, questions, confrères et disparus: le grand billet de Noël

J’écris cette intro le 21 décembre 2012 à 08h45, il fait toujours nuit dehors parce qu’on a débarqué en hiver, et tout ça est absolument triste parce que je suis complétement pété. C’est ça de dormir 3h. Quoique je sais même pas si j’ai vraiment dormi, tout ce que je me souviens c’est que je rêvais que j’essayais de m’endormir. Est-ce que dans ce cas là, c’est un rêve ? Ou bien la réalité ? Est-ce que nous sommes prêts à avoir Bohemian Rhapsody dans la tête ? Personne ne le sait !

IntroNoel.jpg

Bien, anyway, billet de Noël, c’est tout de suite, maintenant. Ah, il est loin le temps ou je faisais des traductions de hentai complétement débile pour fêter le jour du saint enfant. J’aurais pu le faire cette année aussi, mais bon, tant pis, c’est pas grave, je n’ai de toute façon jamais eu le moindre talent pour le scantrad.

Bref, pour ce Noël, bam, participation à une initiative inter-blog – j’avais loupé le coche en 2010 (ou on devait tous écrire un article sur la même série d’OAV Gundam, et j’avais fail parce que flemme de mater au délà du deuxième OAV), j’avais participé en 2011 à l’initiative qui consistait à voir ses collégues blogueurs vous infliger l’écriture d’un article sur une série (j’avais fini avec Infinite Stratos, que j’avais critiqué sur la forme d’un doujinshi hentai.)

Cette année le but était simple: on est 14 “blogueurs” anime francophones et un canadien anglophone et on s’échange des questions. Le but du jeu est d’avoir au final 13 questions à répondre, chacune envoyée par chacun des participants. C’est une initiative de nyo, c’est fun comme tout, et donc je vais répondre à des questions, trois ans après le plus gros pavé de l’histoire de ce blog. Pour l’anecdote on s’est tous envoyés des petites biographies, et c’est pour ça que certaines questions parlent de « ma bio » :P.

Enfin, avant de commencer, je tiens à signaler que j’ai attribué à chacun des participants un personnage d’Idolmaster. Parce que je suis en plein matage de la série et que ça collait bien au chiffre 13. J’ai essayé de coller au mieux par rapport à l’image que j’en ai (sauf pour le pauvre mt-i qui du coup se tape Iori, alors qu’il ne le mérite pas.)

Tetho

Tetho.jpg

Qui est Tetho ?: Blogueur sur Anime-Janai et écrivant également sur mata-web à l’occasion, la seule chose que vous devez savoir sur Tetho c’est qu’il est très très très très focalisé sur l’aspect technique d’une série. Il correspond également pas mal à l’archétype du type rude au grand coeur. AMHA.

Onani Master Kurowasa va être adapté en anime.Tu as la chance, exceptionnelle, de choisir le studio et le staff, tout en sachant que Kyoto Animation ne peut pas, ils sont trop occupés sur la suite de Munto pour pouvoir s’en charger. Je te demande donc au minimum le format (film/OVA/TV/net) un studio, le core staff (réalisateur, scénariste en chef, charadesigner, directeur de l’animation et responsable des décors), mais tu es libre de préciser ce que tu veux à coté : seiyûs, auteurs/compositeur/interprètes des génériques, animateurs, voir même le staff précis (réal, storyboardeur, scénariste et directeur de l’animation) d’un épisode adaptant un passage bien précis qui t’es cher.

Comme vous le voyez, Tetho est aussi très très très très très focalisé sur les staffs. Et il a envoyé la même question à tout le monde, quel gros branleur :’D.

Bon, déjà, studio et format, ça je peux répondre de manière sûre et définitive assez rapidement, c’est bien. Après ma lecture d’Onani Master Kurosawa date de quasiment trois ans, donc ça commence à être lointain pour moi. En tout cas, en me basant sur mes souvenirs, je pense que je favoriserais un format en trois OAV de 40 minutes. On peut grossièrement diviser le manga en trois parties distinctes, et je pense qu’un OAV pour chaque partie serait le mieux.

Niveau choix de studio, là c’est étrangement plus compliqué. Instinctivement je répondrais “Shaft” mais il suffirait de dix secondes de réflexion pour voir que non, Shaft n’aurait pas sa place sur ce projet. J’ai hésité avec JC Staff deux secondes par envie d’une adaptation conservatrice mais au final je vais porter mon dévolu… sur David Productions. Qui en deux animes (Ben-To et Jojo) a réussi à m’épater et à me montrer qu’ils ont les épaules pour ce type de projet et que, même si le budget n’est pas là, ils peuvent tout de même essayer de compenser au mieux.

Réalisateur mon choix d’amblée: Mizushima Tsutomu. Surtout parce que comme j’ai beaucoup aimé son travail sur Joshiraku, et que j’estime qu’il peut appartenir totalement à l’esprit de l’ouvrage (le mec bossr sur des trucs très spéciaux en général.)

Pour le charadesign, scénariste en chef, storyboarder & co, je vais donner ma langue au chat, je connais aucun nom et je n’y ai jamais porté aucune attention. Ce qui est un peu CONNARD quand j’y pense, mais tant pis.

Par contre je peux faire le trivial: niveau seiyus je VEUX Sawachiro Miyuki en Magister, pas de négocations. Pour Keiji – le copain à l’afro – idem je VEUX Sakaguchi Daisuke, le seiyu qui fait habituellement pas mal de sidekicks KyoAni (à commencer par Sunohara de Clannad.) Pour Aya la recluse je vais faire le choix facile d’Hanazawa Kana. Enfin pour le héros, soyons fou, assumons le délire: Fukuyama Jun.

Pour les génériques, j’avoue que j’aimerais un générique d’ending avec Hanazawa Kana et Sawachiro Miyuki en duo PARCE QUE TANKAF. Pour le générique d’ouverture, je réfléchis, mais j’ai du mal à imaginer un générique d’ouverture à Onani Master Kurosawa… Faudrait un truc doux, peut-être du Rie Fu ou, pour faire dans l’occidental, du Coldplay. OUAIS TIENS DU COLDPLAY. Genre “Talk.” Ou “Every Teardrop is a Waterfall.” Eh ça pourrait être a double sens dans le second cas.

Puis avec ça, vous me mettrez un McFlurry Amandes & Nuts coulis fraise. Et un Twix.

Lire le billet.

[Noël 2011] Moi je vais vous parler d’Infinite Stratos dans un roman graphique de toute beauté

[Noël 2011] Moi je vais vous parler d’Infinite Stratos dans un roman graphique de toute beauté

Bon j’avais pas pu participer au projet commun bloguesque de l’an dernier pour cause de torrent qui se prend une flèche dans le genou. Pire, à Noël dernier, j’ai pas pu vous offrir l’habituel traduction de doujin hentai de Noël que j’avais pourtant faite en 2008 et… plus où moins en 2009 donc cette année je CUMULE LES DEUX. Bref, vous avez sans doute déjà compris comment fonctionnait le projet commun de cette année mais je vais le rappeller sobrement: Lire le billet.

La bûche de Noël, tradition de l’animation japonaise

La bûche de Noël, tradition de l’animation japonaise

Préambule: ce titre exagère un peu grave la chose et fait genre c’est présent dans TOUT l’animation japonaise alors qu’on va voir que ça reste assez minoritaire mais, eh, ce n’est pas facile de nos jours de faire des titres accrocheurs et inspirés, surtout depuis la mort d’Émile Zola. Cent neuf ans déjà, damn it.

Gateau09.jpg
Bref, le gateau de Noël. Au Japon, il y’a cette sorte de tradition assez agréable qui veut que si on veut fêter Noël comme il se doit, bah il faut acheter un gateau. Ce gateau est souvent spécialement préparé pour la date fatidique, et, évidemment, c’est le genre de gâteau qu’on ne mange certainement pas passé le 25. On a clairement un équivalent chez nous, avec la fameuse buche: sérieusement, est-ce que les autres jours de l’année, vous bouffez de la bûche ? Non, ça vous viendrait JAMAIS à l’idée, ça serait juste crétin. La buche C’EST Noël et rien d’autre, en dehors ça fait juste zarb. Ca fait mal vu en société de manger de la bûche mi-avril. Bon, moi de la bûche glacée aux fruits rouges je dirais jamais NON, même en plein mois de juillet, même après un attentat terroriste poussant le pays dans le deuil, mais bref j’abrège vous voyez où je veux en venir: je dirais pas non mais la société me condamnerait presque avec des regards lourds pour me punir. C’est mal vu.

Maintenant, imaginez une femme japonaise. C’est terrible parce qu’on sait un peu tous que cette société met une grosse emphase sur la famille, et que beaucoup de femmes sont préparées à devenir mère de famille au plus vite, et tout ce que cela implique… Heureusement qu’il y’a une certaine forme d’égalité puisque les hommes aussi sont condamnés à devenir de bons pères de famille qui ramèneront à manger aux enfants et sauront trouver l’argent pour la jolie maison, la jolie voiture et les jolies études de leurs enfants qui eux-même seront condamnés à refaire le même schéma, ensuite de suite jusqu’a l’effondrement économique total du pays. Enfin je divague un peu, et puis bon, on sait que tout ça c’est la théorie, dans la réalité, ils fument, boient, tapent des gosses, ont trois bras, volent des bonbons aux patisseries et dessinent du hentai Usagi Drop. Eh, j’ai jamais mis les pieds au Japon mais je devine d’ici la conspiration qu’on tente de nous faire avaler depuis trop longtemps.

BREF. Imaginez une femme japonaise. Faites le lien avec le concept de Bûche. Et voilà, vous voyez où mène la métaphore. Et vous aurez raison: la femme japonais, comme la bûche, a du mal à être « consommé » après le 25. La consommation signifiant le mariage et « le 25 » signifiant « 25 ans. » A partir de cet âge-là, comptez sur sa famille pour lui rappeller qu’elle est pas mariée et comptez sur l’animation japonaise et le manga pour ABUSER du truc un peu trop. Un peu au point d’indigestion. Je commence à avoir du mal à avaler les bûches alors faut que je vomisse celle déjà rentrée.

Note: un autre terme est utilisé au Japon pour désigner les femmes célibataires de plus de 25 ans: urenokori, qui veut dire « produit invendu. » Charmant pays, n’est-ce pas ?

Lire le billet.

Le Noël du Passé

Le Noël du Passé

C’est triste. Cette année, je n’ai pas pu convenir à ma tradition annuelle de Noël et offrir joyeusement à tous mes lecteurs un authentique doujinshi hentai traduit adapté en français. Non, c’est parti dans l’abysse de l’inconditionnelle flemme, qui pouvait trouver ses sources dans les repas en famille, dans les jeux 360 par milliers et dans la lecture d’une centaine de chapitres de The World God Only Knows (dont l’anime était au final assez discret sur le potentiel de la suite, qui se révèle plutôt passionnante et inventive.) Et comme je ne pouvais moralement pas laisser une semaine sans billets et finir l’année sur du troll lolilol, je vais finir sur de l’egoblogging, car les périodes de fêtes me le permettent, et que j’ai été inspiré par l’émission « Mon Souvenir » de Nolife pour ce coup. Et aussi parce que je peux pas faire un billet sur la Disparition, je l’ai pas encore maté (hey, le fichier pèse 4Go, ça se télécharge pas comme ça !) et en plus je peux pas saquer Yuki.

Tiens, du K-On dans ta gueule, BITCH

En l’occurrence, les fêtes se sont écoulées, c’était sympa même si parfois un peu silencieux ET j’ai eu un peu de pécunes, Avec ces pécunes j’ai acheté des choses aussi nécessaires qu’un support pour pc portable ou un cable HDMI ou le tome 1 de Bakuman et à la fin j’ai vu que ces pécunes avaient déjà fondues comme neige au soleil et qu’il ne me restait déjà plus grand chose et que je pouvais recommencer à restresser pour l’argent, bref, comme chaque année quoi. Mais c’est vrai qu’a une époque encore pas si lointaine, Noël, ce n’était pas que cela ! C’était des trucs qu’on nous faisait miroiter, deux jours de célébrations et de déballages, la fin de semaines entières de teasing, les catalogues de Noël qu’on découpait partout et qui faisaient livre de chevet pendant deux mois, et les calendriers de l’avent qui chez moi étaient tout pourris (ouais, pas de chocolat. PAS DE CHOCOLAT VOUS ENTENDEZ !?), bref le bon vieux temps, histoire de faire sonner ça un peu cliché. Tiens je vais vous raconter mes Noël.

Lire le billet.