Archives du mot-clé shogakukan

Une introduction rapide et consistante aux magazines de prépublication de manga~

ON EST LE 31. 

DONC JE DOIS FAIRE UN ARTICLE

PARCE QUE CA FAIT HUIT ANS QUE JE FAIS UN ARTICLE CHAQUE 31 DECEMBRE. Paie tes traditions bizarres.

Mais bref, cette fois on va parler manga. Et, pour ne pas changer, on va parler industrie japonais. Je le sais, tu le sais, il le sait, elle le sait, on le sait, nous le savons, vous le savez, elles le savent, ils le savent: quand on lit un manga en France, il est, dans 99% des cas, pas en premier lieu sorti au Japon sous ce format-là, qui n’est qu’une seconde étape. Car si beaucoup de japonais lisent les volumes reliés, beaucoup continuent à aller directement à la source, c’est à dire les magazines de prépublication. Et, ça tombe bien, l’immense et implacable majorité des titres sont avant tout publiés chapitre par chapitre dans des magazines aux rythmes divers et variés. 

Donc du coup on connaît sans doute quelques uns de ces magazines: le Shonen Jump, forcément, peut-être le Shonen Magazine, le Margaret… mais peut-être pas forcément plus. 

Du coup ce que je vous propose via cet article c’est de lister les principaux magazines de prépublication. Tout d’abord en les regroupant via maisons d’édition (histoire de remarquer quels magazines partagent les mêmes directions), ensuite en les regroupant par public visé (le sempiternel Shojo/Shonen/Seinen) puis par ligne éditoriale. En gros. 

Juste un truc avant de commencer: les magazines de prépublications ne sont pas vraiment comme chez nous. N’imaginez pas plein de Spirou remplis de mangas. Non en vrai imaginez des annuaires remplis de mangas. Les magazines de prépub c’est des pavasses de 300 à 500 pages, imprimés souvent dans du papier ultra dégueulasse, qui coûtent souvent entre 200 et 500 Yen (c’est à dire entre 2 et 5  euros) et qui sont voués à être jetés après lecture.

Et rapidement, pour définir les termes shonen/shojo/josei/seinen qui vont être utilisés car ils sont différents de la manière dont, en France, on s’en sert:

Kodomo: Le manga pour gosses en bas âge, moins de 8 ou 9 ans. Souvent des gags mangas ou des séries à l’intrigue très limitée.

Shonen: « pour jeunes garçons » vous me direz. Sauf que c’est pas si simple. Effectivement le genre vise de base les pré-ados et les adolescents masculins, et va essayer de viser leurs envies, mais c’est devenu très progressivement un genre assez universel, qui a un lectorat féminin qui existe et qui est désormais pas mal pris en compte par la majorité des éditeurs. Du coup le shonen « à l’ancienne » qui raconte des « trucs de mecs » n’existe plus vraiment, ou alors est limité à 2/3 magazines, donc partons du principe que ça concerne tous les adolescents de 9 à 16 ans.

Shôjo: A l’inverse, le genre désigne « pour les jeunes filles », de 7 à 15 ans en règle générale et, effectivement, ne trouve pas spécialement de public en dehors de ces limites, malgré des tentatives de ci de là.

Josei: Le manga « pour la jeune adulte », en gros du milieu de l’adolescence jusqu’à… euh… la fin de la jeunesse I guess. 

Seinen: Le manga « pour le jeune adulte. » Littéralement pour ceux qui savent lire à peu près tout l’alphabet jap. Il faut d’amblée distinguer le Seinen dans sa forme traditionnelle (des oeuvres universelles, matures,  aux thèmes adultes censés parler au jeune de 15 à 30 voire parfois au délà) et le Young qui commence de plus en plus à devenir son propre genre (qui est une sorte de shônen sous stéroïdes avec plus de violence, plus d’intensité, plus de sexe et plus… de tout en général.) Mais le seinen c’est aussi les oeuvres censées faire du bien aux adultes, à les aider à retrouver des bons sentiments, donc c’est aussi là qu’on retrouve des BD comiques ou mignonnes, ne soyez donc pas surpris.

Adult: Ce que nous on appelle grosso merdo le Hentai. Le cul, quoi.

Un autre point: j’ai essayé, pour illustrer, de mettre des couvertures mettant en avant des séries du magazine en question. Ca paraît con dis comme ça mais beaucoup de magazines (surtout en young) mettent en couverture… des gravure idols. C’est à dire des jeunes filles qui posent de manière plus où moins sexy. Donc ne vous étonnez pas si certaines couvertures n’ont… pas de mangas dessus.

Ceci étant dit, dans tous les cas j’espère que vous apprécierez ce listing qui n’est pas exhaustif et j’espère que vous me pardonnerez la concision de certaines descriptions (je dois vous avouer que j’ai des violentes lacunes en terme de shôjo donc juger la ligne édito des magazines spécialisés j’ai un peu galéré, donc il est possible que je dise de la merde.)

 

Shueisha

Fait partie du « Hitotsubashi Group », en compagnie de la Shogakukan et de la Hakusensha. Fondé en 1925. 

Weekly Shonen Jump

Public visé: Shônen

Rythme de publication: Hebdomadaire

Fondé en: 1968

Séries emblématiques (en cours): One Piece, Gintama, Haikyuu, Hunter X Hunter, My Hero Academia, Food Wars, World Trigger, The Promised Neverland…

Séries emblématiques (terminées)Dragon Ball, Saint Seiya, Slam Dunk, Hokuto no Ken, Yu-Gi-Oh, Naruto, Kochikame, Bleach, Video Girl Ai, EyeShield 21, Death Note, City Hunter, Kenshin le Vagabond… 

Plus gros magazine de prépublication à l’heure actuelle en terme de tirages par numéro (qui dépasse les 2 millions), une institution duquel vient la plupart des plus gros blockbusters mangas de ces trente dernières années. En pleine phase de renouvellement à l’heure actuelle, après avoir passé 2016 à mettre fin à pas mal de séries pourtant bien installées (BleachAssassination Classroom, NisekoiToriko ou bien encore Kochikame.

Possède une édition en anglais, gérée par Viz Media (qui est la branche occidentale de la Shueisha et, plus largement, de l’Hitotsubashi Group.)

Le public visé reste les enfants et les jeunes adolescents, les histoires sont donc rarement très compliquées ou très adultes, même si on y trouve volontiers du sang et un peu d’érotisme de ci de là.  Mais le public est en réalité beaucoup plus varié

 

Jump SQ

Public visé: Shonen

Rythme de publication: Mensuel

Fondé en: 2007 (remplace le Monthly Shonen Jump, fondé en 1970)

Séries emblématiques (en cours): To Love Darkness, Blue Exorcist, Platinum End, Seraph of the End, Twin Stars Exorcists…

Séries emblématiques (terminées): Claymore, Rosario+Vampire, Letter Bee, Shi Ki (Jump SQ)

Kurohime, Angel Densetsu, I’ll, Eleven (Monthly Shonen Jump)

Remplaçant du vénérable Monthly Shonen Jump, le Jump SQ (pour Square) est un mensuel shonen qui vise un public un poil plus agé que son contemporain hebdomadaire. Ici c’est plus gore, les intrigues un poil plus compliquées et l’érotisme va beaucoup plus loin. En gros c’est un peu l’entre-deux, niveau public visé, entre le Shonen Jump et le Young Jump

Le Jump SQ gagne peu à peu en importance au sein de la Shueisha, comme le témoigne l’arrivée dans le magazine d’auteurs comme le duo Oba/Obata et leur Platinum End. 

Continuer la lecture de Une introduction rapide et consistante aux magazines de prépublication de manga~ 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr