Archives de
Étiquette : sonic

365 jours de JV ~2017/2018~

365 jours de JV ~2017/2018~

Comme chaque mois d’août, je fais le bilan des jeux auquel j’ai joué cette année. Une année très centrée sur les consoles de salon, et des jeux typiquement prévus pour ce support: Doom, Cities Skylines, Danganronpa…

 

Attendez une seconde. Lire le billet.

Twitch Lorraine ; Joue La Live Comme Néant Vert – Sonic Megamix

Twitch Lorraine ; Joue La Live Comme Néant Vert – Sonic Megamix

J’ai, euh, un compte twitch. SURPRISE.      Twitch c’est ce site qui permet de streamer plutôt aisément ses parties de jeu vidéo. C’est ce qui est utilisé pour streamer pas mal de compètes internationales ou bien des marathons de speedrunners, ou bien de permettre à n’importe quel clampin de pouvoir faire une partie de ce qu’il veut et de commenter par dessus autant qu’il veut. Ce qui tombe très bien parce que faire du let’s play, c’est ma passion Lire le billet.

365 jours de JV ~ 2012/2013

365 jours de JV ~ 2012/2013

Comme chaque année, bilan vidéoludique. Concept simple: je prends les douze mois de l’année, je retiens un jeu à chaque mois, et j’en parle plus ou moins longuement. A la fin de l’article je fait un bilan plus concis des autres jeux et voilà. Pas de mois d’août couvert cette année puisqu’août 2012 a été couvert l’an dernier. Ca fait 5200 mots. Préparez-vous. Septembre 2012 Rock Band Blitz   On ignorait encore en septembre qu’on entrait dans la phase d’agonie de la bibliothèque Lire le billet. Lire le billet.

Sonic All-Stars Racing Transformed – Sega Bros Racing

Sonic All-Stars Racing Transformed – Sega Bros Racing

Retournons un an en arrière. Peu avant la sortie de Sonic Generations, je réalisais donc un article sympa sur Sonic & Sega All-Star Racing, ma conclusion étant que si on y trouvait du potentiel et que le jeu était fun, il était handicapé par un fanservice pas super généreux, des items péraves et un level-design super feignant qui faisait que le jeu ne restait pas en mémoire et n’offrait pas autant de fun que souhaité. Bref, incapable de faire rivalité avec la saga Mario Kart, qui offrira un an plus tard un Mario Kart 7 solide et indispensable pour les possesseurs de 3DS.

Par contre ça va peut être vous surprendre mais dès que j’ai appris qu’une suite était dans les tuyaux, je me suis permis d’être un peu enthousiaste. Comme j’ai dit en conclusion de mon article, le premier jeu offrait malgré tout de bonnes bases, mais le jeu manquait de finition et peut-être de budget, ce qui n’est pas forcément inattendu avec une production Sega. Alors du coup voir ces bases être reprises et avec de bonnes chances d’être travaillées et améliorées, ça m’intéressait. Surtout quand le jeu te vend cash du fanservice en dévoilant, par exemple, Vyse de Skies of Arcadia comme personnage jouable. Là oui, je me suis spermé les sous-vêtements, si je peux me permettre le néologisme. Tant pis si à coté le jeu se renomme “Sonic All-Stars Racing” en foutant dehors le nom Sega comme si il effrayait tout le monde – de l’autre coté, la licence Sonic étant ultra populaire auprès des enfants et des familles, il est normal que ce soit mis en avant pour permettre à Sega de capitaliser. Et tant pis si, à première vue, le jeu pompe l’idée des véhicules transformables à Mario Kart. Mais là aussi il suffit de jouer au jeu pour se rendre compte que Sega pique certes l’idée, mais arrive à se l’approprier et à l’améliorer.

Transformed01.jpg

Pour faire simple, dans une fin d’année remplie de jeux de courses “arcade” – que ce soit Need For Speed Most Wanted, le décevant Forza Horizon ou bien les très étranges Little Big Planet Karting (car Sony s’imagine que la licence LBP intéresse des gens) et F1 All Stars (et là juste wtf) – et bien Sonic Transformed semble être le meilleur des jeux du lot. Malgré quelques défauts qu’on va voir ensemble, le jeu réussit à remplir son cahier des charges avec brio et à offrir, pour la première fois depuis Crash Team Racing, une alternative intéressante à la saga Mario Kart. Celle-ci n’est pas détronée, mais par moment, on sent qu’il y’a manière à au moins l’égaler, ce qui n’est pas mal.

Lire le billet.

Comment j’ai appris à aimer à nouveau Sonic et à ne plus avoir peur du cycle (Sonic Generations)

Comment j’ai appris à aimer à nouveau Sonic et à ne plus avoir peur du cycle (Sonic Generations)

Bon, on avait vu ça ensemble en début de mois: Sonic 4 Episode I n’est pas forcément un jeu de merde et Sonic & Sega All-Star Racing est un jeu qui se révèle agréable mais pas aussi fanservice qu’attendu et souhaité. Maintenant attaquons nous enfin au plat principal, et le jeu Sonic qui est actuellement au centre de toutes les attentions: Sonic Generations. Et je suis heureux de pouvoir annoncer qu’il s’agit là d’un très bon jeu. Pas encore parfait. Encore jonché de deux ou trois défauts assez insupportables. Mais vraiment enfin le Sonic sur consoles de salon que j’attendais depuis presque dix/quinze ans.

Tout d’abord je rappelle le contexte: je hais tous les Sonic en 3D. Que ça soit le premier ou le second volet je suis incapable de concevoir en quoi les Adventure peuvent être des bons jeux, particulièrement le 2 que je considère comme un véritable affront au plaisir de jouer, avec ses bugs à la pelle, ses niveaux jumeaux, les formidables niveaux relous de Knuckles/Rouge ou bien la maniabilité absolument aléatoire qui fait qu’une fois sur six, votre homing attack ira se loger totalement ailleurs que ce que vous avez prévu. Enfin, ça reste moins pire que Heroes ou 2006 (et ses loadings en plein niveau) mais pour autant je reste incapable de l’adorer autant que certains. J’ai ensuite laissé passer Unleashed et Colors – ce dernier tout simplement parce que pas de Wii.

Generations02.jpg
J’ai accueilli Sonic Generations avec énormément de méfiance à son annonce, assez convaincu que Sega allait parvenir une nouvelle fois à faire exploser le pétard entre leurs mains et parce que je dois avouer que l’annonce faisait doublon avec Sonic 4 Episode I, qui lui aussi reprenait à sa sauce des niveaux « cultes » des deux premiers volets Megadrive. Mais là où d’habitude le Sonic Cycle fait que le jeu devient de plus en plus décevant au fur et à mesure des annonces, ici on avait un Sonic Cycle inversé: plus les annonces tombaient, plus le jeu se révélait prometteur et enthousiasmant. Et à la fin, le jeu est de la bonne. Mais attention: uniquement pour ceux qui veulent s’impliquer un chouia dans le jeu !

Lire le billet.

Sonic 4 Episode I – Mini-blasphème pour mini-jeu

Sonic 4 Episode I – Mini-blasphème pour mini-jeu

C’était vraiment pas prévu. Effectivement hier soir j’ai fait un article sur Sonic & Sega All-Stars Racing et là, bam, un article sur Sonic 4 Episode I. Hum. Je viens en effet de passer l’après-midi dessus (je n’avais rien de mieux à faire, je l’avoue) et après trois ou quatre heures de jeu je l’ai bien terminé, bien parcouru et je peux donc vous donner mon avis sur la question parce que ça me semble super important. Du coup tant pis si je fais deux articles à la suite dans le même thème, surtout que du Sonic vous devez vous en bouffer à la truelle avec la sortie de Generations. Mais, eh, en parlant de ça, amazon m’annonce que je recevrais le jeu mercredi et pas jeudi ! Ca se fête !

Sonic406.jpg)
Du coup, voilà une capture d’écran de Mawaru Penguindrum pour ceux qui en ont rien à foutre de Sonic.

Hum bref. Sonic 4. Alors c’est un jeu sorti il y’a près d’un an, développé par DIMPS, dédié aux plates-formes dématérialisées et, oui, qui se revendique comme la suite « directe » de Sonic 3 & Knuckles. Inutile de dire que l’héritage est un peu casse-gueule et les attentes élevées autour d’un tel titre. Parce que merde, Sonic 4 ! C’est pas Sonic Rush, c’est pas Sonic Adventure, c’est pas Sonic Poinpoin ni Sonic Gestapo, mais bel et bien Sonic 4 ! Wow, on hésite à trouver c’est quoi le plus gros défaut de ce titre: son aspect incroyablement prétentieux (« nous, DIMPS, on va faire un jeu dans la continuité des jeux Sonic Team des années 90 »), une recherche un peu vaine de chatouiller dans le bon sens du poil le nostalgique du hérisson, les attentes que cela crée, la pression qui s’abat sur un studio de développement qui n’avait rien demandé, le découpage en épisodes ?

Bon, ok, vous avez raison, le titre éblouit mais on doit pas en oublier le jeu en lui-même. Et là voilà le problème: il n’est pas vraiment bon ! Parce que oui, un bon Sonic 4, ça aurait gêné personne, on est bien d’accord. Mais… le jeu est pas non plus extrêmement mauvais ! A titre personnel, je suis loin de le trouver aussi mauvais qu’avait pu l’être Sonic Heroes ou bien Sonic 2006 et si je ne peux pas vraiment le conseiller à qui que ce soit, je pense qu’il pourrait être tout de même intéressant d’exposer en quoi Sonic 4 n’est pas la merde que j’attendais.

Sonic404.jpg

Attention: vu que j’ai juste retenu aucun nom des niveaux du jeu, je passerais mon temps à les appeler par le nom de leur équivalent Megadrive.

Lire le billet.

Part faire du karting avec Robotnik (Sonic & Sega All-Stars Racing)

Part faire du karting avec Robotnik (Sonic & Sega All-Stars Racing)

Youpi, je reçois Sonic Generations dans la semaine, c’est la joie et le bonheur sur Terre et dans mon coeur… alors pendant que tout le monde se paluche sur le dernier né de la saga Sonic qui a l’air de briser en pièces le Sonic Cycle, je vais évoquer très vite Sonic & Sega All-Star Racing que j’ai eu l’occasion de parcourir de fond en comble cet été.

A bien y réfléchir, si il y’a un truc sur lequel la Wii supplante la PS3 et la 360 c’est les possibilités offertes pour du jeu vidéo de qualité en multijoueur local. Alors ok on peut jouer en local à une tripotée de FPS, de simulations automobiles, des jeux de bastons, des PES/FIFA ou des puzzle games achetés pour rien sur le XBLA mais il manque LE jeu qui, comme un Mario Kart, possède ce fun instantané, celui qui peut satisfaire aussi bien le hardcore exigeant qui veut se la péter que la petite copine de celui-ci qui joue à un jeu toutes les trente ères glaciaires. J’ai toujours été étonné de constater, par exemple, qu’il n’y avait juste AUCUN équivalent « nouvelle génération » à un Mario Party. Que ce soit en popularité ou en accessibilité. Il faut se tourner vers Kinect ou le Move pour ça ! Mais ça commence déjà à demander trop d’investissements ! Alors que Mario Kart ou Mario Party, 4 manettes, clac, c’est bon.

Alors ok, ça peut être impressionnant de s’attaquer à un monument comme Mario Kart mais je suis surpris que personne n’essaie de s’attaquer à un marché qui est, sur consoles nouvelle-génération, vierge. Et puis crotte, rappellons que le meilleur « Mario Kart-like »… et bah c’est Crash Team Racing sur Playstation ! On peut battre Mario Kart. Enfin, on ne peut pas non plus nier que Sega essaie. Après avoir fourni en 2008 Sega Superstars Tennis qui réussissait à être à la fois accessible et technique tout en restant incroyablement mal terminé (difficulté mal calibrée), ils s’essayaient voilà plus d’un an au jeu de karting avec items et tout le bordel en proposant au monde Sonic & Sega All-Stars Racing.

SonicSegaRacing02.jpg
Une Sonic-maid par Manjiro.

Lire le billet.

Sonic, le héros c’est bien toi

Sonic, le héros c’est bien toi

Tiens tenez je vais prendre ma boule de cristal et vous donner déjà le résultât de vos attentes les plus folles: Sonic 4 ça sera de la merde et Sonic & Sega All-Star Racings ça a pas l’air génial. Maintenant que ceci est dit, on va pouvoir passer sur un article dédié à… Sonic le Hérisson. Si le hérisson bleu reste aujourd’hui une figure assez forte du jeu vidéo, il y’avait quand même une époque où cette figure était encore plus emblématique. Je veux dire, une époque où ses jeux les plus réussis, les plus enchanteurs, les plus aimés étaient faits par Sega. Certains d’entre vous n’étaient même pas nés, les fols. Là je fais genre vieux con c’est fait exprès: c’est parce que pour Sonic je suis vieux con nostalgique.

Sonic §

Lire le billet.

[Rétrévrier] La Genesis – Sonic 3 and Knuckles

[Rétrévrier] La Genesis – Sonic 3 and Knuckles

On peut dire ce qu’on veut de Sega, n’empêche que la Genesis est la meilleure console de ma vie. Pourquoi ? Parce que c’est la première. Là ou vous vous souviendrez toujours de votre premier baiser, de votre premier amour, de votre premier film au cinéma (moi c’était Aladdin) ou bien de votre première mauvaise note en Anglais, il est évident que votre première console, votre premier jeu et votre premier Game Over ont une odeur bien particulière. Bien que je me souviens que je squattait chez un voisin qui avait Sonic (le premier) et un jeu qui me terrifiait (et dont je ne retrouva le nom que l’année dernière, en voyant une vidéo: Another World.) et que, dans mes souvenirs les plus lointains, je me revois jouer à Super Mario Bros 3 dans la famille de ma petite copine de l’époque (bah oui, à 4 ans on a une amoureuse qui nous aime aussi même si personne à cet âge là ne comprend pas ce que cela signifie vraiment.)

Enfin, tout ceci ne sont que nostalgies d’un vieux con mélancolique qui ne veut plus toucher à la PS2 depuis qu’il s’est fait une foulure du poignet en jouant à Guitar Hero (ah, vous aussi vous avez du remarquer que je ne parle plus de Guitar Hero. Nous sommes fachés: je viens de découvrir que par rapport à Rock Band, les partitions de Guitar Hero sont plus pénibles mais bon) et qui préfère perdre son temps à jouer à Call of Duty 4…

Donc, bon, bref, la Megadrive. Première console de votre serviteur, qu’il avait eu à l’époque avec deux jeux: Sonic 2 et le Roi Lion. Mais ce ne sont pas de ces deux (très bons) jeux dont je vais parler mais de Sonic 3 and Knuckles, ce qui est d’une grande différence.

+

=

Oui, pour les deux du fond qui savent pas, Sonic & Knuckles possédait une cartouche ou on pouvait faire pénétrer une autre cartouche sur son haut. Si on mettait Sonic 2 on pouvait jouer avec Knuckles dans Sonic 2 (ce qui rendait le boss final impossible) et si on mettait Sonic 3 on avait droit au jeu en entier et la possibilité d’avoir Hyper Sonic, enfin si on mettait Streets of Rage, on avait l’héroïne à poil. (attention, il y’a un piège)

Bien, allons-y, c’est parti:
Doomsday Zone

Lire le billet.