Hug tto! Precure

3 Precure et un couffin

Le pitch: Remplie d’énergie, Hana est une jeune collégienne rêvant de devenir aussi cool & stylée que sa grande soeur. Rêvant d’un nouveau départ, son chemin va rapidement changer de direction lorsqu’un bébé tombé du ciel lui tombe dessus. Nommée Hugtan, cette nourisson est accompagnée de Harry, un hamster pouvant prendre forme humaine, et confie à Hana des pouvoirs de Precure lui permettant de faire face à une terrible organisation nommé Dark Tomorrow qui souhaite purement et simplement voler le futur ! D’abord seule, Hana va croiser sur le chemin d’autres amies Precure qui lui permettront de contrecarrer les plans de cette entreprise maléfique, et découvrir le secret qui se cache derrière Hugtan !

  • Studio: Toei Animation
  • Réalisation: Junichi Satô, Akifumi Zako
  • Date de début de diffusion: 4 Février 2018
  • Nombre d’épisodes: 49
  • Adaptation ? Non
  • Disponible en France ? Non

Une mise en contexte rapide pour démarrer: si la franchise Precure me rend curieux depuis quelques temps déjà, Hug tto est la première que je suis simultanément à sa diffusion et la première que je termine. Je ne prétends donc pas être un expert en Precure et tâcherait le moins possible de comparer la série à ses prédécesseurs d’autant que, comme à chaque fois, Hug tto est conçu dans l’idée que ça peut être le premier Precure donc pas de problèmes.

On reste avec Hug tto Precure dans une franchise bien huilée, avec ses codes et ses habitudes. Une série où tous les épisodes sont construits sur le même schéma: introduction à la situation, problèmes, arrivée du méchant, transformation des héroïnes, bottage de cul, résolution et conclusion. Un cahier des charges bien établi, qui peut gaver si on décide de se binge-watcher la série (spoiler: mauvaise idée) mais qui permet quand même aux auteurs de déployer leurs idées, leurs messages, leurs talents.

Car ce qui saute aux yeux dès les premiers épisodes de Hug tto Precure c’est deux choses: la première, c’est la qualité ahurissante des combats. Assez brefs (jamais plus de cinq minutes), les bastons de Hug tto sont régulièrement l’occasion aux animateurs les plus talentueux du studio de venir se lâcher et proposer des animations sensationnelles, dynamiques, vivantes, avec des impacts excellemment retranscrits. Les monstres prennent régulièrement des sacrées patates et on ressent toute la puissance des coups balancés par les Precure, ce qui est assez jubilatoire. Le second truc qui nous épate c’est les messages que la série adresse, parfois extrêmement vite: dès le troisième épisode, Hug tto nous parle d’échec de la manière la plus baddante et explicite possible, attirant vite l’attention.

La première moitié de Hug tto Precure est une réussite sous tous les points: visuellement c’est somptueux, on ne s’ennuie jamais une seule seconde tant le rythme est endiablé, les personnages sont très bien utilisés, très bien développés, ça parle de sujets très actuels sans les infantiliser, la série s’adresse vraiment aussi bien aux enfants qu’à leurs parents… On baigne en totale réussite, avec une sorte d’apogée entre l’épisode 10 et l’épisode 20, où une ribambelle d’épisodes excellents s’enchaînent sans nous laisser une once de repos. Que ce soit l’hilarant épisode 15, l’arc narratif de Emiru et Lulu, les révélations du passé de Hana ou bien l’apparition de personnages très inattendus, Hug tto divertit autant car il sait narrer, raconter, montrer.

A l’inverse, la seconde moitié commence à montrer quelques faiblesses, particulièrement un épisode (le 31) qui conclut affreusement mal un important arc narratif et introduit au chausse-pied un élément central au reste de la série (la forme Cheerful.) Certes, c’est tout de même le seul vrai mauvais épisode de la série, ce qui reste une petite performance en soit, mais il arrive à un moment si important qu’il est incompréhensible de voir la série s’effondrer à ce moment là. Sachant que c’est aussi dans cette seconde moitié qu’on constate un autre défaut: le désequilibre entre les cinq héroïnes en matière de construction et développement, avec un très long focus sur le couple Emiru/Lulu, alors que Homare et Saaya se retrouvent très longtemps dans l’ombre.

C’est dommage car c’est aussi grâce à ses personnages que Hug tto Precure est si attachant. L’héroïne, Hana, se révèle assez profonde et n’est pas juste une « force rose » un peu écervelée comme on pourrait s’y attendre, transportant de nombreux doutes, de questionnements, et une mentalité incorruptible qui est impressionnante sous bien des égards. Les antagonistes ne sont pas en reste, avec un big bad particulièrement mystérieux, aux intentions nobles mais au comportement froidement ignoble. Même le bébé, Hugtan, réussit le miracle de ne jamais être insupportable, une première pour un bébé de fiction !

Pour conclure, un mot quand même sur les épisodes crossover, qui mettent en scène pour la première fois dans l’histoire de la franchise les Precure d’autres séries qui font équipe ensemble en dehors d’un film all-stars. La bonne nouvelle c’est qu’ils sont étudiés pour que même en ne connaissant pas les personnages ou leurs séries, on ne soit pas trop largué, le bonus c’est que si vous avez vu ces séries vous allez kiffer de retrouver ces persos, la mauvaise c’est qu’ils n’apportent pas grand chose à l’intrigue globale. Reste un combat homérique au sein de l’épisode 38, qui est une explosion de couleurs, de mandales et de poses cools, donc on pardonnera… mais au fond j’aurais peut-être préféré deux épisodes dédiés à développer la pauvre Saaya.


Hug tto! Precure

4 out of 5 stars (4 / 5)
Excellent

Certes, la seconde moitié de la série est moins forte que sa grandiose première moitié, mais cela n’empêche pas Hug tto Precure d’être une excellente série du début à la fin, portant des thèmes forts, des personnages complets le tout dans un dynamisme narratif et visuel qui suscite l’enthousiasme.

La galerie:

1 thought on “Hug tto! Precure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *