Wrestlemania 35

Un long dimanche de bastonnage

Carte du show:

  • Seth Rollins bat Brock Lesnar (c) pour le WWE Universal Championship
  • AJ Styles bat Randy Orton
  • The Usos (c) battent Shinsuke Nakamura & Rusev, The Bar (Cesaro & Sheamus) et Ricochet & Aleistar Black pour le WWE Smackdown Tag Team Championship
  • Shane McMahon bat The Miz dans un Falls Count Anywhere Match
  • The Iiconics (Billie Kay & Peyton Ronce) battent Hug N’Boss Connection (c) (Sasha Banks & Bayley), Nia Jax & Tamina et Natalya & Beth Phoenix pour le WWE Women’s Tag Team Championship
  • Kofi Kingston bat Daniel Bryan pour le WWE Championship
  • Samoa Joe (c) bat Rey Mysterio pour le WWE United States Championship
  • Roman Reigns bat Drew McIntyre
  • Triple H bat Batista dans un No Holds Barred Match
  • Baron Corbin bat Kurt Angle
  • Finn Balor bat Bobby Lashley (c) pour le WWE Intercontinental Championship
  • Becky Lynch bat Charlotte Flair (c) et Ronda Rousey (c) pour le WWE Smackdown Women Championship et le WWE Raw Women Championship

Comme déjà signalé lors de ma critique du Royal Rumble, y’a un truc terrible avec la WWE: les shows sont beaucoup trop longs. Donc mettons tout de suite les pieds dans le plat: oui, Wrestlemania 35 ne déroge pas à la régle et le show était interminable. Cinq heures de durée totale auquel on rajoute les deux heures de pré-show, en bref cela fait beaucoup à digérer. Et même si la WWE commence à maîtriser le rythme de l’événement et à faire en sorte que ça soit le moins indolore possible, reste que quand arrive le main-event, l’épuisement est palpable si, comme moi, vous matez ça en pleine nuit. Si cela donne un sentiment de trop plein, ça force aussi des matchs remplis de promesse à tenir en 10mn max, ce qui renforce un aspect « négligeable. » Genre AJ Styles vs Randy Orton, Drew McIntyre vs Roman Reigns ou Balor vs Lashley, le fatal 4 way pour les titres tag féminins: à quoi bon ? Les feuds étaient intéressantes, le talent de ces catcheurs indubitable mais en les condamnant à des matchs viteuf au milieu d’une carte surchargée, personne n’en est sorti gagnant.

Même si voilà, le bon côté de la médaille c’est qu’il n’y a eu lors de cette soirée aucun match particulièrement pénible ou en deça. Alors certes, la confrontation entre Angle et Corbin a accumulée les soucis (un Angle à bout de souffle, un Corbin peu convaincant) mais elle n’était pas déplaisante. Le Triple H vs Batista a duré cinq voire dix minutes de trop mais, là encore, on en a eu pour notre argent niveau sacrifice des corps. Mais de ce Wrestlemania ce sera surtout quatre matchs qui marqueront à jamais nos esprits: trois d’entre eux sont pour des titres mondiaux, le quatrième c’est Shane et The Miz qui donnent tout.

Cela faisant longtemps qu’on attendait du Miz une « revanche » de son main-event de Wrestlemania 27, un show qu’il main-eventait mais qui fut sans doute un des pires main-event de l’histoire de l’événement. Mais jamais The Miz n’a eu l’occasion de pouvoir à nouveau rebriller à Wrestlemania, condamné à beaucoup de matchs en tag team, en groupe ou dans le preshow. Avec cette confrontation brutale, il a prouvé énormément de choses et a surtout offert un match Wrestlemania à la hauteur de sa carrière. Et puis moi, voir des gens chuter d’un gigantesque échafaudage je suis toujours partant.

Quant aux matchs pour les titres, ils ont tous été conforme aux attentes, voire même mieux qu’envisagés ! On pourrait regretter que Lesnar et Rollins ne se soient pas autant battus que lors de leur extraordinaire Triple Threat d’il y’a quatre ans au Royal Rumble, mais rendre le match court, concis et brutal a fait amplement le travail et a offert une victoire décisive à un Rollins définitivement instoppable à Wrestlemania. Le triple threat féminin n’aura déçu que sur son finish, manifestement raté avec une Ronda Rousey qui lève son épaule un poil trop tôt, le tout dans un match qui commençait à vraiment gagner de l’élan, mais à part ça les trois catcheuses ont tout donnés, et on en aurait bien pris dix minutes supplémentaires.

Quant au choc entre Kofi Kingston et Daniel Bryan, quelle maestria ! Alors que le titre WWE était condamné à être dans l’ombre il y’a encore quelques mois, cette feud passionnée entre les deux hommes et cette victoire extrêmement feel good du ghanéen après un excellent match a ensoleillé la nuit de beaucoup de new yorkais et d’européens. C’est le genre de match et de victoire qui fera date, aussi bien pour ses aspects symboliques que par la joie qu’il a su procurer autour du monde. Et puis, damn, voir Xavier Woods pleurer trois fois son corps de joie est un sentiment positif que le catch nous offre suffisamment rarement pour qu’on en soit encore plus touché.


Wrestlemania 35

3 out of 5 stars (3 / 5)
Bien

Ok c’est long, on aurait bien vécu avec trois ou quatre matchs de moins mais le rythme était maîtrisé, les moments forts étaient au rendez-vous, Daniel Bryan vs Kofi Kingston est un excellent match, Batista s’est sacrifié pour nos péchés et on a même pu revoir John Cena refaire du mauvais rap: Wrestlemania 35 était une bonne nuit à vivre en tant que fan de catch !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *