Unlimited Blade Works 07 – Swallow Slashing Simulator 2014

YokathakingJ’avais fais une super référence sur le titre du billet précédent mais personne n’a réagi (voire ne s’en est rendu compte) donc je boude dans mon coin.

Fate/stay night [Unlimited Blade Works] // Studio : ufotable // Débuté en automne 2014 // Prévu en 24 épisodes (2*12 épisodes) // Réalisateur : Takahiro MIURA // Simulcast français : Wakanim // Crédits complets à la fin
Épisodes précédents : 00 // 01 // 02 // 03 // 04 // 05 // 06

Continue la lecture

Unlimited Blade Works 06 – Karakuri Caster

Rohlala, comment je spoile

YokathakingAprès la procrastination pour écrire des articles, la procrastination pour les mettre en forme. Où vais-je m’arrêter ?

Fate/stay night [Unlimited Blade Works] // Studio : ufotable // Débuté en automne 2014 // Prévu en 24 épisodes (2*12 épisodes) // Réalisateur : Takahiro MIURA // Simulcast français : Wakanim // Crédits complets à la fin
Épisodes précédents : 00 // 01 // 02 // 03 // 04 // 05

Continue la lecture

Unlimited Blade Works 05 – Houkago Hitogoroshi time

Mieux qu’une lampe torche !

YokathakingCette semaine, des personnages spinnent ! Ouais, je sais vous êtes aussi choqués que surpris.

Fate/stay night [Unlimited Blade Works] // Studio : ufotable // Débuté en automne 2014 // Prévu en 24 épisodes (2*12 épisodes) // Réalisateur : Takahiro MIURA // Simulcast français : Wakanim // Crédits complets à la fin
Épisodes précédents : 00 // 01 // 02 // 03 // 04

Continue la lecture

Unlimited Blade Works 04 – PRISMA ILLYA

Gao~

YokathakingIllya nue dans son bain, je suis scandalisé, pourquoi il y a des gens nus dans mon anime ! Pardon, c’était un Eroge à la base ? Détail.

Fate/stay night [Unlimited Blade Works] // Studio : ufotable // Débuté en automne 2014 // Prévu en 24 épisodes (2*12 épisodes) // Réalisateur : Takahiro MIURA // Simulcast français : Wakanim // Crédits complets à la fin
Épisodes précédents : 00 // 01 // 02 // 03

Continue la lecture

Unlimited Blade Works 02 – Yorokobe Shonen

Hey, une Bad End

YokathakingArriverais-je à rattraper mon retard un jour ? Probablement pas. En attendant, c’est parti pour le 2e épisode avec pas mal d’explication sur la Guerre du Graal et les Servants.

Fate/stay night [Unlimited Blade Works] // Studio : ufotable // Débuté en automne 2014 // Prévu en 24 épisodes (2*12 épisodes) // Réalisateur : Takahiro MIURA // Simulcast français : Wakanim // Crédits complets à la fin
Épisodes précédents : 00 // 01

Continue la lecture

Unlimited Blade Works 01 – Ma mignonne kouhai ne peut pas être aussi yandere

Gáe Bolg

YokathakingVous espériez mon billet sur le premier épisode avant la sortie du deuxième ? Moi aussi mais c’est raté. Heureusement que vous m’attendez pas pour regarder les épisodes.

Fate/stay night [Unlimited Blade Works] // Studio : ufotable // Débuté en automne 2014 // Prévu en 24 épisodes (2*12 épisodes) // Réalisateur : Takahiro MIURA // Simulcast français : Wakanim // Crédits complets à la fin
Épisodes précédents : 00

Continue la lecture

Unlimited Blade Works 00 – Des pros et des logs

La 1ère CG de la route

YokathakingJe n’avais pas écrit un billet sur un anime depuis bien longtemps, je reprends du service avec l’anime d’Unlimited Blade Works. Du coup, hop, le prologue. Le billet est super long, probablement le plus long que j’ai écrit sur Minorin, parce qu’en fait, c’est plus un guide de l’épisode que mon avis. Une description des personnages, surtout les secondaires, des explications techniques, des détails qui vous ont peut-être échappés, la folie quoi.

Fate/stay night [Unlimited Blade Works] // Studio : ufotable // Débuté en automne 2014 // Prévu en 24 épisodes (2*12 épisodes) // Réalisateur : Takahiro MIURA // Simulcast français : Wakanim // Crédits complets à la fin

Continue la lecture

Pourquoi Fate/Zero c’est cool : Episode 1 : Mon épisode pilote favori.

Kiritsugu vous le confirme, dans cet épisode, on va s'éclater.

Kiritsugu vous le confirme, dans cet épisode, on va s’éclater.

Soryont K. Albrius Quand on me demande : « Quel est ton anime préféré ? » Je réponds immédiatement et sans réfléchir : Fate/Zero.

Je suis un Type-Moon-fag. Ou Type-Lunatic. Bouuuh, bouuh, shame on me. Ayant du temps à perdre, et ayant décidé de l’employer à répondre à mes propres questions (Et au passage peut-être partager ma passion de la licence Fate/series), j’ai décidé de commencer une série d’articles sur cet anime.

J’ai découvert la licence en 2013. Oui, si tard. En vérité, mon Otakuisme (Qui sait vraiment comment définir un Otaku ? Otakisme, maybe ?) est plutôt récent. Avant, je passais tout mon temps à regarder Reborn ! et des vidéos youtube.

Toute la série Fate/Zero, ou presque, est géniale. C’est le seul anime que j’aie vu auquel je mettrais 10/10, ou 9,5/10, avec Neon Genesis Evangelion et Cowboy Bebop (Et Clannad (LolNOPE)).

Avant d’attaquer l’épisode en lui-même, finissons de raconter notre vie et parlons de Fate/Stay Night. J’ai découvert Fate/Stay Night en 2013, en Newfag que je suis, après qu’un ami m’ai spammé jour et nuit, en me suppliant de le regarder. Pour ceux qui ne connaissent pas, Fate/Stay Night, c’est à la base un Visual Novel, plus précisément un eroge, ou jeu érotique, qui a été adapté en anime. Sans érotisme, l’animé, enfin… Je l’ai regardé, j’ai trouvé que c’était un anime sympathique, mais un peu longuet. A part les épisodes avec Archer (« Kyaa Kyaa Archer Kyaa Kyaa ») il n’a rien de mémorable. Cependant, il permet de prendre ses marques avec la licence et de bien comprendre l’univers, partie intégrante du Nasuverse. Si vous n’avez pas vu Fate/Stay Night, allez vous rusher la série (Et l’excellent film Unlimited Blade Works (oui je suis dithyrambique) qui raconte une histoire alternative) avant de lire l’article qui suit.

PS : L’article sera illustré avec plein de screens. Parce que je le peux. Et aura plein de sauts à la ligne, parce que je sais pas structurer un texte, j’aère trop. M’en voulez pas, c’est ma première fois !

Fate/Zero // Studio : Ufotable // Débuté en Octobre 2011 // Série en 25 épisodes // Réalisateur : Ei Aoki // D’après un Light Novel de Gen Urobuchi.

Continue la lecture