Kemono Friends 2

Amimaux dénaturés

Le pitch: Une jeune femme humaine se réveille amnésique dans un zoo étrange où tous les animaux ont été anthropomorphisés. Accompagnée de deux félines motivées, Serval et Caracal, elle part explorer le gigantesque parc à la recherche d’autres humains…

  • Studio: Tomason
  • Réalisation: Ryuichi Kimura
  • Date de début de diffusion: 7 Janvier 2019
  • Nombre d’épisodes: 12
  • Adaptation ? Non
  • Disponible en France ? Crunchyroll

Quelle bonne surprise avait été la première saison de Kemono Friends ! Derrière sa 3D cheap et son allure de délire éducationnel se cachait une oeuvre particulièrement bien écrite, qui réussissait en 12 épisodes à poser un univers riche, rempli de mystères et dans lequel on prenait plaisir à voir évoluer Serval et Cabas, nos deux chouettes héroïnes. Il y’avait, en somme, une âme dans cette première partie, et le travail admirable réalisé par le réalisateur, Tatsuki, et son studio, Yaoyorozu a payé, créant un succès surprise mérité.

Mais voilà Kemono Friends 2 qui était mal barré déjà un an et demi avant sa sortie: avec le renvoi de Tatsuki, beaucoup de fans se sont rapidement révélés inquiets, d’autant que les premières images et les premiers trailers ne se sont jamais révélés très rassurants. Pourtant, Tatsuki a été remplacé par un homme pas dénué de talent, Ryuichi Kimura, réalisateur de la série Aikatsu et ancien membre du studio Gainax. On pouvait donc peut-être être à nouveau surpris, qui sait ?

Constat: c’est moins pire que prévu, mais c’est pas folichon.

Le problème de Kemono Friends 2 c’est surtout qu’il permet de se rendre compte que sans la générosité naturelle que dégageait la première saison, Kemono Friends ça ne marche clairement pas aussi bien. Dans cette seconde saison, au revoir Cabas, on se retrouve avec une nouvelle protagoniste – Kyururu – qui n’est pas inintéressante mais ne brille jamais vraiment, se contentant pendant douze épisodes à traîner dans différentes parties du parc sans connaître d’évolution marquante ou de scène « choc. » Idem pour ses deux accompagnatrices, Serval et Caracal ! Serval n’est ainsi plus que l’ombre de ce qu’elle était dans la saison 1, quant à Caracal je peine encore aujourd’hui à saisir ce qu’elle apporte à l’ensemble, remplissant un rôle de « straight man » qui semble presque contre-nature avec l’esprit même de Kemono Friends.

Et pourtant, cette seconde saison avait quelques pistes intéressantes, qu’elle aurait pu explorer pour avoir un vrai propos. Ainsi on rencontre assez vite Dauphin et Orque, deux amimales qui semblent avoir garder des séquelles considérables de leur vie en captivité, accro aux « récompenses » que leur donnait les humains. Plus tard, c’est Chien Domestique qui viendra à nouveau accompagner ce propos, en se montrant d’une fidelité à tout rompre, en sactifiant au passage sa raison. Mais à la fin, fi de tout cela, le propos sur la captivité des animaux n’est pas plus creusé que ça, et même les caméos de la première saison peinent à nous intéresser sur une histoire très classique de doubles maléfiques et d’amimaux possédés.

J’aurais également pu saluer l’idée de se démarquer de la saison 1. Après tout, la saison 1 était l’oeuvre de Tatsuki, son bébé, et le reprendre tel quel aurait encore plus souligné l’aspect mercantile/interessé de cette seconde saison. En proposant un nouveau cast, il y’avait une volonté de faire feuille vierge du passé qui n’était pas inintéressante. Problème ? Cela passe par le fait de rendre Serval à nouveau amnésique… ce qui rend la fin de la première saison ultra amère. Et c’est une volonté de neuf qui dure de toute manière même pas la moitié de la saison puisque Cabas va venir refaire de la figuration, ainsi que la majorité des anciennes amimales. Un équilibre assez incohérent, donc, qui amène à une scène « finale » (la discussion entre Serval et Cabas sur la plage) qui pourrait être belle mais rend complétement vain la première saison dans son ensemble.

Beaucoup de critiques, donc, mais Kemono Friends 2 n’est pas désagréable pour autant: les nouvelles animales introduites sont riche en couleur, certaines parviennent même à voler l’écran malgré leur peu de temps d’apparition, et visuellement la série trouve l’équilibre entre simplicité et charme, avec quelques jolis plans. La série n’est donc pas en soit une purge, elle manque juste sincèrement de sel. Ce qui est dommage car elle aurait pu en trouver à volonté chez les fans de la saison 1 !


Kemono Friends 2

1.5 out of 5 stars (1,5 / 5)
Bof

Le projet était maudit dès le placardage de Tatsuki, il s’en sort au final mieux que prévu mais hélàs peine à retrouver le naturel et l’âme dont faisait preuve la saison 1, donnant au final une série maladroite et assez peu tanoshi.

La galerie:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *