6ansIN

Néant Vert a huit ans d’âge

Damnit.

Je crois que je me fais la remarque chaque mois de juin pour ensuite l’oublier aussi sec mais Néant Vert est né 29 jours après le lancement de Nolife, tout comme je suis personnellement né vingt jours après Kana Hanazawa. C’est le genre de symboles que j’affectionne particulièrement parce que j’ai ce genre de délire un peu superstitieux. Eh, on est un garçon spirituel et sensible où on ne l’est pas.

En bref, en somme, voici l’article bilan de cette huitième année d’existence de Néant Vert, ce qui commence à être sacrément impressionnant. Je me souviens nettement avoir monté le dotclear genre dans cette semaine un peu perdue entre ces épreuves anticipées de première L que j’ai dominé et la Japan Expo 2007 qui était ma deuxième convention ever pour laquelle je développais, fort logiquement, un engouement dantesque. J’avais 18 ans à l’époque, et je pouvais commencer à signer moi même mes mots d’excuse au lycée, ce qui me sera utile pendant la Terminale.

Donc voilà, premier paragraphe et je pars déjà dans un délire de souvenirs et de mémoires. Comme chaque année, cela au moins ne change jamais ! Du coup partons sur un article anniversaire habituel: bilan de l’année écoulée, impressions personnelles, visualisation de l’avenir et, évidemment, les prix Néant Vert des meilleurs animes / JV / mangas etc que j’ai pu voir cette année. Avec peut-être des surprises !

Sonia Nevermind (Danganronpa 2) par 3838383
Sonia Nevermind (Danganronpa 2) par 3838383

La saison 2014/2015 de Néant Vert était une année sous le signe de l’absence de changement. Pas de passage dotclear -> wordpress, pas de changement de design, pas de révolution interne et parfois c’est très bien comme ça ! C’est aussi sans doute l’année avec le moins d’articles postés, ce qui est loin de vouloir dire que je suis devenu improductif ou que j’ai perdu le goût d’écrire – c’est juste qu’avec les chroniques du jeudi Crunchyroll, je me suis un peu divisé en deux. Comme Saga des Gémeaux, si j’ai bien compris le scénario de Saint Seiya (il est pas facile à suivre.)

Du coup si le nombre d’articles a sans doute un poil chuté – j’ai le coeur lourd en voyant que je n’ai publié que deux articles en avril dernier -, j’espère en contrepartie avoir offert des articles intéressants. D’un coté, j’écris moins d’articles, de l’autre coté je me force moins à en écrire pour essayer de respecter un objectif imaginaire du coup je pense que ça offre des billets dont je suis plus fier. Si je peux vous faire une liste rapide ça serait, de tête, des articles comme l’organisation de la conv Jonetsu vue de l’intérieur, le récapitulatif de l’histoire des main-event de Wrestlemania, mon trio d’articles sur les mangas shonen hebdomadaire de l’éditeur Kodansha, mon bilan de Sword Art Online II, mon top 9 très yolofun des filles de Love Live ou même ma petite présentation pour mon coup de coeur shonen, Boku no Hero Academia…  Bref, ce fut une année ou il n’y aura eu que 42 billets en 365 jours, mais chacun d’entre eux j’en suis content et j’espère réussir à vous faire découvrir des choses, vous faire rigoler ou vous aider à passer le temps au boulot si vous vous faites chier. Quand des gens me disent qu’ils y connaissent rien en catch mais qu’ils ont adorés mon article sur Wrestlemania, well, ça me rend très fier.

Mais 2014/2015 ça aura surtout été le bonheur des à cotés, et là à nouveau je suis très content de tout ce qui s’est passé ces douze derniers mois. Emotion.

6ans04Une Miyazono Kaori (Shigatsu wa Kimi no Uso / Your Lie In April) par l’indispensable Kantoku

Continuer la lecture de Néant Vert a huit ans d’âge

PrepJapExIN

Man Vs Wild – Survivre au 16e Impact de Japan Expo

Le précédent datait de 2013 donc j’imagine que faut réactualiser un tout petit peu ce qui était dit. Du coup voici l’édition 2015 d’un post qui se veut votre ami afin de vous aider à prévoir votre voyage à la Japan Expo. A cause du gap de générations, je doute de plus en plus avoir des lecteurs qui vont se rendre cette année à leur première Japan Expo mais dans tous les cas ça fait un rappel des trucs & astuces, des choses auquel penser, des invités, des activités.

Comme à chaque fois je tente aussi de défendre un peu la conv parce que je peux vous assurer que lire des gens qui résument Japan Expo à un centre commercial ou à un monstre tentaculaire qui veut se gorger de fric à tout prix, ça me gave. C’est souvent les mêmes qui viennent en conv parce que y’avait de la lumière, qui savent pas pourquoi ils paient à l’entrée, qui se font chier parce qu’ils savent pas quoi faire et qui derrière sont frustrés et agressifs. Alors que si ils avaient fait le tour du programme avant de venir et de payer, peut-être qu’ils auraient su quoi faire, peut-être qu’ils auraient faits quelque chose de leur journée et qu’ils en seraient sortis avec le sentiment du devoir accompli et d’être comblé.

Enfin, la logique habituelle quoi. Maintenant j’ai pas non plus forcément besoin de trop défendre la conv et la SEFA parce que, bon, les chiffres de fréquentation parlent pour eux et le salon devient tranquillement un des plus gros du pays, derrière le salon de l’auto, du Bourget et de l’agriculture. Et beh.

PrepJapEx03
Le fier Naruto gonflable sera t-il toujours là ? Gardera t-il son charisme malgré les terribles images de l’an dernier ?

De mon coté, et avant qu’on commence le résumé des tips Japan Expo, je rappelle que comme d’habitude je serais présent en tant qu’associatif contenu pour animer de nombreux quizz. Retenez bien: stand Q46, stand Forum Thalie – Brigade SOS. Le programme est disponible sur le site. En dehors du stand, je ferais aussi quelques trucs en salle Activités / Sora puisque j’animerais le vendredi à 12h30 une conférence avec pour thème « A quoi ressemble le Shonen Jump en 2015. » En environ 45mn j’essaierais avec mon compère Yoka de faire le tour des vingt séries actuellement publiées dans le Jump, de les présenter, de parler de leur succès, de leurs échecs, de leurs particularités. Voilà <3~.

Ah et, évidemment, on projetera l’AMV Pas Convaincu. Un « spin-off » non officiel de l’AMV Enfer 3 qui offre 45mn de skits supplémentaires qui ont été refusés de la vidéo d’origine. A ma grande surprise, le résultat final est plutôt bien rythmé et je serais assez fier de vous la montrer, pour l’occasion.

Ok c’est terminé pour le coté égo, passons au concret: la Japan Expo. 

* bruit de tonnerre dans le fond *

PrepJapEx04

Continuer la lecture de Man Vs Wild – Survivre au 16e Impact de Japan Expo

0d56ed5ed353f6fee258cc4212df2158

L’avis nécessaire et fifou sur les conférences E3 de 2015

Ouais, faisons ça, faisons vite. On est là pour du biscuit, du concret, du brut, du décoffrage, on est bien bien bien. Je fais tout de mémoire et j’écris tout à l’arrache. Du coup je vais oublier des trucs, forcément. Le blogging c’est aussi ça.

J’ai même mis des gifs animés, histoire que vous vous sentiez comme sur Buzzfeed. Je vais même passer la majorité de l’article en mode aigri qui crache sur tout. Vous allez finir par croire que je pense que le jeu vidéo est mort alors que justement je crache sur les mecs qui vous disent que le jeu vidéo est mort. Y’a juste beaucoup de choses dont je me fous et j’exprime ma manière de m’en foutre de manière abusée. C’est ça le talent.

Bethesda

giphy

-> J’ai pas vu en live. Fallout 4 j’étais en mode « c’est pas Obsidian qui va écrire le jeu, ça va être aussi mal écrit que la quête de l’appartement de luxe de Fallout 3, au secours » mais finalement plus je vois de trucs sur le jeu plus je suis en mode « ok je vais choper une Xbox One aussi pour ce jeu (et surtout pour Rock Band 4), je crois. » J’ai cru voir un passage ou on construit sa propre maison et l’excitation est du coup complète.

-> Dishonored 2 j’avais mis beaucoup de temps avant de vraiment apprécier le premier (genre, un an et demi entre le second et le troisième niveau) mais ok, ça va, c’est cool. Je peux comprendre que Bethesda ait laché Fallout 4 une semaine avant la conf, si ils avaient attendus pour lâcher en même temps Fallout 4 et Dishonored 2, tout le monde aurait oublié le second. On est bien.

-> Doom ok c’est cool.

 

Microsoft

114

-> Je pensais que la présentation de Gears 4 dans lequel on voit rien et on se fait chier allait être le pire moment de l’E3, j’avais tort.

-> La rétro compatibilité Xbox 360 sur Xbox One j’en suis content parce que la rétro compatibilité c’est cool, surtout quand ça va permettre de réaccader au marketplace Xbox et ses 3000 jeux dessus. Ca me rendait un peu triste de pas avoir Rock Band Blitz sur Xbox One, vous voyez ?

-> Je suis chaud pour la compil Rare parce que Jet Force Gemini et Blast Corps. Je suis moyennement chaud pour Sea of Thieves mais c’est cool d’avoir Rare sur une nouvelle IP qui ne soit pas Kinect Adventures. Ca va être la meilleure occasion de voir si on peut invoquer le Rare de la grande époque. Pas de nouveau Banjo Kazooie ? Tant mieux, laissons les en paix.

-> Halo 5 avait l’air presque séduisant malgré la présentation chiante à en bailler mais y’avait un méchant qui avait un look plutôt cool alors c’est sympa, ok.

-> Recore, ok, c’était un trailer CGI sexy avec une fille et un robot. Maintenant c’est un trailer CGI. Et c’est un jeu Keiji Inafune. Quand tu t’appelles Inafune et que la dernière fois que t’as fait un bon jeu en tant que producteur c’était Dead Rising et c’était y’a neuf ans, bon, la peur est sur la ville. Du coup moi je suis là je suis en mode « certes, c’est un peu léger. »

-> Forza 6, quelle surprise. Est-ce que y’aura plus de contenu que le 5 ? Y’a interêt. Reste que y’a toujours pas ce coté otaku de bagnole qu’on trouvait dans Gran Turismo donc ça me chagrine. Voir Henry Ford III c’était ???. Le mec s’appelle vraiment Henry Ford III. Chaud la famille.

-> Cuphead <3. Cupheadcupheadcupheadcuphead <3.

-> Rise of the Tomb Raider était aussi assez impressionnant techniquement. La neige était vraiment de la neige. Oh wow / 20.

-> A cause de Rock Band 4 je prendrais sans doute une One courant 2016 du coup cette conf m’a permis de confirmé que c’était pas un choix trop pourri, ouf.

Continuer la lecture de L’avis nécessaire et fifou sur les conférences E3 de 2015

selector-infected-wixoss-episode-7-tama-rocket-launcher

Selector Infected WIXOSS – Cartes & Chatiments

Ca faisait longtemps qu’un générique m’avait pas motivé à regarder un anime mais je dois avouer que celui de Selector Infected WIXOSS a fait le taff.  C’est les petits riens mais la musique était cool, les personnages intriguants et il était suffisamment bien construit pour me permettre de comprendre que ça allait parler de jeux de cartes mais que ça allait aussi être un poil sombre pour l’occasion. Fallait bien un BAC+5 en analyse littéraire pour piger ce fait mais du coup ça a attiré mon attention.

Au final je me suis maté les deux saisons en un mois. Il faut dire que je cherchais un animé devant lequel prendre mes repas, je suis un peu en manque depuis que j’ai fini la saison 2 d’Arrested Development. WIXOSS a parfaitement rempli ce rôle, pour le coup. Par contre j’ai pas mal de choses à en dire car c’est une oeuvre vraiment imparfaite qui cumule pas mal de petits défauts qui font du mal à l’ensemble. Ce qui est dommage car, à mon sens, la série touchait du doigt pas mal de choses intéressantes et offrait une vision alternative assez intéressante à des thématiques très semblables à Puella Magi Madoka Magica.

Regardez ces joueuses de carte à jouer COMME ELLES ONT L'AIR JOYEUSES ET EPANOUIES
Regardez ces joueuses de carte à jouer COMME ELLES ONT L’AIR JOYEUSES ET EPANOUIES

Ah, Madoka Magica. Depuis sa sortie en 2011, y’a quelques animés qui ont essayés de surfer sur la tendance « jeunes filles mignonnes qui sont impliquées dans un schéma qui les dépasse et les font particulièrement souffrir » et Selector WIXOSS remplace le concept de magical girl avec celui d’un jeu de cartes particulièrement sadique. En effet, dans l’univers de la série, des jeunes filles (souvent dotées d’un background assez fucked up) achètent un deck de carte WIXOSS et trouvent à l’intérieur une carte qui parle nommée LRIG. Celle-ci leur dit « eh meuf, t’es une Selector. Ca veut dire que si tu as un souhait et que tu gagnes  un certain nombre de parties contre d’autres Selector, ton souhait devient réalité. Par contre si tu perds trois parties, t’es virée du jeu et t’es plus Selector, ça te va ? » Evidemment, la plupart des filles sont extatiques à l’idée de voir leurs souhaits devenir ainsi réalité, sauf que rien n’est aussi simple et que les LRIG disent pas forcément tout ce qu’il y’a à savoir… A commencer par le fait que si tu perds trois parties, non seulement t’es plus Selector mais ton voeu s’inverse. Oups.

Dans tout ce beau bordel on suit donc les aventures d’une jeune fille nommée Ruko, une asociale aux parents divorcés qui vit chez sa grand-mère, qui récupère une mystérieuse LRIG qu’elle va nommer Tama et qui est assez particulière dans le sens où celle-ci est muette et a du mal à s’exprimer… Elle va rapidement rencontrer une autre Selector, Yuzuki, et s’en faire une amie. Celle-ci lui expliquera les règles, le but du jeu WIXOSS et à partir de là, on est lancé pour l’éclate totale ♫. 

On est donc parti pour deux saisons de fun absolu et de larmes de vierges: Selector Infected WIXOSS en un et Selector Spread WIXOSS en deux. Pas de film à prévoir ou de saison 3 donc la série est finie définitivement et on peut donc en parler de la manière la plus complète possible.

(EDIT: Ok y’a un film de prévu, lol. Merci Kmeuh de la correction.)

BATORU BATORU
BATORU BATORU

Continuer la lecture de Selector Infected WIXOSS – Cartes & Chatiments

IMG_20150530_180559751

Epitanime 2015 – Purple Daze

C’était donc le retour d’Epitanime et ça m’avait sincèrement manqué. Les Diurnes de l’an dernier étaient funs mais c’était honnêtement pas pareil sans le rush de 48h. Tu viens à Epitanime pour passer litérallement tout un week-end baigné dans l’animé, le manga et le jeu vidéo, c’est ça qui fait le charme de l’événement. Quand tu discutes de DanMachi un dimanche à 16h sans avoir dormi depuis vendredi 10h, c’est honnête, c’est frais, c’est intense, c’est naturel et c’est bonnard.

Donc voilà le moment fantastique où je me prépare à faire un bilan. Pour l’occasion je vais juste faire un BIEN / PAS BIEN un peu comme j’écrivais mes articles de Minorin. C’est une édition qui à titre perso m’a pas beaucoup enthousiasmé et m’a donné un sentiment bizarre avant, pendant et après. Avant parce que la com autour était assez limitée et que y’a pas eu de « hype » construite autour. Pendant pour les raisons que je vais exposer. Et après parce que j’étais pété et que je le suis encore à l’heure ou j’écris ces lignes et ce même si quatre jours se sont écoulés.

Bon, allez, on est parti.

Le karaoké final, le moment où tu sais que tu as survécu
Le karaoké final, le moment où tu sais que tu as survécu

BIEN: Tenir 60h sans dormir

PAS BIEN: Tenir 60h sans dormir

C’est la troisième fois (sur six) que je fais Epitanime non stop sans dormir et je sais pas si je le referrais à l’avenir. Je l’avais fait en 2009 et ça m’avait pas trop emmerdé parce que j’étais « étudiant », que j’avais déjà un rythme de sommeil ultra décalé en arrivant et que comme je découvrais tout (les gens, les activités, l’endroit) mon cerveau était en mode licornes et arc en ciel pendant tout le long, ce qui aide pas mal à tenir bon. En 2013 j’ai tenu sans dormir sans trop de soucis parce que là encore j’arrive à la conv loin d’être épuisé par mon boulot qui était à l’époque à temps partiel. Mais là cette année j’arrive alors que mon corps est désormais « enchaîné » à un rythme de sommeil de personne qui bosse. Alors même si j’ai dormi 11h dans la nuit du jeudi au vendredi, le déficit de sommeil il arrive vite dans ta gueule et j’ai passé un dimanche assez dingue. Psychologiquement.

Je passe sur les hallucinations sonores qui font que t’entends ton pseudo PARTOUT parce que ça c’est un classique d’Epita et je l’ai eu chaque année, même en faisant des siestes. Je parle de plus sérieux. Je veux dire le dimanche j’étais au point où j’hallucinais clairement. Parfois je disais des trucs mais en fait je ne les disais que dans ma tête. Du coup j’ai passé l’après-midi vers 16/18h à dire des trucs et à me demander, 3s après, si je les avais réellement dit ou pas. Y’a un moment ou j’étais assis dans une salle, ou j’ai fixé un mur, et ou je voyais apparaître des chiffres et des lettres type Matrix.A chaque fois qu’on me voyait on me demandait si ça allait. Je faisais flipper tout le monde, sans doute :’D. J’ai jamais été aussi proche de ma famille alcoolique qu’à ce moment là.

Le pire ? C’est resté confiné à deux périodes bien précises ! Genre 10h/12h et 16h/18h. Parce que putain, après 18h j’avais toute ma tête, plus aucune fatigue, je suis allé à un resto sans souci, j’ai fait 2km à pied pour rentrer de ma gare jusqu’a chez moi sans me faire chier, je me suis même permis le luxe de me mettre dans mon lit et de lire un manga avant de me coucher. Je pige pas comment le corps ça fonctionne.

Bref j’ai vraisemblablement battu un record perso en restant levé du vendredi 10h jusqu’au lundi 0h30. Mais honnêtement je crois que je vais plus essayer de le battre, mes limites je les ai perçues :’D. J’aurais pu faire une petite sieste dans n’importe quelle salle, oui, vous avez raison, mais je crois que par masochisme et par volonté de voir ce que ça faisait de continuer à se maintenir éveillé, j’ai tout fait contre. Ce qui m’a sauvé c’est sans doute les pizzas qui déchirent de la pizzeria sur le boulevard adjacant…

Voilà, je commence par ça pour que vous vous rendiez compte sous quelles conditions j’ai fait cette Epita. On est proche du journalisme à la Vice pour le coup.

Continuer la lecture de Epitanime 2015 – Purple Daze

tumblr_nk6ud4nP7R1qh4v10o1_1280

Pure(s) soirée(s)

Yoooooooooooooooosh.

On est le 27 mai, il est 8h45 à l’heure ou j’écris cette ligne, dans environ 60h c’est le début de l’édition 2015 d’Epitanime et il y’a environ 60h c’était la fin du 11e Stunfest rennais. Ce qui signifie qu’on est pile poil entre les deux festivals. Opportunité parfaite pour écrire dessus de manière concise et précise, faire mon petit bilan du Stunfest, vous rappeller les bases pour survivre à Epitanime et parler de 3/4 trucs totalements sans rapport genre Euphnium tout en essayant de pas dépasser les 2000 mots parce que y’a des fois je suis comme ça j’ai pas envie de faire 2000 mots sur Néant Vert.

(spoiler: j’ai échoué cet objectif.)

Le Stunfest c’était donc le week-end dernier et j’ai eu très peur quand ils ont annoncés la date puisque Epitanime n’avait pas dévoilé la sienne et je sentais le coup venir du « oups, deux gros festoches le même week-end, teehee. » Finalement ça va, le Stunfest est simplement tombé les mêmes jours que Geekopolis et, honnêtement, est-ce que j’ai une tête à en avoir quelque chose à faire de Geekopolis ? Est-ce que je touche trois fois le salaire moyen français et que je suis trentenaire nostalgique de l’époque ou les animés c’était déjà mieux avant mais au moins les mecs étaient des mecs ? Bon, voilà. Moi je préfère la Bretagne et les jeux vidéo, c’est dans mon ADN.

Ici une photo de gens qui jouent à Melty Blood
Ici une photo de gens qui jouent à Melty Blood, pour vous montrer à quel point le jeu vidéo est dans mes veines (cette légende n’a pas de sens.)

J’avais longuement parlé de l’édition 2013 sur Néant Vert et en le relisant je trouve plein de moments rigolos dedans. J’avais par contre pas parlé de l’édition 2014, ce qui m’étonne de ma part mais s’explique sans doute par le fait que j’avais du avoir grave la flemme vu que j’étais en plein déménagement à l’époque. Bref, en 2014 le Stunfest avait quitté son gymnase un peu serré pour s’installer dans le Liberté, une grande salle située littéralement au beau milieu de Rennes. Et du coup c’était relativement parfait: tous les espaces étaient maintenant soigneusement cloisonnés, les tournois pouvaient être vus depuis des authentiques gradins comme si on allait voir Jean Jacques Goldman, tous les couloirs autour de la grande salle étaient utilisés de manière optimale pour essayer de caser le max de stands possibles tout en essayant de permettre aux gens de naviguer… Bref c’était bien et j’avais passé la majorité du week-end à traînasser en salle Superplay, à alterner entre applaudir les performances que je voyais devant moi et jouer à Pokémon Link Battle.

L’édition 2015 c’est sensiblement la même chose, avec un plot twist: la salle a vite atteinte sa capacité maximale et il a fallu à partir du samedi après midi faire entrer les gens au compte goutte. Honnêtement quand on était dans la salle, cette surcharge ne s’est pas trop vue grâce à la disposition maligne des éléments du salon mais quand on sortait et qu’on voyait une queue gigantesque sur la place rennaise, on comprenait que la convention était victime de son succès. Sans compter qu’à cause du plan Vigipirate, la capacité avait sans doute été réduite par mesure de sécurité. Ce qui faisait qu’a l’intérieur on naviguait sans trop de soucis mais que dehors des gens devaient faire la grue et attendre que des personnes sortent « définitivement. » Et je parle pas des galettes qui étaient trop rapidement en rupture de stock…

DU MONDE.
DU MONDE.

Continuer la lecture de Pure(s) soirée(s)

TubacabraIN

Tubacabra & compagnie

Article fourre-tout en ce plein milieu du mois de mai. Après un article géant mais assez niché sur l’AMV Enfer 3, il est de bon ton de revenir sur mes différentes découvertes ou visions du mois d’avril et du début du mois de mai. En l’occurence je vais surtout parler de Seven Deadly Sins, la Fille de la Plage, DaredevilEuphonium et de mon mois ciné. A boire et à manger, donc.

Mais avant ça la fin de mois de mai ça sera aussi la période des \o\ SALONS /o/. En l’occurence, j’ai vraiment hâte d’être au Stunfest la semaine prochaine, les trois jours, souvent planqué devant l’écran des speedruns, qui sera suivi le week-end suivant par la conv Epitanime qui fera son grand retour. Comme d’hab, je vais sans doute tenter de faire la totale sans dormir (mais en mangeant parce que tricher c’est le nouveau cool) mais vous savez comment c’est ce genre de prévisions. Donc voilà, on est motivé.

Bon, allez, je vais maintenant vous parler de Seven Deadly Sins. 

Tubacabra07

Non. Rien à voir. Ca:

Tubacabra01

C’est un des nouveaux cartons shonen: 9e plus grosse vente de 2014 au Japon après un démarrage discret, ce shonen est clairement le nouveau chouchou de la Kodansha qui veut pouvoir trouver un successeur à un Fairy Tail qui n’a jamais vraiment été un super giga énorme carton dans l’archipel – en tout pas comme en France ou il est mystérieusement régulièrement dans le top 3. J’ai mis un peu de temps à m’y mettre car le style graphique ne m’attirait pas particulièrement et, vous commencez à le savoir, l’heroic fantasy est un genre qui me fait autant bander que des tableurs Excel récapitulant les journées du NIKKEI. Bon.

Du coup bon, faut quand même pas trop déconner, on m’en a dit du bien, et c’est pas un style graphique et un univers pas attirant qui va me freiner, je suis un garçon courageux et je me suis fait les cent premiers chapitres, ce qui est déjà pas mal et m’a permis d’aller jusqu’à la fin du premier gros arc. Cool.

Alors du coup oui, c’est bien huilé. L’auteur connaît ses classiques, sait faire évoluer son scénario et possède une intrigue assez intéressante avec pas mal de rebondissements bien gérés. Ca se laisse lire et même le style graphique dont je me moquais un peu plus tôt se révèle finalement super sympa et offre une vraie personnalité à l’ensemble.

Tranquille pépère posé
Tranquille pépère posé

Mais pour moi, Seven Deadly Sins a un très gros problème: il est coincé en 1990. Je le pense très sérieusement. Pour moi, c’est un shonen bien pensé mais avec un esprit qui est resté coincé aux hits de la Shueisha des années 90 et qui n’a pas vu ce qui est arrivé entre temps. C’est un shonen qui ne parle pas vraiment à la jeunesse de sa société mais qui veut parler à ceux qui étaient jeunes quand ils kiffaient Dragon Ball et qui veulent retrouver ça. C’est pour ceux qui grognent que « c’était mieux avant » et qui sont passés à coté des vingt dernières années.

Et du coup, moi qui suit un otaku ayant fait mon éducation avec du shonen des années 2000 – le shonen ou tu dois avoir un casting de 4000 personnages secondaires minimum et ou ton héros ne sert plus à grand chose -, forcément, je suis mitigé devant Seven Deadly Sins qui ne me surprend jamais vraiment et qui ne parait jamais vraiment innover. L’esprit ne me parle pas.

Pire: je suis parfois même considérablement agacé de constater que Hunter X Hunter déjà en 1998 proposait des choses beaucoup plus intéressantes et originales pour du shonen de baston. C’est le drame.

Tubacabra10

Continuer la lecture de Tubacabra & compagnie

AMV Enfer 3  Gearwheel Madness.mp4_snapshot_00.10.19_[2015.05.06_19.57.07]

Chronique AMV n°AQ : AMV Enfer 3, sketch par sketch

Ok vous savez déjà ce qu’il va se passer, je l’ai déjà fait. Du coup je peux vous épargner une lente et pénible intro pour qu’on aille directement au concret. Je vais donc commenter tous les skits de l’AMV Enfer 3, un par un. Je passerais du temps sur certains, j’irais plus vite sur d’autres, j’utiliserais beaucoup les mots « simple », « efficace », « agréable » ou « mort », et tout cela n’est que mon avis personnel même si je vais enrober ça d’une pseudo objectivité que j’aimerais qu’on prenne au sérieux (même si c’est pas facile.)

Dans son ensemble l’AMV Enfer 3 est excellent et est indubitablement le meilleur AMV Hell jamais fait. Le seul défaut que je lui reprocherais c’est un léger manque de variété visuelle avec une dizaine d’anime qui revient souvent et peu de « surprises » sur ce plan là. Pour le reste c’est drole, très bien rythmé, assez badass et le niveau des contributions est généralement de très bonne facture. Sur genre 280 skits, y’en a bien que quatre ou cinq dont je me demande pourquoi ils sont là. Ce qui est cool.

Ah non si, l’autre vrai reproche c’est la taille de la vidéo en HD. 6,8 Go, hein ? Pour comparaison, l’AMV Hell 7 qui utilise la même résolution et fait la même durée fait « seulement » 1,2 Go. C’est con parce que cette taille elle va empêcher pas mal de gens de télécharger la vidéo avec les sous-titres, ce qui est de loin la config optimale pour en profiter…

Bon, allez commençons MAIS AVANT CA DES LIENS:

Télécharger la vidéo / voir la vidéo en streaming

Playlist Spotify

Commentaire audio que j’ai fait ce dimanche avec mon ami Concombre, de LOLJAPON entre mille autres choses.  Ca fonctionne très simplement: lancez la vidéo, mettez la à en pause dès le début, lancer le commentaire audio en parallèle, lancez la vidéo quand on vous dit de la lancer et hop les deux se complétent. C’est ça la magie de l’Internet, mes bébés !

AMV Enfer 3  Gearwheel Madness.mp4_snapshot_00.00.49_[2015.05.06_19.53.49]

  • Le Commandant – Intro // Ok ça fait deux ans que si tu cotoyais régulièrement le Commandant tu avais forcément entendu parler de son projet d’intro. Je savais pas en quoi ça allait constituer, tout ce que je savais c’est que ça lui demandait de passer des siècles sur un programme de montage 3D. Et du coup, oh, une parodie du générique de Game of Thrones. Yep, on est définitivement en 2015. Parodie qui reprend certains gags emblématiques des deux premiers volets que ce soit visuellement (le passage à niveau et le vélo, haha) ou musicalement avec un medley composé par le fringuant Ziassan. Le boulot est ahurissant et ça dure pile poil la bonne durée pour une intro. Je regretterais juste un ou deux gags assez peu lisibles (le dragon il m’a fallu pauser et lire à la frame prêt pour voir que c’était une référence à La Vie d’Aventurier) mais dans l’ensemble c’est évidemment bien plus impressionnant que le Highway to Hell de l’AMV Hell 3.
  • Grimm – Kill la Kill X Desproges // C’est peut-être le meilleur choix de premier skit possible. Le Bonne Nuit les Petits faisait l’affaire mais ce skit en particulier gagne beaucoup à être en tout premier et l’AMV Enfer 3 gagne beaucoup à l’avoir en tout premier. Il pose d’amblée le ton et son démarrage lent est justifié. Banco.
  • Shrykull – Baccano X Bonne Nuit les Petits // Pourquoi pas. Shrykull, on va le voir, est très présent dans la vidéo (avec genre 50 skits) et c’est justifié parce qu’il est réellement capable de variété dans ses idées, ce qui est bon à prendre. Là du coup, c’est un de ses skits ou sur le papier tu te dis « hein, Baccano et le générique de Bonne Nuit les Petits ? » et ou l’exécution te convainct automatiquement. Cool.
  • Elwingil – Soul Eater X Linkin Park – Crawling // Les débuts d’AMV Hell / Enfer contiennent jamais les meilleurs skits j’en suis conscient et c’est quelque chose que j’ai maintes fois souligné. En réalité il n’y a même sans doute que l’AMV Hell 6.66 a pas attendre la dixième minute avant de nous lancer. Je dis ça juste pour essayer de camoufler le fait que je suis pas fana de ce skit et que je trouve que comme troisième skit, il est pas spécialement très à sa place. L’autre souci c’est que du Asura sur du rock ado de 2003 on va en avoir à nouveau 30mn plus tard. Et le vrai dernier souci c’est que depuis l’AMV Hell 4, Crawling c’est mort, Rei l’a sublimé. Donc dans l’ensemble un skit dont je suis peu convaincu. 
  • Meb – Metro 2033 X Il fait beau dans le métro // Meb est à peu près le seul à te sortir du visuel non issu d’animé (ce qui est une héresie dans une vidéo nommée Anime Music Video Enfer) mais à te convaincre tellement vite que t’as même pas le temps de te poser la question. Le gag fonctionne et c’est le premier vrai gros rire de la vidéo, normalement. Si tu te marres pas sur le « Oui » calé au salut néo nazi, c’est chaud.

OUITLER

Continuer la lecture de Chronique AMV n°AQ : AMV Enfer 3, sketch par sketch

Wwc9ym8

Cities Skylines – On a construit cette ville (sur le Rock N’Roll)

En mars 2013, notre coeur a été détruit, piétiné et déféqué par Electronics Arts. C’était le mois de la sortie de SimCity, le cinquième épisode tant attendu d’une saga qui a rendu plus d’un joueur fou depuis le début des années 90. Des joueurs certes fous mais qui ont pu attendre assez aisément avec un SimCity 4 suffisamment profond pour les faire tenir en haleine pendant presque neuf ans. Un jeu ahurissant et qui ne se termine jamais vraiment, grâce entre autres à une carte régionale qui mettait beaucoup de temps à être remplie, en plus d’avoir un jeu extrêmement moddé et disposant d’une extension – Rush Hour – qui apportait réellement énormément de choses.

Mais SimCity 2013 est arrivé, nous a déçu, on a pleuré, fin de l’histoire. Le jeu ne manquait pas de bonnes volontés mais ne parvenait à exécuter correctement aucune d’entre elles. Comme si vous vouliez faire un calin à un chat mais qu’a la place vous l’étouffiez parce que putain vous êtes un être humain vous êtes super fort en fait, arrêtez de l’étrangler ce foutu sac à puces nom de dieu. Il faut dire qu’EA avait en plus pris toutes les décisions les plus stupides qu’il soit, rendant ce développement un calvaire. Moralité: si vous aimez les city builder, restez sur SimCity4. Car ce n’est pas la saga des Cities XL qui allait apporter l’alternative recherchée.

Simultanément un groupe de finlandais nommé Colossal Order sort un jeu très niché: Cities in Motion. Le but du jeu ? Gérer les transports en commun d’une métropole. Bus, métros, tramways, trains… Pour un mec dans mon genre, qui peut passer 20mn à regarder la carte du réseau de transport d’une ville, c’est le type de jeu qui peut me faire perdre des heures et des heures. J’en avais parlé super rapidement au début de l’été 2012.

Cities In Motion et sa map Tokyo <3.
Cities In Motion et sa map Tokyo <3.

Le premier épisode était donc vraiment sympa mais au bout de 10h on comprenait aisément comment le jeu fonctionnait et il devenait extrêmement facile de gagner à tous les coups. Le second volet sort en 2013, peu après SimCity, et dispose désormais d’une interface 3D. Un peu moins agréable (on joue désormais dans des villes créées pour l’occasion et plus forcément des métropoles célèbres), il développait néanmoins quelques cotés city builder ici ou là avec la possibilité de créer des routes et de voir la ville se développer autour d’elle. Quelques signes, donc.

Et c’est donc cette année que sort Cities Skylines. Ici fini de se focaliser sur les transports: on marche directement sur SimCity. Et ça marche. 

Comme la majorité des screens de cet article, celui-ci vient du subreddit lié au jeu
Comme la majorité des screens de cet article, celui-ci vient du subreddit lié au jeu. J’aurais bien mis des screens de ma partie mais comme je joue dans des configs vraiment basses, ça aurait été un peu dégueu.

Continuer la lecture de Cities Skylines – On a construit cette ville (sur le Rock N’Roll)

JonetsuIntro

Jonetsu 1.0 – Gravé dans la roche

M’a fallu une semaine pour récupérer mais maintenant que c’est fait, je suis chaud bouillant pour vous faire un récapitulatif de la première édition de Jonetsu, convention qui s’est déroulée le week-end du 28 et 29 Mars sur Paris. Deux spécificités: la première c’est que c’était une petite conv axée conférences/amateurs, la seconde c’est que well j’étais dans l’organisation du début à la fin. Du coup ça me paraît le bon moment pour vous faire un article qui sera pas axé que sur le week-end de convention mais sur tout ce qui s’est déroulé avant. Comment est né le projet, quelles sont les difficultés qu’on a eu à surmonter, qui est responsable de quoi, etc etc. Bref, le B-A-BA de « comment on fait une convention. » Spoiler: la réponse est « c’est chaud mais pas impossible. »

Dans tous les cas je suis évidemment très fier d’avoir participé à cette aventure. Avant toute chose, pour mettre les choses dans le contexte, ma participation à Jonetsu se tenait en cinq rôles:

1/ Être le « responsable activités », c’est à dire gérer avant et pendant la convention le contact avec les associations et les différentes organisations capable d’amener du contenu et des activités.  En plus de gérer le planning de l’espace activités. Un rôle presque symbolique au final vu le peu d’événements et de difficulté.

2/ M’occuper, en binôme avec une autre personne, de faire les annonces micros pour annoncer les conférences et les news importantes. Avec ma plus belle voix radio pour accompagner des phrases qui n’avaient grammaticalement pas beaucoup de sens par moment.

3/ Evidemment gérer les activités Thalie en tant que président de l’association, ce qui m’a fait présenter quelques jeux et vaguement superviser l’ensemble des jeux proposés ce jour là. Bon, pas tous. Après est-ce que faire des jeux c’est du boulot ou c’est du plaisir ? Les vraies questions.

4/ Préparer, organiser et présenter la cérémonie des prix Minorin, ce qui demandait finalement pas mal de boulot (est-ce le seul boulot que j’ai réellement fait ? Roh. Ptet.)

5/ Modérer la conférence de Maritan (Good Smile Company), ce qui a été un boulot léger vu que celle-ci gérait à donf et n’avait absolument pas besoin d’aide <3.

Le tapis rouge des célébrités à quelques heures de l'ouverture du dimanche
Le tapis rouge des célébrités à quelques heures de l’ouverture du dimanche (photo : Epona)

Donc en vrai j’ai surtout beaucoup blablaté  sur le forum de l’asso Nijikai pendant presque un an. And still counting. Donc je suis pas forcément le staff le plus impliqué. Ni celui qui a le plus travaillé. Donc prenez mes infos avec beaucoup de pincettes parce que ptet que je me surestime.

Bon, allez, assez d’avertissements, on y va ? Ca a commencé quand tout ça déjà ? Remontons un an en arrière…

Continuer la lecture de Jonetsu 1.0 – Gravé dans la roche