Yamada-kun and the Seven Witches – Little Kiss Academia

Donc là Néant Vert sort d’une série de trois articles dédiés aux shonen de la Kodansha, eh c’est pas mal mais ok je conçois que ça manque un peu de variété. Du coup je vous propose cette fois de parler cette fois de manière un peu plus détaillée d’un manga (c’est original) classé shonen (vraiment original) de la Kodansha (toujours plus d’originalité) que j’ai un peu ultrakiffé alors que, on va le voir, la série ne manque pas de petits défauts et de poncifs presque agaçants mais eh, vous parlez au mec dont l’article le plus lu de son blog c’est « j’aime beaucoup Sword Art Online mais je trouve que là là là là là là et là c’est de la merde. » L’amour des contradictions, le serpent qui se mange la queue et d’ailleurs l’image est juste puisque « Serpent » c’est mon signe astrologique chinois.

Yamadakun06
Chaud, nen

 

Yamada-kun And The Seven Witches, nommé  Yamada-kun To 7-nin No Majo de son nom japonais que je suis infoutu de me remémorer, est donc un manga de Yoshikawa Miki, publié dans le Weekly Shonen Magazine depuis Février 2012, ce qui fait deux ans et demi. Yoshikawa Miki parlons en maintenant: il s’agit donc d’une mangaka connue en France pour le manga Drôles de Racailles qui avait été publié chez un éditeur dont je pourrais googler le nom mais allez au pif je vais dire que c’était chez Pika.

C’est aussi et surtout une ancienne assistante de l’auteur de Fairy Tail ce qui se voit énormément. Vous savez la rumeur qui veut que Hiro Mashima ait été assistant sur One Piece, ce qui expliquerait pourquoi Fairy Tail ressemble à fond visuellement et spirituellement ? Elle est totalement fausse, Mashima a juste pompé. Par contre si vous vous dites « eh mais attends, l’auteuse de Yamada-kun elle pompe Mashima », non là ça va. Les deux sont potes, les deux sont dans le même magazine et bossent pour le même éditeur. Ca va.

Ok instant scénario alors: Yamada-kun And The Seven Witches raconte l’histoire de Yamada, un mec qui arrive dans son nouveau lycée pour se faire des potes mais qui, comme il a une dégaine de loubard et un caractère assez trempé, est incapable de s’en faire et erre seul dans la… euh… solitude. Mais sa vie va se trouver chamboulée quand il tombe dans un escalier, percute l’idole de la classe – la jeune Shiraishi qui est belle et intelligente – et se réveille… dans son corps. Car oui leurs esprits ont été échangés !

Yamadakun05
C’est pas la réaction de l’héroïne au bodyswap mais celle d’une autre fille encore parce que oui le héros y va embrasser des gens tout le long de la série

Très vite les deux lycéens découvrent comment wtf ça se fait cette merde là: Shiraishi possède la possibilité de pouvoir échanger de corps à l’aide d’un baiser.  A partir de là ça va commencer à être funky puisque le conseil des élèves va s’en méler, un club va être construit et, comme le nom l’indique, Shiraishi n’est pas la seule « sorcière »: il y’en a six autres dans l’établissement, toutes dotées d’un pouvoir différent ! Sans compter le héros qui, mystérieusement, semble diposer d’un pouvoir de « copie », là aussi en embrassant les sorcières. Son rôle va donc être central dans tout ce chaos…

Yamadakun02

Lire la suite

Shonen, amitié et Kodansha: le Bessatsu Shônen Magazine (3/3)

Eh j’avais dit « deadline mardi », j’avais juste pas dit quel mardi. Erm.

Marii de Joshiraku par 紗夜
Marii de Joshiraku par 紗夜

Donc hop bref on est parti, faites entrer les clowns et les artistes sur la piste, la dernière partie de la mini série d’articles sur les magazines shonen de la Kodansha, une des rivales les plus emblématiques de la Shueisha. Après le Weekly Shonen et le Monthly Shonen, passons à un magazine spin-off de ce dernier, crée il y’a environ cinq ans, un beau jour d’automne japonais de 2009. Ce magazine, c’est le Bessatsu Shônen Magazine.

Celui-ci se place comme plus « mature » que le Monthly et le Weekly, visant plus la frange 18-25 que la 12-18. Maintenant, le Monthly le visait aussi mais, on va le voir, les ouvrages du Bessatsu vont souvent plus loin.

Bessatsu01

 

Couverture du magazine, avec Aku no Hana mis en avant

Donc un article sur le même modèle que les autres: je vais présenter quelques séries publiées ou en cours de publication dans ce magazine et en profiter pour donner mon avis éclairé et totalement objectif (non même moi j’y crois pas à cette phrase.) L’article qui suit devrait être cours, y’a que cinq ou six mangas qui seront présentés et vous en connaissez déjà forcément un.

 

Lire la suite

Shônen, amitié et Kodansha: le Monthly Shônen Magazine (2/3)

Monthly01

Seconde partie de la série d’articles sur les principaux magazines shônens de la Kodansha, et l’opportunité pour moi de parler de mangas assez librement (surtout, hein.) La première partie était dédiée au Weekly Shônen Magazine et pavassait pas mal mais rassurez vous cette seconde partie sera plus courte.

Car certes le Monthly Shônen a une longue histoire – le magazine a été crée en 1964 soit il y’a 50 ans – mais son histoire détaillée est finalement peu connue et si  on trouve dans son passé nombre d’auteurs célèbres – Osamu Tezuka, Go Nagai, Hideo Azuma ou Yumiko Igarashi – ce n’est pas dans ce magazine que ceux-ci ont sortis leurs titres les plus connus. Et, d’ailleurs, en général peu de titres du Monthly Shônen ont trouvés succès en Occident. C’est pour ça que la partie historique de cet article sera fun car dédiée à un seul manga. Pour le reste, on évoquera rapidement les mangas qui sont en cours de parution dans le magazine avec mon avis ultra subjectif pour chacun d’entre eux.

Une couverture normale du magazine, ici avec Noragami en avant
Une couverture normale du magazine, ici avec Noragami habilement en avant

Lire la suite

Shônen, amitié & Kodansha: Le Weekly Shonen Magazine (1/3)

Fanart Koe no Katachi par syatey
Fanart Koe no Katachi par syatey

 

Bon un article fait instinctivement, pour me réveiller en ce lundi de reprise. Depuis maintenant quelques temps, j’avoue me passionner pour suivre régulièrement ce qui se passe du coté du Shonen Jump, regarder régulièrement quelles séries marchent, quelles séries débutent, lesquelles se terminent, etc. Vous savez pas c’est quoi le Shonen Jump ? One Piece, Dragon Ball, Ken le Survivant, Saint Seiya, Video Girl Ai, Bleach, Naruto, Haikyuu, les sept premiers arcs de Jojo’s Bizarre Adventure, bon bref, un magazine qui a du pedigree et qui peut se vanter d’avoir lancé la quasi totalité des gros cartons shonen de l’histoire de l’industrie. Puis quand je m’ennuie je regarde aussi l’évolution de l’équivalent shonen mensuel, le Square Jump. D’abord pour To Love Darkness, mais aussi pour des trucs comme Gate7 ou Claymore.

Mais bon, stalker la Shueisha est amusant trente secondes alors regardons du coté d’un de leurs principaux rivaux, la Kodansha et ses deux magazines shonens « phares », le Weekly et le Monthly Shonen Magazine. Et le petit spin-off de ce dernier, le Bessatsu Shonen Magazine, pour le fun et le plaisir.

Donc je vais juste présenter succinctement quelques mangas phares de ces magazines, passé comme présent. Certains sont déjà très connus en France, d’autres représentent l’avenir ou ne sortiront juste jamais chez nous à cause de la barrière culturelle. Contrairement à mes articles habituels ou je poste tout d’un coup dans un pavé gigantesque, je vais découper tout ça en trois articles distincts: un dédié au Weekly Shonen, un dédié au Monthly Shonen et un, évidemment, dédié au Bessatsu Shonen. Je les publierais selon mon rythme bien à moi~. Mais je vais essayer de tout sortir avant la fin du mois de septembre.

Une couverture random du Weekly Shonen Magazine, avec Yamada-san and the Seven Witches en couverture
Une couverture random du Weekly Shonen Magazine, avec Yamada-san and the Seven Witches en couverture

Lire la suite

Moe Matsuri – Les otakus dans la place

Bon allez j’suis en vacances depuis deux semaines mais il est quand même temps que je m’y remette. Alors parlons d’une convention. Tiens. Allez. Ca faisait longtemps. Deux mois. Donc ok c’était ce week-end à Val d’Europe, la station de RER juste avant Disneyland, et ça s’appelait Moe Matsuri.

10620816_541280986017992_7547822648071365546_n

Bon « convention » est pas un terme très juste. C’était plus un « festival. » D’ailleurs le « Matsuri » de « Moe Matsuri » ça veut dire festival en japonais, comme de par hasard.

Comprenez que l’entrée était gratuite, en plein air, au milieu d’un endroit habituellement touristique, et que 90% des activités consistaient juste à rencontrer des stands d’artistes amateurs pour leur acheter des choses, en plus de voir 2/3 cosplays de ci de là.

Attendez, dis comme ça, vous vous demandez sans doute « eh mais c’est Harajuku en fait ? » Ah bah oui c’est carrément Harajuku. Harajuku qui a quand même lieu ce week-end dans l’habituel parc de Bercy. Faire deux événements identiques à une semaine d’intervalle, c’est osé, c’est sûr, mais je suis pas sûr que ça bénéficie à qui que ce soit. Enfin on va pas dire non à des événements légers et gratuits, c’est sûr.

Itasha Tony Taka / 20
Itasha Tony Taka / 20

Lire la suite

Marathon Hajime ce week-end ! – 24h de jeu vidéo pour Autisme Europe

Bientôt la fin du mois d’août ! La fin des vacances, de l’innocence ! Bon, tant pis, pour fêter ça je vous propose un marathon vidéo-ludique. Ca paraît bien ? Ok allons y.

 

Cliquez sur le gif pour accéder au site d'Hajime
Cliquez sur le gif pour accéder au site d’Hajime

C’est donc ce week-end, dans environ 24 heures, du samedi 15h jusqu’au dimanche soir que l’association Thalie organisera un marathon nommé Hajime. Très inspiré dans son fonctionnement de trucs que j’adore comme l’AGDQ, le Mario Marathon voire même le Désert Bus de l’Espoir, c’est un projet qu’on a lancé y’a pile poil un an avec une motivation totale. Car ce n’est pas qu’un simple marathon sur Twitch – c’est un marathon caritatif. En l’occurrence, tous les profits levés durant ce week-end seront versés à Autisme Europeune association européenne de soutien aux personnes autistes.

Pour vous encourager à donner, tous les dons et leurs commentaires seront lus sur le streaming et nombre d’entre eux peuvent influencer la manière dont les parties vont se dérouler grâce à un classique mais efficace système d’enchères. Par exemple vous pouvez mettre de l’argent dans la balance pour influencer quel Pokémon me servira de starter lors de ma partie de Pokémon Rouge Feu Randomisée.

Mais hop plus de détails via ce succulent communiqué de presse, passé du pdf au jpg avec pertes et fracas:

Hajime

Toutes les informations nécessaires sont disponibles sur le site de l’événement, c’est à dire hajime.forum-thalie.fr. Mais si je peux me permettre de mettre en avant certains créneaux histoire de vous donner envie: 

– Déjà, on aura quelques invités. A commencer par Lord GE2 (Passe le Stick, nombre d’émissions youtube de qualité) qui viendra présenter le samedi à 17h15 un speedrun de Super Contra, qu’il tâchera de terminer en moins de 30 minutes sans suer une goutte. Il y’aura ensuite Kocobe (Journal du Gamer, Passe le Stick) qui viendra faire du speedrun de Super Mario 64 le samedi à 18h, le genre de speedrun qu’on fait qu’en terminant le jeu avec moins de 16 étoiles.  Et le dimanche à 14h30 il y’aura Sanji (animateur emmérite de la Brigade SOS Francophone) pour du speedrun de Sonic Adventure 2, avec un objectif de moins d’une heure et demie. Il paraît qu’il y arrive en moins d’une heure, verra t-on un miracle apparaître, plus vite que la lumière ?

– Ceci était pour les runs speedruns des guests. Mais au sein de l’asso Thalie on a un peu de speedrun aussi ! Ley viendra présenter trois runs différentes: une de Megaman 2 le samedi à 16h15, ensuite il y’aura à 19h une bataille entre trois jeux: Crash Bandicoot, Crash Bandicoot 2 OU Crash Bandicoot 3. C’est vous qui choisirez quel jeu il fera. Quelque soit le jeu choisi, ça devrait être terminé en moins d’une heure en any%. Enfin, le samedi à 23h15 il présentera un jeu inattendu: Felix the Cat. Jeu de plates-formes assez méconnu avec le chat le plus célèbre du monde derrière Garfield et les chats bizarres de Shinsekai Yori.

– Mais il n’y aura pas que Ley pour le speedrun: Itsukushimu essaiera de profiter de la nuit pour terminer Mafia le plus rapidement possible, à partir du dimanche 0h30. Inutile de dire que Itsukushimu détient le World Record sur ce jeu et voudra le faire tomber, puisse les dieux être avec lui ! Tsuchi présentera à l’aube, le dimanche à partir de 6h15,  une run sur le jeu Game Boy Tiny Toons. Il y’aura ensuite Nefka le dimanche à 13h pour une run qui va être très rapide: Les Schtroumpfs sur NES en moins de 15mn ! Enfin, Jaerdoster le-futur-papa fera une run d’une heure sur Sonic Generations. Terminer tous les niveaux 3D le plus rapidement possible !

– Il y’aura également du multijoueur: d’ailleurs, le stream commencera sur un tournoi de Mario Kart 8. Le samedi soir à 21h ça sera un autre tournoi en l’occurence Smash Bros. Et là ça sera à nouveau à vous de choisir: ce tournoi, on le fait sur Melee ou Brawl ? Fox ou Metaknight ? Si vous aimez pas Nintendo, juste avant on se fera des parties sur J-Stars Victory Vs, un jeu de combat dans l’univers du Shonen Jump. Goku contre Naruto ! Ichigo contre Luffy ! Medaka contre Gou ! LES POSSIBILITÉS. Enfin, on terminera le stream « officiel » sur du Mario Party 5 et un défi total: est-ce que quelqu’un pourra vaincre l’invincible Concombre Masqué (mon comparse de LOLJAPON qui ne perd jamais à Mario Party)

– Ce n’est pas du speedrun mais pas du let’s play, on va dire que c’est du superplay: Kitsune essaiera le dimanche à midi de nous faire une partie de Tokyo Jungle qui durera le plus longtemps possible. Vous svaez, Tokyo Jungle c’est ce jeu PS3 ou on contrôle un petit animal dans un Tokyo détruit. Et le public pourra choisir quel défi: est-ce qu’elle jouera un herbivore ou un carnivore ? Deux gameplays très différents…

– Car oui il y’aura du let’s play. Des parties plus calmes, plus douces, plus détendues. Juste découvrir ou redécouvrir un jeu. Avec les feels que ça engendre. Ainsi Nemo nous fera redécouvrir le samedi à 15h45 l’authentique Crazy Taxi, jeu arcade par excellence. Si vous vous sentez sadique, le samedi à 22h30 vous pourrez choisir entre trois jeux Infogrames sortis sur Megadrive : Tintin au Tibet ? Spirou ? Les Schtroumpfs ? Spoiler alert: les trois sont chauds et injustes. Et ont fait pleurer des enfants. Et même des jeunes adultes. Et tant qu’on est chez Infogrames, vous saviez qu’ils ont sortis un jeu basé sur les Fous du Volant ? Yep ! Tsuchi nous montrera à quoi ressemblera le jeu – c’est dimanche à minuit. 

– De mon coté (c’est mon blog donc je me met en avant) je ferais donc trois runs, en plus de participations aux événements multi: déjà je participerais aux enchères Infogrames du samedi soir puisque si c’est Tintin au Tibet ou Spirou qui tombe, c’est moi qui m’y colle. Ensuite, tard dans la nuit le samedi à 5h du matin je ferais une run de Perfect Dark très particulière: le jeu est en Agent (la mode « facile ») mais les ennemis ont soudainement des LANCE ROQUETTES comme arme. Et ça change diamétralement le jeu. Vous allez me voir rager à mort (si vous êtes encore levé) pour le bonheur de tous. Mais, plus important, on va passer tout le dimanche matin, dès 7h, à faire du Pokémon. J’ai pris une rom de Pokémon Rouge Feu, je l’ai « randomisée », je l’ai apprise et là je vais tâcher de finir le jeu en moins de 5h. Advienne que pourra, mais vous pourrez influencer le choix du starter, son petit surnom ET le nom de l’Artikodin que je vais capturer en cours de route. Ensemble, nous irons jusqu’a la ligue qui, fort étrangement, est super dure. J’en dis pas plus, muhéhé.

tumblr_navlj7yKEY1qcsnnso2_r1_500
La mo ♪ ti ♪ va ♪ ti ♪ on ♫

 

Voilà je pense avoir tout présenté.

L’objectif est donc double: le premier, déjà, c’est de prendre plaisir à jouer à des jeux et vous faire donc prendre plaisir à nous regarder jouer à deux.  Le second c’est de le faire pour une grande cause. On vise une somme modeste, c’est à dire les 1000€, et on espère que vous serez au rendez-vous tout le long du week-end, histoire de vous changer les idées avant la rentrée !

Tous dans le Mangabus

Bienvenue dans le Mangabus ! Préparez vos snacks et vos boissons pour le voyage !
Bienvenue dans le Mangabus ! Préparez vos snacks et vos boissons pour le voyage !

 

Après avoir vécu 25 ans avec moi-même j’ai commencé à comprendre que je vivais par cycles. C’est à dire que je vais avoir une période ou je me bouffe des jeux vidéo par paquets de 30, puis j’en aurais marre et je materais des animes à la place, puis parfois y’a un cycle série télé qui s’intercale – plus rarement – ou alors ça sera le catch. C’est pas un mal mais disons que dans un « monde parfait » j’arriverais à dédier 33% de mon temps aux animes 33% aux JV et 33% aux autres trucs « culturels. » Dans la vraie vie c’est souvent 75% d’un truc, 15% de l’autre et 30% de glande sur Internet ou assis dans le canapé à regarder le plafond au lieu de faire le ménage. Comment ça le total est supérieur à 100%. Ma vie je la vis à 110%, c’est quoi le problème ?

 

Bon bref mon cycle actuel c’est les mangas. Que ça soit du manga acheté flambant neuf en librairie, du scan anglophone hébergé sur des sites douteux ou du manga acheté d’occasion en mode moyen flambant neuf, j’en consomme une tripotée en ce moment. Du coup voilà l’article ou je fais un peu le résumé de tout ce que je lis/suis en ce moment, ou j’en suis, comment ça va et ce que j’en pense. Avec un peu de présentation du pitch et du scénario pour éventuellement vous donner envie. Et bon je sais que ça vous fait mal et moi aussi mais je compte pas les hentai que je lis. Surtout qu’en plus je sais pas trop pour vous mais ça fait bien un bon trimestre que je suis pas tombé sur un H-manga qui valait vraiment le coup. Ouin ouin snif snif fap fap quand même.

Bref.

Commençons.

 

Bleach

Mangabus01

Ou j’en suis: Chapitre 592 (sur l’Internet) / Tome 59 (en France)

Scénario: A la base c’était un adolescent qui pouvait voir les fantômes et qui soudainement chope des pouvoirs pour tuer les méchants fantômes mais depuis on a un peu oublié ce postulat et c’est juste des shinigamis badass qui défoncent des menaces diverses et variées, sous l’oeil coquin d’un Aizen qui a tout prévu.

Ce que j’en pense: J’adore Bleach, même si j’avais un peu ragé dessus y’a 4 ans. C’est l’effet « premier shônen » j’imagine. Certains ont commencés les mangas avec Naruto et continuent de suivre Naruto par nostalgie et attachement. D’autre ont cet effet avec One Piece. D’autres l’ont eus avec Dragon Ball. Bon. Moi mon premier shonen fleuve c’était Bleach. C’était cet été de 2006, peu avant que j’aille à ma première Japan Expo, ha, grand moment. Bon ok j’étais à fond dans Saint Seiya avant ça mais c’était pas pareil, Saint Seiya c’est pas un shonen fleuve y’a que 6 tomes dans toute la série (étrangement numérotés de 8 à 13.)

Bon bref.

Bleach a entamé son « arc final » depuis prêt de deux ans et demi. Je retiens la date parce que « deux ans » est à peu près le décalage entre la parution japonaise et la parution du tome en France. En deux ans un enfant apprend à marcher, à parler et à faire pipi sans en foutre partout ! Après je rigole mais ce décalage de deux ans est toujours intéressant parce que du coup tous les deux mois je relis ce que je « découvrais » y’a deux ans avec le format hebdomadaire et, souvent, je bénéficie du bonus de savoir ce qui va se passer après. Sans compter que, mine de rien, un shonen est bien plus digeste en format « tome » ou tu te fais 10 chapitres en 20mn qu’en format « chapitre à la semaine » ou tu attends une semaine pour fatalement pas grand chose à chaque fois. Ca dilue l’expérience. Mais en même temps les cliffhangers sont plus intenses. Bref, deux expériences différentes.

Enfin bon tout ça on s’en fout on veut mon avis. Ok. J’adore cet arc final. Pour moi Tite Kubo en a juste plus rien à branler et se lâche sans se soucier du lendemain. Et c’est étrangement…  ultra kiffant. Tout y est ultra abusé: les développements finaux des personnages, les bastons qui commencent à invoquer des pouvoirs absolument craqués, les cliffhangers se prennent  plus aux sérieux, y’a du fanservice ici ou là et Ichigo est devenu Dieu sur Terre et il en a rien à foutre. Chaque semaine c’est juste bonnard et c’est finalement tout ce que je demande à ce bordel. Y’a finalement aucun développement qui me déçoit particulièrement et le seul truc que Kubo pourrait oublier de dévoiler qui me foutrait la rage c’est le foutu bankai d’Urahara. J’ai donc pas à me plaindre et je suis heureux de voir que Bleach est redevenu le paradis des bastons craquées et des personnages abusés qu’il était à son heure de gloire.

(Fun fact: relire tout l’arc des Fullbringers d’un seul coup me l’a fait aimer parce que finalement il a plein de petites qualités que j’avais tilté à la première lecture. C’est chaud.)

 

Shigatsu wa Kimi no Uso

Mangabus02

Ou j’en suis: Chapitre 14 (Pas dispo en France)

Scénario: Un shonen… DE MUSIQUE CLASSIQUE.  Le héros était un pianiste prodige durant son enfance mais la mort de sa mère l’a fait arrêter la pratique de son instrument. Désormais adolescent sans repères ni envie, il fait la rencontre d’une jeune violoniste talentueuse qui le remet sur les rails. Arrivent ensuite des tournois de piano et de violon.

Ce que j’en pense: « Prix Kodansha du meilleur shonen 2013. » Je cherchais un truc à lire, j’y suis allé au pif juste en sachant que c’était un lauréat d’un prix plutôt crédible et… C’est une bonne surprise. Enfin « surprise » est difficile à caser dans ce contexte parce que c’est comme aller voir la Palme d’Or et se surprendre à trouver ça bien même si ok Fahrenheit 911 était un peu nullos et ok mauvais exemple.

Enfin bref ce qu’il faut savoir c’est que c’est un shonen finalement assez profond ! Ca parle clairement de dépression et de syndrome de la page blanche dès le premier chapitre et c’est pas toujours ultra joyeux. C’est pas malaise as fuck non plus donc ça va mais eh je pensais lire un pur shonen de musique classique et j’ai donc été surpris de voir que ça parlait pas que de musique classique avec des héros courageux et plein de volonté. D’un coté c’est chez le même éditeur que Koe no Katachi donc… ?

En attendant c’est vraiment bien. C’est très beau, les passages de musique classique sont magnifiquement illustré, c’est bien rythmé, les développements sont rapides et bien faits, les thématiques intéressantes et ça reste malgré tout intense et divertissant. C’est une bonne pioche. Mon conseil néanmoins: attendez la version animée qui débarquera cet automne. Parce que le seul GROS défaut du manga c’est qu’il nécessite une bonne culture en musique classique: beaucoup de scènes reposent sur l’idée que vous savez EXACTEMENT quelle chanson ils sont en train d’interpréter. Comme le papier peut pas vous jouer la musique, l’animé devrait mieux y arriver…

(Enfin après vous mettez Youtube ou Spotify prêt de vous et vous lancez les musiques quand elles sont citées et ça devrait passer, après tout.)

Lire la suite

Haikyuu!! – Manga de haute volley

Cherchez pas, c’est le titre le plus naze que le blog proposera cette année.

Y’a quand même pas mal de trucs sympas dans le Shonen Jump en ce moment. J’oserais, je dirais que le magazine est en train de solidement préparer la fin de deux de ses shonens phares – Naruto et Bleach – et parvient discrètement à faire monter la sauce autour de quelques unes de ses séries phares. Assassination Classroom est un succès presque sorti de nulle part et Kuroko’s Basketball était, en 2013, le second manga du Jump le plus vendu derrière un One Piece toujours autant intouchable, malgré les maladies de son auteur.  Il y’a longtemps eu dans le magazine cette période de doutes ou on sentait que les éditeurs cherchaient un successeur sans jamais vraiment réussir à mettre la main dessus. Des trucs comme Beelzebub ou Toriko y’a quelques années, des expérimentations comme Medaka Box… 

Ah, Medaka Box <3
Ah, Medaka Box <3

En vrai les deux trucs qui me surprennent, finalement, c’est qu’on a ENFIN une comédie romantique qui tient plus de vingt chapitres (Nisekoi, mon plaisir coupable 2014, cherchez pas) et c’est, surtout, dans le sillage de Kuroko’s Basketball une montée en puissance du shonen « compétitif. » Fini les grandes aventures du bien contre du mal, fini les bastons de cent chapitres ou le héros protège la veuve et l’orphelin, fini l’aventure tout autour du monde , la mode du Jump d’aujourd’hui c’est les tournois, la compétition et la volonté de devenir le numéro 1 de sa spécialité. Prenez Shokugeki no Sôma (qui sortira en France chez Tonkam sous le -très médiocre- nom Food Wars) qui est un shonen de CUISINE. Mais pas comme Toriko ! Plus comme Master Chef: le héros est un lycéen qui entre dans une académie dédiée à la bouffe, ou les profs et les juges sont sans pitié, et ou des tournois et des combats de qui fera le meilleur plat sur un thème bien précis est le quotidien. Constat ? C’est génial ! Les personnages sont bons, les dessins sont fantastiques (dessiné par tosh, un ancien hentai-mangaka), y’a des tas d’idées et c’est un manga qui fout grave la dalle.

Mais mis en avant ces derniers temps c’est un autre manga, qui surfe à fond sur cette vague de passion pour le sport collectif hautement compétitif: Haikyuu!!. Je m’en suis fait une centaine de chapitres en moins d’une semaine et y’a beaucoup d’éloges à en faire.

Haikyuu03

Lire la suite

365 jours de JV ~ 2013/2014

Vous connaissez le truc parce que cet article est le sixième de ce modèle: on est fin juillet / début août donc voici l’édition annuelle de mon bilan annuel vidéoludique. Le concept est simple si c’est la première fois que vous matez ça (sinon allez voir la page Bilans annuels du blog): je prends les douze mois de l’année et à chaque fois j’attribue un jeu auquel je jouais durant ce mois-ci. Un qui m’a particulièrement marqué ou qui, ça peut arriver, était un peu le seul truc auquel je jouais dans cette période là.

C’est parti ♪.

 

Août 2013

Spec Ops: The Line

JV01

 

J’ai écrit dessus y’a à peine un mois pour l’article des sept ans de Néant Vert. Je vais laisser parler ma flemme, j’en ai honte, mais bon le paragraphe que j’aurais fait aujourd’hui aurait été guère différent donc hop, copier/coller:

« Bon ça fait deux ans que le jeu est sorti alors plus grand monde ne le découvre j’ai l’impression mais oui pour ceux qui savent pas c’est un jeu qui se présente comme un TPS ou faut tout faire péter et libérer le monde grâce  à l’Amérique MAIS EN FAIT NON PAS DU TOUT on se rend compte que la situation est moralement ambigue, que notre personnage est peut-être en train de devenir sacrément cinglé et que les choses que le jeu nous ordonne de faire sont pas spécialement susceptibles d’être récompensées par un Prix Nobel de la Paix.  On a plus de chances de finir à la Haye, même, en fait.

Bon après je serais pas aussi dithyrambique que beaucoup parce que le jeu cherche à faire passer de manière parfois un peu trop bourrine des messages qui mériterait un peu plus de… subtilité ? Mais dans l’ensemble ça va, c’est pas non plus écrit comme à la maternelle, quoi. C’est assez intense, j’ai eu du mal à lâcher la manette et j’ai été assez surpris de l’ensemble. Bref, c’est une expérience en plus pas spécialement très longue donc ça vaut le coup de le faire, quoi. »

 Article dédié

Septembre 2013

Grand Theft Auto V

JV02

Je l’ai évidemment longuement attendu car, croyez le ou non, je suis un grand fan de la saga GTA depuis le troisième épisode sur PS2. Et je sais pas si c’est parce que j’ai passé ces trois dernières années à jouer à des open worlds pourri genre Prototype, The Saboteur ou Just Cause 2 mais vraiment GTA V m’a méga fait du bien car putain, enfin un monde ouvert conçu avec un minimum de sens et d’effort. Car au délà du scénario (un peu décevant – le casse final manque d’envergure), le jeu est surtout extrêmement plaisant à jouer et parvient à cumuler un monde de taille plus qu’honorable avec un contenu riche et plutôt varié. Même si, ok, parfois ça trolle sévère de la part de Rockstar, qui ne veut pas que tu prennes trop de plaisir à titiller les 100%.

Mais dans l’ensemble il cumule les bonnes idées bien exécutées, se montre passionnant à jouer et même si j’y ai pas retouché depuis novembre malgré un GTA Online plein de promesses, c’est bien parce que je sais que je pourrais passer mon temps qu’a ça et que, well, j’ai d’autres jeux à faire. GTA IV avait été une petite déception pour le fan de San Andreas que je suis et GTA V me permet d’être plus serein même si le Los Santos des années 2010 est tout de même moins séduisant que celui des années 90. Mais bon, dans tous les cas, on veut le retour de Vice City :(.

Lire la suite

Prix Minorin de l’animation japonaise: pourquoi comment c’est à dire ?

Hop un petit bilan écrit pour parler de mon expérience d’organisateur des prix Minorin. Ca m’a bouffé tout mon temps libre la semaine dernière donc on va dire que c’est l’occasion révée pour mettre un clou dans le cercueil. Et aussi parler de l’avenir du concept, de ce que je visualise et de me projeter à 2015.

 

Kushieda Minori par Zekkyou
Kushieda Minori par Zekkyou

 

C’est quoi les prix Minorin d’abord

Très bonne question ! Donc à la base Minorin c’est un blog « participatif » ou n’importe qui peut devenir auteur et rédiger des chroniques/critiques d’épisodes d’anime. Je l’ai fondé en février 2013 et aujourd’hui on pointe à presque 400 articles, avec une trentaine d’auteurs (certains réguliers, d’autres pour un seul article) et malgré un débit irrégulier (beaucoup le premier mois d’une nouvelle saison, plus calme les deux mois qui suivent.)

Fin mars 2013 sont organisés les Prix Minorin 2012 ou les participants au blog ainsi qu’une poignée d’invités sont invités à voter pour le meilleur et le pire de l’animation japonaise de 2012. En tout il y’a seize catégories, le vote s’organise, les résultats sont publiés au rythme de quatre catégories par jour toute une semaine et ça trouve un léger succès.

Bref voilà les Prix Minorin: une célébration ou une quasi vingtaine de votants élisent une vingtaine de lauréats pour une vingtaine de prix, allant du meilleur générique d’ouverture au meilleur anime de l’année en passant par le meilleur studio, le pire personnage féminin etc etc.

Les règles sont simples: les prétendants ne peuvent être que des séries d’animation japonaise commencées à être diffusées à la télévision entre le 1er janvier et le 31 décembre de l’année concernée.

Donc était publié sur Internet la semaine dernière les résultats des Prix Minorin pour l’année 2013.  Mais derrière ça y’a une longue histoire.

Minorin02

Lire la suite