Japanantes – Recovery, Guard Cancel et Perfect

Japanantes01.jpg

Dans quelques jours je sortirais la version 2011/2012 de l’habituelle carte des conventions en France et cette année, de manière intéressante, Nantes sera plutôt bien représentée: il y’a à peine un mois et demi c’était Art to Play qui se voulait être une grosse convention pro brassant des dizaines de milliers de spectateurs et qui n’en a final pas rameuté tant que ça tout en faisant preuve d’une certaine maladresse. Et donc à peine plus tard, seconde convention nantaise avec JapaNantes, organisé par des élèves de l’école Polytech dans les locaux de l’école pour une convention fort agréable et fort charmante, avec beaucoup d’envie et de passion, et une organisation en béton. En tout 2200 visiteurs, ce qui est quand même pas trop mal.

Japanantes03.jpg

Mais bon, allez, pour le principe, faisons le tour de tout et dans un élan analytico-critique, essayons d’en détacher les points positifs et les points négatifs.

Bon tout d’abord, j’ai eu l’opportunité à deux/trois reprises de rencontrer les organisateurs de la convention avant que celle-ci ne se déroule. Ceux-ci sont des élèves de l’école mais surtout avant tout des gens qui semblent eux aussi plutôt kiffer les conventions, avec pour deux ou trois d’entre eux Epitanime comme référence principale. Et il faut quand même admettre que se dire « faisons nous aussi dans notre école une convention » en prenant Epitanime comme modèle n’est pas forcément une mauvaise idée, surtout quand on a un comité d’organisation assez soudé et motivé. Du coup la première chose qui tue dans JapaNantes c’est le contenu. Il y’a BEAUCOUP de trucs différents dans la convention, et on a l’impression que les organisateurs se sont échinés à faire une grille de bingo des « trucs qu’il y’a en convention » en partant du principe que tant qu’ils auront pas complétés la grille, ils ne pourront pas dormir tranquille. Du coup on avait des stands pro, des fanzines, des concerts, du cosplay, des tournois de jv, du retro-gaming, des asso de jeux & activités, du jeu de rôle, du karaoké, du DDR, des origamis, un espace dessin, un espace massage, des conférences, des projections, de la bouffe, une émission radio en live et même une salle Touhou un peu planquée ! Certes, on avait pas un vrai gros invité super attractif (je n’ai rien contre le joueur de go de niveau mondial mais j’imagine que ça avait du mal à capter l’attention de qui que ce soit n’ayant jamais touché à une table de go de sa vie) mais franchement on en était au point où rienàfout.

Japanantes02.jpg

Ce contenu assez fou, Japanantes ne l’a pas eu par hasard: après tout ils se sont juste contentés de profiter de l’immense milieu associatif nantais qui à lui seul permet déjà de composer une conv solide sans avoir à chercher trop loin. Que ça soit No Xice, Wazabi, NNO, les asso de jdr nantaises, une asso de go vendéenne (si mes souvenirs sont bons), la communauté nantaise férue de jeu de baston et mêmes la Brigade SOS et Thalie qui sont un peu nantaises au fond (leurs deux présidents sont dans le même appart après tout.) Au final ça crée vraiment un décalage avec Art to Play dont un de mes reproches était justement le fait que, bah, ça faisait très convention purement parisienne mais à Nantes. Ici, on a vraiment un truc « personnalisé », avec des gens et la communauté « du coin », ce qui est tout de suite différent et beaucoup plus appréciable.

A coté de ça la convention a essayé du mieux qu’elle pouvait de se servir de ses locaux. On y circulait effectivement bien mieux que dans les locaux d’Epita mais de l’autre côté il y’avait un léger problème de dilapidation. L’école est un peu labyrinthique de base mais ça on s’y fait vite, mais le vrai problème c’est surtout que les salles sont au final plutôt éloignées les unes des autres. Mais ça la faute n’est pas à l’organisation, c’est plus les locaux en eux-même. Se servir du gymnase pour mettre la scène est en soit la meilleure idée possible: le bruit de la scène ne pollue pas le reste de la convention mais de l’autre côté, la scène finit un peu en retrait. Et si ça marche à Japan Expo parce que le programme de la scène est super bandant, à Japanantes ça marche moins bien parce que a part le concours cosplay, la scène n’avait pas grand chose d’attractif. Et comme y’avait pas de chaises devant la scène bah du coup conséquence logique, c’était quasi vide de public un peu tout le temps. Et je peux vous dire qu’organiser un jeu de Thalie sans public pour le regarder, dans un gymnase vide, c’est un peu la grande tristesse.. et un peu le contraire de notre jeu sur scène à Japan Expo, pour le coup. Mais eh ! Pas grave !

Japanantes05.jpg

On peut également signaler une gestion un peu naïve des amphithéâtres, peut-être: le grand amphithéâtre principal servait pour les projections et les conférences et était toujours vide, quoi qu’il se passe à l’intérieur. Tandis que l’amphi 2, plus petit et plus planqué, était bien mieux rempli mais, du coup, un peu moins accessible. Enfin, mentions spéciales à la salle de massage et la salle Touhou, vraiment planquées au fond. Mais bon, après comme j’ai dit, difficile d’optimiser mieux que ça la gestion des locaux et pour ces points négatifs on en a des positifs: l’endroit est vraiment joli, vraiment lumineux, on se marche rarement dessus et au final une fois qu’on connaît bien l’endroit, on va plutôt vite d’un endroit à l’autre.

Après, oui, l’autre petit souci c’est que comme du coup y’avait 4000 salles avec 4000 trucs, tout le public semblait un peu « dilapidé » – disons qu’on avait jamais l’impression qu’il y’avait du monde dans cette convention. Pourtant le samedi soir les organisateurs nous ont avoués avoir dépassés leurs objectifs de fréquentation pour le week end en une seule journée. Au final on est à 2200 visiteurs (sans compter la centaine de staffeurs ?) et c’est pas mal. Mais en tout cas ça prouve qu’il y’a clairement la place pour plus de gens et que Japanantes peut se permettre de vouloir être un peu plus ambitieux niveau com’ (qui était, faut l’avouer, assez maigre malgré tout) pour l’an prochain. Dans tous les cas, ça donnait à la conv parfois un sentiment de vide alors que, bon, eh, hein, y’avait des gens.

Niveau stand pro c’était donc, aussi, pas mal de gens du coin. A commencer par un des meilleurs stands de l’histoire du monde: le stand des gens de chez Black Bones qui faisait sur leur stand les mêmes prix que leurs soldes actuelles sur Internet. Je suis reparti avec l’intégrale des deux coffrets collectors de Genshiken pour une quinzaine d’euros, on pouvait choper des films – Gundam, Interstella 555- à environ 5€, des intégrales à des prix faramineux (les deux saisons de Druaga à 20€, les 26 épisodes d’Ouran Host Club à peu près au même prix) etc etc. Les types vivant prêt de Saint Nazaire, on comprend pourquoi ils ont choisis cette conv et pourquoi ils font des prix aussi brutaux. Et pour avoir papoté un peu avec eux, ils semblent vraiment à fond sur cette convention.
Je note aussi la bonne place des amateurs qui semblaient bien représentés /o/.

Japanantes06.jpg

Niveau jeu vidéo, c’était BONNARD. La salle jeu vidéo possédait une quantité ahurissante de consoles (dont une Virtual Boy) et de jeux multijoueurs de tous les âges – dont du Point Blank 3, du Goldeneye ou bien du Wario Ware Smooth Moves. L’ambiance était bonne, la salle assez grande pour être à l’aise et on avait en permanence des tournois de jeu de baston pour l’ambiance. Sur ce point là, Japanantes aura été ma première expérience de matage et de participation à un tournoi de jeu de baston ! Je me suis surpris à trouver les matchs de tournoi Street Fighter IV super passionnants (même si tout le monde prend Ryu 🙁 ) et j’ai profité du harcélement des mecs de chez NNO pour m’inscrire à un tournoi Arcana Heart 3. j’avais un peu joué au jeu sur 360 donc je pensais partir avec un PETIT avantage, au final je me retrouve à jouer au stick sur une version PS3. Oh. Pas d’espoir mais au final je perds dignement en quarts de finale contre une fille qui martelait son stick et qui me bat en spammant son attaque de tir de glace dans le 3e round alors qu’il lui restait 2 PV. Eh ça va, c’est cool sachant qu’au premier round je me suis pris un perfect. Bon, bref, je reviendrais encore plus puissant.

Bref, on pouvait limite passer la journée dans la salle jv avec ses potes et celle-ci n’avait pas à rougir par rapport à la salle jv déjà exceptionnelle d’une Epitanime. Bref, c’est top c’est cool c’est bien.

Japanantes07.jpg

Une salle qui par contre m’a plutôt surprise et même un peu effrayée au finale, c’est la salle karaoké qui a peut-être été ma seule déception de la convention. Déjà parce qu’au final le contenu de la base de données était un peu maigre (environ 400 times pour 200 séries en tout et pour tout, dont on fait étonnamment vite le tour) et du coup les organisateurs compensaient avec un total esprit doujin, c’est à dire en allant sur Internet, sur youtube et en passant l’opening sans time ni rien, juste la version stream Youtube. Donc bref, priez pour votre titre soit dans la liste sinon vous aviez perdu. A coté de cela, vous aviez obligation de chanter votre karaoké demandé au micro (et-je-déteste-ça.) Enfin, rajoutez à cela le fait qu’il faisait putain de chaud dans la salle et au final ça devenait une expérience assez désagréable. Bon j’ai pu chanter un générique qui me rend nostalgique mais j’y ai pas remis les pieds plus longtemps, ce qui est un peu triste. Enfin bon au moins grâce à ça j’ai évité de faire l’erreur habituelle qui est celle de passer toute sa convention en salle karaoké !

Japanantes04.jpg

Sur d’autres points: la salle jeu de rôle nécessitait des inscriptions à l’avance et du coup j’ai pu rien faire vu qu’aucun créneau du planning correspondait à un créneau ou j’étais moi même libre donc j’étais triste… mais y’avait du monde aux tables ! La salle dessin était pareille, un peu bondée tout le temps tandis que la salle « apprenez le japonais » était elle tristement vide… et je parle pas de la salle Touhou qui me donnait envie de lâcher une larme pour son gérant et ses quatre ordinateurs vides. Mais eh faut dire que la série est pas très bien intégrée chez les otakus nantais (au contraire de Vocaloid), qu’au final la salle manquait d’informations (par exemple y’avait pas de papier pour expliquer les touches ou même comment choisir un truc dans le menu), et comme c’était dans une salle planquée, évidemment ce n’était clairement pas attractif. L’initiative est bonne néanmoins, et là aussi ressemblait un peu à la salle doujin d’Epitanime… mais un peu maladroite dans son exécution.

Japanantes08.jpg
Que dire d’autre ? Au niveau de la cafétaria, grande tristesse quand tu arrives le dimanche à 14h pour déjeuner et qu’il n’y a plus rien parce que les stocks ont été sous-estimés. Victime du succès ! De notre côté pour les activités, le public a répondu présent mais force est de constater qu’on était pas prêt mentalement pour le public nantais, et qu’on lui a offert un blind test que si le lecteur moyen de ce blog devrait sodomiser avec la manière, se révélait être un vrai défi pour eux (ne pas trouver du K-On mes bonnes gens, c’est triste) mais eh, là aussi, ça fait apprendre. Globalement c’est vrai que faire des activités dans un grand amphi, bah c’est cool parce que là franchement techniquement c’est impec… et ça fait attendre avec impatience de remettre ça dans l’amphi d’Epitanime, par exemple. Et grand moment du samedi: la projection de l’AMV Enfer à un public nantais qui découvrait la chose, et qui semble avoir aimé !

Au final que peut-on dire sur Japanantes 2012 qui sera vraisemblablement suivie d’une seconde édition dans l’année prochaine ? Et bah que du bien ! Alors on peut regretter des trucs en soi: le fait qu’au final ça se trouve dans un coin un peu paumé en transport (accessible que par un bus qui ne passe que toutes les demi-heures voire heures) ou que ça soit très très très proche d’Art to Play. Idéalement, ça serait bien que Japanantes se déroule en mars/avril l’an prochain: déjà parce que l’endroit offrant une luminosité quasi parfaite et parce que le hall étant dans une serre, ça ne ferait qu’améliorer le cadre et ensuite parce qu’ils pourraient envisager d’utiliser l’extérieur qui n’attend que ça. Mais à part ces deux défauts, qui sont au final assez inévitables, rien de vraiment terrifiant ni de honteux. Les petits défauts de cette première édition sont soit facilement corrigeables soit immovibles, et si les organisateurs de l’an prochain restent aussi motivés et bénéficient à leur tour d’un staff compétent (ce qui devrait être le cas étant donné que le staff sont des élèves de Polytech) la seconde édition sera vraiment fantastique. Bref, c’était très bien.

Japanantes09.jpg

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

13 réflexions au sujet de « Japanantes – Recovery, Guard Cancel et Perfect »

  1. Je suis parfaitement d’accord avec l’ensemble. Un lieu difficilement trouvable, une salle Touhou pas du tout mise en évidence, mais une organisation et des stands épiques. Et puis les activités proposées à l’amphi 2 étaient très cools, même si c’est vrai que du coup ça donnait envie d’y rester et de pas forcément aller voir ailleurs.
    Même constat sur la salle de jeux vidéo : Beaucoup de trucs inattendus (quand je suis entré dans cette salle un mec jouait Phoenix Wright sur Ultimate Marvel VS Capcom 3, ça fait toujours chaud au coeur), un Visual Boy et pas mal de choses finalement.

    Le stand Black Box était épique aussi, avec ses promos encore plus énormes que ce que fait le magasin qui leur est affilié chez moi (à Saint-Nazaire justement). Par contre j’ai pas vu la salle karaoké, et vu ce que tu en dis j’ai pas loupé grand chose, mais bon, c’est aussi vrai que l’aspect « on cherche sur Youtube » est très appréciable.

    J’attends également une seconde édition.

  2. Pour la salle massage, ils se sont rendu compte qu’elle était pas très bien placée car le dimanche elle a été déplacée en face du jdr si je ne m’abuse.

  3. Utiliser l’extérieur pourrait être génial, mais je pense que la date était savamment posée en fonction de leur agenda annuel et autres examens, et puis il n’y a jamais de conventions en Janvier, donc c’est plutôt chouette de taper dans un mois sous-exploité. (au plus près, Paris Manga mais eh, caca Paris Manga)

  4. Je pense qu’un grand panneau pour indiqué la scène l’année prochaine ne sera pas du luxe! Si non globalement mon avis se raccorde sur le tien. La salle de touhou manque effectivement d’explication si je n’avais pas connus les jeux je ne me serais probablement jamais assise devant le pc. Et puis passer 3min juste pour trouver les touche … Bref je pense que pour une première on aurait pu s’attendre à bien pire.

    Par contre la faire en Mars je suis contre il y a souvent la soirée Wazabi à cette période(le 23 cette année).

  5.  » Bon j’ai pu chanter un générique qui me rend nostalgique mais j’y ai pas remis les pieds plus longtemps, ce qui est un peu triste. »
    De rien, au moins ça n’aura pas servi à rien.

    On leur a donné 380 karaokés, c’est pas grand chose, mais on n’est pas nombreux, malgré notre liste (grosso modo 2x plus grosse) on a préféré n’envoyer que ce qu’était checké, je sais pas si c’était le bon choix, mais dans tous les cas y’en aura plus la prochaine fois.

    Sinon, des retours sur la police de kara ?

    Après si y’en a qui sont intéressés pour une base publique commune pour toutes les assos/convs/whoever (qui font l’effort de s’adapter à notre style ou de le modifier elles-mêmes), on prend les volontaires, allez me trouver ou trouver Kanapey par exemple.

  6. Ouais du coup j’ai été surpris de voir que la moitié de ce qui était sur la liste de la Boitatyme que j’avais maté vendredi après-midi, mais du coup c’est logique. Par contre, comme Kanapey a du vous le faire remonter, ils avaient marqués « merci aux teams de fansubs » sur la feuille imprimée haha.

    Et la police est bien, pas de souci à priori. Jusqu’a ce que tu me le fasses remarques, je pensais que c’était la même que BulleJapon haha.

  7. >Bah disons que c’est la marche au-dessus du simple amateur d’animé japonais. C’est la meilleure porte d’entrée dans la culture otak proprement dite.
    Bof. Non.

    Sinon Amo, tu vends bien ton truc, ça donne presque envie d’y aller.(Enfin bon, ce n’est pas demain la veille que je pourrai aller à une conv’)

    Sinon question subsidiaire : pourquoi il me semble que le milieu associatif Nantais me paraît important ?

  8. J’ai été a Japanantes les deux jours, et je suis d’accord avec toutes les remarques faites ici 🙂
    Le karaoké/sauna, les quelques salles pommées, l’amphi désert… mais quand même beaucoup de bon points en contrepartie.

    Et pour répondre, @retarded_fly, Nantes est jumelée avec une ville Japonaise, et du coup il y a beaucoup d’échanges, pas mal d’association sur le Japon. Ensuite pour le milieu associatif en lui même, j’en sais rien.

N'hésitez pas à commenter l'article~