Archives de
Étiquette : gta 4

La saga GTA et son apport intellectuel sur ma personne

La saga GTA et son apport intellectuel sur ma personne

Encore un article jeu vidéo ? Décidement… Mais oui je vis une petite phase de mise de coté de l’animation japonaise pour me rappeller aux souvenirs de mon premier amour, le jeu vidéo. Et comme ces derniers temps, j’étais pas mal sur les jeux de la saga GTA, il est temps de refaire un petit historique de la saga, de manière subjective et personnelle, comme j’ai pu le faire avec Sonic le HérissonPokémon. Histoire de revenir sur chaque volet de la saga que j’ai pu faire, et dire ce que j’en pense, de la manière la plus subjectivo-égocentrique. De base, j’ai par contre touché à aucun volet « portable » (les Liberty City / Vice City stories, GTA Advance, Chinatown Wars) mais ça sera une erreur que je réparerai peut-être un jour, surtout vu la kilotonne de GTA qu’on trouve en occaze dans n’importe quel Cash Converters.

GRAND THEFT AUTO

Ah, l'époque où Rockstar North s'appellait DMA Design
Wow, avec mon frère on a passé toute une partie de l’été 2001 dessus… où étais-ce l’été 2002 ? Bon je sais plus, reste que c’était très logiquement mon premier GTA… et que je le faisais après avoir passé deux ans sur Driver. Bon vous voyez un peu le problème, potentiellement. Je vais pas nier que j’étais un poil dérangé par le jeu en lui-même. Pas tellement à cause de la violence… bon si un peu à cause de la violence quand même… mais plus par l’ensemble. Le coté « vue de dessus » un peu moche, pas super jouable, qui te faisait percuter nombre de voitures qui apparaissaient au dernier moment, une difficulté ahurissante, le cul coincé entre un vieux game système a base de vies et de continues et un système plus moderne, ces ordres que te filait des espèces de lèvres en pixels pas super rassurantes…

Alors y’a les bases, y’avait les radios, la musique, les trois villes emblématiques… Mais c’est un peu tout. J’ai vraiment vite lâché le jeu, préférant aller jouer à Caesar IV et son conseiller qui se plaint du manque de main d’oeuvre pendant tout le reste du mois d’août. Parce que retourner sur un jeu hardcore avec des armes qui servent à rien vu que tu touches jamais personne, ugh non merci.

Lire le billet.

Grand Theft Auto IV.

Grand Theft Auto IV.

Si il y’a bien un jeu qui a déclenché récemment un tonnerre de bonnes critiques et de notes parfaites sur son chemin, c’est bien le très attendu GTA IV. Sorti fin avril, et l’ayant terminé il y’a maintenant deux semaines, je reviens donc sur ce jeu qui, si il mérite beaucoup son succès, comporte quand même un grand nombre de points sombres et de défauts qui ne sont que peu négligeables, compte tenu d’une nouvelle génération… Et qui apparaissent surtout sur la durée, chose que les journalistes de jeu vidéo et critiques professionnels ne peuvent connaître.

GTA IV et un monsieur qui se fait arrêter

La version testée est la version PS3. Cette critique contient peu de spoiler.

Vite fait: je prévois un truc pour la Japan. J’en reparlerais. Mais si je me débine pas, vous me raterez pas.

Lire le billet.

Premiers pas à Liberty City…

Premiers pas à Liberty City…

Welcome back bitches ! C’est la première phrase parlée du jeu. Ayé, on est de retour dans l’univers de GTA. On se sent comme chez soi du coup. On sort tout frais venu du bateau, arrivant à Liberty City, dans la peau d’un immigré serbe au passé peu joyeux, et convaincu que son cousin mène la grande vie en Amérique, ayant vécu le rêve américain a plein poumoins. Sauf que ce n’est pas aussi joyeux que prévu. Le cousin avait Lire le billet.