Les joies d’une nuit blanche.

Les joies d’une nuit blanche.

Ne faites pas ça chez vous. Une nuit blanche c’est hardcore, surtout quand on se l’impose pour des motifs futiles -genre vouloir reprendre un rythme de sommeil normal à l’approche d’un lever à 6h du matin un certain vendredi matin-. Mais d’un côté, qu’est-ce qu’on peut bien faire pendant ce genre de nuit, sur un pc, sur une console ? Tandis que mon dernier contact très proche d’MSN se déconnecta vers les 4h00 (^X^), il me restais encore plus d’heures à user, et surtout la matinée…

… Et une matinée post-nuit blanche c’est un peu comme se mutiler les oreilles et les yeux avec une plume. C’est une expérience à chaque fois fort divertissante quand, vers 9h, souvent, les yeux veulent se fermer, veulent commander sur le reste du corps, comme ça, hop, pour le fun.

Et bon, on tente de rester éveillé, alors on fait quoi ? On joue ! Grossière erreur. Evidemment, je n’y suis pas allé du dos de la main morte, j’ai pris le premier jeu qui me demandait pas de trop réfléchir. Oui j’avoue, j’ai joué toute la matinée à Formula One 2005. Horrible. Vraiment horrible. Car le plus amusant, dans une matinée post-nuit blanche c’est qu’on sait plus trop des tas de choses classiques comme par exemple la date. Et surtout, on a mal partout. Enfin moi perso c’est toujours pareil, je me tape une putain de remontée gastrique à faire passer le mélange mentos coca pour un papillon d’été (cherchez pas le sens de cette métaphore, j’ai toujours révé de la faire.)

Bien, donc, en plus de se taper un mal de bide, un mal de crâne, des yeux qui se barrent dans tous les sens, une reflexion limitée, j’avais le pouce démoli à cause de Formula One 2005. Ah si vous ne connaissez pas ce jeu, quelle chance pour votre pouce ! Car ce jeu, pour pouvoir être joué à fond, est analogique à mort. Et donc, pour accélerer à donf (ce qui est un poil nécessaire quand on conduit une F1) il faut enfoncer à mort le bouton X. Et evidemment au bout d’un tel traitement, c’est clair et net: un trou s’esquisse dans le pouce, ce qui est glauque et tout. Je vous passerais le fait que ce jeu est extrêmement mal foutu, que je bloque chez Minardi en mode Carrière et que, bordel de merdre, Monaco est vraiment un circuit de merde dans ce jeu où les voitures ne sont pas des formules 1 mais ni plus ni moins que des tanks.

Mais ma nuit ne fut pas vaine en découvertes: après avoir pesté une énième fois contre ce putain d’UC qui monte à 100% quand mon pc lit des vidéos (surtout les porns. Mais là je m’égare bande de sagouins), et après avoir redecouvert la splendide Carrera en me retapant les trois Viper GTS (peut-être le meilleur hentai de l’histoire, sans blague.), j’ai pu me détendre en écoutant des putains de podcats jouissifs (je vous conseille le « Spécial Souvenirs » du 6 juin, sur les pires souvenirs du jeu vidéo, un moment jouissif. Particulièrement sur quand ils commencent à parler du fameux In Cold Blood).

Enfin bref que des choses fantastiques pour occuper une nuit. Evidemment j’ai profité de tout ça pour oser regarder Télématin. Non, je hais Williams Leynergie décidement. Non c’est physique, mais d’un côté quand tous les matins depuis 15 ans, on se réveille avec le tronche de ce type, on peut commencer à le haïr sérieusement, sans nul doute. Et encore je ne vous ai pas parlé de son côté exaspérant à avoir un avis sur tout, alors qu’on sait qu’il n’y connaît strictement rien. Une sorte de fanboy en vieux et qui est fanboy du néant avant tout.

Bon, puis sérieux, je déconseille aussi fortement Guitar Hero. J’ai essayé à midi en pensant être en pleine forme. Non. Oser faire du 3 étoiles sur Shout at the devil en hard est quelque chose de strictement honteux pour moi, l’homme qui a fait Free Bird en 5 étoiles en hard. Non didiou. C’est vrai quoi. Sérieux. Et je ne vous parle pas quand j’ai essayé Sweet Child O’Mine en hard aussi (parce que là je me la pétais pas, j’aurais pu tenter en expert mais l’humiliation en aurait été plus que cuisante). Ah et j’ai osé quand même tenter mon nemesis. Mais non. Le miracle n’arriva pas. Et comme d’habitude, j’échoua lamentablement à 7% et, comme d’habitude, je partis me cacher en position foetale sous mon lit, de peur.

Bon, j’ai joué un peu à Tomb Raider (pénible ce monastère avec cette putain de porte d’Atlas que-je-vois-pas-comment-l’atteindre) aussi, mais ça on s’en fous. Et un peu à Simcity 4, la ville de Freebird vient envoyer d’être accordée à l’autoroute de la région. Youpi. Que c’est intéressant (et le pire c’est que je vous le raconte quand même. Pour me faire pardonner voilà encore une vidéo rigolote)

Donc bref, la Japan Expo c’est dans maintenant un jour et demi. Woh. Et je stresse à mort, mais passons.

Le pire dans tout ça, c’est quand même cette honte sur Shout at the Devil.

Du coup je vais p’tet aller me coucher là.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

Une réaction au sujet de « Les joies d’une nuit blanche. »

N'hésitez pas à commenter l'article~