Archives de
Étiquette : Impressions Cinema

Mais qui a re-tué Ralph la Casse

Mais qui a re-tué Ralph la Casse

Bon je suis allé au cinéma cette semaine. Deux fois. C’est complétement fou, hein ? Et les deux fois c’était pour aller voir des films qui m’intéressaient mais qui m’effrayaient en même temps, parce que j’avais peur que ça soit super pas bon. Mais je voulais les voir quand même. Bref, j’étais ultra pessimiste. Et là, attention, article cinéma, c’est la maison qui offre. Je vais parler de deux films qui auraient pu me décevoir à mort et qui ne l’ont Lire le billet.

Mange ma justice

Mange ma justice

Déjà la fin du mois de septembre ! Dans un mois, on est presque en novembre, le mois le plus déprimant de tous les temps ! Il commence à faire frais ! Là, au moment ou j’écris cette phrase, j’ai les doigts super gelés ! Ca doit venir aussi un peu du fait que je sors d’une demi-heure de nettoyage ou j’ai tripoté de l’eau froide un peu en boucle ! A moi la gastro ! Pas glop ! Bref, voici un court billet ou je vais Lire le billet.

Allez viens ptit gars, on va faire de l’aviron (The Social Network)

Allez viens ptit gars, on va faire de l’aviron (The Social Network)

Facebooksho.jpg

Je n’éprouve guère de haine envers facebook mais je constate que c’est un outil qui ne me sers juste à rien: cela doit s’expliquer par le fait que je m’y suis inscris très sur le tard, à une époque où c’était juste inutile pour moi vu que la majorité de mes relations pouvaient me croiser quotidiennement sur des forums Internet ! Inutile de dire que je ne vivais guère pour la communication « avec » mes « amis » puisque je communiquais déjà parfois quotidiennement avec eux sur IRC, PhpBB où MSN. A ce niveau là, Twitter m’est d’une bien plus grande utilité puisque là je sais que je communique avec des gens qui me sont proches… et une bonne ribambelle d’inconnus complets qui aiment juste bien ce que je fais ! Ok, facebook m’a été pratique quand il s’agissait de communiquer avec la radio campus dont j’étais membre (Radio Phénix ) puisque c’était vite devenu l’aspect le plus simple de communiquer avec le présentateur de l’émission dont j’étais le chroniqueur. Mais à part ça ? Rien. Sans doute parce que, de manière infortune où non, mes relations avec mes « connaissances non-internet » sont proches du rien. Et là j’insère une musique douce au violon pour que vous preniez pitié de moi.

Bref, tout ça pour dire que de nos jours, quand on me parle de l’énorme importance de facebook dans notre société contemporaine, je suis un peu en mode tête de poker puisque ce n’est pas ma tasse de thé, et puisque je m’en sers peu. Quand des gens me disent que facebook « c’est trop addictif » je fronce un peu le sourcil et je repart lancer Minecraft où jeter un oeil à ma timeline Twitter parce que quand je me connecte sur ce site, j’y passe toujours maximum deux minutes. Oh, je pourrais stalker mes camarades de lycée pour m’occuper mais pour ça, j’attendrais un peu de devenir mélancolique.

ANYWAY.

J’ai vu The Social Network vendredi soir.

Lire le billet.

Quantum of Solace et 21 autres films James Bond – I Expect You To Dine

Quantum of Solace et 21 autres films James Bond – I Expect You To Dine

Lettre Q de l’alphabet estival. Ca commence à chauffer. Petit récapitulatif de l’alphabet à la fin de ce billet.

Pendant l’été 2007 j’avais fait un article sur James Bond que je n’ai jamais terminé, jamais fini. Il est toujours en brouillon dans un coin, étant le seul billet jamais publié – mais pourtant toujours dans la base de données, en état suspendu – de l’historique du blog. Pourtant il commençait comme ça:

J’aime bien les James Bond. Faut dire quand j’étais enfant, c’était le truc le plus trash qu’on me laissait regarder, même si finalement, on me laissait voir que Moonraker et son méchant néonazi. Et éventuellement Demain ne meurt jamais au cinéma. Mais bref, le jour ou je découvris vraiment les James Bond, c’était quand j’avais 8 ans, et quand je découvris la Nintendo 64, et in extenso le meilleur Jeu-De-Tous-Les-Temps-Que-Je-Dois-Me-Racheter (FF9 ne compte pas, je dois me le racheter aussi, mais là j’ai mal. Je sens que je vais émuler. Après tout j’ai le jeu original chez moi. Je le retrouve pas, certes, mais il est chez moi. Vivement un déménagement que je le retrouve.), c’est à dire, Goldeneye. Et là je me souvins d’une semaine ou je me fis TOUS les James Bond. (sauf Jamais plus Jamais, et tous ceux inclus entre On ne vit que deux fois et L’homme au pistolet d’or)

Bref j’avais 8 ans, et cela me faisait plaisir, et j’avais déjà MON James Bond préféré.

Roger Moore.

Juste deux choses. Y’a quatre ans j’écrivais de la merde et là ça confirme tout parce que je suis convaincu que j’ai pas attendu la Nintendo 64 et Goldeneye pour m’intéresser à James Bond et surtout je doute que Roger Moore ait vraiment été mon James Bond préféré parce que c’est un autre acteur mon James Bond préféré. Et oui, j’ai depuis retrouvé mon exemplaire de Goldeneye 64, il est tout chaud auprès de moi et j’ai tous les cheat codes débloqués dedans. Oui oui chez nous on a fini Facility en 00 Agent et en moins de 2 minutes 15.

Bref, pour rendre hommage à cet article qui ne se finira jamais, et parce qu’aujourd’hui est le 700e billet de Néant Vert, on va faire un billet dédié a James Bond et aux 22 films que comptent la franchise… et pour cela je vais faire un top 22. Je vais classer les films dans l’ordre de mon appréciation, dans un jugement mi-subjectif mi-objectif mi-mauvaise foi. Ca permettra de nous comparer nos statistiques dans un sens. Huhu.

Mais histoire de confirmer des choses, j’ai du voir la grande majorité des films au moins deux fois, étant donné que j’ai passé cinq où six ans à ne jamais louper la moindre diffusion d’un James Bond à la télé et croyez bien qu’il y’en avait des masses ! Il ne doit y’avoir que les quatre films les plus récents que je n’ai vu qu’une fois, et peut-être deux où trois autres films où je signalerais la particularité. Je n’ai jamais vu Jamais Plus Jamais et je ne l’incorporerais pas au classement, en plus du fait qu’il ne soit pas inclus dans la chronologie « officielle. » Mais hop, commençons le classement !

#22


Rien Que Pour Vos Yeux

Rien que pour vos Yeux est sans doute le seul James Bond que je n’ai jamais vu en entier et pour une raison très simple: il m’emmerde purement et simplement. Il me porte aux nues de l’ennui, me force à bailler comme un chameau, me lance à la recherche d’activités annexes à faire, argh, que je hais ce film. Et putain, souvenez vous de sa scène de pré-générique, où James Bond va sur la tombe de son ex-femme dans un souci de continuité, et où il rencontre Blofeld et où ça finit en combat d’handicapés où le méchant emblématique de la saga finit largué dans une cheminée d’usine. What. The. Fuck ?

Bref, même si je suis pas du genre à nier le pouvoir séduisant de Carole Bouquet, faut pas déconner, ce film là est pénible comme l’enfer.

Lire le billet.

Alphabet Estival – Inception – Batman Gambit

Alphabet Estival – Inception – Batman Gambit

Alphabet estival, tous les trois jours un article dédié à une « lettre. » Y’a trois jours, le H était dédié à Haibane Renmei. Aujourd’hui le I et… Inception.

Inception01.jpg

A la base je voulais vous parler de Inglorious Basterds – et de mon point de vue sur Quentin Tarantino en général – mais ça n’aurait pas été intéressant car cela aurait vraisemblablement tourné en du gros suçage en règle basé sur absolument rien de cohérent. Un peu comme mon article sur Haibane Renmei… en encore plus chaotique !. Non à la place je vais faire un article véritablement court sur Inception. Que j’ai beaucoup aimé. Mais sur lequel je n’ai pas non plus énormément de choses à dire. Eh, l’alphabet estival avait besoin de certaines lettres pas méga engageantes ! Mais allez, considérez que je fais ça pour l’art. Parvenez à convaincre votre subconscient. Et si vous n’arrivez pas à vous convaincre et bien… une petite Inception ?

Inception raconte l’histoire de Cobb et sa petite troupe d’élites, capables d’infiltrer les esprits des gens quand ceux-ci dorment afin de s’introduire dans leurs rêves et d’y voler ce qui est précieux – souvenirs, codes, etc – où influer gravement sur le subconscient d’une personne. Le film raconte grosso modo le déroulement d’une opération très très très ambitieuse… Où il va falloir faire des rêves dans le rêve d’un rêve. Et aller plus profond.

Lire le billet.

Utopiales 2010 – King of Thorn, Fanboys & Redline

Utopiales 2010 – King of Thorn, Fanboys & Redline

Cette semaine a lieu à Nantes le festival Utopiales qui se concentre donc énormément sur l’univers de la SF et du fantastique, avec nombreuses projections. Voilà donc mon ressenti des trois films que j’y ai vu. Je reviendrais plus tard sur la journée Manga-tan du dimanche puisque je m’y rend… demain. KING OF THORN Un peu rendu dans la salle sans trop savoir de quoi ça allait parler, mis à part une indication du genre « y’a un virus dedans », j’ai Lire le billet.

20th Century Boys, le film – I wanna be your boy

20th Century Boys, le film – I wanna be your boy

De 20th Century Boys, je n’ai maté que le premier tiers en manga (tome 7 ou 8, après l’ellipse temporelle quoi.) Ce qui est dommage, mais je tente de me rattraper le plus vite possible, l’oeuvre étant pleine de qualité et l’enquête franchement intéressante – Urasawa oblige. Du coup quand on me propose après la Japan Expo de jeter un oeil au film adapté de ce premier tiers que j’avais vu et lu, c’est intéressé que je tente l’expérience, le Lire le billet.