Archives de
Étiquette : Madame Detective Approuve

Boku no Hero Academia – Serious Sentai School

Boku no Hero Academia – Serious Sentai School

LES SUPER HEROS. \\\ ٩(๑❛ワ❛๑)و //// Je prétends pas être un gros lecteur de comics mais la mythologie autour des héros de l’univers Marvel et DC m’a toujours assez fasciné. Sans jamais ouvrir le moindre bouquin, j’ai toujours eu un malin plaisir à ouvrir des pages TVTropes ou des wikis dédiés à l’univers de certains héros et découvrir leurs histoires, leurs dynasties, leurs antagonistes. Alors, certes, je vais voir les films du MCU comme un geek lambda et j’attends Age Lire le billet. Lire le billet.

La mort aux trousses – Grim Fandango Remastered

La mort aux trousses – Grim Fandango Remastered

Une des raisons qui explique pourquoi je ne suis pas vraiment un joueur très PC c’est que les ordinateurs sont arrivés très tardivement dans mon enfance. J’avais genre 11 ans la première fois que la famille a décidée de s’acheter un ordinateur. J’étais en 6ème à l’époque. A titre de comparaison, ma première console j’avais 6 ans. Donc, forcément, ma culture gamer je l’ai bâtie sur Megadrive puis PlayStation et pas sur PC. Par conséquent, j’ai raté toute cette culture PC du milieu années 90, Lire le billet. Lire le billet.

Super Danganronpa 2 – Tonnerre sous les Tropiques

Super Danganronpa 2 – Tonnerre sous les Tropiques

Je crois que si je calcule bien, j’ai acheté trois consoles cette année. La bonne nouvelle c’est que j’aurais pas à en racheter avant un bail. La mauvaise c’est que… eh y’en a pas vraiment. Du coup yep j’ai chopé une Vita à Noël avec deux idées bien en tête: la première c’est de me faire plein de JRPG exclusifs Sony dans les transports parisiens, la seconde c’était Super Danganronpa 2. Je vous avais parlé du premier Danganronpa en juillet Lire le billet. Lire le billet.

Amagi Brilliant Park – Magic Hour Everywhere

Amagi Brilliant Park – Magic Hour Everywhere

Look at the sky it’s Magic Hour ♪ Honnêtement quand on prend du recul et qu’on se dit que le meilleur animé Kyoto Animation depuis Hyouka au début 2012 c’était Free! c’est là qu’on ressent un petit malaise interne qui fait pas du bien par où il passe. Pas que Free était médiocre: c’est un anime éminemment sympathique. Mais de là à dire que c’était ouf, bon y’a un fossé. C’est assez étrange d’autant que le studio avait jusque là habitué à une certaine régularité. Mais certains Lire le billet. Lire le billet.

Double Arts – Shonen tactile

Double Arts – Shonen tactile

Encore un article manga, quelle débauche. Cette fois on va s’intéresser à une série courte et terminée, donc ça devrait être moins long que d’habitude. Donc ouais y’a pas si longtemps je parlais de mes sentiments compliqués pour Nisekoi genre « je sais que c’est pas génial mais l’auteur parvient à rendre ça extraordinairement fun » et du coup je m’étais jamais vraiment demandé qui était cet auteur, Naoshi Komi. Puis on m’a dit qu’il avait fait un autre manga dans le Jump Lire le billet. Lire le billet.

Yamada-kun and the Seven Witches – Little Kiss Academia

Yamada-kun and the Seven Witches – Little Kiss Academia

Donc là Néant Vert sort d’une série de trois articles dédiés aux shonen de la Kodansha, eh c’est pas mal mais ok je conçois que ça manque un peu de variété. Du coup je vous propose cette fois de parler cette fois de manière un peu plus détaillée d’un manga (c’est original) classé shonen (vraiment original) de la Kodansha (toujours plus d’originalité) que j’ai un peu ultrakiffé alors que, on va le voir, la série ne manque pas de petits défauts Lire le billet. Lire le billet.

Haikyuu!! – Manga de haute volley

Haikyuu!! – Manga de haute volley

Cherchez pas, c’est le titre le plus naze que le blog proposera cette année. Y’a quand même pas mal de trucs sympas dans le Shonen Jump en ce moment. J’oserais, je dirais que le magazine est en train de solidement préparer la fin de deux de ses shonens phares – Naruto et Bleach – et parvient discrètement à faire monter la sauce autour de quelques unes de ses séries phares. Assassination Classroom est un succès presque sorti de nulle part et Kuroko’s Basketball était, Lire le billet. Lire le billet.

LEGO, la Grande Aventure – Are you ready for this?

LEGO, la Grande Aventure – Are you ready for this?

Bon bah ouais, j’ai beau être un garçon facilement impressionné par tout ce qui passe, il y’a quand même des fois ou je sors d’une salle après avoir vu un film et où je me dis « oh putain c’était génial oh putain oh putain oh putain faut que je dise à tout le monde d’aller le voir. » Enfin bref, un enthousiasme surpuissant difficile à contenir. Et le film Lego m’a rendu SUPER ENTHOUSIASTE. Le film Lego, ouais. Y’a encore quinze Lire le billet.

Gatchaman CROWDS – On va pas se Gatchamailler

Gatchaman CROWDS – On va pas se Gatchamailler

Bon donc nous y voilà, j’essayais d’éviter l’exercice depuis trois mois mais il va bien falloir que je vous la fasse, cette critique complète et élogieuse de Gatchaman Crowds. Notez qu’on peut aussi écrire ça Gatchaman CROWDS mais allez savoir si j’ai bien envie de rajouter encore plus de caps lock à mes articles qui n’en ont ABSOLUMENT pas besoin .   Gatchaman Crowds – sorti cet été, produit par le studio Tatsunoko, qui voulait s’en servir pour promouvoir indirectement un Lire le billet. Lire le billet.

Le Vent Se Lève – De Jiro en Zéro

Le Vent Se Lève – De Jiro en Zéro

Un nouveau film d’Hayao Miyazaki c’est pas quelque chose qui arrive tous les quatre matins, surtout quand le film en question porte le titre difficile de « dernier film de Miyazaki avant sa retraite. » Bon on connaît le petit père maintenant, on sait qu’il va avoir du mal à vraiment quitter la direction et que son ombre restera présente sur tous les films du studio jusqu’à sa mort. Et peut-être même encore longtemps après mais bon là ça commence à être Lire le billet. Lire le billet.

The Garden of Words – Goutte à goutte

The Garden of Words – Goutte à goutte

Bon allez, on se fait un petit article à chaud, genre quick n’dirty ?  C’était la première fois ce soir que j’allais au fameux cinéma Grand Rex. Le Grand Rex pour un gamin qui a grandi 23 ans en Province comme moi, c’était un de ces fameux lieux parisiens dont on en entendait partout le nom à la télé mais qu’on ne savait pas vraiment à quoi ça ressemblait en vrai. Un peu comme les théâtres dont on découvre une fois Lire le billet. Lire le billet.

Spec Ops The Line – Malaise Warfare

Spec Ops The Line – Malaise Warfare

Oui donc voilà j’ai terminé Spec Ops The Line y’a quelques jours et j’avais besoin d’en parler. Enfin je me sentais dans le devoir d’en parler. Histoire de rajouter une pierre dans l’édifice. Et d’alimenter ce blog. Aussi. Un peu. Donc. Spec Ops The Line. Sorti l’an dernier peu avant l’été, Spec Ops The Line se présentait comme un Third Person Shooter dans un contexte militaire et oriento-désertique désormais ultra connu du joueur qui s’est tapé les Call of Duty, Lire le billet. Lire le billet.

Dangan Ronpa – Vivre et laisser mourir

Dangan Ronpa – Vivre et laisser mourir

Popularisé ces derniers mois par la sortie simultanée de l’adaptation animée, d’un patch anglais pour le jeu original et de l’annonce d’une sortie officielle en 2014 en Europe et aux Etats Unis de la version PS Vita du jeu, Danganronpa n’est pourtant pas un jeu ultra récent puisqu’il est sorti il y’a trois ans au Japon, ce qui équivaut de nos jours à une éternité dans le monde du jeu vidéo. Mais ce n’est pas une nouveauté puisque certains jeux Lire le billet. Lire le billet.

Psycho-Pass – And Cyber Justice for All

Psycho-Pass – And Cyber Justice for All

La case noitaminA est un point de repère du passionné d’animation japonaise. Ce créneau, diffusé tard dans la nuit du jeudi au vendredi sur la chaîne Fuji TV, se veut depuis 2005 comme une exhibition d’ouvrages animés parfois soignés, souvent intelligents, toujours destiné à un public « adulte. » L’idée initiale était ainsi de faire disparaître l’idée qui voulait que l’animation soit juste pour les enfants, les ados ou les adultes otakus attardés. On y trouve donc des titres comme Honey & Lire le billet. Lire le billet.

Far Cry 3, est-ce que tu viens pour les vacances ?

Far Cry 3, est-ce que tu viens pour les vacances ?

De la saga Far Cry je n’ai qu’un souvenir vague de l’épisode Xbox que je me souviens avoir tripoté quelques heures en compagnie de mon frère, sans avoir été passionné plus que ça. Ca date d’une bonne demi-dizaine d’année maintenant, voire plus. Ouais sans doute plus. Far Cry 2 m’est passé à coté et donc quand Ubi a annoncé vers 2010 que allo, il va y’avoir un troisième volet, je m’en foutais grave. Et puis l’E3 2012, et puis me voilà à Nolife à devoir mater des trailers de jeu qui m’intéressent pas afin de pouvoir écrire des news dessus et passe un trailer quelconque pour Far Cry 3. Ok, c’est quoi ce personnage de Vaas Montenegro, il a l’air fun, il change un peu. Et puis tiens, bam, présentation du jeu à l’E3, ok ça réveille, ça a l’air bien cool et, attendez une minute, le joueur a l’air d’être carrément interpellé. Et Vaas Montenegro est plus très fun, il est juste maintenant complètement cinglé et dérangeant. Un peu cool, mais eh, l’aimer c’est un peu glauque, quand même, yo. Il a pas l’air très admirable.

Et puis évidemment j’aurais du m’en douter – le jeu sort et il est acclamé par la presse. Et même la presse de confiance genre Canard PC, Nolife, ce genre de trucs que je sais solide, quoi. 10/10 dans Canard PC quand même, quoi, yo. J’étais extrêmement curieux vis à vis de ce jeu, et il avait a partir de ce moment toute ma complète et définitive attention (merci Leonardo di Caprio pour cette chouette phrase.) Bon, comme je suis pauvre j’ai du attendre pour me l’acheter, mais comme j’ai pu le récupérer gratos après avoir passé quelques jours au sein d’Ubi Montreuil pour playtester un jeu quelconque (je spoile pas, mais c’était pas un jeu ultra mémorable), bah yeaaaaaaaaaaah c’est parti, let’s go to Rook Island.

FarCry304.jpg
Rook Island, sa faune riche et accueillante.

Donc oui, qu’importe. Quand j’étais gamin j’adorais le Doom-like. Oui je dis Doom-like parce que c’est ce que je disais à l’époque, le terme FPS il existait pas. On parlait de GoldenEye, de Turok, de Medal of Honor, de Perfect Dark voire même, si on osait, de South Park. A l’époque, ce genre de jeu vidéo signifiait des univers intéressants, des courses au jeu qui aura soit la personnalité la plus unique, soit les plus gros guns, soit le multi le plus fendard. South Park n’était pas très bon, mais tu pouvais balancer des boules de neige à la gueule des gens et les booster en puissance en pissant dessus. C’était fun ! Turok 2 c’était un jeu hardcore mais qui te permettait de te défouler sur des vélociraptors ou des aliens à coup de sonde cérébrale, de lance-flammes ou bien de shredder multiballes. Même Medal of Honor introduisait un peu sur consoles le genre du FPS militaire mais le faisait dans un contexte alors original et novateur. Maintenant le FPS a relativement perdu de ce fun et de cette simplicité. Dans un sens c’est logique parce que tout doit évoluer et qu’on ne peut pas rester éternellement sur des histoires de gros flingues sortis de nulle part et d’aliens sans personnalités (quoique, Halo…) mais de l’autre c’est relativement épuisant de voir qu’aujourd’hui le FPS est cantonné à du militarisme à foison, comme si le premier Modern Warfare (pourtant excellent) avait ouvert une boîte de Pandore avec son succès. Aujourd’hui (et, soyons honnête, depuis Doom 3), le FPS doit être un genre sombre, forcément adulte, qui se prend forcément au sérieux et qui cherche un certain réalisme en plus d’un multijoueur online optimal.

C’est ce qui se vend le mieux, certes. Le FPS réaliste militaire aux graphismes marrons. Que les gens achètent rarement pour le solo mais bien réellement pour le multijoueur avant tout. Même les FPS de science-fiction comme Halo se sont un peu forcés à se rapprocher de cet univers. Fini le héros solitaire qui détruit la moitié d’une planète à lui tout seul, bonjour au membre impersonnalisé d’une escouade quelconque. Bonjour les missions passées à affronter des humains qui surgissent par paquets de douze, à se faire crier dessus par un général quelconque. Le joueur de FPS ne veut plus être le leader, le héros, il veut être l’esclave soumis d’une histoire qui ne le mettra jamais en valeur. Le nouveau héros de FPS est un observateur. Et c’est chiant.

Des jeux sortent un peu désormais de ce cas de figure, revendiquent un retour au FPS à l’ancienne. Mais souvent soit on est dans la parodie pure et dure comme Serious Sam, soit on reste dans des teintes marrons crado comme Rage ou bien on continue à incarner un héros trop souvent observateur et soumis comme dans The Darkness.

Bref, Far Cry 3 se révèle finalement étrangement frais. Et c’est l’une de ses principales forces.

FarCry303.jpg

Lire le billet.

Sonic All-Stars Racing Transformed – Sega Bros Racing

Sonic All-Stars Racing Transformed – Sega Bros Racing

Retournons un an en arrière. Peu avant la sortie de Sonic Generations, je réalisais donc un article sympa sur Sonic & Sega All-Star Racing, ma conclusion étant que si on y trouvait du potentiel et que le jeu était fun, il était handicapé par un fanservice pas super généreux, des items péraves et un level-design super feignant qui faisait que le jeu ne restait pas en mémoire et n’offrait pas autant de fun que souhaité. Bref, incapable de faire rivalité avec la saga Mario Kart, qui offrira un an plus tard un Mario Kart 7 solide et indispensable pour les possesseurs de 3DS.

Par contre ça va peut être vous surprendre mais dès que j’ai appris qu’une suite était dans les tuyaux, je me suis permis d’être un peu enthousiaste. Comme j’ai dit en conclusion de mon article, le premier jeu offrait malgré tout de bonnes bases, mais le jeu manquait de finition et peut-être de budget, ce qui n’est pas forcément inattendu avec une production Sega. Alors du coup voir ces bases être reprises et avec de bonnes chances d’être travaillées et améliorées, ça m’intéressait. Surtout quand le jeu te vend cash du fanservice en dévoilant, par exemple, Vyse de Skies of Arcadia comme personnage jouable. Là oui, je me suis spermé les sous-vêtements, si je peux me permettre le néologisme. Tant pis si à coté le jeu se renomme “Sonic All-Stars Racing” en foutant dehors le nom Sega comme si il effrayait tout le monde – de l’autre coté, la licence Sonic étant ultra populaire auprès des enfants et des familles, il est normal que ce soit mis en avant pour permettre à Sega de capitaliser. Et tant pis si, à première vue, le jeu pompe l’idée des véhicules transformables à Mario Kart. Mais là aussi il suffit de jouer au jeu pour se rendre compte que Sega pique certes l’idée, mais arrive à se l’approprier et à l’améliorer.

Transformed01.jpg

Pour faire simple, dans une fin d’année remplie de jeux de courses “arcade” – que ce soit Need For Speed Most Wanted, le décevant Forza Horizon ou bien les très étranges Little Big Planet Karting (car Sony s’imagine que la licence LBP intéresse des gens) et F1 All Stars (et là juste wtf) – et bien Sonic Transformed semble être le meilleur des jeux du lot. Malgré quelques défauts qu’on va voir ensemble, le jeu réussit à remplir son cahier des charges avec brio et à offrir, pour la première fois depuis Crash Team Racing, une alternative intéressante à la saga Mario Kart. Celle-ci n’est pas détronée, mais par moment, on sent qu’il y’a manière à au moins l’égaler, ce qui n’est pas mal.

Lire le billet.

Joshiraku – Au revoir mesdemoiselles Désespoir

Joshiraku – Au revoir mesdemoiselles Désespoir

Joshiraku03.jpg

Sorti cet été, Joshiraku est un de ces animes qui m’est passé lors de sa diffusion complètement à coté. Il faut dire que le « scénario » à base de « cinq actrices de rakugo (un art théâtral très très très japonais) qui parlent de sujets divers et variés » ne donne pas réellement envie de base. Sans compter que le studio responsable est JC Staff qui est un studio qui nous habitue à des adaptations sans originalité de mangas et light novels relativement planplans. Donc je m’y suis pas attardé. En fait personne de mon entourage ne s’y est alors réellement attardé, et là je prends comme exemple l’invisibilité de la série sur ma timeline Twitter, ce qui est un exemple d’une pertinence extrême, vous en conviendrez.

Néanmoins c’est en traînant tard sur TV Tropes et en cliquant par hasard sur le page « Koji Kumeta » que mon interêt pour cette série s’est instantanément crée. Koji Kumeta c’est cet auteur de manga responsable, principalement, de Sayonara Zetsubou Sensei, ou Sayonara Monsieur Désespoir chez nous. Une série de manga pour laquelle j’ai beaucoup d’affection. Un manga qui offre une dissection sans limites des tics et particularités de la société japonaise, qui n’hésite pas à balancer des exemples extrêmement concrets et ancrés dans son époque, avec en bonus un casting de personnages absolument timbrés qui permettent les trucs les plus extrêmes.

Et oui, cet anime, Joshiraku, est l’adaptation d’un manga de Koji Kumeta. Et là ça a tout changé. J’ai maté le premier épisode et je suis tombé instantanément fana de cette série qui offre une certaine bouffée d’air frais et arrive à conserver toutes les qualités de l’ouvrage phare de Koji Kumeta en offrant à coté de nouveaux atouts et une réelle personnalité. Maintenant, voici l’article dans lequel je vais tâcher de développer un peu pourquoi vous devriez jeter un oeil à cette série et pourquoi.

Joshiraku03.jpg

Lire le billet.

Cinq centimètres par seconde – Allons voir les cerisiers en fleur l’an prochain

Cinq centimètres par seconde – Allons voir les cerisiers en fleur l’an prochain

L’appréciation subjective d’une oeuvre est, au final, toujours une question de contexte. C’est un fait qui m’apparaît de plus en plus indiscutable. Si Persona 3 est un de mes RPG favoris, ce n’est pas simplement pour ses qualités objectives indéniables mais parce que j’y ai joué à une période ou j’étais réellement déprimé, frustré et inquiet vis à vis de très nombreuses choses. Le jeu avait alors réussi à me parler, à toucher certaines cordes et à m’envoyer les encouragements nécessaires pour me faire réaliser ce qui n’allait pas et me sortir de ce qui était alors un très mauvais pas. Étrange à première vue pour une histoire impliquant des étudiants combattant la nuit avec des esprits mythologiques parfois graphiquement douteux. Pourtant, c’est avec des petits détails, des petites histoires que le jeu avait réussi à me toucher et à m’aider à reprendre pied avec une « vie » que je commençais à voir de manière beaucoup trop détachée.

Ce que je vais dire est très personnel, et je m’en excuse, mais je traverse actuellement une période semblable à celle que je décrivais plus tôt. Mais à la différence de celle-ci qui avait été au final plutôt courte et facile à reprendre, je pense que je peux admettre que ça fait bientôt trois ans que je suis englué dans un sentiment très proche de la dépression, si cela n’en est clairement pas. Car cela fait trois ans que je peine à reprendre le fil d’une vie dont j’ignore quoi faire, et que j’occupe le plus que possible à éviter de penser et de me retrouver seul contre moi-même. Chaque nuit, je la décale à me coucher le plus tard possible pour rester le moins possible éveillé à chercher le sommeil et je l’occupe à dormir le plus possible parce que cela fait quelques heures de moins à être éveillé et à devoir s’occuper. La recherche du divertissement, la recherche d’une occupation constante d’activité que ça soit écrire, jouer, regarder des choses, lire reddit, participer à des débats de penis sur le net, sont devenus pour moi des priorités que je n’arrive pas à « déprioritisé. » Je n’ai plus de sentiments, d’envie pour quoi que ce soit d’autre. Et à chaque jour qui passe, j’ai l’impression que mes peurs les plus primaires prennent elles aussi une importance de plus en plus démesurée, à commencer par la peur de « gêner » mon entourage, mes proches. Cela fait que je m’isole de plus en plus socialement, que je me détache d’amis, de potes, de personnes que j’apprécie, par peur de les gêner, de les énerver, de les blesser, de les inquiéter. Et ça fonctionne ! Ce n’est pas le seul souci, loin de là, j’ai plein d’autres peurs mais je vais vous les épargner, le message est passé. La grosse joie dans ma tête, donc.

Bref, je réalise aujourd’hui de plus en plus de choses que je faisais naturellement il y’a encore six mois, et je saisis pourquoi je le faisais. Mais le problème, c’est que reconnaître avoir une déprime n’aide pas la déprime à s’en aller. Et là est tout le piège. Et depuis maintenant quelques semaines je lutte contre un mal que je sais identifié mais qui profite de la moindre baisse de garde pour me défoncer la rate façon fin de Rocky. Et dieu sait que je la baisse très souvent. Parfois même volontairement.

Donc voilà l’état d’esprit dans lequel je suis actuellement, et l’état d’esprit dans lequel j’ai lancé Cinq centimètres par seconde.

5cm02.jpg

Film d’une heure de Makoto Shinkai sorti en 2007. Il est en réalité composé de trois minis-films, qui racontent une histoire qui se suit. L’article qui suit va spoiler le film, désolé. Néanmoins, si vous n’avez pas vu ce film et que vous comptez le voir, ne fermez pas tout de suite l’onglet puisque je vais vous donner dès maintenant mon opinion rapide sur le film. Si vous voulez mon opinion objective, c’est très simple: c’est un excellent film. Peut-etre même, osons, un des meilleurs films d’animation japonaise que j’ai pu voir. Techniquement il est extrêmement soigné, une véritable beauté pour les yeux et pour les oreilles, avec des décors somptueux de part en part. C’est aussi et surtout une très belle histoire d’amour, très bien écrite, et qui sait se montrer extrêmement réaliste, quelque chose d’inattendu dans le milieu de la romance de l’animation japonaise. Enfin, le montage musical final est sans doute les trois minutes les plus émotionnelles que j’ai pu voir venant du Japon. Pour moi c’est très clair: c’est un authentique chef d’oeuvre que j’encourage vraiment à voir.

A partir de là, je vais décrire le film plus en longueur, balançant mes impressions, mes idées, mes théories, mes joies et mes frustrations. Ceux qui ont déjà vus le film y trouveront peut-être un avis semblable ou, au contraire, à contredire.

Lire le billet.

Chronique AMV n°AK: AMV Enfer 2, sketch par sketch

Chronique AMV n°AK: AMV Enfer 2, sketch par sketch

ATTENTION C’EST MASSIF.

L’AMV Enfer 2 est sorti. Bon ça c’est cool parce que je l’attendais depuis un pââââquet de temps. Vous le savez aussi bien que moi. Vous l’avez subi des mois durant.

C’est tout de même un de mes plus gros retournages de veste puisque je me souviens très bien qu’en mai, la veille de la diffusion de la version preview, j’en avais juste rien à battre et je sentais le « projet » partir n’importe où. J’étais pas spécialement rassuré par une communication très succinte, qui se résumait un peu à un forum perdu, et on ne savait juste rien avec les derniers instants – comme la projection de la « preview » d’Epitanime qui est un peu sortie de nulle part quelques jours avant la convention. Bon, puis à ce moment là dans ma vie c’était un peu le souk et j’avais vraiment pas le temps de m’en soucier mais n’empêche, j’avais juste zéro confiance. Surtout après « l’essai » AMV No-Hell qui m’avait juste effrayé à cause de ses choix artistiques douteux.

Et puis j’ai vu la preview et comme je l’avais récupérée, je l’ai matée en boucle. Des tonnes et des tonnes de fois. Et j’ai ultra kiffé. Enthousiasme à fond, entrée en mode production de mon coté. Confiance à bloc. Bref, le bon petit retournage de veste.
Ce que je vais vous proposer, tout simplement, c’est mon avis pour CHAQUE sketch. Comme ça.

Ca va bouffer beaucoup de caractères parce que je vais parler beaucoup.

Au préalable je tiens à essayer de vous expliquer un peu quelle est ma vision « parfaite » d’un AMV Hell-like. J’ai été assez surpris en voyant les gens découvrir le concept rejeter pas mal de clips/skits/sketchs juste parce que ceux-ci avaient le crime de ne pas « être drôle. » Pour beaucoup, c’est l’objectif de chaque clip: être drôle. J’ai toujours trouvé ce principe bizarre parce que pour moi un AMV Hell ce n’est pas une compilation de blagues et ça n’a jamais été historiquement ça. On vient pour l’humour. C’est une évidence. Je ne me fourvoie pas. Mais si je devais comparer un AMV Hell à quelque chose de concret, je dirais que c’est quelque chose proche du Zapping de Canal+. Le Zapping de Canal+ c’est exactement le même concept après tout: des trucs drôles, parfois des trucs moins drôles, mais tout se mélange. On mate tous le Zapping pour le drôle, et malgré tout on se laisse surprendre parce qui ne l’est pas. Le Zapping c’est une fenêtre ouverte sur toute une culture télévisuelle, sur le pire, sur son meilleur, sur son actualité. L’AMV Hell ça a aussi un peu cette fonction: c’est avant tout des auteurs, qui font parfois des trucs drôles, qui font parfois des trucs plus personnels en profitant de la limite « technique » des 30s. C’est passer un message en le moins de temps possible. C’est parfois aussi une fenêtre sur le « monde otaku » de son année, de son époque, de son contexte. C’est parfois témoin des memes de son époque, des animes populaires au moment de sa création, des musiques pop du moment qui seront oubliées deux ans plus tard. C’est pour ça par exemple que ça m’avait énervé l’histoire du spoil Portal 2 au moment de la sortie du premier. Ce qui m’énervait c’était surtout l’argument du « putain ce sketch est pas drôle, en plus il spoile. » Comme si le spoil aurait soudainement été « bien » si il avait été drôle. Ce sketch Portal 2 moi je l’aimais beaucoup parce qu’il était un « vrai » AMV, quelque chose qui utilisait une musique très jolie, très belle, sur des images qui collaient bien.

C’est pour ça que je vais être très dithyrambique sur cet AMV Enfer 2 parce que force est de constater qu’il correspond PARFAITEMENT à ma vision de l’AMV Hell parfait. Beaucoup de musical, des trucs qui se sortent le doigt du cul pour tenter d’être un poil « artistique » et d’offrir des véritables minis-AMV. Quelque chose qui peut se mater en boucle sans être encombré par des sketchs parfois drôles mais qui ne n’ont plus d’interêt une fois la blague éventée. Oui. Je le confesse. Je suis le genre de type qui mate ça en boucle. Le premier AMV Enfer j’ai du le mater au total une bonne cinquantaine, soixantaine de fois. L’AMV Hell 4 je n’en parle même pas. Même le divided by zero j’ai du le mater cinq ou six fois. Parce que c’est mon kiff. Parce que j’adore ce zapping d’AMV ou on passe d’un monde à l’autre. Tout simplement. C’est le truc qui me convient le plus. Je sais pas pourquoi.

Donc voilà.
Allez, j’arrête de vous embêter, passons au sujet.

ALLEZ HOP C’EST PARTI. SKETCH PAR SKETCH.

001.jpg

  • Le Commandant / Intro X Nightwish – Ahah putain cette intro qui met violemment dans l’ambiance :’D. En soit elle est très intéressante parce qu’elle sort un peu du modèle AMV Hell. Déjà le premier AMV Enfer s’offrait le luxe de commencer avec une citation (comme les AMV Hell, donc) mais d’une citation… du réalisateur ! C’est sans doute l’effet français… Enfin bref, là ça lance le thème « Asylum » et promet dès le départ plus de… sombre. Au final, on verra que c’est pas tellement le cas – si l’AMV Enfer 2 s’offre des sketchs bien plus sombres que la normale, ça ne reste qu’une minorité assez étonnante. En tout cas c’est impeccable techniquement et ça met bien l’ambiance. Ca manque un peu de fun mais tant pis, on sent le cri d’artiste. J’adore aussi le défilement des noms des amv-makers… le seul souci est que ça n’a pas été « mis à jour » depuis la version preview de fin juin donc 2/3 auteurs passe à l’as. Dont moi. Et voilà, drame personnel du coup. C’est juste pour ça que j’ai remarqué ça d’ailleurs :’D. #branlos
  • Shrykull / Code Geass R2 X Queen – The Game – Alors j’ai compris la deuxième fois pourquoi commencer l’AMV Enfer 2 avec ce sketch puisque ça fait référence à la fin cachée du premier :’D. C’est super subtil parce qu’il faut savoir le nom de la chanson… Et puis on se pose pas vraiment la question parce qu’il fait office de très bonne intro. La musique est vraiment cool et colle super bien aux images. Bref un peu de planant pour commencer et se mettre à l’aise. Puis voyons le symbolisme: tout comme l’AMV Hell 4, l’AMV Enfer 2 commence par du Code Geass. Et là, ouais, on y croit.
  • MEB / Full Metal Panic X My Little Pony – Cette scène déjà utilisée dans un des meilleurs sketchs du 5… Mais c’est pas grave parce que ça marche pas trop mal. Ok techniquement ce n’est pas un poney mais un cheval et tout mais le décalage est BON. En fait je suis un peu réservé sur ce clip parce que je juge que Grimm avait fait une utilisation de la musique bien plus drôle dans l’AMV No-Hell… mais je suis de mauvaise foi parce que je pourrais poser sur son clip exactement les mêmes critiques :’D. Et puis qu’est-ce que je m’en branle c’est DRÔLE. En tout cas première apparition de MEB dans un AMV Enfer, et on va le voir, il apparaît peu mais bien !
  • Woy / Highschool of the Dead X Serge Lama – Je suis Malade – VLAM UN PEU DE GORE. Et ça marche du tonnerre ! La musique est déjà très forte de base (c’est pas un classique de la chanson française pour rien) et du coup ça rend vraiment un certain hommage à cette scène très « forte » du premier épisode de HOTD. En petit bonus pour ceux qui ont vus la version preview d’Epitanime, un allongement du sketch qui rend l’expérience optimale. Là aussi première apparition de Woy dans l’AMV Enfer, et lui aussi va se montrer relativement doué 😀 !
  • Le Commandant / Fate/Zero X Hercules – Petite tradition inconsciente des AMV Hell-like: les « moins engageants » sont souvent au début ! Alors celui là je suis très tiraillé parce qu’il est techniquement juste impeccable et qu’on sent le travail de fou pour tout faire coller, et puis y’a le petit détail qui tue avec ce zoom totalement cheap mais totalement cool sur le visage de Caster à la fin… mais il est pas super amusant ! Et il est long ! J’ai jamais été très fan en général des skits qui se contentent juste de coller un dialogue « quelconque » sur une scène de dialogue d’anime « quelconque. » Là c’est pas si terrible parce que c’est loin d’être aussi « quelconque » que ça et Caster ferait un Hadès terrible… mais c’est peut-être trop long ou pas assez attractif ! Bon après, m’écoutez pas forcément quand je critique, je suis juste nazi :’D. Mais le plus drôle c’est de se dire qu’au final il doit faire partie des dix moins « sympas » de l’AMV Enfer 2… ce qui en dit long sur la qualité globale de l’ouvrage ! Si celui là est un des « moins bons », qu’est-ce que les « moyens » sont ! (Puis ça fait aussi partie du syndrome « les sketchs du réalisateurs de l’AMV Hell sont pas forcément les meilleurs » même si, on va le voir, le Commandant a plus que rempli sa tâche de faire des trucs qui défoncent bien.)
  • Melow / Full Metal Alchemist X Va te faire foutre Freddy – Haha putain celui-là il vient, il pose sa vanne, il met des petits points d’interrogations en bonus, il nous fait marrer et il repart. Impec ! Et donc revoilà Melow qui, comme dans l’AMV Enfer précédent, va faire de son mieux pour caser le plus de références françaises de bon goût :’D ! C’est la tâche la plus ingrate !
  • Howlofsaya / Clannad X Gunther – You Touch My Tralala – Première apparition de Howlofsaya dans un AMV Enfer et wow attention mes amis, je vais avoir un gaycrush sur ce type pendant tout l’article parce qu’il a fait que des tueries et qu’il a fait preuve a de nombreuses reprises d’un excellent goût musical et animesque. Bon, pas là parce que You touch my tralala c’est pas d’un excellent goût mais PUTAIN C’EST SUPER DRÔLE. Tout y est au détail près. Les tronches d’ahuris de Tomoya et Sunohara, le petit plan qui tue sur Tomoya qui caresse une fleur, les plans sur la plage. La scène était déja hilarante dans l’anime de base, ici elle est utilisée sur nos points faibles pour un maximum de dégats ! En bonus, c’était le premier sketch « inédit » pour ceux qui s’étaient déjà matés la preview à Epita. Et quel premier inédit ! Bon je pourrais chipoter en disant que techniquement, on voit qu’il a un peu abusé de la fonction « ralenti » mais putain ça nique absolument pas « l’expérience. »
  • Le Commandant / Kannagi X The Doors – You Make Me Real – Déconnez pas, je crois que le groupe de musique le plus représenté de cet AMV c’est… les Doors ! Dire que j’avais une idée de sketch avec Touch Me… Là donc un sketch très littéral mais plutôt cool, et très joliment monté. Et donc avec une bonne chanson des Doors, ce qui est plutôt pléonasmique. Je sais pas si pléonasmique ça se dit. Bon tant pis, je lance.
  • Shar / K-On! X Tom Jones – Cold Outside – Peu de K-On! dans cet AMV Enfer, c’est très tristoune ! Celui-là… bah c’est du Shar ! Le garçon est très littéral et offre souvent un montage assez minimal, donc là on a un sketch très littéral et avec un montage assez minimal. Il passe bien mais vous l’aurez oublié dans trois minutes.
  • Amo / Chuunibyou demo koi ga X Chamillionaire – White and Dirty – Eh c’est pas parce que c’est le mien que je vais pas en parler. Donc hop déjà petite fierté perso d’avoir casé un anime de la saison d’automne 2012 dans cet AMV Enfer 2. Je trouvais giga cool l’idée d’avoir dans un AMV Hell un anime sorti un mois avant le dit AMV Hell, ça l’ancre encore plus dans « son temps »… du coup j’avoue que je matais déjà l’épisode 1 de Chuunibyou à l’idée de sketch rapide à faire (parce que la deadline était déja passée depuis quinze jours) et que dès que j’ai vu la scène de l’ouverture de la porte surabusée niveau mise en scène, je savais que j’allais l’utiliser. Initialement je voulais utiliser Song for Jedi de Dionysos, puis je sais pas pourquoi en plein milieu de montage j’ai pensé à cette chanson omniprésente dans les AMV Hell… Donc j’ai tout changé et j’ai fait celui-là. Après, le sketch en lui-même est pas mémorable. J’avoue avoir un petit effort pour essayer de coller les images sur le petit rythme au début et je kiffe la dégaine de l’héroïne à l’eyepatch sur le « They see me rollin' » mais c’est bien tout ! Il est là pour LE SYMBOLE ! Anecdote: la fin est un peu coupée, y’a 2 secondes en plus normalement (dont le « they hatin' »)
  • Le Commandant / The End of Evangelion X Tryo – Serre-moi – Subtil et distingué :’D. Simple, efficace.
  • Tsuchi / La Traversée du Temps X ASDF Movie – Woh du ASDF Movie dans un AMV Hell-like, c’est très… meta. Sinon celui-là il est délicieux :’D. Très court, très con, très très drôle si on est un gros fana des AMV Hell (ou Makoto bouffe son train toutes les vingt minutes), bien branlé, avec le petit visage déconfit de Makoto à la fin pour conclure ça parfaitement. Non tout colle à merveille, bravo Tsuchi (qui fait lui aussi sa première apparition.)
  • Le Commandant / Gurren Lagann X Dr Horrible – A Man’s Gotta Do – Le Commandant est ULTRA fanboy de Dr Horrible et en casera dès qu’il peut, donc rien d’étonnant ici. Après je sais pas trop si ça colle si bien que ça pour le coup, mais au moins l’effort est fait pour que ça paraisse bien synchro. C’est plutôt cool et reposant.

001.jpg

Lire le billet.

Jinrui wa Suitai Shimashita – Youpi, l’humanité décline \\o/ !!!

Jinrui wa Suitai Shimashita – Youpi, l’humanité décline \\o/ !!!

Je suis un putain d’incapable dès qu’il s’agit de mémoriser les noms de séries japonaises. J’ai mis presque un mois à retenir le nom d’Higurashi no Naku Koro Ni, j’ai passé deux mois à dire Hagunai au lieu de Boku wa Tomodachi ga Sukunai parce que j’en avais ras le cul de checker sur google à chaque fois si je disais les mots dans le bon sens et avec la bonne orthographe et je suis incapable de vous citer le nom d’un film Ghibli en VO parce que c’est du putain de japonais, que y’a trop de syllabes similaires, et qu’en plus ils utilisent pas le même alphabet que nous. Quel peuple barbare et décadent.

Du coup je vais vous parler aujourd’hui d’un anime dont j’ai réussi pour la première fois à écrire le nom complet sans fautes du premier coup y’a à peine quinze jours. J’espère vous faire profiter ainsi de mon succés personnel en plus de pouvoir réussir à vous convaincre de donner votre chance à un anime qui vaut clairement le coup: Jinrui wa Suitai Shimashita.

Jinrui05.jpg

Jinrui wa Suitai Shimashita, dont on pourrait traduire le nom par « L’humanité s’est effondrée » se déroule dans un monde situé dans un futur lointain ou les hommes sont au bord de l’extinction. Plus beaucoup de nourriture à choper, plus beaucoup de grand luxe comme l’électricité ou l’eau courante à s’offrir… les différents humains se regroupent par de petites communautés afin de subvenir à leurs besoins et l’avenir ne s’annonce pas ultra radieux pour eux. Heureusement, une nouvelle race d’humains commence à se multiplier. Connues sous le nom de fées, asexuées et se multipliant uniquement si les conditions le permettent, elles semblent pouvoir faire tout et n’importe quoi. Le souci c’est qu’elles ont peur des « anciens humains » et qu’elles sont ultra égocentriques, ne vivant que dans la recherche du fun et du divertissement.

L’héroïne n’a pas de nom (tout au mieux l’appellera t-on « Watashi », qui signifie « Je » en japonais) et a comme pour boulot celui d’être « médiatrice » entre les humains et les fées. Un boulot dans lequel elle a de bonnes prédispositions mais qui l’amèneront à cotoyer quotidiennement ces étranges bestioles…

Autant vous prévenir tout de suite: Jinrui wa Suitai Shimashita n’est pas une série extrêmement sérieuse. C’est carrément une comédie, même, qui vire parfois dans l’absurde le plus total. Mais une comédie à la Sayonara Zetsubou Sensei, ou derrière toute la débilité et l’absurdité du monde se cache une vision sarcastique et critique de nos petits travers de société. Sans aller aussi loin que l’exemple que j’ai donné, bien évidemment.

Jinrui01.jpg

Lire le billet.

Des enfants loups et une claque dans la trogne

Des enfants loups et une claque dans la trogne

Eh, je reviens de la séance des Enfants Loups: Ame & Yuki qui passait au cinéma Concorde à Nantes. Un chouette cinéma que je viens de découvrir ou y’a des fauteuils en cuir profonds et moelleux en guise de siège. Ces sièges ne sont pas le sujet de ce billet mais ciel qu’ils sont cools. Même si ils font plein de boucan quand tu essaies de changer de position. Enfin bref. De Momoru Hosoda je n’ai vu que le duo Lire le billet.

Rock Band Blitz !!§§?

Rock Band Blitz !!§§?

Rock Band Blitz est sorti aujourd’hui. C’est un jeu musical réalisé par Harmonix et disponible sur les plates-formes de contenu téléchargeable que sont le PSN et le XBLA. Non, ni WiiWare ni Steam ni Origin ni OnLive. Non pas OnLive du tout ha ha ha ha. C’est le meilleur jeu du mois. Ce qui n’est pas rude dans un mois ou le seul autre jeu a être sorti c’est Sleeping Dogs qui est bien aussi mais moins bien que Rock Lire le billet.