Archives de
Étiquette : madoka magica

Magique Madoque la Rebelle

Magique Madoque la Rebelle

  Week-end de Pâques, trois jours pour faire la party party, que de folie et d’entrain tout autour du globe, je pense qu’un jour je saurais faire des vraies phrases d’accroche. Mais bon ce n’est pas comme si la communication était un de mes points forts ? Vous savez ce qui n’a aussi aucun sens de la communication ? Yep l’association Epitanime. Je dis ça parce qu’on a appris cette semaine moins de dix jours avant que ça ait lieu Lire le billet. Lire le billet.

Chronique AMV n°AH – Hommage à Gainax, Black Rock Shooter, SAFETY DANCE & Super Heroïnes

Chronique AMV n°AH – Hommage à Gainax, Black Rock Shooter, SAFETY DANCE & Super Heroïnes

Je pourrais taper un article sur Steins;Gate (qui était une série géniale), sur les OAV Read or Die (qui était un divertissement de qualité) ou sur Ano Natsu de Matteiru (qui possède le personnage de Lemon – donc est une série de qualité) mais non, là j’ai giga pas la motivation et je suis en mode paie ta non-envie de faire des gros articles. Alors à la place je vais vous présenter, comme habituellement, quatre AMV de qualité. Que je juge comme de qualité, en tout cas. Mais ils déçoivent rarement les gens et c’est ça le plus important. Car à trente jours d’une élection d’importance internationale, il ne faut pas décevoir les gens. C’est ce que m’a appris mon sensei. Dont je tairais le nom. Car peut-être qu’il n’existe que dans ma tête.

Donc chronique AMV. Je rappelle le concept: je présente entre trois et cinq AMV que j’ai particulièrement apprécié. Je préviens si ces AMV spoilent parce que je suis sympa, je met une vidéo en streaming et la possibilité de le télécharger directement, je présente un peu l’auteur et tout, je donne mon avis comme une personne influente qui possède un blog et à la fin vous devez normalement kiffer votre race parce que les AMV c’est quand même cool. Je rappelle le lien vers le tag « chronique amv » qui récapitule les autres chroniques du genre.

CHILDREN OF DAICON

AMVAG00.jpg


Children of Daicon

Auteur: machina21
Musique: Electric Light Orchestra – Twilight
Anime utilisé: La totalité des animes de la Gainax jusqu’a Gurren Lagann.

Idée un peu fofolle: reprendre le fabuleux clip d’ouverture de la convention Daicon IV pour en faire un amv à la gloire du studio Gainax et de la totalité des animes produits par le studio entre le Daicon IV (qui, même si le studio n’existait pas encore, avait déjà à sa réalisation ceux qui seront les piliers du dit studio) et Tengen Toppa Gurren Lagann. Bon, pas de mention de Shikabane Hime ou de Panty & Stocking, donc. Et le résultât est assez envoûtant, même si pas exempt de reproches (certains incrustations de personnages se voit) mais fournit ce qui est tout de même au final un très joli hommage au studio, à ses staffs emblématiques comme Hideaki Anno et à l’ensemble de ses productions. Même si je trouve qu’on y voit au final très peu Nadia… Mais à partir de là, c’est les choix.

Bref, une jolie version revisitée du Daicon IV et ça fait plaisir.

Lire le billet.

Chronique AMV N°AG – Florence and the Machine, Kamichu et la vie est belle

Chronique AMV N°AG – Florence and the Machine, Kamichu et la vie est belle

Hop, chronique n°AG dans la série des chroniques AMV. Le principe est toujours le même: je fais découvrir quelques AMV qui claquent bien, j’en parle un tout petit peu et tout le monde rentre heureux à la maison. C’est la première « vraie » chronique AMV depuis septembre 2010, les trois derniers ayant été un peu spéciaux – l’un était dédié à l’AMV Hell 5, le second à l’AMV Enfer et le troisième aux AMV utilisant des musiques du groupe Mindless Self Indulgence. Je vais rester très timide néanmoins et en proposer que trois, mais trois qui m’ont vraiment déchirés la gueule.

Les deux premiers sont plutôt planants et envoutants, et par conséquent je vous conseille pour les apprécier à fond de les mater tard la nuit, avec un casque dans les oreilles et en plein écran. Le troisième est beaucoup plus rock et rythmé et peut donc s’apprécier à tout moment de la journée. Mais bon, si vous avez une vie et que vous devez vous coucher à 22h, c’est pas grave, prenez quand même donc la peine d’y jeter un oeil !

MAHOU SHOUJO REQUIEM

Ne regardez pas cet AMV si vous êtes en train de visionner Puella Magi Madoka Magica ou si vous avez prévu de le faire dans un avenir proche.


Mahou Shoujo Requiem

Anime: Puella Magi Madoka Magica
Musique: Florence and the Machine – Cosmic Love
Auteur: Shin
Télécharger

Ce qui rend cet AMV vraiment spécial, c’est définitivement la musique utilisée. Elle s’adapte de base extraordinairement bien à l’univers de la série Puella Magi Madoka Magica, et ça fait partir l’AMV avec des points bonus. A partir de là, Shin nous offre un montage très simple, a coup de découpages et s’efforçant de rajouter le moins d’effets et d’artifices possible. Et de manière très admirable, il réussit à éviter l’aspect fouilli assez typique de ce type de montage, avec un AMV qui réussi à bien retranscrire l’esprit de la série et à lui offrir une portée presque onirique. C’est vraiment un excellent exemple d’AMV « récapitulatif » – c’est à dire qui essaye de résumer une série de 13 épisodes en quatre minutes. Il n’essaie pas forcément de raconter une histoire où de passer un message, on sent qu’il se contente de s’amuser et de nous émouvoir avec une belle chanson et des belles images. Et ça fonctionne vraiment bien.

Lire le billet.

J’aime les personnages de Puella Magi Madoka Magica

J’aime les personnages de Puella Magi Madoka Magica

Puella Magi Madoka Magica, anime sorti en janvier dernier et réalisé par le studio SHAFT a qui on doit pas mal de trucs plutôt appréciés sur ce blog (les Sayonara Zetsubou Sensei principalement), est un de ses animes que vous avez peu de chances d’avoir loupé si vous fréquentez un tant soi peu la sphère française du plaisir otaku. Gros gros succès, à la fois public et critique, cette oeuvre nous racontait l’histoire de Madoka, une jeune fille normale, vivant une vie normale avec ses amies normales et qui tombe un beau jour sur une « sorcière », un esprit maléfique poussant les humains au suicide et au malheur, et qu’on ne peut combattre que si on devient une magical girl. Et ça tombe bien, puisqu’on lui propose également d’en devenir une, en échange de la réalisation de son voeu le plus cher… Et a partir de là ça devient plutôt sombre.

Et me voilà comme un con à bloguer sur la série. Le traquenard que voilà. Mais en fait si je voulais vous parler de Madoka ce n’est pas tellement pour évoquer mes impressions sur la série parce que mes impressions elles sont très basiques: j’ai vraiment adoré la série du début à la fin et je pense que c’est un excellent anime, voilà, y’a pas tellement à tricoter autour de ce postulat parce qu’il est plutôt clair. Non, ce que je vais évoquer ici c’est les personnages de la série.

Madoka03.jpg

A partir de maintenant, on spoile allégrement Madoka. C’est réservé à ceux qui ont vus la série.

Lire le billet.

Fourre-tout grotesque – Slayers, Panty & Stocking, Amazing Race, Pacman, Que sa volonté soit faite, Brutal Legend, etc…

Fourre-tout grotesque – Slayers, Panty & Stocking, Amazing Race, Pacman, Que sa volonté soit faite, Brutal Legend, etc…

Pendant que Nolife suinte le charisme statistique et que le printemps commence doucement à s’installer, le blogueur que je suis est triste de ne pas avoir encore pu dire ce qu’il pensait de la quantité ahurissante de trucs qu’il a du mater depuis près de deux mois, histoire d’écrire ses opinions dans le marbre de l’Internet, celui appelé cache google. Du coup voilà un catch-up déstructuré et aléatoire avec des jeux vidéo, des animes, des trucs télévisés et des mangas.
Donc au lieu de lire sans cesse des trucs sur ce séisme un peu flippant (Je veux dire, y’a un SIPHON DANS UN PORT, si ça c’est pas flippant, alors rien d’autre ne peux l’être), il est temps de lire tout et n’importe quoi, surtout n’importe quoi.

DE LA PURETÄY
L’anime en français à la Japan Expo, le manga en français et en juin, deux suites au manga en mars, le film en décembre, Tsumugi toute l’année. Ohlala que je suis explicitement jouasse.

PANTY & STOCKING WITH GARTERBELT (9/13)

FourreToutEncore03.jpg
Qu’est-ce que je peux avancer lentement sur cette série ! Pourtant c’est pas faute d’être de qualité, et d’avoir globalement des épisodes tout sauf chiants à mater, mais je sais pas… Enfin bref qu’est-ce qu’on peut en avoir à foutre de mon rythme de visionnage, on est pas là pour ça. Là genre, qu’est-ce que je pense de Panty & Stocking hum ? A 4 épisodes de la fin, comment puis-je vraiment dire du mal ? En fait c’est difficile de juger Panty & Stocking dans un ensemble, chaque épisode ayant vraiment son propre monde à part, avec des épisodes parfois magistraux (la seconde partie de l’épisode 5 et son salaryman déprimé et déprimant ; l’intégrale de l’épisode 6), d’autres juste très bons, certains un peu en deça…

En tout cas une chose est sûre: Panty & Stocking est une putain de bonne initiative. Quel que soit le résultât que ça donne, on va pas cracher sur un programme permettant à une vingtaine de réalisateurs du monde de l’animation japonaise de venir imposer leur style sur un exercice quasi-libre. C’est dommage du coup de voir le truc être roulé dans la boue de manière quasi irréfléchie par des trucs comme Animeland, qui préfèrent se concentrer sur les blagues scatophiles (après tout le premier épisode fait affronter un putain de caca géant, et comme c’est la première impression qui compte dans ce monde cruel et injuste) que sur le reste. Après ouais, c’est gentiment vulgaire mais, eh, ça empêche pas le truc d’être bon, et c’est un blogueur qui dit « putain » trois à trente fois par billets qui vous l’assure. Putain d’approuvé par la putain de maison donc.

Et puis bon, tout un épisode sur un combat démon vs ange au BEACH VOLLEY quoi.
Et cet épisode qui fusionne les spermatozoïdes et le Soldat Ryan quoi.
Et cet épisode qui démontre le pouvoir sexuel de se foutre le doigt dans le nez !
Et puis et puis et puis ce demi-épisode avec des zombies là.
Et puis le SINGE AVOCAT…

Lire le billet.