Archives quotidiennes :

De la véritable impossibilité du débat sur Internet.

Ecrit au fil de la plume, pas relu, brut, à tailler vous-même.

Oui, je sais. C’est assez paradoxal de se plaindre de l’impossibilité des véritables débats sur Internet alors que ça reste, quand même, un outil fait à la base pour ça, je pense. Néanmoins, il est assez préoccupant de voir la pauvreté du débat en général. Il y’a plusieurs raisons, a mon avis, de différentes sources différentes, mais qui s’additionnent pour former une des raisons pour laquelle le net est très emmerdant, finalement:

Tout d’abord, la première chose qui nuit gravement à la réalisation de débats sur le net est le cercle vicieux du « bon comportement ». Quand on arriver sur le net, tous nos premiers pas sont assez difficiles, en règle générale, et on se prend souvent quelques coups de pieds dans la tronche. Ces coups de pieds, censés nous amener de manière un peu forcée vers le « comportement idéal » ne sont finalement que des coups de pieds nous menant à un long détour. Ainsi, on apprend dès nos débuts que « tous les goûts sont dans la nature », que « le réglement doit être respecté », « il faut être objectif » et caetera. Ainsi on s’accomode de ce moule, on devient à son tour le donneur de coups de pieds, par vengeance peut-être, et histoire de prouver son autorité et sa connaissance du réglement par nos anciens bourreaux. Et peu à peu, très lentement, on devient complétement accroché a ces notions, sans pouvoir en sortir, car on sait pertinnement qu’en sortir nous ferait ré-affronter à nouveau les coups de savate et les « humiliations » comme au début de notre carrière. Il y’a finalement une grande peur qui naît chez beaucoup. Alors que même ces notions sont peut-être dangereuses: si il est effectivement vrai que tous les goûts sont dans la nature, cela ne peut justifier totalement la fin de tout débat au nom du sacro-saint « ‘goût dans la nature », et il y’a toujours cette parfaite amalgamme entre qualité subjective et qualité objective: on peut parfaitement aimer une merde et vomir sur un chef d’oeuvre. Mais contrairement, à ce qu’on pense, ces deux qualités peuvent être discutées: il peut être très intéresser de demander à quelqu’un pourquoi il a aimé « Astérix » malgré sa foule de défaults qu’on se plaira à débiter et il peut être tout simplement exquis de discuter sur la véritable qualité scénaristique de toute la saga Star Wars. Quant aux réglements, ça a toujours été de mon point de vue une grande blague. Tout le monde sait que ça s’interprète comme ça veut, nos amis politiciens nous le rappellent même quotidiennement. Jamais pour moi, un réglement netesque n’a eu une véritable valeur car ça a toujours, à mes yeux, desservi véritablement la lecture de tout un chacun. Enfin, quant à l’objectivité, ça a toujours été une grande blague, vraiment. « Bonjour, tous mes propos vont être objectifs et le plus prêt possible de la vérité. » Quel être humain peut faire ça ? Ce n’est qu’une vaste hypocrisie de se dire totalement objectif et, surtout, vouloir que tout le monde soit objectif pose un grand problème: cela voudrait dire que tout le monde devrait, de base, penser la même chose. Donc autant faire des blogs, quoi. Comme ça on lira des vrais monologues.

Ensuite, il y’a l’âge moyen d’une grande partie du net francophone, je sais qu’a 14 ans on peut être mature, et tout et tout, mais non. Ah, je ne veux pas proposer d’interdire le net aux moins de 18 ans (bien que Internet is for porn), et je ne nierais pas que pas mal de gens de 20/25 ans ont sur le net le comportement d’un gamin de 11, mais le gros problème d’un type de 14 ans (voir jusqu’a 16 quoi), c’est sa grande influençabilité. Dites lui que les moutons peuvent voler, en apportant photos photoshopées, gros pavés mensongers qu’il ne lira qu’a moitié (un peu le début, un peu la fin), et il sautera presque à pied joint. Rajoutons que la moitié ont du mal à écrire un français véritablement correct (enfin, lisible quoi. Je dis ça parce que je ne nie pas faire moi aussi des fautes de ouf, mais elles sont plus pardonnables – sauf si vous faites partie de ces intégristes inquisiteurs de l’orthographe) et que les trois-quarts n’ont pas de culture, même si j’avoue être gravement mesquin là-dessus parce que les trois-quarts du net tout court n’ont pas de culture, et même pas assez de forces pour aller sur google la combler quand ils doivent la combler. Et un « gamin » de 14 ans, c’est finalement assez influençable pour qu’on lui foute tous les critères du « je suis un bon internaute pour les nuls » que j’ai cité plus haut.

Autre point fatal: le fait que n’importe qui puisse venir poser ses guêtres dans le débat. A 2 on a deux opinions qui s’opposent, à trois, quand c’est bien foutu, on peut avoir trois opinions qui s’opposent en même temps et ça peut être tout à fait passionnant, à partir de quatre, ça devient impossible à cause d’un défilé de lécheurs de culs, ou bien encore des gens « qui aiment pas ce débat parce que ça les gène et qui demandent que ça se termine » (les nouveaux castrateurs et censeurs du XXIe siècle) ou encore de pseudo-déconneurs qui se la jouent parodistes. Un débat, ça se fait à deux ou trois. Pas plus, pas moins (« bonjour, je débat seul. ») Et donc là, on pourrait me dire: « dans ce cas, les gens ont qu’a le faire par MP. Comme ça tout le monde est content. » Non, parce que…

Un débat c’est public. Sinon ça a aucun interêt. Ils me font rire les gens qui sortent les MP au premier argument. Je pense que ces gens-là ont une méconnaissance totale du principe même de débat, parce que si un débat n’est pas publique, il n’en vaut pas la peine. Je parle de débat dans le sens qu’en a Schopenhauer: dans un débat on ne cherche pas la vérité, on cherche la victoire aux yeux des autres. La vérité, on la trouve au bout de deux posts, facile, donc on peut nettement ne pas s’en préoccuper: le synonyme le plus clair de débat, là-dessus, c’est bien joute verbale. Le débat est avant tout un divertissement, à la fois pour les participants, et aussi pour les lecteurs. Comme un type peut s’émerveiller devant un match de foot opposant deux équipes très douées, un lecteur peut jouir des yeux en lisant un débat fait d’humour, de grandes phrases symboliques, de proses, et caetera. C’est là que je dois être en total désaccord avec la totalité du net, sur la notion même d’un débat. Car un débat, dans ma vision, autorise nettement l’usage de mauvaise foi, de preuves erronées, de coups bas et d’insultes. Ceux qui ont déjà eu « l’honneur » (ha ha) de me lire en débat sait que je suis, plus particulièrement depuis le début de l’année, un type qui peut parfaitement nier la notion même de politesse. Enfin, de politesse au sens propre. C’est à dire que je suis du genre à traiter un type de crétin ou à dire putain de bordel toutes les deux lignes, quant à mes comparaisons anales, n’en parlons pas, elles sont célèbres aux lecteurs de ce blog. Pourquoi use-je de ça ? Pour la déstabilisation, tout d’abord, ensuite parce que je pense qu’écrire avec son cerveau est beaucoup moins sexy qu’écrire avec ses tripes. Pas tout le temps, et il faut faire attention à ne pas écrire qu’avec ses tripes, parce que sinon ça dégeulasse à la fois le clavier et votre réputation, mais dans ce monde virtuel, il est intéressant de rappeller de temps à autres que nous sommes des humains, pas des bots (quoique, ça se trouve, je suis le seul être vivant sur le net, vous êtes tous des bots, et tous ceux que j’ai croisés IRL étaient des acteurs payés par une société spécialisée.) Enfin, c’est un large piège: à écrire vulgairement, on passe plus de temps à me répondre sur ça que sur mes arguments en l’état. C’est donc plus une diversion, qui appartient toujours au rude art du débat pour les nuls.
Petite interlude

Car, oui, la mauvaise foi et les insultes, pour beaucoup, c’est caca. Suffit de dire en plus qu’on est pédophile, chômeur et consanguin, et c’est la fin du monde médiatique. Et si il n’y a pas tort souvent (oui parce que bon, le bon usage des insultes c’est surtout une modération perpétuelle et le bon placement de ces dernières), il faut parfois éviter de sauter du cul pour un rien. Toute est une question de jugement, on ne le dira jamais assez, mais la réflexion devient une chose de plus en plus nécessaire – ce que ne facilite pas les smiles, puisque décidement, de nos jours, une phrase ironique = une phrase avec un smile ironique, le danger c’est que pour une poignée de crétins, une phrase sans smile n’a du coup, aucune chance d’être ironique, et rien que pour ça, j’en tuerais bien un. Ou deux. Pour l’exemple. Ce qui, du coup, nuit à la qualité du débat en soit, puisque les incompréhensions peuvent être fréquente par flemme de réfléchir vraiment.

L’autre danger, c’est qu’un débat n’a pas d’interêt si il n’atteint pas une taille raisonnable, combien de débats ont-ils été tués dans l’oeuf par des modératés qui ont préférés montrer qu’ils avaient des pouvoirs et dire: « Bon, on retourne au sujet svp » ? Pour ces derniers, je signale non sans ironie, que si ils connaissaient leur métier bénévole, ils seraient au courant de l’existence au pire un bouton déplacer. Je dis au pire, parce que ce n’est pas forcément véritablement une bonne chose de mettre les débats tous seuls dans leur coin. Un sujet de forum n’a véritablement aucune chance de ne jamais voir son sujet changer en cours de route, alors quitte à être changé, autant que ça soit par un véritable débat. Au sens débat d’homme à homme, évidemment, pour moi un débat meurt dès que plus de trois personnes interviennent en même temps – je dis en même temps car ça peut être comme dans les caves de cités: on peut faire tourner. Si A se fait humilier par B, C à le droit de sauver A en prenant sa place. Enfin, de sauver la cause de A, parce que bon, A, dans le cas présent, C s’en contrefiche à 90%. Souvent, il veut faire manger les dents à B.

Ah mais oui, y’a ça aussi. A moins que les débats portent sur les personnes en elle-même, beaucoup de débats sont lancés parce que C -qui aime pas B- aime bien le contredire. Ce genre de comportement est, à mon avis, assez nuisible. Tout d’abord parce que si un forum se retrouve en six mois avec une trentaine de débats de 5 pages sur C Vs B, ça deviendrait franchement gavant, et aussi parce que ça facilitera d’autant plus les coincés du coin à se plaindre et à se faire entendre raison sur la question d’un renforcement du réglement. Pour ma part, j’ai toujours eu une politique forte arrogante: je contredit très souvent ceux avec qui je ne suis pas clairement pas d’accord, et ça peut être n’importe qui. Toutefois, plus le temps passe, plus j’évite de re-contredire plus d’une cinquième fois la même personne. Ca m’est arrivé – par exemple sur un forum F1- mais pour ma part, j’attaque plus la partie droite d’un forum -texte- que la partie gauche -avatar, pseudo et localisation-, et je pense de manière fortement prétentieuse que ça devrait être le cas pour tous.

De même, ne le nions pas, les nouveaux sur un forum en prennent toujours plein la tronche. Le même message provocateur par un ancien A que par un nouveau B: B en prendra plein la tronche par pur préjugé que A qui s’en sortira bien souvent sans problèmes, au pire ignorer, au mieux léchouillé par quelques groupies. Et je pense que ca n’est pas non plus favorable pour les qualités du débat en tant que tel.

Enfin, le monde tente de plus en plus à échapper aux débats. Pour cela, le monde a inventé une foule de phrases bateaux dont vous êtes censé être forcément d’accord, et dont vous ne pouvez rien dire. Des exemples aussi géniaux que « Bon bah euh de toute façon les africains ils seraient contents de vivre à ta place donc te plains pas », ou bien encore « De toute façon, tous les goûts sont dans la nature ». Si j’ai déjà parlé de la seconde, la première est pour moi une phrase honteuse de la rhétorique sous toutes ses formes: tout d’abord parce que cette phrase est véritablement absurde, mais aussi dangereuse (ça nous crée une échelle de Richter du malheur, avec points bonus pour le peuple le plus « malheureux » du monde), inexacte (peut-on mettre sur le même plan société occidentale et société africaine ? Non. Clairement, non, relisez par exemple un des monologues du Père Pirrone dans la partie 5 du Guépard), assez prétentieuse (« On vit dans le plus beau pays du mooooooonde ») et finalement assez primaire (oui, car le monde est si simple que si j’échangeais ma place avec un africain, il serait forcément heureux.) Mais ce qui n’empêche clairement pas le faire de débattre juste après sur ces phrases-là, ce que j’adore nettement.

Pour conclure, ce qu’il faudrait véritablement, c’est un véritable changement dans les mentalités. Je pense véritablement que les gens sont trop niais, ou veulent se la jouer justicier perpétuellement, mais non. Je vais faire sourire en faisant un gros Point Godwin, mais je suis pas loin de penser que si le net aurait existé en cet état pendant l’occupation, une énorme partie du net aurait été collaboratrice sans problèmes (quoi vous dites ? Toute la France était collaboratrice ? Certes… – quoique je dis des conneries, là, il apparaît surtout que les français tentaient déjà de vivre. Y’avait autant de résistants que de collabos) parce que le réglement. Non, je suis véritablement abusif sur ce point, mais je crois franchement qu’il est temps de mettre définitivement fin aux réglements, aux chartes de toutes sortes. De même, je crois qu’il est aussi vraiment temps de retirer le balai que le fondement de beaucoup de gens possèdent. Ce que je veux n’est pas un net chaotique, bordélique, mais un net plaisant à lire, ou il serait plaisant de discuter véritablement sur le fond des choses. Et ça, on en est encore loin. Vous êtes des humains, agissez commes des humains, pas comme des bots qui auraient appris par coeur les phrases du « le monde y doit être beau et gentil », les intégristes de la gentilesse sont des gens dangereux. Comme tous les intégrismes, en quelque sorte.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr