Tubacabra & compagnie

Tubacabra & compagnie

Article fourre-tout en ce plein milieu du mois de mai. Après un article géant mais assez niché sur l’AMV Enfer 3, il est de bon ton de revenir sur mes différentes découvertes ou visions du mois d’avril et du début du mois de mai. En l’occurence je vais surtout parler de Seven Deadly Sins, la Fille de la Plage, DaredevilEuphonium et de mon mois ciné. A boire et à manger, donc.

Mais avant ça la fin de mois de mai ça sera aussi la période des \o\ SALONS /o/. En l’occurence, j’ai vraiment hâte d’être au Stunfest la semaine prochaine, les trois jours, souvent planqué devant l’écran des speedruns, qui sera suivi le week-end suivant par la conv Epitanime qui fera son grand retour. Comme d’hab, je vais sans doute tenter de faire la totale sans dormir (mais en mangeant parce que tricher c’est le nouveau cool) mais vous savez comment c’est ce genre de prévisions. Donc voilà, on est motivé.

Bon, allez, je vais maintenant vous parler de Seven Deadly Sins. 

Tubacabra07

Non. Rien à voir. Ca:

Tubacabra01

C’est un des nouveaux cartons shonen: 9e plus grosse vente de 2014 au Japon après un démarrage discret, ce shonen est clairement le nouveau chouchou de la Kodansha qui veut pouvoir trouver un successeur à un Fairy Tail qui n’a jamais vraiment été un super giga énorme carton dans l’archipel – en tout pas comme en France ou il est mystérieusement régulièrement dans le top 3. J’ai mis un peu de temps à m’y mettre car le style graphique ne m’attirait pas particulièrement et, vous commencez à le savoir, l’heroic fantasy est un genre qui me fait autant bander que des tableurs Excel récapitulant les journées du NIKKEI. Bon.

Du coup bon, faut quand même pas trop déconner, on m’en a dit du bien, et c’est pas un style graphique et un univers pas attirant qui va me freiner, je suis un garçon courageux et je me suis fait les cent premiers chapitres, ce qui est déjà pas mal et m’a permis d’aller jusqu’à la fin du premier gros arc. Cool.

Alors du coup oui, c’est bien huilé. L’auteur connaît ses classiques, sait faire évoluer son scénario et possède une intrigue assez intéressante avec pas mal de rebondissements bien gérés. Ca se laisse lire et même le style graphique dont je me moquais un peu plus tôt se révèle finalement super sympa et offre une vraie personnalité à l’ensemble.

Tranquille pépère posé
Tranquille pépère posé

Mais pour moi, Seven Deadly Sins a un très gros problème: il est coincé en 1990. Je le pense très sérieusement. Pour moi, c’est un shonen bien pensé mais avec un esprit qui est resté coincé aux hits de la Shueisha des années 90 et qui n’a pas vu ce qui est arrivé entre temps. C’est un shonen qui ne parle pas vraiment à la jeunesse de sa société mais qui veut parler à ceux qui étaient jeunes quand ils kiffaient Dragon Ball et qui veulent retrouver ça. C’est pour ceux qui grognent que « c’était mieux avant » et qui sont passés à coté des vingt dernières années.

Et du coup, moi qui suit un otaku ayant fait mon éducation avec du shonen des années 2000 – le shonen ou tu dois avoir un casting de 4000 personnages secondaires minimum et ou ton héros ne sert plus à grand chose -, forcément, je suis mitigé devant Seven Deadly Sins qui ne me surprend jamais vraiment et qui ne parait jamais vraiment innover. L’esprit ne me parle pas.

Pire: je suis parfois même considérablement agacé de constater que Hunter X Hunter déjà en 1998 proposait des choses beaucoup plus intéressantes et originales pour du shonen de baston. C’est le drame.

Tubacabra10

Alors, oui, j’exagère évidemment et Seven Deadly Sins propose des personnages beaucoup plus nuancés qu’à l’époque de la chute du Mur de Berlin. Mais encore une fois le casting de la série il me déplait car tous les personnages me sont profondément antipathiques. Il a fallu que j’attende l’arrivée d’Arthur Pendragon vers les 70/80 chapitres pour trouver ENFIN un personnage un tant soit peu appréciable parce que nom de dieu jusqu’alors voilà la trainée de connards qui servent de héros. Méliodas qui tripote les nanas toutes les 2mn et qui en a rien de battre de tout le monde, le cochon qui passe son temps à se la péter, Ban qui est Ban, King qui tourne en rond dans ses propos…  Wow, on a vraiment envie de s’y attacher ! Je peux comprendre la volonté d’avoir des antihéros mais faudrait quand même s’assurer de les rendre un minimum attachant, quand même.

Et quand c’est pas des connards c’est des personnages féminins absolument clichés. Attendez je veux pas jouer la carte du sexisme mais on est en 2015 et on a là une série ou aucun personnage féminin « important » n’est vraiment indépendant et ou toutes tournent autour d’un autre personnage masculin parce qu’évidemment tu peux pas être une fille sans forcément avoir des sentiments pour le moindre personnage principal masculin qui passe dans le coin. La seule exception c’est fuckin’ Merlin et il faut attendre une tonne de chapitres pour la croiser, sérieux ! Et je passe sur leur relative inutilité en combat parce que j’attends encore le moment ou Diane servira à quelque chose malgré le fait que c’est une PUTAIN DE GEANTE SURBALEZE. Même dans Bleach, les persos féminins sont mieux mis en valeur, sérieux. Dans Bleach.

Je veux dire tu compares à Medaka Box, à Boku no Hero Academia ou même à l’Attaque des Titans et voilà quoi. Boku no Hero Academia c’est vraiment parfait comme illustration parce que le cast est majoritairement masculin mais les personnages féminins ils déroulent des culs, ils ont pas besoin d’être forcément un interêt amoureux et ils sont des personnages à part entière. Et ça c’est même directement hérité de fuckin’ One Piece ! Bref, Seven Deadly Sins retourne juste pépère en 1990, à l’époque ou c’était normal d’en avoir rien à branler des persos féminins dans les shonens. C’est dingue.

Après je kiffe bien le perso de Giula, mais c'est les yeux fermés qui font ça
Après je kiffe bien le perso de Giula, mais c’est les yeux fermés qui font ça (Ichimaru était le meilleur perso de Bleach pour cette raison, après tout.)

Mais même dans son intrigue, la série semble vraiment bloquée dans cette époque en utilisant et réutilisant des clichés et des tropes qu’on pensait devenus désuets ou impossibles à réutiliser sérieusement. Quand Hawk le Cochon se retrouve équipé d’un scouter à la Dragon Ball pour lire les niveaux de puissance c’est effarant. Qui en 2015 pense encore que les niveaux de puissance dans les shonens c’est important ? Alors qu’on sort de 10/15 ans de shonens qui, justement, essayaient de nous apprendre que ce qui comptait en combat c’était la manière d’utiliser ses pouvoirs, pas forcément leur quantité. Est-ce que j’ai loupé une parodie ou une moquerie ? Je sais pas…

Bref, fin de la parenthèse un peu reloue.  Après, on m’a parlé en boucle de twists « importants » donc j’ai aussi lu la série à la recherche du moment ou on apprendrait un truc de fou. Sauf que dans ce premier arc c’est jamais vraiment arrivé. Elizabeth a le pouvoir de l’amour ? Cool. Méliodas a un passé super méga trouble ? Je m’en doutais tellement pas, holalala. Ban veut se barrer de l’équipe pour partir vivre sa vie ? Qu’est-ce que ça change de d’habitude. Hawk meurt ? Il revient au chapitre suivant, looooooooooool (ça ça m’a vraiment énervé.)

Du coup j’ai l’air sarcastique et énervé envers ce manga mais c’est parce qu’évidemment j’exagère et que c’est facile de dérouler des mots et des mots sur ce qui nous frustre. En soit je ne peux après pas honnêtement dire que c’est mauvais. C’est même plutôt bon si on le prend comme il est, c’est à dire un vrai hommage à l’esprit shonen 80/90. Si vous avez grandi avec cet esprit alors oui, vous allez kiffer. C’est quand même bien rythmé, tout fonctionne, le visuel est séduisant et les personnages sont simplistes (comme je l’ai critiqué) mais ne manquent ni de personnalité ni de couleur. Mais si comme moi c’est moins votre came ou que vous n’avez pas vraiment de nostalgie sur cette époque, la lecture sera beaucoup moins passionnée et pas mal de choses sont même susceptibles de vous agacer très très fort.

Sans transitions, du mignon
Sans transitions

On va aller plus rapidement sur le reste, à commencer par La Fille de la Plage, d’Inio Asano.  Je remarque du coup que j’ai jamais vraiment parlé de Bonne Nuit Punpun sur Néant Vert. Je l’ai fait via LOLJAPON mais jamais vraiment  sur ce blog et c’est quasi criminel parce que Bonne Nuit Punpun c’est vraiment super bien. C’est assez déprimant, c’est pas une lecture facile mais nom de dieu ça fait réfléchir, ça nous secoue un peu et c’est un peu ce qu’est censé être une histoire un peu artistique, non ?

Du coup les éditions IMHO ont sortis un des précédents titres d’Asano, sorti avant Punpun au Japon, et nommé La Fille de la PlageQui parle tout simplement de la relation bizarre entre deux lycéens (collégiens ?) qui découvrent le sexe ensemble tout en essayant de panser leurs traumatismes: lui a un frère disparu, elle a eu des relations sexuelles un peu forcées dans son passé.  Bonne ambiance.

De ce synopsis casse gueule, Asano fait du Asano: une histoire pas forcément facile à lire, qui veut quand même raconter des trucs, pas faire plaisir à son lecteur et offrir une conclusion douce amère dont on ignore si on doit être heureux pour les héros ou pas. En fait on doit juste être content qu’ils sont encore en vie, I guess. 

En vrai, c’est deux tomes qui se lisent finalement assez vite, qui sont extrêmement intriguants et intéressants. J’avoue honnêtement que je suis par contre un poil plus suspicieux sur la légalité du titre en France – y’a des scènes de sexe quasi explicite entre collégiens/lycéens/mineurs – mais il faudrait que je me replonge dans mon droit et je pars du principe que c’est suffisamment artistique et non racoleur pour fonctionner. Les scènes de sexe étant, comme d’hab avec Asano, soit traité de manière ultra réaliste et non sexualisé, soit traité de manière un poil glauque et malaisante. J’ai des drôles de questionnements, je l’accorde.

Bref, une lecture assez prenante, pas pauvre en enseignements. Maintenant on attend avec impatience la sortie en France du génial Dead Dead Demon Dedededestruction qui voit Asano mélanger de la SF et du slice of life à la K-On. Sans dec, c’est le plus proche comme comparaison que je peux trouver. Enfin, après, vu le four que s’est mangé Bonne Nuit Punpun ( 🙁 ), qui prendra le risque ?

En fait du coup le seul défaut ça serait du coup que ça soit sorti chez IMHO. C’est une maison d’édition qui a pas l’air super riche et ça se sent pas mal. Sans compter que le titre a été distribué à compte goutte donc ça peut être assez dur à trouver.

(par contre protip: des Punpun y’en a partout, attrapez donc en un ou deux vous allez voir c’est super bien.)

Tubacabra04

Ok ok Netflix / Daredevil / tout ça. On est déjà à 1800 mots, je voulais faire un article court, fait chier. Du coup oui le Marvel Cinematic Universe s’étend à la télé depuis Agents of Shield mais là ils ont un accord avec Netflix pour créer un ensemble de petites séries sur les super héros New Yorkais et on commence avec le plus connu, Daredevil. Dans mon cas, si je suis dis « plus connu » c’est parce que je connais vaguement le film avec Ben Affleck et Evanescence. WAKE ME UP ♫. Ma culture comics est un peu nullos.

BREF.

Surpris par le ton sombre et un poil violent de la série, parce que j’étais en mode « c’est le MCU, c’est gentil, c’est pépère » et lol non. Un russe se fait détruire le crâne par une portière de bagnole et des mecs se font dégommer de façon sale de temps en temps. C’est pas non plus super violent – c’est même pas aussi violent que Game of Thrones – mais c’est juste que c’est quelque chose que j’attendais pas, qui ajoute une certaine tension et que ça se justifie.

Les personnages sont vraiment sympas. J’ai bien aimé Murdock, adoré – comme tout le monde – Wilson Finsk et son pote Wesley, bien aimé la Team Rocket qui l’entoure (surtout Owley) et j’ai même apprécie Foggy et Karen, même si il m’a fallu un peu de temps pour ces deux là.  En outre l’intrigue avance bien, même si on sent que y’a un peu trop d’épisodes et qu’un ou deux de moins n’aurait pas forcément fait de mal. Après je matais les Daredevil en mangeant ou en jouant à un jeu de gestion pas compliqué donc, forcément, je me suis pas ennuyé.

En somme c’est une série super cool. Je commence à comprendre pourquoi on parle souvent de Daredevil comme la version Marvel de Batman et c’est vrai que j’y ai pas mal pensé tout du long. C’est moins une série de « super héros » qu’une série d’action assez basique, avec l’ascension d’un justicier et la déchéance d’un vilain. Bref, assez curieux de voir les futures autres séries Netflix/MCU, et voir comment Daredevil va s’intégrer à tout cela.

Tubacabra05

EUPHONIUM, YAY.

KYOTO ANIMATION, YAAAAAAAAAAY.

CETTE SCENE QUI TOURNE EN BOUCLE SUR INTERNET:

YAAAAAAAAAAY.

Comme tout le monde j’avais les préjugés d’un connard: « oh Kyoto Animation qui fait une série avec quatre filles qui font de la musique ça me dit quelque chose allez on embarque tous dans le SS Moeshit tchou tchou les pédos. » Bon j’exagère encore une fois parce que moi K-On, c’est ma came. Donc j’étais en mode « ouais. » Mais comme j’étais aussi en mode « aaah Amagi c’était tellement bien, je veux que KyoAni me surprenne à nouveau », bon, j’avais quand même envie d’un truc « neuf. »

Bon après voilà j’ai été con: Euphonium n’est pas un nouveau K-On, c’est presque un nouveau Hyouka. Et encore là je prends des baguettes de fou parce que, finalement, Euphonium est un nouvel Euphonium et est son propre truc. Il est juste un poil proche de Hyouka mais c’est dans les détails: l’héroïne un peu sarcastique, une représentation sérieuse des problèmes de club, ce genre de détail. 

En vrai, c’est surtout un animé de musique avec une fanfare qui doit apprendre à avoir un peu de talent et à se sortir un peu les doigts de sa flemme. Et c’est particulièrement génial. Tous les personnages sont intéressants, à commencer par une héroïne qui donne vraiment beaucoup de piquant à la série avec des remarques souvent bien placées et un caractère fort et parfois imprévisible. Et je vous parle pas d’Asuka la vice-présidente parce que ce personnage est tellement génial que parfois j’oublie qu’elle a la même voix que Tsumugi.

Puis la série déchire techniquement la gueule. Ca continue de se faire grave plaisir chez Kyoto Animation et y’a la une volonté d’en mettre plein la gueule qu’on avait honnêtement pas vu depuis Hyouka. Et quand vous rematez le gif que j’ai mis plus haut, je crois jamais avoir vu KyoAni faire aussi ouf dès la diffusion télé. Damn. Ca provient d’un cinquième épisode d’une diffusion télé. C’est pas un film, pas un OAV, pas un premier épisode, pas une version BR. Ca se fait plaisir, indeed.

Bref, je conseille vraiment Euphonium. C’est une série assez intelligente. Par contre c’est pas forcément tout le temps divertissant et ça un rythme assez lent mais c’est le bon pari de ce printemps.

Fanart Medaka Box par corogi
Fanart Medaka Box par corogi

Enfin, je me suis pris une carte illimitée UGC histoire de. Deux motivations:

1/ Depuis que j’ai 26 ans je dois commencer à payer mes tickets plein pot et à 10€ le billet, c’est triste. Je pourrais encore faire croire aux gens qui contrôlent les tickets que j’ai moins de 26 ans et honnêtement jamais personne contrôle mais je suis le genre de mec qui paie le tram de Nantes à minuit trente parce que les règles c’est les règles. Je suis très de gauche mais pas sur ce plan là, mmmvoyez.

2/ J’adore aller au ciné mais je l’ai jamais vraiment beaucoup fait par manque de motivation et la non-possibilité de vraiment régler un budget pour ça. Là j’ai 20€ par mois qui partent automatiquement donc autant le rentabiliser et autant plus se priver. Bref, bonus.

Du coup en trois semaines j’ai vu cinq ou six films et c’est cool. J’ai même commencé une liste Sens Critique pour les repertorier et faire des mini critiques. Du coup comme j’ai déjà fait des remarques sur la page, ça a peu de sens que j’en refasse ici.

NEANMOINS.

Je recommande très fort Whiplash, film extraordinaire. Il sort en DVD/BR la semaine prochaine et est encore projeté dans de rares salles mais vu sa scène de concert incroyable à la fin je ne peux que vous conseiller de vous jeter dans une des dernières séances qui traînent.

J’ai aimé Avengers 2 en espérant l’adorer. Beaucoup trop long et, paradoxalement, ne raconte pas assez. La version Director’s Cut je l’attends violemment. Néanmoins j’ai super hâte de voir Civil War.

Broadway Therapy est plutot drôle, c’est du très bon vaudeville. J’ai trouvé Fast & Furious 7 super chiant, avec des scènes d’actions assez peu lisibles coincées entre des scènes sans voitures ou on se fait un peu chier. Taxi Téhéran est une sorte d’OVNI très intéressant si vous voulez savoir à quoi ressemble concrètement l’Iran de 2014. Enfin, Shaun le Mouton c’est super drôle, mais c’est Aardman donc vous le saviez déjà.

Et c’est tout pour aujourd’hui, maintenant je pars profiter du pont comme un vrai salarié qui se respecte.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

2 réactions au sujet de « Tubacabra & compagnie »

  1. Evidemment, je ne risque pas de t’approuver concernant Seven Deadly Sins, un manga dont je suis la publication française avec grand intérêt. La question n’est pas de savoir si les shônen des années 90 surclassent ceux d’aujourd’hui, mais plutôt d’identifier les différences, ce qui les rend chacun unique. Cela permet de varier les plaisirs. De fait, je « kiffe » autant un Kuroko no Basket, un Blue Exorcist, ou un Nura, qu’un Seven Deadly Sins.

    Au passage, merci pour le spoil concernant Hawk…

N'hésitez pas à commenter l'article~