Archives de
Étiquette : bilan

365 jours de JV ~ 2016 / 2017

365 jours de JV ~ 2016 / 2017

Édition 2016/2017 du bilan annuel JV, avec du très très lourd niveau jeu vidéo japonais: Zelda Breath of the Wild, Persona 5, Pokémon Lune, Final Fantasy ou bien encore Ace Attorney Dual Destinies. Mais rassurez-vous, pas de mono-maniaquerie: le genre du jeu de gestion est bien représenté également !

Le reste ? Euh… Bonne question… Mais euh… n’hésitez pas à découvrir les douze titres qui ont marqués mon année vidéoludique. Lire le billet.

[10 ans] Bilan JV Décennal ~ Partie 1: 2007/2012

[10 ans] Bilan JV Décennal ~ Partie 1: 2007/2012

Le 29 juin prochain, Néant Vert fêtera ses dix ans. Un cap qui mérite une pluie de célébrations ! Ces célébrations prendront forme, tout le long du mois, par l’écriture de nombreux articles et bilans qui reviendront sur cette période s’étendant de juin 2007 à aujourd’hui. 

 

Première partie du bilan jeu vidéo décennal, qui va couvrir les jeux joués entre juin 2007 et juin 2012. Au programme: les derniers jours de la PS2, l’arrivée de la Xbox360, du Nintendo, du Bethesda, du Atlus mais aussi beaucoup de guitares en plastique ! Lire le billet.

[10 ans] Bilan Animé Décennal ~ Partie 1: 2007/2012

[10 ans] Bilan Animé Décennal ~ Partie 1: 2007/2012

Le 29 juin prochain, Néant Vert fêtera ses dix ans. Un cap qui mérite des pluies de célébration ! Ces célébrations prendront forme, tout le long du mois, par l’écriture de nombreux articles et bilans qui reviendront sur cette période s’étendant de juin 2007 à aujourd’hui. 

Première partie, donc, du bilan décennal dédié aux animés. On reviendra donc sur 20 animés que j’ai vu entre juin 2007 et juin 2012, qui m’ont marqués, et sur lequel j’ai pas mal de choses à dire. Que ce soit des grands classiques de la période comme Tengen Toppa Gurren Lagann ou Puella Magi Madoka Magica ou bien des coups de cœur mésestimes comme Seto no Hanayome, on remonte le temps à la recherche du meilleur ! Lire le billet.

Un an d’anime ~ 2013/2014

Un an d’anime ~ 2013/2014

Mon dieu on est le dernier week-end de Novembre c’est l’heure ! C’EST L’HEURE ! De quoi ? DU BILAN ANIME ANNUEL DE NEANT VERT. Vous savez maintenant comment ça marche. Je prends les douze mois de l’année, à chaque mois j’attribue l’anime que je regardais à ce moment là / qui symbolise mieux « le mois » dans mes mémoires, et je développe un peu mon avis dessus. Les 12 animes ne sont pas obligatoirement des choses sorties cette année mais des Lire le billet. Lire le billet.

Prix Minorin de l’animation japonaise: pourquoi comment c’est à dire ?

Prix Minorin de l’animation japonaise: pourquoi comment c’est à dire ?

Hop un petit bilan écrit pour parler de mon expérience d’organisateur des prix Minorin. Ca m’a bouffé tout mon temps libre la semaine dernière donc on va dire que c’est l’occasion révée pour mettre un clou dans le cercueil. Et aussi parler de l’avenir du concept, de ce que je visualise et de me projeter à 2015.     C’est quoi les prix Minorin d’abord Très bonne question ! Donc à la base Minorin c’est un blog « participatif » ou n’importe qui peut Lire le billet. Lire le billet.

Bilan de l’Alphabet Estival – Don’t Explain The Joke

Bilan de l’Alphabet Estival – Don’t Explain The Joke

Eh, pour certains, c’est la rentrée depuis quelques jours, pour d’autres c’est dans quelques jours, pour encore d’autres ils ont plus de rentrée et pour certains millionnaires ils sont en vacances non stop depuis trente ans. Et du coup, c’était cette semaine la fin de l’alphabet estival. Quel timing !

Intro01.jpg
Des jeunes filles qui profitent de l’été, elles, et qui se baignent, par Kantoku.

Alors pour rappeller ce que c’est l’alphabet estival, au cas où vous êtes pas passés sur le blog depuis trois mois, c’était une série de 26 articles, dans l’ordre alphabétique. Chaque lettre étant liée à un anime, un jeu vidéo, un manga, un roman, un film ou un oignon, qui chacun commençait plus ou moins par la lettre de l’alphabet liée. Pas toujours, parce que j’ai grugé pour 3 ou 4 lettres, mais en majorité. L’opération commençait mi-juin et se terminait, donc, début septembre, donc durait l’ensemble des vacances d’été scolaire.

Pourquoi j’ai fait ça ? A la base, je me disais que faire 26 « petits articles » comme ça, sur des choses que j’appréciais et dont je voulais parler, me permettrait d’en faire beaucoup d’un coup à chaque fois et donc de passer l’ensemble de l’été sur d’autres priorités: mon stage en médiathèque mi-août, la révision de mon concours d’entrée dans la fonction publique (qui est dans une semaine, iiiih), profiter de mes deux semaines sur Paris fin juin début juillet et profiter de mes vacances plus généralement. Parfait, donc ! Sauf que:

1) J’ai écrit les cinq premiers articles en un jour, mais dès la Japan Expo j’avais rarement un article d’avance donc du coup je les écrivais souvent la veille du jour où les articles étaient censés sortir.

2) J’étais parti sur le principe que je ferais des articles « plus courts » par rapport à d’habitude, au final j’ai continué à faire à moitié des pavasses.

3) J’ai changé certaines lettres à la dernière minute, parfois en fonction de mon humeur ou d’une découverte récente.

Du coup on est passé de « l’opération censée alléger mon été » à « l’opération qui m’a forcé à m’occuper de mon blog non stop cet été. » Et au final c’était pas un mal parce que je me suis rendu compte que j’avais pas tellement à réviser et que si je bloguais pas, je foutais un peu rien de mon été. DONC COOL.

Intro02.jpg
D’autres filles qui se baignent, auteur inconnu.
Bref, au final pas trop de couacs: j’ai réussi à chaque fois à respecter les délais, le seul vrai couac étant l’article E, sur Ecco the Dolphin, qui aurait dû être prépublié le vendredi matin de la Japan Expo et qui au final n’a pas été publié comme prévu – chose dont je ne me suis rendu compte que très tard le lundi midi, après le week end de folie qui a eu lieu. Donc ça a tout décalé de trois jours par rapport à la date prévue mais c’était un mal pour un bien: mon article F était, à l’époque, même pas entamé ! Je suis très content d’avoir réussi à battre ce petit objectif d’un article tous les trois jours, et j’ai réussi à piocher assez de motivation, du coup, ce que je n’aurais pas cru sinon. Alors il y’a évidemment dans le lot des articles dont je ne suis pas satisfait (celui sur la Traversée du Temps, ugh…), mais il y’a de l’autre coté des articles que j’ai aimé écrire, que je me plais à relire et que je n’aurais jamais fait sans la petite motivation de l’alphabet (Uta no Prince, Saint Seiya ?).

Bref, avant de faire revenir Néant Vert à comme avant, revenons une dernière fois sur l’ensemble des articles, avec commentaires et petite explication des titres.

Lire le billet.

365 jours de jeu vidéo – 2010/2011

365 jours de jeu vidéo – 2010/2011

Exercice désormais annuel (fait l’an dernier et même l’année d’avant), et toujours opéré de la même manière, voici l’heure du bilan annuel de Néant Vert sur les jeux vidéo de l’année ! Enfin sur mes jeux vidéo de l’année, pour le coup. Je rappelle le fonctionnement du coup: je prends les douze mois de l’année – de mai 2010 à avril 2011 -, à chaque mois j’attribue LE jeu auquel j’ai le plus joué durant ce mois là, où qui représente le mieux le mois en question. Et ainsi de suite jusqu’a la fin de l’article où là je reviens de manière plus lapidaire sur tous les autres jeux que je n’ai pu évoquer jusqu’alors. Histoire de prévenir, la quasi-totalité des jeux présentés ici sont sur Xbox 360, sauf deux exceptions sur PC et une sur DS, vous les reconnaîtrez facilement je pense.

Et si c’est encore trop confus, voici l’article:

Mai 2010
Prototype
Prototype.jpg
Et on commence par un gros jeu de merde ! Je dois avouer que c’est un jeu qui me chauffait bien, après tout l’idée de base – c’est à dire être une grosse brutasse aux pouvoirs incommensurables lachée dans New York – est bien fun, et on peut faire du kung fu à des hélicoptères. Mais a part ça ? Soyons francs, ce jeu est supra vide. Le scénario est terrifiant de médiocrité, l’espace de jeu – New York – est le même paté de maisons copié/collé partout, les possibilités de gameplay se présentent comme nombreuses mais on finit fatalement par toujours masher le bouton poing léger tellement rien ne paraît intuitif. C’est absolument désastreux sur tous les points et le jeu est au final un terrible exemple de répétition. On fait la même chose en boucle et en boucle et en boucle et en boucle. Et c’est terrible car TOUT part sur de bonnes bases et le début du jeu laisse augurer du meilleur mais le manque d’ambition se fait très vite constater… Un jeu qui aurait mérité un an de développement supplémentaire pour peaufiner car en l’état, c’est indigne venant du n°1 mondial.

Ah si y’a UN truc bien: la toile des intrigues qui nous force à chercher plein de mecs en ville pour bouffer leur mémoire et avoir le droit à des petits flashbacks rigolos. CA c’est bien. Le reste va de « bof » à « blrrrrrrrf. »

Juin 2010
The Movies
TheMovies.jpg

A la base j’avais écrit un gigantesque pavé sur ce jeu mais j’ai tout perdu suite au déménagement de Néant Vert sur Twilight au début du mois de mai… Bon on va essayer de la refaire ! The Movies était un de ses jeux en qui j’avais eu beaucoup d’espoir. On devait être début 2006, et je suivais toutes les news sur ce jeu de gestion de studio holywoodien qui voulait vous proposer de revivre toutes les époques du cinéma, de 1920 à 2000, voir les goûts du public évoluer, les technologies, les décors, etc. Rajoutez à cela la possibilité de créer votre propre film avec des acteurs en 3D et hop, potentiel énorme. Et à l’époque j’étais tombé de haut car le jeu était très long et très difficile, avant de m’y replonger durant ce mois de juin, pour décompresser entre deux conventions. Il faut comprendre que dans The Movies, jeu qui vous propose de revivre soixante ans de cinéma, on évolue que d’une décennie en trois où quatre heures de jeux et que le budget est très très joueur et peut n’importe quand vous flanquer dans le rouge, et l’aspect micromanaging des acteurs et réalisateurs est aussi pratique que parfois franchement injuste: le jeu peut très vite passer de la gestion de studio de cinéma à la gestion de l’alcoolisme de son acteur phare. Le jeu est donc au final très FRUSTRANT.

Mais aussi super prenant ! Les parties passent très vite, y’a toujours 400 trucs à faire, à voir, la liberté est très grande et les possibilités énormes. Et il y’a toujours cet aspect « ha je viens de finir mon film, je vais faire le suivant et après dodo » qui peut voir votre rythme de sommeil être très très vite décalé. Mais là aussi, comme en 2006, The Movies est toujours le genre de jeu où je passe une semaine entière dessus avant de l’abandonner. Quoique ces derniers temps j’ai vu pas mal de gens y rejouer… Je le réinstallerais bien… Hmmm.

Lire le billet.

Un an d’anime ~ 2010

Un an d’anime ~ 2010

« Oh ! 2010 s’achève dans un mois. »
C’est sur cette observation fine et réfléchie que je décide donc, comme à mon habitude de mi novembre, de lancer l’écriture de cet article bilan traditionnel. Vous connaissez un peu comment ça marche maintenant: une année, les douze mois de la dite année, un anime par mois, celui-ci étant le plus « emblématique » du mois en question. Puis on conclut l’article sur un fourre-tout final riche en informations où je balance une phrase ou deux sur tout le reste, de manière totalement lapidaire. C’est le quatrième bilan anime de ce blog, ce qui commence à faire pas mal ! Vous pouvez retrouver les autres bilans par ici:
Un an d’anime ~ 2007 , Un an d’anime ~ 2008, Un an d’anime ~ 2009.

Mais cette année, les précédents « lauréats » du mois seront rappelés, ici afin d’inscrire tout ça dans une sorte de continuité historique… qui n’a rien à voir ! Et comme d’habitude on commence par Décembre ! 2009 !

DECEMBRE 2009

Macross: Do You Remember Love ?
Un mariage dans Macross ! Un Macrossriage !

« Débuter la découverte de la saga Macross par la saga Frontier c’est bien, ça aurait pu être pire, mais ça aurait pu être aussi bien mieux » aurait dit un vieux singe a qui on n’apprend pas à faire des grimaces, et il a raison ! Ce qui en arrive à passer un réveillon de Noël à regarder Macross Do You Remember Love, le tout en s’exilant le plus loin possible des cousins tapageurs et des oncles déjà ivres à quatorze heures de l’après midi, ce qui en fait automatiquement un plutôt bon réveillon: en tout cas, moins pire que prévu. Car Macross Do You Remember Love est un authentique film du milieu des années 80 qui supporte excellemment bien le poids des âges, témoignage ultime de qualité.

Mais au délà d’un aspect technique irréprochable, ce qui marque le plus dans Macross Do You Remember Love est la capacité, en deux heures, à raconter extrêmement bien une histoire, à poser de manière optimale des personnages, à mettre en scène des scènes d’actions trépidantes et à offrir au spectateur un mélange très réussi de romance, d’action, de science-fiction avec une pointe de messages prononant l’écologie et la tolérance, sans être niais. Une grosse salade au gout qui reste bien sur le palais, en somme, et une œuvre que vous êtes invités à regarder avec enthousiasme !

En Décembre des autres années: 2006: Fate/Stay Night ; 2007: Serial Experiments Lain ; 2008: Clannad.

Lire le billet.

Wow boîte à CD

Wow boîte à CD

Hatsune.jpg
Hatsune Miku par Ataru

Holala en faisant du rangement dans ma chambre, j’ai remis la main sur ma boîte à CD, contenant tous les CD que j’ai pu acheter ou obtenir entre fin 2001 et début 2009… A l’époque où j’avais encore un lecteur de CD Audio. Maintenant que j’écoute tout sur PC (ce que je regrette un peu par moment, je devrais essayer de retrouver un truc pour lire des CD, tiens), j’ai tendance à délaisser tout ça… Mais à l’intérieur se trouve une bonne trentaine de cd, tous témoins de mon adolescence. Du coup tiens, pourquoi je vous présenterais les meilleurs élements du lot ? Faire une petite sélection comme ça pour le fun…

Alors, allez hop, c’est parti ! Vous retrouverez a coté de chaque titre un petit extrait d’une minute maximum, n’hésitez pas à vous servir o/.

Angra
Des gens tous nus !
Aurora Consurgens – 2006
Date d’acquisition: fin 2006

Fichier audio intégré

Titre choisi: Piste 1 – The Course Of Nature

Holala y’a une époque où j’adorais Angra. Groupe brésilien d’une vingtaine d’années pratiquant un mélange intéressant entre du heavy metal (je sais au final même pas dans quelle catégorie mettre le groupe) et les inspirations brésiliennes. Ca fonctionne parfaitement, d’autant que les instrumentalistes sont assez libres et peuvent vous sortir un peu n’importe quand un solo de guitare/batterie qui claque bien. C’est parfois un peu truc de poseurs tellement ça sort de nulle part mais bon dieu, qu’est-ce que c’est sympa à écouter (le solo de guitare de Angels Cry raaahaaa.) L’album Aurora Consurgens est leur avant-dernier en date (ils viennent tout juste d’en sortir un nommé Aqua et qui m’intéresse pas trop) et il fonctionne complétement. Je l’ai réecouté hier après l’avoir laché pendant prêt de trois ans, et toujours aussi bon. Il fonctionne particulièrement dans une écoute globale, aucun titre ne ressort vraiment, mais l’album marche vraiment pris dans un grand ensemble. De l’intro énorme de The Course of Nature a la petite balade traditionnelle de cloture que compose Abandoned Fate, on prend son pied en fond sonore. A découvrir, donc.

Lire le billet.