Jeu Vidéo

Guitar Hero III ~ Paint It, Black.

Il est temps donc de tirer un premier bilan du nouveau Guitar Hero et de commencer à cloturer une bonne fois pour toute la série des billets portant sur ce jeu de musique qui est peut-être un peu envahissant sur ce blog, mais qu’importe. Une fois le vin tiré, il faut le boire. Hum, attendez, ça veut rien dire comme métaphore ça, qu’est-ce que je peux humilier la langue française sur ce blog. Surtout qu’elle s’est vengée sur un jeune homme de Villiers lundi soir 😉 .

Bon, donc Guitar Hero III, testé sur PS2, allez hop, c’est parti. Articles sans images, sans saveur, sans vie.

En résumé, le jeu a beaucoup gagné dans le fond, a peut-être un peu perdu dans la forme. On a déjà encore plus de chansons (20 bonus + 39 de base + 6 débloquables en co-op) et encore plus de persos: Pandora et Clive Winston -mes préférés- disparaissent, ainsi que Johnny Knox, Pierre Tombale est remplacé dans la version PS2 par le très dément Metalhead. On retrouve les trois boss du jeu: Tom Morello de Rage Against the Machine, Slash de Gun’s N’Roses & Velvet Revolver et Lou de… bah… On retrouve aussi une sorte d’Elvis Presley qui ne me dit pas grand chose (un peu comme si Johnny Know avait pris 30 ans comme Elvis) et Midori, une guitariste de Jrock type, qui plaira aux otakus que vous êtes (ou pas. Ne jugeons pas un lectorat trop hâtivement.)

Le style et la tenue des persos est plus customisable qu’auparavant: moins de « vraies » guitares, plus de guitares bonus (dont une excellente réplique virtuelle de la guitare playskool qu’on pouvait acheter avec la version PS2 du 1er volet) , et surtout un vrai choix de tenues. Chaque perso a deux tenues, et chaque tenue peut être changé de 2 ou 3 façons. Ainsi voir Izzy en star du glam rock est quelquechose qui me fait plaisr…

même si…

… le jeu a abandonné un graphisme plutôt cartoon pour la modélisation des personnages. Une grossière erreur, à mon sens, puisque les personnages, tentés d’être modelisés de manière « réaliste », font carrément pitié (Izzy Sparks approche le charisme qu’il avait sur la jacquette de Rocks the 80s, par exemple) et même si certains persos ressemblent de plus en plus à des célébrités (Axel Steel est devenu un véritable petit clone de Jack Black, par exemple), reste qu’un style aussi réaliste pour des personnages aussi délirants et caricaturaux fait un peu pitié. Et c’est dommage. Bien que dans l’histoire, cela favorise l’intégration de Tom Morello et de Slash.

Donc graphiquement, ça devient moins beau. Aussi parce que le jeu a été bossé avant tout pour Xbox360 et PS3 et que du coup le jeu se prend un moteur ridiculisé de ces versions supérieures, ce qui le donne moins qu’un moteur qui a été bossé pour PS2. Une triste triste triste perte graphique.

De même, graphiquement, l’interface a changée. Le Rock-o-mètre se fait plus léger. La bande-manche se fait plus réduite, un compteur de notes apparaît (bonne chose) et le score est plus dur à lire mais ça ne change fondamentalement pas grand chose.

Passons à la tracklist. La version PS2 ne bénéficie pas de contenus téléchargeables donc déjà c’est mort, mais la tracklist de base est pas mal. On est loin de la trackliste pourrie qu’annonce nombres d’aigris frustrés de voir Naast. Mais y’a des titres pourris, ouais. A commencer par le désormais célèbre et haï Before I Forget proprement injouable, répétitif, casse couille. Le Freyja de GH3.
On trouve aussi le très mauvais Rock & Roll All Nite des Kiss, qu’on nous inflige comme Rappel d’une première liste un peu fade (Slowride est très chiant. Pas pourri. Juste chiant.) et enfin quelques titres bonus comme… Mauvais Garçon de Naast. En gros toutes les partoches qui jouent un peu trop du triple accord bien relou mais que tout GHiste aura appris à maîtrise grâce à 80s et Heat of the Moment.

Sinon, on trouve des très bons titres, bien funs, comme Sabotage, Lay Down, Story of my life, Radio Song ou bien encore un très dantesque Knights of Cydonia qui mettre à mal toutes vos capacités. Sans compter désormais l’amélioration du hammer-on et du pull-off qui me paraîssent encore plus facile à sortir dans ce GH que dans le précédent, et qui sont surtout beaucoup plus utilisés. Exemple concret: My Name Is Jonas qui marche pas mal à la sucession ho/po et qui est vraiment très très fun, une fois qu’on a définitivement compris le principe, finalement assez aisé.

Les zones en elles-mêmes sont pas mal, particulièrement la zone de la prison que j’ai bien aimé, surtout qu’y infliger une dérouilée à Slash est une chose qui fait plaisir. Pour le reste, classique. A déplorer un manque de « rappel » pour les Enfers, ‘fin bon…

Les combats: trop peu en solo. Mais c’est une idée à creuser.

Difficulté: toujours très aisé en Facile, un peu plus dur en Médium, un peu plus dur en Difficile par rapport aux GH précédents, et mode Expert similaire. Reste que quelquechose cloche avec les notes qui se suivent. Ca doit venir de ma guitare mais je loupe très très souvent des coups que je réussis pourtant assez aisément dans les autres GH. Bon, à voir avec moi et peut-être même avec ma guitare qui prends un peu d’âge.

Bon, là, à priori, GH3 est aussi bon que ses précédents, mais graphiquement y perd. Evidemment sur PS3 et Wii il est mieux -classement online etc- et sur 360 il est encore mieux (guitare compatible avec Rock Band, titres gratos comme le thème d’Halo par Stevie Ray Vaughan), donc voilà. De toute manière l’achat d’une 360 est de plus en plus immédiat chez moi, donc… pourquoi je me plains ?

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

N'hésitez pas à commenter l'article~