Catch

Un mois de catch: Novembre 2009 – Survivor Pain Series

Quand je me suis dis qu’un article mensuel dédié au catch ça serait une putain de bonne idée j’avais à moitié raison. En fait j’avais oublié que je suis très fixe comme garçon et que par conséquent j’allais dire tout le temps la même chose chaque mois: j’allais me branler un peu en écrivant sur Chris Jericho, CM Punk ou Drew McIntyre ; Regretter la blessure de Edge ; Me plaindre du traitement fait à Chavo ; Faire un peu langue de pute sur les guest host ; Jeter un objet littéraire sur la gueule à Cena. Bref le stuff habituel. Et vous savez quoi ? Bah pour Novembre, le programme est à peu prêt le même. Du coup on va faire ça par listing. Parce que je suis un génie inventif en fait.

Au programme donc: Survivor Series. Mais que ça en fait. Parce qu’au final on voit pas tellement de la construction de TLC en ce mois de novembre, où alors juste un peu. Ok suffisamment pour être bandant en fait.

EdgeWat.jpg
Surtout que y’a un putain de message caché sur le site de la WWE là. J’ai envie d’y croire.

Alors donc commençons par le premier « cliché d’article »:

Alors donc Chris Jericho & Big Show ils sont géniaux encore une fois.

Yep. Encore une fois. Le mois de novembre a surtout vu les deux hommes continuer un peu comme ils ont fait en octobre et s’opposer sans que jamais ça ne vire à la grosse haine sans retour. Et c’était assez rafraichissant. Reste juste une problématique, qui a durée pendant tout le mois: la ceinture tag team unifiée qui a plus servie comme passeport pour permettre à jericho d’aller à RAW que comme fierté, que comme titre en lui-même. Jamais personne n’a essayé d’aller provoquer les deux hommes pour tenter un title shot, jamais Jericho ou le Show se sont vantés de ce titre. Ok, ils le font sans stopper depuis fin juillet, mais ça ne les a pas génés d’aller se fighter contre l’Undertaker alors que merde, ils ont déjà les mains pleines quoi. Enfin bon, ils font ce qu’ils veulent de leur corps, ils sont grands après tout.

Un match contre l’Undertaker qui fut au final trop court: et c’est une problématique. Je kiffe l’Undertaker mais ça fait quatre ppv qu’il est revenu et quatre ppv ou ses matchs sont plus courts que son entrée. Mais au final je ne vais pas bouder mon plaisir: le match fut agréable, pas révolutionnaire, hélàs pas révolutionnaire (alors que putain, y’a l’Undertaker, y’a Jericho et y’a le Big Show sur le même ring, ça devrait être révolutionnaire) et bien écrit avec le retournement attendu du Show contre son confrère, mais retournement qui a mis du temps a venir. Contrairement à l’autre match. Mais au final trop court, et j’avoue avoir tellement cru a une victoire du mec qui est le meilleur dans tout ce qu’il faut que voir Undy garder sa ceinture m’a un peu déçu. Le fan que je suis n’était point contenté. Alors que zut quoi, comme dit en début de paragraphe je kiffe l’Undertaker aussi. Raaflrr.

EtDonc.jpg
Bon les mecs, je suis l’arbitre de ce match alors je pars me cacher sous le ring, vous me rappellez quand y’aura un finisher, hein, ok ?

Alors donc la carte de Survivor Series c’était mal branlé.

Clairement. Déjà c’était très mal foutu d’avoir les deux grosses tag teams du moment (DX et Jerishow) voir ses deux membres s’affronter en triple threat au même moment. Déjà qu’on doit bouffer plein de matchs à la stipu identique après Hell In A Cell et avant TLC, si en plus ils font triple dose de triple threat ça va pas aller. Du coup le thème du combat entre équipiers était un peu redondant, même si Jerishow avouait sans complexes qu’ils allaient se trahir comme des porcs (ce qui au final a mis du temps a venir durant leur match) et que la DX avouait qu’ils allaient y’aller en bon copain (ce qui au final a été détruit dès la première seconde du match), rien à faire: le sentiment de non-originalité est tout de même présent.
Enfin, on note quand même comme la DX est devenue #1 contender un peu n’importe comment, sur une « simple » décision de deux pilotes de NASCAR. Ah oui, bravo la crédibilité du coup. Au moins à Smackdown!, cela a été justifié par la trahison du Show a Bragging Rights et par le statut de chef de l’équipe victorieuse pour Jericho, mais reste que ces deux matchs de championnats faisaient très artificiels, et c’en est bien triste !

Et c’était quoi cette putain de présentation baclée pour les équipes des Survivor Series ? C’était rempli de promesses ce genre: les chefs d’équipes (donc Orton, Kingston, The Miz & Morrisson) furetant dans toutes les émissions à la recherche de gens à embaucher, des dialogues, des combats pour qu’ils puissent montrer leurs preuves, une véritable construction des équipes tout ça, ça aurait été bien. Bah non. La WWE a annoncée les équipes sur le net, à la violence, les teams étaient mélangées (RAW/ECW/Smackdown se retrouvaient dans un bel et grand gloubli boulga), tentant de faire coller des rivalités existantes mais c’est définitivement peine perdue. Et là aussi c’est du gros gâchis. Pareil chez les divas, on notera d’ailleurs la Melina, championne femme, obligée de servir sous les ordres de l’insupportable Mickie James. Moi j’aurais été à sa place, j’aurais criée. Fort.

Du coup, quand un seul match de toute la soirée est vraiment justifié – Batista Vs Mysterio -, c’est assez problématique. Vraiment.

Psycho.jpg
Putain Rey, si un jour on m’aurait dit que j’étais dans le seul match scénaristiquement construit d’un ppv…

Batista heel, c’est cool

Oui bon enfin je pèse pas tellement mes mots. Batista en face était insupportable, en heel il devient enfin tolérable. Il reste toujours aussi limité, toujours aussi patapouf sur un ring mais là enfin il a le physique de l’emploi. Et c’est déjà suffisant. Son match contre Mystério était là aussi super court (le Rey devait subir une opération, et donc une blessure a été justifiée… et euh… il est revenu deux semaines après) mais franchement intense, et le voir dégommer à mort Rey Mysterio m’a laissé penser qu’il était définitivement un poil meilleur dans ce domaine. Mais ça reste pas gégé hein, c’est juste un peu mieux. Et puis enfin je pourrais huer Batista en même temps que tout le monde, a Paris j’étais tout seul j’avais souffert.

La ECW mérite un peu plus d’exposition

William Regal et Christian surtout. Christian est un peu le meilleur face en activité: il réussit à souder le public derrière lui, à être drôle, à être charismatique, à être sympa sans être trop tarte. Faire un bon face, capable de plaire aux odieux smarks dans mon genre, ce n’est pas souvent simple et le Christian y arrive. Quant a Regal, je me repète encore et toujours mais ce type est un heel au niveau de Jericho. Mais genre quand je dis ça je le pense hein. Enfin voilà. Reste que la ECW a souffert en novembre de pas mal de petits et de gros défauts: le départ de Sheamus fut assez virulent, surtout quand on nous le remplace par un Vance Archer pas super aussi impressionnant. Et surtout le recours aux « local competitors » devient un peu trop systématique pour les nouveaux personnages bourrins. Alors que putain, des mecs comme Goldust, comme Shelton Benjamin, comme Hurricane Helms, comme Burchill ou comme Dreamer, voire comme Regal, bah ils sont pas là pour nourrir des oiseaux mais bien pour faire monter en puissance la jeunesse. Du coup c’est assez pénible de voir que dès qu’on sort de la rivalité Regal/Christian, l’ECW est désertique: les Abraham Washington Show sont rarement super passionnants, la rivalité Helms/Burchill a durée beaucoup trop de temps et les reports incessants du Mask Vs Career ont fait qu’au final une feud qui aurait pu être très bien est devenue un gros pétard mouillé et la plupart du temps, le reste de l’émission se contente de voir la nouvelle brutasse du coin démolir un « local competitor » donc. Frustrant.

Du coup quand ce 17 novembre de douce mémoire, on nous offre la visite impromptue d’un CM Punk dans son ancienne maison, c’est… jouissif. Déjà parce que ça nous offre un putain de bon segment avec Christian, mais ensuite un putain de bon match. Les anciens ECW y gagneraient à repasser de temps en temps, je pense a Big Show, je pense a Kofi Kingston, et caetera. Et le mieux était l’émission de la semaine précédente avec un Regal Vs Christian pour le titre a Liverpool juste sublime. Par contre, on constatera juste une chose: la fameuse Routhless Roundtable bah elle sert pas à grand chose. Kozlov & Jackson n’ont jamais vraiment été super utiles à Regal (toujours bannis du ring aussi faut dire) et en plus ça commence à peine à lui péter entre les doigts. C’est dommage pour Kozlov qui méritait mieux et pour Jackson qui méritait de percer. Dire que ça aurait pu donner une excellente tag team. Rah. Flurp.

ChristianCherche.jpg
Mais ils sont où les scripteurs, bordel ?

Enfin ne nous plaignons pas: Survivor Series était le premier retour à l’écran de types de la ECW depuis… Breaking Point. Et ils ont bien assurés au final, enfin surtout Christian, qui s’est bien battu pour sa team. Et je l’assure: Christian Vs CM Punk, j’en reveux encore mais tiens…

Team Orton Vs Team Kingston du coup !

C’était un très bon match. La Team Kingston était donc une équipe assez singulière puisque très majorité composée de… minorités. Et si les scripteurs de la WWE nous l’ont rappellés à notre mémoire avec du très grand Christian (« J’espère que ça ne posera pas de problème que je sois le seul… à venir de l’ECW. » (rire général) « Haha ok vous croyiez que… ah… mais nan… ça vous pose pas de problème que je sois le seul… canadien alors ? ») et composée aussi de trois personnes dont on a plus grand chose à faire: MVP, Mark Henry et R-Truth. En face une équipe Orton assez solide, avec les deux Legacy, William Regal, Randy Orton et bien sûr CM Punk. L’équipe a d’ailleurs elle-même fait également l’objet d’un segment très bien fichu, avec Orton qui vient dire à tout le monde qu’il est très deçu de leur performance, avant de se faire répliquer par CM Punk qu’il a pas vraiment de quoi pavoiser non plus.

Donc déjà wow, deux équipes bien construites, qui sortent peut-être de n’importe où mais qu’en une heure on arrive à nous faire croire soudés, unis et aux interêts communs. Bien joué ! Et le match en lui-même ne fut guère decevant: les déchets furent virés en moins de temps qu’il faut pour le dire (a peine je regarde ailleurs que Mark Henry disparaît), et on se retrouve vite avec un très beau quatuor Christian/Kofi Vs Orton/Punk. Et là pas grand chose à dire tellement ce fut agréable et surtout super animé. Et enfin, le match se cloture sur une victoire d’un Kingston pourtant seul contre 2 mais qui juste feinte tellement Orton que s’en est remarquable. C’est ainsi qu’en un match, Kofi Kingston devient un GRAND. Ce qui est assez exceptionnel si on part du principe qu’il était encore y’a un mois le champion des US invincible mais muet.

Peut-être le match de la soirée donc. Et c’est cool parce que c’était pas forcément celui dont j’attendais le plus.

OW SH-

Dis nous du bien de Drew McIntyre, tu n’attends que ça !

Surtout du Team Miz Vs Team Morrison. Là aussi même défaut: aucune construction. Et comme on a commencé direct sur ça, chaud de faire vivre un peu l’intérieur des équipes, surtout quand elles sont aussi déséquilibrées: d’un coté Morrison et son armée composée de 3 jobbers dont la carrière est derrière eux, un jobber a qui on a promis un bel avenir mais qui fut un peu baisé, de l’autre coté The Miz et 4 jeunots qui ont le vent en poupe et nommés partout comme « l’avenir de la WWE ». Inutile de le dire: si Morrison chopait la victoire, il y’avait de quoi crier à l’injustice et de quoi briser des gros pushs.

Du coup le match se déroula plutôt tranquillement, avec des éliminations logiques (Ziggler et Swagger, en dépush, chez les Miz, et puis tout le reste de l’équipe de Morrison), un dénouement bienvenu avec Sheamus faisant le tombé sur Morrisson, ce qui ouvrira une porte lui permettant d’être véritablement crédible dans la suite de sa carrière a court terme. Et puis surtout chez le Miz, un McIntyre qui fait presque tout le travail. Du coup victoire logique de Miz, avec trois survivants méritants et surtout un Sheamus et un McIntyre désormais pleinement crédibles, pleinement reconnus et pleinement forts. The Miz n’ayant, au final, pas tellement eu l’occasion de se distinguer.

PowerRangersGo.jpg
Eh les mecs, pourquoi The Miz y me cache sur la photo ?
– Ta gueule Swagger.

Du coup, alors, hein, le triple threat DX/Cena ?

Il fut très agréable. Surtout parce que direct on nous fout un Sweet Chin N’Music dans la face de Triple H, avec ensuite une image d’un Cena qui met une bonne minute à s’en remettre. Après ça se passe comme il faut: des tables de commentateur sont détruites (ça nous manquait), des gens se démolissent la tronche bien comme il faut et ça passe. Bon encore une fois Cena gagne totalement à l’arrachée, de manière totalement pas inattendue, mais là c’était plus prévisible donc ça passe mieux. A part ça rien d’autre à dire, j’ai pas super envie.

Non parce que le ppv il a duré 2h40 hein.

Voilà. Bragging Rights avait duré 2h40 aussi alors que de nombreux matchs auraient mérités dix minutes de plus, bah pareil pour ce ppv, ou le triple threat smackdown y aurait gagné à être plus existant. Enfin bon. C’est pas comme si j’avais payé !

Voilà c’était très minimaliste mais j’avoue que y’a pas grand choooose à dire. Je reviendrais sur Sheamus, sur Punk & Gallows et sur les nouvelles têtes ECW le mois prochain, si j’ai du courage à revendre (sinon je fais une petite pause, on verra.)

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittertumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

Un commentaire

  • Linkorius

    Franchement, j’ai du mal à apprécier Sheamus et McIntyre. J’sais pas, j’trouve ça malsain de trop pusher des mecs vachement pas expérimentés comme ça. Alors que d’autres méritent largement plus d’exposition. Résultat, notre Champion IC John Morrison (a.k.a. Dieu) jobbe contre des prétendnats qui ne lui arrivent jamais à la cheville, et ça, ça me fait mal aux fesses.

    Le finisher de Drew est porté comme celui de Van Arsher, sans aucun impact. Drew est vendu comme un athlète hors normes alors que niveau talent, il est très loin en dessous d’un Miz ou de Ziggler.

    APrès, concernant les SS à proprement parler, j’ai vraiment apprécié le ME de Raw, tellement j’markais sur Michales.

    Le finish du match Team Orton vs Team Kingston était particulièrement bon, surtout la confrontation Punk vs Kingston qui m’a bien rappelé que les mecs bossent bien ensemble (World Tag Team Champ, baby !).

    Le truc qui m’a fait le plus tiquer, c’est le déroulement de Morrison vs Miz, avec l’expédition intolérable de Ziggler, de Bourne et de Swagger hors du match. Bourne éliminé par McIntyre, sur un Double Arm Bar DDT (y a qu’à regarder les matchs de Mankind pour voir que monsieur-je-prononce-mal-smaquedeoune le maîtrise pas).

    Bref, un bon p’tit PPV mis à part ça, certes un peu court, mais qui fait très bonne figure quand on sait qu’il passe juste après l’énormissime Turning Point de la TNA.

N'hésitez pas à commenter l'article~