Mangas & Animes

La bûche de Noël, tradition de l’animation japonaise

Préambule: ce titre exagère un peu grave la chose et fait genre c’est présent dans TOUT l’animation japonaise alors qu’on va voir que ça reste assez minoritaire mais, eh, ce n’est pas facile de nos jours de faire des titres accrocheurs et inspirés, surtout depuis la mort d’Émile Zola. Cent neuf ans déjà, damn it.

Gateau09.jpg
Bref, le gateau de Noël. Au Japon, il y’a cette sorte de tradition assez agréable qui veut que si on veut fêter Noël comme il se doit, bah il faut acheter un gateau. Ce gateau est souvent spécialement préparé pour la date fatidique, et, évidemment, c’est le genre de gâteau qu’on ne mange certainement pas passé le 25. On a clairement un équivalent chez nous, avec la fameuse buche: sérieusement, est-ce que les autres jours de l’année, vous bouffez de la bûche ? Non, ça vous viendrait JAMAIS à l’idée, ça serait juste crétin. La buche C’EST Noël et rien d’autre, en dehors ça fait juste zarb. Ca fait mal vu en société de manger de la bûche mi-avril. Bon, moi de la bûche glacée aux fruits rouges je dirais jamais NON, même en plein mois de juillet, même après un attentat terroriste poussant le pays dans le deuil, mais bref j’abrège vous voyez où je veux en venir: je dirais pas non mais la société me condamnerait presque avec des regards lourds pour me punir. C’est mal vu.

Maintenant, imaginez une femme japonaise. C’est terrible parce qu’on sait un peu tous que cette société met une grosse emphase sur la famille, et que beaucoup de femmes sont préparées à devenir mère de famille au plus vite, et tout ce que cela implique… Heureusement qu’il y’a une certaine forme d’égalité puisque les hommes aussi sont condamnés à devenir de bons pères de famille qui ramèneront à manger aux enfants et sauront trouver l’argent pour la jolie maison, la jolie voiture et les jolies études de leurs enfants qui eux-même seront condamnés à refaire le même schéma, ensuite de suite jusqu’a l’effondrement économique total du pays. Enfin je divague un peu, et puis bon, on sait que tout ça c’est la théorie, dans la réalité, ils fument, boient, tapent des gosses, ont trois bras, volent des bonbons aux patisseries et dessinent du hentai Usagi Drop. Eh, j’ai jamais mis les pieds au Japon mais je devine d’ici la conspiration qu’on tente de nous faire avaler depuis trop longtemps.

BREF. Imaginez une femme japonaise. Faites le lien avec le concept de Bûche. Et voilà, vous voyez où mène la métaphore. Et vous aurez raison: la femme japonais, comme la bûche, a du mal à être « consommé » après le 25. La consommation signifiant le mariage et « le 25 » signifiant « 25 ans. » A partir de cet âge-là, comptez sur sa famille pour lui rappeller qu’elle est pas mariée et comptez sur l’animation japonaise et le manga pour ABUSER du truc un peu trop. Un peu au point d’indigestion. Je commence à avoir du mal à avaler les bûches alors faut que je vomisse celle déjà rentrée.

Note: un autre terme est utilisé au Japon pour désigner les femmes célibataires de plus de 25 ans: urenokori, qui veut dire « produit invendu. » Charmant pays, n’est-ce pas ?

Pour être qualifié de « Buche de Noël », le personnage doit avoir en théorie plus de 25 ans et ne pas être en couple/marié, mais cela englobe beaucoup de personnages dans des séries qui, les trois/quarts du temps en ont juste rien à foutre. Exemple simple: dans One Piece, Nico Robin à 28 ans, elle est pas en couple et pas mariée mais on s’en fout parce que tous les personnages s’en foutent. L’univers s’en fout, l’aventure s’en fout et la Blue Line s’en fout. Donc elle est pas une bûche. Non, on peut dire d’un personnage que c’est une authentique « Buche de Noël » si elle possède un où plusieurs des traits suivants:

  • Celle-ci a HONTE d’être encore célibataire, et panique à chaque fois que quelqu’un le mentionne.
  • Les autres personnages se moquent de son célibat, où considère ça « anormal », genre si ils sont étonnés d’apprendre qu’elle a pas encore trouvée chaussure à son pied. Genre « holala tu es vieille pourtant, tu devrais l’être. »
  • Si sa famille la presse au cul et/où lui organise réunion de mariage arrangé sur réunion de mariage arrangé (ce qui nous fait bien marrer nous autres occidentaux qui avons oubliés le concept de « mariage arrangé » qui a pourtant bien arrangé nos arrières grands-parents.)
  • Et si, évidemment, elle a plus de vingt-cinq ans, que cela est mentionné, de même que son célibat.
  • Et enfin, elle a moins de trente-cinq / quarante ans. Au délà, on considère que la femme célibataire à fait le choix « officiel » de rester seule, ce qui du coup rend son célibat « acceptable. » Bref, à partir de ce point on s’en moque. Surtout que la ménopause va bientôt / a déjà fait son oeuvre, donc du coup, bah…

Enfin, globalement, il ne faut PAS confondre la Bûche et la MILF. La MILF c’est la Mother I Like To Fuck et, comme son nom l’indique, ça l’impose d’être mère avant. Elle peut ensuite devenir veuve, divorcée, whatever: elle a déjà donnée naissance donc dans un sens elle a plus à avoir honte où à recevoir de vannes sur le fait d’être seule puisqu’elle a déjà « réussie sa vie. » Exemple:Akiko de Kanon où Rosa d’Umineko sont des MILF et non des Bûches. Malgré leur célibat. Attention donc à la confusion §

Bref, passons à des exemples de buches:

Gateau01.jpgGateau01.jpg

A gauche, on a LA parfaite représentante de la buche ! Sawako de K-On! qui est juste la bûche « parfaite » ! Les vannes sur son célibat pleuvent presque une fois par épisode, c’est un sujet récurrent, un épisode de la saison 2 est intégralement centré là-dessus et elle s’en plaint un peu tout le temps. C’est LA bûche, qui sert d’exemple absolu. Elle en a tout les traits, c’en est presque AHURISSANT. D’un côté c’est K-On, le casting est composé de sept où huit stéréotypes super flippants. C’est pour ça que c’est bien. Huhu.

A coté, exemple récent: Tomoe d’Hanasaku Iroha qui passera tout un épisode de la série – le sept – à se demander si elle doit privilégier son travail où ses mariages arrangés que lui imposent ses proches. C’est un peu une approche mi-comique mi-sérieuse – un peu comme tout dans Hanasaku Iroha – du concept mais à la fin, tout va bien, elle choisit de privilégier le TRAVAIL A L’AUBERGE – un peu comme tout le monde dans Hanasaku Iroha – et son statut n’est plus jamais mentionné. PLUS. JAMAIS. Jusqu’a présent du moins.

Gateau01.jpgGateau01.jpg

La version caricaturale de la bûche ? Marie de Soul Eater ! Version extrêmement extrême de la bûche, convaincu qu’elle doit se marier avec tout et n’importe quoi pour sauver sa vie. Elle envisage à un moment le mariage avec une cuvette de toilettes mais abandonne quand soudainement, il lui est révélé que la cuvette va voir plein de fesses qui sont pas les siennes, du coup elle abandonne l’idée. Un peu comme tout dans Soul Eater, cet aspect est largement atténué par la suite pour ne plus être évoqué. Mais l’exemple de la version caricaturale et moqueuse de la chose est là.

A coté, la version de la bûche interprétée par Haruka Urashima de Love Hina est beaucoup plus… humm… classique. Déteste qu’on l’appelle tantine où équivalents, déteste qu’on évoque son célibat mais bon, elle finit mariée alors ça prouve que le statut n’est pas forcément éternel.

Bien qu’elle doit être la seule exception huh.

Gateau01.jpg Gateau01.jpg

Les bûches sont-elles uniques à chaque série ? Eh bah Azumanga Daioh montre qu’il est possible d’en avoir deux ! D’un coup ! Minamo & Yukari sont deux bûches d’extrême qualité ! Et l’aspect ironique de la chose, c’est le fait que Yukari se fout tout le temps de la trogne de Minamo à ce sujet mais parfois se rend compte que… la réalité est triste, méchante, et terrible. Et en 2D.

Exemple vidéoludique ensuite (mais futur exemple animé dès cet automne, du coup, à ma grand joie parce que ça va être bien je veux y croire) avec Mrs.Kashiwagi de Persona 4 qui elle joue l’aspect obscur de la bûche. Celle qui ne parvient à comprendre la réalité et qui du coup va tout faire pour se sentir encore utile à la société en faisant bander des lycéens. Eh, c’est toujours plus utile qu’écrire des livres t’apprenant à avoir une vie sociale, ne nous amusons pas à juger. C’est l’aspect agressif de la bûche. Sûre de ses charmes mais qui n’obtient rien parce que, eh, c’est une salope.
Du coup elle doit mériter son célibat.
Si l’animation japonaise le dit, c’est qu’elle doit le mériter.
Moralement.

Gateau01.jpgGateau08.jpg

Enfin les figurantes aussi peuvent être des bûches ! Yuri de Toradora! qui est donc la prof bûche classique qui semble assez obsédée par la chose et tout ça mais vu qu’elle est pas un perso principal, ça en devient juste un trait de caractère dominant. Un truc comme ça. C’est assez mineur mais eh, les bûches ne sont pas que des rôles principaux !

Enfin, y’en a où on doute. La tante du héros de Denpa Onna, Meme, est-elle une bûche ? Une MILF ? Après tout elle est la tante du héros, elle ne semble pas avoir eu de mariage, l’enfant qui se trouve chez elle n’est pas sa fille. C’est presque une MILF sans le M. Il y’a une remarque faite là dessus d’ailleurs dans l’anime, où elle encourage le héros à vite manger un gâteau dans le frigo, ce qui est ironique (et je dois donc le surligner en vous prenant un peu pour des idiots par la même occasion, c’est pé da go gi que.)
Donc est-elle une MILF ? Une bûche ? Bah au moins on est sûr d’une chose: c’est la seule raison de regarder cette grosse série de merde qu’est Denpa Onna To Seishun Otoko.
(Ah putain depuis le temps que je devais cracher sur cette série de manière juste gratuite, ça fait du bien.)

Note: après vérification de sources dans un authentique travail de journalisme total, il SEMBLERAIT qu’on m’ait dit de la merde sur le scénario de Denpa Onna et que Meme est bien la mère de l’héroïne de la série. Du coup, Meme est carrément une MILF, et sans doute à mettre du coté « a réussi sa vie », comme Nagisa.

Il y’a d’autres exemples débattables: Misato d’Evangelion, c’est une bûche où pas du coup ? J’aurais tendance à dire oui, dans le sens où son célibat / absence de maternité est abordé / sacrifice en faveur du travail, mais là de manière très sérieuse du coup. Une bûche de qualité quoi, une qui sert à un peu à quelque chose, qui passe vraiment le message. Mais du coup ça devient presque insultant de la considérer comme ça.
Y’a aussi Sae de Kodomo no Jikan d’ailleurs mais wow, Kodomo no Jikan quoi. Et si on veut un exemple hentai, on a la petite soeur de l’héroïne de Take On Me qui a 26 ans et qui est totalement une bûche, mais en version petite fille qui ne fait pas son âge.

Bref, voilà la présentation du concept. Et vous aurez d’ailleurs noté que la moitié des exemples sont des profs, c’est pas vraiment un hasard puisque la plupart des séries « comiques » qui utilisent cette corde se passent justement au lycée et que le personnage de la prof sera sans doute le seul personnage suffisamment âgé pour tenir ce rôle tout en restant un peu prêt des personnages principaux pour avoir une vraie « importance. »

Gateau10.jpg
Tiens, une bûche qui fait vomir rien qu’en la voyant. Traumatisme.

Moi c’est un truc qui me casse les couilles personnellement. Parce que la bûche, malgré ses variations que j’ai présenté, est un de ses personnages dont le potentiel comique est SUPER LIMITÉ. Les blagues possibles avec ce genre de personnages se limitent à que dalle et ça sera toujours les mêmes. Tu as vu une bûche ? Tu les a toutes vues. Pire que tous vos bordels en -dere, la bûche n’a qu’une utilité, et c’est celle de prendre plein la gueule. Super réjouissant comme programme. Et puis, bon, c’est toujours désagréable le message véhiculé, parce que tu sais que c’est plutôt normal là-bas. Damn, exemple de catch japonas: à une des principales fédérations pour femmes (la All Japan), tu es obligé de quitter la compagnie le jour de tes 25 ans. Parce qu’a cet âge-là, ils considèrent que vaut mieux que tu prépares ton premier héritier plutôt que faire, tu sais, ta passion, du catch, tout ça. WHAT DA FU ? Enfin de nos jours les catcheuses ont la chance, elles ont le droit d’aller dans une autre fed. Avant les années 90 ? Tu quittais le business. Yeah.

Enfin, faut pas se voiler la face non plus. Les américains aiment montrer au monde leur patriotisme exacerbé et leur amour du drapeau, nous on aime bien montrer nos films romantiques sur des histoires de couples qui ne savent pas si ils s’aiment où pas où pas vraiment, alors laissons aux japonais le droit de nous offrir dans leurs animes à eux leurs visions un peu étranges de la vie. Pas de problème. Et puis ce n’est pas unique au Japon: dois t-on rappeller que dans Psycho de Hitchcock, le personnage de Marion est un peu psycho à l’idée d’absolument se marier ? Enfin, Psycho date de cinquante ans donc… peut-être que…

Enfin Maaya Sakamoto s’est mariée à 31 ans donc faut se dire que parfois, ça se finit bien, et que des gens sont toujours là pour ouvrir le frigo et apprécier les bons goûts de la vie. Et puis comme ça, ça permet de finir cet article sur autre chose qu’une grande généralisation genre « si t’as plus de 25 ans au Japon c’est mort de chez mort, histoire vraie » ce qui est toujours bien pour paraître un peu… modéré. Et réaliste.

(Eh Mawaru Penguindrum c’est super giga bien au fait. Vous devriez y jeter un oeil si vous avez l’occasion.)

(Voilà, bisous, on reprend l’alphabet estival dès dimanche.)

PS: Je suis content de moi, pas une seule fois dans l’article j’ai fait de vanne sur le terme « grosse bûche » qui était un peu phalliquo-potentiel pour des blagues grasses. Genre « Meme, je lui mettrais bien ma grosse bûche » – le tout dit avec un ton de routier décuvé.

PS 2: Ah merde du coup, je l’ai fait quand même.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

13 commentaires

  • Suryce

    Minute, d’où tu sors que Meme n’est pas la mère d’Erio ?
    Ça a beau ne jamais être dit noir sur blanc, la majorité des sous-entendus laissent penser que Meme est bien la mère biologique d’Erio, sans parler de la ressemblance physique et des flashbacks autour d’Elliot qui confirment cette idée. Ou alors j’ai raté une révélation cruciale… ?

    Bien sûr que Meme est une MILF è.é !

  • Tetho

    Assimiler Misato à une buche c’est faire fausse route. Déjà parce qu’elle a été dans une relation avec quelqu’un et qu’au fond cette relation ne s’est jamais vraiment terminée, mais aussi parce qu’elle est la première figure maternelle de la série (dans l’épisode 16 c’est sous la forme de Misato que Shinji visualise le on ne sait quoi de Yui, Ritsuko vanne Misato en lui disant qu’elle joue « au papa, à la maman » en hébergeant Shinji et Asuka…) enfin son travail est sa raison d’être, plus que tout elle cherche à venger son père en exterminant les anges, c’est un choix et non un moyen de s’assumer en attendant qu’un homme la prenne à sa charge.

    (sinon l’exemple by the book c’est pas la prof dont j’ai oublié le nom de Lucky Star, celle qui déprime en voyant les gâteaux bradés après Noël ?)

  • Gemini

    Il faut aussi bien voir que, dans la mentalité japonaise, une femme n’est plus consommable après 30 ans, dans le sens elle n’est plus considérée comme capable de faire des enfants.
    C’est amusant, car tous les occidents que je connais / dont j’ai entendu parler qui se sont marié avec des Japonaises, le plus souvent, la femme en question avait plus de 30 ans. Heureusement que les Français sont là pour faire les poubelles ^^

  • Jaerdoster

    Faire les poubelles. Merci Gemini.

    Sinon, article très intéressant, et plutôt bien pensé, et qui m’aura fait rire (bobo T_T)

    On notera en effet que la plupart des buches sont souvent considérées à tort comme des MILF :/

  • Galoo

    Intéressante analogie… « sociale », oserais-je dire ? Je n’avais jamais vu les choses sous cette angle en tout cas.

    Je note : »Exemple vidéoludique ensuite (mais futur exemple animé dès cet automne, du coup, à ma grand joie parce que ça va être bien je veux y croire) »… T’es pas le seul à vouloir y croire mais REMEMBER PERSONA TRINITY SOUL X_X. Fin là tous semble penser que c’est le VRAI scénario donc je croise les doigts.

  • Amo

    Eh mais ouais, Meme est la mère du futon qui sert d’héroïne à Denpa Onna. Je faisais confiance à MON INFORMATEUR SECRET sur le coup (j’ai pas dépassé la moitié de l’épisode 1 PUKUKU), et il m’a mené à la tromperie, au mensonge. Donc ok, Meme est une MILF. Fuck yêa ça m’arrange.

    Galoo: c’est pas le même studio que Trinity Soul § ONYCROIT §

  • Faust

    Tetho : Kuroi sensei 😉 Et l’épisode où elle joue à un RPG pendant que ses élèves sortent en famille est très représentatif de la vision des japonais de la bûche : pas de famille après 25 ans = pas de vie.

  • jonas

    Gemini<<< C’est pas étonnant parce que si t’as déjà mis les pieds dans un bar estampillé « bar à gaijin », il y a plein de urenokori qui chassent agressivement des blancs pas trop regardant sur ce critère.

  • retarded_fly

    Il m’ait déjà arrivé de vendre une bûche aux fruit en février (pour la saint valentin je crois).
    Quel est le symbole de ça ? hein ? HEIN ?

    « Enfin, faut pas se voiler la face non plus. Les américains aiment montrer au monde leur patriotisme exacerbé et leur amour du drapeau, nous on aime bien montrer nos films romantiques sur des histoires de couples qui ne savent pas si ils s’aiment où pas où pas vraiment, alors laissons aux japonais le droit de nous offrir dans leurs animes à eux leurs visions un peu étranges de la vie. Pas de problème. »

    Sinon je suis d’accord avec ça. Le prêchi-prêcha moralisateur occidental en terre non-occidentale, non merci.

  • Aer

    « PS: Je suis content de moi, pas une seule fois dans l’article j’ai fait de vanne sur le terme « grosse bûche » qui était un peu phalliquo-potentiel pour des blagues grasses. Genre « Meme, je lui mettrais bien ma grosse bûche » – le tout dit avec un ton de routier décuvé. « 

    J’ai pensé à ça tout le long. Pute.

N'hésitez pas à commenter l'article~