Mangas & Animes

Symphogear XV épisode 13 – All The Things She Said

Comme le disait le poète et philosophe Jean-Louis Aubert: Voilà ♪ c’est fini ♪. Dernier épisode de Symphogear, conclusion totale et consommée, il a fallu un peu de temps pour la digérer et l’apprécier, mais il est temps de démarrer ce dernier récap, ces dernières critiques, ces dernières analyses et ces derniers moments à écrire sur Hibiki, Tsubasa, Miku, Chris, Kirika, Shirabe, Maria et les autres, qui pendant plus de soixante épisodes nous ont emmenés dans leur histoire unique, sans la moindre équivalence.

Déjà, merci à tous ceux qui ont suivis ces récap au fil des diffusions. Vous étiez à priori entre soixante et cent à venir chaque semaine lire mes délires, mes théories fumeuses, mes espoirs brisés, mes joies et mes blagues. Ca m’a fait plaisir de les écrire chaque semaine, même dans des conditions aussi rigolotes que durant une séance karaoké en amphithéâtre ou à quatre heures du matin subissant encore le jetlag de mon voyage.

Je ne sais pas si ça a un vrai interêt de faire un recap « traditionnel » pour cet épisode qui a été, en gros, deux longues batailles de dix minutes chacune, ponctuée en point final de deux scènes post-génériques, dont j’ai vu des réactions peut-être parfois un peu trop violente sur Twitter, particulièrement auprès de fans américains. On en reparlera évidemment, mais je dis juste pour l’instant qu’insulter l’équipe qui a bossé sur le projet et faire des insinuations un peu diffamantes est un peu étrange comme moyen de célébrer la fin d’une franchise qui, manifestement, pouvait sembler important. Enfin, je parle en référence à une poignée de comptes, qui ne liront même pas ce blog. C’est juste que ça m’a pas forcément mis dans une humeur acceptable alors que de mon côté j’étais à peine remis du fait que la série était finie.

Episode que j’ai encore une fois vu deux fois: la première fois en direct sur Tokyo MX, donc sans sous-titres (et avec la diffusion de l’épisode final de Madoka juste avant, ce qui est assez rigolo), et la seconde fois après avoir dormi et avoir vu la version sous-titrée par Crunchyroll dans des conditions qui avaient l’air de témoigner du fait que lol la production de XV elle était manifestement tendue sur la fin. J’ai chialé en rematant l’épisode. Le premier visionnage j’étais juste dans un état étrange, alternant entre le « fuck yeah » et le « est-ce que ce que je vois est vraiment ce que je crois voir ? » Je vous jure les gars, voir la seconde scène post-génériques sans sous-titres mon coeur il a fait trois tours.

Cela étant, pas besoin de sous-titres pour kiffer les dix premières minutes de l’épisode ou c’est juste beaucoup de baston. Les gears ont débloquées leur forme ultime, leurs attaques envoient beaucoup trop la patate (CHRIS DEBLOQUE UNE VERSION GEANTE D’ELLE MEME POUR TIRER AVEC UN FLINGUE GEANT. TSUBASA ATTAQUE AVEC SES CHEVEUX. MARIA KIRIKA ET SHIRABE FONT UN MECHA AVEC LEURS ARMES), ça s’échange des propos classiques de nekketsu (je suis un dieu tu m’auras pas – je m’en fous que tu sois un dieu je t’aurais quand même etc etc) bref on s’asseoit et on profite du spectacle, d’autant que ça commence direct par une nouvelle chanson ! Bref, ça niaise pas. De toute façon y’a littéralement pas le temps de niaiser: y’a que vingt minutes et masse de choses à faire tenir !

Oui, en vrai on pourra réfléchir autant que longtemps, il est clair que le plus gros défaut de XV c’est qu’il a voulu caser en treize épisodes, genre, quinze épisodes de contenu. Ca se ressent surtout depuis l’épisode 9 où vraiment tout va en accéléré. Du coup ça donne des épisodes fat, où il se passe chaque seconde quelque chose, mais parfois y’a pas le temps de développer des trucs qui mériteraient de l’être ou juste laisser reposer quelques situations de tension. Après, ces épisodes avec beaucoup de choses dedans c’est aussi une signature de Symphogear depuis la saison 2, G était ma saison préférée entre autres pour cet aspect là, donc faut pas non plus que je joue le surpris. Mais un épisode en plus ? Ca aurait été parfait. Tu me fais une ptite bagarre contre Shema qui dure cinq ou six minutes de plus, après tu dédies un peu plus de temps à l’exploration de Yggdrasill, et petit épilogue de dix minutes impec.

CHRIS ATTAQUE AVEC UNE VERSION GEANTE DE ELLE MEME, PUTAIN

Je râle je râle mais j’ai quand même kiffé une multitude de moments !

  • Shemha qui sort sa version robot géant
  • Les Symphogear qui attaquent, et là Shemha elle switche avec la voix de Miku pour dire UNE PHRASE et tout le monde est KO. Exactement le genre de sale coup vicieux que j’adore parce que ça implique le méchant qui manipule tout le monde sur leurs faiblesses affectives. C’est là aussi que je kiffe bien la perf de Yuka Iguchi sur ce double rôle.
  • Shemha qui commence à mindgame Hibiki en lui disant « eh Miku elle m’a acceptée pour taire ses sentiments ». En vrai elle a pas tort, c’est juste salaud de le dire.
  • Oh et petit détail: Carol chante avec les six autres Gears. Ca je m’y attendais honnêtement pas, et pourtant la voix de Inori Minase colle parfaitement avec l’harmonie des six autres. C’est cool de la voir, ça promet une piste qui défonce un poil quand elle sortira en CD (car, hélàs, la chanson elle-même est pas toujours très audible dans cette bataille entre les persos qui parlent par dessus et les bruits de combats.)
  • Shemha qui continue à taper des plans classes d’elle devant la lune

Bon y’a un moment où Shemha commence à en avoir marre de ces conneries et parvient du coup à contrecarrer les pare-feu humains et à, effectivement, transformer tout le monde en Shemha. Pas vraiment de manière cool, de manière un peu « nourriture comme dans Matrix. » On pourrait croire que c’est foutu mais, eh, Hibiki elle a été purifiée oui ou merde ?

Ca permet surtout scénaristiquement de justifier pourquoi Hibiki et Shemha vont pouvoir se retrouver seules face à face pour la première fois, et passer deux minutes à vraiment laisser exploser leurs paroles. C’est là que Hibiki elle lâche quand même une des phrases d’amour les plus badass du monde.

« Y’a pas eu de déclaration dans cet épisode, c’est nul. » Eh faut regarder la série, lol.

Le plus grand kiff de ce passage étant, qu’en plus, y’a fuckin Metanoia qui commence à jouer derrière. Donc tu sais que le coup final de la saison, celui qui va tout régler, il est imminent. Et comme tu connais la chanson, tu peux même envisager à quel moment pile le coup final va apparaître. Du coup tous les humains sont de retour, Hibiki va balancer le coup final. Qu’est-ce que pourrait donc être le coup final de Hibiki ? Le dernier qu’elle va faire dans cette série ? Celui qui va se nommer Metanoia et qui va devoir TUER L’ESPRIT D’UN DIEU sans TUER LE CORPS QUI L’HEBERGE ? Comment va t-elle utiliser son poing ?

EN FAISANT UNE ETREINTE AVEC CES MAINS

Le voilà, le coup final de Symphogear: une étreinte.

N’est-ce pas là tout le propos de la série symbolisé en une seule scène ? Une série qui nous a longtemps dit et redit le fait que la communication ne passe jamais forcément que par les mots. Une saison qui dès la saison 1 nous rappellait que les mains existaient aussi pour relier. En faisant de Metanoia une simple étreinte, loin des vrilles et des Jojo-poings de Testament (par exemple), Symphogear rappelle son message avec sa subtilité habituelle, celle d’un marteau-piqueur. Et je ne critique pas: c’est aussi pour ça que j’adore cette série et son sens de la symbolique qui a toujours su monter dans les tours.

D’ailleurs pétition pour remplacer Liberté Egalité Fraternité par

Shemha est donc battue, Miku est libre, mais cela n’a pas été sans un dernier sacrifice, quelques minutes plus tôt: celui de Carol, qui a choisie de détruire les derniers liens de son existence pour permettre à l’humanité de garder sa liberté. So long, petite alchimiste.

Donc à voilà, c’était juste la première moitié de l’épisode, mais c’est normal, c’est un épisode 13 classique de Symphogear, maintenant normalement on a dix minutes d’explications finales, de la tranche de vie et des adieux. Non ?

« Je sais que tu revois enfin ta meuf après trois semaines de manque, mais si tu pouvais attendre cinq secondes de plus qu’on règle le problème des arbres divins machin chose avant de vouloir aller lui sauter dessus, ça nous arrangerait ok »

Bon bah non, parce que le « problème Shemha » est pas non plus totalement réglé: on nous avait prévenu deux épisodes plus tôt que c’est juste un esprit qui peut naviguer de corps en corps, donc ça serait pas mal de régler le problème à la racine. Et comment on détruit la racine ? En détruisant les arbres ? Ca serait si poétique mais non, faut juste détruire le noyau situé dans l’arbre principal. Et ça tombe bien, comme on sait quel est l’arbre principal, y’a plus qu’à.

Bon juste avant on dit bien au revoir à Carol, qui dit ses au revoir à Elfnein dans une scène très jolie très mignonne très belle. En vrai, toute la storyline Carol/Elfnein ça aurait été une vraie belle réussite de cette saison, c’est vrai que j’ai peu d’affect sur ces deux persos mais j’ai beaucoup aimé toutes les intrigues.

On a même le retour du costume… euh compliqué… de Elfnein

Cela étant fini les émotions on a des arbres tuyaux à dégommer ! Donc déjà jusque là y’avait eu le moment Metanoia, où Hibiki qui huggue Shemha avec le meilleur timing ever par rapport à la chanson et j’avais déjà un peu serré le poing de victoire devant ma télé. Mais là est-ce que j’étais prêt à MIKU QUI DEBARQUE AVEC SON GEAR ? SON GEAR QUI RESSEMBLE A UNE FOUTUE ROBE DE MARIEE ?

YOU DID IT MIKU T^T. TU AS ENFIN VRAIMENT TON GEAR, IL AURA FALLU ATTENDRE HUIT MINUTES AVANT LA FIN DE LA SAISON T^T.

Et donc voilà, sur le même écran, dans le même combat, les sept porteuses de Symphogear encore en vie.

;^;

Et la présence des sept, d’ailleurs, amène pas mal de points scénaristiques assez nouveaux et intéressants: en gros six Symphogear c’est balèze, mais c’est à sept qu’elles trouvent leurs harmonies ultimes, la plus puissante. Le chiffre sept est pas forcément gratuit – au délà de son aspect récurrent dans de nombreuses mythologies, j’y vois aussi un petit clin d’oeil au fait que la franchise est née il y’a… sept ans. Dans tous les cas, ces sept personnages sont aussi les principales chanteuses qui sont présentes à chaque Symphogear Live, donc c’est aussi un beau symbole.

Surtout que bon, après 2/3 combats, ils vont arriver au noyau et faire ce qui évidemment allait me faire chialer: chanter une grande chanson de remerciement et faire revenir l’esprit de tous les personnages morts.

… sauf Adam parce que fuck Adam.

FINE T_T

Vous noterez que tout le monde retrouve les personnages qui comptent pour eux – Hibiki voit Finé, Tsubasa voit Kanade et son père, Maria Shirabe et Kirika retrouve Natassja et le Dr Ver, Maria revoit également Serena et lâche une larme, moi aussi juste en écrivant cette phrase.

Puis y’a Chris. Qui revoit personne. Quelque part dans un studio de Satelight y’a un mec qui doit se prendre la tête et faire « aaaah putain ses parents, j’aurais pu mettre ses parents. » Bon voilà je vous ai ruiné un peu la scène parce que maintenant quand je la revois j’imagine Chris en mode forever alone dans un coin pendant que tout le monde retrouve les gens qu’ils aiment. D’ailleurs notez que Finé est heureuse de retrouver Enki, mettant définitivement fin à la question « Finé elle voulait se taper Enki ou Shemha ? » BON BAH CONFIRMATION. Certains verront le verre à moitié vide et diront « oh non du coup Finé elle est pas lesbienne », d’autres verront le verre à moitié plein, repenseront à la saison 1, et diront « ha cool elle est bi du coup. »

Bon du coup petit coup de chiale gratuit, vient le temps de s’enfuir après avoir tout fait péter, les gears brûlent dans la fuite mais Shemha impose un dernier coup de pression en se saissisant des gears dans ses mains, et va questionner HibiMiku dans ce qui paraît être de loin la cérémonie de mariage la plus métal de tous les temps. Mariage où le prêtre c’est carrément Dieu, et où les mariées elles clament des trucs méga nekketsu. J’adore Symphogear.

Et voilà, Shemha disparaît, sauvant les sept gears d’une marée de flames. Elles se relèvent, Genjuurou est là, il fait « bravo les filles », elles regardent le soleil levant et voilà c’était Symphogear, c’était euh abrupt.

Mais allez, derniers petites friandises avant de partir: déjà en guise de générique de fin on a une toute nouvelle version de Gyakkou no Flugel, avec Miku qui vient compléter les autres chanteuses. Je me suis demandé pourquoi finir sur cette chanson et pas Synchrogazer puis douze heures plus tard j’ai eu une révelation: « Putain Synchrogazer est joué en opening qu’à partir de l’épisode 2, ce qui signifie que Gyakkou no Flugel est littéralement la première chanson jouée dans Symphogear et, du coup, aussi la dernière. » Sans compter qu’on la retrouvait régulièrement dans d’autres saisons, souvent en version Nijiro no Flugel. Bref, c’est technique, mais la symbolique est forte.

Ensuite, j’ai un peu chialé quand ils nous mettent des cartons à la fin du générique pour dire « AOI YUUKI ETAIT HIBIKI. AYAHI TAKAGAKI ETAIT CHRIS. »

Ca m’a fait chialer car non seulement on y retrouve ce petit côté blockbuster-générique-de-fin-du-MCU que finalement font très peu les animes, quand le nom des acteurs s’affiche au dessus des personnages. Mais c’est aussi une dernière fois remettre en avant le travail des sept doubleuses principales qui ont vraiment remis une performance de ouf sur ces soixante épisodes qui leur a demandé de jouer, de chanter mais aussi de jouer et chanter simultanément. Aoi Yuuki a plusieurs fois témoigné de la difficulté de ce rôle, mais de tout ce que ça lui a appris. Pour moi c’est tout con mais Symphogear m’a vraiment révélé Aoi Yuuki et Ayahi Takagaki, en plus de me faire mieux découvrir Nana Mizuki. Donc ça c’est cool.

Et puis après on a les deux scènes post-générique, tout ce qu’on aura en guise d’épilogue. C’est peu donc savourons le bien.

Tsubasa qui peut enfin donner ses respects sur la tombe de son père, complétant ainsi totalement toute la storyline des Kazanari sur cette saison, et donnant l’occasion finale de dire au revoir à toutes nos héroïnes, regroupées pour la dernière fois à l’image.

Et du coup, transition sur la scène finale, celle de la confession. Terrain brûlant mais here we go. Déjà revoyons l’action au ralenti, image par image.

Déjà notons que en fond joue la version instrumentale de Kimi Dake Ni, la face B du single de Hibiki, qui était une chanson assez poignante de Hibiki à Miku, où on trouvait des couplets comme « Quand tu dis merci d’être née avec tout ton coeur, cela me donne le courage d’à nouveau me dresser et maintenant je veux répondre à ton éternel amour. » Bref une très belle chanson, dans un registre très différent de d’habitude pour Hibiki, et que j’avais vraiment envie de voir être chanté dans la série parce qu’en guise de confession c’est la chanson ultime.

Maintenant je comprends que cette scène elle vener des gens. Quand je l’ai vu sans sous titres pour moi, la confession était à 100% sûre. On finissait sur la confession, celle que Miku voulait faire depuis l’épisode 2 de la saison 1 ! Mais j’ai quand même demandé confirmation, on m’a dit que non, et je suis parti me coucher un peu… énervé ? Mais c’était aussi parce que j’avais pas eu de sous-titres sur le reste de l’épisode.

Maintenant que cette scène je l’ai digéré, que j’ai compris que j’ai pas eu mon « je t’aime » explicite, mais que j’ai eu tout le reste de l’épisode où Hibiki exprime son amour pour Miku de la manière la plus explicite qu’elle ne l’ait jamais fait, ce je t’aime je m’en fous. Non c’est pas que je m’en fous du je t’aime en lui-même. Je m’en fous de pas l’avoir vu. Parce que tout le monde sait que c’est ça qui allait être dit. Parce que c’est évident que ça allait être ça. Et quand je dis ça je vous fais pas de la théorie, je vous fais pas « regardez tous les élements disséminés de ci de là, je pense que là Miku et Hibiki vont se dire qu’elles s’aiment », non c’est juste la narration de la série qui fait que quand on arrive à cette scène la principale chose qui nous vient tous en tête c’est « ha, elles vont se dire leur amour. » Parce que le contexte, parce que le visuel de la scène, parce que leurs expressions, parce que cinq saisons de contenu où on a vu l’affection qu’elles portent l’une pour l’autre. On invente pas ça de nos têtes, on fait pas du shipping ou du headcanon ou whatever le thème à la mode sur tumblr, ao3 et fanfiction.com, non on le pense parce que c’est ce que la série veut qu’on pense. Elles pourraient se dire quoi d’autre ? Qu’elles sont secrètement communistes ?

Du coup, vu qu’on sait le contenu… Est-ce que c’est vraiment nécessaire de nous le montrer ?

Dans une série qui nous a asséné pendant cinq saisons le mantra « la communication ce n’est pas que des mots » ?

Dans une série où dix minutes plus tôt, l’héroïne disait un truc d’une force ouf ?

Je l’avais déjà signalé dans un vieux récap, cette dictature du baiser ou de la confession pour sceller un couple. Genre aujourd’hui sur Internet, pour beaucoup trop de gens, un couple est pas un couple dans la fiction si y’a pas ces deux « passages obligés. » J’aime ces passages et ces clichés, hein, comme beaucoup, et c’est pour ça que je lis toutes les romcom shonen qui passent parce que c’est ma came mais faut avouer que c’est aussi un peu éreintant ces codes et ces diktats, et ça crée une vision un peu trop schématisée et caricatural de la romance, du couple. C’est des mauvais réflexes acquis par des clichés de romcom qu’on bouffe depuis des décennies, parfois à cause de ces romcom à l’américaine qui nous ont assomés de visions parfaites d’un couple. On peut aussi apprécier de vouloir une vision plus intimiste, plus subtile de la naissance d’un couple.

Après je fais non plus pas ma mijorée: un baiser canonique en plein épisode entre les deux, j’aurais été le premier à applaudir. Mais c’est parce que je suis un ultra fan du ship HibiMiku, et que j’adore les scènes de premier baiser dans toutes les oeuvres du monde. Je voulais un baiser HibiMiku pour mon kif, si je veux caricaturer mon raisonnement. Je l’ai pas ? Petite déception, oui. Mais que ça ne veuille pas dire que la série a fait une erreur. Non, au final elle est restée fidèle à elle-même. Mais je me repète.

Big up, sans rapport, à la France qui faisait enfin son entrée dans Symphogear.

En vrai le truc qui me choque limite avec cette fin c’est que du coup elle explicite le fait qu’elles étaient toujours pas encore officiellement ensemble jusque là. Alors que damn, dès la saison 1 y’avait cette dynamique de couple marié qui crevait les yeux. Du coup gros gros big up à Miku qui lâchait les symboles les plus voyants depuis tout ce temps devant une Hibiki qui semblait pas capter grand chose. Mais en même temps vu que Hibiki était quand même très caline et très réceptive, je comprends que Miku se contentait de ce status quo.

Quel couple d’idiotes. Evidemment qu’on a pas d’épilogue et de scènes post-déclaration, ça aurait été 10mn de Chris qui gueule genre « PUTAIN VOUS ETIEZ PAS OFFICIELLEMENT ENSEMBLE VOUS VOUS FOUTEZ DE QUI LA ? VOUS AVEZ PAS HONTE ? KIRIKA ET SHIRABE QUI VOUS PRENIEZ COMME MODELE DE COUPLE PARFAIT ET LA ELLES DECOUVRENT QUE C’ETAIT UN MENSONGE ? UN MALENTENDU ? VOUS VOUS RENDEZ COMPTE DU MAL QUE VOUS FAITES ? » Ca sera sans doute ça le contenu d’un des OAV Bonus. Hâte.

Donc voilà.

C’était… Symphogear.

XV est donc devenue ma saison de Symphogear favorite, congrats ! Bien sûr que j’ai des regrets et des frustrations mais je les ai déjà exprimées, surtout autour du rush global sur la dernière partie. Je pourrais aussi avoir quelques réserves sur Noble Red qui ont été, au final, les antagonistes les moins intéressantes de la franchise, ce qui s’équilibre par rapport au fait que j’ai pas mal kiffé Shemha et le papy Kazanari en retour.

Mais bon, dans l’ensemble, c’est des détails. Puis bon, je cherche pas dans Symphogear de la perfection, c’est un univers touffu dans lequel y’a parfois des loupés, et au moins y’a pas eu de moments aussi énervants que le père de Hibiki dans GX. Tiens en parlant de ça, what the fuck, j’ai pardonné au père d’Hibiki d’exister. C’est quoi ce foutu miracle ? Il a suffit de 5mn de discussions sur le bien et le mal qui ont montrés son côté plus affable et c’était réglé ? Pourtant c’était pas gagné, j’ai moi même quelques soucis paternels donc c’est pas un sujet sur lequel je suis très tolérant habituellement.

Mais dans l’ensemble, en terme de divertissement et de conclusions amenées à l’univers, c’était le buffet complet qui cale bien. Enormément de scènes d’actions, encore beaucoup de délires qui passent crème, les musiques étaient top, l’animation défonçait… bref ça s’est encore bien éclaté au niveau du staff, des doubleuses, même la traductrice française qui nous a béni de ses jeux de mots deathopilant… C’est vrai que du coup le fait que sur la fin de la série la prod semblait un peu plus chaotique se ressent un poil plus dans ce rush final un peu en déça des huit premiers épisodes, mais dans l’ensemble cette prod chaotique se voit pas tant que ça à l’écran, et on peut surtout remercier la série d’avoir été reportée de trois mois parce que sinon, y’aurait peut-être eu de la casse.

Donc voilà, content de cette saison, content d’avoir écrit dessus. On va ouvrir pour la dernière fois les bingos. En commençant par le spécial épisode 13. Donc qu’est-ce que je voulais dans cet épisode ?

Je veux bien que vous me jouiez le bruit de la boule noire de Motus parce que c’est pas ouf, haha. On a bien Kirika qui a fait « death » une dernière fois, l’attaque finale se nommait bien Metanoia, Finé était à l’écran 5s et on a eu une scène cameo-de-tous-les-personnages que j’ai bien kiffé parce que ouais j’adore ce cliché.

Point d’interrogation sur les gears ! On a aucune confirmation explicite de leur totale destruction ! Elles ont brulées dans le feu mais… ça veut rien dire, haha. Du coup c’est terrible parce que si elles ont encore leurs Gears, ça peut vouloir dire qu’une suite reste toujours un peu possible. Tant qu’on aura CE FOUTU ESPOIR, DU COUP, ON FERA JAMAIS LE DEUIL PUTAIN.

BINGO SALE !

Parce que, effectivement, on a eu un caméo de Kanade :’D. Et Finé était back :’D. Mais… bon… cinq secondes chcunes.

Mais tant pis, ça fait un bingo.

Yay.

Toujours pas de Hibiki sur la Kirikatoupie, merci à l’opening de AXZ de m’avoir menti jusqu’au bout.

ALLEZ, BON.

mfw plus de symphogear

Le truc c’est que si l’anime est du coup fini, la franchise va encore continuer à avoir un peu d’actu: déjà on va pouvoir attendre les OAV bonus de chaque BluRay (les hilarants Zesshoushinai) et on est certain que y’aura un Symphogear Live. Par contre la date est pas encore annoncée, mais à priori soit 2020, soit 2021. Est-ce que des annonces y seront faites ? Nul ne sait, mais j’aimerais bien aller à l’un des concerts pour le coup. Ca serait vraiment mon rêve d’en assister un et, en l’état, le prochain Symphogear Live ça serait genre maintenant ou jamais. Donc je vais suivre de très près les news sur le sujet !

Et puis, bon, Symphogear XD Unlimited continue en tant que mobage, le jeu a eu une grosse update cette semaine, qui rajoutait trois types supplémentaires aux couleurs du jeu, et commençait à rajouter Carol et les autoscorers en perso jouable donc c’est pas près de s’épuiser. Par contre paie tes events non traduits en japonais only qui rendent le jeu… un peu dur d’accès.

Donc Symphogear va encore un peu nous accompagner. On a pas encore à faire totalement le deuil. C’est peut-être le plus cruel, haha. En tout cas, peu importe la suite de la franchise, ces cinq saisons ont été pour moi une rencontre sublime, un coup de coeur comme j’en ai peu eu. Symphogear sera éternellement une part de ma vie, et je m’enflamme même pas en disant ça, je le sais, je me connais. Je continue à remater régulièrement des bouts d’épisode pour me mettre la hype, je continuerais d’écouter la playlist Symphogear de mon téléphone, je continuerais de collecter les fanarts et de fouiller les boutiques d’occaze du Japon à la recherche de matos croquant. Lundi dernier, j’étais à un event fanzine à Yokohama avec 98 stands Symphogear et j’étais aux anges.

Y’a ce petit côté « Symphogear, c’est mon trésor. » Le temps passera, peut-être que je forcerais moins, mais je continuerais encore à l’évoquer, je pense, longtemps. A demander les génériques en karaoké. A faire des références diverses et débiles….

Bon, bref, c’était top. Merci Kaneko, merci Agametsu, merci les réalisateurs, merci Satelight, merci les animateurs, merci les comédiennes, merci à tous. C’était incroyable, et je me sens honoré d’avoir pu suivre cette dernière saison dans des conditions parfaites.

Je sais pas quoi dire de plus, je suis ému ET fatigué (il est 1h17 ici, lol) vous les studios. Et merci d’avoir lu mes bêtises.

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittertumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

4 commentaires

  • Yattoz

    Symphogear, une série géniale à énormément d’égards ! J’ai chialé pendant plusieurs moments de cet épisode 13. J’ai brandi le poing. J’ai eu des tas de réactions avec surtout les yeux écarquillés. C’est tout ça, Symphogear.

    Beaucoup de plaisir à suivre tes récaps, c’était top \o/

  • Dundun

    Très bon résumé!
    XV a eu quelques soucis mais on sent tout de même l’amour derrière. Je regrette qu’on ait pas eu un truc au niveau de G à mon avis, mais je suis content qu’on soit arrivés jusque là, c’était un long chemin.

  • Jésus

    Merci à toi pour m’avoir fait découvrir cette série par ces résumés et (comme d’hab) de m’avoir bien fait rire par tes écrits !

    C’était chouette quand même

N'hésitez pas à commenter l'article~