Japan Touch 2014 – You Touch my tralala

Japan Touch 2014 – You Touch my tralala

Eh, les conventions de l’ouest je commençais à connaître alors je me suis dit « bon, ok, allons voir au sud est comment vont les choses. » Enfin, non, ça c’est pas vraiment passé comme ça. C’était plus « eh les mecs, y’a Yamatogawa d’invité à Lyon pour Japan Touch » et la réflexion a pas été lente. C’est bizarre, hein. En 2013 j’ai hésité à aller à Marseille pour Ikuhara et je l’ai pas fait « parce que pas d’argent », par contre aller à Lyon pour Yamatogawa, zéro problème, même si j’ai toujours pas d’argent. Ptet que j’accorde plus d’importance au hentai qu’a l’art.

Eh, ça expliquerait énormément de choses.

Shingeki no India
Shingeki no India

Bon bref, Japan Touch est une convention « historique » qui fêtait ce week-end sa seizième édition et était pour l’occasion couplé à la première édition du « salon de l’Asie. » Tout cela était organisé dans une sorte de grand parc des expositions prêt de Lyon, grand parc qui hébergeait ce week-end là deux autres salons, un dédiés aux animaux et l’autre aux vieilles voitures.

Voilà pour les présentations. Sinon concrètement ? Bah c’était Paris Manga à Lyon.

Jpeg
Comptez le nombre de copyrights dégommés dans cette image \o/

Bon déjà inutile de dire que leur parc des expositions, l’accès il est un peu relou. Trois salons en même temps au même endroit, le tout dans une zone desservie par une route bondée (on a passé trois quarts d’heures dans les bouchons, tout en sachant qu’on a eu la chance de pouvoir passer par deux ou trois raccourcis), une ligne de tramway et quelques bus. Bon, ça fait un peu isolé loin mais déjà pour aller à Japan Touch il faut le vouloir très fort. Mais bon beaucoup de gens l’ont voulus semblerait-il puisqu’il y’avait beaucoup de monde pour la convention.

Beaucoup de monde. 

En cela, Japan Touch m’a rappelé des mauvais souvenirs: ceux de Paris Manga 2010 et Chibi Japan Expo 2009. Deux des pires conventions que j’ai jamais pu faire qui avaient un souci commun: trop de monde pour pas assez de place ni d’activité. Comme si la préoccupation des organisateurs avait été d’amasser le plus de monde possible sans jamais se poser la question de ce qu’on leur fait faire une fois qu’ils sont sur place. Ou se succèdent une ribambelle de stands commerciaux alors que le contenu plus concret et plus inédit est masqué ou méprisé.

Le héros de No Game No Life joue à Sono Hanabira  parce que les échecs ça lasse vite
Le héros de No Game No Life joue à Sono Hanabira parce que les échecs ça lasse vite

Japan Touch prenait donc place dans un hall de 10 000 m² qui était organisé juste n’importe comment. Un brouhaha cosmique incompréhensible, mal pensé et pas adapté au monde sur place. Prenez l’espace des boutiques de goodies, une chiée incommensurable. Non seulement c’était l’espace le plus fréquenté mais il était pensé n’importe comment, avec des couloirs clairement pas larges et une manque de cohérence dans le placement des stands qui faisait que non seulement on s’y perdait mais en plus on se marchait dessus et on ne parvenait pas à avancer correctement. Une erreur basique dommageable pour une édition qui fêtait là sa seizième édition. A un moment faut penser que ce genre d’espace nécessite, justement, de l’espace.

Surtout si tu veux mettre 300 katanas en plastique
Surtout si tu veux mettre 300 katanas en plastique

Mais c’est tout l’ensemble qui était mal pensé comme ça. Le bloc fanzine et le bloc boutiques « traditionnelles » (saké, kimonos, office de tourisme) avaient les mêmes défauts et souffraient tous d’un manque d’espace d’autant plus incompréhensible que de l’espace inexploité dans cette conv il y’en avait, avec des grands endroits vides pas utilisés.

Même si déjà de base, je pense que le nombre de visiteur était incompatible avec la taille de l’event (10 000m² c’est grand mais c’était ici clairement pas assez) on pouvait encore sauver les meubles avec un peu de jugeotte. Mais non, ici, des idées bêtes ont rendus certains endroits pénibles à parcourir, là ou des Japan Expo ont compris de leurs leçons depuis cinq ou six ans.

 

On pouvait jouer au premier Gran Turismo avec un volant et ça par contre c'est la meilleure idée ever.
On pouvait jouer au premier Gran Turismo avec un volant et ça par contre c’est la meilleure idée ever.

Bon on passe sur le contenu des stands de goodies, assez typique d’une conv commerciale de Province, avec sa grande majorité de stands de contrefaçons, de katanas et de katanas contrefaits. Peu d’éditeurs (seul Taifu et Isan), peu de stands cleans (même si on retrouvait des habitués bienvenus comme Japan’s Doors)… Bon bref, je suis assez expérimenté pour éviter les soucis mais une petite pensée pour tous les adolescents lyonnais qui savent juste pas et qui pensent avoir fait une affaire avec ces figurines péraves à 25€ au lieu de 55€.  Bref, tout ça est assez honteux mais je suis assez blasé sur le sujet aujourd’hui. Même quand je vois des fanarts pixiv utilisés pour des stores ou des coussins hors de prix. Gros pffrrr.

 

Les auteurs en dédicace qui se prennent un bide :'(
Les auteurs en dédicace qui se prennent un bide :'(

Pour le reste, niveau râlage bah, well, le contenu. Y’avait pas grand chose à faire et trop de monde pour pas assez d’activités. Les stands JV/ JVM sur place ont proposés des trucs super sympas et super intéressants mais il y’avait bien trop de monde pour en profiter comme il fallait. Néanmoins j’avoue franchement que je crois bien que c’était la première fois que je voyais du Taiko no Tatsujin en convention. Bref c’est pas un souci de contenu – ce qui était sur place était très bon. Mais c’est un souci de quantité. Comment les mecs qui ont fait la conv ont pu se dire que trois assos de JV pour autant de visiteurs prévus ça serait suffisant ?

Heureusement y'avait la team Superplay <3
Heureusement y’avait la team Superplay <3

 

Idem: ou étaient les quizz, les jeux, les activités ? Une asso type BulleJapon/Tengumi aurait pas mal aidé à occuper les gens. Y’avait une petite asso d’event mais elle était yaoi only. Bref c’était maigrichon :(. La salle de karaoké était aussi assez médiocre, avec un catalogue très limité et mal exploité. Moment bizarre du week-end quand tu rentres dans la salle, que tu tombes sur l’opening de Bokurano mais qu’il est présenté 1/ en instrumental 2/ avec un time médiocre 3/  en version longue et 4/ chanté par une fille ultra timide qu’on entendait à peine dans le micro pendant que le reste du public était muet comme une carpe parce qu’on dirait que le public avait pas le droit de chanter. C’est malaise, un peu.

La photo la plus malaise du blog
La photo la plus malaise du blog (en plus elle est floue)

Par contre bon point: une salle de conférence avec un programme chargé et des thèmes variés. On sent qu’il y’avait la volonté de proposer un petit quelque chose. Quelques défauts, certes, avec des conférences pas toujours bien annoncées (une conf sur le JRPG a poppé de nulle part) et un temps alloué pas toujours pertinent (une grosse conf sur le simulcast avec des gros noms de Crunchyroll et de Wakanim = seulement 30/45mn) mais l’effort fourni dans le programme est appréciable, avec une salle à l’écart du bruit et très agréable, au moins pour s’y poser.

Ca discute JRPG (on a pu étaler notre science au premier rang, c'était un bon égotrip)
Ca discute JRPG en salle de conférences (on a pu étaler notre science au premier rang, c’était un bon égotrip)

Autrement, bah y’avait Yamatogawa sur place. Il était présent pour quatre plages de dédicaces ainsi qu’une conférence sur l’érotisme japonais que j’ai incroyablement loupé par confusion de planning. L’auteur était assez discret avec une gestion des dédicaces assez simple mais qui cumulait pas mal de tares: la dédicace se faisait par exemple sur un ex-libris mais, oups, ils avaient imprimés plus de tickets que d’ex-libris donc dimanche y’en avait plus et ceux qui sont passés le dimanches ont eu la possibilité de se faire dédicacer leur manga à la place. Ce qui est un poil injuste pour ceux passés le samedi qui auraient pu apprécier avoir cette option dès le début. Plus largement, on sera un peu triste de constater qu’il fallait acheter un tome hentai à 12€50 pour pouvoir avoir un ticket de dédicace, ce qui est assez limite parce que bon, la dédicace payante, c’est un peu relou. Après j’avais pas encore acheté Aquabless donc c’était le bon moment pour ça mais bon…  Bref, ça manquait pas de reproches même si je resterais à jamais reconnaissants envers Taifu d’avoir fait débarquer en France un auteur hentai de qualité.

En attendant l’homme semblait assez impressionné par son succès en France et était une rencontre appréciable. C’est dommage qu’une conférence Q&A était pas organisée par contre, je suis sûr que pas mal de gens qui ont fait le déplacement depuis toute la France auraient aimés poser des questions. Après, il n’y avait pas le droit de prendre des photos de l’auteur donc peut-être est-il juste discret ? Ca se trouve en vrai, au civil, il est ministre là-bas ?

ᕕ( ᐛ )ᕗ
ᕕ( ᐛ )ᕗ

Que dire d’autre sur Japan Touch ? Bon bah pas grand chose. La Team SuperPlay Live était présente et proposait un planning appréciable qui permettait de se poser et mater du bon superplay. Le coin JV avait des trucs vraiments sympas comme une version arcade de Tetris bien putassière ou bien du Point Blank 2 ce qui ne nous rajeunit pas. Le salon de l’Asie se déroulait au même endroit et avait pour thème l’Inde, ce qui expliquait la présence de nombreux stands Bollywood. Même si ce thème restait finalement plus limité qu’on ne le croit. Les cosplayers lyonnais se démerdent pas mal avec une quantité appréciable de cosplays réussis. On a pas pu assister au défilé mais ça avait l’air bien fat.

Expo shibari, on s'y attache vite.
Expo shibari, on s’y attache vite.

Bon bref, pour conclure: Japan Touch restera pas un souvenir impérissable. J’y étais venu pour Yamatogawa, j’ai eu ma dédicace, je l’encadrerais et la mettrais dans le salon, mais pour le reste y’a quand même pas mal de trucs que j’aime pas dans une conv. Trop de monde, pas assez de place, pas assez d’occupations, trop de contrefaçons. Le carré de la lose pour au final une convention aussi dépourvue de personnalité et d’âme qu’une édition lambda d’Art to Play ou Paris Manga. C’est une conv le cul entre deux chaises: ambitieuse pour ramener des gens, pas assez ambitieuse pour les occuper comme il se doit. Et pour une seizième édition c’est un peu la merde. C’est comme si Japan Expo avait pas évolué depuis 2007…

Bref, j’y retournerais pas de si tôt sauf si, évidemment, ils ressortent la carte de l’affectif.

Bon hop les quelques photos qui restent:

Le coin un peu plus au calme... avec le cri des gens qui beuglent au karaoké
Le coin un peu plus au calme… avec le cri des gens qui beuglent au karaoké qui résonne au loin
Vivez ma vie d'1m62
Vivez ma vie d’1m62

 

DEJA VU ♪
DEJA VU ♪
Kimonos chauds et choupis dans le coin traditionnel
Kimonos chauds et choupis dans le coin traditionnel
Toujours présent, on arrête jamais le Bonbontrain
Toujours présent, on arrête jamais le Bonbontrain
Jpeg
Des ptits jeux de société si vous aimez l’amusement convivial
Jpeg
Couloirs serrés et soleil qui point: on était bien samedi après-midi (il a fait un temps pourri le reste du week-end.)
Tu montres cette photo sur 2ch, ils vont encore péter un cable <3
Tu montres cette photo sur 2ch, ils vont encore péter un cable <3

 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

4 réactions au sujet de « Japan Touch 2014 – You Touch my tralala »

  1. Cette convention n’a pas changé depuis la dernière fois que j’y suis allé. C’est bien, cela fait plaisir. Elle est juste devenue plus grande.

    Petites explications. Déjà, il ne faut pas faire attention à l’expérience – le nombre d’éditions successives – affichée par les organisateurs, tout simplement car ceux-ci changent tous les ans, ce qui oblige à repartir plus ou moins de zéro à chaque fois, mais avec un budget en hausse. En cause : une ambiance apparemment délétère au sein de l’association qui gère l’événement, ce qui provoque des départs massifs après chaque nouvelle convention. J’ignore s’il est encore là, mais à l’époque où j’habitais Lyon, le président de l’association était réputé pour s’enguirlander avec tout le monde – membres compris – et ne se servir de la Japan Touch que pour financer les projets qui l’intéressaient réellement (parce que les manga ce n’était pas son truc). Seize années plus tard, Japan Touch reste une manifestation d’éternels débutants.
    Pour les contrefaçons, c’est normal : c’est pour que les visiteurs qui n’ont pas les moyens puissent tout-de-même s’acheter des produits dérivés. C’est du moins ce que m’avait expliqué une organisatrice.

  2. Perso je suis allé jusqu’au salon en partant de la gare avec tram+navette et c’était assez rapide et peu onéreux.

    J’y suis aller seulement le dimanche et j’ai pas trouvé que c’était abusé de monde, mais tu n’es pas le premier que j’entends dire qu’il y avait beaucoup plus de monde le samedi.
    Mais ça n’empêche que oui, il y avait moyen d’espacer les stands où régnais du vide (genre vers honteux stand de dédicace…)

    Huum, ta photo du stand dédicace n’est pas représentative de la queue qu’il y a pu avoir pour Yamatogawa ou Chavouet.

    Ça me fait un peu chier d’apprendre qu’il y a eu une conférence JRPG:/ et à se propos si tu comptait assister à celle sur « l’érotisme japonais fantasmé par l’occident » pour Yamatogawa je te rassure : il n’y était pas. Et je confirme par là ta thèse de la timidité/discrétion.

    Par contre je suis pas d’accord quand tu dis que les dédicaces sont payantes. Avec tes 12€50 tu repars pas juste avec un gribouillis, t’as aussi le bouquin quand même. C’est pas le système américain des dédi payantes, et tu aurait préféré un tirage au sort qui récompense les plus chanceux aux plus fans ?
    Et puis, ok certains on pu avoir des dédi sur manga plutôt que sur ex-libris, mais c’est un plus. Ils auraient pu dire : «y a plus d’ex-libirs donc plus de dédicace, même si il nous reste des ticket » qui ne sont après tout que de simple bout de papier. S’pas comme si ils avaient fait trop peu d’ex-libirs.

  3. C’est marrant, moi j’ai plutôt bien aimé comme convention, et j’en garderais de bons souvenirs. J’y allais à la base que pour la dédicade de Yamatogawa comme j’étais allé à Japan Expo Sud pour Urushihara y’as quelques années, mais autant JE Sud c’était tellement de la merde que le dimanche j’étais plutôt allé visiter Marseille que de revenir à la conv’, autant là, selon le programme des futures éditions, je re-ferais peut être le trajet…

    En point négatif j’ai les DEUX PUTAINS D’HEURES DE BOUCHON LE SAMEDI MATIN, où j’ai sérieusement hésité à laisser ma voiture en vrac sur le bas côté et finir à pied. Y’avait des gens qui abandonnaient et faisaient demi-tour. Complètement fou.
    Chaque soir, 30 min de bouchon rien que pour sortir des parkings. Quel est le con qui a conçu un parking de parc expo avec seulement DEUX voies de sortie, qui après se rejoignent EN UNE SEULE… et après la voie unique fusionne encore sur UNE VOIE AVEC les autres parkings ?!!

    Bref donc, ne plus jamais aller à Eurexpo en bagnole, c’est noté.

    Le HK m’a bien fait marrer. 20€ le wallscroll chinois, les vendeurs n’ont vraiment plus aucune race ;D Je peux pas accepter l’excuse de « les fans pauvres vont pouvoir s’acheter des goodies contrefaits » à VINGT EUROS le bout de tissu synthétique imprimé contrefait, faut pas déconner. Quand c’était à 7/8€ et que les wallscrolls officiels étaient introuvables (coucou Japan Expo 2002), là je comprenais. Mais VINGT PUTAIN D’EUROS (je suis encore sous le choc) c’est juste non.

    J’ai principalement squatté la section JV et la salle de conférences. Pas mal de conférences cool (btw Yamatogawa n’était pas (contrairement à ce qui était annoncé) à la conf. sur l’érotisme… moi non plus mais Lionel de Japan’s Doors me l’a dit)… Et niveau JV bah le stand team super play live est super cool comme d’hab (mais vu l’orga en carton ils risquent pas revenir), le stand jeux musicaux avec du beatmania en bonnes conditions ET DU JUBEAT (premier Jubeat en convention en France il me semble !) c’était top tier… Taiko no Tatsujin je l’ai déjà vu pas mal de fois en conv’ (moi même j’avais tenu un stand Taiko lors d’un Toulouse Game Show avec DDR Bordeaux à l’époque), mais c’est vrai que les assos évitent quand même de le sortir trop souvent car tu nique les controllers en un week-end…

    Stand arcade coolos où j’ai pu rencontrer d’autres passionnés, et faire du score attack sur Crazy Taxi.

    Ah et pour les dédicaces de Yamatogawa, le samedi à 17h y’avait des mecs devant moi qui faisaient dédicacer leur manga plutôt que l’ex-libris. Du coup j’ai hésité et j’ai fini par faire dédicacer l’ex-libris quand même, bien que j’avais mon Tayu Tayu dans le sac à dos.

    L’absence de sécurité à l’entrée m’a permis le dimanche de rentrer avec un sac à dos rempli de bière, la journée a donc été parfaitement cool 🙂

  4. J’avais prévu d’y aller comme tous les ans, mais lorsque j’ai vu le programme de la salle de projection (probablement 10 fois trop petite comme toujours), j’ai changé d’avis.

    L’année dernière, ils nous avaient fait le coup de « désolé, le vestiaire est plein »…Tout en laissant les gens faire la queue 10 minutes. Trop compliqué de l’indiquer sur un panneau, ça permet pas d’emmerder les gens, c’est pas marrant.

    Enfin bref, oui la Japan Touch c’est de la merde mais c’est la seule convention du coin. Donc les gens y vont. En sachant que c’est pourri. Monde de merde.

N'hésitez pas à commenter l'article~