[Néant Sept #16] 10 Japan Expo plus tard

[Néant Sept #16] 10 Japan Expo plus tard

Allez pur blogging perso ce soir, je sens que vous êtes motivés à donf rien qu’à l’idée. En vrai je me suis rendu compte d’un truc terrible en ce début d’année: on est en 2016 et, donc, cette année, ma première Japan Expo va fêter ses dix ans. Ca paraît rien pour vous mais pour rien cet événement signifiait un peu mon entrée dans le monde « otaku » parce que, bon, avant ça, j’étais un normand qui faisait ça dans son coin et qui parlait jamais de manga ou d’animé avec ses copains de lycée parce que, tout simplement, je connaissais personne qui était à fond dans le délire.

Du coup dix Japan Expo au total. C’est cool: ça me permet de faire un top dix. 

Voilà donc un top 10 de mes Japan Expo, le tout étant basé sur des ressentis très personnels. En bas ceux dont j’ai des mauvais souvenirs ou dont l’expérience m’a été quasi traumatisante et en haut du classement, bah ceux qui m’ont le plus éclatés. C’est simple, non ? En plus je me livre à vous, ça participe à mon humanisation, des conneries comme ça, c’est mon agent qui m’a dit que ça serait bien ಠ_ರೃ.

Tant qu’à parler convention, je serais ce week-end avec l’asso Thalie à Japanantes, pour des jeux, des projos et des tas de trucs cools. A titre encore plus perso, j’animerais une conférence sur, vous l’avez déjà deviné, le Shonen Jump pour les Nuls. Ca sera samedi à 13h !

Bon, on est chauds, on est parti, ça va être simple et efficace comme craquer une noix avec une pelleteuse:

 

10 / Japan Expo 2008

Krosoft

Présent: du vendredi midi au dimanche soir en tant que visiteur

2008 c’était… bizarre. C’est cette période un peu bizarre ou je quitte progressivement mon ancien groupe-de-potes-Internet™ mais que Thalie existe pas encore vraiment donc je cherche une nouvelle communauté dans laquelle m’intégrer sans vraiment en trouver une donc parce que malgré mes grands airs de blogueur qui a 3000 projets, je reste un vrai cas social qui préférerait faire brûler une forêt plutôt que devoir amorcer une conversation avec un pompier pour lui dire que ça brûle.

Donc bref faisons la simple: Japan Expo 2008 c’est celle que je fais quasi intégralement en solo. Et les conventions en solo à vadrouiller sans trop savoir quoi faire, well, c’est clairement pas le kiff.

Je me souviens même, avec un peu de gêne, que je voulais faire un truc sur le stand de la Brigade SOS, que je l’avais annoncé sur ce blog, puis que j’ai finalement fait le mort parce que fuck that shit. Ca me gêne tellement que je crois que c’est la dernière fois que j’ai annoncé un truc sur Internet que j’ai jamais fait pour pas revivre cette gêne et cette honte.

En plus 2008 c’est aussi l’édition ou j’ai pas masse de thunes donc le côté « claquer de le pognon » m’a même pas aidé à aller vraiment mieux. C’est aussi l’édition ou je m’inscris à un concours Guitar Hero que je perds (bon ok) mais où l’organisateur m’appelle « Emo » tout le long du concours, ce qui est un peu traumatisant. Je voulais une dédicace de Oh!Great et finalement j’arrive trop tard et je me décourage avant même de tenter ma chance. Bref, je fais rien d’intéressant, je suis frustré, souvent seul, et j’assume pas les rares trucs que je voulais faire, que je fais à moitié au mieux. Bref c’était Nullos-Amo à son meilleur.

Mais bon y’a eu des bons trucs: c’est la Japan Expo ou on m’appelle le vendredi soir pour me dire que j’ai eu le bac et que j’aurais pas le rattrapage à passer. C’est aussi celui ou je découvre le karaoké Epitanime et je crois que ce jour là je n’aurais plus été le même. Ah, et je découvre le concours d’AMV France ce qui, évidemment, va me complétement me transformer. Ah découvrir ce palmarès… Seul…

En règle générale, 2008 aura été une très très belle année de merde pour votre serviteur: c’est presque logique que l’édition 2008 de Japan Expo soit donc la pire Japan Expo de ma vie.

Y’avait qui comme invité à cette Japan Expo ? Go Nagai, Takeshi Obata, Yoshiyuki Sadamoto, Oh!Great, Hirano Kouta

Un souvenir, un seul ? C’était la première fois que la Brigade SOS avait son stand et je me souviens que Kazé (ou Hachette ? Ou Kana ?) leur avait refilé beaucoup trop d’autocollants SOS-Dan à distribuer, du coup on en retrouvait littéralement partout dans la convention. Sur les gens, sur les murs, sur les sols, sur les extincteurs, sur le respect. 

Un achat marquant cette année là ? J’avais peu de thunes mais en claquer 30% dans le premier tome de l’Histoire de Nintendo par Florent Gorges, j’ai zéro regrets.

T’écoutais quoi comme musique sur le chemin ? J’avais zéro goût mais j’étais à fond sur les Weezer à l’époque. The Greatest Man That Ever Lived par exemple. Maintenant que je réecoute je suis en mode « wtf » parce qu’elle est pas ouf cette chanson.

09 / Japan Expo 2007

Présent: du vendredi après-midi au dimanche soir en tant que visiteur

Maintenant que j’y pense, pourquoi je prenais des tickets 3 jours qui valaient genre 30€ à l’époque (une fortune !!!) pour même pas faire le vendredi en entier ? Je me souviens être arrivé à Paris vers 11h en plus, j’ai même pas d’excuses.

En somme c’un peu pareil que 2008, à l’exception que mon groupe-de-pote-de-l’Internet était un peu plus présent, donc je l’ai moins passé en solo. A l’exception du dimanche ou j’étais vraiment intégralement tout seul parce ce que, en plus, je me suis mangé un lapin. C’est chaud, Nullos-Amo. Enchaîner la solitude avec le sentiment d’abandon, pourquoi tu te fais ça. Je sais pas mais j’avais économisé toute l’année pour cette Japan Expo alors QU’EST-CE QUE J’AI CLAQUÉ COMME THUNES. En plus je m’étais ramené avec une putain de valise géante que j’ai trimbalé comme un PEQUENOT toute la journée de dimanche. Le mec il est seul, il pue la lose et en plus il fait chier son monde avec une valise géante.

Mais bon, les autres jours je me suis bien amusé, même si le faire en groupe m’a forcé à faire une croix sur des trucs que je voulais faire genre rencontrer Sakaguchi. C’était quand même l’occasion de mater mon premier défilé de cosplay et c’était dingue.

Mais cette Japan Expo c’est aussi celle ou le dimanche matin je me promène place de la République vers huit heures du mat après avoir quitté mon hotel et où je croise par hasard une élève ukrainienne qui fréquentait mon lycée normand deux ans plus tôt et qui était revenu en France pour la semaine. Combien de chance que ça arrive ?

En vrai c’était pas ouf, mais ça représente ce moment bizarre de ma vie ou le lycée c’était vraiment cool, ou j’avais pas mal de potes, mais ou je planquais à tout le monde le fait que j’attendais avec grosse impatience la Japan Expo pour voir mes-connaissances-de-l’Internet™.

(Qui au final m’ont donc foutu un lapin le dimanche, quelle terrible leçon de vie.)

Y’avait quoi comme invité à cette Japan Expo ? Hironobu Sakaguchi, Hiroyuki Takei

Un souvenir, un seul ? Une fille que j’aime bien qui me dit « eh, si tu veux je peux dormir à ton hotel ce soir » en mode WINK WINK absolu et moi qui fait « oh mais non j’ai pas la place » alors que je l’avais la place, totalement. Je sais pas à quel point ça aurait changé ma vie mais autant maintenant je me trouve débilement chou, autant pendant les 3 années qui ont suivies ce moment, je l’ai tellement regretté, haha.

(Par contre la conv en elle-même je me souviens de quasi rien mais en cherchant très fort.)

(Ah si, j’ai roxé à un quizz JV fait par Tsubasa qui annonçait au même moment ses adieux.)

Un achat marquant cette année là ? J’ai claqué dans tellement de trucs comme si y’avait plus de lendemain (j’avais au moins 200€ d’argent de poche !!! 200€ !!!!) mais, vraiment, je sais pas pourquoi, celui qui me vient immédiatement en tête c’est Kazé qui faisait une offre un coffret à 10€ et 3 pour le prix de 2. Du coup j’ai pris tous les Utena. PAS DE REGRETS.

T’écoutais quoi comme musique sur le chemin ? Je déteste les Fallout Boys, mais je me souviens que dans le RER B un mec typique de Sevran Beaudottes (no cliché) m’a demandé ce que j’écoutais dans mon baladeur et je lui ai fait écouter What’s This version Fallout Boys et il m’a tellement jugé qu’il a même pas osé me racketter après ça. Je le comprends un peu.

 

08 / Japan Expo 2013

Présent: du jeudi matin au dimanche soir en tant qu’associatif avec Thalie

Bon on a fait les Japan Expo remplies que de mauvais karma, on va pouvoir maintenant passer à celle qui a été juste meh. Celle ou j’en suis sorti en mode: « woh, j’aurais pu rester chez moi et rien faire, ça aurait été tout aussi enrichissant. » Parce que tu vois même si 2007 et 2008 ça a été awkward et cringe bah au moins j’aurais fait des erreurs que je vais plus forcément faire par la suite. Autant 2013, bon, c’est passé par une oreille, sortie par l’autre.

Je me souviens littéralement de rien. J’ai du relire l’article bilan pour essayer de me souvenir de quelques trucs. Article bilan plutôt négatif, et tu m’étonnes, c’était le moment ou pour moi Japan Expo avait un peu perdu sa magie puisque j’étais devenu francilien et que c’était plus vraiment le moment dans l’année ou je retrouvais tous mes potes… qui étaient devenus soudainement super accessibles ! Même d’un point de vue asso c’était une année morne, avec un public pas super ouf et des jeux qu’on avait trop mal dosés de toute façon.

Donc voilà: pas de sentiments négatifs, pas de sentiments positifs, c’était Japan Expo 2013. Celle ou j’ai fait Torcy/Villepinte en RER tous les matins avant de me rendre compte le dimanche soir que y’avait un bus qui aurait pu m’emmener directement et rapidement de Torcy jusqu’a l’aéroport voisin du parc des expositions. Damnit !

Y’avait qui comme invités cette année là ? Tetsuo Hara, Shoji Kawamori, May’n, angela, Tetsuya Nomura…

Un souvenir, un seul ? C’est le plus égocentrique du lot mais diffuser l’AMV Déjà Vu devant un public c’est chouette. Montrer son bébé, voir les réactions, gagner en égoboost. Bon, ok, y’avait eu du bon dans cette JE 2013 quand même.

Autre souvenir cool, quand même: découvrir en pleine conv que fin juin, ton nouveau boulot te file la moitié de ta prime de treizième mois. Passer de « putain je suis pauvre je vais sucer mes lacets pour économiser un repas » à « putain je fais quoi de toute cette thune » en une minute, c’est pas mal.

Un achat emblématique de cette année là ? Le coffret Sword Art Online collector, preuve étant que si j’étais à deux doigts de sucer mes lacets et d’aller aux Restos du Coeur de Torcy, c’était entre autres grâce à ma gestion exemplaire de mon budget.

(Je suis passé de temps partiel à temps plein deux jours après la JE, rassurez vous, mon salaire a doublé et je suis devenu incroyablement moins ric-rac.)

T’écoutais quoi comme musique sur le chemin ? Selon last.fm, j’écoutais pas mal de conneries sur mon portable le matin de la conv mais je dois avouer que je vois pas mal revenir I Just Had Sex des Lonely Island, ce qui est plutôt ironique vu que mi 2013 c’est la période ou je suis encore amoureusement très très déprimé.

(Je suis passé de célibataire déçu à casé deux mois après la JE, rassurez-vous, mon capital affection a doublé et je suis devenu incroyablement moins déprimant.)

 

07 / Japan Expo 2010

Viewty

Présent: du jeudi matin au dimanche soir en tant qu’associatif avec Thalie

Holy shit ce week-end là. Y’a eu un avant et un après.

Mise dans le contexte: l’asso Thalie est créée en décembre 2009 avec pour objectif de faire PLEIN DE JEUX RIGOLOS EN CONVENTION. Surtout Epitanime parce que tin qu’est-ce que Epitanime c’était fun. Du coup ça se fonde autour de la communauté du forum éponyme et ça part sur un élan maladroit mais assez enthousiasmant. Puis là je me dis « on va faire Japan Expo tant qu’a faire. » Bon je me suis pas posé la question « est-ce qu’on a les épaules pour faire Japan Expo ? » avant de décider ça, j’étais juste dans l’élan et je voulais vraiment tout faire.

Ca a été une sorte de grand crash autoroutier en vrai: le stand était le système D à son maximum, avec un aspect visuel pauvre et, euh, très limité. La chance c’est que le stand a été visité par tous les potes de la communauté florissante de l’époque et que donc il a jamais été vraiment vide. Au final ça a été une sorte de pur circlejerk, y’avait de la bonne humeur et pas mal de bons moments, mais c’est l’exemple même de ce qu’il faut jamais faire si t’as un stand associatif qui veut toucher un public large.

Bon, et, euh, y’a eu du vrai bon gros drama tout le week-end entre les membres de l’asso, aussi. C’est pas super bien, et je l’ai pas forcément super bien vécu.

MAIS.

Ca peut paraître paradoxal mais ce week-end au final aura été important pour moi sur tellement plein d’aspects personnels que j’ai du mal à vraiment lui en vouloir. Je l’ai passé avec une grande béatitude un peu aveugle, sur un élan enthousiaste et aveugle que j’ai jamais ressenti ailleurs. Et au delà des dramas, j’y ai fait tellement de rencontres et vécus de moments sympas dans cette édition là que ça me permet de trouver un équilibre personnel.

Je suis pas chaud à l’idée de revivre cette édition, évidemment, mais je la regrette pas forcément. Un peu le cul entre deux chaises mais tout ce que je sais, c’est que c’était important. 

Y’avait qui comme invités cette année là: Tsukasa Hojo, Hideo Kojima, Hiro Mashima, Kenji Kodama, Masakazu Katsura, Morning Musume

Un souvenir, un seul ? Le samedi matin ! T’es dans le RER à l’extérieur, tu vois des éclairs tomber sur Saint-Denis, tu fais « woh j’espère que ça arrivera pas à Villepinte. » Arrivé à la gare les nuages sont méga noirs, tu t’approches de l’entrée exposant en regardant la queue des visiteurs qui n’est absolument pas couverte et 100% en extérieure, avec ton pote tu fais « haha lol les mecs nous on va être à l’abri » et c’est à ce moment là qu’il commence à tomber des trombes sorti de nulle part et que tu fais les cinquante dernières mètres en courant, un peu humilié.

Un achat emblématique ? Première fois que je claquais plus de 50€ pour une figurine mais cette super figurine Ranka Lee qui est toujours sur ma table de chevet <333.

T’écoutais quoi comme musique sur le chemin ? Vu que j’étais avec mes compadres de l’association, j’écoutais pas de musique parce que je suis poli mais, allez, dans le train vers Paris j’écoutais vraiment pas mal Broken Dream de Shaman’s Harvest, thème du catcheur Drew McIntyre.

 

06 / Japan Expo 2015

2015-07-05 11.37.31

Présent: du jeudi matin au dimanche soir en tant qu’associatif avec Thalie

Oh merde on commence à arriver aux Japan Expo que j’ai vraiment bien aimées et on est qu’à la sixième position. J’aime bien Japan Expo en moyenne, c’est chaud.

2015, c’était une année un peu décevante à mes yeux parce que c’est celle ou je me suis rendu compte que Japan Expo se donnait pas vraiment le moyen de ses ambitions et que malgré un public toujours plus présent, y’avait plus forcément de projet « clair » derrière tout ça. Du coup malgré beaucoup d’invités vraiment cools, il manquait un sentiment d’importance à tout ça, ce que j’avais pourtant clairement ressenti en 2014.

Mais bon, à part ça, c’était l’année ou notre stand associatif était en plein soleil, contre lequel on avait qu’un vidéoprojecteur pas forcément ultra puissant. Du coup ça laisse un sentiment de frustration, rattrapé par des conférences sur scène reçues avec enthousiasme par le public, ce qui rattrape aisément les choses ! Puis j’avoue que c’était aussi la première fois depuis l’édition de 2006 (!) que je faisais la queue pour une dédicace, ce qui est un peu bizarre maintenant que j’y pense.

Ah, et c’est la Japan Expo des 40°, situées en pleines canicule. Rien que pour ça on se souviendra toujours de cette édition en particulier et, surtout, du contraste ahurissante entre le hall climatisé et celui qui ne l’était évidemment pas. RIP aux fanzines, encore une fois.

C’est aussi la Japan Expo où, définitivement, j’aurais appris que mettre ses pieds dans une bassine d’eau froide CA FAIT PLAIZ.

Y’avait qui comme invités cette année là:  Ken Akamatsu, Shigeru Miyamoto, Abec & Rei Kawahara, Yoshiyuki Sadamoto, VAMPS…

Un souvenir, un seul ? La soirée passée au restaurant avec le staff de Key/FrontWing restera vraiment pas mal. Je me souviens m’être déshydraté pendant la journée et avoir passé le restaurant à boire toute l’eau que je pouvais trouver et avoir essayé de dire au mec de Key que j’avais trouvé Clannad émouvant. Une remarque que je pense, avec le recul, qu’il aurait sans doute trouvé originale as fuck !

Puis du coup prendre le Uber pour rentrer parce que Villepinte – Houilles un jeudi soir à 23h avec les jambes pétées, l’envie constante de boire et un sac Ki-Oon, euh, non merci. C’était bien le Uber. Je le conseille. Ils avaient de l’eau. 5 étoiles.

Un achat emblématique ? Oh putain, c’était y’a six mois et j’ai rien qui me vient particulièrement en tête plus que le reste. C’est l’année ou j’ai acheté littéralement 12kg de mangas (j’ai pesé parce que je me faisais chier.) Donc, allez, les cinq tomes de Crazy Zoo, un achat qui a un peu mindfucké le stand Delcourt qui s’attendait certainement pas à des mecs qui viennent en acheter parce que, à l’époque, personne savait que My Hero Academia ça allait être gros, j’imagine ?

Une musique emblématique ? Plus qu’une musique, c’est un épisode entier des Démons du Midi, dédié aux jeux de rôle, que je me souviens avoir écouté le jeudi matin, en faisant à 5h30 du matin le chemin à pied entre chez moi et ma gare. Car on ne le dit pas assez: quand on est associatif pour Japan Expo, on se lève tellement tôt putain. 

 

05 / Japan Expo 2009

Viewty

 

Présent: du vendredi matin au dimanche soir en tant que visiteur

Eh, vous vous souvenez de l’édition ou le samedi matin y’avait pas de RER à cause d’une grève ? C’était celle là !

Encore une fois cette édition requiert une mise en contexte: c’est la première Japan Expo que j’ai pu faire après avoir découvert Epitanime. Les Japan Expo précédentes je pensais que Japan Expo = les convs. Puis j’ai découvert un autre modèle. Explosion de l’esprit, quoi. C’est peut-être pour ça que mon article bilan de l’époque était particulièrement violent envers cette conv, ce qui est très bizarre parce que là, six ans plus tard, de l’édition 2009 je n’ai que des bons souvenirs !

C’est l’édition où on m’invite à venir interviewer Sakae Esuno – l’auteur de Mirai Nikki, celle ou on chante à cinquante le Kumikyoku sur un stand en compagnie du dojin circle MOSAIC.WAV, celle ou j’assiste à du cosplay en me marrant bien avec mes nouveaux meilleurs potes, dont certains sont toujours de solides amis de qualité aujourd’hui. L’édition ou je mate la Classe Américaine en compagnie d’une cinquantaine de personnes, celle ou je suis plus tout seul, celle ou je fais le dimanche après une putain de nuit blanche parce que il est où le respect. 

Bref, j’ai aimé cette édition 2009. Bizarre.

Invités de cette édition: CLAMP, Shinichiro Watanabe, AKB48, Akemi Takeda

Un souvenir, un seul ? Non vraiment, chanter le Kumikyoku avec la Brigade SOS de la grande époque 2009, celle qui savait pas si Endless Eight allait se terminer à l’épisode suivant ou pas et qui était composé d’une trentaine, quarantaine de fans, c’était quand même pas mal ouf.

Un achat emblématique ? Le tome 1 de Mirai Nikki, parce que j’ai pu le dédicacer <3.

Une musique emblématique ? J’ai vraiment passé toute mon année 2009 à écouter du Guns N’Roses mais, attention, celui de l’album Chinese Democracy. Donc je pense que y’a eu du There Was A Time qui a du pas mal tourner dans mon baladeur à l’époque.

04 / Japan Expo 2006

JapEx

Présent: uniquement le samedi, en tant que visiteur

La première, celle ou j’ai même pas retrouvé les rares photos que j’ai pu prendre à l’époque parce que woh j’ai tout perdu en fait. Du coup j’en ai pris une sur wikicommons, je suis désolé.

Bon du coup encore une fois mise en contexte: à la Japan Expo 2006, j’ai 16 ans, je viens de terminer ma seconde seconde, qui était franchement un bon moment, et je vis quotidiennement dans un patelin balnéaire de Normandie. Jusque là ça va. Je parcours énormément de forums Internet, je m’intègre dans plein de communautés virtuelles, mais évidemment, je développe rapidement une frustration: je rencontre plein de gens cools avec qui je peux parler JV et manga, avec qui je peux développer des univers trop dingues dans des forums RPG aujourd’hui morts, mais que je peux pas rencontrer en vrai. Du coup, tiens, y’a ce petit salon Japan Expo, ça a l’air rigolo, et si on faisait une IRL me disais-je en tant qu’admin de forum. Je savais pas où j’allais, je savais pas c’était quoi un salon, mais paraît que c’est sympa alors pourquoi pas.

Finalement ça s’est très bien passé, c’était vraiment super bien.

Et c’est le plus important: les gens sympas de l’Internet, ils sont sympas en vrai aussi. 

Quelle belle leçon pour l’avenir !

Après du coup j’y étais que le samedi parce que le vendredi et le dimanche, je visitais Paris avec ma famille. Malin !

Du coup vous le comprenez maintenant très vite: si elle est aussi haut placée cette édition 2006 c’est parce que c’était la première fois que je brisais la glace et que je passais une journée avec des gens à parler de sujets dont je ne parlais pas dans ma vie habituelle. C’était pas non plus une frustration énorme – avec mes potes de lycée je parlais d’autre chose, surtout de cinéma et de politique – mais ça faisait du bien.

Après c’est aussi la Japan Expo qui n’utilisait qu’une moitié de hall, qui avait la scène principale dans la même scène que le reste, qui avait les stands de Beez et de Kami, et où Nolife n’existait pas encore. Aujourd’hui, niveau contenu, même un salon de Province sans âme comme Japan Pouch fait ptet mieux, mais à l’époque c’était un peu ouf.

Par contre moins cool: c’est aussi la Japan Expo où, quand tu rentres le dimanche soir, tu vois Zidane faire un coup de boule à Materazzi et le titre de champion du monde nous passer sous le nez. PAS COOL :(.

Invités de cette édition: Aki Shimizu, Plastic Trees

Un souvenir, un seul: Je me pose dans le jardin principal avec mes amis-de-l’Internet™ et là qu’est-ce que je vois, au centre ? Un groupe de gens et, parmi eux, Jay. Jay, le mec qui écrivait dans Consoles News et Gameplay RPG, qui a été mes premières lectures en matière de presse JV, sans qui j’aurais ptet jamais grandi en m’intéressant aux jeux japonais. Alors ok je fais faire mon fanboy, je m’incruste dans le groupe (qui était celui du forum Background dont, coup de bol, je faisais partie donc je faisais pas totalement inconnu), je fais mon fanboy en disant bonjour, en lui serrant la main et je pars en manquant de faire un petit « kyaaa » et en me disant « holala jamais je vais la laver cette main. »

Bon, dix ans plus tard, ça paraît différent. J’aime toujours beaucoup Jay mais je crois qu’à l’époque j’étais un peu… exagératif ?

Un achat emblématique: mis à part ce t-shirt HK Bleach que j’ai toujours mais que j’ai pas porté depuis 2008, bah y’a un t-shirt Serge le Hamster de l’Enfer, que j’avais acheté après avoir fait la queue une heure et demie pour une dédicace de Phillipe Cardona, l’auteur de Sentai School. Là aussi j’ai un peu grave fait mon fanboy et au moment de lui parler j’ai laché tellement de compliments qu’il a du croire que j’étais fou. Teehee. Mais voir des célébrités, c’est pas à Ouistreham que j’ai l’habitude !

Une musique emblématique: j’écoutais vraiment beaucoup en boucle Crystal Energy, l’opening de Mai Otome. Dans la voiture, en m’endormant, partout, en boucle. C’était dingue. La batterie de mon baladeur mp3 de l’époque va mourir sur le chemin du retour. Degitude.

03 / Japan Expo 2011

IMG_0820

Présent: du jeudi matin au dimanche soir, en tant qu’associatif avec Thalie

Ha l’édition 2011 ! 2011 c’est une année super bizarre ici, qui n’a pas toujours été très facile pour votre serviteur, mais qui m’a offert peut-être un des meilleurs étés de ma vie. Et cette Japan Expo faisant partie de cet été, bien sûr que c’est un bon souvenir ! Autant associativement l’édition 2010 était bien compliquée, autant cette édition 2011 est vraiment pas mal, surtout venant d’une Epitanime 2011 qui a elle été très très dure sur ce plan là. Faire des jeux sur scène d’activité Japan Expo: ça c’est vraiment super cool !

C’est aussi le début des collaborations Thalie / Brigade SOS pour la gestion des stands et ça permet tellement de choses surtout quand, à l’époque, la Brigade SOS prend la majorité du planning et offre aux thalistes du temps libre par gallons entiers. Du coup c’était vraiment le meilleur possible: du temps pour tout faire mais des engagements associatifs qui permettent de ne pas passer la journée à se faire chier.

Il faisait chaud, je logeais à Palaiseau donc le matin y’avait personne dans le RER et, encore une fois, c’est une convention avec tellement de rencontres, de dialogues absurdes entre otakus connaisseurs, de plaisirs partagés bref, j’en ai pas le moindre mauvais souvenir et j’ai une vraie affection pour cette édition, que j’aime de tout mon coeur.

Invités: Suda51, Yuki Nobuteru, May’n, Yumiko Igarashi

Un souvenir, un seul: Présenter un Grand Quizz Hardcore Sa Mère Je Pleure des Larmes de Sang devant plein de public. TELLEMENT PLEIN DE PUBLIC. Ils venaient tous pour trouver une chaise pour manger mais c’était tellement cool, surtout quand le jeu se passe magnifiquement bien <3.

Un achat emblématique: 2011 c’est l’édition ou je finis avec plein de sacs. J’achète le coffret DVD K-On dès le jeudi 9h, je me retrouve avec un sac K-On vraiment sympa… ce qui tombe bien puisque chez Ki-Oon je finis avec un super sac Amanchu géant dans lequel je met mon sac K-On. Manque juste plus gros maintenant.

Mais bon tout ça pour dire que c’est l’édition où j’ai payé une figurine pas loin de 120€. Mais, eh, c’était cette figurine de Tsumugi donc, hein.

Une musique emblématique: Secret Base, l’ending d’AnoHana, parce que c’était hype à l’époque. OH MON DIEU EN PARLANT DE CA, je me souviens m’être à moitié engueulé pour le fun avec quelqu’un lors d’un repas post-Japan parce qu’il disait que AnoHana c’était inintéressant. Je sais pas pourquoi je me souviens de ça, tiens.

 

02 / Japan Expo 2012

GrosSeinsPrésent: du jeudi matin au samedi midi en tant que presse web pour le Journal du Japon

Vous commencez à me connaître: quand on parle de l’année « 2012 », je suis souvent le premier à me cacher sous un lit, à me mettre en position latérale de sécurité pour ensuite me mettre à pleurer bruyamment en attendant que ça passe parce que c’est une année où, du 1er Janvier 18h au 31 Décembre 18h, j’ai pas eu une seule seconde où j’allais bien .

En fait ça allait tellement pas bien je peux même lister les unique trois seuls moments de 2012 ou ça allait, c’était pas la merde dans ma tête:

  • La première semaine de mon stage à Nolife (que j’avais pas namedroppé sur Néant Vert depuis un an et demi, oh shit, où sont les traditions) ce qui inclut cette Epitanime où je pose à Ryukishi07 des questions sur la taille des boobs dans la famille Ushiromiya
  • Les deux heures au Katorza de Nantes devant Les Enfants Loups
  • Japan Expo 2012

Et encore, le vrai seul défaut que j’ai avec Japan Expo 2012 c’est que, parce que mon patron de l’époque était un incompétent qui me faisait flipper, j’avais du rentrer à Nantes en express le samedi pour aller bosser dans des créneaux que, une semaine avant, il m’avait juré que j’aurais pas à les faire. Du coup, bah cette Japan Expo, je l’ai pas faite en entier et j’ai pas fait partie de ces gens qui ont croisés Satoshi Iwata en aléatoire complet dans les couloirs de la convention.

Et puis oui, c’est la seule année que j’ai fait en Presse ce qui est incroyablement intéressant parce que Japan Expo, quand tu produis du contenu, c’est là que tout se passe. Du jeudi au dimanche, tout ce que tu fais, tu le fais avec un but: tu interviewes des artistes, tu assistes à toutes les confs, à plein de concerts, tu prépares des éventuels papiers, bref t’es là avec un but bien déterminé et c’est assez passionnant. Du coup j’avais des journées bien remplies, pas le temps de m’ennuyer et mes 18 000 pas 3DS rien que pour la journée du jeudi, c’était ouf. J’ai pu me poser devant la conférence d’Alexandre Astier, interviewer Keiji Inafune, acheter un oppai pad Katawa Shojo… Bref, c’était pas mal.

Mais partir le samedi midi ? Tristounesse éternelle :(.

Invités cette année là: Naoki Urasawa, Makoto Shinkai, Momoiro Clover Z, Prof Sakamoto, Keiji Inafune

Un souvenir, un seul ? Allez, vraiment, rencontrer Tetsuya Tsutsui, l’auteur de Prophecy, c’est une expérience tellement intéressante: l’homme était un peu mal à l’aise, mais racontait malgré tout pas mal de choses très intéressantes et était vraiment très sympathique. Han et maintenant je tilte que son traducteur c’était Ahmed, le responsable de Ki-oon. Tin wow.

Un achat emblématique ? Non, vraiment, ce oppai pad Katawa Shoujo il était tellement cool et confortable, j’ai un peu pleuré ce jour de novembre 2015 ou il a craqué et commencer à mettre un fluide collant et visqueux sur ma table.

Une musique emblématique ? Momoiro Clover Z est, fort étrangement, le seul concert que j’ai jamais vu à Japan Expo… Du coup Wani to Shampoo résonne pas mal dans mon esprit, le groupe était vraiment cool à regarder !

01 / Japan Expo 2014

ZTE P940A10, Product Development Dept.VIII developed

Présent: du mercredi midi au dimanche soir, en tant qu’associatif Thalie.

Bon ok commençons clairement: j’aimais bien le mercredi de la Japan Expo 2014. Y’avait une ambiance… unique. C’était un jour qui détonnait un peu du reste, et même si ça terminait à 21h et que ça me faisait rentrer, genre, vers 23h30/0h chez moi, ça restait assez spécial. Je peux comprendre pourquoi ça a été viré, mais je l’aimais pas mal. Puis ce petit sentiment quand t’es là un peu pété le jeudi soir à te faire une pizza et que tu te dis « non mais attends, il reste trois jours de convention, on est même pas à la moitié même si on vient d’en faire deux. »

Mais vraiment 2014 c’est celle dans laquelle je me suis le plus éclaté et dans laquelle je me suis jamais ennuyé une seule seconde, malgré les cinq jours. Plein de gens à rencontrer, de choses à voir, de trucs à acheter, d’invités à aller voir en conférences… D’un point de vue contenu je me suis éclaté. Et associativement parlant, plein de bonnes choses aussi, un public au rendez-vous, des chouettes choses d’organisées, bref , j’en suis sorti comblé.

Puis merde, c’est aussi la conv ou d’un point de vue associatif et communautaire je me suis jamais autant senti à ma place. Le lundi après cette édition 2014 j’étais juste essoré mais heureux, comblé, serein et enthousiaste pour l’avenir. Et ce sentiment n’a pas vraiment de prix, même si pendant le week-end j’ai fait des choses aussi terribles que m’endormir en écoutant l’opéra The End de Hatsune Miku.

Brrr… ces rêves….

Invités: Izumi Matsumoto, Hironobu Sakaguchi, Kitaro Kosaka

Un souvenir, un seul ? Mater le quart de finale France/Allemagne grâce à la 4G des gens ou l’écran géant du stand Ankama. Se prendre un but nul qui détruit le coeur de tout le monde, dans une convention à moitié vide, tous les visiteurs intéressés par le football s’étant barrés.

Un achat emblématique ? Japan Expo 2014 est indubitablement la conv ou j’ai été le plus YOLO sur mes achats, à sortir la CB sans regarder les prix, et je crois qu’aujourd’hui encore je le paie un peu, priez pour moi !

Mais soyons clairs: est-ce que je regrette ces petits tableaux Aoji que je retrouve pas sur le site sinon je vous les aurais linkés ?

Pas vraiment.

Mais je pourrais, vu ce qu’ils ont coutés.

Même si ils étaient en soldes, c’est quand même une sacrée somme qui est passée là dedans.

Mais je m’en inquiéterais plus tard.

Story of my Life.

Une musique emblématique: Du coup l’opéra The End hein…

… Ces rêves…

… Ils ne partent jamais….

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

5 réactions au sujet de « [Néant Sept #16] 10 Japan Expo plus tard »

  1. Joli résumé, ça m’a rappelé quelques souvenirs aussi, même si je serais finalement bien incapable de résumer mes JapEx comme tu l’as fait.

    Si je devais en citer qu’une, je pense que ça serait la première que j’ai faite, Japan Expo 2008, où comme tu l’as dit l’effervescence de la Brigade SOS était tellement incroyable qu’on a plus revécu ça avant Epitanime 2010. Après c’est trop flou dans ma tête pour que je m’en souvienne réellement.

  2. C’est beau d’arriver à garder des souvenirs aussi précis, dans mon cas tout est beaucoup plus flou j’ai même du mal à me rappeler l’année de ma première…(je crois que c’est 2009 et j’ai fait tous les jours de toutes les éditions depuis xD) même si en arrivant là un peu par hasard et plus pour rencontrer quelqu’un que par réel intérêt : j’ai compris !
    Moi qu’on traitait de bizarre dans sa cambrousse isolée, j’ai vraiment compris qu’on était légion et ça faisait chaud au cœur.
    Même si c’est la période de l’année où je rencontre le plus de monde je continue néanmoins de traîner majoritairement en solo avec un programme bien précis.

    Si je devais garder qu’une année je dirais aussi 2014 : l’année de tous les excès. Cinq jours (le mal de pied qui va avec), la coupe du monde, mon premier resto du forum Nolife, l’année où j’ai commencé à roxer des quizz AEUG, j’étais même allé au concert des Cute/Berrys en supplément de tout le reste histoire de finir sur les rotules.

    Sinon les moments des autres éditions dont je me souvient le plus sont souvent des Showcase comme Kalafina, Angela, May’n et Aoi Eir 🙂

  3. Lecture intéressante, comme d’hab quoi.

    Mon classement serait rapide à faire

    Japan Expo 2012
    Ma 1ere JE (j’étais déjà allé à la Japan Touch, mais c’est pas pareil), avec une bande de pote bien soudé, un porte monnaie assez rempli (100€, la folie pour moi), l’annonce que j’ai pas eu mon bac et qu’il me reste 1 point à rattraper (no joke) et surtout, le Live des Momoiro Clover Z. J’étais déjà fan depuis bien longtemps, ce jour là je suis littéralement tombé amoureux. Nan vraiment, l’un des plus beaux jours de ma vie. On est resté 2 jours me semble. On a dormi le soir chez des gens qu’on ne connaissait presque pas (les amis du voisin de mon amie, c’est pour dire) Après le 2eme jour on est rentré directement chez nous, pres de Lyon, je conduisais pas, mais wow, c’était chaud de rester éveiller pour pas laisser la conductrice seule. Globalement que des bons souvenirs.

    Japan Expo 2015
    canicule + ramadan + budget total de 0€ (je pense qu’après ça, aucune convention ne me paraitra épuisante :3) et en plus de ça, les amis avec qui je suis venu était… sur les nerfs? Je sais d’ailleurs toujours pas pourquoi.
    J’ai passé les 2 jours de convention avec ma femme (un peu geek, sans plus, pas vraiment otaku, mais très ouverte d’esprit)
    Bah… Du coup j’ai pas vraiment pu faire ce que je voulais, parce que même si elle me l’aurait pas interdit, j’allai pas passer des heures à squatter le stand thalie tant bien même que je mourrai d’envie de faire plus ample connaissance avec ces gens que l’air de rien, je lis tout les jours. Du coup j’ai pas fait grand chose, beaucoup vadrouiller dans les aller à regarder ce que je n’achèterai pas. On a beaucoup regardé tout ce qui est spectacle, cosplay etc, assisté à quelques conference (pas trop non plus) c’était m’bof quoi.

  4. oh shit, je crois me rendre compte que c’est à cause de moi le coup de l’opéra The End avant de t’endormir :’D

    Bon ben je m’excuse platement (même si eh, c’était kiffant à regarder) (mais en tout cas, l’édition 2014 étant l’une des rares auxquelles j’ai participé, je plussoie que c’était bien cool, j’aimerais refaire une conv’ mais haha, mon boulot au McDo qui me bouffe les week-ends risquent de sûrement jamais aider (et puis bon, y a tellement de gens à l’asso Thalie maintenant, vous vous débrouillez largement bien sans moi (déjà que ça allait très bien avant cela :P))

  5. Ta mémoire m’impressionne. Perso, je n’arrive même plus à me souvenir précisément à combien de JE je suis allé ni à quand remonte ma première (2005 ou 2006, à vue de pif). Alors pour me souvenir de ce qui s’y est passé ou de ce que j’y ai acheté… 😡

    Bref, jolie rétrospective. 🙂

N'hésitez pas à commenter l'article~