Japan Expo 2013 – Go Kindergarten

Japan Expo 2013 – Go Kindergarten

Donc voilà, 14e impact de Japan Expo, c’est terminé. Je me suis rendu compte après la convention que c’était déjà ma huitième Japan Expo. Dans ce parc des expositions de Villepinte désormais immuable, avec son hall 5 utilisé à moitié en 2006, à lequel un autre hall s’est adjoint en 2008, puis un autre en 2010… Bon je vais pas vous faire l’historique, ça sert à rien, le plus important c’est que cette Japan Expo 2013 s’est terminée et que c’était… je sais pas… Je sors du week-end avec un plat sentiment d’indifférence plutôt ennuyeux.

Maintenant avec deux fois plus d'Animal Crossing !
Maintenant avec deux fois plus d’Animal Crossing !

Indifférent pourquoi ? Déjà le fait que je sois francilien aide beaucoup à prendre un certain recul sur Japan Expo. Pour moi Japan Expo était jusqu’a encore l’année dernière un de ces rares moments annuels où je faisais le déplacement depuis ma Province pour passer du temps avec des gens que j’appréciais mais que je voyais peu puisque pas un seul n’était caennais. Japan Expo avait donc cet aspect un peu exceptionnel et était au centre de mon agenda personnel chaque année. Beaucoup d’attentes et d’excitation. Maintenant ? Je suis francilien donc on va dire que je ne vais plus à Japan Expo pour voir des gens que, pour beaucoup, je vois désormais régulièrement. Malaise !

En outre j’étais cette année à Japan Expo en tant que staff de l’association Thalie, qui partageait un stand avec la Brigade SOS. Comme en 2010 & 2011, donc. L’an dernier j’avais cette petite excitation d’y être en tant que journaliste (et le regret de pas pouvoir assister aux 4 jours) ce qui était relativement impeccable pour profiter de la convention puisqu’être journaliste sur place c’est souvent avoir un planning un peu serré pour peu que tu couvres plein de choses et faire des tas de rencontres cools entre les interviews et les salons VIP. Mais bon j’ai choisi en mon âme et conscience d’envoyer se faire paître tout ça et je me suis donc contenté cette année de la casquette associative. C’était donc la nécessité d’être présent sur place dès neuf heures pour monter stand et, évidemment, être présent sur le stand autant que faire se peut, surtout quand vous faites des jeux.

C’était d’ailleurs un peu décevant coté Thalie même si attendu. En 2011 on avait déjà remarqué que les jeux sur stands ne fonctionnaient pas forcément des masses, donc cette année on a été très thématique: deux à trois heures de projections d’AMV & AMV Hell-like et deux heures de jeux proprement dits chaque jour. Bon, rajoutez à ça le fait que l’association était visuellement invisible parce que notre banderole s’est paumée à Roissy grâce à FedEx et partez du principe que Thalie n’a pas forcément réussi tous ses objectifs: on a pas gagné en visibilité, ce qui était le seul interêt d’avoir un stand à JE. Ca et disposer de créneaux en salles activités mais la SEFA nous a dit non alors qu’en 2011 ça les gênait pas donc j’imagine que c’est cohérent. Je sais pas. Je suis claqué.

Des gens, des cosplays et des escaliers. Comme dans Devil Survivor 2 ?
Des gens, des cosplays et des escaliers. Comme dans Devil Survivor 2 ?

Enfin tout n’est pas mauvais: le genre AMV Hell fonctionne pas si mal sur un stand et attire beaucoup de curieux. C’était plutôt chouette de voir des gens s’arrêter devant la projection puis finalement rester bloquer entre un quart d’heure et une heure et demie devant des conneries américaines ou français. L’AMV Déjà Vu, qui était mon bébé, à en plus de ça très très bien fonctionné, avec un public hilare ou enthousiaste. C’est chouette. Au moins on a participé à la diffusion du « genre. » Ce qui est un bon plan vers la conquête mondiale.

Voilà j’ai parlé du stand Thalie, passons maintenant à la convention dans son ensemble, dont j’ai finalement peu profité parce que j’ai préféré rester assis plus longtemps que prévu. Néanmoins j’en ai suffisamment fait le tour pour signaler plein de trucs. Des positifs, des négatifs, les trucs classiques quoi.

 

Bon on commence par le négatif parce que j’aime bien faire comme ça: sérieusement, la SEFA pourrait-elle s’acheter une ambition ? Cette édition 2013 de Japan Expo n’était pas révolutionnaire, n’a rien changé, se contentait de reprendre la recette qui colle depuis l’institution en 2010 de la séparation JE/Comic Con dans le hall 5 et 6. Depuis non seulement le salon n’a jamais radicalement changé mais en plus il devient chaque année de moins en moins attirant. Je vais me faire huer et me faire traiter de jeune con irrespectueux des ancêtres, je sais pas, mais putain, c’était quoi ces invités inintéressants coté Japon cette année ? D’abord non seulement les éditeurs ont finalement été très timides pour faire venir des auteurs mais en plus les invités d’honneurs eux-mêmes étaient proches du négligeable. Je dis « proche du » parce que non, Shoji Kawamori ça c’est un invité intéressant et qui a un vrai poids dans l’histoire de l’industrie (et en bonus il a crée Ranka Lee alors faites pas chier.) Par contre les invités d’honneur JV au secours. Les producteurs de Square Enix qui nous sont vendus par paquet de cinq dont les deux plus intéressants sont soit annoncé à la dernière minute (Nomura, envers qui je voue une haine passive particulièrement animée – c’est quand même le type qui a saboté un concept génial c’est à dire un jeu fusionnant l’univers Squaresoft avec Disney) soit passé totalement inaperçu par rapport aux quatre autres (Kitase, l’auteur de fucking Chrono Trigger était là,  pourquoi faire des autres des invités d’honneurs alors que lui seul aurait suffit ?)

Et bon, Tetsuo Hara, wow quel invité d’honneur manga sur-excitant. Wow. Au moins aussi intéressant que la fille qui faisait Candy il y’a deux ans. Ca aurait été ouf il y’a encore dix ans mais là aujourd’hui qui peut légitimement se déclarer intéressé par un auteur n’ayant finalement réalisé qu’un one hit wonder dont la popularité en France est alimentée à 50% par un doublage de qualité supérieure ? Et oui je me permet un peu de condescendance parce que voilà, ça me fait plaisir.

Je demande pas Naoki Urasawa ou les CLAMP chaque année mais sérieusement, là on touche le vrai problème: Japan Expo est aujourd’hui incontestable le salon occidental le plus visité au monde. C’était 220 000 visiteurs l’an dernier et sans doute ENCORE PLUS cette année vu à quel point c’était méchamment blindé. C’est un endroit où désormais des annonces intéressantes sont faites par des éditeurs (Namco y a annoncé tranquillou la sortie en Europe de Tales of Xillia 2), ou des japonais montrent leurs trognes avec interêt et enthousiasme (le stand Nico Nico Douga entre 300 000 autre exemples), dont les journaux gratuits de toute la France (la source d’information de 90% des français) en font « gratuitement » la promotion via des articles intéressés et dont les journaux payants en parlent aujourd’hui comme une quasi tradition à la Salon de l’Agriculture. Et, merde, fin août ils sont aux Etats-Unis pour la Japan Expo USA.

Alors pourquoi cette Japan Expo a t-elle tellement manqué… de tout ? Ou sont les humoristes japonais qui traînaient dans les couloirs pour faire leurs vannes ? Ou étaient les innombrables invités japonais ? Ou étaient les conférences et les master class qui étaient cette année réservée à une poignée d’invités, excluant tous les autres ? Pourquoi cette édition manquait de piquant, de je ne sais quoi ? Pourquoi le truc le plus excitant du salon c’était la possibilité de jouer à Zelda Wind Waker HD et Ace Attorney Dual Destinies ? Et je vous parle même pas de l’aspect JMusic ! La liste des artistes présentes était quasi famélique par rapport à nombre d’éditions précédentes !

Le salon grandit mais il continue de servir la soupe comme si de rien n’était. La majorité des invités viennent grâce aux éditeurs qui sont de plus en plus limités parce que le marché n’explose plus comme il y’a cinq ans et qu’ils ont plus autant d’argent à jeter. Et du coup la SEFA semble pas se bouger pour trouver des invités d’honneur particulièrement marquants, se contentant d’aller chercher des vieilles gloires auréolées du « prestige » de la période Club Do que je ne comprendrais jamais parce que je matais la 3 le matin. C’est con parce que si ces invités ne sont évidemment que des bonus, ils restent quand même des putains de valeur ajoutées et marquent de leur personnalité une édition précise. Je me souviendrais toujours de la présence des CLAMP en 2009, même sans être un giga fanboy, parce que merde, CLAMP ça claque. Et même quand l’année dernière ils nous ont annoncés Urasawa, j’ai senti le salon instantanément crédible et je l’ai senti IMPORTANT. Cette année ? Euuuh. Hokuto de cuisine ?

Le Japon qui rend moe des couilles, quel pays!
Le Japon qui rend moe une couille <3

Bon allez voilà pour mon grognement. Grognement inutile puisque de toute façon le salon devrait en théorie battre à nouveau son record de fréquentation. Ca a permis de confirmer que le second jour le plus bondé derrière le samedi n’était ni le dimanche ni le vendredi mais le jeudi. L’an dernier j’avais noté le même phénomène mais je le croyais dû à la présence exclusivement ce jour là d’Alexandre Astier. En fait non j’ai juste oublié l’aspect pécunier des choses: le jeudi est le jour le moins cher des quatre, donc c’est un jour privilégié par beaucoup de jeunes et d’étudiants qui veulent se faire qu’un seul jour. Donc forcément gros choc en essayant d’évoluer dans la convention le jeudi. Je me souviens il y’a trois ans d’un jour reposant et très agréable, là non c’était l’enfer, j’ai eu peur pour ma vie et en plus Tetho m’a tapé le haut du crâne COMME UN VIL LADRE (ce blog dénonce.)

Réalisation subite durant le salon: lors de ma première Japan Expo, nous étions en 2006 et donc j’avais 17 ans. Ce qui est à peu près l’âge moyen de la conv aujourd’hui. Bon j’exagère mais le public était très jeune, très adolescent. C’est des gens qui donc il y’avait sept ans en avaient autour de dix et donc ne visitait pas le salon. C’est la première fois que je me sentais… super loin d’une génération. Un sentiment bizarre. Je commence dangereusement à comprendre le sentiment des vieux cons qui me pétaient les couilles il y’a sept ans parce que je connaissais pas Evangelion. Enfin bref, des jeunes gens sur lesquels je ne ferais pas de généralisation puisqu’il y’a tout et rien dedans mais nom de dieu:

1) Les Free Huggers ne sont pas morts ce qui est gênant. Ce qui est encore plus gênant c’est QUE PLUS PERSONNE NE LEUR FAIT DE CALINS. Du coup on a cette situation super crispante ou on voit des tas de panneaux pour rien. Ils se font même pas de calins gratuits entre free huggers. Donc non seulement ils continuent à prostituer une idéologie à la base mignonne comme toute, mais en plus ils le font pour rien puisqu’ils s’en foutent, finalement.

2) Les gens qui SAUTENT SUR LES CONTREFACONS. Alors ça c’est un souci de pédagogie et d’éducation et c’est peut-être à nous les blogueurs et communicants de nous en occuper. Mais c’est terrible d’entendre en se baladant des trucs genre « mais non la même figurine est sur le stand X à deux fois moins cher, c’est des voleurs sur le stand Y. » Non mec si la figurine est sur le stand X à deux fois moins cher, c’est que le stand X finance je ne sais quelle mafia chinoise ou japonaise. Et qu’il te vend un truc moulé à la bite et peint par un aveugle. Bon je ne vais pas leur jeter la pierre, c’est moi qui a 17 ans achetait des trucs à Konci avec un sourire béat et naïf. MAIS QUAND MÊME. Surtout que cette année putain Japan Expo quoi, tu mets sur les réglements qu’a la moindre contrefaçon le stand saute, on te sent prendre des couilles, on est tout fou eeeeeet… plus de contrefaçons que jamais. Et aucun stand qui saute. Paaaaardon ?

3) Les gens qui ACHETENT DES KATANAS. Mais allez vous faire contrôler à Gare du Nord par des flics, putain.

4) LES COSPLAYERS QUI S’ARRÊTENT DANS LES COULOIRS POUR PRENDRE LA POSE. Alors là voilà on atteint le point où je vais faire mon nazi pépé la morale mais PUTAIN Y’A DES ZONES POUR QUE LES COSPLAYERS SOIENT PRIS EN PHOTO. Et LE MILIEU DU COULOIR DE LA MORT ENTRE COMIC CON ET JAPAN EXPO N’EST PAS UNE DE CES ZONES. Y’a eu ce moment très relou ou je suis resté bloqué une bonne demi-minute par un groupe de je sais plus quel anime qui s’était posé là tranquille et se faisait mitrailler. Mais putain respectez vous quoi.

Et puis bon les problèmes inhérents au monde: les gens qui te marchent sur les pieds, qui t’empêchent d’avancer alors que tu dois aller au coin fanzine le plus vite possible, le bruit, tout ça. Mais bon, ça, à la limite, ça va. A part deux points critiques (le centre de la zone éditeurs et le COULOIR DE LA MORT) il n’y a pas vraiment de vrai problème de circulation. Et au moins cette année Ankama a pas foutu des spectacles au milieu du couloir. On a juste eu le concours de karaoké de Nico Nico Douga. Moins gros. Plus fun.

 

Les produits personnalisés Type Moon France vont loin
Les produits personnalisés Type Moon France vont loin

 

Dans les bons cotés l’aspect fanzine était royal. Il y’avait du choix, ils étaient pas planqués comme l’an dernier, les gens étaient cools, les prix étaient bons, les artistes talentueux, les artbooks bien cools même si avec tous les mêmes artistes dedans (et la couverture par Vinhyu de Tsundereko, quoi qu’il arrive :D.) Y’avait des Katawa Shoujo à partir du vendredi soir, y’avait des japonais qui venaient directement vendre leur H à eux, y’avait Fabrissou, y’avait des micros et des caméras de temps en temps, bref c’était chouette. Là par contre rien à redire, le placement des fanzines est parfait.

Tout le coin « gens du Japon » était chouette. Mention spéciale pour le stand Evangelion, pas forcément immense, mais suffisant pour se rincer les yeux sur des jolis storyboards de Rebuild et des goodies qu’on peut acheter nulle part. En parlant de goodies exposés mais pas achetables, le stand de Good Smile diffusait régulièrement sur son stand des trucs genre Little Witch Academia ou Psycho-Pass et ça c’était plutôt cool (surtout que les deux vont avoir des suites, ce qui me rend tout doki doki dans mon kokoro, si je peux me permettre l’expression.) Triste de ne pas revoir la COSPA depuis 2010 mais ils doivent avoir leur raison. Le stand Culture Japon a toujours une collection d’artbooks à prix violents hyper tentants. J’ai failli partir avec un artbook Tony Taka basé sur la série Fault mais j’ai été bon, j’ai été fort, je n’ai pas craqué, je pourrais mettre du gruyère dans mes pâtes.

Le coin « vendeurs occidentaux » était vachement moins cool que les années précédentes, recrudescence de la contrefaçon oblige. On avait malgré tout Japan’s Doors pour proposer le bon stuff, idem avec les italiens d’anime-it qui parviennent toujours à te balancer des bons prix qui te font douter mais qu’après 3000 vérifications tu peux que te dire que oui, tu as acheté du légal. Sinon rien à voir circulez: des katanas de merde, des sacs de merde, des posters déjà vus. Ah, on notera quand même l’explosion des goodies Sword Art Online. La série semble bien marcher en France aussi, peut-être à raison.

Stand Kazé et grand écran
Stand Kazé et grand écran

 

Kazé avait un mini parc d’attractions l’an dernier ? Cette année c’est la méga crise messieurs dames: petit stand (ironiquement je crois que le stand du Dernier Bar Après la fin du Monde était un poil plus grand, pour rester dans les Littardises) , un choix absolument déplorable et un stand qui oublie de vendre des trucs qu’ils sont censés avoir (« bonjour je voudrais Mawaru Penguindrum » « on l’a pas » « mais c’est chez vous pourtant ? » « oui mais on le vend pas » « ok ».) Au moins sur le grand écran on pouvait voir les Enfants Loups, c’était déjà ça.

Tonkam organisait une loterie avec une PS Vita et plein de goodies à la clé si tu achetais une certaine somme (plutôt basse, deux mangas suffisaient) et que tu faisais la queue un siècle et demi. Initiative bonne, d’autant que Tonkam proposait 300 000 nouveautés pour le salon donc forcément c’était la joie. Pika mettait en avant l’Attaque des Titans parce que c’est la seule licence intéressante qu’ils ont cette année et qu’ils ont bien du bol de l’avoir chopé – au moins celle-ci ils l’interrompront pas au milieu faute de ventes. Mais bon, les vrais allaient chez Pika pour Chihayafuru 3.

Kana nous permettait de nous initier à la cuisine moléculaire si on voulait. Pourquoi pas. Ki-Oon ne diffusait pas l’opening de To Aru Majutsu No Index en boucle cette année, au grand bonheur des gens de chez Ototo/Taifu qui sont les gens les plus adorables qu’il soit en convention. Tu leur demandes toutes les nouvelles couvertures de Samidare ? Ils te les donnent, avec le sourire ! Bon, fallait pas exhiber Pollinic Girls à Keito Koume sinon tu les rendais vener, mais il semblerait que les auteurs japonais assument mal leurs passés hentai en général. Les sacs Ki-Oon, pour revenir à eux, étaient moins omniprésents que les années précédentes, un peu à l’image du stand Ki-Oon tout court qui n’avait pas de giga grosse nouveauté licence de ouf à présenter contrairement au combo Prophecy/Index de 2012. Je suis passé une fois sur le stand Nolife et ma timidité maladive ainsi que mon éternel starcrush envers le staff de la chaîne (dans laquelle je le rappelle j’ai été stagiaire un mois) fait que j’ai pas osé leur dire bonjour (heureusement c’est Sébastien Ruchet qui viendra à moi pour m’interviewer sur le stand, dans ce qui sera mon moment GROS EGO de la convention) (même si je suis convaincu d’avoir été un peu awkward au micro) (bon tant pis) (yolo.)

AOJI proposait des tableaux mais c’était gênant pour moi d’y aller parce que y’avait une copine à moi qui était vendeuse là bas et si elle m’aurait demandée d’acheter un tableau plus de dix fois, je serais reparti avec un XXL. Autour de moi plein de gens ont craqués. Dans le même coin il y’avait un stand dédié à la Sentaiprod, c’est à dire le duo Cardona/Torta. J’ai pas osé y jeter un oeil mais, putain, ma première Japan Expo en 2006 j’avais été là que le samedi et j’avais passé les deux dernières heures sur le stand Kami à faire la queue pour dédicacer mon Sentai School. Lointain.

"Un distributeur mort le samedi et le dimanche, des gens qui font la manche" - Haiku typique
« Un distributeur mort le samedi et le dimanche, des gens qui font la manche » – Haiku typique

 

Coté jeu vidéo je suis passé finalement assez peu mais le stand Nintendo proposait plein de démos très cools genre Wind Waker HD, Pikmin 3, Ace Attorney 5 (qui déchire le peu que j’ai fait), y’avait des tournois, des concours de streetpass, des vigiles avec des casquettes vertes. Pas d’Iwata qui se promène dans le salon à l’improviste cette année, ce qui est fort dommage. Pas très loin il y’avait un stand de passionnés de Lego qui te font des décors passionnants à regarder. Le coin web n’était pas passionnant à parcourir, ce qui était fort dommage. Une conférence, paraît-il, annonçait Mar Lard comme intervenante mais celle-ci n’est pas venue parce qu’elle n’avait pas été prévenue du fait qu’elle avait été invitée. L’organisation malaise.

En parlant de jeu vidéo, la 3DS était à la mode. Tout le monde la sortait et il y’avait de quoi: entre les limites de dix streetpass, le boum de la console et les nouveaux jeux streetpass en DLC, il y’avait plein de raisons de l’ouvrir et de vider ses Mii. Certains stands comme Nolife on même mis à disposition des multiprises pour recharger votre bordel parce que oui, vos couilles et votre 3DS ont pour point commun celui de se vider vite. Moi perso j’étais à fond jeudi et vendredi, samedi j’ai ralenti le rythme d’ouverture, dimanche j’en ai eu plus rien à foutre parce que ça me saoulait. Ce qui ne m’empêchera pas de passer mon temps là dessus à la prochaine convention (qui sera Animasia à Bordeaux, théoriquement, notez ça dans vos agendas.)

Pendant ce temps, l'alpaga me poursuit
Pendant ce temps, le foutu alpaga me poursuit, de convention en convention

Bon que dire d’autre ? J’ai vu aucune conf parce que la malédiction voulait que je sois sur mon stand. La salle activités étant juste à coté, j’ai au moins pu voir le top 15 du concours AMV d’AMV France et, ouais, y’avait du bon niveau comme vous pouvez le constater. Mon top 3 perso ? Le n°2, le n°4 et le n°8. Le n°1 est un peu trop bordélique et, surtout, utilise un medley rock un peu naze. Nostromo 14e, la France a peur !

Sinon voilà.

Je crois que j’ai fait le tour.

Du coup je termine avec une pluie de photos, et je vous laisse dormir.

Une jolie Tsumugi par les gentedames d'Obvious² !
Une jolie Tsumugi par les gentedames d’Obvious² !
Installation du mercredi
Installation du mercredi
Mur Evangelion, certains tueraient
Mur Evangelion, certains tueraient
Mon jeudi résumé en un screen
Mon jeudi résumé en un screen
Planning du stand Thalie/SOS. Alors certains disent que Haruka est une fille de joie, ce à quoi je dis non.
Planning du stand Thalie/SOS. Alors certains disent que Haruka est une fille de joie, ce à quoi je dis non.
Certains compensent.
Certains compensent.
DES LEGOS
DES LEGOS
Oui ça va, je fais pas le malin là.
Oui ça va, je fais pas le malin là.
Oui c'est tentant. Oui.
Oui c’est tentant. Oui.
Y'avait un stand fanzine au dessus duquel s'était accumulé plein de ballons (!?)
Y’avait un stand fanzine au dessus duquel s’était accumulé plein de ballons (!?)
Regarder Little Witch Academia, tranquille pépère, la vie
Regarder Little Witch Academia, tranquille pépère, la vie
Le plus mignon de tous les samouraïs
Le plus mignon de tous les samouraïs
Un stand, des gens, mes photos ne sont pas encore trèèès pertinentes
Un stand, des gens, mes photos ne sont pas encore trèèès pertinentes
Le dimanche les mecs ont laissés tomber l'idée de laisser les portes fermées. Oui il faisait TRES CHAUD tout le week-end.
Le dimanche les mecs ont laissés tomber l’idée de laisser les portes fermées. Oui il faisait TRES CHAUD tout le week-end.
Un stand vide le dimanche aprem. Pourquoi, comment ? Suspens.
Un stand vide le dimanche aprem. Pourquoi, comment ? Suspens.
Ces gens chantent devant les japonais, quel courage
Ces gens chantent devant les japonais, quel courage
L'espace "lecture découverte" et ses poufs tentants.
L’espace « lecture découverte » et ses poufs tentants.
Et puis mon loot qui POUR UNE FOIS ne contient pas de hentai. Surprenant.
Et puis mon loot qui POUR UNE FOIS ne contient pas de hentai. Surprenant. Et oui j’ai craqué pour le coffret SAO à 50 boules. J’ai envie de dire Yolo quoi.
♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

15 réactions au sujet de « Japan Expo 2013 – Go Kindergarten »

  1. (Nomura, envers qui je voue une haine passive particulièrement animée – c’est quand même le type qui a saboté un concept génial c’est à dire un jeu fusionnant l’univers Squaresoft avec Disney)

    Faudra qu’on ait une conversation (sérieuse) à ce sujet, un de ces quatre. Que je comprenne d’où vient le traumatisme.

    >>4) LES COSPLAYERS QUI S’ARRÊTENT DANS LES COULOIRS POUR PRENDRE LA POSE

    Dude, dans ces cas-là tu bombes le torse, tu prends ton allure la plus PUISSANTE et tu passes comme un homme EN PLEIN MILIEU. Et en prenant touuuut ton temps.
    Parce que merde.

  2. « Ou sont les humoristes japonais qui traînaient dans les couloirs pour faire leurs vannes ? »
    Pitié, non, laisse-les là où ils sont. Les seuls comiques intéressant que le Japon n’ai jamais eu ne sont jamais venu à JE. Le jour où la SEFA fait venir Hard Gay et Kitano en même temps, promis, j’offre le champagne.

  3. En fait Cospa était géré en 2010 par les braves gens qui ont depuis formé AOJI. Du coup ben, je suppose que COSPA n’a pas retrouvé de braves gens pour tenir un stand pour eux en France, du coup voilà.

  4. Ouais beh devine qui a parlé de toi à Seb Ruchet pour lui demander des trucs et lui rappeler que tu avais kiffé ton stage, malgré que tu l’avais mauvaise parce que c’était court ? La veille de ton itw ? 😀
    En parlant de starcrush, de mon coté, j’ai raté Boulet. ON A ENCORE RATE BOULET AMO ! Nous sommes bien faibles.

    Je kiffe l’idée que l’expression « couloir de la mort » soit devenue un lieu commun chez tous. Sans que personne ne se consulte.

  5. « J’ai failli partir avec un artbook Tony Taka basé sur la série Fault mais j’ai été bon, j’ai été fort, je n’ai pas craqué, je pourrais mettre du gruyère dans mes pâtes. »

    Tu le sais peut-être déjà, et je n’ai pas d’idée du prix ; mais de mémoire il y avait quelques artbooks du bonhomme au Bookoff Rue Saint-Augustin, si ça t’intéresse.

  6. « C’est la première fois que je me sentais… super loin d’une génération. »

    J’ai eu la même sensation il y a deux ans. Depuis, je n’ai plus mis les pieds à la JE…

    Merci en tout cas pour ton résumé. L’immobilisme de cette convention d’années en années n’est pas rassurante, c’est vrai (l’année 2009 poutrait, il y a pas dire…).

  7. T’as craqué pour Les Enfants Loups, tu peux pas être quelqu’un de mauvais :P. Pour ma part, j’ai pas trop le temps de râler sur le festival, j’étais du côté presse (comme toi l’an dernier) et j’ai pas vraiment eu une seconde à moi. J’ai fait des tours vite fait et je me suis rendu compte que la moyenne d’âge avait effectivement beaucoup baissé avec des gamines de 15/16 ans qui se ramènent en culotte et en soutien gorge en faisant style que c’est du cosplay… Bon après, j’ai remarqué que l’orga du festival était pas terrible avec pas mal d’interviews annulées et ça c’est un peu dommage. J’espère qu’ils se bougent un peu l’an prochain pour les 15 ans mais bon… 😮

  8. Ce moment gênant ou quelqu’un dans tes commentaires te parle de « vrais humoristes japonais » et te cite comme exemple le catcheur Hard Gay. Et le plus grand humoriste des Etats Unis c’est l’Undertaker ?

    « ON A ENCORE RATE BOULET AMO ! Nous sommes bien faibles. »

    Il serait temps pourtant qu’on lui demande ses rapports avec Maliki ! DEMANDE UNE INTERVIEW AVEC TON BADGE !

  9. Il y avait quand même Naoki Yoshida de chez square enix qui, même s’il n’est pas très connu (car il s’occupe du sauvetage de FFXIV) est très apprécié des joueurs (il dialogue régulièrement avec et fait des descentes à l’improviste sur le test beta).

    Sinon je suis content de voir que je ne suis pas le seul à avoir craqué pour le coffret SAO.

    Aussi, que goodsmile soit maudit sur 5 générations pour ne pas vendre leurs plus belles figurines tout en les mettant en exposition.

  10. Oulà ! Attention mec ! Tu t’attaques à une légende en parlant de la sorte de Tetsuo Hara ! J’ai 19 ans, je n’ai pût venir à la Japan Expo que le samedi et mon plus grand regret de ce séjour c’est de ne pas avoir pût dédicacer un tome de Hokuto No Ken par le maître…
    Mais bon, je vois dans tes achats du GUNNM et du JoJo’s Bizarre Adventure, donc j’te pardonne :p !

  11. Critiques entendues, on les prendra en compte autant que possible ! Ah lala, ayant vu l’envers du décor cette année, j’aimerais réagir à plusieurs de tes remarques, mais ce serait un peu impoli de le faire au nom de toute l’équipe sans leur demander leur avis. On en discutera en privé si l’occasion se présente :p

    J’en profite pour enfoncer un clou qui me tient à cœur (désolée, mes jérémiades tombent sur ton blog parce que je n’ai pas eu le temps d’aller les faire ailleurs, j’espère que tu me pardonneras un jour). Je pense d’ailleurs n’être pas trop malhonnête par rapport à ce qui va suivre, vu que je quitte la boîte cette semaine pour partir sur le long terme faire des choses très différentes au Japon. Je n’ai donc pas vraiment d’intérêts matériels à défendre mes collègues.

    Japan Expo est indéniablement un succès commercial, mais cela ne veut pas dire que les gens que l’on regroupe sous le terme « organisateurs » ne sont que des petits Picsou aux yeux pleins de lucre qui font passer le temps en se gaussant des visiteurs. La plupart des personnes avec qui j’ai eu l’opportunité de travailler sont des passionnés qui s’investissent énormément, et font des horaires de Japonais (si vous voyez ce que je veux dire…) pour que les choses se passent pour le mieux pour les participants, les exposants et bien sûr les visiteurs. (A suivre dans le prochain commentaire…)

  12. Parfois, ce qui est perçu comme un couac ne relève pas de l’entière responsabilité de l’organisation, et peut être lié aux exigences des participants. (Pour prendre un exemple un peu grossier, il n’est pas toujours facile d’inviter des mangakas actuels, car les emplois du temps de ces Mesdames et Messieurs leur laissent peu de répit).

    Je n’ai pas travaillé sur la programmation du Live House, mais je suis quand même un peu chagrinée que tu la qualifies de famélique 🙁 Il y avait peut-être moins de grosses têtes d’affiches que lors d’éditions précédentes, mais j’ai pour ma part pu découvrir pleins de groupes moins connus mais néanmoins très sympathiques.

    Et un message qui s’adresse à ceux qui soutiennent qu’il n’y avait pas d’activités et que des stands commerciaux: vous me brisez le cœur ! Après avoir passé des nuits à organiser des interventions pendant quatre jours sur la scène culturelle, la scène JE, la scène principale, le Live House, la scène jeux vidéo, la scène Comic Con’ et j’en passe, je pense pouvoir aller me pendre 8D Enfin non, je ne le regrette pas, les participants ont été très sympathiques, et le public encore plus, donc j’arrête là mes plaintes ! (Suite et fin après la pub)

  13. Enfin, il est vrai que comme pour tout événement de cette envergure, il y a beaucoup de choses qui peuvent certainement être améliorées. Continuez donc à exprimer vos avis, car malgré ce que beaucoup croient sans doute, nous lisons les critiques et réfléchissons à des solutions à appliquer dès que cela est possible 🙂 Si si, c’est vrai !

    TLDR: Dur dur d’être un organisateur de Japan Expo et de ne pas avoir l’air d’un vilain de Power Rangers !

    Post scriptum hors sujet: personne ne saura jamais qui était derrière les mascottes Hikonyan et Kumamon. Même dans les backstages, ils ne quittaient pas leur rôle une seconde. Des braves petits !

N'hésitez pas à commenter l'article~