Pourquoi Sword Art Online II aurait pu être excellent (et ne l’est pas totalement)

Pourquoi Sword Art Online II aurait pu être excellent (et ne l’est pas totalement)

C’est reparti pour un tour. En avril 2013 je m’éclatais à développer énormément mon rapport amour/haine pour Sword Art Online, ce qui a terminé avec une centaine de commentaires, oscillant régulièrement entre « han le mec il chie sur SAO alors que c’est qu’un anime, pas de stress ^^ » et « han il a raison, c’est vrai que SAO c’est de la merde. » Well, non, c’est pas ce que je disais à l’époque. Pour résumer de manière concise: j’avais beaucoup aimé Sword Art Online mais j’étais frustré de le voir faire certaines erreurs agaçantes comme ne pas développer plus que cela son univers ou bien proposer un méchant de merde. Sans parler de l’ écriture générale qui, si elle a parfois 2/3 éclairs de génie, était quand même assez immature.

Bref. J’ai donc continué à développer un certain amour pour la franchise, comme si ça permettait à mon moi de 25 ans de retrouver l’ado caché au fond de moi.

Donc bref, été 2014 – début de la saison deux.

SAOII02
VOUS ETES PAS MOTIVES POUR SAO II, SOLDAT GUIGNOL ?

 

On est donc reparti pour une analyse arc par arc de ce qui a fonctionné et pas fonctionné et qui fait que, oui, Sword Art Online II avait tous les éléments en main pour être une excellente série mais que finalement, ouais, non, pas ce soir.

Juste un point rapide: j’ai maté les dix premiers épisodes au format hebdomadaire, semaine par semaine. J’ai mis un peu de temps à mater l’épisode 11 (genre une ou deux semaines) et j’ai après tellement décroché qu’il a fallu quatre mois pour que je daigne lancer le 12… que j’ai ensuite enchaîné avec tout le reste de la série d’un seul coup. J’ai pas maté douze épisodes d’un coup depuis au moins L’Attaque des Titans ou Shinsekai Yori. Si seulement je pouvais avoir une telle motivation pour toutes les séries de 13 épisodes qui se morfondent dans le fond de mon disque dur…

Bref. 

Du coup j’ai un souvenir un peu moins concret de l’arc Phantom Bullet alors que les deux autres arcs sont bien plus frais dans ma tête. Cela étant dit, on peut commencer. C’est partie pour du gros yakafokon des familles.

(Ah oui et l’article spoile tout le contenu de la saison. Mais ça, eh, vous êtes pas bêtes, vous l’avez deviné sans moi.)

tumblr_mzgny3Wu9E1syz109o2_500

Partie 1 – Phantom Bullet

« L’arc GGO. »

(oui parce qu’on dit pas « Phantom Bullet » tout comme personne utilise « Fairy Dance » pour l’arc ALO.)

Oh god.

L’arc GGO.

 L’ARC GGO 

C’était vraiment pas bon. Je vais pas dire « c’est de la merde » mais c’était à deux doigts de le mériter.

"Tant pis" dit le monsieur du ministère
« Tant pis » dit le monsieur du ministère

Et pourtant quand j’ai abordé l’arc j’étais ultra à fond. Pour moi y’a rien qui pouvait foirer. On avait plein de bons éléments:

  • Un changement total de cadre avec le passage d’un jeu d’héroïc fantasy vers un Call Of Borderlands était un choix osé et fichtrement intéressant car nous permettant d’enfin sortir de la fantasy un peu planplan d’ALO avec ses elfes-à-la-con et ses filles-chats-qu’on-a-déjà-vu-300-fois-ailleurs
  • Un nouveau mystère à base de meurtres virtuels qui deviennent réalité dans le monde réel avec toutes les interrogations et les enjeux que ça pouvait créer.
  • Kirito en fille et dieu sait que dès que y’a du gender bending je suis le premier sur le pont.
  • Une nouvelle sidekick nommée Sinon qui avait l’air d’avoir la méga classe et de pas avaler de la merde par paquets de douze. Et en plus doublée par Sawachiro Miyuki aka une de mes doubleuses préférées.
  • La promesse de gunfights survitaminés et remplis de stratégies.

J’étais tellement hype que lors de Japan Expo 2014, j’avais fait en sorte que mon asso d’activités, Thalie, ait pas de créneau à assurer sur son stand contenu pendant la projection en avant première du premier épisode. Bon comme j’suis un nullos, ça s’est mal terminé et j’ai du me contenter de le voir normalement.

SAOII21
* regard du jugement*

Et faut avouer que les trois premiers épisodes m’avaient emballés. Sinon me semblait remarquablement bien introduite, avec une caractérisation forte, un charisme immédiat et une exposition simple – mais efficace – de son background avec son passé, son traumatisme, ses motivations pour jouer à GGO et une explication raisonnable de son talent à ce jeu. De son coté, Kirito semblait fricoter avec un membre du gouvernement, et on a pas mal de petits détails bienvenus sur la manière dont « l’incident » SAO a été géré par les autorités. C’est pas mal de petits détails que j’attendais dans l’arc ALO mais qui arrivent finalement deux ans après. Genre personne sait que Kirito est un survivant de SAO dans ALO parce que 1/ personne sait qui était dans le raid final de SAO mis à part les survivants de SAO et 2/ de toute façon Kirito est un pseudo ultra répandu. Eh, c’est mieux que jamais les avoir.

Du coup l’idée d’avoir Kirito en Hercule Poirot des VRMMORPG, au service du gouvernement pour élucider les mystères, et qui se retrouvait dans un monde qu’il ne connaissait pas et devait apprendre à découvrir en même temps que le spectateur était plaisante. Le « bonus » d’avoir en plus affaire à un Kirito « féminisé » (d’apparence 🙁 ) tout le long de l’arc est suffisamment amusant pour donner un petit cachet à cet univers qui est, il faut l’avouer, à l’image des jeux de l’ere 360/PS3 c’est à dire tout marron. 

Et en face on a un antagoniste qui claque pas mal. Ok, il a un nom super pourri (« Death Gun », ouais, ok, il est japonais c’est sûr) mais il a un look qui, à défaut d’être très original (je vous épargne les blagues sur Dark Vador), est suffisamment iconique et impressionnant pour fonctionner. D’autant qu’il ferme sa gueule et se contente juste d’apparaître, balancer 2/3 menaces OU tuer quelqu’un, avant de disparaître aussitôt dans un nuage badass.

SAOII07
Les yeux rouges ça fonctionne toujours

 

Hélas l’arc dégringole…  et il ne le fait pas à moitié. Je serais incapable de pointer exactement à quel moment j’ai commencé à vraiment me forcer à mater chaque épisode mais je crois que quelque chose est mort lors du face à face entre Sinon et Kirito. On a là une finale de poule de tournoi, un truc super important. Et, en même temps, l’anime passe cinq ou six épisodes à nous construire Sinon ET Kirito comme des tueurs. Sans compter que comme ils sont dans la même poule, on nous construit dès le début une attente autour du futur duel entre les deux. Qu’on imagine déjà TOTALEMENT OUF. L’experte du snipe, capable de te trouer à 3km de distance tout en toussant face à l’expert du close-combat, capable de gérer une carte entière avec un fuckin’ sabre laser.

Sauf que l’affrontement entre les deux est… très décevant. Il ne s’y passe quasi-rien. Aucun des deux ne semble vraiment le prendre au sérieux, et ils sont pas fautifs parce que l’écriture elle-même semble tout faire pour éviter de prendre ce combat au sérieux. A force de teaser un combat Kirito/Sinon, l’auteur s’est vite rendu compte qu’il se mettait dans un piège et créait un combat pour lequel il ne peut créer aucun perdant. Du coup il préfère à la place faire un simulâcre de combat ou Kirito gagne parce que soudainement Sinon a son traumatisme qui refait surface. Ils passent alors dix minutes à se faire un calin devant tous les autres joueurs et à papoter des plombes. Ok, d’accord, certes. Ma maman serait otaku, ma maman serait très déçue.

J'imagine les millions de viewers qui voulaient une finale de MMOFPS et qui à la place ont eus du calin lesbien
J’imagine les millions de viewers qui voulaient une finale de MMOFPS et qui à la place ont eus du calin lesbien. Twitch aurait-il censuré ?

Le pire ? Ce duel a zéro conséquences parce que les deux sont qualifiés pour la manche suivante. Comment ça marche cette merde. Je croyais que le but d’un match éliminatoire comme celui-ci c’est qu’a la fin il n’en reste qu’un seul et qu’uniquement celui-ci puisse avancer vers la suite. Ou alors je regardais ailleurs quand l’anime a expliqué les règles, ce à quoi je comprendrais être idiot mais, quand même, c’est des règles qui n’ont pas beaucoup de sens.

Arrive alors le combat final. Les 30 meilleurs joueurs de GGO, sur une carte, prêts à se battre pour le titre ultime sans savoir que parmi tout ça se cache un serial killer qui tue tout le monde pour de vrai. Ok. Ca devrait être intense, non ?

Haha.

Non.

SAOII03

Y’a finalement très peu d’action dans tout le combat et il faut attendre l’épisode final pour avoir une baston digne de ce nom. Tout le reste du match c’est Sinon et Kirito qui observent les autres s’entretuer tout en réfléchissant sur des stratégies qu’ils ne mettent souvent même pas en place. C’est assez mou. Le pire reste l’épisode 11 qui est vingt minutes de Sinon & Kirito dans une grotte, qui parlent de choses qu’on sait déjà et qui n’apportent rien. Niveau meublage on a vu mieux exécuté. C’est d’autant pire parce que c’est dans cet épisode qu’on a à nouveau des nouvelles d’Asuna & co et y’a Yui qui est là avec sa voix criarde pour répéter exactement ce que Sinon et Kirito viennent de dire cinq minutes avant. Ugh. Cet épisode de chie. Pas étonnant que j’ai attendu quatre mois pour reprendre la série après ça.

C’est con parce que le gros duel final entre Death Gun et Kirito/Sinon est franchement cool. Pendant dix minutes ça envoie du lourd, ça s’embarrasse de rien, ça fait son office et c’est impeccable. Y’a même quelques animations ASSEZ FOLLES. La scène ou Sinon fait un calin-grenade à Kirito pour que les deux soient désignés co-vainqueurs du tournoi est tout à fait mignonne. Même si, ok, on se demande pourquoi pas plus de gens font pas équipe pour être co-vainqueurs à chaque fois. Sinon se réveille, son traumatisme à l’air passé, il ne lui est rien arrivé d’affreux, bref, que peut-il se passer de mal, l’arc est fini ?

* dring dring *

SAOII09

AH ATTENDEZ, C’EST LE LIVREUR QUI SONNE. IL VIENT LIVRER UN GROS FINAL DE MERDE COMMANDÉ PAR CHRONOPOST.

 

Y’a rien qui va dans les révélations de la fin de l’arc.

Death Gun était en fait trois personnes ? Ok. C’était le copain à Sinon, son frère et un pote à eux ? Euh, attendez, quoi.

Ils allaient tuer les mecs en s’introduisant chez eux et en synchronisant le meurtre dans le jeu avec l’injection d’un poison mortel, profitant du fait que les personnes dans un VRMMORPG ne savent pas ce qu’il se passe autour d’eux ? Ok, c’est un peu root.

Ils savaient l’adresse de leurs victimes en utilisant une cape d’invisibilité et en regardant les victimes entrer leurs adresses et leurs données personnelles dans le jeu ? Hein pardon expliquez moi en quoi c’est un plan crédible et qui tient debout

Le copain à Sinon accepte pas de se faire friendzoner et décide de tuer Sinon mais avant ça de la violer ? Stop stop stop.

Ok la révélation du copain méchant, tout le monde l’avait vu venir et moi pas mais pour des raisons très différentes parce que les faux spoilers c’est le mal. Mais du coup comme je l’ai pas vu venir, inutile de vous dire que quand c’est arrivé j’étais en mode « mais… c’est nul. » Pourquoi c’est nul ? Certes y’a toute la culture du viol tout ça mais aussi parce que, putain, on a deux fois d’affilée le même méchant. J’ai passé des centaines de lignes y’a deux ans à me plaindre d’Oberon qui était un méchant vraiment pourri. Le mec QUI FAIT SEMBLANT D’ETRE UN GENTIL mais qui est en fait UN GROS CONNARD ÉGOCENTRIQUE qui veut vraiment SORTIR AVEC UNE NANA au point de TENTER DE LA VIOLER si elle dit NON parce que comme il est PSYCHOPATHE il aime pas QU’ON LUI REFUSE QUOI QUE CE SOIT.

Oberon et le copain de Sinon (dont j’ai oublié le nom) c’est exactement le même archétype, le même caractère. Sauf que y’en a un on sait d’avance que c’est une saloperie, l’autre on le découvre de nulle part. C’est agaçant parce que ça témoigne d’une certaine flemmardise. Parce que des méchants qui se réduisent à des psychopathes simplistes violeurs c’est moche. Je suis jamais contre le fait qu’on tourne en ridicule le concept de friendzone en présentant les « nice guys » comme des gros losers glauques mais si le personnage aurait pu être un poil mieux écrit et un poil moins semblable à Obéron, ça aurait été mieux.

SAOII22

Même si ok – j’ai un peu kiffé le fait que la motivation du mec c’est « ouin ouin les nouveaux PGM ils ont niqués mon jeu vidéo », « ouin ouin je suis deg que ma vie se soit barrée en couilles parce que je jouais trop aux MMO » et « ouin ouin elle va pas sortir avec moi alors que je suis trop gentil avec elle 🙁. » Le méchant c’est une personnification du GamerGate en fait.

Par contre, sérieusement ? Pour une personne que Sinon considérait comme « un ami proche », comment elle a pu ignorer le fait que le frère de son « best friend ever » a été bloqué deux putains d’année dans SAO ?

Parce que c’est ça qui me vener: quand on découvre que Death Gun est un ancien Laughing Coffin j’étais RAVI. Parce que ce qui m’avait frustré dans la première saison c’était l’absence totale de focus sur ce groupe de mecs qui massacraient des autres joueurs dans SAO et en tiraient plaisir et sentiment de puissance. Sauf que ce concept était vaguement utilisé le temps de deux épisodes et demi et qu’on y revenait ensuite plus jamais. Moi dès que y’a un effort de continuité, je kiffe. Là y’avait un effort de continuité, j’ai kiffé. Et du coup ça répond à ma question vis à vis de « ils ont fait quoi des mecs qui tuaient d’autres gens dans SAO ? » Bah, paf, bonne réponse: pas grand chose. Encore une fois: eh, c’est déjà ça.

Par contre, cool: le court flashback qui nous remet à l'époque de SAO pendant 5mn. Ca donne envie d'une saison composée que de flashbacks de cette période.
Par contre, cool: le court flashback qui nous remet à l’époque de SAO pendant 5mn. Ca donne envie d’une saison composée que de flashbacks de cette période.

Bon et c’est terrible parce que du coup cette scène du copain à Sinon qui tente de violer et tuer Sinon qui arrive, de son coté, pas super bien à se défendre. Kirito, arrive, la sauve in extremis mais dans la bagarre se fait injecter du poison…

… suspens…

… qui ne le tue pas parce que le mec a envoyé le poison sur une électrode d’hôpital qui était resté débranchée.


NANI SORE

C’est comme dans Tintin en Amérique. Vous vous souvenez ? Tintin est attrapé par la Mafia et est envoyé au fond de je ne sais plus quel fleuve de Chicago avec des haltères au bout de la jambe. Paf, fin de page, il est envoyé dans l’eau avec ses poids, que va t-il se passer ?

Page suivante: ses haltères étaient en carton parce que la Mafia a piqué de mauvais haltères sans vérifier au préalable que c’était des vrais haltères.  TINTIN EST SAUVÉ. Ne réflechissez pas à l’absurde d’une telle situation: il est sauvé, c’est tout ce qui compte. On vous fait miroiter une scène intense, votre cerveau chauffe à trouver comment Tintin peut s’en sortir, on vous file une solution absurde et pourrie, vous pensez qu’on vous prend pour un con, vous êtes frustré par l’ouvrage et c’est pour ça que les meilleurs Tintin c’est ceux ou Hergé n’était plus obligé de finir chaque page par un cliffhanger à la con.

Là c’est pareil. Kirito meurt pas parce que… fallait pas qu’il meurt. Mais pourquoi introduire une situation critique  si c’est pour la désamorcer avec aussi peu de panache ? Pourquoi l’aiguille du poison traverse deux couches de vêtements sans problèmes mais peine à traverser une putain d’électrode ? Y’avait pas une meilleure solution ? Genre il se prenait le poison quand même mais, OUF, HEUREUSEMENT, Asuna et l’infirmière arrivent pile à ce moment dans l’appart et ont le nécessaire pour le sauver, quitte à ce qu’il passe une/deux semaines à l’hosto derrière ? Ca aurait eu du sens: Kirito, se demandant si Death Gun était encore chez Sinon, a foncé vers chez elle dès qu’il a pu se lever de son lit d’hôpital, il aurait pu prendre sa moto, laisser l’adresse à Asuna et l’infirmière qui auraient juste pris un peu de temps pour prendre tout le matériel nécessaire.

Mais non. On avait un truc potentiellement fatal, mais qui est aussitôt désamorcé trente secondes après comme si c’était jamais arrivé.

Mais peut-il arriver du mal à un personnage AUSSI MIGNON ?
Mais peut-il arriver du mal à un personnage AUSSI MIGNON ?

Bon au moins après ça il reste dix minutes et y’a plus rien qui choque trop dans la fin de l’arc. J’ai d’ailleurs bien aimé la toute fin, quand Sinon rencontre la postière à qui elle a sauvée la vie en tuant un mec avec légitime défense. A ce titre, j’apprécie comment la série a traité le traumatisme de Sinon et surtout n’apporte finalement pas de jugement sur l’acte d’avoir tué ce bandit dans le bureau de Poste. La série semble clairement dire « c’était un bon truc » mais en même temps fait pas de Sinon une héroïne type America-Fuck-Yeah-Tuer-les-Criminels-C’est-La-Vraie-Justice. Elle est mise au ban de la société plus parce qu’elle est une enfant ayant commis un acte « d’adulte », ce qui au Japon est pas super bien vu, que parce qu’elle a tuée un type par accident pour protéger tout le monde.

Après je dis ça mais je trouve que le traitement de Sinon tout le long de l’arc assez irrégulier. Pendant les cinq premiers épisodes de la série, c’est une badass mentor qui botte des culs et se laisse pas marcher sur ses plates-bandes et les dix épisodes qui suit elle fait un peu la sidekick de Kirito et toute la série semble soudainement plus se concentrer sur la raie de ses fesses que vraiment continuer à aller dans la direction d’un personnage fort, indépendant et capable de tenir sous la pression. Je parle pas du fait de parfois la cantonner à un rôle de tsundere à la noix mais bref. 

Au moins elle ne rejoint pas le « harem » de Kirito mais fait plus office de bro qu’autre chose. Un peu comme Klein. Mais ça on le voit mieux dans l’arc suivant.

Calin entre bro
Calin entre bro dans une grotte

Tiens d’ailleurs je digresse mais tant que je suis dans le sujet du « harem », je veux juste signaler que contrairement à beaucoup de LN et de shonen, je trouve que Sword Art Online gère magnifiquement bien le concept de harem qui fait que c’est pas autant pénible qu’ailleurs. Beaucoup de personnages féminins ont le béguin pour Kirito, certes, mais c’est assez justifié par le fait qu’il soit un badass (au lieu d’être un loser ou un  « mec comme les autres » comme dans beaucoup d’autres ouvrages à harem) et comme il est avec Asuna – et que c’est dans le marbre – les autres filles savent ne pas se faire trop d’illusions. Du coup le concept de harem est pas un point scénaristique de l’anime et est juste souvent traité avec légèreté. Ce qui est une bonne chose. 

 

BREF. L’arc Phantom Bullet c’était pas bon. C’est surtout dû à une fin pas travaillée, des révélations mal pensées et un manque d’action qui fait que, honnêtement, je crois que c’est le plus mauvais des cinq arcs de la série. Aussi contrasté que peut l’être l’arc Fairy Dance / ALO et ses romances Lemon Incest, bah au moins on se faisait pas chier devant. Après j’ai bien aimé l’effort de continuité avec SAO et les Laughing Coffin, l’introduction au personnage employé du ministère et le personnage de Sinon qui même si il n’est pas exploité à 100% reste assez cool. Loin de tout est à jeter mais ça aurait pu être tellement mieux.

Exemple concret: y'a pas assez de bullet time super cool
Exemple concret: y’a pas assez de bullet time super cool

Partie 2 – Calibur

Y’a pas énormément à dire sur Calibur, qui ne dure que trois épisodes et qui est juste un « best of » de la série.

Un des grands regrets que j’avais exprimé sur l’arc SAO et ALO c’était qu’il introduisait des personnages secondaires cools genre Lisbeth, Klein ou Agil mais que ses personnages secondaires ne réaparaissaient ensuite plus jamais, phagocyté par l’omniprésent couple Kirito/Asuna. C’est encore une fois tout à vrai dans GGO: Sinon/Kirito est le couple principal et si on ne voit Asuna, Lisbeth, Leafa & co c’est que dans des scènes souvent mises au chausse pied, qui n’apportent que peu dans l’intrigue et qui n’existent que pour dire au spectateur, avec un coup de coude appuyé « eh au fait, eh, au fait, eh, dis, au fait, elles sont toujours là, t’inquiètes pas, achète les figurines ;). »

Klein et Lisbeth, ENFIN PRÊTS AU COMBAT
Klein et Lisbeth, ENFIN PRÊTS AU COMBAT

Du coup Calibur règle le problème: Kirito et TOUS SES POTES partent dans une quête pour trouver l’épée mythique Calibur. Donc, hop, on retrouve Asuna, Klein, Leafa, Lisbeth, Silica et même Sinon qui font équipe le temps de trois épisodes. Ah sauf que plot twist: l’IA d’Alfheim Online est devenue cinglée et si ils chopent pas l’épée en moins d’une heure, tout le serveur se prend un Ragnarok dans la gueule. Un Ragnarok au sens propre et mythologique du terme. Et comme les mecs font zéro backup de la carte, ça veut dire que le jeu est foutu à jamais. Et le support peut pas aider, c’est les vacances de Noël, duh. 

Si on passe sur cet enjeu littéralement sorti du fond d’un cul parce qu’il fallait quand même expliquer pourquoi les sept caballeros allaient devoir bouger leur popotin et pas se permettre de mourir face aux boss, Calibur est un arc sympatoche. Y’a pas grand chose à lui reprocher parce que, finalement, il ne s’y passe pas grand chose non plus. Ca n’a quasi pas d’ambitions, et c’est juste fun. Ca pourrait être un Sword Art Online EXTRA II.

MAIS QU'EST-CE QUE TU FAIS AVEC TA MAIN, ASUNA
MAIS QU’EST-CE QUE TU FAIS AVEC TA MAIN, ASUNA

Y’a un truc que j’ai quand même bien aimé: c’est le moment ou ils rencontrent Freyja emprisonnée dans sa cage. Evidemment, tout le monde est en mode « lol c’est un piège, on va pas se faire niquer aussi facilement » sauf Klein qui insiste pour sauver Freyja. On est en mode « ok Klein, tu fais encore le boulet. » Parce que bon Klein il a beau être un survivant de SAO et un joueur ayant participé au raid final, on a tendance à le réduire à un Butt Monkey plutôt comique mais qui jamais est vraiment badass. Et du coup, agréable surprise: il avait raison d’insister pour embarquer Freyja. Et ça j’ai trouvé ça bien. Dans ce monde tragique et cynique, c’est bien d’avoir une morale du genre « faites un peu confiance aux autres, damnit. » Eh, pour une fois que ce n’est ni Asuna ni Kirito qui sauvent la situation…

Même si, ok, deux défauts:

– rah, c’est encore Kirito qui chope le gros lot. Ok c’est le seul spécialiste épeiste du lot mais c’est encore lui qui est au centre des débats. Le mec il dispose de compétences uniques, il peut manier deux épées et il est le seul du jeu à le pouvoir, il cheate la matrice avec le Seed et en plus il a Calibur ? Ok Kirito, pls nerf.

– Le design d’Asuna dans ALO est juste… Je pige pas. Les cheveux bleus fluos c’est quand même un peu limite. Ok, on s’y fait vite mais pourquoi ne pas avoir gardé un design plus proche de sa forme de SAO, comme les autres personnages ?Il était cool son design de SAO, je veux dire, quoi.

Ok c’est tout pour Calibur. J’ai vraiment rien d’autre à dire. Bon ok si, le design de Freyja:

SAOII12

Coeur <3.

 

Partie 3 – Mother’s Rosario

Et là c’est le drame. Vous êtes sans doute venu sur cet article pour lire un avis négatif sur SAO II et le partager partout sur Internet en disant « lisez ce mec, il a raison, SAO c’est de la merde. » Sauf que voilà: il n’y a quasiment rien à reprocher à Mother’s Rosario.

Pas mal de choses à dire néanmoins, et beaucoup de compliments. Déjà c’est un arc qui au lieu de changer d’univers décide de changer de point de vue. Ici, on suit l’histoire d’Asuna et non de Kirito qui ne tient ici qu’un vague rôle secondaire. Et c’est une vraie bouffée d’air frais: le personnage d’Asuna étant, à raison, un des personnages les plus appréciés de SAO. Un personnage bien aimé, certes, mais qui avait deux défauts notables: 1/ elle était finalement peu caractérisée  et on la connaissait assez peu ; 2/ elle était recluse à un rôle secondaire médiocre depuis la fin du premier arc.

Ok elle sauve la vie de Kirito à la fin de GGO grâce au pouvoir du toucher
Ok elle sauve la vie de Kirito à la fin de GGO grâce au pouvoir du toucher

Cet arc a donc comme thématique celui de développer Asuna et c’est une tâche plus qu’appréciable. On comprend donc rapidement que ses 2 ans dans SAO et le fait d’avoir été à deux doigts d’être mariée à un psychopathe a un peu énervé sa mère qui s’est mis en tête de contrôler la destinée de sa fille: mariages arrangés, choix d’une meilleure école, choix d’une carrière, et caetera. Evidemment, Asuna est super frustrée face à ça mais non seulement peine à s’affirmer face à la figure maternelle mais en plus ne parvient pas à trouver suffisamment confiance en elle pour savoir que faire de sa vie – mis à part suivre Kirito partout.

Le seul truc qui m’a fait râler grave c’est de commencer par une ellipse d’un an ultra inutile. Les personnages ne changent pas de comportement, ils ne changent pas de design, y’a RIEN de modifié. Damn. Ils sont adolescents, un an dans la vie d’un ado c’est énorme. Donc la série nous dit « un an s’est écoulé » mais visuellement ça aurait pu avoir lieu deux heures après la fin de l’arc Calibur. Mais ça c’est pas fatal et c’est juste parce que techniquement je déteste les ellipses non justifiées et qui n’apportent rien.

WOH ILS VONT TROP LOIN
WOH ILS VONT TROP LOIN

Mais revenons à nos moutons et, évidemment, il ne vous aura pas échappé que non l’arc n’est pas intégralement dédié à Asuna et nous introduit la guilde des Sleeping Knights. Et, alleluia, contrairement à ALO, voilà six nouveaux personnages tout à fait attachants. A commencer, évidemment, par la leader Yuki. Une jeune fille pleine d’énergie et de gentillesse et extrêmement badass. Canoniquement la seule personne qui aurait jamais botté le cul à Kirito, ce qui est un truc sympa à mettre sur le CV. Bon, dans son cas précis à elle, un CV ça lui sert à que dalle et EN PLUS « Kirito était pas à fond » ce qui est une excuse de merdeux que même au catch ils osent pas faire. Non, plus sérieusement, le personnage de Yuuki est non seulement adorable mais finalement très cool. J’ai presque envie de dire que c’est une version de Yui qui est réussie. Je dis ça parce qu’au début je croyais que le plot twist de l’arc c’était que Yuuki était une IA « grand soeur » de Yui, qui allait genre être auto-détruite au printemps à cause d’une MAJ ou d’un truc comme ça.

Le reste du groupe est forcément moins mémorable mais il n’y a pas de mauvais personnages. A titre personnel j’ai beaucoup aimé la mage – dont j’ai déjà oublié le nom – qui a tendance à être surexcitée quand elle sait qu’elle va pouvoir faire du PvP. Là, encore une fois, c’est une bonne nouvelle parce qu’on sort de deux gros arcs qui nous introduisaient des personnages secondaires complètement à chier, et là c’est heureux de voir que non ils sont un minimum agréable.

SAOII16
D’ailleurs le fait qu’elle s’appelle Yuuki et que ça n’aie rien à voir avec le nom de famille d’Asuna me sidère.

 

Parce que oui, surprise au fait: Mother’s Rosario est un arc beaucoup plus émotionnel que les précédents. Et qui hésite pas à aller taper dans l’émotion la moins subtile qui soit, ce qui peut être son seul vrai gros défaut. C’est à dire que si vous êtes quelqu’un, comme moi, qui a pleuré pendant la quasi intégralité de l’arc Fuuko de Clannad ou pendant les trente dernières minutes du film Tengen Toppa Gurenn Lagann ou même à la fin des Souvenirs de Marnie, well, vous allez être touché. Si vous pleurez sur rien ou si vous voulez votre pathos avec une dose de subtilité, vous risquez d’être un peu froid et trouver tout ça un peu « facile. »

Ca pourrait faire l’objet d’un article seul mais est-ce que c’est « facile » de sortir la carte du personnage malade du SIDA ? Plus loin, est-ce que c’est mal de faire des choses « faciles » ? Parce que moi quand la série a carrément balancé « ok c’est Yuki, elle va mourir parce qu’elle a le SIDA » j’ai direct été en mode « attends, quoi, c’est pas la première fois que je vois personnellement le SIDA être explicitement cité dans un anime ? » Je me doute bien que le SIDA a déjà du être cité ailleurs dans l’animation japonaise mais bien souvent les séries d’animations préfèrent faire souffrir leurs personnages avec des maladies sans noms. Elle a quoi Nagisa dans Clannad ? On sait pas. C’est une Maladie. C’est tout.

Alors j’ai conscience du fait que le Japon se sente pas particulièrement menacé par le SIDA (le pays est très très peu touché par la maladie) ce qui explique qu’ils en parlent jamais parce que c’est littéralement pas leur problème mais du coup ça m’a fait quelque chose de voir la maladie de Yuki être ainsi raccrochée au réel. On m’a fait remarqué sur Twitter que c’était un défaut de dire explicitement que c’est le SIDA parce que du coup ça en rajouterait « inutilement » au pathos et « qu’on a pas besoin de savoir. » Honnêtement, je trouve pas que ça soit un problème. Au contraire, je trouve que ça met les choses dans le contexte, que ça lie cette histoire à du concret. C’est pas « une mystérieuse maladie », c’est le SIDA, et elle l’a chopée parce que sa mère a été infectée par une mauvaise transmission sanguine qui en plus a refilé une variation super agressive de la maladie. Ca explique et justifie en plus pourquoi sa famille est morte – père, mère, soeur jumelle.  C’est le SIDA, ça ne rigole plus. 

SAOII18

Du coup à partir de ce point j’étais un peu tristoune, je vais pas le nier. Pour moi c’est venu comme une surprise parce que j’étais convaincu que Yuuki était une IA qui allait être détruire par le système. Vraiment. Le fait qu’elle apparaisse à partir du 22e étage me faisait croire que Yuuki était une variation de Yui qui avait été « mal exportée » au moment du transfert des données de SAO dans ALO. Du coup ses potes en étaient conscients, et voulaient quand même passer un dernier bon moment.

En fait non c’est plus terre à terre: c’est juste une gamine enfermée, pour des raisons médicales, dans un univers virtuel depuis qu’elle est née. Du coup normal qu’elle défonce tout le monde aux VRMMORPG. Y compris des gens qui y ont passés deux ans non stop. Et je trouve que c’est très loin d’être une mauvaise idée !

SAOII17
Je suis pas une fille mais je viens quand même de tomber enceinte en regardant ce screen

Et il y’a dans cet arc un épisode que je trouve génial, c’est le 21. Celui qui commence par Kirito qui détruit une armée de joueurs humains en un seul coup. Kirito n’est jamais aussi génial que quand il botte des culs de manière abusée et que la série l’assume complètement. Là c’est festival: vas y qu’il nous sort ses coups finaux, vas-y qu’il nous sort Excalibur, vas-y qu’on ramène tous les potes pour buter de la guilde… Ca a un petit coté jouissif pas désagréable. Et en plus il se la pète face à un mur de flammes, comment dire ? C’est mieux que toute l’arc GGO !

Tout le reste de l’épisode reste en plus assez passionnant avec tout le combat contre le boss de l’étage et les retombées de la victoire. Je ne dis pas que SAO devrait tout le temps ressembler à cet épisode 21 – ça serait lassant – mais c’est un peu ce qu’on attends de la série un peu plus régulièrement.

 

SAOII15
Je sais pas ce qu’elle boit, mais c’est très gris et opaque

Enfin j’ai également vu beaucoup de critiques sur le personnage de la mère d’Asuna, et de tout l’arc « Asuna dans le monde réel. » Honnêtement, la première fois qu’on voit les deux interagir j’ai levé les yeux au ciel en mode « oh non encore un arc pourri dans le monde réel. » Parce que c’est vrai que jusque là les passages IRL étaient quand même des gros boulets. Et, finalement, non, encore une fois j’ai été très surpris: c’est bien écrit. 

C’est à dire que oui, la maman elle est pas gentille, elle veut à tout prix marier sa fille de force et l’empêcher de suivre ses rêves. Sauf que concrètement, c’est ça le but de l’arc, comme je l’ai expliqué plus haut: Maman Asuna fait ça parce qu’elle considère que son Asuna-chérie n’en branle pas une. Et… il est difficile de lui donner tort. Les interactions entre les deux sont au début très très gênantes, avec une Asuna qui n’ose rien dire et qui râle plus qu’elle ne s’affirme. Du coup non seulement MamAsuna a zéro confiance en sa progéniture, mais en plus Asuna ne fait rien pour provoquer une opposition décente qui permettrait à sa mère de savoir qu’elle dépasse les limites et qu’elle la sous-estime.

Oui, le mariage arrangé ce n’est pas top. Hélas, ça reste répandu dans le Japon contemporain, encore plus dans la « haute société. » Pour des occidentaux comme nous c’est un peu la vacherie ultime. D’autant qu’on sort d’un arc ou tout l’interêt était que Asuna ne soit pas mariée de force à un psycho. La série a au moins le bon goût de le reconnaître et de mettre la faute sur PapAsuna « qui a des goûts de merde en choix d’homme pour sa fille. »

Mais surtout c’est une relation qui fonctionne très bien parce qu’elle évolue et qu’on voit vite que MamAsuna ne fait pas ça par plaisir. Elle déconnecte Asuna de force du jeu mais c’est parce que celle-ci est infoutue de respecter ses promesses de respect d’horaire. Pas parce que « haha je suis ta mère regarde le pouvoir que j’ai sur toi. » Elle est finalement plus un outil scénaristique qu’un antagoniste, et c’est elle qui provoque en Asuna les changements nécessaires à son évolution. A la fin de l’arc Asuna est plus confiante en elle, a une vision plus claire de son avenir et est, en somme, devenue plus « adulte. »

 

SAOII20
;_;

Et pour conclure, yep, la fin m’a beaucoup ému. La mort de Yuuki était attendue, ça reste un crève-coeur. J’ai eu du mal à espérer un happy end et je suis en quelque sorte « rassuré » de voir que l’anime a pas sorti d’excuses débiles pour « épargner » le personnage. Là aussi, la scène de la disparition de Yuuki dans ALO est très belle, très forte, elle fonctionne impeccablement, rien d’autre à dire.

Donc voilà, je crois que c’est tout ce que je voulais dire sur Mother’s Rosario… Ah si, non, par contre je comprends toujours pas le délire malsain de Kirito et Asuna autour de Yui. J’avais déjà dénoncé lors de la saison 1 le coté glauque qu’ont les deux de vouloir avoir un « enfant pour de faux » qui a tous les avantages d’un gosse de huit ans poli, intelligent et ultra appréciable sans les défauts (Asuna a pas eu à supporter neuf mois d’engrossement, Kirito et Asuna ont pas eus à supporter des nuits de 2h pendant trois ans, ni à changer les couches de leur gamin) mais dans la saison 2 ça devient fou tellement Yui est omniprésente. Ils font des machines pour pouvoir l’inclure dans le monde réel, ils peuvent la contacter par téléphone, etc. Au secours. C’est creepy votre truc.

Bon du coup, ok, la caméra pour Yui a un interêt scénaristique pour Yuuki derrière. Ok.

SAOII19
« Heureusement que tu es là Yuuki, d’habitude je dois discuter avec une IA  que je fais passer pour mon gosse et du coup je passe pour une débile »

Oh, et évidemment: l’opening de l’arc est le meilleur de la série. De super loin. Et dieu sait que SAO propose pas des génériques de merde en général mais « courage » est non seulement une musique ultra addictive, le générique en lui-même est méga bien monté. On le voit trop peu ;_;.

(D’ailleurs, le premier ending de la série, Startear, est assez fantastique également, comme je disais dans mon top 9 des génériques de 2014.)

 

Pour conclure.

Vous venez de lire 5500 mots, donc faut rester simple.

GGO – C’était bien au début mais ça s’est écroulé d’un coup et les révélations finales ne sont ni convaincantes, ni malignes. Pour un arc qui semblait promettre beaucoup d’action et de gunfight, il ne s’y passe finalement que peu de chose. En bref: prometteur pendant cinq épisodes, chiant pendant six autres, ridicule pendant les derniers.

 

Calibur – Sympatoche. Remplit bien son office de « bonus » et permet de retrouver les personnages secondaires de SAO qui manquaient un peu de visibilité jusque là. Pas immanquable mais, eh.

 

Mother’s Rosario – Meilleur arc de la série jusqu’a présent. Asuna comme héroïne est une excellente idée qui permet de changer pas mal de choses. Pas mal d’action, pas mal d’émotion et un développement d’Asuna qui était nécessaire. Donne pas mal d’enthousiasme pour l’arc suivant, Alicization. 

 

Excalbur ♪ From the United Kingdom... ♪
Excalbur ♪ From the United Kingdom… ♪

Du coup bah on attends une saison trois ou un film Alicization. Même si l’arc est pas encore fini au Japon, ce qui veut dire qu’on est parti pour soit attendre un bail, soit complétement oublier l’idée même que ça soit adapté. Que ça nous fasse une Suzumiya Haruhi plus qu’une Durarara. Après y’a mon rêve d’un arc « flashback » qui nous ramène à SAO. En deux ans je suis sûr que y’a PLEIN DE CHOSES A DIRE. Ca serait grave du fanservice mais, eh, ne crachons pas sur les bonnes choses.

En attendant je suis satisfait de cette saison 2. Même si on y trouve le plus mauvais arc des cinq, le fait d’avoir le meilleur aide quand même énormément. Et je dois avouer continuer à avoir beaucoup de bons sentiments envers les personnages principaux de cette série. Je vais râler des années encore sur le coté abusé de Kirito mais ça m’empêchera pas de quand même bien l’aimer et d’adorer quand la série assume à fond son coté grobill. C’est comme si il était un Emiya Shirou en bien. Ca me paraît bizarre comme comparaison mais c’est ce que je pense.

Bref, j’attends la sortie du light novel en France pour mi-mars (paraît que y’a plein de détails qui sont coupés dans l’anime) et je continue à éviter soigneusement le manga qui est tellement mal dessiné, c’est une horreur. 

Adieu !

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir Amo sur Patreon:

24 réactions au sujet de « Pourquoi Sword Art Online II aurait pu être excellent (et ne l’est pas totalement) »

  1. Juste, je réagis sur deux trucs en mode « hey, j’ai lu les LN, j’apporte des détails sur des trucs pas adaptés » :
    – A la base, Excalibur apparaît dans ALO. Kirito l’avait vu quand il était tombé dans la cave avec Leafa, avait vécu une super aventure où il avait sauvé l’espèce d’éléphant à ailes, avait vu Excalibur puis avait du renoncer par manque de temps. Puis, pendant le combat contre Obéron, Kayaba Akihito lui donne les droits d’admin sur The Seed et Kirito télécharge Excalibur pendant le combat pour pwned le méchant. Ca a été viré dans l’anime parce que ? Du coup, quand ils réentendent parler d’Excalibur, Kirito est en mode « J’ai un devoir envers cette épée, je l’ai utilisé de force, maintenant je dois la récupérer ». Et ça légitime plus le fait qu’il la récupère à la fin de l’arc.
    – Et si tu veux un flashback de SAO, je peux te conseiller SAO Progressive, un LN qui raconte Aincrad mais du point de vue d’Asuna et en rajoutant plein de trucs (genre vraiment plein). Le machin est actuellement adapté en manga, y’a donc moyen que OTOTO le sorte (voire même qu’Ofelbe sorte le LN) et pour l’avoir testé, c’est cool. Vraiment.

    1. Je vous en suplis , donner moi un lien pour la saison 2 entière , je ne trouve pas les épisodes a partir du 7eme — » c’est vraiment frustrant répondez s’il vous plait ..

    2. Ton article ma fait rire! Tellement par moment il reflétait tout à fais ce que je pensais (asuna dans son bain haha!!) Juste dernier arc ça fait vraiment plaisir de retrouver asuna active et complète. Un arc qui m’a fait verser des larmes… j’étais aussi certain que yuuki avatar quelque chose à voir avec yui ..(je pensais que ils étaient 6 programmes auxiliaires recyclé qui voulait se prouvait quelque chose. Vivement la suite et je pense que je vais les lire si quelqu’un a un lien

  2. Je te trouve un peu dur avec la première partie de cette seconde saison même si je suis globalement d’accord avec tous les défauts que tu cites (ce méchant de merde dont j’ai aussi oublié le nom…). Pour moi l’arc n’est pas à chier (surtout si on le compare à la partie ALO de la saison 1 et à son méchant ridiculement ridicule). Cet arc souffre pour moi du même gigantesque défaut que le premier arc de la saison 1 : il y a des idées mais pas assez d’ambition.

    Je reviens un peu sur le tout premier arc de SAO. Ce qui était hyper intéressant, c’était le traitement de la question suivante : « qu’est-ce qui différencie le réel du virtuel ». Quand tu joues à un MMO, t’as un avatar sur un écran, ton corps reste ancré dans la réalité et à priori, ce qui arrive à ton avatar n’impacte pas physiquement le joueur. Mais dans SAO, la technologie futuriste fait disparaitre la sensation de son véritable corps (comme dans un rêve quoi, voire mieux), l’avatar à l’apparence du joueur, et ce la mort de l’avatar impacte le joueur (il meurt aussi). Donc à ce moment-là, qu’est-ce qui différencie SAO du monde réel ? La seule chose qui différencie encore le virtuel du réel dans SAO, c’est le fait que le joueur à connaissance du monde réel et qu’il sait qu’il est enfermé dans un jeu. D’où l’intérêt que l’enfermement dans le jeu dure longtemps. Plus les joueurs restent longtemps dans le jeu, plus ils vont « oublier » la réalité (ou à défaut d’oublier, s’éloigner de la réalité) et considérer le jeu comme la réalité. La question n’était traitée qu’à moitié et c’est bien là le gros défaut de SAO. On a bien un moment ou lorsqu’Asuna et Kirito essaie de construire une vie de couple, ils se posent des questions sur l’intérêt de finir le jeu (surtout qu’ils risquent leurs vies), mais c’est finalement très peu exploité. De plus, la vie de couple qu’ils ont construite dans le jeu peut être transposée dans la réalité. Et c’est là qu’arrive le gros pétard mouillé : Yui. Je trouve l’idée de « donner un enfant » à Asuna et Kirito absolument géniale. Car si leur vie de couple peut exister dans le monde réel, ce n’est pas le cas de leur vie de famille vu que Yui n’existe pas dans le monde réel. Du coup la question de ce qui est le réel pour Kirito et Asuna est à son paroxysme. Mais bon, perso mal exploité, apparaissant 2 épisodes avant de disparaître et de revenir sous une forme de fée chiante et inutile. C’est pour ça que contrairement à toi, je ne trouve pas la relation Kirito-Asuna-Yui parents-enfant creepy. L’idée est géniale mais la vie de famille qu’ils ont eue dans SAO ben… elle est suggérée vu que finalement ça dure 2 épisodes. Donc du coup, cette relation parent-enfant parait bizarre au spectateur. Quant au fait qu’Asuna n’a pas enduré les douleurs de l’accouchement et qu’ils ne se sont pas réveillés toutes les nuits sous les pleurs du bébé, je ne vois vraiment pas le problème. Un couple qui adopte un enfant de 5 ans ne formerait pas une vraie famille parce que la mère n’a pas accouché et que le père ne s’est jamais relevé la nuit ? Le problème de la relation Asuna-Kirito-Yui, c’est qu’elle a été hyper mal traitée à la base (dans l’arc SAO).

    Bon, j’en arrive à cette saison 2. La question de fond reste la même. On a un méchant revenu de SAO pour qui la réalité, c’est SAO. Du coup, vu que SAO n’existe plus, il choisit un nouveau jeu comme réalité. Et en faisant en sorte que les joueurs meurent vraiment lorsque leur avatar meurt, le méchant rend le jeu « réel ». La psychologie du méchant est assez géniale : il ne reconnait plus le vrai monde comme réalité (sinon, il tuerait juste des gens dans le vrai monde). Mais à la place de développer ce méchant, l’anime se borne à s’attarder uniquement sur les angoisses de Kirito et Sinon. Et autant j’aime bien Sinon et son background, et le tout est assez bien foutu, autant pour Kirito c’est mal amené : « ouais en fait j’ai tué 2 personnes dans SAO, jusqu’ici je m’en branlais mais tout à coup j’ai des remords ». Puis le final de l’arc. Comment tout détruire en 5 minutes.
    Et pour la partie mother rosario, je n’ai rien à dire. C’est juste (presque) parfait. Comme quoi, quand on veut on peut…

  3. Franchement, bonne critique. Je suis d’accord avec toi 🙂

    Excalibur etait bien/moyen.. Encore une fois, il passe un épisode à nous raconter l’histoire de la quête & en 1 épisode il rush le donjon/raid, entame le dernier boss et celui d’après c’est fini. Nan mais ALO

    Le dernier ARC était sublime rien a redire !

  4. Bonjour je me permet de répondre car j’ai vue SAO en français et en japonais il y a une différence d’une dizaine d’épisodes. Donc oui la version française est décevante, une fois que on a vue ola version japonaise.

  5. Excuse moi, mais je viens de lire toute tes critiques et je vais te faire mon topo. Sword art online saison 2 est un manga super et je ne suis pas d’accord sur ce que tu dit sur les méchant comme sur l’arc GGO parce que lorsqu’on a aucun goût pour les bon manga on ne les critiques pas. Sa m’énerve grave ce que tu dit sur l’arc GGO parce que c’est la base de la saison 2. Aussi pour Asuna, si elle a les cheveux bleu fluo c’est normal, c’est une Undine une elfe de l’eau

    1. Oui c’est une undine bla bla, mais ils pouvaient pas lui laisser ces cheveux bordel T_T moi personnellement cela ma beaucoup frustré bien que je comprenne les raison et je pense que c’est pareil pour lui

  6. Bonne critique, mieux que la précédente (en partie parce qu’elle assassine moins l’anime ;-P)
    Je suis assez d’accord avec toi de façon générale : l’arc GGO est l’arc que j’ai apprécié le moins. Par contre je trouve dommage que tu n’ai pas parlé des combats de l’arc Calibur qui sont les plus épique de toutes la série (surtout l’épisode 16).

    Mais n’oublie pas non plus que, comme beaucoup d’anime, SAO est issue d’un Light Novel. Ce qui veut dire que beaucoup de details son zappé.

    Enfin, comme le disais Yokathaking plus haut, lisez ou regardez progressive c’est vachement cool 😉 mais surtout, ne lisez pas les 2-3 premiers manga de la series principale, les perso sont trop mal fait

  7. Ok. Ok OK *facepalm*
    Complètement pas d’accord avec tout ce que tu dis sur GGO.
    Sinon est un personnage badass au début et après « bouhou elle est trop à chier et chiale tout le temps » Bah oui. Au début, elle ne connaît pas kirito ni Death Gun. Son monde dans GGO reste normal, elle arrive à y vivre et à être badass. *BAM* Kirito arrive et lui fait sentir de la rivalité. Elle est toujours badass, et cherche absolument à niquer kirito, parce qu’il lui ressemble, et elle n’aime pas ça, c’est compréhensible, la réalité la rattrape. Elle joue à GGO pour s’endurcir dans la réalité. Et la Death Gun arrive. Elle était en mode : OSEF j’vais l’buter. Pas d’bol, death gun était fufu et se prépare à la tuer . Re pas d’bol, le pistolet de Death Gun est LE MEME que celui avec lequel elle à tiré. Cette fois-çi, la réalité l’a rattrapé. Elle est complètement paumé, son traumatisme finit par arriver dans GGO et à partir de là, elle ne pourra plus redevenir sinon, elle restera Asada mais endurcie.
    Aussi, tu dis que y’a pas eu de combat entre Kirito et Sinon digne de ce nom. la j’ai envie de te dire ta gueule mais on va rester poli. On s’en contrefout d’un combat entre les deux ça n’aurait aucun intérêt à t’entendre y’a pas eu assez de combat bah non et justement si on regarde un animé juste pour le combat c’est stupide. Kirito et Sinon sont reliés par un passé qui les traumatises, Kirito cherche à revenir dans la réalité car il à tué dans un monde virtuel mais les personnes sont définitivement mortes donc il retourne peu à peu dans la réalité, effaçant les souvenirs de SAO, et Sinon à tué quelqu’un dans la réalité et échappe à cette réalité dans un jeu où il est normal de tirer sur les autres pour les tuer, elle n’est plus Asada mais Sinon.
    Et ils ont chacun tenter d’échapper à ce traumatisme, on ne peut les opposer en combat puisque le but est de les réunir pour qu’ensemble ils affrontent la remontée directe de leur traumatisme : Death Gun.

    1. Yo bro euh j’ai pas tout lu pasque je suis regarde sur la teloch et je suis encore dans le bob sinon, je me disais bien que c’etait le pote a sinon pasque dans le 1er opening on le montre qui tend la main a sinon puis apres on montre tout de suite death gun jme suis dit sa tient pas tu peut pas nous montrer un mec gentil puis un mec qui tue le peuple c’est une mauvaise transition donc j’avais un doute XD sinon j’aime pas mal sao II voili voila voilalou

    1. Pour moi Sinon est carrément le meilleur perso de tout l’anime, nan même j’la mettrais à égalité avec Kirito… Mais BORDEL ASUNA CASSE LES COUILLES

  8. J’ai lu ce que tu as écris pour l’arc 1 et 2 (le 3 je ne l’ai pas finis ^^) et je suis entièrement d’accord pour l’arc 1 vraiment pas assez de combats et l’épisode 11 ils ne foutent rien à part « parler » tout au long de l’épisode, je pense juste que cette épisode nous apprends plus sur « Death Gun » et comment il fait pour tuer. L’arc 2 j’ai même pas compris pourquoi ils avaient tous des oreilles delfes et pour le look d’Asuna j’ai pas non plus compris pourquoi il avait changé par apports à la saison 1, et je viens de comprendre que ya enfaite 3 jeux différents mdrr « SAO » « ALO » et « GGO » d’où dans ALO leurs looks changent par rapport à SAO sinon j’ai bien aimé comme tu dis cette extra ^^. Ce soir je
    commence l’arc 3 et je le finis ^^.

  9. je trouve que tu y va y peu fort pour GGO même si je suis d’accord avec certaine de tes critiques comme pas beaucoup de combats mais sa reste pour moi un très bon arc
    par contre pour le troisième arc c’est un arc quasi parfait mais personnellement y a une chose que j aurais bien voulu voir : c’est kirito et sa badassitude quelle soit un peu plus présente :par exemple un combat super épique entre kirito et yuuki ( aussi magnifique que celui de asuna au début de l’arc ) ou des scènes ou on voit kirito buter tous la guilde gênante entière a lui seul Mais tout cela n’engage que moi
    sinon je suis globalement d’accord avec toi sur certaines choses

    1. Je suis pas d’accord avec vous Sao c’est un manganèse génial qui est à la fois triste drôle et passionnant ne parler pas quand vous savez pas

  10. De très bonne critique et de bons arguments mais l’arc aincrad et l’arc mother rosario sont certe très bien car le personnage interressant n ‘est plus le même mais j’espere que l’arc alicization sera mieu que les deux autres réunis

N'hésitez pas à commenter l'article~