Parler tout seul des animes d’été de 2005 à nos jours

Parler tout seul des animes d’été de 2005 à nos jours

« –  Est-ce que tu te souviens de l’hiver dernier, celui de 2014 ?

–  Hola, guère. Je crois vaguement que j’avais pas le net une fois sur deux durant cette période, ce qui me frustrait énormément. Pourquoi donc ?

-Ne te souviens tu pas de cet article ou toi et moi nous revenions sur dix animes sortis en hiver, chaque année, de 2004 à 2014 ?

-Oh, si, vaguement. Il était sympathique, je pense. J’ai du mal à juger mes propres articles, surtout ceux sortis il y’a un an et demi. J’évolue tellement vite tu sais…

-Ok blaireau, arrête de regarder l’horizon avec un regard mystérieux et écoute ce que je te dis parce que du coup, je te propose qu’on recycle cette idée et qu’on l’applique joyeusement aux animes estivaux. Qu’est-ce qui est sorti en été entre cette année et 2005 ? Est-ce que les animes c’était mieux avant ? Est-ce que l’été c’est la mort chez les japonais ? Pourquoi les gens pensent que rajouter « & Knuckles » à la fin des noms propres c’est trop rigolo ? Enfin, est-ce que tu penses à ce que je pense ?

– Non je suis désolé je ne sais pas à quoi tu penses, ce qui est bizarre parce qu’on est la même personne qui dialogue juste tout seul. Mais pour le reste, tachons d’y répondre ! C’est parti !

-Attends par contre, écrire des dialogues c’est un peu relou parce que WordPress transforme désormais automatiquement le tiret de dialogue en puce si on fait pas gaffe.

  • Ah oui effectivement c’est relou

-Du coup on va faire gaffe, hein ? Bon, par quoi on commence alors ?

– Bah 2015. Voyons voir quel anime je peux choisir pour cet été. »

 

Été 2015 – Shimoneta

shimoseka-anime

« – Un premier choix osé mais finalement très à l’image des animes de cet été.

-Oui c’est assez dingue mais c’est assez proche de ce que je nommerais le Summer of Fap. Y’a pas mal d’animes cet été qui tournent autour du cul ou font du fanservice leur argument de vente principal.

-Déjà y’a Prison School… 

-Oui mais Prison School par exemple ça reste une pure comédie dans lequel le cul est tellement exagéré qu’il n’essaie pas vraiment d’exciter qui que ce soit. Y’a des gens que je croise qui me demandent sérieusement « c’est censé exciter qui Prison School ? » Comme si le cul était forcément là pour exciter alors que dans le cas présent on est vraiment dans une parodie exagérée et assez over the top de n’importe quel manga ecchi et de n’importe quelle histoire d’évasion. Prison School je le lis pour les situations invraisemblables, et parfois riches en émotions, qu’il va m’offrir, certainement pas pour le cul. Alors que, par exemple, Monster Musume…

– Oui là on est déjà plus clairement dans le « glaireux » mais en même temps c’est aussi assez comique comme série. Puis y’a ce coté assez passionnant du mec qui pose un univers au postulat assez débile mais qui le développe tellement fort et tellement passionnément que l’enthousiasme est assez communicatif. Non, vraiment, le vrai truc fapfap c’est To Love Darkness 2nd.

– Ouais mais c’est tellement moins joli que le manga… Je pige pas qui irait se péter les yeux sur un animé dessiné par Xebec quand le style de Yabuki est tellement… tellement… telleeeement… 

– Tu fais une tête assez bizarre en disant ça… Et Fate/kaleid liner 2nd alors ? 

– Hola malheureux je suis pas pédo. Puis Fate/kaleid liner a une vraie histoire, elle est juste ponctuée de gamines qui se roulent des pelles de manière… particulièrement… détaillée… Non je suis un vrai mec, je suis pas team #lolide20h moi je mate des femmes bien en chair comme dans Bikini Warriors

– Hein, tu mates Bikini Warriors ?

– Euh non c’était rhétorique, c’était juste pour dire le genre de filles que je préférais pour pas que les anti-#lolide20h raident mon blog et me dénoncent à la police parce que j’ai juste parlé de Fate/Kaleid liner. Ils sont adolescents, mec, tu sais pas ce qui peut se passer avec eux.

– D’accord j’avoue que j’ai eu peur. Et Aquarion Logos du coup ? Je veux dire c’est Aquarion, ça parle de robots alimentés par «  »l’excitation » »

– Woh on commence vraiment à creuser et, du coup, on a toujours pas parlé de Shimoneta, l’animé dystopique qui montre un Japon dans lequel les blagues de cul et les gestes obscènes sont monitorés et interdits. C’est particulièrement débile, très très con, mais en même temps c’est tellement honnête que j’ai du mal à être méchant envers cette série.

– Puis on a quand même le perso d’Anna, j’ai jamais trouvé une yandere aussi débilement drôle. Elle fait des choses absolument terribles, mais la série va tellement loin dans la teubéisation du personnage que c’est dingue. Tous ces délires à base de LOVE NECTAR vont sans doute marquer les mémoires communes de tous et de toutes.

– Ouais mais du coup ça va faire un mois que j’ose plus ouvrir le paquet de cookies Granola qui est chez moi, c’est un peu chiant.

– Ah merde. C’est comme la fois ou après avoir maté Higurashi, t’as laissé du riz trainer pendant quatre ans dans le frigo.

– ON SAIT PAS CE QU’IL PEUT Y’AVOIR DEDANS, MEC. »

 

Été 2014 – Akame ga Kill

akamekill01

« – Oh non, pas cette merde. 

– Woh woh woh, arrête de suite, y’a des gens qui aiment ça, ils sont nombreux, faut respecter leurs goûts.

– Qu’ils aillent se faire enculer, ils tuent l’industrie du manga à soutenir ce genre de merde. 

– Mais arrête putain, qu’est-ce qui est arrivé au Amo qui prèche la tolérance et le respect à longueur de journée sur les internets ? Pourquoi tu te trahis autant ?

– Non en vrai j’exagère…

– Ah je préfère ça :).

– … parce que cette grosse merde est même pas assez influente pour vraiment tuer l’industrie du manga. Non, vraiment, c’est une oeuvre qui m’énerve. Akame ga Kill c’est l’histoire de six ou sept assassins teubés, clichés et antipathiques qui doivent combattre des méchants de plus en plus méchants. C’est une série qui escalade dans la cruauté mais quand elle arrive au sommet, elle se ramène avec le nécessaire pour construire une échelle et toujours aller plus loin parce que l’auteur est incapable de construire un antagoniste sans forcément lui filer un acte d’une cruauté ultime, sauf que chaque nouveau méchant doit toujours être plus cruel que le précédent, sinon ça marche pas.

– Arrête, tu exagères.

– J’exagère ? Attends putain. Le premier méchant qu’on croise capture des voyageurs et les torture dans son gigantesque abri de jardin. Bon, c’est la base. Ensuite on en a un qui tue un couple dans une rue sombre. Bon, ok. Le suivant tue une jeune fille et lui DEPECE TOUTE LA PEAU parce que LOL QUOI FAUT COMPRENDRE QU’IL EST MECHANT. Un autre mange sur une montagne de cadavres et enfin on termine avec un clown qui viole une gamine puis la bute devant le cadavre de sa mère SUR LA TOMBE DE SON PÈRE. Là on se dit « ok c’est une parodie, c’est génial » mais putain même pas c’est toujours du premier degré et c’est juste l’auteur qui a pas quitté le lycée. C’est vraiment lui qui a aussi écrit Maji de Watashi ni Koi ?

– Oh, c’est pas plus cruel que Game of Thrones…

– Non mais ça aussi ça m’énerve. Les mecs qui disent « c’est le Game of Thrones du manga » comme si on limitait Game of Thrones aux morts cruelles alors que c’est aussi beaucoup d’intrigues, de développement de personnages, etc etc. Akame ga Kill, en dehors des shock scenes n’a vraiment pas grand chose pour lui, l’intrigue est limitée as fuck, les combats sont assez basiques. Et ce qui m’énerve le plus c’est que les antagonistes super cruels font des scènes chocs pour qu’on voit bien qu’ils sont méchants puis souvent se font buter 10mn plus tard. A quoi ça sert de créer une scène bien cruelle et bien gore censé marquer les esprits si le méchant se fait démonter le cul 3s plus tard ? A quoi sert cette escalade de cruauté du coup ? Bon, bref.

– Oui mais y’a Esdeath…

– Esdeath <3. Non c’est vrai. Le truc bizarre avec Akame ga Kill ça reste ça: on a un groupe de héros absolument imbuvables ou, à part le gros musclé du début, personne n’est absolument sympathique ou charismatique. Je veux dire, Mine, au secours quoi. Puis soudainement l’anime introduit Esdeath qui est un personnage au look super cool et aux intentions ambigues qui ensuite monte sa propre team de super assassins qui est trente fois mieux que les héros. Parfois je me demande pas si c’est eux les vrais héros. C’est bizarre.

– Bon du coup pour une « grosse merde », t’en parles beaucoup.

– C’est plus facile de dire du mal de quelque chose 🙁 . »

 

Été 2013 – Gatchaman Crowds

f7f20946b78ae8ca85c1b3ef0391e55c1373246468_full

« – L’été 2013 je crois que j’ai jamais autant maté d’animés simultanément que cette saison là, y’avait tout qui m’intéressait.

– Même Blood Lad ?

– Ugh…

– Non après y’a quand même pas mal de trucs que tu matais pas: Rozen Maiden, Kimi to Iru Machi, le KKK…

– Attends quoi ?

– Pardon, réflexe. KKK pour Kitakubu Katsudou Kiroku. 

– Ahhh, Chronicles of the Going Home Club. J’ai eu peur. Non mais en vrai je matais à la fois Monogatari 2nd SaisonsWatamote, The World God Only Knows 3, Danganronpa, Genshiken Nidaime, Free!… Et ça fait pas tant que ça. J’ai du exagérer un peu.

– Puis, évidemment, Gatchaman Crowds

– Holala c’était tellement bien CROWDS. Une relecture du mythe du héros par un réalisateur qui kiffe faire des trucs visuellement colorés et assez excentriques, avec une héroïne qui casse les codes et déjoue toutes les apparences. Une genki que tu trouves teubée-insupportable au début et où à la fin tu fais « ok, respect. »

– Dommage que la fin…

– Oui, le planning de production a l’air d’avoir été un enfer parce que bon, quand ton avant-dernier épisodes est 50% une récap, c’est effectivement chaud patate. Mais bon, depuis on a eu le Director’s Cut et la fin apportée par celui-ci est plus que satisfaisante. Puis, honnêtement, j’ai failli être déçu par Insight mais la direction que cette seconde saison prend me satisfait amplement. Bref, CROWDS c’est un bon souvenir passé et Insight c’est des bons moments présents.

– On dirait une formule politique.

– Ouais, c’est parce que l’an prochain je rejoins l’équipe politique de la Nouvelle Donne pour préparer la présidentielle et écrire leurs discours alors je dois me préparer, tu vois.

– J’espère qu’ils ont rien contre les « putain » insérés au pif dans des discours.

– Ah bah écoute je compte bien révolutionner la politique, hein. »

 

Été 2012 – Jinrui wa Suitai Shimashita

81RYFCENP4L._SL1500_

« – L’été 2012, l’été 卐DE LA DEPRIME卍

– Tu veux un calin ?

– Non mais mec, d’une je suis pas très selfcest et de deux c’était y’a trois ans cet été de merde ou rien n’est allé, depuis ça va beaucoup mieux hein. Par contre niveau animé c’était plutôt cool je dois avouer. J’avoue qu’en juillet 2012 je croyais que Kokoro Connect allait être un GROS truc par exemple.

– C’est bête, en vrai y’a juste le premier arc qui était vraiment bien, mais ça tu aurais pas pu savoir.

– Le jour où j’ai maté l’épisode 5 de Kokoro Connect avec la scène du pont et de l’hopital, j’étais vraiment en mode « oh mon dieu cet animé tente des choses, il va être tellement bien, dans 3 ans on est encore dessus » et, well, finalement, j’aurais du parier sur Sword Art Online dont j’avoue humblement qu’à l’époque il m’était passé complètement sous le radar.

– Après de cet été 2012 y’avait aussi des trucs moins mémorables: Arcana Famiglia, Koi no Senkyo to Chocolate, l’adaptation très attendue mais totalement loupée de Muv LuvTari Tari… Joshiraku…

– TU TRASHTALK PAS JOSHIRAKU OK.

– Ouais mais à part toi tout le monde s’en branle de Joshiraku, soyons honnêtes.

– TU AS TOUT A FAIT RAISON MAIS TA GUEULE PARLONS DE JINRUI WA SUITAI SHIMASHITA.

– Qui est d’ailleurs, encore une fois, une adaptation de light novel. Sauf que là c’est… très bizarre.

– Bah oui, habituellement le light novel c’est l’histoire d’un lycéen sans personnalité à qui il arrive des aventures de fou. Alors quand j’ai une adaptation de LN qui raconte l’histoire d’une jeune adulte sans nom qui communique avec des fées complètement débiles dans un univers post apocalyptique pastel et à qui il arrive des aventures fucked up qui impliquent par exemple dans l’épisode 1 un robot pain de mie qui se suicide et saigne partout, bon. C’est déjà plus attirant.

– Après c’était pas toujours réussi…

– Uuuugh je sais pas… Y’a un arc certes moins bon que les autres – celui avec les sondes spatiales j’étais un peu en train de dormir devant – mais honnêtement c’est une série intelligente, très drôle, avec plein d’idées et, surtout, avec une héroïne incroyablement charismatique, maligne et intelligente. Et ça mon vieux je le prends mille fois. »

 

Été 2011 – Mawaru Penguindrum

penguindrum_review02

« – L’été 2011, l’été \O/ DE L’EUPHORIE \O/

– Tu veux un coup de pied dans les parties ?

– Non mais mec, d’une je suis pas très selfcest et de deux on va pas refaire deux fois le même gag, soyons d’accord. Surtout que là encore une fois c’était un été très intéressant en sorties animés et encore une fois je matais pas mal de trucs durant cette période. Je me souviens, comme tout le monde, avoir été agréablement surpris par le fait que l’adaptation de The Idolm@ster était pas de la merde. Ou bien d’avoir maté Uta no Prince-sama avec un second degré qui trouvait ça drôle et attachant. Ou bien d’avoir évité de mater Usagi Drop parce que, je sais pas, je voulais pas des bons sentiments et non j’ai pas vraiment d’excuse en fait.

– C’est aussi la saison ou est sorti en même temps Kamisama Dools et Kamisama no Memochou, ce qui fait que tu confonds toujours les deux dans ta tête. Après est-ce que c’est un vrai problème ?

– Pas tant que ça… Y’avait aussi Blood-C… 

– Ah bah tu crachais sur Akame ga Kill mais là…

– Je sais pas, j’ai pas vraiment vu Blood-C, juste les scènes choc sans le moindre contexte. Par contre je me souviens avoir tenté la seconde saison de Baka To Test et d’avoir été autant deçu que l’astronaute dans la navette Challenger qui se rend compte que sa fusée va exploser dans deux secondes. Alors que par exemple ce même été j’avais maté le premier épisode de YuruYuri et j’avais pas été deçu parce que j’en attendais que dalle.

– Et du coup, Mawaru Penguindrum tu en attendais un truc ?

– Pas vraiment, j’avais pas été très au courant de sa sortie donc pour moi il a poppé un peu comme ça au milieu de nulle part. J’y suis allé parce que c’était « par l’auteur d’Utena » et du coup je m’attendais à un truc un peu mindfuck et j’ai eu un truc à la fois mindfuck, à la fois joli et à la fois passionnant à suivre.

– Encore aujourd’hui, personne sait vraiment ce que l’animé essayait de raconter, hein…

– Je sais pas. Je trouve pas l’anime si abscon que ça. Ces histoires de pommes ça m’a paru plutôt clair à l’époque, mais j’avoue que quatre ans plus tard, faut que je fouille sacrément dans mes mémoires pour pas dire de conneries dans mes explications. En vrai, je retiens surtout de Mawaru Penguindrum son début, avec le stalking de Ringo et les scènes parfois hilarantes que ça occasionnait. Tout l’épisode où elle se rêve en princesse c’était un des trucs les plus divertissants et les plus funs que j’ai pu voir. Ikuhara est pas dégueu dans le domaine, les épisodes avec Nanami étaient les plus funs d’Utena déjà à l’époque.

– Mais du coup, quatre ans et Yuri Kuma Arashi plus tard…

– … bah j’ai toujours autant d’attachements envers Mawaru Penguindrum. C’est effectivement une série bizarre et compliquée, mais je la trouve suffisamment fun, bien construite et les personnages sont tellement biens que je peux pas ne pas la conseiller. Ca reste pour moi un des trucs les plus marquants de cette demie-décennie, donc bon.

– Avant ou après la seconde saison de K-On ?

– Cette question est étrangement compliquée, je vais donc l’esquiver. »

 

Été 2010 – Highschool of the Dead

high-school-dead-dvd

« – Soyez heureux, on commence à arriver aux étés ou y’a rien de super fou. Parce que je dois avouer que depuis 2011 on a une sorte de « streak » sur les animés estivaux qui font que la saison qui était jusque là historiquement aussi chiante que l’hiver est devenue de plus en plus attractive au fil des ans. Mais 2010, woh.

– Bah je vois quand même 2/3 trucs sympas: Amagami SSShiki, Seitokai Yakuindomo…

– Moui mais c’est pas « fou. » Puis à coté de ça t’as des trucs vraiment déjà oubliés comme Occult Gakuen ou Shukufuku no Campanella. Déjà à l’époque on s’en battait les corones alors maintenant, imagine… Non en vrai le truc le plus mémorable de 2010 c’est Highschool of the Dead ce qui en dit peut-être très long.

– C’était rigolo…

– Ah la la oui. En fait moi je lisais déjà le manga de base, que je trouvais super fun. C’était, je pense, sans doute dû au fait que j’avais 19 piges et que je kiffais les zombies et les nanas à poil à l’époque. Faut dire aussi que comme l’auteur vient du monde du Hentai, bah forcément, je suis plus facilement attiré vers la chose. Non, après l’adaptation animée est allée encore plus loin dans l’audace et la débilité ce qui n’est sincèrement pas une mauvaise chose.

– C’était quand même un peu d’extrême droite comme manga ?

– What.

– Avec les parents extremistes de la nana, là…

– Ah, oui. Non c’est vrai la série montre que les nationalistes radicaux vaguement yakuzas sont des gens cools et sympas comme les autres mais bon, c’est moins choquant que le simple fait qu’un manga parle de politique, déjà. D’ailleurs faudrait que je mate GATE pour savoir si c’est vraiment « d’extrême droite » comme j’ai pu le lire de çi de là ou si c’est juste les mecs qui sont en stress parce que dans leur tête tout ce qui est pro-militaire est forcément d’extrême droite.

– Oui mais du coup dans Highschool of the Dead.

– Eh, ça fait sens dans le contexte. En vrai ça reste un manga super inoffensif politiquement, parce que tout le monde est là pour voir des zombies se faire défoncer, la société s’écrouler et les nanas montrer leurs atouts. A ce titre le seul vrai problème de Highschool of the Dead c’est les lolos de l’infirmière qui sont vraiment trop gros pour être esthétiquement appréciable. Ca me sort du trip.

– Ah bah c’est ce que je disais taleur, t’es pédo en fait.

– Faut arrêter maintenant, hein ;_;. »

 

Été 2009 – Umineko no Naku Koro Ni

Note-01-umineko-no-naku-koro-ni-8893653-2560-1716

« – Je remercierais jamais assez cette adaptation d’avoir existée.

– Mais elle est nulle à chier.

– Oui mais je sais honnêtement que j’aurais JAMAIS fait le visual novel sans ça. Quand je suis arrivé au troisième épisode de cet animé j’étais tellement à fond dans ce qu’il passait que je voulais pas attendre une putain de semaine pour la suite, alors j’ai tout chopé ce qu’il y’avait de traduit à l’époque et je crois que juillet/août 2009 c’était juste des nuits entières à lire du Umineko en permanence. Ca, et jouer à Project Gotham Racing 4. C’était un été sympa quand même.

– Ouais enfin tu aurais pu parler de bons animes quand même. Regarde ce qu’il y’avait cette saison là: Bakemonogatari, Tokyo Magnitude 8.0, Zan Sayonara Zetsubou Sensei, Aoi Hana…. Canaan ?

– Wow, le fait que Bakemonogatari ait six ans me fait un peu bizarre. J’ai simultanément l’impression que la série est à la fois plus jeune et plus vieille que ça. Très étrange comme sentiment. Et, du coup, on a plus eu de Sayonara Zetsubou Sensei depuis autant de temps. C’est fini, on aura jamais la suite.

– Eh, Durarara et Working sont revenus de nulle part cinq ans après, Fafner dix ans après ! On peut croire !

– … vu les ventes DVD catastrophiques de ces retours, bon…

– … Oui c’est vrai. Enfin oui, bref, Umineko No Naku Koro Ni je pense qu’en animé ça marche bien pour initier les gens à la franchise. Tu leur fait mater le premier arc en animé, tu leur demandes si ils kiffent et si ils veulent la suite, puis tu leur met le VN dans les pattes. Et là ils partent pour huit épisodes de ce que je nommerais humblement le Space Mountain des coups de putes.

– Ah Béatrice <3. Ah Erika <3. Vos incroyables capacités à me planter des couteaux dans le dos me manque terriblement <3.

– Mais comme le VN va sortir sur Steam bientôt, de toute façon, une nouvelle vague de gens vont découvrir ça. J’ai hâte de lire leurs réactions, ça va être sympa. Sachant que nous à l’époque on devait essayer de deviner la fin et inutile de dire que c’était les meilleures discussions ever de 2009/2010. Ha les small bombs <3.

– Arrête de parler d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, grand fou <3. »

 

Été 2008 – Strike Witches

strike-witches-movie-poster-1020517692

« – Hein.

– Je suis désolé.

– Y’avait pas… mieux ?

– Tu te souviens de Nogizaka Haruka no Himitsu ? Haruka c’était la Hestia de l’époque: tout le monde parlait d’elle, elle était la waifu de tout le monde, y’avait 4000 fanarts sur sa gueule, tout le temps, à tous les moments. Tout ça parce qu’elle jouait l’archétype, orginal pour l’époque, de l’otaku qui se cachait. C’était mignon, son chara-design était chou, mais faut avouer que c’est comme quand tu te fapes: après avoir fini le taff, t’as plus super envie de continuer après.

– Ouais, certes, mais y’avait aussi l’adaptation animée du Pacte des Yokai, quand même.

– J’y connais rien en pacte des Yokai, je suis désolé ;_;.

– Ok, bon, bah oui, du coup c’était pas une saison très intéressante semblerait-il. Quoique y’avait le retour de Slayers… même si ça a été moins bien reçu par les fans que Dragon Ball Super…

– Mais alors du coup Strike Witches c’était… well… le plus mémorable du lot ? C’est terrible parce que c’est une série qui AURAIT PU être bien…

– Si elles mettaient un pantalon ?

– … Oui ça c’est super bizarre et je trouve que ça empêche le chara-design d’être vraiment bien, en plus d’être super difficile à assumer quand tu mates ça dans le train. Non en vrai le souci c’est l’intrigue. La série se réveille genre vers le neuvième épisode mais tout ce qui est avant est soit moyen soit chiantissime. Mais quand l’intrigue décolle c’est étrangement bon, c’est FUCKIN’BIZARRE.

– En vrai l’été 2008 tu regardais quoi ?

– Pas grand chose… Non je matais pas encore les animes de saison à l’époque, j’étais pas encore assez ouf et je me contentais de regarder mes séries grâce à du fansub français, ce qui limitait pas mal les possibilités. Je crois que c’est avec Higurashi en septembre que je suis définitivement passé au fansub anglais, ce qui a ouvert mon champ des possibles.

– Mais au fait pourquoi t’avais maté Strike Witches ?

– A cause d’un doujin de Konno Azure.

– Oh. C’est un peu pédo ça.

– Stp ;_;. »

 

Été 2007 – Baccano!

Shorewood 14mm Wrap Ocard-ready

« – Ok, Baccano! a huit ans, too old for this shit. 

– On le dira jamais assez mais 2007 est une des meilleures années de l’histoire de l’animation japonaise, ptet même la meilleure. En été 2007 on a du coup eu Sayonara Zetsubou Sensei Monokoke et même la seconde saison d’Higurashi qui était quand même super sympa. Et c’est aussi cet été là qu’on a eu le fabuleux School Days et son fabuleux dernier épisode remplacé par un bateau joyeux, ah, c’était le bon temps pour le lol.

– Bon après on a aussi eu des trucs oubliés hein. Genre Kenkou Znerakei Suieibu mais wtf ?

– Woh attends je connaissais pas mais c’est une série qui parle d’un club de natation avec une héroïne nudiste ? Je sais pas si mon fétichisme des maillots de bain scolaire est satisfait ou profondément déçu là. C’est bizarre.

– Puis Sky Girls

– Woh, on dirait Strike Witches mais elles ont moins froid aux jambes. C’est intéressant.

– Donc du coup toi tu choisis Baccano dans tout ça ?

– Normal, non ? Ca reste aujourd’hui encore une série absolument dingue. Ambiance jazzy des années 30 américaines, une vingtaine de personnages charismatiques, une narration complétement ouf, plein d’idées, plein de fun. Non c’est génial Baccano. Mais ça fait que huit ans que tout le monde vous le dit.

– Jsais pas, ça fait huit ans que tout le monde te dit d’arrêter de perdre ton temps avec un blog, t’écoutes pas vraiment.

– Désolé j’étais en train de serrer le robinet de ma chasse d’eau avec une clé à molette, tu disais quoi ?

– Rien de super important. »

 

Été 2006 – Bienvenue dans la NHK

welcome_to_the_nhk

« – J’avoue que j’ai eu super peur.

– De quoi ?

– Dans ma tête je croyais que le seul anime « emblématique » sorti en été 2006 c’était Zero no Tsukaima et je veux pas parler de cette grosse merdasse de Zero no Tsukaima. Heureusement non, je me suis planté, et Bienvenue dans la NHK est sorti en été 2006, pas au printemps comme je croyais m’en souvenir. Si près du drame.

– Après t’aurais pu éviter de parler de Zero no Tsukaima en évoquant d’autres séries de cette saison en particulier.

– Ah ouais, genre, quoi ?

– Kujibiki Unbalance ?

– C’était ultra décevant, et les OAV inclus dans les coffrets Genshiken sont 3 fois mieux.

Powerpuff Girls Z ?

– Mais je l’ai pas vu du tout ça. Après c’est vrai que les Super Nanas en version jap ça peut être fun de regarder ça avec curiosité.

– Chocotto Sister ? 

– Hein, non.

– Tsuyokiss ? 

– Quoi.

– Tonagura ?

– Tu es pas en train d’en inventer là ? Bref, du coup Bienvenue dans la NHK… 

– Holala la déprime, holala le malaise.

– Oui, ok, c’est vrai que c’est pas une vision facile, c’est sur. En même temps c’est pas le but, c’est pas là pour te faire plaisir quand t’es devant. Ca reste une série sur un hikkikomori qui s’entoure de gens aussi chtarbés que lui et qui malgré toute sa bonne volonté, arrive absolument à s’en sortir. La fin est poignante mais fonctionne. J’ai aussi adoré l’adaptation manga du bouquin de base, mais en règle générale les trois « versions » de NHK sont assez différentes les unes des autres, ce qui est quand même une bonne idée.

– Puis Misaki elle était mignonne <3.

– Holala, oui <3. Je sais qu’elle est aussi moralement en détresse mais holala elle est trop chou <3.

– Mater NHK pour la waifu <3.

– On est trop sales <3. »

 

Été 2005 – Pani Poni Dash

91ajqkUI2nL._SL1500_

« – Et enfin, la saison d’il y’a DIX ANS. Une décennie nous sépare avec ces animés là. Dominique de Villepin était à peine premier ministre, ça nous rajeunit pas !

– Du coup, sans surprise, t’as vu zéro séries de cette saison en particulier…

– Hélas, malgré mes efforts pour être un otaku accompli, j’avoue que la période 2000-2005, j’en ai pas vu grand chose et y’a pas grand chose qui m’intrigue véritablement. Cette saison 2005 reste assez riches en comédies romantiques: Shuffle, Da Capo, Amaenaide yo, Suzuka, Gedou Otometai… Non sérieusement si vous croyez que les harems, l’ecchi et le fanservice est une invention récente des animes japonais, jetez un oeil à n’importe quel programme des années 2000, vous seriez surpris de voir qu’on en a même moins qu’avant.

– Oh y’avait aussi la seconde saison de Full Metal Panic.

– Yep, en vrai ça et Shuffle, c’est sans doute les deux « blockbusters » de l’époque. J’ai honnêtement beaucoup de mal à me projeter à cette époque pour la simple et bonne raison que je matais même pas d’animes à l’époque. L’été 2005 pour moi c’est celui que j’ai passé à écrire sur des forums RPG tout en jouant à Football Manager all night long. J’ai jamais été aussi peu productif dans ma vie que cet été là je crois.

– Mais du coup pourquoi Pani Poni Dash ? 

– Parce que tout le monde croit que Sayonara Zetsubou Sensei est le moment ou SHAFT a commencé à faire du SHAFT, c’est à dire des comédies visuellement barrées. Alors que déjà Pani Poni Dash avait des génériques cinglés, des visuels colorés et barrés, bref tout ce que tu attends du studio. Un an plus tard ils feront l’adaptation bizarre!? de Negima, puis Sayonara Zetsubou Sensei, puis Bakemonogatari, puis Madoka Magica, puis le même truc encore et encore. C’est comme ça que ça marche.

– Woh ok. Bon bah voilà, on a bien discutaillé autour d’une décennie d’animés estivaux. C’est marrant de voir la différence entre les étés de 2005/2006 assez dépourvus de gros titres et ceux de 2014/2015 ou les maisons de productions hésitent plus trop à tout de même envoyer de grosses cartouches.

– Bah c’est relatif à la production de l’industrie hein. On fait de plus en plus d’animés donc, forcément, y’en a plus de plus chaque été donc, forcément, y’a de plus en plus d’animés intéressants/mémorables tout comme y’a de plus en plus de merdes oubliables. C’est la vie.

– C’est beau ce que tu dis. Si profond.

– Ouais. Je suis un poète.

– Putain ouais. »

 

L’art utilisé pour l’image bannière de l’article est un extrait d’une illustration originale de Kantoku issue de son artbook « Orange. »

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr
Envie de soutenir Néant Vert et son auteur ? Retrouvez Amo sur Patreon:

4 réactions au sujet de « Parler tout seul des animes d’été de 2005 à nos jours »

  1. Je me suis bien amusé, j’ai bien ri, j’ai passé un bon moment et ça faisait plaisir de découvrir ces étés de matage que je n’ai pas vécu vu que j’ai commencé à m’intéresser aux saisons d’animes en 2010 ><. Ca fait aussi vraiment mal au coeur toutes ces séries passées à la trappe et dont on entendra plus jamais parler.
    Mais pourquoi diantre avoir parlé de Strike Witches ?
    Vive Jinrui wa Suita Shimashita, j'aurai voulu le mater au rythme de sa sortie mais j'avais été rebuté par l'apparence comme un idiot :(.

    Joli article, c'était génial. T'a vraiment bien fait de ne pas t'arrêter il y a 8 ans :3.

  2. ça fait deux ans que je matte des anime par saisons, et je trouve ça hyperfun de découvrir ce qui pu être diffuser il y a des années, quant je n’avais absolument rien à carrer de l’animation. j’étais jeune, j’étais con.
    super article, vraiment agréable à lire, c’était cool.
    Et Mawaru Penguindrum <3<3<3<3

  3. « – Ouais mais du coup ça va faire un mois que j’ose plus ouvrir le paquet de cookies Granola qui est chez moi, c’est un peu chiant »

    On peut s’arranger, c’est bon les cookies. 😀

N'hésitez pas à commenter l'article~