Palmarès complet et commenté des Prix Minorin 2016

C’EST L’HEURE DU D-D-D-D-DUEL

 

Depuis 2013, chaque année, les jurés du Prix Minorin se regroupent, délibèrent et récompensent le pire et le meilleur de l’année animée écoulée. D’abord une quinzaine, ils sont pour cette édition 2016 exactement cinquante, issus de milieux divers et variés, a avoir voté pour les catégories

La période de vote s’étendait de début février à mi mars et le palmarés que vous allez découvrir a été révélé le 9 Avril 2017 à l’occasion d’une cérémonie organisée durant la convention Jonetsu 2.0, auquel vous étiez nombreux à avoir assisté (la salle de conférences était bondée.)

LE CONCEPT DE CE PRIX: chaque juré devait remplir un top 5 pour chaque catégorie. Selon la position qu’il attribuait à chaque élément, un nombre de points différents étaient donnés: 5 points pour la première place, 4 places pour la seconde et ainsi de suite. Ils pouvaient, en supplément, désigner cinq mentions honorables qui attribuaient des demi-points supplémentaires aux animés cités. A noter que les jurés n’étaient pas obligés de remplir ce top 5 en intégralité: ils pouvaient n’en citer que deux ou trois par catégorie. En outre, ils n’étaient pas obligés de voter pour toutes les catégories.

Une fois tous les votes récupérés, on peut donc calculer les points récoltés par chaque élément et donc construire un classement. Fort logiquement, l’animé / le personnage / la personnalité avec le plus de points remporte donc le palmarés.

Tous les animés débutés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2016 étaient éligibles à ce prix et uniquement eux. Les animés débutés en 2015 mais qui continuaient en 2016 ne sont pas éligibles.

CET ARTICLE: Est donc le récapitulatif de l’ensemble des prix. Pour chaque prix va vous être présenté le top 5, avec les commentaires des votants pour chaque élément. Vous retrouverez également le classement de la catégorie à la fin sachant que pour des raisons de lisibilité on se limite aux trente premiers de chaque catégorie et que les éléments n’ayant reçu qu’un seul vote sont écartés du classement.

Les commentaires présents sur cet article ont été rédigés en mai 2016 par les votants volontaires.

Les présentateurs face au public !

QUI ORGANISE CA ?: Bonjour à tous je suis Amo, fondateur de ce blog, président de l’association Forum Thalie et animateur de Kaorin, podcast musical sur la culture visuelle japonaise, ainsi que de LOLJAPON, podcast plus traditionnel sur les mêmes thématiques. C’est moi qui me suis occupé de contacter nombre de jurés potentiels, de comptabiliser les votes, d’organiser la cérémonie de remise de prix et de mettre en forme cet article palmarès.

J’ai tâché d’être un peu plus court que l’article de l’an dernier donc les commentaires ont été beaucoup plus sélectionnés. Je remercie encore une fois tous les membres du jury qui ont pris le temps de voter et d’envoyer leurs diatribes ou leurs éloges, cela permet à ces prix de gagner chaque année un peu plus en qualité. J’espère donc vous retrouver l’année prochaine. 

Remerciements également à toute l’équipe organisatrice de la convention Jonetsu 2.0, qui nous a donné le cadre idéal pour la cérémonie. 

 

Liste des membres du jury, par ordre alphabétique de pseudo:

Cliquez sur la flèche pour dévoiler le listing du jury.

  • Aldherrian
  • Amo
  • Angy
  • Apey
  • AxelTerizaki
  • Dareen
  • Eruliuce
  • Fairychan
  • Fightingdoll
  • Floboum
  • Flounzilla
  • Gaeko
  • Jeremy Alonzo
  • Jojoyuki
  • Kabu
  • Klr2701
  • Kmeuh
  • Kolya
  • Le Commandant
  • Lololeboiteux
  • Lua
  • M3r1
  • Mojo
  • Mop
  • Nemo
  • Nobody
  • Nock
  • Nodamin
  • Nyoron
  • Paru-u
  • Pegase
  • Pencia
  • Poyjo
  • RdNetwork
  • Ritsu Fujiwara
  • Sanji
  • Sedeto
  • Shin’
  • Shrykull
  • Shueisha
  • SithVicious
  • Suppaman
  • Tora
  • Tsuchi
  • Utsu
  • Uzuchi
  • Vael
  • YamaKyu
  • Yoka
  • Zali Falcam

Je tiens à m’excuser auprès d’une personne – qui se reconnaîtra – qui m’avait envoyé son vote dans les temps, mais ce vote n’a été remarqué que lorsque les votes ont été calculés et sont sortis définitivement.

Liste des catégories:

Prix sonores et musicaux

Le meilleur du pire

Technique et écriture

Prix Spéciaux

Grands Prix



Meilleur générique d’ouverture

Meilleur opening. Idées visuelles, utilisation de la musique, synchronisation, action, animation, visuel, etc…

 

5ème place – Flying Witch

« Shanranranran » par miwa & 96neko

Pégase: « Si tu compresses de la bonne humeur sous la forme d’une graine et que tu la plante dans la terre, six mois plus tard il y a ce générique qui sort. Depuis j’emporte la chanson partout avec moi en cas de déprime subite, mais sans voir la mandragore qui crie sur le « WAOUH ! », c’est juste pas pareil. »

RdNetwork: « Petite surprise quand même. Il était catchy mais de là à se retrouver 5ème, c’est une belle performance. Tout le monde n’est pas sensible au joli slice-of-life et au chant de miwa. « 

AxelTerizaki: « L’opening de 2016 qui te met de bonne humeur sans problème. »

Shin’: « Top tier clap. »

 

4ème place – Erased

« Re:Re » par Asian Kung-Fu Generation

Lua: « J’adore Asian Kung-Fu Generation, et cette chanson ne fait pas exception. L’animation se fond parfaitement avec la musique sous forme de battements d’horloge, et la version alternative proposée par l’épisode 11 me fait encore des frissons dans le dos. Well done, A-1 pictures. »

RdNetwork: « Asian Kung-Fu Generation a toujours eu tendance à se retrouver dans des sacrément bons génériques (remember : Naruto OP2, FMA 2003 OP4, Tatami Galaxy), et celui-là ne déroge pas à la règle. Réalisation soignée et subtile, jolis effets, tout marche et balance. Émotionnel. « 

 

3ème place – Kiznaiver

« Lay your Hands on Me » par BOOM BOOM SATELLITES

 

Nock: « Au-delà de l’excellente chanson de Boom Boom Satellites (RIP Michiyuki Kawashima, tout ça), qui est vraiment une de mes préférées du groupe, ce générique a vraiment été une claque et je ne pense pas que j’aurai regardé la série sans cela. Alors, effectivement, il ne dit rien sur la série (et en même temps, qu’aurait donné un générique qui aurait tenté de pitcher Kiznaiver ?), mais il a une personnalité, et je pense que c’est ce que j’attends le plus d’un OP : qu’il me propose quelque chose un chouia original. Et là, en terme d’esthétique, j’aime énormément ce que propose cette intro (c’est peut-être pas mal lié à mon fétichisme sur l’abstraction et les formes géométriques). »

Kmeuh: « Je le voulais absolument dans le top 5 et il y est parvenu. Mon chouchou, mon bébé, mon opening préféré de 2016.

Boom Boom Satellites au meilleur de sa forme, un visuel juste splendide, une grosse gestion de la lumière et des plans “kaléidoscope” très jolis. Rien d’autre à rajouter. »

Kabu: « Rahlala qu’est-ce qu’il est cool cet opening ™.

Les quelques génériques sur lesquels Boom Boom Satellites ont bossé partagent cette caractéristique : ils sont très music-driven. L’animation y est totalement soumise à la musique, et c’est bien normal quand on voit la qualité de celle-ci. Profitez-en bien parce que ça n’arrivera plus de sitôt, Michiyuki Kawashima étant maintenant parti FLY HIGH. »

Pégase: « Prix 2016 du meilleur bail pour mettre l’ambiance dans vos soirées mojito à bord de la station spatiale internationale. »

 

2ème place – Yuri!!! On Ice

« History Maker » par Dean Fujioka

 

Pencia: « Un opening qui change de ce qu’on a l’habitude de voir ! Autant au niveau de la chanson que de l’animation qui nous transporte avec subtilité dans l’univers de l’anime.  »

AxelTerizaki: « C’est con à dire mais il reste sacrèment dans la tête. Et désolé de faire mon Apple fag mais l’opening a été entièrement réalisé à l’iPad Pro. »

Pégase: « Dans une série malheureusement plombée par une animation à la dérive, cet opening est offert comme le plus bel hommage visuel possible à la discipline. Mouvements ciselés avec finesse, chorégraphie en accord total avec la musique, une sorte de pureté dans le trait simplifié qui anime les sportifs, la séquence fait mouche et remporte l’approbation générale du jury. Je lui reprocherais juste l’effet des tâches de peinture, d’un goût et d’une utilité discutables.  « 

Shrykull: « Entre plans réutilisés et chanson qui tourne au vinaigre, on croirait que cela suffirait pour enterrer ce générique. C’est sans compter un style minimaliste aux couleurs chatoyantes, une animation au poil et une voix qui a marqué les tympans comme les esprits. »

 

1ère place – Mob Psycho 100

« 99 » par MOB CHOIR

Kabu: « Meilleur opening de l’année, avec une animation incroyable qui te colle au fond de ton siège et qui jusqu’au bout ne te laissera plus le temps de souffler. Une inventivité de tous les instants, qui enchaine les plans tordus, les morphings, les montages incongrus et les couleurs improbables. Certains reprocheront à la chanson d’être un peu simple, avec son décompte de 1 à 100, mais j’ai du mal à ne pas trouver ça hyper pertinent avec la série. Même le final “à la Marvel Studio” est là pour te dire qu’on va envoyer du gros dans ta tête. Et c’est pas comme si l’opening mentait sur la marchandise de ce côté là… »

Pégase: « Comment ne pas s’ébahir devant la pèche visuelle de cet opening qui annonce largement la couleur de la pochette surprise qu’est Mob Psycho 100 ? Petites cuillères contorsionnistes, légumes transformables, couleurs acidulées, il ne nous épargne rien et parvient à rendre ça, d’une transition folle à l’autre, presque cohérent et totalement fascinant à regarder, tout du long du puissant décompte du morceau qui l’accompagne.
Tout particulièrement, on retiendra comme point d’intérêt le premier long cut de la séquence, une superbe scène de background animation traversant une ville aux contours découpés dans le néon, animée par un Yoshimichi Kameda dévoué à nous annoncer la violence des baffes à venir. »

RdNetwork: « En un mot comme en cent (VOUS L’’AVEZ ?), c’est fifou.

Si évidemment il a été reconnu pour son animation folle (et je laisserai des gens plus avertis en parler) moi c’est vraiment un tout qui m’intrigue et me passionne dans ce générique, même musicalement. Cette idée de “compter” qui revient de façon entêtante avec un gros rock bien punchy, c’est efficace et très dans le thème.

Et puis la mise en scène est formidable d’un bout à l’autre, autant les plans de ville du début que le fameux passage avec les “transformations” successives. A l’image de la série, c’est tout aussi fun que puissant, et c’est une belle réussite. »

Kolya: « Avec la participation, fait rare et notable, de l’équipe de la série dans le chœur (chara designer, réalisateur, etc). Initiative excellente maîtrisée de bout en bout »

Shueisha: « ONE! TWO! THREE! FOUR!…

Tout fonctionne tellement dans cet OP !

MOB! MOB! WHAT DO YOU WANT?

Des visuels complètement dingues à la musique qui va sans cesse crescendo en passant par l’animation parfaite…

MOB! MOB! WHERE DO YOU GO?

Un opening fou, barré et absolument brillant !

NINETY-SIX! NINETY-SEVEN! NINETY-EIGHT! NINETY-NIIIIIIIIIIIIIIINE! »

Classement détaillé des trente premiers de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

  • 1/ Mob Psycho 100 – 90pts
  • 2/ Yuri!!! On ICE – 60pts
  • 3/ Kiznaiver – 51pts
  • 4/ Erased – 44pts
  • 5/ Flying Witch – 32,5pts
  • 6/ Jojo’s Diamond Is Unbreakable OP3 – 31pts
  • 7/ Haikyuu 3 – 27,5pts
  • 8/ Flip Flappers – 26pts
  • 9/ Drifters – 24,5pts
  • 10/ Twin Star Exorcist OP2 – 19pts
  • 11/ Sakamoto desu ga? – 17,5pts
  • 12/ Joker Game – 17pts
  • 13/ March Comes In Like A Lion OP1 – 16,5pts
  • 14/ Le Rakugo ou La Vie – 14pts
  • 15/ Sound! Euphonium 2 – 13pts
  • 16/ Kuromukuro OP1 – 11pts
  • 17/ Amanchu! – 11pts
  • 18/ My Hero Academia – 11pts
  • 19/ Anne Happy♪ – 10pts
  • 20/ Tales of Zestiria the X – 10pts
  • 21/ Bungô Stray Dogs – 9,5pts
  • 22/ Your Name – 8,5pts
  • 23/ Occultic;Nine – 8,5pts
  • 24/ Nobunaga no Shinobi OP1 – 8pts
  • 24/ Twin Star Exorcist OP3 – 8pts
  • 26/ New Game! – 8pts
  • 27/ 91 Days – 7pts
  • 28/ Jojo Diamond is Unbreakable OP1 – 7pts
  • 29/ Kabaneri of the Iron Fortress – 7pts
  • 30/ Re:Zero OP1 – 7pts

 



Meilleur générique de clôture

Meilleur ending. Mêmes critères que pour le générique d’ouverture: visuel, musique, originalité, idées, etc

 

5ème place – March Comes In Like A Lion ED1

« Fighter » par BUMP OF CHICKEN

Kabu: « Je suis pas objectif sur 3-gatsu. Mais cet ED me semble franchement très efficace et montre bien à quel point Rei en chie. »

Shin’: « Y’a pas mieux qui pourrait aller avec l’ambiance de l’anime. »

Yoka: « Cet ED, c’est de très beaux visuels sur une musique de Bump of Chicken assez proche de leur travail sur Kekkai Sensen. C’est pas follement original mais ça marche extrêmement bien »

Pégase: « Ce premier ending n’est peut-être pas (correction : surement pas) le générique le plus créatif visuellement de la série, mais il a deux grands atouts qui vont de pair. Le premier : l’image de Rei qui se sort de l’eau. Ça peut sembler anodin, mais la série fait beaucoup usage de l’eau dans son symbolisme, et rarement dans des sens positifs.

Si on le met en parallèle avec l’opening où Rei se retrouve submergé, ce générique de fin s’offre comme une conclusion très positive, ce que l’on peut directement rapporter au titre du second grand atout du générique : Fighter. Un grand cru de BUMP OF CHICKEN, ce morceau est tout particulièrement important dans la série 3-gatsu no Lion, ayant été composé en collaboration avec le manga, où il est lié avec un excellent chapitre omake qui, justement, conclut la première saison de 3-gatsu no Lion. »

Nock: « Direction artistique cool, chanson sympa. Un générique très métaphorique pas déplaisant. C’est dommage que visuellement, il se fasse absolument défoncer par le 2e ED de la série (qui souffre, hélas, du syndrome « visuel qui claque, mais chanson pas top »). Dommage aussi qu’il soit moins chouette que le clip animé de la chanson qui était déjà illustré, lui aussi, par du 3-gatsu no Lion. « 

 

4ème place – Re:Zero ED1

« STYX HELIX » par MYTH&ROID

 

Shrykull: « Effectivement assez unique. Les sprites de tous les personnages de la série défilent, inertes, glacés par la froideur nocturne du fond noir agrémentés de flocons. Si le diaporama n’était pas assez complet, Myth&Roid nous ont livrés leur meilleur auto-tune pour le plaisir de nos oreilles. Que demander de plus, franchement. La direction artistique a atteint des niveaux inégalés. »

Amo: « C’est oui ! En une minute trente, on a une ambiance vraiment forte qui est posée, avec une musique glaçante et bien rythmée, et une direction artiste simple mais efficace, qui sait mettre en avant tous les personnages de la première partie. C’est visuellement agréable, c’est rythmé, ça fonctionne: c’est un oui et ça me permet de ne pas chouiner quand je me rappelle que l’ending de Macross Delta a fini 6e, loin des yeux, loin du top. »

 

3ème place – Erased

« Sore wa Chiisana Hikari no Yôna » par Sayuri

RdNetwork: « Le meilleur réalisateur de génériques de la décennie avec probablement la meilleure chanteuse d’anisong de la décennie aussi. Deal. »

Nock: « Dans la catégorie des génériques arty, celui-ci est, je trouve, plus poussé que le suivant (mais moins puissant musicalement). D’ailleurs, heureusement qu’il y a encore chaque année quelques séries qui se paient le luxe d’avoir des endings qui ont de la gueule, et ne se contente pas de ressembler à la soirée diapo « souvenirs de vacances » de papy. « 

Shin’: « Sayuri commence enfin à avoir de la popularité ! Elle mérite plus ! »

 

2ème place – Occultic;Nine

« Open your mind » par Asaka

Shin’: « Surement une des meilleures musique d’anime de son année. Gros coup de coeur »

Kmeuh: « Occultic;Nine doit sa 2e place à 90% grâce à sa chanson et à son interprète, Asaka. Il faut avouer que “Open your Eyes” rentre très facilement dans la tête avec son rythme assez unique et surtout son refrain (Six, Seven, Nine ~).

Au delà de ça le générique en lui même est aussi très réussi, le chara-design assez ouf de la série aidant beaucoup. »

Poyjo: « J’ai un gros problème avec le clip de la version entière, sa chanteuse est agaçante à regarder, mais à écouter c’est autre chose, un sacré plaisir. Pour la version courte, le visuel est déjà plus amusant et intéressant. Juste ce qu’il faut pour qu’Occultic ;Nine soit un tout harmonieux et bien travaillé même si la série se rate un peu sur l’histoire. « 

Nock: « Une des anison les plus catchy de l’année qui se paie le luxe d’un générique un peu artistique. Visuellement, ce n’est pas mon favori, mais il est un minimum chiadé et sa place dans ce top n’est pas démérité, si vous voulez mon avis. »

Amo: « J’adore la manière dont les previews pour l’épisode suivant sont intégrés dans l’ending. Petit détail, certes, mais ça me fait tripper. »

 

1ère place – Flip Flappers

« Flip Flap Flip Flap » par TO-MAS

Poyjo: « Je ne peux pas m’empêcher de penser à Jinrui wa suitai shimashita quand je vois cet ED mais il a quand même son propre caractère : tout ce qu’il faut pour s’attarder dessus : des personnages adorables, une véritable petite histoire et une musique pour se laisser emporter. »

Nock: « Plus que les belles illustrations, la très mignonne partie animée et cet entêtant refrain (Flip Flap Flip Flap, tmtc), je suis particulièrement fan de la mélodie de la chanson et du choix des instruments qui donne un son très « féérique » à l’ensemble (surtout les quelques notes de vents par ci-part là ou même le carillon final), ce qui est parfait pour accompagner un générique dont l’inspiration graphique tire très largement vers le conte de fées.
Un ED mimi tout plein, joli et enchanteur. Le top ! »

Yoka: « Ending réalisé par le réalisateur de la série avec une musique vachement entrainante et une chouette palette de couleurs, c’est complétement validé »

Pégase: « Pour une série dont le scenario se partage entre le monde réel et des mondes fictifs, le choix d’avoir un ending littéralement séparé en deux parties parallèles a une sorte de sens. En haut, les superbes illustrations emplies de féérie de tanu, en bas, les cycles d’animation rebondissante des espiègleries de Cocona et Papika, et en fond une superbe chanson d’une douceur et d’un rythme me rappellant un tantinet l’ED de Jinrui wa Suitai Shimashita. J’ai juste un bémol : je ne sais pas pourquoi à un moment Cocona se met à hurler d’effroi en boucle, et ça m’inquiète un poil. »

Shrykull: « Il mérite sa place à 200%. Parfaitement exécuté, pour un gros sentiment de nostalgie : rechute en enfance, aux contes fantastiques lus au moment de se coucher, sous une épaisse couette de laine chaude, avec pour seul éclairage une lampe de chevet qui diffuse une lumière douce et tamisée dans la pièce aux poutres de bois ternies par l’âge qui… bref, un générique doux, flottant, avec une pointe de sinistre pour un effet féerique des plus réussis. »

 

Classement détaillé des trente premiers de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

  • 1/ Flip Flappers – 80pts
  • 2/ Occultic;Nine – 59,5pts
  • 3/ Erased – 54pts
  • 4/ Re:Zero ED1 – 41,5pts
  • 5/ March Comes In Like A Lion ED1 – 39pts
  • 6/ Mob Psycho 100 – 38,5pts
  • 7/ Macross Delta ED1 – 27pts
  • 8/ Yuri On Ice – 21pts
  • 9/ Sound! Euphonium 2 – 20,5pts
  • 10/ Jojo’s Diamond is Unbreakable – 16pts
  • 11/ Le Rakugo ou la Vie – 13pts
  • 12/ Re:Zero ED2 – 11,5pts
  • 13/ Kabaneri of the Iron Fortress – 11,5pts
  • 14/ Rewrite – 10,5pts
  • 15/ Space Patrol Luluco – 10,5pts
  • 16/ Concrete Revolutio 2 – 10pts
  • 17/ Sailor Moon Crystal III ED1 – 10pts
  • 18/ Joker Game – 9pts
  • 19/ Magical Girl Raising Project – 8,5pts
  • 20/ Kono Bijutsubu ni wa Mondai ga Aru! – 8,5pts
  • 21/ Gundam Unicorn ED2 – 7pts
  • 22/ Fune wo Amu – 7pts
  • 24/ Kiznaiver – 7pts
  • 25/ Gakuen Handsome – 6,5pts
  • 26/ Keijo!!!!!!!! – 6,5pts
  • 27/ Dimension W – 6,5pts
  • 28/ Lostorage Incited WIXOSS – 6pts
  • 29/ Drifters – 5pts
  • 30/ Love Live Sunshine – 4,5pts


Meilleure bande originale

Meilleure bande originale pour une série

5ème place – Kabaneri of the Iron Fortress

Compositeur: Hiroyuki Sawano

Extrait choisi: « VIVALABIBA »

Shrykull: « Encore une fois, une très bonne OST signée Sawano. Avec 16 pistes d’au moins 4 minutes chaque, elle arrive à être assez variée non pas forcément dans ses styles, mais dans ses sonorités : on peut aussi retrouver du 8-bit dans JAnoPAN, la quiétude de sons de locomotive dans noname, ou encore l’inspiration totalement orientale de VIVALABIBA. Le tout donne une véritable identité à la musique de Kabaneri, beaucoup plus marquée que, disons, celles de Blue Exorcist ou Seraph of the End. Tout ça pour rappeler pour la énième fois que oui, Sawano a un style propre, non, c’est pas “toujours la même chose”.

Un dernier mot sur le fait que Sawano tire toujours un excellent parti des chanteurs avec lesquels il travaille, que ce soit des chansons fortes avec Eliana et Mika Kobayashi, entraînantes avec Benjamin Anderson et mpi, ou émotives avec Cyua. Avec même un peu d’Aimer pour compléter le tableau. Seul regret : la musique est sans doute le point le plus réussi de l’anime. »

Kmeuh: « Sawano à la compo, ça donne toujours une OST qui défonce. Kabaneri ne déroge pas à la règle et sauve un petit peu la médiocrité de l’anime blockbuster de l’année. »

lololeboiteux: « Pour un anime d’action, du Sawano ça fait toujours le café. »

4ème place – Jojo’s Bizarre Adventure: Diamond is Unbreakable

Compositeur: Yugo Kanno

Extrait choisi: « The Hand »

Shrykull: « La dimension musicale et sonore de JoJo:DiU est exceptionnelle. Et ce n’est pas dû uniquement au talent de composition de Yugo Kanno, mais aussi à Yoshizaku Iwanami, le chef-monteur son de l’anime, soit la personne qui s’occupe de la synchronisation des dialogues, effets sonores, ambiance et musique avec l’image. Et cette personne a fait un boulot fantastique à ce niveau. D’une part avec la synchro musicale, on l’on a bien senti le travail avec Kanno, qui aura particulièrement fait briller le thème tout en contraste de Yoshikage Kira. Mais surtout avec les effets sonores des stands, par exemple, les miaulements extrêmement distordus et saturés à chaque explosion/apparition de Killer Queen, ou les “dubstep fart” de The Hand (et The World dans le précédent anime).


De retour à l’OST proprement dite, Yugo Kanno a mis la barre plusieurs crans au-dessus de ce qu’il avait composé pour Stardust Crusaders. On y trouve des morceaux qui transmettent à merveille l’ambiance de tranche de vie mêlée de mystère de cette partie 4, tels que Courage ou Searcher, mais le plus intéressant se trouve dans les nombreux thèmes des personnages, qui sont particulièrement recherchés, bien composés, et ajoutent une vraie dimension à la narration. Les plus marquants, Killer et Another Face, Another Mind, les thèmes respectifs de Kira et Kawajiri, sont formidables dans leur manière de retranscrire la personnalité et l’histoire des personnages en question, en jouant énormément sur le contraste, la dualité et les leitmotifs. Bref, il y a une véritable profondeur dans cette bande son, qui ne se contente pas d’accompagner l’image, mais raconte une histoire au même niveau »

Poyjo: « Yugo Kanno a encore fait du Yugo Kanno. Une reprise bête des thèmes de la partie 3 avec un peu d’improvisation. Alors bien entendu c’est génial et ça marche très bien mais hormis le thème de Kira, l’OST de cette partie n’invente rien du tout et j’aurai aimé plus de surprises et de thèmes marquants. « 

Shueisha: « Elle se fait plus discrète que dans les autres saisons, mais ça n’empêche pas d’avoir quelques thèmes mémorables. Puis même internet y a trouvé satisfaction.

Mori, Mori, Mori, Moriii~.. »

Lua: « BREAKDOWN BREAKDOWN ! Dès les premiers trailers, la nouvelle partie de JoJo annonçait la couleur de son OST très fin des 90s, et aura tenu jusqu’au bout un certain groove qui donne fortement envie de se trémousser. DORA ! »

3ème place – Macross Delta

Compositeur: Mina Kubota

Extrait choisi: « Ikenai BORDERLINE »

Shin’: « Meilleur que Macross Frontier. (Ceci n’est même pas un troll) »

lololeboiteux: « Une place un peu surprenante même pour le fanboy que je suis mais qui s’explique par de très bonnes chansons qui restent longtemps en tête. »

Pégase: « Le grand atout de la série, avec Freyja. Maintenant à chaque fois que quelqu’un prononce « delta » ou « valkyrie », mon cerveau me contraint à réécouter Ikenai Borderline. C’est un syndrome avec lequel j’ai aucun problème à vivre. »

Yoka: « Seule et unique position de Macross Delta dans tout ces Prix Minorin, ce qui est une belle chute quand on repense aux bonnes places qu’avaient fait Frontier pendant les Prix Minorin de 2008 (dans un univers où il y avait des Prix Minorin en 2008). Ceci étant dit, les musiques de Delta sont biens, rien à redire là-dessus.   « 

2ème place – Yuri!!! on ICE

Compositeurs: Taku Matsushiba & Tarou Umebayashi

Extrait choisi: « Yuri on Ice »

AxelTerizaki: « Le thème de King J.J. est diabolique. Méfiez-vous. »

Yoka: « Au fond de mon cœur, je considère que cette 2e place, elle est là pour le thème de JJ, que j’ai écouté beaucoup trop de fois depuis l’épisode 11 de la série. Parce que hé, les musiques de YoI, j’avoue, je m’en souviens plus ouf. Les gens ont voté parce que les morceaux utilisés pendant les chorégraphies sont biens, j’avoue j’ai fait pareil, mais si quelqu’un vient me voir et me fait « Yoka, tu dois parler de la musique de fond de Yuri on Ice », je serai absolument pas quoi dire. »

1ère place – Sound! Euphonium 2

Extrait choisir: « Jinsei no Satetsu »

Kabu: « inb4 débats à la con pour savoir si les morceaux classiques joués dans Eupho sont bien à considérer comme une OST »

Amo: « Pour rappel, des titres comme Mikazuki no Mai sont des titres originaux et non des reprises de grands classiques, comme je le croyais moi même à une époque pas si lointaine. J’apprécie beaucoup, une nouvelle fois, la bande originale de l’animé et particulièrement le soin apporté aux moindres détails: les différences entre le Mikazuki no Mai de la s1 et celui de cette s2 sont discrètes mais existantes et illustrent magistralement l’évolution du club de fanfare. Une belle narration par la musique. »

Poyjo: « Plus marquant et moins posé que celui de la 1re saison, il colle beaucoup mieux aux différents évènements de la saison 2. Akito MATSUDA réalise sa meilleure composition et celle qui le fait sortir du lot. Pourtant pas sûr qu’il mérite sa 1re place, il y a beaucoup de reprises de la 1re série notamment pour les morceaux de la fanfare. « 

YamaKyu: « Qui d’autre. Au-delà de l’OST même, je voulais pointer du doigt que j’avais trouvé Hibike! Euphonium 2 assez impec au niveau du son en général ; ça inclut la musique bien entendu, mais aussi le mixage des différents éléments sonores et le montage son. Je fais sans doute une fixette dessus, mais à la fin de mon visionnage j’avais clairement en tête que le son dans l’anime était exceptionnellement *juste*, par rapport à ce à quoi je suis habitué dans la japanime. Et je me la fais pas souvent cette remarque. Du coup voilà.

Also, anecdote : Mikazuki no Mai, depuis l’épisode 5, c’est mon réveil matin. Et fichtre en 23 ans de vie c’est la première fois que j’ai un réveil matin qui me donne 1/ pas envie de détruire le monde 2/ actually envie de me lever 3/ une patate pareille. Je suppose que l’intensité dudit épisode 5 rajoute une sorte d’effet placebo à la musique, mais je me dis que d’elle-même cette pièce fonctionne bien. P’t’être que toutes ces variations d’intensité facilitent le réveil, je sais pas, mais le fait est que c’est de loin le *meilleur* réveil que j’ai jamais eu. Voilà ça vous fait sans doute une belle jambe mais je tenais à partager ceci, des fois qu’il y ait du monde qui ait du mal à se lever le matin.  »

Classement détaillé des trente premiers de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

  • 1/ Sound! Euphonium 2 – 50,5pts
  • 2/ Yuri!! on ICE – 45,5pts
  • 3/ Macross Delta – 26pts
  • 4/ Jojo’s Bizarre Adventure Diamond is Unbreakable – 22,5pts
  • 5/ Kabaneri of the Iron Fortress – 22,5pts
  • 6/ Haikyû 3 – 22pts
  • 7/ Mob Psycho 100 – 20pts
  • 8/ Flip Flappers – 19,5pts
  • 9/ Grimgar – 17,5pts
  • 10/ Gundam Unicorn – 17pts
  • 11/ Your Name – 15pts
  • 12/ Amanchu! – 14,5pts
  • 13/ Tonkatsu DJ Agetaro – 13pts
  • 14/ Re:Zero – 12,5pts
  • 15/ ClassicaLoid – 12pts
  • 16/ My Hero Academia – 11pts
  • 17/ March Comes In Like A Lion – 11pts
  • 18/ Le Pacte des Yokai saison 5 – 9pts
  • 19/ Gundam Iron-Blooded Orphans 2 – 9pts
  • 20/ Erased – 8,5pts
  • 21/ Tanaka-kun wa Itsumo Kedaruge – 8,5pts
  • 22/ Aikatsu! Stars – 7,5pts
  • 23/ Thunderbolt Fantasy – 6 pts
  • 24/ Drifters – 5,5pts
  • 25/ Mahotsukai Precure – 4,5pts
  • 25/ Twin Star Exorcist – 4,5pts
  • 25/ Ajin – 4,5pts
  • 28/ Phoenix Wright Ace Attorney – 4,5pts
  • 29/ Le Rakugo ou la Vie – 4pts
  • 30/ Kiznaiver – 4pts


Meilleur seiyû

Doubleuses et/ou doubleurs qui vous ont le plus marqués cette année de part la qualité de leurs prestations, que ce soit sur un rôle bien précis ou sur l’ensemble de 2016.

5ème place – Yamadera Kouichi

Sukeroku Yuurakutei dans Le Rakugo Ou La Vie

RdNetwork: « Un bel hommage quoique tardif à ce qui est un grand bonhomme du doublage d’anime (Spike dans Bebop, bordel) et pilier du secteur dans les années 2000. Mais évidemment que Sukeroku de Rakugo Shinjuu se devait d’y être, transmettant à chaque instant sa passion comme sa nonchalance. Et ce même si c’est son seul vrai rôle de l’année. « 

4ème place – Inori Minase

  • Rem dans Re:Zero
  • Chidori dans Nobunaga no Shinobi
  • Jun dans Jun, la Voix du Coeur
  • Ruruka Endô dans Danganronpa 3
  • Shamille dans Alderamin on the Sky

Poyjo: « C’est toujours un malheur de se dire qu’elle a gagné sa place grâce à son joli visage et à sa participation dans Re :Zero alors que son rôle dans Jun, la voix du cœur est beaucoup plus marquant et intéressant. Foncez le voir quand il sera dispo en bluray/dvd. « 

RdNetwork: « Future star à n’en pas douter. Des rôles principaux des animes late-night depuis quelques années et déjà une polyvalence de voix. Elle le mérite. »

Lua: « La jeune seiyû continue de décoller cette année, notamment avec son rôle de Jun dans Jun la voix du cœur et Rem dans Re :Zero Kara Hajimeru Isekai Seikatsu.

Dans les deux cas, son jeu d’actrice est excellent et lié de près à toutes les émotions que réussissent à nous faire transmettre ces sublimes personnages. »

Pégase: « Elle a doublé l’adorable Chidori de Nobunaga no Shinobi et la combattante Ashita no Joe-esque Fuuka Reventon dans ViVid Strike!, mais ne nous faisons pas d’illusions, c’est pour le rôle de Rem dans Re:Zero kara Hajimeru Isekai Seikatsu qu’elle se retrouve ici. Et, franchement ? Ça me dérange pas du tout. Bien ouéj. »

3ème place – Hiroshi Kamiya

  • Koyomi Araragi dans Kizumonogatari
  • Saiki Kusuo dans Saiki Kusuo no Psi-nan
  • Masashi Nishioka dans Fune wo Amu
  • Ranpo Edogawa dans Bungo Stray Dogs

Pégase: « Soit sa fanbase a voté automatiquement pour lui (moi y compris, j’avoue), soit beaucoup plus de gens que gens ce que je croyais ont vu Saiki Kusuo no Ψ-nan, une petite comédie vraiment hilarante où il joue très bien le rôle principal, un jeune homme disposant de pouvoirs psychiques tellement surpuissants que absolument tout l’ennuie. Tant qu’on y est, il est aussi très bon dans le rôle de Masashi Nishioka de Fune wo Amu, le collègue extraverti et dynamique du personnage principal »

RdNetwork: « Nous sommes en 2056. Hiroshi Kamiya est toujours 4ème des Prix Minorin présentés par Cyber-Amo et Yoka-bot. A son actif, la 3ème rediffusion d’Owarimonogatari, et son rôle de “mec prétentieux mais cool” dans 63 animes cette année. »

2ème place – Akira Ishida

  • Yurakutei Yakumo dans Le Rakugo ou la Vie
  • Eishi Tsukasa dans Food Wars

Poyjo: « J’étais tellement habitué à le voir jouer le rôle des gars cools, confiants et prétentieux. Rakugo sera certainement un des points d’orgue de sa carrière et en regardant la série on comprend rapidement pourquoi. Ce sera quand même toujours pour moi le doubleur de Katsura de Gintama et de Natori dans Natsume Yuujinchou.  « 

Yoka: « Doubler un conteur de Rakugo, ça demande déjà d’avoir un panel et une variation dans sa voix assez incroyable. Doubler un conteur de Rakugo sur l’ensemble de sa vie, de son enfance à sa vieillesse, c’est probablement un rôle d’une difficulté et d’une exigence rare. Akira Ishida y arrive avec brio et donne en plus l’impression que c’est facile. Vraiment un grand nom. »

Shin’: « Il a tellement monté dans mon estime (alors qu’il était déjà bien haut) après Rakugo ! »

Pégase: « Si le fameux seiyuu a été aussi prolifique cette année que les années présence, il y a une raison claire pour laquelle il est ici en seconde position : son rôle de Yakumo Yurakutei VIII dans Shouwa Genroku Rakugo Shinjuu. Dans la première saison diffusée en 2016, on suit le personnage, un comédien de rakugo (un art du spectacle populaire japonais), tout le long d’une carrière qui s’étend sur au moins cinquante ans.

Non seulement Ishida parvient à s’approprier les rakugo de l’artiste (sachant que c’est un art qui repose beaucoup sur la voix), il se glisse dans la peau d’un personnage stoïque qui au fil de sa longue carrière va connaître bien des évolutions, et retranscrit tout ça avec justesse. Même si vous le connaissez pour d’autres rôles, en regardant Shouwa Genroku Rakugo Shinjuu vous n’aurez à aucun moment l’image de ceux-ci en tête, tant son interprétation de Yakumo Yurakutei est puissante et pleine de personnalité. »

1ère place – Tomoyo Kurosawa

  • Oumae Kumiko dans Sound! Euphonium 2

Pégase: « Une vidéo YouTube de 22 minutes sortie il y a cinq mois, intitulée « Every Kumiko Noise », a aujourd’hui près de 50 000 vues. Ce n’est pas assez. »

Yoka: « 2016 ne fut pas une année très chargée pour Tomoyo Kurosawa mais lol whatever, je l’ai mise numéro 1 de mes top uniquement pour le rôle de Kumiko. La performance vocale de la seiyuu pendant la série a été absolument incroyable et est d’autant plus impressionnante qu’il est très facile de juger l’énorme progression qu’elle a fait en doublant le personnage entre la saison 1 et la saison 2. « 

Shueisha: « Alors moi les seiyuu, c’est pas mon truc, mais pour le coup, j’avais en effet remarqué que quelque chose se démarquait dans son jeu d’acteur. Il y avait en effet une certaine maturité dans dans la voix de Kumiko, une approche réaliste qu’on a peu l’habitude de voir dans l’animation japonaise (apparemment, ce serait une volonté du studio). Ça insufflait vraiment quelque chose au personnage, une crédibilité instantanée et rafraîchissante pour une série qui en avait bien besoin. »

YamaKyu: « Also très chouette -léger- changement de ton pour Kumiko par rapport à la première saison d’Hibike! Euphonium. C’était léger et un peu surprenant au tout début, mais finalement ça collait vraiment bien à l’évolution de Kumiko, devenue plus mature. »

Classement détaillé et complet de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

  • 1/ Tomoyo Kurosawa – 45pts
  • 2/ Akira Ishida – 34,5pts
  • 3/ Hiroshi Kamiya – 22pts
  • 4/ Inori Minase – 19pts
  • 5/ Kouichi Yamadera – 17,5pts
  • 6/ Takahiro Sakurai – 16pts
  • 7/ Jun’ichi Suwabe – 15pts
  • 8/ Yuusuke Kobayashi – 14pts
  • 9/ Reina Ueda – 12pts
  • 10/ Minori Suzuki – 11pts
  • 11/ Mone Kamishiraishi – 10pts
  • 12/ Saori Hayami – 9,5pts
  • 13/ Aoi Yûki – 8pts
  • 14/ Rie Takahashi – 8pts
  • 15/ Kazunari Takada – 7pts
  • 16/ Ayane Sakura – 6pts
  • 17/ Rina Endou – 6pts
  • 18/ Anzai Chika – 6pts
  • 19/ Daisuke Ono – 5,5pts
  • 19/ Miyuki Sawashiro – 5,5pts
  • 19/ Megumi Hayashibara – 5,5pts
  • 19/ Yuuichi Nakamura – 5,5pts
  • 23/ Yuki Kaji – 5pts
  • 24/ Ai Kayano – 4,5pts
  • 25/ Minako Kotobuki – 4pts
  • 26/ Hikaru Midorikawa – 3,5pts
  • 27/ Tasuku Hatanaka – 3pts
  • 28/ Miyano Mamoru – 3pts
  • 29/ Kana Hanazawa – 2,5pts



Personnage masculin le plus insupportable

 

5ème place – Katsuhira Agata

Kiznaiver

Shrykull: « Inouï : un personnage sans émotions, c’est inintéressant pour les uns et énervant pour les autres. Et ce n’est pas en gagner qui aura beaucoup fait changer la donne. »

Shueisha: « Bonjour, je suis un personnage vide qui se contrefout de ce qui se passe autour de lui. Et je suis le personnage principal de mon anime. »

RdNetwork: « Je me sens très triste, mais d’un côté je suis à peu près la seule personne saine d’esprit à avoir apprécié la globalité des personnages de Kiznaiver. Il a certes ce côté très “détaché de la situation” en permanence, mais un vrai rôle plutôt touchant. Mais bon, ça reste une tête à claques (surtout au début). »

 

4ème place – Kakeru Naruse

Orange

 

 Yoka: « Il est mort dans le manga, il est mort dans l’animé, il est mort dans les Prix Minorin. Découvrez son histoire, ses secrets et ses plus grands échecs. »

Amo: « Being Kakeru is suffering. C’est terrible parce que plus j’essaie de comprendre pourquoi les gens ont votés Kakeru, moins j’y arrive. Alors oui, son caractère suicidaire et dépressif n’est pas ultra emballant, alors oui on pourrait rager de le voir se morfondre sur lui-même et jamais chercher du soutien auprès de ses amis… Mais le problème c’est que effectivement si il est aussi peu agréable à suivre c’est justement à cause de sa dépression, qui est une maladie qui, comme le montre l’anime, m’amène que peu à des choix agréables et raisonnés. Donc oui, on peut le détester et le trouver insupportable mais… il n’est que la victime dans l’histoire. »

 

3ème place – Kuzu-P

Gi(a)rlish Number

Yoka: « C’est la réincarnation de Taro de Shirobako qui est mort pour nos pêchés. J’ai allumé une cierge en son honneur (virtuellement, j’ai pas réellement de cierges chez moi). »

Pégase: « Si vous avez déjà travaillé en groupe dans n’importe quel contexte, surtout pendant vos études ou au travail, le personnage de Kuzu-P ne peut que vous être viscéralement insupportable. Quand un personnage peut à lui seul te faire détester une série pourtant pas si mal, tu sais que tu tiens un bon gros connard. »

AxelTerizaki: « Vous voyez Tarô de Shirobako ? Imaginez les dégâts qu’il pourrait faire s’il avait un rôle à responsabilité, et vous avez Kuzu-P. « 

Poyjo: « Vous ne l’avez pas compris ! Rendez l’argent de vos abonnements ! Cet homme est bon et brave. L’incarnation du rêveur qui est en nous, doté d’une confiance débordante et qui cherche l’autosuffisance plutôt que le travail acharné. Repentez-vous, fils et filles du mauvais gout ! « 

 

2ème place – Ranta

Grimgar

 

AxelTerizaki: « Heureusement que c’était pas le personnage principal. Parce qu’il ya  pire que les relous : les relous prétentieux. »

YamaKyu: « Heureusement qu’il a eu son moment de gloire positive parce que sinon y’avait pas grand-chose à sauver. Bon maintenant on va pas se mentir, Ranta a pas volé sa place ici hein, parce que jusqu’à ce moment plutôt positivement inattendu de l’anime, Ranta n’avait l’air d’exister que pour être un connard infini. Le seul autre moment où sa présence était un élément positif je pense, c’était au tout début de l’anime quand le groupe de protagoniste bute leurs premier goblin. Au-delà de tout ça, je me serai mieux porté s’il n’existait pas je pense »

Pégase: « Au final pas un si mauvais gars que ça, il est surtout bien trop bruyant pour son propre bien. »

Nock: « Ah ah, j’ai eu envie de le voir mourir dans d’atroces souffrances pendant une bonne partie de la série. Ça s’est un peu calmé à la fin, mais je ne sais pas si c’est que je m’y suis habitué où s’il devient vraiment moins chiant. »

Shrykull: « Agaçant, lourd et légèrement sexiste sur les bords, il n’en reste pas moins attachant malgré tout. D’autant que c’est parfois le seul à avoir suffisamment de bon sens pour rappeler à la réalité les autres protagonistes, alors qu’ils se morfondent sans but. C’est un bon personnage, plus intéressant qu’il n’en a l’air. »

Pencia: « Un très bon padawan du 1er de ce classement ! »

 

1ère place – Subaru Natsuki

Re:Zero

Aldherrian: « Subaru m’a fait accrocher à ReZero sur les 4 premiers épisodes. Subaru m’a fait drop ReZero à l’épisode 13. »

AxelTerizaki: « C’est assez rare que j’aie envie de baffer un personnage autant. Il n’a jamais pris les bonnes décisions au bon moment. Mais vous savez ce qui est le plus insupportable ? Qu’il reste parfaitement cohérent avec lui-même dans sa connerie, et qu’au final ça en fasse un personnage attachant. »

lololeboiteux: « Un vrai succès de design de personnage énervant : récompense mérité »

Kabu: « Le gros problème de Re:Zero c’est que la quasi-totalité du cast est totalement inepte et insupportable. Dans le lot, Subaru est très loin d’être le pire. Il est même un des rares à avoir une véritable évolution. Mais bon, on sait tous que s’il est à cette place, c’est surtout parce qu’il a le tort d’aimer quelqu’un sincèrement au lieu de vouloir faire du sexe avec la première maid qui passe… »

Kmeuh: « Au début, c’est vrai qu’il est ULTRA pète-burnes à toujours chouiner, à se prendre pour le meilleur et à prendre tout le monde de haut.
Heureusement, la réalité lui revient dans la gueule et il grandit petit à petit dans sa tête jusqu’à avoir un final plutôt bon. »

Pencia: « Une place largement méritée ! Comme souvent sur ce genre d’anime, le héros masculin est insupportable même si au fond on finit par l’apprécier quand même (peut-être ?). Crises existentielles faites de visages déformés et à grands cris garanties ! « 

Pégase: « Il a préfère Emilia à Rem. Je crois qu’on a tout dit. »

Shrykull: « Sans le passage où ses défauts et sa mentalité erronée sont exposés au grand jour, et où il échoue tout ce qu’il entreprend, il aurait probablement été nominé dans les meilleurs personnages masculins. C’est un fantastique personnage qui prend à contrepied le concept de Gary-Stu, mais j’imagine que ce ne plaît pas à tout le monde… »

Classement détaillé des trente premiers de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

  • 1/ Subaru Natsuki (Re:Zero) – 52pts
  • 2/ Ranta (Grimgar) – 34,5pts
  • 3/ Kuzu-P (Girlish Number) – 29,5pts
  • 4/ Kakeru Naruse (Orange) – 28,5pts
  • 5/ Katsuhira Agata (Kiznaiver) – 27pts
  • 6/ Yoshio Amayadori (Kuma Miko) – 25pts
  • 7/ Mitsumune Sakai (Mayoiga) – 25pts
  • 8/ Gamon Yuuta (Occultic Nine) – 21,5pts
  • 9/ Harada Takumi (Battery) – 21pts
  • 10/ Katsuki Bakugô (My Hero Academia) – 20,5pts
  • 11/ Iok Kujan (Gundam IBO 2) – 20pts
  • 12/ Betelgueuse (Re:Zero) – 19pts
  • 13/ Biba (Kabaneri) – 17,5pts
  • 14/ Tsukamoto Tsukishi (Days) – 14pts
  • 15/ Gaku Yashiro (Erased) – 12pts
  • 16/ Shigekiyo Yangû (Jojo DIU) – 11pts
  • 17/ Suzaku Ichiya (Qualidea Code) – 11pts
  • 18/ Satomi Kô (Lostorage WIXOSS) – 9,5pts
  • 19/ Eiji Hoshimiya (Big Order) – 9pts
  • 20/ Yuri Pitsetsku (Yuri on Ice) – 9pts
  • 21/ Mineta (My Hero Academia) – 8,5pts
  • 22/ Ikoma (Kabaneri) – 8,5pts
  • 23/ Yoshiharu Hisomu (Kiznaiver) – 8pts
  • 23/ JJ Leroy (Yuri on Ice) – 8pts
  • 25/ Kô Nakano (Ajin) – 8pts
  • 26/ Julius Euclius (Re:Zero) – 7pts
  • 27/ Hayato (Mayoiga) – 7pts
  • 28/ Akutagawa Ryuunosuke (Bungo Stray Dogs) – 6,5pts
  • 29/ Fav (Magical Girl Raising Project) – 5,5pts
  • 30/ Yuu Takezono (Sansha Senyou) – 5pts



Personnage féminin le plus relou

5ème place ex-aequo – Haruka Nanami

Uta no Prince-sama Maji Love Revolutions

Apey: « Avec 7 de plus, Nanami en est maintenant à 18 personnages dans son harem. Dans cette saison, elle est très mise en retrait au profit de la rivalité entre STARISH et HEAVENS. Elle ressemble donc encore plus à un bout de viande sans cervelle que les personnages veulent s’accaparer… »

Pencia: « Mais qui regarde Uta No Prince-sama pour Haruka ? »

Pégase: « Je trouve les gens trop sévères avec Haruka : elle est juste la contrepartie féminine d’un personnage principal masculin standard de visual novel, avec ce que ça implique niveau caractère creux. Mais en plus elle est une compositrice talentueuse et elle a des yeux jaune-verts absolument fascinants (c’est spécial, admettons), donc je pardonne. »

5ème place ex-aequo – Izetta

Izetta

YamaKyu: « Welp, à défaut d’être un perso chouette, Izetta est quand même le sujet de pas mal de gifs assez *formidables*. Elle est euh, un peu superficielle si on veut. »

Yoka: « Salut, c’est moi Yoka, je suis sûr que vous étiez là « Il rage pas beaucoup Yoka dans ses commentaires ». Là, je rage. Izetta est un personnage que j’apprécie bien, avec une bonne évolution qui est en fait assez digne d’un personnage principal de Shonen puisqu’elle passe de jeune fille faible avec des pouvoirs qui admire son crush à une fille badass qui se bat pour des causes qui lui sont chers, genre libérer son pays des nazis. Mais ouais, sûr, c’est plus facile de juger un personnage parce que « oh lol regardez, c’est le 1er épisode mais elle sait pas utiliser sa magie » que de regarder la série pour voir son évolution. »

Amo: « Je plaide coupable, je l’avais mis haut dans mes votes ce qui, classement serré oblige – on a 4 personnages en un point -, a contribué à la propulser dans le top 5. Je plaide d’autant plus coupable que lorsque j’avais voté j’en étais au 9e épisode de l’animé et que, jusque là, le personnage m’avait constamment enervé: incapable de se prendre en main, ne possédant aucune évolution dans son caractère et limitée à deux éléments: son admiration pour Finé et sa poitrine, qui était l’objet de beaucoup trop de gags médiocres. Seulement, et c’est là que j’ai un peu du regret, le personnage se sort les doigts dans la dernière ligne droite et devient la figure badass et déterminée qu’on voulait depuis le début. »

4ème place – Lovepon

Mayoiga

Pégase: « Sortir Lovepon du pot de l’enfer qu’est Mayoiga revient à admettre qu’il y a dans Mayoiga des personnages moins insupportables que les autres. Je ne suis pas de cet avis. Pour tout le cast de la série : peine capitale. »

Poyjo: « Je ne comprends pas ce que peut bien faire ici ce magnifique personnage du brillant Mayoiga. Aucun des personnages de la meilleure série de l’univers tout entier ne peut être mauvais. Il fallait apprécier son charme, ses mimiques, son regard ravageur quand elle s’apprête à craquer et la manière courageuse avec laquelle elle fuit ses peurs. « 

 

3ème place – Chitose Karasuma

Gi(a)rlish Number

Pégase: « Plus smug que Londres en décembre 1952. Bon, d’un autre côté, j’admets que c’est un peu une connasse, mais je la trouve marrante. »

AxelTerizaki: « L’héroïne qu’on aime détester. Il faut dire qu’elle fait rien pour se faire aimer et est très bien placée dans ce topc. Après je crois qu’on a tous un peu de mal avec ce genre de personnage, clairement fait pour être détesté, contrairement à d’autres où l’auteur ne le fait même pas exprès. »

Amo: « Plus tolérable que Hachiman. »

 

2ème place – Naho Takamiya

Orange

Kabu: « Yo t’as une lettre qui vient du FUTUR avec écrit tout ce qui va se passer dans les prochaines semaines. Et tu en lis une page chaque jour juste histoire de savoir la météo du lendemain ? T’es complètement conne ou bien ? Et puis n’en parle pas à tes potes qui pourraient t’aider surtout…

Ce personnage est tellement amorphe et blobesque qu’on a littéralement secoué nos écrans pour essayer de le bouger. »

Yoka: « Deux persos d’Orange dans les top des personages chiants, woh, je m’y attendais pas forcément. Le manga a vraiment bien marché, aussi bien en France qu’au Japon, et beaucoup de gens en disaient beaucoup de bien. Probablement cela dit parce que les gens qui en sont fans sont des gens qui n’ont jamais lu un Shoujo dans les 10 dernières années à cause d’apriori ridicules et ont cru qu’Orange était une révolution dans le monde du Shoujo, ce qui n’est en rien le cas. Mais bon, pour avoir lu le manga, ça va, c’était sympa et sa MC ne méritait peut-être pas ça ? Elle est bien plus proactive et intéressante que Kakeru et même si ça n’en fait pas pour autant un bon personnage, je suis loin de l’avoir trouvée relou. »

 

1ère place – Ryoka Narusawa

Occultic;Nine

Pégase: « Donnez à un personnage des seins plus grands que deux fois sa tête, faites-le sauter sans arrêt un premier plan face caméra, et rajoutez-lui un comportement de décérébrée, vous obtenez Ryoka.

A côté de ça, Ai-chan de Getsuyoubi no Tawawa passe pour un personnage pour intellectuels. »

Yoka: « Ouais hein. Occultic;Nine est rempli de personages qui, même s’ils ne sont pas forcément agréables à suivre, sont intéressants dans leur construction et leur traitement. Mais pas la MC qui est terriblement chiante et que même son évolution et les révélations qu’elle apporte ne permettent pas de rendre agréable. Sa 1re place est terriblement méritée »

YamaKyun: « J’ai pas maté l’anime en entier pour plein de raisons mais de mémoire tu étais une des raisons principales de mon drop. Maintenant que la série est finie, je te le redemande : pourquoi existes-tu, quel est le pourquoi du comment de ta présence dans l’anime (et de ton design) »

Ritsu Fujiwara: « J’avoue avoir du mal à comprendre la place de Ryoutasu, bien qu’elle soit en retrait durant la majorité de l’animé, ses répliques et sa bonne humeur diffuse une petite dose de comique tout au long de la 1ère partie ce qui détend un peu l’atmosphère pesante de l’anime. Puis lors de la 2ème partie le changement de personnalité, le tout accompagné par la prestation de la seyiu et par le gain d’importance du personnage ne la rend que plus intéressante. »

Shin’: « Boobs. Toujours plus de boobs. »

Classement détaillé des trente premiers de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

  • 1/ Ryoka Narusawa (Occultic Nine) – 48pts
  • 2/ Naho Takamiya (Orange) – 32pts
  • 3/ Chitose Karasuma (Girlish Number) – 24pts
  • 4/ Lovepon (Mayoiga) – 21,5pts
  • 5/ Izetta (Izetta) – 16pts
  • 5/ Haruka Kanami (Uta no Prince-sama) – 16pts
  • 7/ Chidori Takashiro (Kiznaiver) – 15pts
  • 8/ Rem (Re:Zero) – 15pts
  • 9/ Noriko Sonozaki (Kiznaiver) – 15pts
  • 10/ Snow White (Magical Girl Raising Project) – 13pts
  • 11/ Papika (Flip Flappers) – 12pts
  • 12/ Mai Kawakami (Myriad Colors) – 11pts
  • 13/ Asuka Tanaka (Euphonium 2) – 10pts
  • 13/ Mikumo Guynemer (Macross Delta) – 10pts
  • 15/ Lulu (Myriad Colors) – 10pts
  • 16/ Aqua (KonoSuba) – 9pts
  • 17/ Nene Sakura (New Game) – 9pts
  • 18/ Mumei (Kabaneri) – 9pts
  • 19/ Priscilla Barielle (ReZero) – 8pts
  • 19/ Béatrice (ReZero) – 8pts
  • 21/ Rena Kariu (ReLIFE) – 7pts
  • 22/ Lise Hohenstein (Schwarzesmarken) – 7pts
  • 23/ Hinazuki Akemi (Erased) – 6pts
  • 24/ Erika (fate/kaleid prisma ilya 3) – 6pts
  • 25/ Nico Niiyama (Kiznaiver) – 6pts
  • 26/ Masaki (Mayoiga) – 5,5pts
  • 27/ Mari Tsutsui (Nijiro Days) – 5pts
  • 27/ Felt (ReZero) – 5pts
  • 29/ Erina Nakiri (Food Wars 2) – 4,5pts
  • 29/ Ako Tamaki (Netoge) – 4,5pts


Technique la plus à la ramasse

Plans fixes, animation saccadée, dessins baclés, musique en MIDI… ce prix revient aux animes dont la forme ruine le fond.

5ème place – Qualidea Code

Pégase: « La fin du combat de l’épisode 4 est facilement l’une des scènes les plus misérablement mal animées (si on peut appeler ça « animé ») que j’ai pu voir de l’année. La série n’arrive à partir de là plus jamais à avoir l’air propre du point de vue de la technique, et le truc drôle c’est que c’est même pas ce qu’il y a de pire dans la série. « 

Yoka: « Je suis allé jusqu’au bout de Qualidea Code. Parce que de base, j’apprécie vachement le CharaDesign parce que Matsuryun est un illustrateur que j’aime beaucoup. Mais non, jusqu’au bout, la série aura été techniquement et visuellement un désastre (narrativement aussi mais c’est pas la question). La série aura multiplié les off-models au point que je finisse par oublier à quoi sont censés ressembler les personnages, l’animation est aux abonnées absentes. La seule chose à sauver, c’est possiblement les sfx mais qui sont juste quelconques plutôt que désastreux. Bref, circulez, y’a rien à voir. »

4ème place – Gakuen Handsome

Shin’: « Ouais, c’pas faux mais bon… C’est son point fort ! »

Shrykull: « “Je n’ai pas compris le but de Gakuen Handsome”
Non sérieusement les mecs, l’anime était super original dans sa manière de toujours trouver le moyen de faire pire comme animation. Regardez l’ED, c’est un chef d’oeuvre sur ce plan. »

Amo: « J’ai sous-estimé le taux de premier degré du jury. »

 

3ème place – Berserk

Nock: « « Eh, les gars, j’ai une idée géniale ! Pour cette série un peu attendue, si on prenait un petit studio qui n’a jamais bossé que sur des séries courtes à l’apparence totalement fauchée ! Qu’est-ce qui pourrait mal se passer ? » »

Yoka: « Berserk a pris pour avoir réalisé un animé en full 3D alors que les gens attendaient le même niveau que le film, c’est-à-dire euh presque que de la 3D sauf pour quelques personnages immobiles en gros plan ? »

Pégase: « Bien la 3D rendue sur une PS2 ? »

Shueisha: « Même le dessin animé Donkey Kong Country de 1996 était plus beau. »

lololeboiteux: « Où comment chier sur le travail de Miura… »

Amo: « Arrêtez d’utiliser le studio Millefeuille pour autre chose que Teekyuu car 1/ manifestement ils galèrent et 2/ ça fait moins de Teekyuu chaque année. »

 

2ème place – Orange

Pégase: « kakeru r u ok »

Kabu: « On n’attend pas forcément TMS sur la technique d’une manière générale. Mais là c’était flagrant pendant une bonne partie de la série. Il n’y a même pas d’ingéniosité au board pour cacher un peu la misère, on a juste droit à des plans avec des persos déformés, et une animation plus poussive encore que l’intrigue qu’elle est censée servir. »

Poyjo: « J’y ai contribué en mettant Orange en 5e mais je ne l’imaginais pas monter aussi haut. Surtout qu’il y avait suffisamment de bons moments, un chara-design efficace et de beaux plans pour contrebalancer la cruelle descente en enfer de la production. « 

 

1ère place – Phoenix Wright: Ace Attorney

Lua: « Vous avez haï la technique de Ultimate Otaku Teacher ? Vous haïrez moins, mais quand même, la technique de Ace Attorney. Une nouvelle occasion de râler sur le manque de constance de A-1 pictures, surtout après ERASED. Bon, c’est pas dramatique non plus, surtout si vous aimez la licence… mais quand même. »

Pégase: « L’une des scènes finales est à elle seule est un chef d’œuvre de QUALITY, qui dure en plus facilement une bonne minute. A regarder entre amis pour bien rigoler »

Apey: « Le début de l’anime est vraiment catastrophique techniquement, mais ça s’améliore très rapidement dès les épisodes 5-6, pour être après tout à fait correct. L’anime a surtout badbuzzé (bonjour les verbes inventés) à propos de cela et c’est bien dommage car globalement l’adaptation est tout à fait décente. »

Amo: « Habitués aux séries qui débutent sur les chapeaux de roues sur le plan technique avant de s’effondrer en fin de diffusion, la faute à un planning niqué ? Vous adorerez Phoenix Wright qui déconstruit ce concept et vous propose l’inverse total, avec une série qui part du fond pour peu à peu réussir à produire quelque chose de fort acceptable. »

AxelTerizaki: « A partir du moment où on constate des échecs critiques comme les bretelles inférieures d’un cartable qui manquent dans le dos du personnage, c’était évident que Phoenix Wright aurait la première place. »

 

Classement détaillé et complet de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

  • 1/ Phoenix Wright Ace Attorney – 70pts
  • 2/ Orange – 62,5pts
  • 3/ Berserk – 32pts
  • 4/ Gakuen Handsome – 26,5pts
  • 5/ Qualidea Code – 26pts
  • 6/ Rewrite – 20pts
  • 7/ Keijo!!!!!!!! – 16pts
  • 8/ Yuri!!! on ICE – 16pts
  • 9/ Grimgar – 14pts
  • 10/ Hitori ni Shita: the Outcast – 13pts
  • 11/ Mayoiga – 12,5pts
  • 12/ Bakuon!! – 12pts
  • 12/ Days – 12pts
  • 12/ Pan de Peace – 12pts
  • 15/ Bloodivores – 10,5pts
  • 16/ Sakamoto desu ga – 10pts
  • 17/ KonoSuba – 10Pts
  • 18/ Danganronpa 3 – 10pts
  • 19/ Twin Star Exorcists – 9pts
  • 20/ Arslan 2 – 8,5pts
  • 21/ Long Riders – 7,5pts
  • 22/ Brave Witches – 7pts
  • 23/ 91 Days – 7pts
  • 24/ Endride – 7pts
  • 25/ Fukigen wa Mononokean – 6pts
  • 26/ Big Order – 6pts
  • 27/ Reikenzan – 2,5pts
  • 28/ Fudanshi Koukou Seikatsu – 2pts
  • 29/ Uta no Prince-sama REVOLUTIONS – 1pt



Écriture la plus tarte

Prix remis aux animes médiocrement écrits. Absence criante d’originalité, manque totale de lisibilité, personnages plats, dialogues ennuyeux, rythme mal géré, suspension d’incrédulité difficile à maintenir

5ème place – Occultic;Nine

Amo: « J’ai ouï dire que l’épisode 1 est une introduction très compliquée parce que ça raconte beaucoup trop de trucs en 20mn, du coup on est largué. DOMMAGE. (Notez que je dis ça sans avoir vu la série, en me basant sur les retours que j’en ai eu et que je fais ça juste pour essayer expliquer cette 5e place de O9 vu que les seuls jurés qui commentent cette position c’est pour défendre la série. Les jurés qui ont votés pour la série se taisent tous, étrange.) »

Kmeuh: « Alors ok, Occultic;Nine est très dur à saisir.
On nage littéralement dans un océan d’informations continu débité à une vitesse équivalente à 2,5X les dialogues d’un Monogatari, pas un seul temps mort et peu d’explications bruts sont laissés.

MAIS si on s’accroche bien et qu’on reste concentré pendant toute la durée des 12 épisodes, on comprend à peu près tout ce qui se dit et ce qu’il se passe.

Vraiment je ne comprend pas cette place, Occultic;Nine ne la mérite pas, c’est un anime à la construction et à la narration un peu bâtarde je l’avoue, mais compréhensible pour pas mal de personnes qui s’y intéressent vraiment. »

Yoka: « Je trouve pas. Occultic;Nice a une écriture très particulière où les personnages parlent beaucoup, tout le temps (et j’ai ici une pensée pour le staff qui a taffé dessus pour le simulcast) mais qui est plutôt bien construite dans son genre. Mais dans le même temps, c’est difficile de juger uniquement l’écriture tant celle-ci est inhérente à la réalisation et que la réalisation brille vraiment. C’est en plus une série qui avait des rebondissements assez chouette avec quelques éléments de foreshadowing qui permettaient de les voir venir. La série a tenté en plus le pari d’aller toujours plus loin et, même si je comprends que cela ait pu rebuter des gens, j’ai vraiment apprécié son récit »

 

4ème place – Kiznaiver

Shueisha: « Forcément, si tu fais une histoire se basant sur les relations entre les personnages mais que tu loupes ces mêmes personnages, c’est plus la peine de continuer. Notons aussi la partie romance de l’intrigue qui sort complètement de nulle part. »

Yoka: « J’ai un souvenir de Kiznaiver qu’il y avait quelques très bons épisodes mais que dans l’ensemble, la série tombait un peu à plat. Mais après, j’ai aussi souvenir que c’est une œuvre de Mari Okada que j’apprécie globalement. Mais dans les faits, c’est surtout une série dont je n’ai plus beaucoup de souvenirs »

Kabu: « Le problème de Kiznaiver c’est qu’on a encore du mal à savoir s’il y avait un message passé derrière ou si c’était juste de la torture mentale pour le fun. Et c’est assez dérangeant au final. Mais l’opening était cool, alors… »

Shrykull: « Alors. Il y a véritablement matière à discuter sur Kiznaiver. La controverse est justifiée, la série combine de très bons points comme de très mauvais, qui alternent d’un épisode à l’autre. D’autant que c’est un anime sérieux, qui repose entièrement sur ses personnages, leurs problèmes, leurs sentiments, leur évolution, et que tout cela est ce sur quoi le scénario se base. Soit, typiquement le genre qui va beaucoup diviser s’il n’est pas impec tout du long ; bref, très sujet à la subjectivité. Alors oui, il manque parfois gravement de subtilité ou de justesse, et force son propos. Mais personnellement, je ne pense pas qu’il fasse un si mauvais job que ça. »

RdNetwork: « Je suis très déçu, mais par le vote et non la série 🙁 Qui plus est parce que la série a un vrai déroulement, et une vraie structure narrative qui tient la route jusqu’au bout. Je pense que les gens se vengent surtout de personnages qu’ils n’apprécient pas plus que d’un fil conducteur, ce qui est compréhensible mais dommage. Prenez un peu de recul et matez en entier, c’est loin d’être aussi débile ou verbeux que vous avez pu le ressentir ! »

 

3ème place – Kabaneri of the Iron Fortress

Shueisha: « Alors celui-là, j’y ai cru pendant longtemps. Cet anime te balance un taux incroyable de conneries dès le premier épisode, mais j’ai fermé les yeux. Des zombis qui pénètrent avec une facilité déconcertante dans une forteresse avec un seul niveau de sécurité, c’est débile mais je peux faire avec.

Un zombi qui manie le sabre encore mieux qu’un véritable bretteur, c’est débile mais je peux faire avec.

Des zombis qui se rassemblent pour former un gros monstre en CGI sorti tout droit de Princesse Mononoke, c’est complètement débile mais je peux faire avec.

Par contre l’épisode 09, je pouvais plus tolérer ça. Du foutage de gueule. »

Shrykull: « Dommage, ça partait plutôt bien. Mais dans les derniers épisodes, les scénaristes étaient en roue libre. Zombies qui tirent des lasers, Mumei qui fait des volte-faces plus vite que Phoenix Wright… Non vraiment, si la série se maintenait au niveau d’un blockbuster fun jusque-là, la qualité de l’écriture a plongé drastiquement sur la fin, notamment à cause d’un antagoniste extrêmement mauvais. Le méchant, pauvre victime qui a vu 3 gars mourir, a décidé d’anéantir l’espèce humaine. Je vais chouiner. Quelle blague. »

Poyjo: « Le drame de ces séries qui auraient fait de très bons films mais qui, à force de durer, finissent pas imploser au cours d’un dernier retournement de situation maladroit et stupide. En vrai, il ne mérite pas sa place, la première partie est très efficace et bien rythmé. Mais quand je vois les autres séries du top, je me dis qu’on a été bien sévères de manière général… « 

Yoka: « Kabaneri est un blockbuster américain mais en animé. Des zombies, des méchants très méchants, des jeunes filles qui savent se battre, un héros prêt à tout pour les sauver, des gentils qui meurent en se sacrifiant, tout est là. J’ai envie de dire que c’est devenu la spécialité de Araki, son réalisateur, qui devient vraiment bon dans la matière. Du coup, oui, sûr, c’est tarte mais c’est complètement la série à mater avec des potes et de la pizza.       « 

Pégase: « Shingeki no Kyojin entre Paris Gare du Nord et Lyon Part-Dieu, avec en guise de sandwich surtaxé un vilain absolument risible. Une bien triste façon d’occuper la case Noitamina du printemps. « 

 

2ème place – Big Order

Shrykull: « C’est le pire animé que j’ai jamais maté – et je pèse mes mots. Par le même auteur que Mirai Nikki, ça en prend tous les défauts, les multiplie par 5 et ne garde aucune qualité. C’est bête, con, crasse, les designs sont hideux, la direction est mauvaise, le gore est gratuit, l’inceste est gratuit, le fanservice est gratuit, le scénario n’a pas de sens, la romance est malsaine, c’est immoral, et rempli de mauvaises intentions ; excusez-moi le buzzword, mais Big Order est la quintessence du edgy merdique. Ce n’est pas “so bad it’s good”. Ce n’est pas fun. Je n’ai absolument rien trouvé de bon dans la série. Même la musique est naze et mal calée. Rien, mis à part l’opening, qui est franchement pas mal (eh, on s’accroche à ce qu’on peut). Regardez-le, et vous reconsidérerez sérieusement ce que vous pensez être mauvais. »

Nock: « Si Big Order a pu convaincre quelques personnes que Sakae Esuno est un auteur totalement médiocre depuis le début, alors l’existence de la série n’aura pas été totalement vaine. »

Pégase: « La première fois que je vois une adaptation qui RAJOUTE de l’inceste là où il n’y en avait pas dans la série d’origine. J’apprécie le geste (en fait non), mais ça ne suffira pas à me corrompre. Une adaptation bien trop rapide d’un manga qui l’est lui-même bien trop, Big Order échoue à avoir le moindre sens et se conclut sur une fin originale d’une qualité qui lui vaut au moins cette place dans les Minorin. »

 

1ère place – Mayoiga

lololeboiteux: « Un pur chef d’oeuvre pour les amateurs de nanar. »

RdNetwork: « Je pourrais faire de l’auto-promo vers mon blog-post mais je ne le ferai pas (kof kof). En vrai le gros souci de Mayoiga c’est surtout qu’on sait jamais trop où elle veut aller : quand on pense que c’est une comédie elle fait un arc final très sérieux (ou des blagues sur l’enlèvement d’une fille, lol) et quand on pense que c’est sérieux c’est pire qu’une série Z. C’est plus une grosse inconnue qu’un vrai raté. »

Kmeuh: « Mayoiga enfin reconnu par tout le monde comme étant l’une des pires merdes jamais produites, que ça soit au niveau de l’animation, des personnages et de l’histoire.
Mon travail ici est désormais terminé, je peux me retirer. »

Shrykull: « La première moitié de l’anime est un véritable désastre scénaristique. Tout le monde est insupportable, illogique, stupide. Il ne fait ni peur, ni rire ; on est là, devant notre écran, à voir des dessins bouger et des gens parler, et on s’interroge, on se demande pourquoi untel fait ça, pourquoi on s’inflige ça. Cela ne provoque pas de colère à proprement parler : c’est un malaise grandissant devant une mauvaise oeuvre, une série d’horreur-mystère amateur.

Et on est un peu récompensé : la 2e moitié n’est pas si mal. Les fils se délient, on a du développement de personnages, une intrigue un peu nullos mais qui passe, et même un peu d’émotion. Il mérite sa place dans le top 3 (même si j’aurais préféré Big Order en tête), mais force est de constater que la seconde moitié de l’animé est bien meilleure que la première, fort heureusement.

Et puis c’était quand même un meilleur mystère qu’Erased »

Yoka: « Je suis persuadé, et je resterai persuadé jusqu’au bout que la série devait être prise au 2e degré. Pour tout le mal que je pense de Mari Okada, elle sait ce qu’elle a écrit et Mizushima a suffisamment d’expérience pour savoir ce qu’il réalise. « 

 

Classement détaillé des trente premiers de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

  • 1/ Mayoiga – 45,5pts
  • 2/ Big Order – 33,5pts
  • 3/ Kabaneri of the Iron Fortress – 30pts
  • 4/ Kiznaiver – 24pts
  • 5/ Occultic;Nine – 22pts
  • 6/ Myriad Colors Phantom World – 20,5pts
  • 7/ Luck and Logic – 19pts
  • 8/ Rewrite – 17,5pts
  • 9/ Orange – 17pts
  • 10/ Izetta – 17pts
  • 11/ Danganronpa 3 – 16pts
  • 12/ Battery – 14,5pts
  • 13/ Hitori no Shita: The Outcast – 13pts
  • 14/ Taboo Tattoo – 13pts
  • 15/ Ange Vierge – 11pts
  • 16/ Phantasy Star Online 2 – 11pts
  • 17/ Flip Flappers – 11pts
  • 18/ Endride – 10,5pts
  • 19/ Qualidea Code – 10pts
  • 20/ Bloodivores – 9,5pts
  • 21/ Re:Zero – 9,5pts
  • 22/ Magical Girl Raising Project – 9,5pts
  • 23/ Sekkou Boys – 9pts
  • 24/ My Hero Academia – 9pts
  • 25/ Schwarzesmarken – 8,5pts
  • 26/ 91 Days – 8pts
  • 27/ Hatsukoi Monster – 8pts
  • 28/ Lostorage Incited WIXOSS – 7,5pts
  • 29/ High School Fleet – 7pts
  • 29/ Macross Delta – 7pts



Anime le plus décevant

« Ces animes ne sont pas forcément mauvais, mais on en attendait tellement mieux. »

5ème place – Izetta

Kolya: « Les passages un peu fanserv bidon dans une série sérieuse sur une réécriture de la 2de Guerre mondiale font vraiment tache et desservent incroyablement la série. »

Amo: « Le premier épisode m’avait réellement accroché. Son rythme était extrêmement bien ciselé, le personnage de la princesse Finné instantanément efficace et son univers qui réinventait l’Europe de 1939 était loin d’être inintéressant. Mais, hélàs, après 3 bons épisodes, la série va partir dans un très long ventre mou qui va accumuler des poncifs un peu craignos de la série d’action, des rebondissements peu convaincants, des scènes de tranche de vie qui font un usage désastreux du fanservice au détriment du développement des personnages. La fin sauve les meubles mais Izetta reste là aussi un petit gâchis, qui ne parvient pas à répondre aux promesses de son premier épisode. »

Yoka: « Je peux relativement comprendre parce que Izetta n’a pas été l’animé qu’on nous promettait. J’ai beaucoup aimé la relation entre Izetta et Finé et les scènes de combat dans les airs mais je dois bien avouer que toute la partie politique était parfois un peu chiante et qu’il y avait des scènes de fanservice qui là, pour le coup, n’étaient vraiment pas à leur place, comme si c’était la dernière solution pour attirer un public qui n’est de toute façon pas venu, sauf les habitants du vrai Lichtenstein chez qui la série était la plus regardée de la saison. Je garderai tout de même d’Izetta un bon souvenir mais qui n’est que l’ombre de ce que la série aurait pu être. »

 

4ème place – Orange

Kabu: « Quand on a vu le synopsis à base de message du futur pour venir modifier une intrigue romantique potentiellement tragique, nous étions plein d’espoir et d’envie. Et ça a été une véritable douche froide.

La totalité des personnages est inepte, leurs réactions sont illogiques, l’intrigue est forcée au possible et le tout est servi par une animation qui montre très vite les failles de son planning. Rien n’est à sauver là dedans, et pourtant dieu sait si c’était prometteur. »

Pencia: « Nope, nope, nope. Comment cet anime plein de douceur et de mélancolie peut se retrouver à cette place ? C’est une belle histoire d’amour et d’amitié qui tranche avec celles que l’on a l’habitude de voir (aka les harems). Le thème de la dépression est bien abordé, sans tomber dans le pathos. Je nie cette réalité et souhaite être de suite transférée dans un autre espace-temps plus clément envers Orange ! »

Amo: « Très deçu par l’adaptation. J’avais beaucoup aimé le manga initial et cet animé qui ne bénéficie d’aucun soin ne lui rend guère honneur. Dommage. »

Yoka: « Au Japon, le film fait partie d’un projet cross-media qui comprend le manga, de manière assez évidente, un film live et l’animé. L’animé a grave bidé, le manga a bien marché, le film live a cartonné. Avec 3 places dans des tops négatifs, je pense qu’on peut définitivement que l’animé a bidé chez Minorin aussi. Mais au moins, à défaut d’autre chose, il a l’air d’avoir quand même bien marché chez Crunchyroll. C’est déjà ça on va dire ? »

 

3ème place – Erased

RdNetwork: « tfw tout le monde pense que tu es nul à cause d’un épisode et demi »

Shrykull: « Les 9 premiers épisodes forment vraiment un très bon drame, très bien réalisé et prenant. Et après, ça se casse la gueule. La révélation du méchant tombe à plat du fait de sa nature. De plus, ses motivations sont floues et passent à la trappe, bref, un gros sentiment d’inachevé. On voit bien que le réalisateur a voulu mettre le paquet sur le drame plutôt que sur le mystère médiocre. Pourtant, il a quand même conservé le genre du mystère, avec des indices par ici, des faux là ; ce qui était une erreur. Celui-ci est mauvais et tout indice aurait dû purement et simplement être oublié pour se concentrer uniquement sur l’histoire, beaucoup plus intéressante et réussie, de Kayo et des retours dans le temps. »

Kabu: « L’intrigue en vase clos est un peu simple, et du coup effectivement on voit un peu les choses arriver. Mais pour moi ça reste plus une bonne surprise qu’une déception. »

Kmeuh: « Erased est excellent sur ses premiers épisodes et ses cliffhangers, mais son dernier tiers est discutable. On sent que A-1 Pictures s’est un peu chié dessus quand ils se sont rendu compte trop tard qu’ils avaient passés trop de temps focalisé sur Kayo, et qu’ils n’ont pas eu d’autre choix que de speeder un peu, ce qui donne un final un peu bizarre. Ça aurait été définitivement mieux avec quelques épisodes en plus, mais bon ce qui est fait est fait. »

Yoka: «  La série répète un trop ce mécanisme “je dois sauver une nouvelle fille avant qu’elle ne meurt mais je suis un adulte dans le corps d’un enfant, comment faire ?” et si Detective Conan a bien montré quelque chose, c’est qu’il ne faut pas abuser de la formule. Gosho Aoyama, si tu me lis, tu sais ce qu’il te reste à faire. »

 

2ème place – Kabaneri of the Iron Fortress

Shin’: « Totalement. J’y croyais fort au début… Y’avait moyen de faire un vrai truc ! »

YamaKyun: « J’étais surpris (et déçu) de ne pas voir Biba ni Mumei dans les persos masculins et féminins les plus relous mais on va faire avec. Du coup oui, la chose partait à pleine vapeur ((☞゚ヮ゚)☞ VOUS L’AVEZ ?!! (☞゚ヮ゚)☞) dans une bonne direction mais assez vite l’anime est devenu assez générique. L’introduction de Biba ça a été la cerise, et a tiré toute la suite de la série vers les profondeurs d’un trou noir. Triste. J’aimais bien les muscles de Yukina »

Shrykull: « Le même staff que l’Attaque des Titans, moins l’auteur : bah, c’était au même niveau, -1. Alors le -1 a dû choquer. Bon divertissement, fin naze, la suite chef. »

Shueisha: « On me vend un anime par la team qui a réalisée Attack on Titans avec la participation de Haruhiko Mikimoto, aka mon character designer préféré, direct je signe. Je me dis que c’est aussi l’occasion de revoir et corriger les défauts de ce dernier pour donner un truc rythmé tout le long de la série. Cruelle désillusion. Nous voilà face à un anime sublime visuellement, mais archi-con. Les personnages sont débiles, l’intrigue n’a aucun sens, des éléments de scénario débarquent de nulle part… La technique flamboyante nous fait constamment nous demander si on est face à un anime juste décevant ou un nanar deluxe. Curieux objet que voilà mais je n’en garderais pas un bon souvenir. »

Nock: « Malgré tous les reproches que je peux faire à Kabaneri (et il y en a, je vous rassure), j’avoue avoir été bon public avec cette série. Tout simplement parce que matée en un seul bloc, elle fait le show. Je ne nie pas qu’elle est conne, mais elle se mate super bien. Par ailleurs, pour moi, le gros problème de la série, c’est surtout que c’est une histoire de zombies et qu’en conséquence, elle souffre de tous les poncifs de ce genre d’histoire.
Vous avez fait le tour des zombies normaux, mettez des zombies alpha, puis des zombies encore plus gros.

Et puis au bout d’un moment, comme un zombie, ça manque un peu de conversation et de motivation et que ce n’est pas assez antipathique, ajoutez des humains pourris qui par leur stupidité vont précipiter la fin de leur espèce (et puis, dans le genre, il y a pire que Kabaneri : vous vous souvenez du méchant prof dans HotD ?)
Du coup, je ne trouve pas que Kabaneri soit une série particulièrement mauvaise ou décevante : c’est juste une foutue série de zombies qui fait ce qui est généralement attendu dans ce type d’œuvres. Pour moi, le problème, ce n’est pas tant Kabaneri que les codes du genre. »

Yoka: « Ce n’est pas forcément la (seule) raison pour laquelle les gens sont déçus mais je tiens à aborder un point intéressant sur l’animé ici : le poste de Make-up Artist. En général, dans les animés, l’ombrage se fait sur deux niveaux : ombrage léger et ombrage tellement sombre que même les vampires de Twilight ne pourraient pas briller dedans. En gros et pour simplifier. Pour Kabaneri, Araki, le réalisateur, a récupéré Mikimoto au CharaDesign, le mec de Macross, et ensemble ils ont essayé de faire un ombrage différent qui serait plus proche d’un maquillage avec une graduation fine de l’ombrage et ils ont monté une équipe de quelques personnes pour repasser après le directeur d’animation sur les cuts pour les rendre plus jolis. Sur le 1er trailer, tous les cuts sont passés par cette équipe et le rendu était vraiment magnifique. Mais rajouter une étape supplémentaire sur une série de 12*25 minutes alors qu’on sait à quel point les délais sont serrés, c’est impossible du coup, l’équipe de maquillage s’est juste occupée des scènes clés de chaque épisode en privilégiant une dizaine de cuts à chaque fois.

Du coup, forcément, l’animé dans sa forme finale était pas aussi jolie que le trailer et en plus, il y avait dans l’épisode quelques cuts qui tranchaient vraiment avec le reste et qui donnaient l’impression que le reste de l’épisode était fade. Ce n’est probablement pas la seule raison pour laquelle les gens ont été déçus, mais les gens qui attendent de la finesse dans les œuvres d’Araki vont forcément être déçus, mais c’est un point intéressant que je tenais à faire remonter. »

 

1ère place – My Hero Academia

Lua: « On a pas arrêté de me tanner avec My Hero Academia, mais je suis désolé, l’animé était tellement mou du genou que je n’ai franchement pas aimé. Je pense donner une chance à la saison 2, mais sinon je passerai sur le manga… un jour.
C’est assez balot, car le pitch de base est très prometteur. »

Kmeuh: « C’était prévisible.
Le RYTHME 1 milliard de fois trop lent qui nique toute une série entière, c’est fort, très fort. »

AxelTerizaki: « On me l’a tellement hypé ! Mais je me suis endormi dés les premiers épisodes. Je pense que le réalisateur n’a pas compris comment on adapte un shonen en animé »

Amo: « J’adore le Jump mais parfois la Shueisha elle me rend fou. Je les pointe du doigt car je suis à peu près certain que c’est eux qui ont pensés que ça serait une bonne idée de faire une saison de My Hero Academia qui n’adapte que 2 tomes et demi en 13 épisodes, effaçant ainsi une des plus grandes qualités du manga original qui est sa vitesse, amenant du coup rythme et intensité. Du coup, on a un animé qui malgré un staff ultra-prometteur et des qualités techniques, visuelles et sonores indéniables, n’est pas aussi fort et puissant qu’il aurait du l’être. My Hero Academia aurait ainsi du être le shonen de l’année, à la place il est juste un bon animé trop lent pour son bien qui a complétement bidé dans son créneau horaire et n’a pas réussi à faire aussi bien exploser les ventes de son excellent manga qu’on l’aurait voulu. Par conséquence, pour avoir gâché son potentiel, on peut dire clairement que My Hero Academia reste une authentique déception… qui pourtant reste un animé de bonne facture, comme quoi. »

Yoka: « Voilà ce qu’il se passe quand la série a un cast top tier avec des gros noms à la réalisation et au CharaDesign entre autres mais qu’elle est hyper leeeeeeennnnnntttttteeeeee.   Le pire, c’est pas sa lenteur en fait, j’ai comparé et l’animé est tout de même plus rapide que les 12 premiers épisodes de Naruto ou One Piece par exemple. Le pire, c’est que le manga est lui super rapide et saute d’un arc au suivant de manière dynamique et fluide, ce que l’animé n’arrive pas à faire. D’ailleurs, si vous allez voir les gens qui vous disent que la série est bien, ils n’ont pas lu le manga, tandis que les lecteurs de la 1re heure vont eux râler sur sa lenteur. C’est incroyable, on croirait presque que l’animé a été pensé pour attirer un public qui ne connait pas le manga. »

Poyjo: « Je.. Je ne comprends pas. Alors oui ce n’est pas la perle que promettait le manga mais je ne compte pas le nombre de choses géniales dans la série qui contrebalancent le rythme lent de la série. A commencer par la musique de Yuki Hayashi, le casting des doubleurs très bien fait (mention pour ceux de Izuku, All Might et Ochaco), l’animation est plus que correct avec des moments-clés fabuleux et le chara-design de Yoshihiko Umakoshi est diablement efficace.  « 

Shueisha: « Ok, cet anime ne retranscrit pas une des qualités principales de l’œuvre d’origine : son rythme sans faille qui fait qu’on a jamais l’impression de passer trois plombes sur un arc scénaristique. Pour le coup c’est décevant. Mais ça reste quand même un minimum regardable puis pour le reste y’a pas grand chose à redire. »

Classement détaillé des trente premiers de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

  • 1/ My Hero Academia – 56pts
  • 2/ Kabaneri of the Iron Fortress – 41,5pts
  • 3/ Erased – 26,5pts
  • 4/ Orange – 24pts
  • 5/ Izetta – 24pts
  • 6/ Danganronpa 3 – 22pts
  • 7/ Battery – 21pts
  • 8/ Berserk – 21pts
  • 9/ Re:Zero – 20pts
  • 10/ Phoenix Wright Ace Attorney – 19,5pts
  • 11/ Macross Delta – 18pts
  • 12/ Mayoiga – 16,5pts
  • 13/ Yuri!!! on ICE – 15pts
  • 14/ Kiznaiver – 14,5pts
  • 15/ Myriad Colors Phantom World – 14,5pts
  • 16/ 91 Days – 13pts
  • 17/ Rewrite – 13pts
  • 18/ Occultic Nine – 11,5pts
  • 19/ Flip Flappers – 11,5pts
  • 20/ Joker Game – 11pts
  • 21/ Prince of Stride Alternative – 11pts
  • 22/ WWW.Working!!! – 10,5pts
  • 23/ Amanchu! – 10pts
  • 24/ Sound! Euphonium 2 – 9,5pts
  • 24/ Mahôtsukai Precure – 9,5pts
  • 25/ Amaama to Inazuma – 9,5pts
  • 26/ D-Gray Man Hallow – 9pts
  • 27/ New Game – 8,5pts
  • 27. Grimgar – 8,5pts
  • 29/ Arslan 2 – 8,5pts
  • 30/ Handa-kun – 8,5pts



Meilleur personnage masculin

Charismatiques, bien écrits, amusants, intéressants… Ce prix récompense les meilleurs personnages de sexe masculin – ou non défini.

5ème place – Satoru Fujinuma

Erased

Shrykull: « Son pouvoir n’est jamais expliqué et c’est très bien, il n’y en a pas besoin. C’est juste un outil qui permet de contempler le parcours de Satoru, un gars insatisfait de son parcours, qui va aller à la source de ses regrets profonds pour essayer de corriger sa vie. Ce qui le rend extrêmement attachant. »

Amo: « Un héros honnête et affable, qui sait se sortir les doigts, se démerder par lui même, qui ne s’apitoie pas sur son sort quand il est dans la merde et qui sait faire preuve d’une créativité remarquable pour détruire les obstacles qui se mettent sur son chemin. C’est le genre de héros que j’aimerais voir plus souvent. »

4ème place – Kei Tsukishima

Haikyû 3

Shin’: « Meilleur chara development ! »

RdNetwork: « Je l’aime paaaaas. J’ai toujours trouvé que Tsukki était vraiment un pisse-froid (même si un joueur de volley très talentueux) et ce même dans les arcs qui le concernent dans la saison 2. Mais force est de constater que c’est un petit con bien écrit et surtout bien mis en valeur dans le match de cette saison 3. Les plongées dans l’esprit de chaque joueur sur le terrain sont de toute façon toujours réussies dans Haikyuu, même pour des personnages secondaires. Celle-ci l’est particulièrement ! »

Yoka: « Haikyuu a ce côté « un match = un développement de personnage. » La S3 de Haikyuu, ce n’est en tout et pour tout qu’un seul match donc de là à dire que toute la saison est centrée sur le développement de Tsukki, il n’y a qu’un pas que je n’hésite pas à franchir. Puis je me souviens qu’à une époque, des gens m’avaient dits « hum, tu as un petit quelque chose de Tsukushima » et j’étais là en mode « welp non » mais maintenant, je suis là en mode « finalement, le personnage est bien » »

 

3ème place – Yakumo Yurakutei

Le Rakugo ou la Vie

lololeboiteux: « Un personnage dont on suit toute la vie, une vie poignante et complexe qui marque le spectateur. »

RdNetwork: « Acteur incroyable d’une série qui l’est tout autant. A la fois en proie à son passé comme son mal-être, tout le voyage psychologique qu’est la série dans l’esprit de Yakumo est une perle, chroniquant chaque épisode de sa vie de conteur d’histoire névrosé et sobre. Yakumo est touchant, juste, parfois cynique, mais surtout vivant. Un modèle d’écriture. »

Kolya: « Bon passons sur le fait que c’est vraiment pas évident de savoir si on parle du maître Yakumo dans le flashback qui fait 95 % de la S1 ou du maître Yakumo de la S2 diffusée en 2017 (et dans le 1er épisode de ladite S1), mais le cas échéant faut quand même souligner que ce perso doit sa bonne écriture en grande partie à son pendant fendard, Sukeroku, et que c’est ce duo qui est merveilleusement bien écrit? »

 

2ème place – Kira Yoshikage

Jojo’s Bizarre Adventure: Diamond is Unbreakable

Pégase: « Juste un homme qui voulait vivre une vie normale, que des délinquants sont venus harceler. Pour moi le vilain le plus classe, le plus charismatique et le plus « crédible » de toute la saga JoJo’s Bizarre Adventure (qui pourtant en regorge), Yoshikage Kira est un personnage angoissant et captivant qui bouffe notamment l’écran tout le long du dernier arc de la série. Même avec ses traits changés (et pourtant Kira version Bowie > tout), l’homme conserve toute sa superbe, et garde la main sur tous les autres méchants de l’année. »

Shueisha: « Toute une histoire Yoshikage Kira. Là où la plupart des antagonistes ont pour but ultime de DOMINER LE MONDE, la seule ambition de Kira est de vivre une vie normale de citoyen ordinaire et pour ça, il est prêt à tout. Il est cependant sans cesse rattrapé par ses pulsions de tueur le ramenant toujours sur la voie du crime malgré ses convictions. Un personnage complexe digne d’une tragédie grecque »

Shrykull: « C’est un serial killer qui aspire à une vie tranquille et normale. Mieux ? Ok : il travaille très très dur à ne jamais sortir du lot, que ce soit à l’école, aux compétitions ou au travail. Encore ? Bien : il est fétichiste des mains et ne garde que ça de ses victimes. Pas assez ? MEC. Il est si perfectionniste qu’il s’inquiète d’une chaussette à l’envers sur l’ennemi qu’il vient de quasiment tuer. Qu’est-ce qu’il te faut encore ? Que son stand soit l’un des meilleurs de la saga, en design et en concept ? Toujours pas ? Ok, très bien, écoute ça : c’est David Bowie. »

Yoka: « A chaque nouvel saison de JOJO, le méchant arrive dans le top mais ne réussit pas à prendre la 1re place. Vivement l’adaptation animé de Golden Wing qu’on puisse avoir King Crimson dans le top 5 (oui, oui, spécifiquement le stand). »

 

1ère place – Reigen Arataka

Mob Psycho 100

Yoka: « Peu de choix sont vraiment évidents avant même que je commence à remplir mes votes pour les Prix Minorin. Reigen en fait partie. Le personnage est formidablement bien écrit alors qu’on ne s’y attend pas forcément. Tantôt tocard, tantôt mentor, tantôt la figure paternel, tantôt un type irrécupérable, Reigen est aussi drôle que sérieux. C’est le genre de personnage qui, dans la vraie vie, serait absolument insupportable mais qui dans le cadre de Mab Psycho est un personnage tout bonnement formidable. »

Shueisha: « Victoire incontestable pour le best boy ! Ses apparitions assez rares nous permettent de les apprécier à leurs justes valeurs. Reigen est pourtant un personnage peu glorieux : escroc, cupide, voleur, menteur, profiteur et en plus il n’a aucun pouvoir. Pourtant, on se plaît à penser qu’il est invincible avec ses façons toujours géniales de se tirer de n’importe quelle situation toujours avec classe ! Et malgré le fait qu’il mente constamment à Mob, il fait figure de véritable maître en lui donnant des conseils sages et avisés. Je veux un maître comme lui « 

RdNetwork: « Une vraie surprise, parce que je m’attendais à d’autres persos de la série que Reigen ! Un perso plus fou qu’incroyable. Imprévisible, génial et con comme ses pieds à la fois, et avec malgré une vraie progression au-delà d’un gag initial et au milieu d’une galerie de persos pourtant déjà chargée en histoires. Reigen déverse son sel sur tous les haters ! »

Pégase: « L’arnaqueur le plus drôle et le plus charismatique de ce côté de l’univers observable crève l’écran dès sa première apparition. Attitude, mouvements, expressions, l’homme a tout pour plaire malgré sa morale plus que douteuse. Servant sans le vouloir de véritable mentor à un personnage principal en proie au doute, Reigen est en prime interprété par un Takahiro Sakurai au top de sa forme qui achève de donner tout son (gros) sel à cet adorable salopard.  « 

Kabu: « Un personnage que tu apprends au départ à détester pour mieux l’adorer par la suite. Reigen c’est l’entourloupe, c’est la mesquinerie, et c’est le vol de charisme le plus fabuleux de la décennie. « 

Classement détaillé des trente premiers de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

  • 1/ Reigen Arataka (MP100) – 74pts
  • 2/ Kira Yoshikage (Jojo) – 49,5pts
  • 3/ Yakumo Yurakutei (Le Rakugo ou la Vie) – 39pts
  • 4/ Kei Tsukishima (Haikyuu) – 29pts
  • 5/ Satoru Fujinuma (Erased) – 28pts
  • 6/ Sukeroku Yuurakutei (Le Rakugo ou la Vie) – 23,5pts
  • 7/ Yuri Katsuki (Yuri on Ice) – 23pts
  • 8/ Mob (MP100) – 20,5pts
  • 9/ Sakamoto (Sakamoto desu ga) – 20pts
  • 10/ Rei Kiriyama (March Comes In Like A Lion) – 19pts
  • 11/ All Might (My Hero Academia) – 18pts 
  • 12/ Viktor Nikiforov (Yuri on Ice) – 17pts
  • 13/ Subaru (Re:Zero) – 16,5pts
  • 14/ Félix (Re:Zero) – 15,5pts
  • 15/ Ikta Solork (Alderamin) – 14,5pts
  • 16/ Osamu Dazai (Bungô Stray Dogs) – 13pts
  • 17/ Rohan Kishibe (Jojo) – 12,5pts
  • 18/ Kazuma (KonoSuba) – 12pts
  • 19/ OVER JUSTICE (Luluco) – 11pts
  • 20/ Korosensei (Assassination Classroom 2) – 11pts
  • 21/ Natsume Takashi (le Pacte des Yokai) – 9,5pts
  • 22/ Nagito Komaeda (Danganronpa 3) – 9pts
  • 23/ Koyomi Araragi (Kizumonogatari) – 9pts
  • 24/ Oda Nobunaga (Drifters) – 9pts
  • 25/ Koushi Sugawara (Haikyuu) – 8pts
  • 26/ Mitsuya Majime (Fune wo Amu) – 8pts
  • 27/ Agetaro (Tokatsu DJ Agetaro) – 7,5pts
  • 28/ Jean Jacques Leroy (Yuri on Ice) – 7pts
  • 29/ Harunobu Nikaidou (March Comes In Like A Lion) – 6,5pts
  • 30/ Orga Itsuka (Gundam IBO 2) – 6,5pts



Meilleur personnage féminin

Les personnages de sexe féminin les mieux écrits, les plus attachants, les plus intéressants ou les plus charismatiques.

5ème place – Luluco

Space Patrol Luluco

Shueisha: « Luluco est tout mimi. Bon voilà, ça c’est dit.

Ensuite, elle a un rôle vraiment intéressant à mettre en parallèle avec le studio Trigger en lui-même. Sa volonté d’être normal dans un milieu qui ne lui permet pas et son évolution au fur et à mesure de l’œuvre en disent long sur la mentalité du studio. »

RdNetwork: « Assez surpris, parce que c’est un personnage (volontairement) superficiel pendant 90% d’une série déjà très courte de base. C’est un stéréotype certes drôle mais classique de comédie, et si à la fois l’angle de la série (les problèmes familiaux qu’elle subit, imagés par cette guerre spatiale entre eux) et ses réactions sont cool, bah y a forcément peu de matière. Mais bon, c’est pas un mauvais perso non plus ! »

Shrykull: « Une jeune fille qui tente de se la jouer normale alors qu’elle dans le multiverse délirant de Trigger, voilà Luluco. »

Kabu: « Je suis déçu de ne pas voir Over Justice dans le top masculin, alors profitons de Luluco pour dire à quel point il est important de se battre pour la JUSTICE. »

 

4ème place – Sachiko Fujinuma

Erased

YamaKyu:  » Je crois que j’ai jamais apprécié autant une maman dans un anime que Sachiko. Les mamans sont souvent des personnages super intéressants et/ou appréciables dans la fiction (ou du moins, dans la japanime), pour peu que la production leur accorde un poil d’attention. Et je pense que Sachiko était assez au top. Pour plein de raisons hein, mais ce qui me vient le plus spontanément à l’esprit quand je pense à elle c’est sa perspicacité et son soutien super positif, qui a vraiment poussé l’ensemble de la série vers le haut »

Pégase: « Un choix étonnant, et que j’approuve fortement, même si on sait tous que la best girl de Boku dake ga Inai Machi c’est Airi. Mais vu qu’elle a été un peu jartée de l’adaptation, pas étonnant qu’on ne la voie pas ici. »

Kmeuh: « Dans mon top 5 des meilleures mamans avec Sanae de Clannad, tout simplement. Une femme forte et déterminée avec un grand charisme et une générosité sans pareil. »

AxelTerizaki: « Il y a des mamans comme ça dans les animés, c’est les meilleures mamans du monde. Si le Grand Tournoi des Mamans avait eu lieu aujourd’hui, Sachiko aurait été bien placée. »

Yoka: « Je suis allé vérifier l’ensemble des tops des personnages féminins de Minorin et c’est le personnage le plus âgé. Sachiko est un personnage absolument intéressant parce qu’elle réussit à éviter le cliché de MILF et n’est tout au long de la série présentée que comme une mère et une femme intelligente. Parfois un peu trop intelligente pour son propre bien et toujours un peu trop maligne pour le bien du MC, elle est le soutien de beaucoup de monde, surtout son fils, dans l’ombre. Là où, bien trop souvent, les personnages principaux n’ont pas de parents ou alors ils travaillent à l’autre bout du monde, Erased a fait le choix de donner une vraie place à la mère de son personnage principal et c’est un pari gagnant. « 

3ème place – Asuka Tanaka

Sound! Euphonium 2

Shrykull: « Asuka était le personnage le plus intrigant de la première saison : mystérieuse, franche voire parfois sarcastique, elle a son arc à elle pour la majorité de la seconde saison. L’occasion de la voir sous un nouveau jour, entre son amour de la musique et son désir de reconnaissance. Un très bon personnage. »

Kabu: « Asuka c’est clairement le personnage que je préfère dans cette série. Elle a la classe, le talent et le charisme pour mener tout le groupe, mais n’est que vice-présidente. En apparence c’est un perso complètement craqué, mais il est évident que tout ça n’aurait pas été possible sans une détermination de fer et une somme d’effort impressionnante. « 

Shueisha: « #TeamAsuka ! Alors je vais essayer de fermer les yeux sur les atouts physiques du personnage (elle gagne déjà trop de points là-dessus). Asuka c’est la personnage dont on a envie de se lier d’amitié très rapidement. Toujours dynamique et enjouée, difficile de ne pas l’aimer. Et pourtant, la saison 2 de Euphonium aura montré qu’elle aussi a ses problèmes faisant d’elle un personnage beaucoup plus intéressant que l’on pouvait penser. »

Poyjo: « L’un des personnages qui a le plus évolué au cours d’une série de ces dernières années. De la senpai accueillante du début, à la fille jementfoutiste de la fin de saison 1, à la presque méprisante Asuka au commencement de la S2 pour devenir un personnage tourmenté, froid, distant tout en étant éprise d’une foule de sentiments. Il n’a suffi que d’une Kumiko enflammée pour percer à jour l’une des meilleures demoiselles de la série. « 

2ème place – Rem

Re:Zero

Lua: « Au-delà du physique, Rem est surtout un personnage qui me fait mourir de rire grâce à ses interactions avec les autres personnages, notamment sa sœur et Subaru. Pleine de détermination, mais aussi d’humilité et de second degré. »

YamaKyu: « En vrai autant j’adore Rem, autant je me dis que Rem fonctionne quand même grave bien en duo avec sa jumelle Ram. J’ai longtemps eu du mal à les dissocier parce qu’elles forment un tout auquel je me suis attaché en tant que tel. Mais finalement, séparée de sa sœur Rem a grave évolué (dans le bon sens), et ne semble laisser personne indifférente (pour la plupart on s’y attache bien). C’est aussi une source assez énorme de positivité et d’espoir. Rem best support. »

Amo: « Vraiment excellent personnage jusqu’à l’épisode 18: elle y est montrée forte, maligne, avec un terrible secret et un caractère qui sait ce qu’il veut. Particulièrement badass et efficace, avec un design réussi, on se plait à apprécier ce personnage. Dommage que passé, donc, un certain point, elle s’enferme un peu dans le rôle d’une Yamato Nadeshiko qui se met volontairement dans l’ombre d’un homme parce que bon… »

Shrykull: « Si elle est présentée, au début, comme juste la 2e moitié du duo de soeurs Ram/Rem, puis carrément violente, elle se radoucit après les premières boucles temporelles de Subaru. On la découvre forte, aimante et dévouée à ce dernier… jusqu’à l’excès. L’animé pousse et force à mort ses points positifs, jusqu’à la rendre “trop parfaite”, ce qui la dessert finalement. Elle ne devient plus que “la fille parfaite que Subaru uhuh il est trop con pour pas vouloir la troncher uhuh”, ce qui a donné naissance à une fanbase assez désagréable. Triste sort pour un bon personnage. »

 

1ère place – Oumae Kumiko

Sound! Euphonium 2

Amo: « La seconde saison va voir Kumiko considérablement évoluer, prenant une place de plus en plus indispensable au sein de son club de fanfare en tant que médiatrice, un rôle qu’elle jouera de gré comme de force. Toujours experte dans l’art de la franchise, développant des relations profondes avec d’autres personnages, cette héroïne reste encore une fois passionnante à suivre, continue à sortir du lot et à soutenir l’ensemble de la série sans sourciller. » 

Yoka: « 2e année de suite que Kumiko prend la couronne, c’est probablement la 1re et la dernière fois qu’un tel évènement arrive. C’est probablement mérité. I mean, j’ai bien un personnage de Euphonium en numéro 1 mais c’était Yuuko mais j’approuve pour autant la 1re place de Kumiko parce que ce fut vraiment un excellent personnage qui continue son évolution entamée dans la 1re saison. Elle se retrouve impliquée dans des dramas qui ne la concernent mais hé, comme personne ne veut s’en occuper et qu’ils sont en train de miner la fanfare, elle retrousse ses manches et s’en occupe, malgré elle. Là où la S1 était vraiment centrée sur elle (et Reina), la S2 est plus centrée sur ses relations avec le reste du monde et on la voit tout du long sortir de sa coquille pour réussir à trouver sa place. »

Pégase: « À vrai dire, mes souvenirs d’elle sont très confus. Son visage, comme ça, qui me revient de temps à autre. Je me souviens surtout de bruits, de couinements plus que d’anecdotes précises.

(non mais en vrai elle est bien, pas de soucis) »

AxelTerizaki: « A l’image de la populace d’Internet, elle adore regarder les dramas se faire et se défaire au sein du club de fanfare. Ceci étant dit, elle devient de moins en moins passive durant la saison 2, et ça c’est cool. »

YamaKyu: « LES. KUMIKO. SOUNDS. Ok bon en vrai Kumiko a tellement de bons points que c’est une insulte de la réduire aux sons incongrus qu’elle arrive à produire (still, ça marque les esprits). Y’a bien un développement auquel il manque p’t’être *une* étape (c’était bien hein, y’a juste deux bouts qui se raccordent pas aussi parfaitement que le reste), mais pour le reste c’est du tout bon. L’évolution du perso par rapport aux différentes intrigues était vraiment super chouette à suivre, et surtout ça a du sens. J’aimerai être capable de mettre des mots sur tous les aspects de Kumiko que j’ai adoré voir évoluer dans cette saison 2 (et c’est beaucoup). Kumiko best girl. »

Classement détaillé des trente premiers de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

  • 1/ Oumae Kumiko (Eupho 2) – 55pts
  • 2/ Rem (ReZero) – 35pts
  • 3/ Asuka Tanaka (Eupho 2) – 29,5pts
  • 4/ Sachiko Fujinuma (Erased) – 28,5pts
  • 5/ Luluco (Space Patrol Luluco) – 26,5pts
  • 6/ Freyja Wion (Macross Delta) – 25pts
  • 7/ Kayo Hinazuki (Erased) – 22pts
  • 8/ Chizuru Hishiro (ReLIFE) – 18,5pts
  • 9/ Megumin (KonoSuba) – 17pts
  • 10/ Nico Niiyama (Kiznaiver) – 16pts
  • 11/ Yattori Igsem (Alderamin) – 15pts
  • 12/ Akari Kawamoto (March Comes In Like A Lion) – 15pts
  • 13/ Ochaco Uraraka (My Hero Academia) – 14,5pts
  • 14/ Miyokichi (Le Rakugo ou la Vie) – 14pts
  • 15/ Chidori (Nobunaga no Shinobi) – 12pts
  • 16/ Tsuyu Asui (My Hero Academia) – 11,5pts
  • 16/ Chiaki Nanami (Danganronpa 3) – 11,5pts
  • 18/ Futaba Ooki (Amanchu!) – 11,5pts
  • 19/ Makoto Kowata (Flying Witch) – 11pts
  • 20/ Mitsuha Miyamizu (Your Name) – 10,5pts
  • 21/ An Onoya (ReLIFE) – 9,5pts
  • 22/ Izetta (Izetta) – 9pts
  • 23/ Saya (Dagashi Kashi) – 9pts
  • 24/ You Watanabe (Love Live Sunshine) – 8,5pts
  • 25/ Aoba Suzukaze (New Game) – 8,5pts
  • 26/ Marida Cruz (Gundam Unicorn) – 8pts
  • 27/ Tsumugi (Amaama to Inazuma) – 7,5pts
  • 28/ Papika (Flip Flappers) – 7,5pts
  • 29/ Emilia (Re:Zero) –  6,5pts
  • 30/ Chitose Karasuma (Girlish Number) – 6,5pts



Meilleure technique

Série animée qui vous a impressionné de part sa technique, son animation, sa réalistion, ses sakugas. Ces prix se concentrent uniquement sur l’aspect technique.

Les extraits visuels utilisés pour cette catégorie proviennent de Sakugabooru.

5ème place – Yuri!!! On Ice

Réalisation: Sayo Yamamoto

Amo: « Peut-on mettre la série dans ce top 5 uniquement pour une seule scène ? Car si effectivement la série s’est souvent cassée la gueule sur le plan technique, cette très belle et très longue scène de patinage dans la seconde moitié de l’épisode 1 reste sans doute une des plus incroyables performances technique de l’année. Damn, si on généralise, tout l’épisode 1 est incroyable ! »

Yoka: « A la fois oui et non. Il y a un vrai travail sur les chorégraphies mais dans le même temps, Sayo Yamamoto a été tellement exigeante avec les animateurs, comme toujours avec elle, que la production s’est progressivement effondrée et la série était truffée de faux-raccords, de décors réutilisés sans raison et d’off-models, tout le temps, partout, surtout pendant les chorégraphies. « 

Pégase: « Nous sommes ces derniers temps particulièrement bien placés pour savoir que le scrutin direct ne donne pas forcément les résultats les plus désirables. En l’occurrence, je dois le dire : Yuri!!! on Ice ne devrait pas être dans ce top. Car après un opening très bien animé et un premier épisode qui tient la route, la technique de Yuri!!! on Ice a vite fait de s’écrouler sur elle-même.

Si certaines performances parviennent à rester fascinantes grâce à de bons storyboards, un bon sens du rythme et une utilisation judicieuse de la musique, la plupart deviennent des sortes de brouillons où les proportions des corps sont abstraites, les intervalles à la manque et les visages en option. Avec un planning approprié Yuri!!! on Ice aurait pu être bien mieux que ça (ce qui est d’ailleurs une bonne raison d’attendre mieux du film qui a été annoncé), mais en l’occurrence si Yuri!!! on Ice reste une bonne série, ça n’est certainement pas dû à sa technique. »

Nock: « Note: un an auparavant, le même duo réalisatrice/chorégraphe que cette série avait réalisé un court-métrage, nommé Endless Night, qui, sur le thème du patinage artistique, avait autrement plus de cachet. »

 

4ème place – Haikyûu 3

Réalisation: Susumu Mitsunaka

Shrykull: « Tout comme lors de ses deux premières saisons, Haikyuu conserve un niveau d’animation constant et élevé. »

Shin’: « Surement une des meilleures animation contemporaine, j’en ai encore des frissons en me remémorant les matchs ! »

lololeboiteux: « Le meilleur anime de sport de cette décennie poursuit sur sa lancée avec toujours un gros travail de Production IG. « 

 

3ème place – Flip Flappers

Réalisation: Kiyotaka Oshiyama

Nock: « Lorsque la série était dans ses premiers épisodes, j’ai parfois lu / entendu le reproche comme quoi c’était un « délire d’animateurs ». Ce qui n’est pas vraiment faux, je pense, mais c’est aussi, à mon avis, ce qui lui a permis de ressembler à ça. Derrière les plans, on sent que les animateurs s’éclatent, se font plaisir, le tout dans une explosion de références (aussi bien visuelles qu’animées) rendue possible par la structure du récit. On pourrait par exemple évoquer les superbes transformations à la Sailor Moon ou même le paroxysme avec l’épisode, d’hommage au super robot. En tout cas, si c’est un délire d’animateurs, il n’est pas sans rappeler ceux de la Gainax. »

Yoka: « Le réalisateur est quelqu’un qui a vraiment fait toute l’évolution vers le poste de réalisateur en commençant par être intervalliste. Du coup, il s’y connait vraiment en animation et cela se ressent. Déjà parce qu’il s’est énormément impliqué dans l’animation de son animé et qu’il a animé de nombreux cuts lui-même. Mais il a pu en plus attirer plein d’excellents animateurs, plus ou moins jeunes, avec qui il avait travaillé à l’époque et cela a permis d’avoir des épisodes d’un niveau assez incroyable comme le 3 ou le 8. »

Kabu: « Au départ, Flifla partait un peu comme une sorte de suite spirituelle de Space Dandy et son défilé de réalisateurs d’épisodes surqualifiés et son univers modifié à chaque épisode. Et quand on part sur un plan pareil, ça peut faire des étincelles. L’épisode 3 est un bon exemple du florilège que la série a à offrir, avec son animation bonesque qui ne s’arrête pas pendant 10 bonnes minutes et ses henshin plus Sailor Moon que Sailor Moon elle-même. »

YamaKyu: « Je vais être honnête. Y’a 3 trucs qui m’ont poussé à regarder Flip Flappers jusqu’au bout : son opening, son ending, et son animation. Tout le reste, mouais, meh. Pas méga fan des persos ni du plot, mes les génériques défoncent et oh là là l’animation et la direction artistique. Aw yiss. Vous pourriez légitimement regarder Flip Flappers sans son ni sous-titres (ne le faites pas hein (quoi que le son dans l’anime me pose actually problème mais c’est un détail)) juste parce que Flip Flappers est visuellement ouf, plein de bonnes idées et super fourni en très très bons moments d’animation. « 

 

2ème place – Sound! Euphonium 2

Réalisation: Tatsuya Ishihara

Shueisha: « Pas la peine de tergiverser plus longtemps, c’est maboule ! Les lumières, les couleurs, l’animation… tout s’emboîte à merveille et ne donne jamais une impression de too-much (contrairement au trailer d’une de leurs prochaines productions). Puis cet épisode 05 avec 10 minutes de musique non-stop rythmé et mise en image avec brio ! Roh là, là ! »

Shrykull: « Le concert de l’épisode 5 arrive à surpasser celui de la fin de la saison 1, j’ai été très impressionné. »

 

1ère place – Mob Psycho 100

Réalisation: Yuzuru Tachikawa

 

Shrykull: « Juste délirant, dans tous les sens du terme. »

Yoka: « Mob, c’est un des travails techniques les plus impressionnants que j’ai pu voir ces dernières années. Tout est travaillé. Il y a plusieurs animés qui ont des passages vraiment travaillés, genre OnePunch Man, les combats étaient chouettes ou Rolling Girls avaient des sfx super chouettes. Mais des animés qui combinent à la fois des combats vraiment travaillés, des sfx impressionnants ET un travail dans les scènes plus banales où les personnages ne font rien de grandiose ni de grandiloquent, c’est de l’ordre de l’exception.

Cette animation vient entre autre de Kameda, le directeur d’animation de la série. Il s’est énormément impliqué dessus et il n’y a qu’à voir l’épisode 8 qui a été un festival de bout en bout. En plus de son animation impressionnante, Mob a fait l’effort d’avoir sur chaque épisode Miyo Sato qui a réalisé une animation sur verre, ce qui est absolument unique et tout autant impressionant.
Au final, Mob, c’est un peu comme un boite où il y a plein de cadeaux dedans. Quel que soit celui que tu prends, tu seras content et le mieux, c’est que tu peux continuer à piocher dedans jusqu’à la fin. Cette série, c’est le beurre et l’argent du beurre (pour le sourire de la crémière, il aura fallu une waifu). »

Kmeuh: « Ces décors très pastel dignes d’une peinture et ce chara-design ultra joli qui se marie bien avec, c’est oui, c’est validé. »

Kabu: « On ne le dira jamais assez, en animation, un chardesign rigide et chargé est un frein pour les animateurs. Ici le trait simpliste et grossier de One peut au contraire se déformer à loisir et leur permet de faire des choses proprement hallucinantes. Avec en plus Yoshimichi Kameda en directeur d’animation sur les épisodes de baston, forcément on arrive à des trucs dantesques. »

Shueisha: « Victoire incontestée là aussi. Je me demande ce qui arrêtera un jour le studio Bones pour faire des réalisations aussi poussées techniquement le tout à un rythme complètement dingue.

Puis c’est pas comme si l’anime se contentait d’être juste extraordinairement bien animé. On a également le droit à quelques expérimentations très intéressantes notamment de l’animation sur peinture de verre ! Je n’avais jamais vu ça avant ! »

Classement détaillé des trente premiers de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

  • 1/ Mob Psycho 100 – 139pts
  • 2/ Sound! Euphonium 2 – 102,5pts
  • 3/ Flip Flappers – 73pts
  • 4/ Haikyûu 3 – 40pts
  • 5/ Yuri!!! on ICE – 23pts
  • 6/ Kabaneri of the Iron Fortress – 18,5pts
  • 7/ My Hero Academia – 16,5pts
  • 8/ Space Patrol Luluco – 16pts
  • 9/ Pokémon Sun & Moon – 15pts
  • 10/ Gundam Unicorn – 12,5pts
  • 11/ Kiznaiver – 12pts
  • 12/ Tales of Zestiria the X – 11pts
  • 13/ Le Rakugo ou la Vie – 10,5pts
  • 14/ Fune wo Amu – 9,5pts
  • 15/ Shakunetsu no Takkyu Musume – 9pts
  • 16/ March Comes In Like A Lion – 9pts
  • 17/ New Game! – 9pts
  • 18/ Erased – 9pts
  • 19/ Occultic;Nine – 8,5pts
  • 20/ Jojo’s Bizarre Adventure: Diamond is Unbreakable – 8,5pts
  • 21/ Concrete Revolution The Last Song – 6,5pts
  • 21/ Drifters – 6,5pts
  • 23/ Gundam Iron-Blooded Orphans 2 – 6,5pts
  • 24/ Bungô Stray Dogs – 5,5pts
  • 25/ Re:Zero – 5pts
  • 26/ Sansha Sanyou – 4,5pts
  • 27/ Keijo!!!!!!!! – 4pts
  • 28/ Myriad Colors Phantom World – 3,5pts
  • 29/ KonoSuba – 3pts
  • 30/ Dokyuusei – 2pts
  • 30/ To Be Hero – 2pts



Meilleur visuel

5ème place – Mob Psycho 100

Direction Artistique: Ryo Kouno

Shrykull: « On met un temps s’habituer au style graphique. Mais une fois qu’on est dedans, c’est une explosion de couleurs à tous les instants. »

Shueisha: « Garder un style  proche du trait original de ONE était un pari risqué mais relevé avec succès. Et le mieux c’est que ça donne non seulement quelque chose d’original, mais aussi très cool avec quelques passages vraiment magnifiques ! »

 

4ème place – March Comes In Like A Lion

Direction artistique: Seiki Tamura

Shin’: « Shaft qui se retient tant bien que mal à pas faire des décors trop mindfuck, et il y arrive ! GG. »

Nock: « Gros, gros coup de cœur sur les décors et leur colorisation (je pense entre autres à ces ciels nocturnes un peu « impressionnistes ») et sur tous les effets de lumières. Je ne suis pas fan de toutes les idées visuelles de la série, mais dans l’ensemble, c’est vraiment réussi. Gros point bonus pour le design des quatre génériques de la série. »

Kabu: « De mon point de vue les ajouts de shaft sur le matériau de base sont assez aléatoires. Parfois c’est très pertinent et hyper appréciable. Parfois c’est forcé et inadéquat. A voir, au cas par cas. »

 

3ème place – Flip Flappers

Direction artistique: Kazuto Izumita

Shrykull: « Avec un univers différent par épisode, les artistes y sont allés à coeur joie, avec des panoramas allant du rêve au cauchemar. »

Yoka: « Flip Flappers est incroyablement coloré, tant dans ses personnages que dans ses décors. Et ses décors, parlons-en. Studio PABLO, qui est sans problème le meilleur studio de décors actif, s’est occupé d’une majorité des décors et cela se ressent tant il y a de la variété, des bonnes idées et de la beauté dans leurs décors. L’animé réussit aussi à faire cohabiter ses personnages et ses décors sans qu’on ait l’impression que les premiers soient mal posés sur les deuxièmes, ce qui n’était pas évident mais qui a été réussit puisque visuellement, tout est dynamique et vif dans l’animé. Avoir Takashi Kojima présent à la fois comme CharaDesigneur et Directeur d’Animation en Chef a en plus permis d’avoir une vraie constance dans les dessins des personnages. C’était vraiment un plaisir pour les yeux »

Kabu: « Qui dit mondes variants dit multitudes de formes, de couleurs et d’esthétiques. Et là dessus la série s’en donne à coeur joie. Chaque nouvelle aventure est prétexte à un émerveillement visuel, à une recherche d’ambiance, à des fantaisies graphiques inédites. GoKiGenYou. »

Nock: « Le (désormais fameux) studio Pablo qui nous sert un univers joliment coloré aux inspirations de conte, avec parfois de franches oscillations vers l’abstrait. Déjà, sur le papier, c’est plutôt bien parti, mais ce qui vient vraiment sublimer tout ça, c’est le fait que chaque épisode ait son univers à lui, avec ses décors et sa palette de couleurs. C’est varié, c’est beau et c’est vraiment une excellente surprise pour une série originale sortie un peu de nulle part et qui a su se doter d’une équipe assez hallucinante. »

 

2ème place – Grimgar

Direction artistique: Hidetoshi Kaneko

Poyjo: « C’est loin d’être son premier travail mais c’est clairement sur cette série que le réalisateur, Nakamura Ryousuke est le plus éclatant et intéressant en opposant des moments contemplatifs aux quelques scènes d’actions, souvent crues dans un monde que je rêve toujours de revoir dans une saison 2. »

Nock: « Le duo Nakamura / Hosoi toujours efficace niveau design de leurs séries, grâce une fois de plus au travail de directeur artistique de Hidetoshi Kaneko et de son Atelier BWCA. Dommage que ledit Atelier ait dû fermer récemment à cause des soucis de santé de Kaneko, leurs beaux décors manqueront. »

Yoka: « Grimgar a bénéficié du CharaDesign de Meiko Hosoi (qui a travaillé sur des animés comme KimiUso ou Rakugo) et des décors de Studio BWCA, qui a fermé depuis parce que son directeur artistique qui était aussi le directeur tout court est gravement malade et est plus en état de dessiner ce qui me rend très triste. C’était vraiment un combo gagnant et, logiquement, visuellement Grimgar est vraiment magnifique. Presque trop pour son staff et la production s’est complètement éffondrée au fur et à mesure de l’animé mais ouf, les BluRay sont là et permettent d’(a)voir Grimgar avec la beauté qu’il mérite »

YamaKyu: « Pour Grimgar plus que pour la plupart des anime que je regarde, la beauté des visuels contribue beaucoup à mon appréciation. Les décors façon aquarelle c’est vraiment 10/10, à plus forte raison quand l’anime prend tant de temps juste pour la contemplation. Grimgar a quelques bouts d’épisodes de plusieurs minutes dans lesquels il ne se passe pas grand-chose, où on voit juste les personnages dans leur nouvelle vie quotidienne. Autant de moments où on peut apprécier l’atmosphère créée par (entre autre) les décors. Also, j’ai du mal à pointer du doigt exactement pourquoi, mais je me souviens m’être fait très régulièrement la remarque que les effets de parallaxe (avec les décors) étaient particulièrement satisfaisants, dans Grimgar plus qu’ailleurs. « 

Aldherrian: « Les décors, c’est vraiment une des grosses raisons pour regarder Grimgar. Les couleurs sont fantastiques et leur choix rappelle à chaque plan que nos héros sont quand même dans la merde. Alors vu qu’ils stagnent pas mal, on pourrait penser qu’il y a une répétition des lieux et pourtant, non pas tant que ça. On a toujours de nouvelles pièces, de nouveaux angles. La lumière vient aussi faire vivre ces endroits que ce soit au lever du soleil ou bien en plein après-midi. C’est cette vie quotidienne qui ressort des visuels et qui porte si bien l’anime. »

lololeboiteux: « Un anime absolument remarquable pour ses décors sublimes du début à la fin »

 

1ère place – Sound! Euphonium 2

Direction artistique: Mutsuo Shinohara

Shueisha: « Ca rejoins un peu ce que je dis plus haut, mais c’est complètement fou ! On a toujours cette finesse du trait, ce souci du détail constant, ce soin apporté au moindre élément et même des têtes rigolotes :p . »

Kolya: « C’est drôle, parce que si les autres séries sont citées pour leur patte visuelle unique, fortement colorée ou déjantée, celle-là l’est probablement pour son photoréalisme qui en a mis plein les mirettes. Une victoire qui consacre finalement un style complètement à l’opposé des quatres séries qui précèdent. »

YamaKyu: « J’ai, euh, pris sans doute beaucoup trop de mon temps pour faire des screenshots (*tousse* neufcentquarantedeux *tousse*) donc c’est peu dire que j’approuve. J’suis sur qu’en vrai c’est plus facile de compter le nombre de plans qui ne sont pas screenshot-worthy que le nombre de plans qui le sont.

Et une bonne partie desdites captures sont aussi wallpaper-worthy. En les regardant de nouveau finalement je suis triste que ce soient pas des gif parce que des captures bah ça bouge pas :< (j’ai des gifs aussi hein, j’en ai juste pas 942) « 

Classement détaillé des trente premiers de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

  • 1/ Sound! Euphonium 2 – 93pts
  • 2/ Grimgar – 90pts
  • 3/ Flip Flappers – 87pts
  • 4/ March Comes In Like A Lion – 39,5pts
  • 5/ Mob Psycho 100 – 38pts
  • 6/ Kiznaiver – 27pts
  • 7/ Flying Witch – 26,5pts
  • 8/ Jojo Diamond is Unbreakable – 25,5pts
  • 9/ Kabaneri of the Iron Fortress – 24pts
  • 10/ Le Rakugo ou la Vie – 19pts
  • 11/ Amanchu! – 19pts
  • 12/ Tales of Zetsiria the X – 18pts
  • 13/ Occultic;Nine – 16pts
  • 14/ Yuri!!! on ICE – 15pts
  • 15/ Erased – 15pts
  • 16/ Space Patrol Luluco – 14,5pts
  • 17/ Dokyuusei – 13pts
  • 18/ New Game! – 12pts
  • 19/ Joker Game – 9pts
  • 20/ Bungô Stray Dogs – 9pts
  • 21/ Re:Zero – 7pts
  • 22/ Kanojo to Kanojo no Neko – 5,5pts
  • 23/ Poco’s Udon World – 5pts
  • 23/ Drifters – 5pts
  • 24/ My Hero Academia – 5pts
  • 25/ Food Wars 2 – 5pts
  • 26/ Aikatsu! Stars – 4pts
  • 27/ Magic-kyun! Renaissance – 3,5pts
  • 28/ Ushio to Tora 2 – 3,5pts
  • 29/ Macross Delta – 3pts
  • 30/ Dimension W – 2,5pts
  • 30/ Love Live Sunshine – 2,5pts



Meilleure écriture

5ème place – Sound! Euphonium 2

Amo: « Sound! Euphonium 2 c’est évidemment un cas particulier car on sera tous unanime sur le fait que cette seconde n’est pas au niveau, dans ce qu’elle aborde, de la première saison. Alors que la première saison avait une dynamique claire, évidente et précise, cette seconde saison va pas mal faire de détours et s’attarder beaucoup plus sur des dramas au sein du club de fanfare, dramas qui concernent des personnages qui n’étaient même pas connus au moment de la première saison. C’est un peu étrange mais cela m’a quand même passionné, d’autant que je trouve la manière dont ce drama est géré d’un réalisme concret, ayant pu assister personnellement à des événements réellement similaires lors de mes années lycée. Tout reste donc juste, c’est une représentation concrète de l’adolescence, on ne part jamais dans l’exagération et j’en suis sorti avec plus d’affection pour les personnages concernés. Ca ne m’a donc pas semblé inutile.

Maintenant que j’ai défendu l’intrigue « drama » du début de saison, le reste de la saison a quand même des passages sublimes, émouvants et qui nous impliquent complètement dans les personnages, tout en gardant une justesse admirable, rarement vu ailleurs. Que ce soit toute l’intrigue autour du personnage d’Asuka, les doutes de la soeur de Kumiko ou bien l’excellentissime avant-dernier épisode, et sa conclusion aussi frustrante qu’inspirante, les moments forts s’enchaînent. Le seul vrai bémol ? Cette intrigue sans queue ni tête avec Reina lors de l’épisode 11, qui ruine réellement la dynamique de la série jusque là et qui est, pour la majorité, du contenu inédit crée pour l’occasion. Choix étrange, mais qui ne doit pas cacher la haute qualité de l’écriture de cette seconde saison d’Euphonium. » 

4ème place – March Comes In Like A Lion

Kabu: « “ Bonjour monsieur, connaissez-vous Honey & Clover ?”

Hum ouais, bref, Umino Chica as usual. C’est poignant, c’est sensible, ca marche et ça fait mal. Qu’est-ce que vous voulez de plus ? »

Nock: « Je suis assez biaisé dès qu’on parle de Chica Umino, mais il y a deux choses qui me frappent à chaque fois que je lis ses mangas, c’est sa façon de raconter la mélancolie et l’humanité de ses personnages, même ceux qu’on pourrait, au premier abord, penser assez unidimensionnels.
Alors on pourrait reprocher des choses à la série : par exemple, le fait que son personnage principal ne soit quasiment qu’un spectateur durant toute la deuxième partie, mais en même, il se dégage une telle force de ce récit, et jusqu’au bout, on a envie de croire en les personnages. »

 

3ème place – Mob Psycho 100

Shrykull: « MieuxQueOnePunchMan- voilà, ça c’est dit. Si les 3 premiers épisodes ne convainquent pas forcément, très axés humour et monster-of-the-week bizarre, quand le scénario prend son envol, c’est vraiment bon. La personnalité de Mob, son rapport avec son frère et Reigen ont beaucoup plus de profondeur qu’au premier abord et l’histoire devient carrément prenante – au premier degré. »

Amo: « J’aurais honnêtement des trucs à reprocher à l’écriture de Mob Psycho, particulièrement à la fin quand la série repart dans l’humour potache après nous avoir fait croire qu’on allait avoir un truc plus sérieux et plus profond. Mais si j’enterre ma déception, je dois admettre et même admirer la maîtrise d’écriture de l’ensemble de la série qui parvient magistralement à jongler avec des tas d’émotions contradictoires – rire, peur, larmes, intensité – et a nous faire naître de nombreux sentiments pour des personnages parfois un peu débiles. Ok, ONE est un bon auteur, c’est désormais indéniable. »

 

2ème place – Erased

Shrykull: « “Meilleure écriture” jusqu’à l’épisode 9, “Anime le plus décevant” à partir de là. Un drame très juste et prenant, mais un mystère médiocre. »

AxelTerizaki: « Objectivement, Erased fait le job. Le voyage dans le temps c’est toujours un peu tricky à gérer, et les enquêtes / thrillers c’est pire, alors imaginez mixer les deux. »

Amo: « Oui, on grille le coupable hyper facilement mais l’animé ne cherche jamais vraiment à cacher son identité, préférant concentrer son écriture sur d’autres thèmes comme la violence domestique et le silence de plomb qui entoure le sujet dans ce Japon des années 80/90. Et sur ces thèmes là, finalement jamais abordés avec sérieux dans l’animation japonaise, Erased fonctionne vraiment. »

Yoka: « Curieux de savoir ce que vaut l’adaptation, j’ai lu le manga d’Erased. Mon avis ? L’animé est mieux écrit que le manga. Donc cette place dans le top est amplement mérité. »

 

1ère place – Le Rakugo ou la Vie

lololeboiteux: « Une fresque humaine, historique et artistique de grande qualité du début à la fin »

Apey: « Magnifique fresque historique sur des décennies du XXe siècle japonais, avec des personnages tous intéressants et très bien développés. La première saison se concentre sur un flashback de la jeunesse du protagoniste, et il est très bien construit malgré le fait qu’on connaisse l’issue à l’avance. Une des plus belles oeuvres de ces dernières années. »

Poyjo: « Rakugo n’invente rien, se contente de présenter plusieurs personnages attirants pour des raisons complètements différentes et de les mettre ensemble à une foule de dates différentes et voir comment leurs interactions vont finalement mettre en marche un destin tragique autour d’un art que les occidentaux ne connaissent pas, que les japonais oublient petit à petit ; qui a pourtant toutes les droits et raisons de se faire connaitre. « 

RdNetwork: « Difficile de faire à la fois un drame historique et psychologique, qui plus est à plusieurs niveaux. Et pourtant ! Tout Rakugo est un déroulé fascinant, mêlant flashbacks et passé oublié, contant les histoires singulières et inoubliables d’une galerie de personnages tous plus réussis les uns que les autres. Le tout enrobé d’un côté dans une fresque historique de l’art populaire japonais et son évolution dans des temps troublés, autant pour les personnages que la société en général ; et de l’autre dans un drame romantique très chargé.

Chaque petit moment est un délice de développement ou de relationnel. Chaque représentation de rakugo est rigoureusement choisie dans un contexte personnel ou historique pour les personnages. Chaque ligne, chaque regard semblent avoir été calibrés pour retranscrire une puissance émotionnelle qui charge chaque épisode, et même les moments légers sont des plaisirs dont il faut vite profiter. Rakugo est une série qui vous fera rire, vous émerveiller, réfléchir, et pleurer. »

Classement détaillé des trente premiers de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

1/ Le Rakugo ou la Vie – 72,5pts

2/ Erased – 65pts

3/ Mob Psycho 100 – 64pts

4/ March Comes In Like A Lion – 54pts

5/ Sound! Euphonium 2 – 44,5pts

6/ Re:Zero – 41pts

7/ Fune wo Amu – 31,5pts

8/ Yuri!!! on ICE – 25pts

9/ Kiznaiver – 19pts

10/ Jojo’s Bizarre Adventure: Diamond is Unbreakable – 18,5pts

11/ 91 Days – 16pts

12/ Grimgar – 16pts

13/ Joker Game – 15pts

14/ Assassination Classroom 2 – 14,5pts

15/ Haikyû 3 – 13,5pts

16/ Danganronpa 3 – 13pts

17/ Gundam IBO 2 – 9,5pts

18/ KonoSuba – 9pts

19/ My Hero Academia – 9pts

20/ Flying Witch – 8pts

21/ ReLIFE – 8pts

22/ Alderamin on the Sky – 6,5pts

23/ Poco’s Udon World – 6pts

24/ Le Pacte des Yokai 5 – 6pts

25/ Flip Flappers – 5,5pts

25/ Your Name – 5,5pts

27/ Koyomimonogatari – 5,5pts

28/ Food Wars 2 – 5,5pts

29/ Dokyuusei – 5pts

30/ Macross Delta – 4,5pts



Meilleure comédie

5ème place – New Game!

Shrykull: « De la tranche de vie feel-good dans un studio de développement de jeu vidéo, qui arrachera parfois un sourire. Néanmoins, niveau “humour au travail”, Servant x Service s’en sortait beaucoup mieux. »

Yoka: « New Game est pas forcément une comédie dans le sens “on rit à gorge déployée pendant 25 minutes” mais c’est typiquement de l’animé feel good qu’on commence de bon cœur et qu’on finit avec un bon sourire. »

Apey: « Pareil, ce n’est pas vraiment une série qui me fait énormément rire. Mais je sors de chaque épisode avec un large sourire à chaque fois tellement j’aime ses personnages. »

Nock: « Lecteur du manga, j’ai attendu 6 épisodes le passage du sac de couchage nounours. Je n’ai pas été déçu. »

 

4ème place – Sakamoto desu ga

Shrykull: « Hilarant. Shinji Takamatsu (Gintama, Nichibro…) a un vrai talent dans la réalisation de comédies. Donnez-lui un matériau déjà drôle de base, et pouf, comédie de l’année. En 2016, il a aussi réalisé la suite de Bouei-bu Love!, qui était bien meilleure que la 1ère saison et même un poil plus drôle que Sakamoto. Bonne année pour lui. »

3ème place – Space Patrol Luluco

Kmeuh: « L’épisode avec Sucy m’a tuer. De manière générale tous les épisodes avant la dernière partie de l’anime sont hilarant. »

Amo: « C’est effectivement parfois assez drôle. Surtout quand débarque Midori et son envie insatiable de pognon et de beaux mecs. »

 

2ème place – Kono Subarashii Sekai ni Shukufuku wo!

Poyjo: « Je ne comprends pas ce qu’il y a de si geniMEGUMIN »

lololeboiteux: « La référence en terme de parodie pour un anime de type isekai »

Amo: « EXPLOSION~ »

 

1ère place – Keijo!!!!!!!!

lololeboiteux: « Aussi improbable que fun une fois qu’on accepte le concept du délire »

Yoka: « Je n’ai pas mis Keijo en comédie mais je reste satisfait de voir l’animé remporter un prix quelque part parce qu’il le mérite vraiment. Sur la partie purement comédie, une partie non négligeable vient de l’adaptation française de Crunchyroll qui a vraiment fait un boulot incroyable sur les sous-titres et les noms d’attaque. On ne parle pas assez des traducteurs, adaptateurs et autres staffs qui nous permet de regarder nos animés dans une langue que l’on parle et je profite du coup de ce prix pour les saluer et les remercier pour tout leur travail. « 

Lua: « Merci Crunchyroll pour cette traduction qui restera dans les anal-es. »

Shrykull: « 80% de l’humour étant assuré par la fantastique traduction Crunchyroll FR. »

Kabu: « Meilleur nanard de l’année voir des 3 dernières. Attrapez vos bières et vos potes et vous ne le regretterez pas. Il faut noter aussi la fabuleuse adaptation de CR qui arrive à placer des vannes à des endroits toujours plus improbables. « 

Kolya: « Le culossal Keijo fait son entrée dans les Prix Minorin avec brio, telle une raie de lumière éclairant nos humbles âmes, et culmine au sommet du top de la meilleure comédie. Un régal pour les papilles. »

Apey: « Ce n’est pas forcément l’anime qui m’a le plus fait rire de l’année mais je suis content de le voir ici car cela me permet de souligner ses qualités en tant que shonen sportif. C’est à la fois très barré et très stratégique, cela donne un résultat surprenant et fun à suivre. »

Classement détaillé des trente premiers de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

1/ Keijo!!!!!!!! – 55,5pts

2/ Kono Suba – 54,5pts

3/ Space Patrol Luluco – 50,5pts

4/ Sakamoto, desu ga – 46pts

5/ New Game! – 44pts

6/ Mob Psycho 100 – 42,5pts

7/ Flying Witch – 28pts

8/ Anne Happy♪ – 24,5pts

9/ WWW.Working – 24pts

10/ Tanaka-kun wa Itsumo Kedaruge – 20pts

11/ Nobunaga no Shinobi – 20pts

12/ Saiki Kusuo no Psi-nan – 19,5pts

13/ Dagashi Kashi – 19pts

14/ Binan Koukou Chikyuu Bouei-bu LOVE – 18pts

15/ Teekyuu – 17pts

16/ Mayoiga – 13pts

17/ Jojo’s Bizarre Adventure: Diamond is Unbreakable – 10pts

18/ Kuma Miko – 7,5pts

19/ Watashi ga Motete Dousuno – 7pts

20/ Kono Bijutsubu ni wa Mondai ga Aru – 7pts

21/ Handa-kun – 7pts

22/ Gi(a)rlish Number – 6,5pts

22/ Sekkou Boys – 6,5pts

24/Gakuen Handsome – 6pts

25/ My Hero Academia – 6pts

26/Sansha Sanyou – 5,5pts

27/ Fudanshi Koukou Seikatsu – 5pts

28/ ReLIFE – 4,5pts

29/Tonkatsu DJ Agetaro – 4pts

30/ Nanbaka – 4pts



Meilleure série courte

Un prix visant à récompenser les séries “courtes”, c’est à dire celles dont les épisodes durent moins de quinze minutes.

5ème place – Teekyuu 8

Nock: « L’histoire du père de Kanae est peut-être une des séquences les plus émouvantes offertes par l’animation japonaise en 2016. »

Amo: « Maintenant que la série est disponible légalement chez nous sur Crunchyroll (en anglais sous-titré uniquement, certes), j’espère que vous allez tous jeter un oeil à cette série, devenir addict et sombrer dans la spirale du lol. »

Kmeuh: « Année 2024, Teekyuu 17 encore dans le top 5 des Prix Minorin, il faut croire que le public a toujours du bon goût en matière de série courte et drôle. »

 

4ème place – Koyomimonogatari

Shrykull: « La dernière saison de Monogatari en date est épisodique. A chaque épisode, Koyomi rencontre un nouveau problème, une nouvelle apparition, qui, surprise,  n’en sera souvent pas une. C’est une saison très intéressante et bien écrite qui est un peu un best-of de divers concepts philosophiques et psychologiques ; possiblement ma préférée. »

 

3ème place – Kanojo to Kanojo no Neko

Fujiwara Ritsu: « Mélangeant une narration originale, avec un visuel de bonne qualité et des musiques relaxante cette anime mérite amplement sa place. »

Yoka: « Je reste assez mitigé sur ce remake du short de Shinkai mais au moins, cette version de 2016 a une vraie realization derrière et fait passer un joli bien que triste message. La série a ses défauts, avec on rythme un peu étrange et des choix pas toujours bienheureux, mais elle a au moins essayé de raconter son histoire jusqu’au bout. »

2ème place – Nobunaga no Shinobi

Aldherrian: « On reconnaît tout de suite au rythme survolté de l’anime l’héritage du yon-koma (Bon ok c’est pas Teekyuu non plus). On suit à cent à l’heure la montée en puissance de Nobunaga et même si on sent un regard assez complaisant sur l’homme, la série est indéniablement fun. Comédie la plus historique ou cours d’histoire le plus comique, choisissez mais regardez Nobunaga no Shinobi. « 

Nock: « Derrière son design tout mignon se cache en fait une série assez intéressante (même si je ne peux pas confirmer la véracité historique de tous les éléments), rigolote et, mine de rien, assez prenante à suivre. Une très bonne surprise que cette série « courte ». »

RdNetwork: « Les adaptations linéaires de 4-koma en animes courts ont tendance à se ressembler pas mal, à cause de leur structure. Réussir donc à en faire une comédie historique au timing parfait, et tiré d’un manga fait par un passionné (avec un réalisme historique prononcé et assez dingue) est donc une vraie sensation. Matez NobuShino, vous avez rien à perdre et c’est vraiment fun et agréable pour tout le monde. »

 

1ère place – Space Patrol Luluco

Kmeuh: « Trigger et les références, une grande histoire d’amour qui perdure encore.

Certains peuvent reprocher à Luluco d’avoir une romance un peu forcée et pas très utile à l’histoire, il n’empêche que la série aura été un vrai plaisir à suivre, autant pour son visuel très sobre et coloré que pour son animation et ses sakugas dont la bande de Yoh Yoshinari a le secret. »

Nock: « La première « saison » ne m’a pas convaincu, mais une fois que la série est lancée, c’est plutôt fun (même si, en définitive, j’ai été plus intéressé par l’aspect « œuvre personnelle d’Imaishi » que par l’histoire à proprement parler ^^). Dommage que le créneau télévisé Super Anime Time ait disparu depuis : le format 8 minutes, c’était pas mal et ça permettais plus de choses que les habituelles 2 ou 3 minutes des séries courtes. »

Kabu: « On croyait que Ninja Slayer serait le digne héritier d’Inferno Cop et on n’arrive toujours pas à savoir si on avait raison. Mais ce qu’on sait en revanche c’est que Luluco canalise un peu la folie de Imaishi et ses potes et devient de fait une série bien plus agréable à suivre. Heureusement, car pour les 5 ans du studio Trigger, avoir un anime mascotte incapable de parler à quelqu’un d’autre que les 4 allumés habituels, ce serait un peu dommage. Mais Luluco fait mieux que ça, elle place les gimmicks habituels et les séries du studio dans un maelstrom improbable et tente d’en tirer un “Triggerverse” plus ou moins structuré.  Est-ce que ça va tenir ? probablement pas.  Est-ce que ça valait le coup de se BATTRE POUR LA JUSTICE ? oui, assurément. »

Classement détaillé et complet de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

1/ Space Patrol Luluco – 118pts

2/ Nobunaga no Shinobi – 47,5pts

3/ Kanojo to Kanojo no Neko – 46pts

4/ Koyomimonogatari – 34,5pts

5/ Teekyuu 8 – 28pts

6/ Pokémon Generations – 25pts

7/ Tonkatsu DJ Agetaro – 21,5pts

8/ Fudanshi Koukou Seikatsu – 19pts

9/ To Be Hero – 19pts

10/ Saiki Kusuo no Psi-nan – 18pts

11/ Sekkou Boys – 18pts

12/ Gakuen Handsome – 15pts

13/ Oshiete! Galko-chan – 14pts

14/ Nijiro Days – 12pts

15/ Onara Goro – 11pts

16/ Ojisan to Marshmallow – 10,5pts

17/ Mahou Shojo Naria Girls – 9pts

18/ Mrs Bernard Said – 8,5pts

19/ Nyanbo – 8pts

20/ Bananya – 7,5pts

21/ Ooyasan to Shinsuki! – 7pts

22/ Kagewani Shô – 6pts

22/ Bishojo Yuugi Unit Crane Game Girls – 6pts

23/ Tabi Machi Late Show – 4pts

23/ My Wife is the Student Council President 2 – 4pts

25/ Chi’s Sweet Home – 1pt



Meilleur studio

Le studio ayant fait le meilleur boulot sur l’ensemble de l’année. Ca peut être aussi bien pour un seul anime en particulier que pour une année solide et régulière.

5ème place – A-1 Pictures

Poyjo: « Il sera dans ce top pour toujours. On peut pas faire autrement que de faire avec et de se rappeler chaque année que le pire et le meilleur vient toujours de ce studio. »

Yoka: « J’aime bien A1 parce que son fonctionnement, il n’utilise que des gens en freelance à pratiquement tous les postes, lui permet de réaliser des animés intéressants en récupérant des gens venus de toute part. Ca le rend impossible à juger en tant que studio parce qu’il ne fait rien par lui-même mais il offre énormément de possibilités qui peuvent être très réussis, comme ce fut le cas avec Erased ou Grimgar, ou franchement décevants, et coucou Qualidea Code. »

4ème place – SHAFT

Amo: « Kizumonogatari est enfin sorti et le studio a pu se lancer dans une adaptation de March Comes In Like A Lion et ainsi collaborer avec une Chica Umino chaude patate. »

 

3ème place – DEEN

Apey: « Rakugo, KonoSuba, Sakamoto. De très bonnes adaptations pour des raisons bien différentes. Logique de le voir là. »

lololeboiteux: « Une année remarquable pour une studio longtemps honni qui nous a servi des titres très réussis cette année. »

Yoka: « 2016, c’est l’année où les gens se sont réconciliés avec DEEN. Même si bon, le studio reste dans son mode de fonctionnement précédent a accepté globalement tout ce que les comités de production leur proposent sans vraiment se poser plus de questions que ça. Du coup, attendez-vous encore dans les prochaines années à ne pas voir dans les animés de DEEN et ils vont enchainer le très bon et le très mauvais sans aucune rigueur ni logique. »

 

2ème place – Kyoto Animation

Pégase: « Puisque c’est la seule occasion que j’aurai d’en reparler, je tiens à prendre quelques secondes de votre temps pour dire que si d’accord Hibike! Euphonium c’est très bien, Musaigen no Phantom World n’est pas si nul qu’on veut bien le dire. Si la série a effectivement un goût très « light novel random » dans sa globalité, elle bénéficie d’une poignée d’épisodes vraiment bien réalisés et particulièrement dignes d’intérêt.

Je retiens notamment celui du manoir aux chats mais aussi l’épisode où le personnage principal redevient enfant et où le personnage féminin principal doit s’en occuper comme une mère adolescente qui devrait se charger d’un enfant, particulièrement bien fichu et assez émouvant. Rangez vos a priori, donnez une chance au coureur. »

Yoka: « Si on laisse de côté le film de Silent Voice parce que je ne pense qu’il y ait plus de 5 votants de Minorin qui l’ait vu parce qu’il fallait forcément quitter la France pour le trouver, l’année 2016 chez KyoAni a été bof. Ils ont réalisé un film, High Speed (qui est techniquement Animation Do mais je vais pas chipoter là-dessus) qui était chiant mais d’une force, Phantom World que j’ai trouvé sympa mais euh je l’avais oublié, et la S2 de Eupho que je trouve bien en deçà de la 1re. Du coup, je suis perplexe. Soit les votants se sont basés sur Silent Voice et le studio mérite amplement sa place soit ils ont voté pour le reste et j’ai aucune idée de comment le studio s’est retrouvé aussi haut parce que cette année était pas ouf d’un point de vue purement consommateur.   « 

1ère place – Bones

Yoka: « Juger un studio sur le travail d’une année, c’est toujours un peu particulier. Il faut laisser de côté tous les à-priori qu’on peut avoir et vient ensuite le délicat de « un animé est en cours de réalisation au moins 1 an avant la diffusion de son premier épisode », ce qui fait que le travail d’un studio sur une année est en fait celle des années précédentes ? Et encore, ça reste assez simplifié. Ne serait-ce que parce que des studios comme A1 n’ont pratiquement personne de rattaché aux studios et n’utilisent du coup que des freelance.

Ceci étant dit, Bones mérite sa première place parce qu’en se basant sur les animés diffusés en 2016 et qui sortent de chez eux, il n’y a rien à jeter et il y a de vrais pépites. Mob Psycho est un animé impressionnant d’animation et de visuel, My Hero Academia, en laissant de côté ses problèmes de rythme, est une excellente adaptation du manga, les 2e cour de série de 2015 (Shirayuki et ConRevo) n’ont pas grand-chose à se reprocher. La seule ombre est Bungou et, well, j’espère qu’un jour, quelqu’un réussira à donner quelque chose de bien à Igarashi qui ne pouvait pas faire des miracles ici. »

 

Classement détaillé et complet de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

1/ BONES – 117pts

2/ Kyoto Animation – 65pts

3/ DEEN – 36,5pts

4/ SHAFT – 35pts

5/ A1 Pictures – 29,5pts

6/ Trigger – 29pts

7/ JC Staff – 27,5pts

8/ MAPPA – 22pts

9/ White Fox – 22pts

10/ Sunrise – 20pts

11/ Production IG – 18,5pts

12/ 3Hz – 18pts

13/ Dogakobo – 14pts

14/ Silver Link – 9pts

14/ feel – 9pts

16/ LERCHE – 8,5pts

17/ Ufotable – 5,5pts

18/ Madhouse – 5,5pts

19/ David Production – 4pts

20/ OLM – 3,5pts

21/ Shuka – 2,5pts



Animé le plus sous-estimé

Pour cette catégorie, les jurys avaient à répondre à la question: « Quel anime aimeriez-vous que plus de monde y jette un œil ? »

5ème place – Flying Witch

Nock: « On pourrait dire que Flying Witch, c’est parfois un peu concon, et je ne pense pas qu’on aurait totalement tort, mais c’est, je trouve, une série réellement bienveillante, qui apporte un peu d’enchantement, d’émerveillement. En 2016, j’attendais beaucoup de l’animé d’Amanchu !, et je ne me doutais pas que, finalement, ce ne serait pas lui, le successeur spirituel d’Aria. »

YamaKyu: « Moi j’aime bien Flying Witch parce que l’anime c’est exactement le titre. Une sorcière, qui vole. Voilà. Bon ok elle fait d’autres choses, et y’a d’autres personnages surnaturels et tout et tout. Mais ce qui importe c’est que si ici « Flying Witch » ça fait un banal et pas très impactant comme titre, c’est parce que c’est vraiment à l’image de l’anime ; la représentation de la magie la plus impactante que vous verrez, c’est des trucs qui volent. Tout le reste est intentionnellement peu mis en avant et discret. Et ça fait BIZARRE. Perso je ne suis pas habitué à ce qu’un sorcier qui se téléporte ne fasse aucun bruit ni effet visuel super flashy.

Bah Flying Witch c’est que ça. Et c’était bien.

Dé-corréler la magie de tout effet impactant c’était tout bête mais c’est chouette de l’avoir fait. Pour Flying Witch un peu comme pour Grimgar, l’ensemble est assez contemplatif, et surtout très tranche de vie finalement. L’anime nous fait découvrir des êtres surnaturels et les rends tous sans exception très attachants (même les plus bizarres (ok p’t’être pas la mandragore au début là)). La majorité des personnages non-sorciers sont fort fort sympathiques aussi, et contribuent beaucoup à créer une atmosphère *apaisante et positive*, sur laquelle tout l’intérêt de Flying Wicth repose. « 

Yoka: « Dans un monde parfait, Flying Witch aurait duré un an et aurait été diffusé à un créneau familial et où, chaque semaine, enfants et parents auraient suivi avec plaisir et émerveillement le quotidien de cette jeune sorcière et de personnages qui l’entourent. Dans ce monde, Flying Witch a été diffusé au milieu de la nuit et est passée relativement inaperçue. A défaut de pouvoir financer une année entière d’animé, j’espère qu’au moins, ces Prix Minorin permettont à quelques personnes de plus de découvrir la série et d’être emporté par sa magie, sa joie, sa bonne humeur et ses personnages hauts en couleurs.   « 

4ème place – Flip Flappers

Yoka: « J’aime beaucoup Flip Flappers qui est mon 2e animé favori de cette année. La série raconte vraiment un beau message d’une découverte de la sexualité avec ses doutes, ses joies, ses insécurités et ses hésitations. Et pour raconter son histoire de ses 3 personnages principaux, l’animé a fait le choix intéressant de presque ne pas avoir d’histoires avec une narration décousue et faites de non-dits. Cette belle tentative ne tient pas jusqu’au bout et les derniers épisodes ont un script beaucoup plus classique mais l’animé y gagne en contrepartie une magnifique conclusion. »

Shin’: « Du magical girl avec des explosions, qui peut ne pas aimer ?! »

Nock: « Une série très plaisante à regarder. C’est un peu dommage que la production ait décidé qu’il valait mieux s’asseoir sur toute velléité de construction scénaristique. Cela dit, rien que pour son superbe univers graphique, certains excellents épisodes et le meilleur hommage au super robot depuis Gurren Lagann, je recommanderais cette série sans hésiter. »

 

3ème place – Grimgar

YamaKyu: « Mon coup de cœur de l’année, non sans défauts (j’ai ouï dire d’ailleurs que la production a été pas mal compromise vers la fin de la série) mais truffé de qualités. Grimgar a pas mal voulu jouer la carte de l’univers auquel on croit (pas forcément réaliste, il s’agit de fantaisie ici), par ses personnages et leurs interactions, mais aussi par la manière dont les monstres agissent. Même quand ils deviennent plus expérimentés, le *risque* est omniprésent pour le groupe de protagoniste (DanMachi avait une approche un peu similaire, mais diffère dans l’execution), ce qui détonne avec ce à quoi on est un peu plus habitué dans la fiction heroic-fantasy. Le rythme p’t’être un poil lent de l’anime va aussi dans ce sens là ; puisqu’il ne s’agit clairement pas de montrer des personnages over-powered (on est diamétralement opposé à l’approche de Sword Art Online, ou même d’Overlord par exemple) ça a grave du sens qu’ils ne soient pas en permanence dans le feu de l’action, et qu’on soit avec eux quand ils récupèrent ou essaient juste de comprendre un peu mieux ce nouveau monde. C’est cohérent, on arrive à y croire, et je pense que c’est ce qui importe dans Grimgar. Du moins c’est ce qui m’importe, et c’est le principal truc que j’en ai retenu »

Aldherrian: « Grimgar porte bien son nom, c’est peut-être du médiéval fantastique mais quand on arrive sans matos et « niveau 1 », c’est surtout la poussière qu’on mange avec la menace d’une mort bien douloureuse et définitive. En suivant une équipe de bras cassés qui doit survivre dans tout cet enfer, on observe l’évolution d’une camaraderie maladroite où chacun doit bosser dur pour la synergie du groupe. Synergie sur laquelle repose leur survie la plus élémentaire. Alors oui du coup on voit « le village du début » et ses gobelins. Mais on voit aussi ce qui arrive quand on est trop téméraire. Tout au long de la série, nos petits aventuriers en herbe doivent se faire les psys des uns des autres pour continuer d’avancer en dépit de tout et c’est là la richesse de Grimgar. En fait, Grimgar, c’est un peu un Sword Art Online qui a compris son sujet. »

Shrykull: « 200% oui. Il y a un calme assez unique qui ressort de Grimgar. L’anime va parfois avoir des scènes de ville sans dialogue, seulement de la musique, sans être ennuyant. Très reposant et intime. »

Yoka: « Grimgar a fait un choix assez étrange dans le 1er épisode, c’est d’avoir mis des passages hyper fanservices et un certain nombre de spectateurs ont été là en mode « non, c’est pas ma came, j’aime pas le fanservice, je lis que Famille Chrétienne » et se sont arrêtés là, ce qui est vraiment dommage. Parce que Grimgar, c’est une histoire poignante et touchante d’un groupe d’aventuriers sans talents particuliers qui se battent contre des goblins qui ne cherchent eux aussi qu’à survivre. Les combats sont violents parce qu’il n’y a pas ici de MC surpété qui arrive et OS tout le monde d’un simple mouvement de poignet. Il n’y a que des êtres qui se battent pour leur survie et auxquels on s’attache, humains comme gobelins.

Avant de vous lancer dans l’animé, un conseil cependant : regarder la version BluRay parce que la production s’est complètement effondrée et les épisodes finaux de la version TV sont plus proches d’un diaporama PowerPoint que d’un animé. »

2ème place – Le Rakugo ou la vie

Nock: « Vu la présence partout dans ces tops, pas sûr que la série soit si sous-estimée. Effectivement, ce n’est pas une grande série populaire dont tout l’Internet a parlé. Cela dit, elle a acquis un vrai succès d’estime, et ce n’est pas dit qu’elle ne devienne pas, auprès des amateurs d’animation japonaise, un long-seller, dont on parlera encore avec nostalgie et bienveillance dans dix ans, à l’instar d’un Mushishi.
Du coup, sous-estimé, je ne pense pas. À mon avis, elle a bien su toucher le public qu’elle visait et sa fanbase va encore s’élargir avec le temps (#MadameSoleil). « 

 

1ère place – Fune wo Amu

RdNetwork: « Malgré ses airs de slice-of-life de niche “qui parle de bouquins”, Fune wo Amu est une série vraiment singulière, tant sur le ton que sur son propos. Adapté d’un roman (lui-même déjà adapté en film live à succès au Japon), c’est une vraiment belle série, un vrai beau drame adulte, très sobre et très personnel. Il n’y a pas forcément beaucoup “d’implications” dans le sens où les drames à l’échelle d’humains dans un Tokyo moderne. Mais c’est un vrai drame social qui parle de communication entre personnes, avec le monde étrangement attirant de la conception de dictionnaires en Japonais comme outil.

Les personnages sont sobres mais touchants, marqués sans être caricaturaux, et la série reste toujours à un niveau équilibré entre légèreté et sérieux.  J’aime à penser que la série est un espèce de successeur à Hyouka dans son ton et son propos, basé non plus cette fois au lycée avec des intrigues “mystérieuses” mais dans la vie active avec des problèmes plus professionnels et de salaryman casé. Une vraie surprise qui s’est transformée en vraie claque (visuelle, notamment) jusqu’au bout. »

Nock: « Il est effectivement regrettable que l’on n’ait pas plus parlé de cette excellente série qui en plus, pour la première depuis un bon moment, renouait avec l’ADN des débuts de la case horaire NoitaminA (qui, on ne va pas se mentir, n’a plus vraiment de ligne éditoriale depuis plusieurs années) »

Poyjo: « Le problème d’un bon nombre de gens (et le mien aussi) est de toujours s’arrêter sur le sujet pour décider de la valeur d’une série et c’est sans doute pour ça que je n’ai toujours pas vu de séries d’idoles.

Pourtant Fune wo Amu est la preuve indétrônable que c’est la manière dont on traite le sujet qui rend celui-ci passionnant. Un héros au dos vouté ? Des dictionnaires ? Peu importe, laissez-vous entrainer si ce n’est pas déjà fait. « 

Yoka: « J’avoue, j’ai maté Fune en 2017 parce qu’il était dans le top des animés d’Apey. Pas que j’avais un apriori sur l’animé mais fuck Amazon, j’avais complètement raté l’animé parce qu’il est pas dispo en simulcast sur les plateformes habituelles. Et au final, j’ai du me faire tout l’animé en 1 semaine parce que ouaip, je le valide vraiment. L’animé traite d’un sujet absolument inhabituel, la création d’un dictionnaire, et a donc une narration et un traitement entièrement différent d’un animé habituel puisqu’il est vraiment rare de suivre des adultes travaillant normalement dans leur vie de tous les jours. C’est 11 épisodes, ça se regarde vraiment bien donc je recommande sans hésiter.       « 

Classement détaillé des trente premiers de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

1/ Fune wo Amu – 56pts

2/ Le Rakugo ou la Vie – 52pts

3/ Grimgar – 32pts

4/ Flip Flappers – 30pts

5/ Flying Witch – 27,5pts

6/ ReLIFE – 20,5pts

7/ March Comes in Like A Lion – 20pts

8/ Space Patrol Luluco – 18pts

9/ Alderamin on the Sky – 17,5pts

10/ Magical Girl Raising Project – 15,5pts

11/ Kiznaiver – 14pts

12/ Joker Game – 13pts

13/ 91 Days – 12,5pts

14/ Mob Psycho 100 – 11,5pts

15/ Saiki Kusuo no Psi-nan – 11pts

16/ Amaama to Inazuma – 11pts

17/ Aikatsu! Stars – 10,5pts

18/ WWW.Working!! – 10,5pts

19/ Nobunaga no Shinobi – 10,5pts

20/ Binan Koukou Chikyuu Bouei-bu LOVE LOVE – 10pts

20/ Pokémon Sun & Moon – 10pts

22/ Amanchu! – 10pts

23/ Phoenix Wright Ace Attorney – 10pts

24/ Drifters – 10pts

25/ Sansha Sanyou – 10pts

26/ Anne Happy♪ – 9,5pts

27/ Poco’s Udon World – 8,5pts

27/ Gundam Iron-Blooded Orphans 2 – 8,5pts

29/ Shakunetsu no Takkyu Musume – 8,5pts

30/ Keijo!!!!!!!! – 8pts



Personnalité de l’année

LA personne qui a le plus marqué de son empreinte l’animation japonaise en 2016. Réalisateur, scénariste, animateur, producteur, comédien de doublage ou chara-designer, son travail sur une oeuvre précise ou sur l’ensemble de l’année fut remarquable.

5ème place – Kiyotaka Oshiyama

RdNetwork: « Un réalisateur passionné de psychologie et de philo, ça donne forcément des choses intéressantes. Surtout quand la personne est très douée dans sa conception visuelle ! »

Yoka: « Premier animé en tant que réal pour Oshiyama et on sent qu’avant d’être réalisateur, il a d’abord fait tous les autres postes en commençant par intervalliste. Il y a une vraie recherche dans son travail de l’animation et du mouvement au point qu’il se soit occupé lui-même de l’animation d’un certain nombre de cuts de sa série. Avec ses contacts, il a en plus pu amener pas mal de jeunes talents pour l’épauler sur toute la partie animation.

On sent tout de même une inexpérience dans sa réalisation mais j’espère qu’il aura des nouveaux projets à venir. »

Kabu: « Ouais, je sais pas trop en fait. Flifla reste sympa, mais Oshiyama est quand même pas mal responsable des errances de l’anime. Il a même déclaré ne pas vraiment savoir ce qu’il voulait faire de sa série. Je veux bien lui donner un pouce vert d’encouragement pour s’y être autant impliqué. Il a fait des cuts sur une bonne moitié des épisodes, son ED super cool, etc… Mais le résultat est tout de même en demi-teinte vu la promesse initiale. »

 

4ème place – Yuzuru Tachikawa

Yoka: « Deuxième animé pour Tachikawa. Après un Death Parade qui avait de sérieux problèmes, cette fois-ci le réalisateur a pu travailler sur une adaptation de manga et force est de constater qu’il s’en sort beaucoup mieux. Cela dit, quitte à nominer quelqu’un de Mob, c’est Yoshimichi Kameda, le directeur d’animation en chef de la série, qu’il aurait fallu mettre en avant. Si l’animé a un tel niveau, c’est majoritairement par sa présence, son talent et ses contacts. Ce jeune animateur, même pas 35 ans, a déjà démontré une maitrise incroyable des outils numériques au service de l’animation et il n’y a aucun doute que c’est l’un des noms à suivre avec une attention toute particulière dans les années à venir. »

Kabu: « En voilà un qui trace son petit bonhomme de chemin depuis quelques années et qui mine de rien est de plus en plus intéressant à suivre. Il mérite un joli coup de chapeau rien que pour le storyboard de l’OP dantesque de Mob100. »

 

3ème place – Naoko Yamada

Amo: « Au délà de savoir si A Silent Voice est un bon film ou pas – on est peu dans le jury à l’avoir vu et vu qui s’occupe de sa distribution française on le verra sans doute pas avant 2019 – on peut néanmoins célébrer son mine de rien très bon score au box office japonais ce qui permet à Yamada de contribuer, elle aussi, à ce boom critique et populaire du cinéma d’animation japonaise en 2016, en parallèle de films comme Your Name ou Dans Un Recoin de ce Monde. C’est en me basant sur le succès du film au Japon que j’avais, ainsi, apporté mon vote à Yamada dans cette catégorie. »

Yoka: « Yamada n’a réalisé qu’un seul animé en 2016 : le film de Silent Voice. Sur Euphonium, même si elle créditée sur la saison 2, elle n’est revenue que pour les tous derniers épisodes et même là, elle n’était plus aussi impliquée que la 1re saison. Silent Voice donc. J’aurai l’occasion d’en reparler pour Minorin 2017 (si le film est sorti en France à ce moment lol) mais c’est un film absolument magnifique. C’est un vrai chef d’œuvre, absolument supérieur au manga et à globalement tout ce qu’il se fait en termes d’animation. En se basant sur ce film, Naoko Yamada mérite la 1re place de ce top sans hésiter. Sans ce film, euh, elle n’a rien réalisé en 2016 ? « 

Poyjo: « Si on m’avait dit un jour qu’une fétichiste des jambes serait l’une des personnalités féminines les plus reconnues du monde de l’animation. « 

 

2ème place – Sayo Yamamoto

Amo: « Ravi de voir que le succès international de Yuri on Ice la fait enfin connaître du « grand public. » C’est une artiste avec une vision vraiment unique et qui impose vraiment sa patte sur chaque oeuvre pour laquelle elle collabore. A noter également son excellent travail de réalisatrice sur l’opening du jeu Persona 5. »

Yoka: « Une des spécificités de Sayo Yamamoto, c’est qu’elle est hyper exigeante avec son staff. Quand elle a une idée et une vision de ce qu’elle veut raconter, elle veut que tout son staff aille dans cette direction et elle n’acceptera pas autre chose. Ce qui se passe plus ou moins bien en fonction des talents qu’elle a dans son équipe et surtout du temps dont elle dispose. Sur Mine Fujiko, les choses se sont globalement bien passés même si réussir à animer le CharaDesign de Takeshi Koike a du être un enfer pour les animateurs. Sur Yuri on Ice, pfiou, les choses ont été plus difficiles et la production de l’animé s’est effondrée à plusieurs reprises. Le résultat a eu le succès qu’on connait, même si personne ne s’y attendait, et le succès est mérité, en partie grâce à la réalisatrice mais la réalisation de l’animé n’a pas été qu’une partie de plaisir »

 

1ère place – Makoto Shinkai

Kabu: « “Non je vous en prie, arrêtez de voter pour moi pour la personnalité de l’année, j’ai tellement honte, si Miyazaki-sensei voyait ça…” »

AxelTerizaki: « Quand on sort un film qui reste encore à l’affiche au Japon à l’heure où j’écris ces lignes (Mai 2017) et qui a fait pêter d’innombrables records, ouais, je pense qu’on peut accepter un prix de personnalité de l’année, quand même. »

Amo: « Zéro surprise mais, encore une fois, le fait que Shinkai soit enfin révélé auprès d’une partie du grand public et de l’ensemble des fans d’animation est une vraie joie. Le fait qu’il le soit en plus avec ce qui est sans doute son meilleur long-métrage jusqu’à présent est un bonus appréciable. »

Classement détaillé et complet de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

1/ Makoto Shinkai – 62pts

2/ Sayo Yamamoto – 26pts

3/ Naoko Yamada – 20,5pts

4/ Yuzuru Tachikawa – 16,5pts

5/ Kiyotaka Oshiyama – 12pts

6/ Shoji Kawamori – 11,5pts

7/ Yoshimichi Kameda – 11pts

8/ Mari Okada – 10,5pts

9/ Tsutomu Mizushima – 7,5pts

10/ Thomas Romain – 5pts

11/ Yutaka Nakamura – 4,5pts

11/ Miwa Shirow – 4,5pts

13/ Boom Boomb Satellites – 2pts

14/ Tomohiko Itô – 1,5pts

15/ Kazuto Arai – 1pt



Meilleur film d’animation

Le meilleur film d’animation de cette année, moyen ou long-métrage, parmi une liste sélective de nominés.

5ème place – Hana & Alice mènent l’enquête

Nock: « Je ne savais pas forcément trop où tout cela voulait aller au début, mais une fois lancé, le film est beaucoup plus barré que ce à quoi je m’attendais. Son duo d’héroïnes est efficace, pas mal de gags font mouche et si, paradoxalement, l’histoire est plutôt simple, j’ai parfois eu l’impression d’avoir affaire à une aventure trépidante.
Le style graphique est déroutant, et même franchement laid par moment, mais donne parfois lieu à des moments de grâce, appuyés par l’OST aux petits oignons, sans oublier que la rotoscopie donne vraiment vie à ses personnages.

Et puis, il y a cette traversée de la ville, qui est, je trouve, un décor fascinant, présenté de façon quasiment naturaliste.
Son design fait de Hana & Alice un film qui peut dérouter, mais je ne peux que conseiller de passer outre cette possible répulsion pour découvrir un film drôle et qui traite de l’adolescence très différemment des œuvres scénarisées par Okada et compagnie et, finalement, d’une manière assez rare dans l’animation japonaise. »

Amo: « J’avais très peur de la rotoscopie mais on s’y adapte vite et on remarque avec plaisir que cela permet aux actrices derrières les deux rôles principaux de jouer à leur maximum, ce qui crée un duo d’héroïnes plutôt réussi et plutôt attachant. L’histoire n’a pas une ambition démesurée, il n’y a pas de grands thèmes qui sont évoqués, ça reste le petit trip pendant une heure trente de deux adolescents qui s’éclatent à résoudre un mystère assez minime mais le film possède suffisamment d’humour et de bons moments pour que ça vaille le coup. »

 

4ème place – Girls und Panzer der film

Shin’: « La série, avec encore plus de scène epiques ! Ils se sont lâché et ont fait encore mieux, j’applaudis ! »

AxelTerizaki: « S’il y avait un prix du film le plus sous-estimé, GuP serait premier. Au départ on s’attend pas à grand chose, mais on sent vraiment que le staff s’est fait plaisir du début à la fin et ça fout vraiment la patate (en plus de bien faire rigoler) »

Yoka: « Si vous avez aimé Girls und Panzer la série, vous aimerez Girls und Panzer der film. Le film, c’est la série en mieux. Sauf pour ACTAS qui a été déficitaire sur le film parce qu’ils ne sont pas au comité de production du film mais ont passé tellement de temps à travailler dessus qu’ils sont sortis de leur budget. C’est un peu l’erreur débile quand on voit le succès qu’a eu le film derrière. »

lololeboiteux: « Sous son plot toujours aussi ridicule se cache un film fun et distrayant mais qui ne plaira pas à tout le monde. »

Nock: « Le film de Garupan est sûrement le truc le plus fun produit par l’animation japonaise ces derniers temps. Accompagné de quelques amis et de bières (remplacez par la boisson de votre choix si vous êtes de ces gens qui n’aiment pas la bière), c’est l’assurance d’une grosse marrade et d’un beau moment de convivialité. »

3ème place – Jun, la voix du coeur

Poyjo: « Loin d’être parfait, l’idée centrale du film est même bancale mais le chemin qui est fait pour y arriver est génial. Et surtout, comme une certaine comédie musicale promu aux Oscars en début d’année, la fin ne doit surtout pas être manqué. « 

Nock: « Au scénario, Mari Okada fait du pur Okada, car ce n’est quand même pas facile, l’adolescence, pour les adolescents, mais je trouve que ça passe plutôt bien, avec quelques scènes très bien fichues (diantre, les « rêves » de l’héroïne et cette lente et poignante procession durant le final, sans oublier cette introduction courte, mais d’une violence inouïe envers sa très jeune héroïne). Ce n’est pas forcément un film mémorable dans son ensemble, ses retournements sont assez classiques, mais il sait être efficace quand il faut. »

Kmeuh: « Bonjour VIZ Media. (◕‿◕)
Ca te dirait de sortir le Blu-Ray chez nous un jour pour qu’on puisse tous vraiment juger le film ? (◕‿◕)

Merci. (◕‿◕) »

2ème place – Kizumonogatari (part I & part II)

Shrykull: « Les deux films sont différents et ont une identité propres. Le premier marque tout particulièrement par son absence quasi-totale de longs monologues habituellement courants dans Monogatari. La scène initiale et celle du métro, ont une certaine force grâce à ça. Globalement, ces films valent la (très) longue attente. »

1ère place – Your Name.

Lua: « J’étais le premier à être circonspect de l’accueil unanime adressé au nouveau film de Makoto Shinkai… et pourtant je me suis retrouvé à aller le voir quatre fois au cinéma quand même. Le rythme de ce film est juste dingue, les musiques de ce film sont juste ouf, bref c’est une première place entièrement méritée. »

AxelTerizaki: « Je ne suis pas d’accor… ah si, si, en fait, si si je suis très d’accord. Your Name m’a fait retomber amoureux d’une oeuvre de fiction, chose qui ne m’était pas arrivée depuis Haruhi Suzumiya il y a 11 ans. C’est un film que je ne me lasse pas de regarder, comme Retour vers le Futur, par exemple, et qui me donne de pusisants feels à chaque visionnage (sans compter qu’on remarque toujours des petites choses rigolotes qu’on a pas vues durant les visionnages précédents, sacré Shinkai.)
Le film n’a pas volé sa première place pour ce prix. Loin de moi l’idée que les autres films soient mauvais : ils n’ont juste pas eu de chance d’être tombés la même année que le raz de marée Your Name. »

Kabu: « Pour certains ce film a été une révélation, un choc. Ils se sont tout à coup mis à regarder tous les Shinkai et à en faire des critiques expertes, en croyant qu’on les grillerait pas à 5km. Ok. Pourquoi pas. De mon point de vue c’est une synthèse de ce que Shinkai sait faire de mieux, un excellent film, très bien fichu, mais avec quelques défauts. Au premier rang desquels figure peut-être son pourtant excellent opening. Générique certes giga cool pour tous les animefans habitués à l’exercice, mais qui sera comme un mur pour les non-initiés qui cherchent du Miyazaki.

Ca n’empêche pas le film de bel et bien mériter son succès et tout le bruit qu’il a provoqué, n’en déplaise à son réalisateur. »

Yoka: 

Classement complet de la catégorie:

  • 1/ Your Name – 152pts
  • 2/ Kizumonogatari (I/II) – 74pts
  • 3/ Jun, la voix du coeur – 67pts
  • 4/ Girls und Panzer der film – 51pts
  • 5/ Hana & Alice mènent l’enquête – 38,5pts
  • 6/ Dokyuusei – 20pts
  • 7/ Gundam Thunderbolt: December Sky – 15pts
  • 8/ Persona 3: Winter of Rebirth – 14pts
  • 9/ One Piece GOLD – 13,5pts
  • 10/ </harmony> – 13pts
  • 11/ The Empire of Corpses – 7pts
  • 12/ Garakowa – 5pts

 



Meilleur animé

5ème place – Re:Zero

lololeboiteux: « Aussi adoré que décrié, Re:Zero fait partie de ces titres qui ont su marquer une époque en condensant des thématiques à la mode. »

Amo: « Clairement le blockbuster de 2016, on pourra longtemps râler sur les poncifs de LN qui viennent ponctuer le récit mais ça serait oublier l’écriture pas mal ciselée, un rythme trépidant, une bonne utilisation des cliffhangers, des personnages marquants, un héros nuancé et pas mal de bonnes idées. Ca se regarde comme du petit lait, ça ne nous prend finalement que très rarement pour un idiot et si je regretterais une fin beaucoup plus classique par rapport au début de la série, je peux pas nier avoir passé un excellent moment devant tous les épisodes. »

AxelTerizaki: « Objectivement parlant, Re:Zero était bien taillé pour être un blockbuster. Son histoire tenait en haleine, ses personnages étaient attachants (même Subaru) et au final on s’est pris de passion chaque semaine à suivre la série, et je connais des gens qui ont pris leur pied à marathoner la série quand ils l’ont découverte plus tard. C’est typiquement le genre de série que je pourrais recommander à des potes qui aiment les animés mais qui suivent rien de l’actualité. »

Shrykull: « Prenant, très bien réalisé, et avec de bons personnages de surcroît, Re:Zero accuse juste d’une baisse d’intérêt dans le dernier quart, où il redevient de la fantasy “normale”. Mais ce serait ignorer 18 épisodes de galère de Subaru qui ont tenu en haleine de bout en bout. »

YamaKyu: « J’aime bien Re:Zero parce que tout le monde a une opinion dessus. J’ai vu Xmillions de gens qui détestent, et environ autant de monde qui adore, mais finalement assez peu de monde en mode « oui ok » (proportionnellement j’entends).

Perso Re:Zero ça a été 25 épisodes super prenants, à m’interroger si j’arrive à supporter le MC, et à ne pouvoir réagir que par « oh là là » à la fin de chacun parce que assez vite je me suis rendu compte de mon inaptitude à anticiper quoi que ce soit dans l’anime. Les nombreux plot-twists y sont pour beaucoup, mais c’est surtout que souvent y’avait du contenu et/ou des éléments de plot qu’au fin fond de mon subconscient je voulais voir ou entendre, que je ne m’attendais pas à actually voir ou entendre, et que j’ai quand même eu. Et je savais pas trop quoi en faire.

L’anime a eu pas mal hauts, et quelques bas, mais dans l’ensemble j’ai trouvé ça vraiment, vraiment, VRAIMENT BON. C’était prenant, inattendu, beau, bien animé, bien écrit et très intéressant sur la problématique de vivre une aventure selon plusieurs routes, comme dans un jeu vidéo. J’ai quelques déceptions oui, même l’immense majorité sont liées au fait que welp l’anime ne peut pas adapter tout Re:Zero car le LN n’est pas terminé. Assurément un des meilleurs trucs que j’ai maté cette année. Oh, et les génériques, fichtre ! »

 

4ème place – Le Rakugo ou la Vie

Aldherrian: « Ce que j’aime dans une œuvre, c’est quand elle prend le temps de raconter ce qui se passe après. Avec ‘Le Rakugo ou la Vie’ je n’aurais pas pu demander mieux. En observant le parcours de Yakumo, de son enfance à son décès, c’est des décennies qui sont couvertes pendant lesquelles on voit le Japon changer, les gens évoluer tout ça à travers un Rakugo immuable. Ces parcours croisés permettent de vivre l’époque Shôwa et l’on sentirait presque le vieux papier en refermant l’album photo qui trainait dans le grenier. »

 

3ème place – Sound! Euphonium 2

Pencia: « Dans la même veine que la première saison, j’ai pris autant de plaisir à suivre les “aventures” de l’orchestre de Sound! Euphonium 2. Un anime véritablement qualitatif sur tous les points : visuel, animation, écriture et personnage ! »

Amo: « J’ai adoré, pas de surprises. On a pas mal passé le reste de l’article à dire ce que la série fait moins que la saison 1 alors je vais juste signaler un point où là je trouve cette seconde saison explose la première et, ça tombe bien, c’est un point dont on se fout d’habitude c’est la direction des acteurs. Pour cette seconde saison, les doubleuses et doubleurs ont reçus comme consigne d’être moins dans l’exagération et plus près du « réel », d’adoucir un peu ce surjeu typiquement japonais, et non seulement ça s’entend mais en plus ça nous aide réellement à entrer dans l’histoire, la série. C’est peut-être un peu aussi ce qui est reproché à toute cette saison 2: cette quête d’être plus proche du « réel », du coup on voyage moins, on s’évade moins. Moi j’adore. »

 

2ème place – Yuri!!! on ICE

lololeboiteux: « Sorti du bois de manière un peu inattendu avec un sujet difficile, le titre aura su rencontrer une hype et un succès (mérité) que je n’aurais jamais prévu. »

Pencia: « Mon coup de coeur de la saison 2016 ! Plein d’espoir, c’est le genre d’anime feel-good qui fait du bien à regarder 🙂 « 

YamaKyu: « Alors Yuri On Ice c’était génial. Mais je suis frustré parce que j’ai un problème bizarre qui est que j’arrive pas à adorer l’anime autant que je voudrais/devrais. Je sais quelles qualités l’anime a, j’ai lu plein de gens en parler et je suis pas mal *d’accord* avec un paquet d’éloges qu’on peut lui faire ; surtout en ce qui concerne son écriture et ses personnages. Mais je suis aussi super conscient d’un truc qui me frustre puissance 10 000, c’est que Yuri On Ice a énormément de matière et de qualités auxquelles je suis : pas réceptif. Je saurais pas pointer du doigt quoi exactement (j’y suis pas réceptif, eh) ni pourquoi, mais je sais que Yuri On Ice a du contenu que je ne peux juste, euh, pas percevoir. Je sais que ces éléments existent dans l’anime, je perçois qu’ils sont là. Je suis juste incapable de dire ce qu’ils sont, et de les interpréter (c’t’un peu comme la matière noire/l’énergie noire dans l’espace, la science suppose que c’est là, mais ne sais pas vraiment ce que c’est).

C’est comme une transmission radio sur une fréquence qu’on arrive bizarrement pas à déterminer ; tu sais qu’elle existe cette transmission, tu sais qu’elle est là quelque part. T’as juste pas de quoi la recevoir. Bah Yuri On Ice, pour moi c’est pareil. Je sais que l’anime a un paquet de qualités, mais je suis incapable d’en percevoir une partie pas moindre. Et c’est extrêmement frustrant compte tenu du fait que bah p’tain je HYPE pour Yuri on Ice quoi 🙁 Roller oblige.

J’ai beaucoup aimé hein, c’est pas qu’il y avait des choses qui m’ont pas plu (actually c’est le cas, l’anime n’est pas parfait), c’est juste que bah je sais que j’ai loupé des trucs, et que j’aurai pu apprécier plus.

[/3615MaVie]

Matez Yuri on Ice, c’est bieng »

 

1ère place – Mob Psycho 100

Également lauréat du prix du coup de cœur du jury

Kabu: « Une excellente série d’animateur comme nous en avons maintenant régulièrement. Et quand on y pense, ça fait plaisir, car il y a encore quelques années ce type de série n’aurait tout simplement pas vu le jour. Ou en tout cas pas sous cette forme.

Mob est un doigt d’honneur adressé aux affamés du character design, aux mordus de l’esthétique fixe. Mob est moche, sale, visqueux même. Mais Mob bouge avec une puissance et une expressivité incroyable ; et se paie en plus le luxe d’être également drôle, surprenant et bien écrit. »

RdNetwork: « Que dire ? Si on s’attendait déjà à un visuel singulier et à une forme d’auto-parodie made in ONE, la surprise a été d’avoir une série complète menée de main de maître de bout en bout et à ce point audacieuse et réussie sur tous plans. Une mise en scène d’action quasi-parfaite avec les maîtres actuels du genre, un vrai fil rouge shonen bien fichu et complet dans ses personnages et surtout un propos inattendu sur l’isolement et le rapport fraternel qui dépasse le simple rapport entre héros.

Toute la 2ème partie de la série est un sans faute malgré sa “non-fin” en attente d’une suite. Chaque petit élément qu’on pense comique ou anecdotique est souvent élaboré, et finalement dans cette série tout surprend, dans le bon sens du terme. Jusqu’à la musique de Kenji Kawai ! »

Pégase: « Si vous êtes fan d’animation et que vous n’avez pas vu Mob Psycho 100 cette année, je considère que vous avez fait une grossière erreur. Mais réjouissez-vous, car vous avez désormais l’opportunité de découvrir l’une des séries les plus fun, les plus créatives et les plus intéressantes qu’on a eu l’occasion de voir cette décennie. Des vraies inquiétudes adolescentes des frères Kageyama aux combats titanesques contre des psychiques véhéments, des réunions anxiogènes de la secte (LOL) aux manigances du fabuleux Reigen, d’une animation superbe à une réalisation d’une richesse hors du commun, cette adaptation de Mob Psycho 100 tient ses promesses en étant, comme le voulait son réalisateur Yuzuru Tachikawa, une pochette surprise pour fans d’animation. Bénéficiant en plus de la mise en scène et de l’écriture sous-tendue de réflexions méta de ONE (auteur original de One Punch Man), Mob Psycho 100 est du genre de ces cadeaux qui n’ont de cesse de donner.

PS : J’ai vu que certains avaient du mal à accrocher à la série avant l’épisode 3, il me semble, donc je vous en prie, je vous en supplie, allez au moins jusque-là. Je doute fort que vous le regrettiez. »

 

Classement complet de la catégorie:

Cliquez sur la flèche pour afficher le classement.

  •  1/ Mob Psycho 100 – 97,5pts
  • 2/ Yuri!!! on ICE – 61pts
  • 3/ Sound! Euphonium 2 – 59,5pts
  • 4/ Le Rakugo ou la Vie – 51,5pts
  • 5/ Re:Zero – 49,5pts
  • 6/ Erased – 44pts
  • 7/ Haikyû 3 – 37,5pts
  • 8/ Flying Witch – 34,5pts
  • 9/ March Comes In Like A Lion – 28,5pts
  • 10/ Jojo: Diamond is Unbreakable – 26pts
  • 11/ Flip Flappers – 24,5pts
  • 12/ New Game – 19,5pts
  • 13/ Fume wo Amu – 17,5pts
  • 14/ Gundam: Iron-Blooded Orphans II – 14,5pts
  • 15/ Bungô Stray Dogs – 14pts
  • 16/ Space Patrol Luluco – 12,5pts
  • 17/ Kiznaiver – 11,5pts
  • 18/ Amanchu! – 10,5pts
  • 19/ Assassination Classroom 2 – 8,5pts
  • 20/ 91 Days – 7,5pts
  • 21/ Keijo!!!!!!!! – 7pts
  • 22/ Aikatsu! Stars – 7pts
  • 23/ Grimgar – 7pts
  • 24/ Joker Game – 6,5pts
  • 25/ ReLIFE – 6,5pts
  • 26/ My Hero Academia – 6,5pts
  • 27/ Danganronpa 3 – 6pts
  • 28/ Poco’s Udon World – 5,5pts
  • 29/ Le Pacte des Yokai saison 5 – 5pts
  • 30/ Alderamin on the Sky – 5pts
  • 31/ Concrete Revolutio: the Last Song – 4,5pts
  • 32/ KonoSuba – 4,5pts
  • 33/ Macross Delta – 3,5pts
  • 33/ Occultic;Nine – 3,5pts
  • 35/ Thunderbolt Fantasy – 2,5pts
  • 35/ Amaama to Inazuma – 2,5pts
  • 37/ Gundam Unicorn TV – 1,5pt
  • 37/ Love Live Sunshine – 1,5pt
  • 37/ Orange – 1,5pt

 

 

Et voilà ♫. On a fini ♪.

Merci de votre lecture, de votre soutien, si vous aimez l’initiative, partagez là, commentez là, discutez en ! 

Sur ce, 

6 commentaires sur “Palmarès complet et commenté des Prix Minorin 2016

  1. pbsaffran dit :

    Sacré boulot abattu. C’est seulement dans ces classements que l’on se rend compte du nombre fou de séries qui sortent, et de tout ce qu’il faut prendre en compte.
    J’étais prêt à balancer une salve d’insultes sur les gens qui ont critiqué le rythme de My Hero Academia (que je trouve juste excellent) mais le fait que *tous* les membres du jury soulignent une soi-disant lenteur me laisse dubitatif. Si ça se trouve, c’est moi qui ne sais pas ce qu’est un bon rythme…

  2. jl222 dit :

    Une année Hibike Euphonium/One Punch Man qui laisse place à une année Hibike Euphonium / Mob Psycho 100

    La surprise est totale

    Merci beaucoup néanmoins de me faire découvrir une fois de plus les bonnes choses qui m’ont echappées cette année, comme Flip Flappers ou bien le Rakugo ou la vie. Good job!

  3. SebNL dit :

    Alors en fait, Orange, vous avez aimé ? 😀

  4. Clawdyus dit :

    Personnage masculin le plus insupportable :

    D’accord avec AxelTerizaki et Shrykull par rapport à Subaru.
    Je l’aurais mis n°1 en commentant la même chose d’ailleurs.

    Je rajouterai même que sans Subaru, je n’aurai probablement jamais terminer Re-Zero (j’ai d’ailleurs le même sentiment pour Ranta de Grimgar, pas qu’il soit particulièrement intéressant en tant qu’individu. Mais son rôle dans le groupe m’a aidé à m’attacher à son personnage).
    Bon sinon au niveau du meilleur perso féminin, ce qui m’a étonné par rapport à Rem, c’est que je l’attendais pas si présente dans la série, agréablement surpris (même si je préfère Ram indépendamment du personnage de Rem).

    Sinon, ma déception de l’année dernière (à part Shingeki no Zombie) vient vraiment de Izetta.
    La série se déroulait au poils jusqu’à un certain tournant du scenario, se déroulant dans une rivière, impliquant un certain «  »stratégiste » ». Scène qui a raisonné en moi lors du choix final qu’il fait avec Izetta en fin de serie (pourquoi faire ce choix que maintenant ? (les raisons semblent plus pratiques que scenaristiquement cohérent et ça m’a gonflé). Toute la crédibilité d’un fragment du scénario (et du perso) était partie en fumée à ce moment là à mon sens.
    Vraiment dommage parce que l’animation et le reste était cool mais j’ai pas digéré la « cohérence » de ce personnage qui bousille une dynamique d’intrigue aussi facilement.

    Sinon, je valide TOTALEMENT le classement des 5 animes les plus « sous-estimé ». Ceux qui me lisent et qui veulent passer de bons moments.
    Il FAUT que vous les regardiez !
    Genre, pendant vos grasses mat’ de congé là…
    Matez les :).

    Pour finir, je dirais que depuis que je suis la programmation en animation jap de manière saisonnière (cela fait depuis environ 4 ans que je le fais, je suivais de façon assez random à la base mais regarder de façon saisonnière m’a vraiment aidé à voir sous un autre angle l’animation jap en tant qu’industrie et phénomène culturel),c’est la saison la plus consistante à laquelle j’ai eu affaire, de Mob Psycho 100 à Rakugo, en passant par Erased, ReZero, Grimgar, Flying Witch, Sakamoto Desu Ga, Flip Flappers ou Your Name.
    Pour des tas de raisons différentes, j’ai pris du plaisir à les regarder.

    Bref.
    Pas sur que j’en regarde autant cette année, mais 2016 en japaniamation ?

    C’était le très bien.

  5. Api dit :

    Toujours un plaisir de lire ce bilan, même si je serais pas forcément d’accord avec le classement global, pour le coup :p

    Je suis pas du tout étonné de toutes les critiques élogieuses sur Mob Psycho, que ce soit son opening ou la série en elle-même. Je serais juste un peu déçu que l’ending, qui est quand même remarquable d’un point de vue artistique, ne soit pas dans le top 5.
    En revanche, je comprends pas que la série soit suivie par Yuri on Ice dans les meilleurs animés (enfin, je relativise en voyant l’écart de points entre les deux). Le premier épisode de Yuri on Ice envoie du lourd, certes, mais tout se casse la gueule bien vite. Et c’est sans parler des relations entre les personnages qui sont, soit très superficielles, soit caricaturales.
    Idem, je placerais pas Grimgar dans les animés les plus sous-estimés, vu qu’il semble avoir une certaine popularité, mais à plus forte raison parce que c’est loin d’être une bonne série. Il ne brille que par son ambiance, esthétique et sonore, le reste étant à jeter, que ce soit son casting ou sa narration…
    Et si Kabaneri mérite la place qu’il occupe, je dirais plutôt que l’OST par Sawano est plutôt là pour l’enfoncer. Je cherche toujours ce que les gens peuvent aimer dans les compositions de Sawano, car clairement, tout se ressemble, et pour moi c’est direct un mauvais point si je sais qu’il a bossé sur une oeuvre en général. J’ai encore en travers de la gorge l’immondice qu’est l’OST de Xenoblade X…

    Bon, toute critique mise à part, je suis totalement d’accord avec cette première place du studio Bones, ne serait-ce que pour nous avoir offert Mob Psycho.
    Et j’étais complètement passé à côté de Fune wo Amu, donc vu le bien que vous en dites, je vais m’y intéresser dès que je peux ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *