Yahari Ore no Hiniku wa Machigatteiru. 01

SNAFU

Yokathaking

Voilà, à cause de la limite de caractères sur Twitter, je mets la catchphrase du titre de l’article dans le titre de l’anime. Pour ceux qui sont curieux et qui parlent pas un mot de jap, copier coller le vrai titre jap dans Google Trad et remplacer 青春ラブコメ par 皮肉. De toute façon, tout le monde appelle l’anime Yahari ou SNAFU donc la suite du titre n’a pas une très grande importance. Ceci étant dit, il est l’heure de commencer ce billet !

Yahari Ore no Seishun Love Come wa Machigatteiru. // Studio : Brains Base // Débuté en avril 2013 // Nombre d’épisodes inconnus // Réalisateur : Yoshimura Ai (premier travail en temps que réalisateur) // Type d’oeuvre originel : Light Novel // Ecrivain : Wataru Watari // Illustrateur : Ponkan8

Lecteur, ton avis sur la question ?

L’anime s’ouvre sur un peu plus d’une minute où le MC, un type forcément sans ami, sans copine et sans vie sociale, raconte à quel point la jeunesse, c’est de la merde et qu’il est au-dessus de tout. Au moins, le MC est posé, il est nihiliste à tendance Chunibyouu. On ne sera pas perdu, on va avoir un MC auquel le spectateur va pouvoir facilement s’identifier. On peut déjà prédire son évolution, où il va passer d’un cynisme et sarcasme omniprésent à un type qui va accepter le monde dans lequel il vit et qui va pouvoir former des relations sociales parce que des Bishoujo vont lui tomber dessus. Ce n’est pas forcément un mal, le début de Haruhi ou de Kami Nomi était aussi assez classique et cela peut être très bien utilisé par la suite. Espérons qu’il en soit de même pour cet anime.

Poing furieux de la prof trentenaire célibataire !

Juste après l’OP, on trouve notre MC chez sa prof principale qui est en train de lui demander est-ce qu’il est vraiment vivant pour écrire un truc aussi peu intéressant. Après quelques répliques amusantes, elle le traite de gamin et MC-Kun enchaîne sur « Bien sûr que je suis un jeune à côté de toi » et risque donc de se faire tuer. On reste dans du très classique pour l’instant mais la scène était tout de même assez amusante puisque, justement, le MC est sarcastique et cynique.

Ce regard blasé par la vie

Elle l’emmène alors dans une salle vide pour le violer. La review que vous êtes en train de lire devient soudainement interdite aux mineurs, ce qui ne change donc rien pour vous parce que soit vous êtes majeurs et vous vous en foutez soit vous êtes mineurs mais dans ce cas, je sais pas ce que vous faites sur Minorin. Remarque, si jamais vous êtes mineurs et n’avez jamais maté de H de votre vie, n’hésitez pas à commenter, je connais des gens qui sont prêts à vous apprendre les bons plaisir de la vie. Erm, je m’égare et ce billet va vraiment finir R18 à ce rythme.

L’héroïne

Elle lui présente en fait l’héroïne. Elle a des cheveux longs (bien), elle lit (bien), elle a pas de poitrine (pas bien) et sa jupe est vachement étrange. C’est l’uniforme standard du lycée et l’illustrateur du LN de base à pas de goûts ou elle veut juste mettre une touche de folie dans sa vie mais ne sait pas s’habiller ? Cela dit, on a déjà eu des bonnes séries avec des uniformes laids, comme Rosario + Vampire par exemple, donc rien n’est perdu. Sinon, vous voyez pas sur ce screen mais il y a des fleurs de cerisiers qui sont tombées à côté d’elle. Après tout, l’anime est en plus à un stéréotype près.

La première phrase qu’elle sort est « Je t’ai demandé de frapper avant d’entrer. » On sait jamais, elle aurait pu se masturber sur un coin de table et elle aurait été interrompu par le MC, elle aurait alors été embarrassée, le MC se serait rapproché, l’aurait poussé à terre et … Oups, j’avais dit quoi déjà sur l’article R18 ?

L’habituel « Choose your pick »

L’habituel screen où je montre une panoplie de personnages secondaires féminins pour le fun. C’est toujours important d’avoir des personnages féminins qui servent pour uniquement pour un screen parce qu’on voit l’effort du studio et les goûts du CharaDesigner, ici l’illustrateur du LN. Là, on peut facilement identifier 3 couples. Les deux filles les plus à gauche et il n’est pas difficile de voir que celle aux cheveux courts est l’homme dans le couple. Celles qui s’embrassent parce que hé, la finesse et la subtilité c’est pour les faibles et celui tout à droite. Par contre, celui tout à droite a pas encore l’air d’être complètement formé. La fille aux cheveux blonds veut se taper sa copine mais la dite-copine est pas encore complètement conquise, il y a encore un peu de travail à faire. Nul doute que d’ici quelques épisodes, on les reverra main dans la main puis elles s’embrasseront vers le milieu de la série et auront enfin couché ensemble vers le dernier épisode. Parce qu’en fait, c’est elles le vrai couple de cet anime mais personne, pas même l’écrivain du LN originel, n’est au courant.

Le petit geste de main

Là, le MC raconte la vie de l’héroïne. On s’en doutait juste en la voyant mais on a la confirmation, c’est un peu la fille dont tout le monde connait le nom, qui fait parti de l’élite du lycée mais que personne n’approche parce qu’elle est trop froide. Encore une fois, du classique.

Kimochi warui

Au cas où c’était pas suffisant, c’est le plan et la réponse qui est censé convaincre les Otakus que c’est une série qu’il faut suivre parce qu’il y a une héroïne froide et hautaine qui rejette le MC mais qui va tomber amoureuse de lui d’ici quelques épisodes. Ou alors, c’est pour les Doujinshi Rape. Que je ne lirais donc jamais puisque c’est du Rape. Je compte donc sur vous, fidèles lecteurs, pour commenter ce billet des mois après et nous donner vos avis sur les Doujinshi de Yahari.

Le MC, dans un grand moment de sarcasme, répond qu’il n’a aucune envie de rester avec elle et sa platitude qui lui sert de Boobs. Tout cela en tentant vainement de séparer son regard de la dite-non poitrine. Oui parce que pour remettre dans le contexte, la prof de tout à l’heure veut qu’il rejoigne le club de l’héroïne pour qu’elle lui ouvre un peu l’esprit. On peut donc potentiellement s’attendre à du Femdom et c’est autre chose qui va s’ouvrir. Erm bref.

C’est le moment Akward où ils se retrouvent seuls vu que la prof s’est barrée et il ne sait pas quoi dire. Il n’a même pas d’endroit où s’asseoir vu que toutes les chaises et bureau sont empilés au fond de la salle.

On enchaine sur un court FlashBack où le MC s’est déclaré à une fille et s’est pris un râteau dans les règles de l’art. Nul doute que cet évènement traumatisant que vous avez tous subi (oui parce que sinon, vous seriez pas derrière votre écran à lire ma review de ce premier épisode d’une série dont le deuxième épisode est déjà sorti) est la cause de son absence de vie sociale.

AT Field

Le MC décide que c’est le moment idéal pour lancer un monologue et nous apprend qu’il est Meta, que ce début digne d’une comédie romantique est un piège, que toutes les femmes sont ses ennemis et qu’il ne tombera jamais dedans (le piège, pas les femmes (peut-être)). Rassurez-vous, dans quelques épisodes, il aura un Harem à ses pieds mais sera incapable de se décider sur une femme. Je le sais d’autant plus que le LN en est déjà à 7 tomes et n’a pas prévu de s’arrêter (enfin, si j’en crois Wikipedia) et je suis donc à peu près certain qu’aucun couple n’a été formé en 7 tomes. Sauf le lesbien du début mais c’est une autre histoire.

Une salle de classe, Bakemonogatari style !

Tu peux, toi aussi, chez toi, faire la même chose que ce club. C’est facile, tu empiles tes tables et tes chaises au fond de la pièce, tu prends une chaise, tu t’assois dessus et tu croises les bras. Tu n’as pas la Bishoujo silencieuse à côté de toi ? C’est tout de même dommage mais je ne peux en rien t’aider. A la place, continue de lire cette review, tu auras un sujet de discussion la prochaine fois que tu sortiras de chez toi (d’avance, toutes mes excuses à tous ceux qui lisent le billet sur leur smartphone/tablette dans les transports en commun).

Le MC nous révèle ensuite qu’il n’a plus parlé à une fille depuis 2 ans. Et encore, parler est un bien grand mot vu qu’une fille a sorti « Il fait chaud », le MC a répondu mais elle ne lui parlait pas. Depuis plus rien. Je sais humainement pas comment c’est possible, même en le voulent. Quand il va faire ses courses, il esquive systématiquement les caisses avec des filles ? Aucune grand-mère n’a jamais commencé à lui raconter sa vie dans les transports en commun ? Il n’a jamais eu à taffer avec une fille à un moment ou à un autre de sa vie ? Sérieusement dude, ressaisis-toi un peu !

Bienvenu jeune MC

On a enfin le vrai but de ce club, c’est d’aider les gens qui en ont le besoin. Comme le Jersey Club dans Rinne no Lagrange mais en beaucoup moins Genki et charismatique. D’ailleurs, je viens de remarquer que l’héroïne a un Zettai Ryouki de classe B, c’est bien. Avec le vent dans ses cheveux en plus, ça donne l’impression qu’il s’est passé un évènement super important (oui, le Zettai Ryouki est important pour la grandeur de l’évènement) alors que non, elle vient juste de donner le nom du club. C’est la raison pour laquelle elle va aider le MC. Qui ne l’entend pas de cette oreille et qui rétorque que, sa vie sociale mise à part, c’est un des types les plus intelligents du département, preuve à l’appui, et qu’il est loin d’être athlétiquement mauvais. Mais hé, il a pas de vie sociale et c’est complètement son problème.

Un ange §§§

L’héroïne qui se prend pas pour de la merde non plus. C’est bien, cela a donné un dialogue assez mordant entre les deux et on devrait avoir une bonne interaction entre les protagonistes. Cela me donne confiance quant à la suite de l’anime.

C’est l’heure du dududu….duel !

Comme le MC est convaincu qu’il n’a pas besoin de changer, la prof revient et décide que, comme dans tout bon Shonen qui se respecte, il faut régler la question par un combat, le vainqueur ayant le droit de faire tout ce qu’il vaut au perdant. Le MC, comme tout adolescent normal, pense à des choses R18, l’héroïne répond Creepy, la prof la convainc et on peut commencer le combat. Cela dit, ce point ne sera plus jamais abordé pendant tout le reste de l’épisode et je l’aurais même oublié si je n’avais pas relu mon billet

Du Drama !

Là, l’héroïne nous raconte qu’elle a été victime d’Ijime dans sa jeunesse parce que tous les mecs qui l’approchaient voulaient sortir avec elle et les autres filles kiffaient pas trop. Elle sort alors que c’est douloureux d’être au sommet, que c’est un endroit plein de solitude et qu’elle veut changer le monde pour cette raison. Je dis pas non. Ok, elle a une estime de soi un peu trop importante et ses chevilles doivent un peu enfler mais en soi, elle a pas vraiment tort et si elle veut changer elle et changer les autres pour cette raison, cela me parait être un but tout à fait justifiable et intéressant.

On a par conséquent une vraie opposition entre les deux personnages principaux qui sont tous les deux esseulés et qui peuvent tous les deux être considérés comme des génies mais lui a choisi de se replier sur lui-même et se cacher tandis qu’elle a choisi de vivre au maximum et de ne rien cacher, qu’importe les blessures qui en résulteront. Il n’y a pas de bonne manière de vivre ici et le MC est plus intéressant que ce que j’avais cru au début, encore un bon point pour l’anime. Si maintenant il décide de ne pas être une simple comédie romantique mais d’avoir en plus de vrais réflexions sur les implications et les conséquences d’être au sommet, je dis vraiment pas non parce qu’on aurait vraiment quelque chose d’intéressant. A condition que l’écrivain en sache quelque chose et qu’il n’ait pas posé juste un setting pour lancer l’histoire et qu’il n’y revienne plus par la suite.

La 2e héroïne

L’anime vous présente sa 2e héroïne. Elle a les cheveux mi-longs (bof), des boobs (bien), l’uniforme ouvert (neutre) et elle a l’air d’hésiter. En même temps, c’est un club où les gens sont censés t’aider et tu les entends se trasher mutuellement dans la salle, c’est clair que c’est pas ce qu’il y a de mieux pour te mettre en confiance. Elle a aussi appelé le MC par un surnom mais le MC a carrément pas réagi et l’a carrément pas reconnu donc c’est peut-être une amie d’enfance perdue. Même une fois dans la salle, les deux autres continuent de se trasher et sa seule conclusion est « Ce club a l’air fun ». C’est bien, je suis sûr qu’elle trouverait sa place dans la Brigade Kawa-Moon avec ce genre de réaction.

Is it okay to trashtalk people who need your help ?

Maintenant, ils se mettent à la trasher elle, avec le MC qui la traite de salope et l’héroïne qui surenchérit en disant que c’est pas grave d’être encore vierge à son âge. En même temps, elle aurait plus été vierge, elle aurait jamais pu être héroïne de LN, c’est le genre qui réclame ça. Elle se doit de donner sa virginité au MC mais ce dernier ne la prendra probablement jamais, la vie est dure. Cela dit, leur club est censé aider les gens, quelqu’un arrive et ils langue-de-pute sur elles pendant 2 minutes, la plupart des gens se seraient déjà cassés.

Fanserv

Pour toi spectateur, du fanserv. La première requête que le club reçoit est de faire des cookies, c’est pas la mort comme demande. Même si l’héroïne a pas trop l’air de savoir comment cuisiner. En fait si, l’héroïne sait complètement cuisiner, c’est la fille aux cheveux courts qui sait carrément pas cuisiner et ses cookies ressemblent à du charbon. Je sais même pas comment c’est possible de se rater à ce point.

Est-ce … une forme de vie extraterrestre ?

Boobs-chan déprime parce qu’elle a pas de talent et l’héroïne lui répond que ceux qui n’essayent pas et ne jettent pas toutes leurs forces dans la bataille n’ont aucun droit d’envier ceux qui ont du talent. On retrouve ici le thème du talent qui ressort exprimé au travers de la personnalité très franche de l’héroïne, j’apprécie.

C’est l’heure d’être un homme

MC intervient soudainement en mode Shirou. Le mode Shirou est « Bitch, get the fuck out of the kitchen, it’s my turf » et il va leur montrer ce qu’est de vrais cookies.

Echec critique

Mais c’est dommage pour le MC, il s’est complètement raté. Le mode Shirou aurait été complètement inutile. Il enchaîne sans trop de raisons sur un FlashBack où il se prend unr râteau de plus et en conclue que les hommes sont des créateurs vraiment pas compliquées. En l’occurrence, même si les cookies sont dégueulasses, juste savoir qu’ils ont été faits à la main avec amour leur suffit. D’ailleurs, si une fille se sent de m’amener des cookies, elle peut sans problème. C’est p…pas que j’apprécies les cookies faits aves amours mais ça permet de pas dépenser de sous, humpf (je me sens d’humour Tsundere avec mes lectrices (si ça se trouve en vrai, j’ai que des lecteurs et ils sont fait CTRL+W en s’écriant Kimoiiiiii) (mais même Tsundere, je parle d’argent, mince)).

Mais peut-on réaliser ses rêves sans travailler dur ?

Une semaine (temps d’anime) plus tard, les deux persos principaux débâtent sur le génie, le travail, les rêves et l’accomplissement sur le long terme.

Yay, du Shojo-Ai

Boobs-chan revient, apporte des cookies à Yukinon (c’est bien ce surnom, j’en avais marre de taper héroïne) et commence à flirter avec elle. Le MC ? Nope, il peut se toucher en pleurant sous sa douche. En fait non, elle avait aussi des cookies pour le MC. Enfin, des … Un grand cookie carbonisé en forme de cœur. Cette fille est complètement Genki, je sais que certains de mes lecteurs vont apprécier.

Bref, que dire de ce premier épisode ? Bien plus sympa que ce que je pensais, en grande partie parce que la dynamique entre Yukinon et le MC est loin d’être mauvaise. Est-ce que l’anime va se maintenir sur la durée ? J’espère mais je ne vois pas comment le LN a pu tenir 7 tomes sans perdre ce qui fait son originalité sur ce premier épisode. Au niveau graphisme, on a perdu durant le passage illus du LN -> anime mais c’est obligatoire. Bon, le CharaDesign reste pas mauvais et a sa propre touche, ce qui est un bon point. Au final, j’ai des attentes modérées pour la suite. Ce sera probablement un anime sympathique à regarder mais qui ne sera surement pas inoubliable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *