Kotoura-san 01 : Du moe et du suffering.

Kotourasan0101

CRAAAAWLIING IN MY SKIIIIIN!

NadyTout neuf, tout beau, Kotoura-san fait partie des quelques anime de cet hiver 2013 qui pourrait éventuellement retenir votre attention. En effet, le premier épisode a fait ni plus ni moins polémique. Voyons voir le site MyAnimeList pour plus d’info, comme le ferait n’importe quel idiot : a school love comedy, ah oui ? Une comédie romantique ? Diantre ! Encore un anime banal et stupide qui va m’ennuyer et se finir en harem

NON ! FAUX !

Kotoura-san // Studio AIC // Débuté en janvier 2013 // Prévu pour 12 épisodes // Réalisateur : Masahiko Oota

Haruka Kotoura est une jeune fille pleine de vie et bien dans sa peau. Non je déconne !

Personnellement, je conseille d’écouter du Linkin Park tout en regardant cet épisode. Vous verrez, les émotions seront multipliées par dix. Blague à part, cet épisode était très étonnant. Dix minutes d’intenses souffrances du personnage principal, c’est-à-dire la mignonne petite Haruka, qui a la capacité de lire dans les pensées des gens. Je suis sûre que tout le monde s’est dit « Mais c’est super ça ! » mais cet anime se veut profond et super intelligent en disant que non, lire dans les pensées, c’est pas cool.

Voici ce qui se passe dans la tête d’un Japonais 90 % du temps. La faute à Fukushima tout ça.

En tout cas, ce tout début m’a plu et m’a même un peu perturbée tellement notre protagoniste s’en prenait plein la tête. Qui aurait voulu être à sa place ? Bon, d’accord, c’est exagéré au possible : la mère qui s’en va, les amis qui veulent plus de toi, le taillage de veines (ou presque)… C’est la crise d’adolescence, et oui ! En fait c’est surtout le charadesign super moe et le côté loli de notre héroïne qui jure un peu avec le côté super D4RK de l’anime. Je ne sais pas pour vous, mais moi j’adore le mélange. La scène du chaton était quand même énorme. C’était le summum du ridicule tout en étant super émouvant en même temps, tout ça à cause de la réalisation hors du commun avec ces fameux yeux dénués de pupilles.

Aah, et juste après, la rencontre avec Manabe (alias le futur mari de Haruka, mais ça tout le monde l’avait bien compris) ! Si comme moi, vous aviez lu le synopsis avant de vous lancer dans l’anime, vous vous êtes sûrement dit : « Bon… la comédie romantique elle commence quand ? Là j’ai que du drama ! » On a beau attendre et attendre, non, l’anime veut t’enfoncer au plus profond de ton trou et t’enterrer vivant. Et là, le miracle.

On passe de ça…

… à ça ! (Ils avaient oublié d’allumer la lumière dans la classe les fourbes)

Et là, bam ! Gros opening bien joyeux, bien mignon. Comment on peut ne pas être étonné ? J’ai trouvé la transition énorme quand même. Pour ceux qui ne le savent pas, cet anime est basé sur un 4-koma et franchement, ça ne se voit vraiment pas dans ce premier épisode. Toutes les scènes sont fluides et agréables à regarder. En fait, quand on y pense, l’introduction était nécessaire au personnage de Haruka : si on était directement arrivé à l’image juste au-dessus, je suis sûre que tout le monde aurait pensé que Haruka était une grosse emo qui n’arriverait à rien dans la vie. Or, comme on sait dès le début (ce qui est rare d’habitude dans les anime) qu’elle a eu une enfance horrible, on arrive à comprendre ce qu’elle ressent. Et puis là… on voit que l’anime a du potentiel en matière d’histoire d’amour.

Sapristi ! Ils vont trop bien ensemble !

Si vous ne voulez pas vous marier et avoir des enfants avec Manabe après ce premier épisode, allez au diable ! En fait, il est dès le début tellement fidèle à Haruka qu’on dirait un petit chien, mais dans le bon sens du terme. Il ressemble en rien aux autres héros de shoujo un peu à la ramasse : lui il est direct, il l’aime, il a des pensées perverses juste devant elle et il s’en fou. Voici… l’homme alpha par excellence, et sans être machiste pour autant ! Ce qui m’a fait rire, c’est les émotions complètement opposées que l’on va ressentir en moins de 25 minutes : dix minutes où on fait la gueule, et dix minutes où on a le sourire tellement l’anime est mignon et innocent. Bien joué, bien joué.

Kotourasan0107

Manabe, le sex symbol de l’anime.

Au final, l’épisode passe trop vite tellement il est cool. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. J’ai adoré les deux personnages principaux et, et, et… il faut voir la suite, oh oui ! Pour moi, c’est l’un des meilleurs premiers épisodes que j’ai vus parmi tous les anime que j’ai regardés. C’est pour dire la qualité de celui-ci. Évidemment, les épisodes suivants viendront confirmer (ou non) si l’anime va continuer à être aussi bon. Mais pour une fois qu’une tranche de vie n’est pas ennuyante à en mourir, on ne va pas cracher dessus.

Rang : A+

Un commentaire sur “Kotoura-san 01 : Du moe et du suffering.

  1. Avatar Noob Man dit :

    Je suis plutôt d’accord avec toi (même si le drama des dix premières minutes m’a paru un peu lourd par moment…). Sans vouloir te spoiler, la suite réussit encore à alterner les côtés humoristiques et ceux plus sérieux (l’épisode 4 fait très fort dans le genre). C’est vraiment une série surprenante !

    Sinon Ore no Kanojo truc évolue en harem chiant ? Les deux premiers épisodes avaient l’air de mener à un truc pas inintéressant, mais j’ai pas eu le temps de voir ceux sortis ensuite…

    (en tout cas ça fait plaisir de lire un article sur Kotoura-san, j’avais peur que plein de gens passent à côté à cause du genre « school love comedy adaptée d’un 4koma » ^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *