Sabagebu! 01 – Engagez-vous qu’ils disaient…

Ça commence bien...

Ça commence bien…

LuttiiBonjour à tous, ceci est ma première review sur Minorin et nous allons parler de Sabagebu! Un sympathique petit anime qui surfe sur la vague du « cute girls doing cute things », enfin pas vraiment, c’est surtout complètement débile et tout est prétexte à l’absurde, et c’est ce ce que nous allons voir ici.

L’anime est déjà assez avancé, mais n’hésitez pas à le commencer, 5 épisodes, ça passe assez vite.

Sabagebu! // Pierrot Plus // 5 épisodes parus sur un nombre inconnu // Débuté en juillet 2014 // Réalisateur: Masahiko Oota (Kotoura-san, Love Lab, YuruYuri) // Disponible sur ADN en simulcast J+15

L’intro nous raconte donc l’histoire de Momoka, jeune lycéenne normale et qui espère vivre ses trois années de cours obligatoires de la manière la plus normale possible. Bien sûr, cela n’arrivera pas !
Le premier jour de son transfert, elle se fait « attaquer » par un pervers dans le train, mais fort heureusement, une jeune et forte demoiselle vient à son secours !

Le quotidien au Japon.

Le quotidien au Japon.

Sauf que cette demoiselle menace le pervers avec un magnifique Desert Eagle .50 AE. S’en suit une scène de combat digne de votre super sentai favori, pour qu’au final Momoka observe sa sauveuse se faire arrêter par la police, elle peut donc enfin aller au lycée. Pour notre part, cela fait à peine deux minutes que l’épisode a commencé et nous pouvons déjà débrancher notre cerveau, ou notre écran comme on nous l’a conseillé durant l’avertissement de début d’épisode.

Opening !

Sabagebu0104

Si vous saviez à quel point c’est chiant de screener sur ADN

YES!! – chanté par Ohashi Ayaka, la seiyuu de Momoka. Une chanson oubliable qui vous laissera dans l’idée de zapper les openings pour les prochains épisodes. Spoiler: L’ending est pire, mais revenons à l’épisode !

Sonokawa Momoka, notre héroïne.

Sonokawa Momoka, notre héroïne.

Tout ce passe comme dans n’importe quel anime avec un étudiant transféré, on se présente, la classe vient nous harceler de questions, on essaye de s’intégrer, Momoka nous le dit en clair: c’est chiant ! Nous avons ici une héroïne faisant des efforts pour tenter de s’intégrer. J’aime beaucoup ce passage nous montrant de suite que Momoka est comme vous et moi: Elle n’est pas une jeune fille parfaite, elle a un caractère que j’apprécie, bref, ce personnage est approuvé !

Par le plus grand des hasard, nous voyons la sauveuse de ce matin, relâchée par la police, dans le lycée, Momoka, pour faire avancer le scénario, décide donc de la suivre jusqu’à la perdre de vue.
Mais elle arrive devant un bâtiment sombre, lugubre, menaçant, mais qui semble être le repaire du Sabagebu, ou Survival Game Club (indiqué par un petit cœur tout choupikawaii). C’est le bon moment pour que Momoka se fasse enlever et dévorer par un ours caché dans la foret du lycée.

J'aime les screens.

J’aime les screens.

Ou pas, c’est juste notre mystérieuse jeune fille qui défendait son territoire.
Notre mystérieux second personnage principal part dans un délire assez impressionnant, de quoi rendre aussi fou qu’elle n’importe qui.
Ha et un canard assomme notre héroïne avant de passer à la scène suivante.

La scène suivante, parlons-en.
Nous avons la présentation du reste du cast principal: une fille à gros seins, une loli à couettes roses et une Kuudere, toutes fanatiques d’armes à feu, enfin de répliques car dans Survival Game Club, il y a Game quand même. Après les présentations des personnages et du club Momoka accepte une petite démo de « pourquoi faire mumuse avec des flingues en plastique c’est fun » et tire au centre de la cible. Le second personnage principale, ou Mio de son vrai nom, présidente du Sabagebu est visiblement  très intéressée par le potentiel de Momoka et dans un stratagème très ingénieux (ou pas) réussi à l’inscrire de force au club, alors que bon, il aurait suffit de demander gentiment.

Sabagebu0108

Le désespoir.

Ceci conclut le premier tiers de l’épisode, et la première partie de l’anime. Chaque épisode est constitué de trois petites histoires plus ou moins indépendantes les unes des autres.
Je vous conseille vraiment cet anime si vous aimez les anime comiques où il ne faut pas réfléchir.

Le tout est bercé par des seiyuus faisant assez bien leur travail, par une OST qui se fait discrète mais très agréable à l’écoute et surtout par le narrateur, personnage à part entière qui ne cessera jamais de nous rappeler que les scènes de batailles aussi épiques soit-elles ne sont que l’oeuvre de l’imagination de nos lycéennes.

Je donne à cet épisode un 14/20. C’est bien, ça rempli son rôle et ça se regarde avec plaisir, ayant regardé les cinq épisodes sortis à ce jour sur ADN, je trouvais dommage qu’assez peu de gens en parlaient, c’est maintenant réparé. En espérant vous avoir donné envie de regarder cet anime~

Ha et je vous ai parlé des scènes d'armement version Magical Girl ?

Ha, je vous ai parlé des scènes d’armement version Magical Girl ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *