Le classement d’une série dans le Jump: bases, initiation, statistiques, effort et amitié

Le classement d’une série dans le Jump: bases, initiation, statistiques, effort et amitié

Encore ? Eh, oui. En juillet je vous parlais déjà de l’histoire contemporaine du magazine, dans un article récapitulatif d’une conférence que j’avais co-présenté avec Yoka.

L’article que je vais vous présenter ici est une initiation à l’art fort méta des classements de popularité dans le Jump. A quel point ça décide la vie et la mort d’une série ?

Le classement de popularité dans le Jump, c’est quoi ?

Chaque exemplaire du Jump possède en son sein un bulletin de vote à décrocher et à renvoyer au siège de la Shueisha. Sur ce bulletin de vote, l’électeur peut classer ce qu’il considère être ses trois chapitres préférés dans le numéro qu’il vient de lire et, optionnellement, en votant, il s’inscrit à une loterie/tirage au sort qui peut lui permettre éventuellement de gagner des petits cadeaux.

Ensuite ces bulletins sont comptés et permet de créer un classement interne à l’équipe éditoriale du Weekly Shonen Jump qui va pouvoir leur permettre de savoir quelles sont les séries préférées de leur lectorat…

Simple, non ?

SIMPLE, OUI ??
SIMPLE, OUI ??

 

En quoi la popularité est importante ?

Car elle décide de la vie et de la mort d’une série.  Le Jump est un magazine qui pratique une ligne éditoriale qu’on pourrait qualifier d’impitoyable: si une série n’est pas ou plus populaire, si elle a peu de lecteurs, elle jarte car elle ne participe plus vraiment à aider le magazine à se vendre et n’a à leurs yeux plus aucun interêt. Peu importe ce que l’auteur essaie de dire, peu importe la qualité concrète de l’oeuvre, si ça marche pas c’est la fin. Et quand c’est la fin c’est abrupt: c’est décidé en réunion éditoriale, l’auteur en est avisé et a entre trois et cinq chapitres pour conclure sa série.

Maintenant, la popularité est importante mais elle n’est pas tout. En effet, si les tomes reliés du manga se vendent bien voire très bien, il est considéré que la série a trouvé son lectorat. Deux exemples de séries impopulaires dans le magazine mais qui se vendaient vraiment bien en librairie: Medaka Box d’une part et To Love Trouble de l’autre. Le premier cas peut s’expliquer par son ton méta qui touchait un public visé  plus agé que le reste du Jump  (un public qui donc ne vote plus beaucoup mais commence à acheter) et pour le second cas il peut y’avoir une explication simple: la série étant une série coquine et érotique, peu de jeunes lecteurs osaient vraiment écrire le nom de la série de peur que les parents jugent fort.

En vrai la popularité est surtout importante pour les nouvelles sériesImportantes pour celles qui ont pas dépassées les deux ans, ULTRA importantes pour celles qui viennent juste de démarrer. Quand une série commence à être installée, quand les tomes se vendent bien, quand l’adaptation animée a débutée, c’est là qu’une série peut se permettre de commencer à souffler et de plus forcément avoir à s’inquiéter du classement hebdomadaire. Par contre, quand tu débutes, inutile de dire que si ton premier chapitre commence dans le fond du classement, t’es très très mal barré.

Et tu peux même pas te dire « allez, avec du pot la série se vendra bien en librairie et va me sauver les miches » parce qu’il n’est pas rare qu’une nouvelle série se fasse annuler avant même que le premier tome sorte. Regardez Lady Justice cette année: annulée début aout, le premier tome sorti début septembre. Pourtant, la couverture avait des sacrés atouts.

Néanmoins les vieilles séries restent pas invincibles et si vraiment les ventes s’effritent et la popularité est basse, la série n’échappera pas à ce qu’on nomme familièrement l’axing, le coup de hache fatal. Shaman King et Yu Gi Oh auront beau avoir eu leur heure de gloire, un an de ventes moins bonnes qu’avant et de stagnation dans le fond du classement de popularité auront eu leurs peaux…

Après c’est une méthode imparfaite car il peut y’avoir un cercle vicieux: une série jugée peu populaire et qui se montre moyenne au niveau des ventes ne sera pas forcément beaucoup mise en avant par la Shueisha, donc aura du mal à rencontrer un nouveau public, donc continuera d’être peu populaire et de faire des ventes moyennes. A l’inverse, un carton du Jump sera beaucoup mis en avant, donc continuera perpétuellement de renouveler son public, donc améliorera toujours ses performances…

Stealth Symphony: scénarisée par Narita (Baccano), malgré de superbes dessins et un univers original, la série sera annulée au bout d'une vingtaine de chapitres
Stealth Symphony: scénarisée par Narita (Baccano), malgré de superbes dessins et un univers original, la série sera annulée au bout d’une vingtaine de chapitres

Mais du coup, il est secret ce classement de popularité ?

Oui… et non.

Oui car on aura jamais le moyen de le connaître précisément, sauf si on bosse en tant qu’éditeur pour le Weekly Shonen Jump ou qu’on est employé de la Shueisha. On ne saura jamais combien de voix a une série chaque semaine, quelle place précise a fait tel chapitre, etc etc.

Non parce qu’on a une façon simple et light de le connaître: le sommaire du magazine.

Principe simple: la Shueisha met toujours les séries les plus populaires au début du magazine, et les moins populaires à la fin. A partir de là on peut commencer à se créer des classements « publics » et tâcher de voir les tendances d’une série. Ca paraît trop simple pour être vrai mais pourtant les chiffres ne mentent pas et la popularité d’une série se vérifie vraiment en suivant ses positions dans le sommaire du Jump.

Maintenant voyons voir comment ça marche ! Allez, Marcel !

Juger de la popularité d’une série à l’aide du sommaire: comment ça marche.

On se dit « bon, prenons le sommaire d’un magazine et faisons le classement. » Comme ça, paf, simplement. Mais en fait ça demande un peu d’analyse.

Prenons par exemple l’Issue 44 de l’année 2015. On y trouve tout ce qui peut être évoqué donc c’est cool.

Regardez cette couverture en plus, elle est chalereuse et automnale:

tumblr_nve8nnlcez1uu7duto1_500

Mais voilà donc son sommaire:

Haikyuu!! (Cover, Lead CP)
Assassination Classroom
One Piece
Samon-kun wa Summoner (CP)
Shokugeki no Souma
Boku no Hero Academia
Hinomaru Zumou
Saiki Kusuo no Sainan
Mononofu
Black Clover (CP)
Toriko
Nisekoi
Bakuman。Age 14 (CP, Special Chapter Part 2)
Gintama
Straighten Up
Bleach
Kochikame
Kagamigami
Best Blue
Isobe Isobee Monogatari

World Trigger (Absent)

Donc là on se dit logiquement: Haikyuu est en premier donc c’est la série la plus populaire, Assassination Classroom est deuxième, One Piece troisième, Samon quatrième et ainsi de suite… On peut être alors tenter de se dire « woh, Mononofu est une série qui est là depuis trois semaines et elle est déjà dans le top 10 ! » ou « Woh, quels scores pourris pour Isobe Isobee Monogatari, la série va se faire jarter super vite. »

Mais en fait non, pas du tout, parce que y’a plein de trucs à prendre en compte:

– La série en première place ne compte jamais. C’est le plus important. La première place correspond à la série qui bénéficie soit de la couverture, soit de la lead color page (la page couleur qui ouvre le magazine), soit des deux simultanément. Ces éléments ne sont pas là pour témoigner d’une popularité concrète mais sont des choix éditoriaux afin de mettre certaines séries en avant à certaines occasions. Ca peut être, par exemple, pour fêter le centième chapitre, l’anniversaire de la parution, l’annonce de l’animé, l’arrivée de la série dans le magazine, etc. Alors après, évidemment, ça reste à observer parce que plus une série est populaire, plus elle sera mise en couverture et en avant par les éditeurs du magazine parce que, eh, ils sont pas cons, ils mettent en avant ce qui marche. Ici Haikyuu est en couverture pour annoncer la saison 2. Mais bref, malgré tout, si la série est première, elle ne compte JAMAIS dans le classement. 

– Les chapitres qui ont des pages couleurs ne comptent pas. Là aussi parce que les pages couleurs sont des choix éditoriaux, qui mettent en avant des séries que le magazine veut mettre en avant, et que matériellement, on ne peut pas mettre des pages couleurs partout dans le magazine – les séries avec des pages couleurs se retrouvent souvent souvent autour de la quatrième, la neuvième, la dixième et la seizième position. Une nouvelle fois, ça reste une donnée à observer parce qu’une grande quantité de pages couleurs montrent la bonne santé de la série, etc etc. Mais pour le « classement pur », c’est une donnée compliquée à utiliser.

– Les séries qui viennent juste de commencer ne comptent pas vraiment jusqu’a leur huitième chapitre. Alors là du coup c’est un truc qui est considéré comme canonique dans les communautés Internet dédiées au Shonen Jump mais j’ai jamais vraiment eu une explication bien sourcée et concrète du « pourquoi seulement à partir du 8e chapitre. » La règle veut qu’entre le moment ou quelqu’un envoie son bulletin de réponses pour classer un chapitre précis et le moment ou la Shueisha prend en compte et calcule tous les votes, huit semaines s’écoulent. Du coup, en règle général, on ne considère pas « canon » les huits premiers résultats d’une série puisque ces chapitres ne sont pas classés en tenant compte de la popularité mais par choix éditoriaux. Si ça avait sens dans les années 2000 – on voit très clairement les différences de classement entre les septièmes et huitièmes chapitres, avec parfois des grosses différences – mais dans les années 2010, ça a tendance à s’estomper et on peut voir dès le quatrième ou cinquième chapitre la progression « naturelle » de la série. Car bon, les éditeurs savent très rapidement (dès le lendemain de la parution du magazine) les premières tendances pour une série et si ils voient qu’une série se prend une veste dès son chapitre 1 feront aucun effort pour essayer de l’en sortir et auront tendance à l’envoyer très tôt aux oubliettes.

– Certaines séries sont en dehors du classement. Isobe Isobee Monogatari, par exemple, sera toujours en dernier. Pas parce que la série est nulle et que personne la lit, non, mais parce que c’est un choix assumé des éditeurs qui l’ont placés pour « fermer le magazine. » Pyu to Fuku Jaguar, de 2000 à 2008, était dans la même situation. Après ça peut se compliquer: si les séries en questions ont des pages couleurs, elles sont plus dernières et, dans le cas d’Isobe, plusieurs chapitres peuvent être publiés simultanément dans le magazine, auquel cas on classe le premier des deux. Mais bon là on entre un peu trop dans le détail…

– Enfin, surprise, les one-shots comptent pas: y’a beaucoup de one shots publiés dans le Jump. Comme c’est des histoires qui durent pile cinquante ou vingt-cinq page, ça compte pas. Mais c’est intéressant de référencer les one shots parce qu’on remarque que pas mal d’entre eux refont parler d’eux quelques années plus tard, quand ils deviennent une véritable série… Donc, dans le cas présent, le chapitre spécial de Bakuman ne compte pas puisqu’il n’appartient pas à une série en cours de parution.

Du coup pour l’Issue 44, le véritable classement serait:

1/ Assassination Classroom
2/ One Piece
3/ Shokugeki no Souma
4/ Boku no Hero Academia
5/ Hinomaru Zumou
6/ Saiki Kusuo no Sainan
7/ Toriko
8/ Nisekoi
9/ Gintama
10/ Straighten Up
11/ Bleach
12/ Kochikame
13/ Kagamigami
14/ Best Blue

Avec, en non classés: Haikyuu (couverture), Sumon-kun wa Summoner, Mononofu (nouvelles séries), Black Clover (page couleur), World Trigger (absent), Bakuman (one shot) et Isobe Isobee Monogatari (hors classement)…

Best Blue: pas encore mort mais, eh, on va dire que c'est tout comme (le premier chap était pas ouf, ça aidait pas.)
Best Blue: pas encore mort mais, eh, on va dire que c’est tout comme (le premier chap était pas ouf, ça aidait pas.)

Qu’est-ce que j’en analyse ?

Honnêtement, avec juste un numéro vous allez pas bien loin. Là au moins vous pouvez constater que Best Blue – qui a début début juillet – est déjà bon dernier deux mois après ses débuts donc qu’il n’ira pas bien loin dans la vie parce que honnêtement on a jamais vu une série être dernière au bout de deux mois et quand même réussir à sortir.

Vous pouvez aussi constater que Assassination Classroom, Food Wars et Boku no Hero Academia sont définitivement devenus des oeuvres populaires et indispensables du Jump. Que One Piece cartonne toujours autant et que Bleach déchaîne plus autant les foules…

Mais en vrai ça va pas vous dire beaucoup. 

En vrai c’est même l’erreur de base: il ne faut jamais juger la popularité d’une série en se basant sur un seul numéro. L’interêt d’observer les sommaires du Jump, il se fait sur le moyen terme.

C’est donc là que le fun commence… Rien de plus excitant que de savoir chaque semaine l’évolution des tendances. Quelle série est en chute de popularité ? Laquelle remonte ? Quand des nouvelles séries se lancent, lesquelles adhèrent, lesquelles foirent ?

Et puis, évidemment, quand on devient vraiment chtarbé, on commence à faire des statistiques…

Et c’est là que j’entre en scène.

STRESS
STRESS

Les stats d’Amo, sa vie son oeuvre.

J’ai crée pendant tout le mois de septembre un fichier Excel qui contient, grosso merdo, tous les sommaires et classements du Shonen Jump de janvier 99 à nos jours. Enfin il commence pas vraiment en janvier 99 parce que j’ai quand même pris la peine de faire tous les classements de One Piece, Yu Gi Oh, Whistle & co. Par contre je vous avoue que j’ai pas fait Kochikame en entier parce que faire de septembre 1976 à nos jours, ça fait un peu too much.

Je partage pas le fichier pour l’instant parce qu’il est imparfait.Il mélange trois sources différentes, ce qui m’énerve un peu. Donc tant que j’équilibre pas les sources (ce qui va me prendre un mois supplémentaire), je partage pas. Après ce que j’ai déjà me permet de faire des graphiques qui sont pas trop loupés, ce qui est cool.

Donc voilà un échantillon de statistiques pour vous donner une idée ce que je veux faire. N’hésitez évidemment pas à cliquer sur les graphs pour les afficher en GRAND:

 

Couvertures du Jump

Je disais plus tôt qu’on s’en foutait pour le classement mais ça reste une donnée intéressante pour la popularité. J’ai donc pris une quarantaine de séries que je juge être les plus « importantes » depuis janvier 99, j’ai compté combien de fois celles-ci étaient en couverture et j’en ai tiré des classements.

Tout d’abord le classement absolu:

Couvertures

Pas de surprise: One Piece est bien devant. Faut dire que 1/ le manga cartonne en permanence et que 2/ il est là depuis 1997 donc il a eu le temps d’en faire pas mal.

C’est pour ça aussi que ce classement est intéressant mais pas forcément super intéressant. Vous voyez ce que je veux dire ? Evidemment que Kochikame va avoir 22 couvertures en 16 ans: elle en a une ou deux par an. Ca veut pas dire pour autant que la série est un méga hit.

Non ce qui va nous intéresser un peu plus c’est un calcul simple: nombre de chapitres sortis divisés par nombre de couverture. Et là ça permet de voir « l’intensité » de la popularité d’une série.

CouvertureTop

N’hésitez pas à cliquer sur l’image pour la voir en résolution normale. Donc à nouveau One Piece domine: une couverture en moyenne tous les 8,2 chapitres. Ce qui est énorme. Attention par contre: ce n’est pas une couverture One Piece tous les 8 issues du Jump car là il faudrait un calcul différent et un peu plus compliqué. En tout cas, voilà.

Mais du coup le top 5 change pas mal et il est plus intéressant: Naruto reste second et le troisième c’est Hikaru no Go. La série a eu une vie « courte » dans le Jump (à peine quatre ans et  191 chapitres) mais a été mis pas mal de fois en avant, ce qui peut tendre à confirmer une grosse popularité et une grosse mise en avant. Idem pour Boku no Hero Academia qui n’existe que depuis un an et demi mais qui est sur un bon rythme de présence en couv.

Dans les « surprises »: Bakuman et Death Note ne sont pas tant en couverture que ça (Death Note n’a eu le droit qu’a cinq couvertures) alors que Prince of Tennis l’a été peut-être plus souvent que vous pensiez.

Et, à l’inverse, quelles séries n’ont pas vraiment beaucoup été en couv malgré une longue présence ?

CouvertureBottom

Par exemple Pyu to Fuku Jaguar c’est un peu la triche: la série a existé pendant 475 chapitres et n’a eu qu’une couverture mais c’est normal vu que, comme on le disait plus haut, c’est une série comique qui a jamais eu pour but d’être vraiment mis en avant. Pour Psyren qui a eu qu’une couverture pendant toute son existence, c’est un peu plus inquiétant par contre, haha.

Et là du coup on a un classement plus « réaliste » pour Kochikame qui, oui, a eu 22 couvertures en 16 ans, mais comme on peut le voir, c’est pas forcément « fou. »

Voilà donc pour un aperçu de stats sur les couvs, ce qui reste un bon indicateur pour savoir sur quelles séries la Shueisha mise vraiment…

 

Séries par séries: EyeShield 21

Juste pour montrer la difficulté principale que j’ai: faire des graphiques qui soient lisibles…

Parce que ça fait beaucoup de données qui changent fréquemment ! Une série reste rarement cloitrée à la même place, ça bouge beaucoup ! Du coup on va prendre EyeShield 21, vous voulez bien ? Ok. Alors on va commencer par un graphique récapitulant sa position dans le sommaire du chapitre 7 jusqu’à la fin (donc en comptant couvertures et pages couleurs:)

EyeShield21AvecCouverture

Ah ah mais oui EyeShield 21 a souvent été en couv ou en lead color ! Beaucoup de premières places donc ! Mais comme je l’ai dit plus tôt: la première place, on s’en fout !

Du coup on peut voir les tendances mais c’est quasi illisible à cause des sauts fréquents en première place…

Du coup si on vire couvertures et pages couleurs, ça passe mieux ?

EyeShield21SansCouverture

Oui, c’est déjà plus lisible. On peut voir que le premier chapitre « classé » de la série était en seconde place ce qui prouve un départ ultra canon (elles sont super rares les séries à réussir cette performance.) Pour le reste la série marche bien, non ? Et l’effondrement à la fin, il est violent n’est-ce pas ? Effectivement, peut-être que l’arc final a pas été très bien réussi.

Mais bon, amusons nous à rajouter un repère visuel:

EyeShield21SansCouvertureAvecCouleurs

Dans ma tête: tout ce qui est entre seconde et sixième place correspond au top 5. C’est donc là que tu veux être. Et force est d’avouer que EyeShield 21 s’y est quand même pas mal installé ! La majorité des chapitres est ainsi dans cette zone, chouchoutée par la Shueisha. Et, encore une fois ça compte pas la bonne cinquantaine de couvertures et de chapitres avec pages couleurs…

A l’inverse, je considère que dès que t’es en dessous de la quinzième place, c’est chaud pour ta gueule. Et il faut attendre l’arc final pour voir la série y faire un tour. L’annulation arrive peu après. Hasard, coïncidence ? Vous décidez. 

Donc voilà pour EyeShield21.

 

Quelques graphiques au pif pour conclure

J’ai fait d’autres graphiques que j’ai foutu sur Twitter de ci de là mais c’est des tests et des premiers essais donc je les pose là faites en ce que vous voulez:

Piliers

Un graphique foutrement illisible pour comparer les performances de One Piece, Bleach et Naruto. J’ai retiré les chapitres à  pages couleurs, évidemment. On peut juste voir que One Piece en a rien à branler, il est devant quoi qu’il arrive (à part ce chapitre qui est 8e sans aucune explication.) 

Bleach

Mais déjà de base juste Bleach c’est compliqué à gérer. Donc là y’a les chapitres à page couleur et les couvertures qui sont comptés donc ça rend le truc encore plus funky. On peut nettement voir que le début de la série a été reçu avec un enthousiasme modéré, que ça s’accélère quand apparaissent les autres Shinigami, que la série est un quasi habitué du top 5 de la Soul Society jusqu’a la bataille contre Aizen et que après ça s’effondre au début de l’arc des Fullbringers sans jamais remonter.

C’est chaud.

Soma

Le classement de Shokugeki no Soma sans compter les CP/Couv. Son démarrage est pas incroyable mais suffisant pour se maintenir et la série n’a jamais sombrée dans le bottom 5. Du coup elle passe son temps à yoyoter entre top 5 et haut du ventre mou, ce qui est une place quand même bien respectable. Le fait que l’auteur a décidé de partir dans un arc un poil plus intense et plus riche en enjeux pourrait ptet installer le manga plus durablement dans le top 5…

ShamanKing

Une nouvelle fois une série en entier, sans les pages couleurs: Shaman King. Ca couvre l’intégralité de l’existence de la série dans le Weekly Shonen Jump. Le graphique est pas très bien fait, il est pas très lisible mais on retiendra surtout que la série s’effondre sur la fin et qu’il s’est fait très très peur au début avec une 19e place dès le 3eme chapitre. Mais ça reste assez compliqué à déchiffrer celui là, faudra que je le refasse en mieux.

Haikyuu

Celui-ci gagnerait a avoir les élements visuels que j’ai mis dans le graphique de EyeShield21 et de Food Wars. Mais comme il prend en compte les couvertures et les chapitres à pages couleurs, il est assez  yolo. En somme Haikyuu a connu un début d’existence assez paisible, avec une très bonne troisième place au tout début, puis s’est effondré à un moment étrangement précis (qui correspondrait plus ou moins à la période du manga ou les héros sont plus occupés à essayer d’améliorer leurs résultats scolaires qu’à jouer au volleyball.) Aujourd’hui, la série est en quasi permenance dans le top 10 mais étrangement je me serais attendu à mieux venant du manga qui est, je le rappelle, la troisième meilleure vente de toute l’industrie en 2014, derrière One Piece et SnK. 

HeroAcademia

Enfin Boku no Hero Academia, avec les pages couleurs. Le début est super bizarre mais ça correspond justement à cette période des « sept premiers chapitres. » Ainsi depuis quelques années maintenant j’ai constaté que toutes les nouvelles séries sont lancées de la même façon: premier chapitre en couverture et lead color, second chapitre en 4e place page couleur, troisième chapitre autour de la neuvième place, quatrième chapitre autour de la dixième, et cinquième et sixième chapitres autour de la treizième. Dès que la série commence à être vraiment classée, elle reste bien classée. Le graphique montre pas forcément trop le bas du classement donc ça donne l’impression que ça fait pas « si bien que ça » mais si vous regardez bien, la série est quasi constamment au dessus de la sixième place. Ce qui est cool.

 

Donc voilà pour les bases, l’initiation et les échantillons. J’essaie de réfléchir très fort à un article qui se servirait de ces stats de manière beaucoup plus pertinentes donc je vous donne rendez-vous à ce moment là ! Tchuss !

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

7 réactions au sujet de « Le classement d’une série dans le Jump: bases, initiation, statistiques, effort et amitié »

  1.  » Alors là du coup c’est un truc qui est considéré comme canonique dans les communautés Internet dédiées au Shonen Jump mais j’ai jamais vraiment eu une explication bien sourcée et concrète du « pourquoi seulement à partir du 8e chapitre. » »

    C’est normal, toutes les « règles » présentées ici sont artificielles et donc sans importance. Ce sont plus des conventions entre gens qui à force de se répéter la même chose, finissent par s’en convaincre.
    En l’occurrence, l’histoire du 8ème chapitre est bidon. Il y a des séries qui ont commencé à couler avant le 8ème chapitre (Chagecha par exemple), signe que l’équipe du Jump a les résultats des votes pas si tard que ça.

    Et pendant qu’on y est, les pages couleurs, c’est pareil. On peut les compter ou pas, ça ne change pas grand chose. Avoir des pages couleurs, c’est signe de popularité. Avoir des pages couleurs en première série du sommaire, c’est signe que la série est plus populaire qu’une série qui a une page couleur au milieu du Jump.

    Il y a des choix éditoriaux dans les pages couleurs ? Oui, mais il y en a aussi dans le placement des séries dans le sommaire. Tu le dis toi-même, la position d’un chapitre ne reflète pas les votes d’un chapitre antérieur précis (et tu fais bien de le dire, car certains croient pourtant l’inverse). Mais le rédacteur en chef du Jump fera le sommaire comme il le sentira, entre les séries qu’il veut mettre en avant ponctuellement, la popularité globale, et n’importe quel facteur dont on ignore probablement tout.

    En fait, le sujet a été expliqué dans ces termes par Oda dans le Jump 47.

    Après, évidemment, on peut voir quelle série est populaire et laquelle ne l’est pas en regardant les tendances, celles qui sont souvent au début et celles souvent à la fin. On peut faire des moyennes des rangs de chaque séries sur plusieurs Jump (genre une dizaine mais chacun peut faire comme il le sent), c’est pratique pour mieux se rendre compte. Et dedans, qu’on compte les pages couleurs ou pas n’aura pas vraiment d’incidence sur les positions relatives des séries.

    1. Yep d’après la source-la-plus-objective-du-monde (cad Bakuman), les résultats des votes arrivent logiquement… bah dès le lendemain de la sortie du magazine. C’est pour ça que cette histoire des 8 chapitres ça m’a toujours paru un peu bullshitté et tu me confortes un peu dans cette idée ! En règle générale, dès le 4e ou 5e chapitre, si la série est en seconde moitié et commence à s’y installer, ça commence à être un peu révélateur.

      J’en ai tenu compte dans mon bilan 2015 mais je pense que je vais pas trop m’emmerder pour la suite.

  2. Salut. Dans un autre article tu parles de communautés qui parlent du jump, des stats et etc… tu as un site ou une page à proposer en français? Merci.

N'hésitez pas à commenter l'article~