Oreimo S2 ép.1 – Ma petite soeur ne peut pas être aussi riche et je ne peux pas être aussi jaloux

Oreimo2ep1-06

Bitch please

 

SuryceAh… Le grand retour de Ore no Imouto Ga Konna Bla Bla Bla (tellement grand que je l’abrégerai toujours par « Oreimo »), ce merveilleux anime dans lequel on suit les aventures de Kyôsuke, un lycéen banal qui a pour petite soeur la pas-banale Kirino, une gamine de 14 ans aux cheveux roux et aux yeux bleus qui est sûrement la fille du facteur gaijin et qui derrière ses airs de coqueluche est en fait une grosse otaku fan de moe et de… jeux de drague érotiques mettant en scène des petites soeurs.

Avant qu’on ne me croit ironique, je pense vraiment que cet anime est une sorte de merveille, je veux dire, regardez-moi tout ce moe ! On peut dire ce qu’on veut sur son attitude, mais Kirino est effroyablement mignonne ! Non parce que c’est pas parce que j’essaye d’avoir l’air intelligent en analysant mes animes que je ne suis pas un affreux moetard, nourrissant éhonteusement son âme de la mignonneté  de petites filles virtuelles.

Avant qu’on s’attaque au premier épisode de cette seconde (et dernière parait-il) saison d’Oreimo, je vous invite à écouter mon avis (objectif) sur la première.

Ore no Imôto ga Konna Ni Kawaii Wake Ga Nai. // Studio AIC Build // Débuté en avril 2013 // Prévu pour 13 épisodes // Réalisateur : Hiroyuki Kanbe

Oreimo2ep1-02

Onii-chan… Tu veux que… je fasse quoi avec ton… ?

L’épisode commence avec un flashback de Kyousuke enfant qui prend son bain alors que débarque Kirino en mode petite soeur toute mignonne qui veut prendre son bain avec onii-chan comme ils l’ont toujours fait. Sauf que shota-Kyôsuke veut jouer les durs et trouve ça ringard de traîner avec sa petite soeur, donc il lui dit en face qu’elle est une pleurnicheuse et qu’elle le gonfle. Mais le flashback se transforme soudain en cauchemar quand la petite Kirino qui pleure se met à répondre à son grand frère en l’envoyant basiquement se faire foutre et le pauvre Kyousuke en fait presque une crise cardiaque, tel un Booker DeWitt dont les flashbacks se transforment en vision de l’apocalypse, parce qu’il est une enflure de japonais patriarcal qui ne supporte pas que l’idée que sa soeur soit autre chose qu’une gentille fille à papa.

Et pour une raison ou une autre, loli-Kirino a les cheveux châtains sombres, ce qui est beaucoup moins moe que sa chevelure rousse, n’en déplaise à sa jolie bouille.

Plus sérieusement, on notera que le studio a le bon goût de ne pas utiliser d’angles douteux pour cette scène et la mise en scène se concentre sur ce qui est important, c’est-à-dire les expressions faciales de Kirino. Par contre, le placement narratif de cette scène est bizarre. Pourquoi nous donner la réponse au pourquoi de la distanciation entre le frère et la soeur dès le début de la saison 2, quand la première en avait fait tout un mystère en ne nous donnant pour seul indice qu’une allusion de Kirino ?

Oreimo2ep1-03

Cet épisode contient énormément de références visuels à la première saison, et cela commence ici avec Kyôsuke qui nous confirme son statut de héros en tombant du lit après un rêve agité avec sa petite soeur. Il jette aussi un coup d’oeil au jeu érotique posé sur la table, auquel jouait Kirino dans la précédente saison (elle les lui prête quand ça lui chante) et qui a entre autre pour héroïne une petite soeur au caractère particulièrement acariâtre…

Quand soudain…

Oreimo2ep1-04

Une baleine.

Fièrement exhibée pendant un plan fixe et silencieux de 12 secondes.

D’accord, je suis assez malin pour comprendre qu’il s’agit de la séquence des sponsors, mais il est un poil bizarre que la version de Wakanim est jarté les sponsors tout en gardant la séquence plan fixe.

Oreimo2ep1-05

Des sous-titres colorés dans ma version légale ? Madness !

Kyôsuke se lève et nous explique pendant qu’il descend vers la cuisine que sa soeur a réussi sa vie à 14 ans et que les deux s’entendaient mal jusqu’à un certain événement il y a un an, que l’anime a le bon sens de ne pas nous résumer et il laisse l’action reprendre après un très bref flashback. Qui plus est, à part Kirino, aucun personnage ne sera re-présenté. L’anime part du principe qu’on est en terrain connu et c’est tant mieux.

Oreimo2ep1-06

Le studio adore ce plan, il ouvre et ferme la 1ère saison. Le reverra-t-on une quatrième fois ?

Kyôsuke arrive donc dans la cuisine/salon, où il découvre Kirino qui est très occupé à papoter au téléphone parce qu’elle doit prévenir toutes ses amies qu’elle est revenue de son stage sportif aux States avec de l’avance (ce gros pervers de Kyôsuke ne pouvait plus se passer d’elle et est carrément aller la chercher là-bas lui-même). Le hic, c’est que Kirino semble être revenu à l’état où elle ignorait son grand frère alors que leur relation était censé s’être amélioré. De quoi inquiéter ce pauvre siscon de Kyousuke.

Du coup, Kyôsuke fait la tête plus tard au lycée et il est réconforté par Minami Manami, aka l’amie-d’enfance-qui-l’inverse-de-Kirino-donc-toute-gentille. Les gens qui n’aiment pas Kirino parce qu’elle est une pétasse ont tout logiquement tendance à apprécier Manami, mais personnellement je la trouve un peu… ennuyeuse. L’intérêt d’un perso caractériel, c’est qu’au moins, même s’il te fait chier, tu ne t’ennuies jamais avec lui. C’est d’ailleurs pour ça qu’après avoir terminé la route de Rin dans Katawa Shoujo (c’est-à-dire la seule qui est intéressante), j’ai essayé celle de Shizune en me disant que puisque c’est une pétasse, je risquerai pas de m’ennuyer au moins. Grand mal m’en a pris quand j’ai découvert que la route était plus plate qu’une autoroute fraîchement bétonnée…

Mais pour revenir au sujet, quel est l’intérêt de créer une héroïne principale provocante vis-à-vis des codes attendus des héroïnes d’animes si c’est pour faire l’exact inverse avec une héroïne secondaire ? Et pis bon, le seul intérêt de son personnage, c’est sa famille qui est marrante.

Pour finir avec ça, j’ajouterais juste que toute cette séquence (dans sa mise en scène comme dans sa thématique) est encore une fois un gros clin d’oeil au premier épisode de la saison 1, ce qui n’est pas tout à fait gratuit car cela renforce l’idée que Kyôsuke serait revenu au point de départ avec sa soeur.

Oreimo2ep1-07

Et on ne la reverra plus de tout l’épisode =D

Kyosûke a un autre soucis sur la conscience mais il refuse d’en parler à Manami, et moi non plus je vais pas vous en parler parce qu’on y viendra ensuite.

Pendant ce temps, Kirino réintègre son lycée et a le droit à de charmantes retrouvailles avec Ayase, son amie un poiiiil obsédée par leur relation. Tant de bons sentiments seront judicieusement commentés par la troisième amie du groupe (et accessoirement seule vraie loli de la série) :

Oreimo2ep1-08

Toi par contre, tu mériterais vraiment d’apparaître plus souvent

Après les cours, Kyôsuke rejoint la salle du club d’otakus auquel il s’était inscrit parce que dedans il y avait Kuroneko, l’amie-de-Kirino-qui-est-encore-plus-otaku-qu’elle, qui a rejoint son lycée et qui est donc sa kohai (inverse de senpai), ce qui rend son kiki tout dur. Et celle-ci est justement l’unique autre membre présent ce soir-là, mais elle ne semble pas faire attention à lui (elle non plus), ce qui perturbe un peu le jeune Kyôsuke parce qu’elle l’a embrassé sur la joue l’autre jour (ce qui n’est pas rien au Japon). Mais quand Kyôsuke demande à Kuroneko des éclaircissements sur ses sentiments envers lui, celle-ci est coupée dans son élan par Akagi (par le miracle des dieux, je me souviens de son nom alors qu’il n’est pas rappelé dans cet épisode), la fan de yaoi du groupe, qui tient absolument à parler de trucs futiles avec Kuroneko.

Au fait, je trouve Kuroneko bien plus mignonne avec son air indifférent plutôt qu’avec ses rougissements timides.

Oreimo2ep1-09

Je ne sais pas pour vous, mais cette affiche attire bien plus mon attention que Kuroneko

Kyôsuke n’aura au final pas de réponse et rentre bien penaud chez lui. Il se remémore la fois où Kuroneko lui avait dit qu’elle l’aimait autant que l’aimait sa soeur. Les sentiments de Kuroneko étant évidents pour n’importe qui n’étant pas un héros de harem, cela implique de l’amour incestueux. Yay ! Kirino x Kyôsuke OTP !

Cela dit, notre pauvre héros n’arrive toujours pas à comprendre le comportement de sa soeur… jusqu’à ce que celle-ci le réveille avec une bonne claque comme elle en avait l’habitude dès qu’elle a besoin d’aide, bien que ce soit le matin et pas le milieu de la nuit cette fois. En plus de la claque, il y a un second clin d’oeil dans la manière dont elle tire les rideaux comme dans le rêve de Kyôsuke au début de la saison 1 où il imaginait être réveillé au petit matin par une gentille petite soeur. D’une certaine manière, Kirino réalise ce fantasme, et la relation entre les deux personnages est rétablie quand Kirino révèle ce qu’elle avait vraiment envie de faire après avoir retrouvé toutes ses anciennes obligations : aller à Akihabara pour mater la bande d’annonce de la nouvelle saison de Meruru, sa série de magical girls préférée, et surtout acheter trois tonnes de jeux et de figurines !

Et quand je dis trois tonnes, c’est presque littéralement. Car il faut rappeler que Kirino a tellement bien réussi sa vie qu’elle est l’auteur d’un roman pour ados qui a non seulement été publié, mais qui en plus de cela a été un best-seller, et a été adapté en anime, donc la demoiselle touche des royalties de folie et peut s’acheter trois fois l’équivalent de ma collection à moi en une seule journée…

PÉTASSE.

Oreimo2ep1-10

Rooh, mais elle est tellement trognonne donc je lui pardonne =3

Kyôsuke est crevé après cette journée entière à servir de porte-bagages, mais il est au final content de voir sa soeur avoir retrouvé son humeur, et celle-ci lui prête un nouveau jeu, un signe que leur relation a repris son cours.

Et l’épisode se termine avec une énième référence dans la manière dont Kirino se jette sur son lit.

 

En conclusion, cet épisode était plutôt pas mal. L’anime nous réintroduit dans le contexte de l’histoire sans prendre le spectateur pour un idiot ou l’embêter avec un long résumé, et un enjeu est tout de même donné à l’épisode à travers l’attitude d’une Kirino qui a besoin d’un peu de temps pour retrouver ses marques après être tout juste rentrée au Japon.

9 commentaires sur “Oreimo S2 ép.1 – Ma petite soeur ne peut pas être aussi riche et je ne peux pas être aussi jaloux

  1. Nady Nady dit :

    Kuroneko a gagné, faut pas chercher.
    La meilleure fille aussi, forcément.

  2. Suryce Suryce dit :

    La meilleure fille, c’est Kanako, la loli qui fume et qui traite ses copines de gouines =D

  3. Noob Man dit :

    Ah oui justement je me demandais si Oreimo valait le coup, j’ai lu beaucoup de mal dessus mais j’hésite quand même. ~___~
    Parce que du coup si on me dit que c’est bien je DLerai la saison 1 et d’ici à ce que j’ai le temps de la mater, y aura des batchs pour la saison 2 (DL des animes par batchs c’est le must quand même). u__u’

  4. Suryce Suryce dit :

    Tout dépend de tes goûts.
    Si tu aimes le moe et certains autres aspects de la culture otaku contemporaine, tu seras probablement satisfait, car même si je critique la série pour son manque de développement, c’est quand même l’un des rares animes à vraiment faire de l’otakisme japonais son sujet principal et à fortement l’exposer (même si le thème est très utilisé, la plupart des animes ne donne qu’un rôle secondaire à la chose).
    Par contre, si cela n’est pas ta tasse de thé, ou que tu désires quelque chose d’un peu plus sophistiqué, il y a des chances pour que la série t’agace rapidement (et il faut aussi être capable de supporter l’attitude de l’héroïne).

  5. Noob Man dit :

    Hm, visiblement ça a l’air d’être le genre de série « détendue » qui ne se prend pas la tête, soit le truc parfait pour occuper les soirs de stage de recherche. Je vais tenter le coup, merci de m’avoir donné envie et d’avoir fait entendre un autre son de cloche que l’habituel « oreimo c’est insupportable ». 🙂

  6. Munny Munny dit :

    Bon commentaire audio, qui résume et explique bien la saison 1. Une bonne analyse de ce 1er épisode avec plein de parallèle entre cet épisode et le 1er de la saison 1 (l’analyse de Kirino qui tire les rideaux, tu l’as vraiment chercher loin) qui rend la lecture intéressante.

    Sauf que justement, c’est ce point qui a fait que je suis déçu de cet épisode : tout ce qu’on a pour l’instant est un Oreimo S1 bis. Tu l’as dis toi même, les auteurs nous pompent pas l’air avec des flashbacks inutiles et considèrent que l’on a déjà vu la saison 1. Pourquoi ne pas lancer quelque chose capable d’intéresser le spectateur alors ?
    La discrète reprise de l’intrigue « Kyousuke/KuroNeko » mis à part, ma réaction à la fin de cet épisode a été : « Il est où le plot ? ». C’était pas emmerdant à souhait (ça reste Oreimo) mais dans tout ce que l’anime a à offrir, je suis sur qu’il y avait moyen d »attirer un peu plus la curiosité du spectateur.

    Bref, vivement l’épisode 2 car je sais que la série est capable de bien mieux (vu ce que nous a offert la saison 1). Et Nady, je suis désolé pour toi mais… c’est une règle universelle : best girl never win.

  7. Amo Amo dit :

    « Et pour une raison ou une autre, loli-Kirino a les cheveux châtains sombres, ce qui est beaucoup moins moe que sa chevelure rousse, n’en déplaise à sa jolie bouille. »

    Bah parce que Kirino se teint les cheveux depuis qu’elle est TOP MODÈLE.

    Et tin quoi, j’ai bien fait de pas continuer la saison 1, j’aurais pété un cable en voyant que Kirino devient AUTEUR DE ROMANS A SUCCÉS. C’est comme si je voyais Hitler chanter Renai Circulation quoi.

  8. Alka Alka dit :

    J’approuve juste Suryce pour dire que Kanako est cool et en plus elle est doublée par Yukari Tamura ce qui rend l’effet encore plus cool.

    Take that, Nanoha.

  9. Suryce Suryce dit :

    Munny -> Content de voir que le commentaire audio plait =D
    Pour ce qui est de l’intrigue de l’épisode, c’est « Kirino se comporte bizarrement depuis son retour au Japon et Kyôsuke ne comprend pas pourquoi ». Ce qui ne fait pas si vide que ça puisque c’est ajouté à toute la remise en contexte pour le spectateur, qui d’une certaine manière accompagne Kirino dans la réintégration de son quotidien.

    Amo -> Ma foi, ça se tient. Cela dit, je ne sais pas si les collèges japonais sont très tolérants des teintures. Et comme j’étais justement intrigué par ce chara-design, j’avais checké la description de Kirino dans le premier roman, et il y est dit que ses cheveux sont châtains. Donc j’ai l’impression que c’est l’illustrateur des romans en charge du chara-design qui faisait un peu ce qu’il voulait.
    Mais sinon, oui, le coup de Kirino-écrivain est de loin le plus gros bullshit de l’anime, et ce n’est pas peu dire x)

    Alka -> Kanako est doublée par Yukari Tamura parce qu’elle cosplaye Meruru dans la saison 1, cette dernière étant justement… une parodie de Nanoha (j’ai même pointé du doigt une référence explicite à cela dans l’un des screenshots de cet épisode). Enfin, c’est peut-être ce que tu voulais dire, mais le « take that » semble insinuer que tu perçois Kanako comme un un bien meilleur personnage que Nanoha, ce qui est un peu ironique vu qu’elle est indirectement un hommage à celle-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *