Dansai Bunri no Crime Edge 01 – Une histoire un peu tirée par les cheveux

La scène de la brosse à dent de Nisemonogatari va avoir de la concurrence en terme d’érotisme étrange

La scène de la brosse à dent de Nisemonogatari va avoir de la concurrence en terme d’érotisme étrange

 

Kamikazo

Lorsque l’on se retrouve à devoir choisir quels animes regarder au début d’une nouvelle saison, l’on doit se forger notre propre opinion seulement à partir d’un synopsis, de quelques screenshots, et éventuellement du « hype » créé par le manga et l’annonce de l’adaptation.

Il arrive parfois qu’on attende beaucoup d’un projet, que la barre soit placée trop haute et que l’anime déçoive énormément (Le cas d’Aku no Hana cette saison). L’inverse est cependant aussi vrai, certains animes dont on attend rien peuvent s’avérer être de bonnes surprises. Comme Dansai Bunri no Crime Edge.

 

Dansai Bunri no Crime Edge // Studio Gokumi (A-Channel, Koe de Oshigoto!) // Réalisateur : Yamaguchi Yuuji (Fate/Stay Night, I My Me ! Strawberry Eggs) // Prévu pour 13 épisodes // Débuté le 4 Avril 2013

 

OUI. LA, JUSTE. OUI.

OUI. LA, JUSTE. OUI.

 

L’épisode commence donc sur le personnage qui sera le héros, marchant sur une route. On voit au travers d’un mini-flashback une fille de sa classe parlant d’une rumeur à propos d’un fantôme aux cheveux longs, vivant dans une maison sur la colline. Intrigué par l’histoire, c’est à la rencontre de ce fantôme que se rend le héros, pour apercevoir en effet à travers la baie vitrée de ladite maison une… masse de cheveux noirs, qui ne sont autres que la future héroïne cachée sous ses cheveux… en effet très longs.

Et là premier constat : CE HEROS FAIT PUTAIN DE FLIPPER

Il s’approche de la fille aux longs cheveux qui ne semble pas l’avoir remarqué comme un gros psychopathe, en respirant super fort, une paire de ciseaux de coiffeur à la main. Le genre de mec qui fait dresser les cheveux sur la tête

Oh et deuxième constat : l’OST de cette scène me fait juste TROP penser à l’OST de Mawaru Penguindrum.

 

Ce moe est supérieur à 9000

Ce moe est supérieur à 9000

 

On enchaîne, pas d’opening mais c’est monnaie courante dans des premiers épisodes.

La fille aperçoit le héros, et va avoir la réaction la plus logique possible lorsque l’on rencontre un dangereux stalker qui nous observe depuis la fenêtre avec des ciseaux, en lui proposant de soigner sa blessure à la tête (Oui, le héros s’est tapé la tête contre la vitre. Oui.) et de l’accueillir chez lui. Vous aussi, jeune filles du monde entier, laissez-nous entrer dans vos chambres lorsque l’on vous épie depuis vos fenêtres !

Le héros nous raconte alors sa passion pour les cheveux, et plus précisément couper des cheveux. Une passion un peu malsaine, puisque quand bien même ce ne sont que des cheveux, avoir pour passion de couper quelque chose montre un certain déséquilibre dans sa tête. Surtout quand cette passion vire à l’obsession, voir au fétichisme puisque qu’il fantasme vraiment sur les cheveux d’une innocente fillette.

 

Quand je vous parlais de déséquilibre mental

Quand je vous parlais de déséquilibre mental

 

C’est en voyant qu’il existe quelqu’un d’aussi fou d’elle que la demoiselle va se confier à lui en lui révélant un lourd secret : (Que tout le monde connait déjà parce qu’on a lu le synopsis avant, mais chut) Ses cheveux ne peuvent être coupé à cause d’une malédiction, et c’est la raison pour laquelle elle est obligée de les garder si longs.

Le héros va bien sûr sauter sur l’occasion et tenter de les couper, mais sans succès : Aucun ciseaux présents chez elle ne fonctionne.

Et c’est d’un peu nulle part que sort alors une scène d’érotisme totalement étrange dans la quelle Haimura Kiri (Je vais peut-être commencer à appeler le héros par son nom) va tripoter pendant une bonne minutes les cheveux de Mushanokouji Iwai (L’héroïne aussi, même si son nom doit être chaud à prononcer quand on a un cheveu sur la langue), qui seraient apparemment une zone érogène vu leurs réactions à tous les deux.

QUAND SOUDAIN

 

« Woh c’est quoi ce bordel »

« Woh c’est quoi ce bordel »

 

Un peu beaucoup prévisibles : Deux personnages débarquent comme des cheveux sur la soupe et bousillent le moment d’intimité des héros, se crêpent le chignon avec eux avant de foutre Edward aux mains d’argents dehors de façon un peu violente, non sans qu’il ait été prévenu auparavant par sa nouvelle amie que « Attention, ce sont des meurtrières ». MAIS BON, c’est pas ça qui va empêcher le héros de rentrer avec elles. (Quoique il a pas l’air d’avoir le choix)

Une fois chez lui, le héros va se rendre compte qu’en fait il est fou amoureux de sa rencontre du jour. En même temps je le comprends, c’est sûrement la première fille à avoir accepté de se faire violer les cheveux de la sorte et à avoir kiffé.

 

Oooooh à peine

Oooooh à peine

 

On entre dans la deuxième moitié de l’épisode, marquée par la pub et un changement assez radical de style, puisque le tout était pour le moment traité de manière très légère, voir plutôt drôle par moment, mais maintenant les choses sérieuses vont commencer, et ça va devenir encore plus étrange. Oui c’est possible.

Kiri retourne voir Iwai chez elle, sûrement parce qu’il a rien d’autre à faire de sa vie, et réapparaissent les deux rabat-joie de tout à l’heure qui viennent confirmer leurs rôles d’antagonistes pour ceux qui avaient des doutes. Et, si lors de la première rencontre, il était dur de se forger une opinion sur elles, elles apparaissent ici comme totalement insupportables. Cheveux blancs passe encore, même si c’est un petit peu une caricature de la coodere psychopathe, mais cheveux rouges est teeeeeellement clichée en méchante machiavélique et cruelle que non, je n’accepte pas 🙁

 

Scanty and Kneesocks

Scanty and Kneesocks

 

Alors qu’Iwai se fait sauvagement violenter par cheveux rouges, Kiri est menacé par cheveux blancs et sa seringue, seringue qui s’avère être un « killing goods », apparemment des armes aux pouvoirs chelous, importants pour l’histoire mais dont on ne sait encore pas grand-chose.

Le héros rentre chez lui, un peu sous le choc, et son grand-père (Oui, les héros d’animes vivent soit chez leurs grands-parents, soit seuls, mais jamais chez leurs parents) lui révèle alors d’une façon un peu facile scénaristiquement (« Ah t’es triste parce que t’as découvert ça ?… Ah tu n’étais pas au courrant ?… Oups. ») qu’un de ses ancêtres était un meurtrier qui prenait un malin plaisir à découper ses victimes avec des… ciseaux.

 

« Mais… Je possède justement une paire de ciseaux… C’est sûrement ceux-là ! »

« Mais… Je possède justement une paire de ciseaux… C’est sûrement ceux-là ! »

 

Et oui, le héros fait directement le rapprochement avec sa paire de ciseau préférée on ne sait pas trop comment, et, on ne sait toujours pas trop comment, en vient à la conclusion que cette paire de ciseaux pourrait couper les cheveux maudits de son amie. ALORS OUI. POURQUOI. Comment en vient-il à penser que ses ciseaux sont spéciaux ? Ok il les a peut-être reçus de ses parents, mais ça ne veut pas dire que FORCEMENT c’est les ciseaux de son assassin d’ancêtre. Et même si c’était le cas, ça ne voudrait pas dire qu’ils seraient capables de couper les cheveux d’Iwai mieux qu’une autre paire de ciseaux banale. Bon, je suis d’accord qu’il faut faire avancer l’histoire, mais… Trouvez des justifications au moins 🙁 ça me rend triste ça 🙁 Et je suis sûr que le manga souffrait du même problème 🙁

(Ou alors le héros a lu le synopsis avant lui aussi)

Et donc en effet, à la surprise générale, ses ciseaux lui coupent en effet une mèche de cheveux. Pour la première fois depuis sa naissance (ça aurait été drôle de la lui couper au ras du crâne ahah), et lui refait donc une jolie coiffure sur un ending assez sympa (Tiens on n’a pas eu d’opening et on n’aura pas eu le vrai ending (du moins le clip) non plus)

Oh et à la toute fin on a un plan sur un type, probablement de mèche avec les deux méchantes, qui est juste là pour remonter le quota de questions qui donnent envie de continuer à la fin de l’épisode. Même si c’était pas nécessaire.

 

 Boarf elle porte pas super bien les cheveux mi-longs, ça aurait été plus joli un peu plus long :(

Boarf elle porte pas super bien les cheveux mi-longs, ça aurait été plus joli un peu plus long 🙁

 

Voilà voilà. Alors, conclusion sur cet épisode ? Bon, déjà techniquement c’est plutôt bon, l’animation est correcte et je trouve le chara design sympa, l’OST a l’air bonne aussi (Reste à voir les OP et ED).

Un truc que certains n’aimeront pas mais que moi je trouve très fun, c’est le côté totalement abusé de certaines scènes. Dans le sens qu’ils mettent le PAQUET sur les effets et les détails, ce qui donne un aspect ultra caricatural et théâtral à certaines scènes, qui du coup en deviennent super drôles. Bon du coup les passage sérieux perdent en crédibilité, mais c’est pas grave, c’est fun.

Plusieurs aspects de la fin sont un peu rushés et pas super bien expliqués ce qui est dommage. Mais ça reste sympa, et ça trouvera peut-être une justification plus tard.

 

Ce premier épisode est donc plutôt cool, c’est pas un chef d’œuvre, mais pour un truc dont je n’attendais rien, ce premier épisode a pour moi parfaitement rempli son rôle de premier épisode, c’est-à-dire qu’il m’a intrigué et m’a donné envie de regarder la suite ! \o/

 

GROOOOOOTAAAADMOOORV

GROOOOOOTAAAADMOOORV

 

Pardon.

6 commentaires sur “Dansai Bunri no Crime Edge 01 – Une histoire un peu tirée par les cheveux

  1. Avatar retarded_fly dit :

    À qui conseiller ça ?
    Peut-être à ceux qui aime les « jeux de mort ».

    Je viens de voir le second épisode et putainouais! c’est une bonne surprise.
    Tellement que je voulais faire une présentation sur le premier épisode et… que voilà quoi ! 🙁
    Mais bon, tu résume bien les choses.
    Sinon l’ambiance est à la fois awkward, creepy, érotique (mais le bon érotisme) et bizarre où on est toujours à faire le grand écart entre le sérieux et la comédie.

    Je ne vais pas spoiler le second épisode, mais si vous voulez vous faire un avis un peu plus global, regardez en plus le second épisode qui explique pas mal de choses, commence à poser les bases de l’histoire et rend les événements plutôt prenants.
    Et ce second épisode et tout aussi plein de lolwat.
    Il conforte la bonne surprise du premier épisode.

    Troisième anime que je garde chaudement sous le bras avec Attack on titans et Gargantia.

  2. Kamikazo Kamikazo dit :

    Oh désolé pour le vol de l’article, « CES ÉTRANGERS, ILS VOLENT NOTRE TRAVAIL, ILS VOLENT NOS VAGIN ET MAINTENANT ILS VOLENT NOS ARTICLES »

    Je viens de voir le second épisode, et oui en effet ça part dans une direction intéressante, l’ambiance est vraiment cool. Une bonne surprise cet anime o/

  3. Suryce Suryce dit :

    Etant intéressé par cette histoire de massage érotique du cuir chevelu, j’ai maté le premier épisode, et ce qu’en j’en retiens surtout en fait, c’est plutôt les petits idées malines de la réalisation, notamment le son qui est sectionné de manière brute durant les séquences de l’image-titre et de l’annonce du prochain épisode. C’est super cheap mais c’est quand même un coup de génie. Dommage tout de même de voir que la qualité du dessin et l’animation a du mal à suivre l’ambition artistique de l’anime. Les cheveux qui font l’obsession du héros auraient mérités mieux, et il y a un « faux raccord » avec l’héroïne qui retrouve subitement sa première mèche coupée durant la scène où elle discute avec le héros sur le lit.

    Niveau scénario, c’est un peu la même chose : il y a de bonnes idées mais cela aurait pu être mieux présenté. On a l’héroïne qui invite un mec à l’attitude de stalker dans sa maison, mais aussi plusieurs personnages qui crient sur tous les toits les secrets de leurs proches meurtriers. On sent vraiment que l’auteur force la progression du scénario, et on se retrouve avec des persos comme les deux soeurs dont les interactions avec les autres persos n’ont à ce stade pas le moindre sens.

    Au final, l’anime est relativement intriguant, mais je trouve aussi que ça sent un peu le futur pétard mouillé.

  4. Suryce Suryce dit :

    Ah, et, cet anime n’est pas assez moe.
    (Et les deux soeurs sont un peu faussement badass)

  5. Avatar retarded_fly dit :

    Oui je pensais pareil à peu près (d’ailleurs, niveau prétendant au titre de pétard mouillé, il y a Maou MacDo).
    Mais regarde le second épisode, il donne une vision un peu plus franche en ce qui concerne le scénario, c’est c’est plutôt bien foutu et avec un enjeu assez intriguant. Et pas mal de réactions et de comportement « bizarres » de persos du premier épisode trouve une réponse dans le second.

    Bon, je suis pas un fanboy, et la série peu toujours se planter, mais comme dit Kamikazo (au passage, je disais juste que tu m’as damné le pion et non pas que tu l’as volé… et c’est tant mieux, mes qualités rédactionnelles étant médiocre), la série part dans la bonne direction malgré plusieurs choses qui ne vont pas (un coté « forcé » assez général).
    Et oui, j’ai étais le premier à être déçu par les qualité capillaires du dessin et de l’animation qui sont moyennes, voir médiocre,… Pas de sexy hair à la Amagami SS. 🙁

  6. Nock Nock dit :

    Pour l’instant, je vois un peu ça comme un Ben-To, la série pas forcément ultra-bien foutue et dont le scénar’ tient sur un un post-it, mais qui peut s’avérer étonnement fun.
    En tout cas, ce premier épisode m’a laissé une bonne impression et je suis assez pressé de regarder la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *