Mekakucity Actors 01 – NEET Haze Days

Mekaku01_01

On nous avait promis Shaft. Le fandom a eu son headtilt.

Alka Enfin! Enfin est venu ce jour glorieux où Shaft nous ressort un truc qui démonte vraiment. Pas que Sasami-san était purement mauvais, mais ça manquait de quelque chose et c’était un peu longuet sur les bords. Monogatari on commence à s’habituer à ce que ça soit bien, je veux dire, on parle de Monogatari quand même. Quand à Nisekoi…c’était tout de même assez décevant mine de rien. Mais c’est pas grave, parce qu’aujourd’hui on va parler de Mekakucity Actors, qui est soit dit en passant dispo chez Crunchyroll.

Mekakucity Actors // Studio Shaft // Débuté en avril 2014 // Prévu en 12 épisodes // Réalisateur: Akiyuki Shinbo

Mekakucity Actors, c’est quoi?

A la base, c’est une chanson. Plusieurs chansons, qui sont sortis de l’esprit de Shizen-no-Teki-P, alias Jin, un jeune compositeur, qui a un jour décidé de poster une chanson qu’il a réalisée via Vocaloid, « Jinzou Enemy« , sur Nicovideo. La chanson a remporté un grand succès, et suivirent de nouvelles créations, Mekakushi Code et Kagerou Days, qui fut ce qui fit réellement décoller la franchise. Toutes faisant partie de la même histoire, ce qu’on appelle aujourd’hui Kagerou Project. Ça a rencontré tellement de succès qu’aujourd’hui KagePro possède son manga, son light novel, et désormais grâce à Shaft son anime: Mekakucity Actors. Suivant moi-même le projet de très près depuis son début et ayant lu les light novel, j’ai donc décidé de vous parler de ce que Shaft en a fait.

Mais avant, parlons du scénario.

Shintaro Kisaragi, un hikikomori/NEET depuis deux ans maintenant, vit avec pour seule compagnie un virus informatique prénommé Ene. La demoiselle étant chiante et bavarde au possible, Shintaro passe ses journées sur divers imageboards en devant la supporter, jusqu’au jour où il renverse accidentellement du soda sur son clavier et est forcé d’aller s’en acheter un nouveau…et se retrouve en tant qu’otage dans une attaque de terroristes.

Mekaku01_02

Moralité: sortir de chez soi, c’est pas bien.

Vous allez me dire, comme début d’aventure, ça ne casse pas des briques, certes. Mais croyez-moi, ça devient bien, bien plus intéressant sur la suite, et ce premier épisode se sert principalement de cette excuse comme trame de fond pour laisser la part belle aux personnages et à l’identité particulière que Shaft a réussi à donner à cette série. On retrouve ainsi pas mal des codes Shaftiens, soit les plans wtf, le headtilt, le langage bien verbeux et ses décors complètement surnaturels. Malheureusement, on retrouve également des gros plans QUALITY, une animation un peu à l’arrache, et quelques erreurs qui seront, espérons-le, corrigés sur la version DVD.

D’un point de vue personnel, j’ai été ravie de voir que Shaft aie réussi à conserver l’identité graphique de KagePro, soit le trait particulier de l’illustrateur du project, Shidu, que j’apprécie énormément. On passe ainsi de couleurs pétantes à des trames de noir et rouges, le rouge étant la couleur symbolique de la franchise. On a même un petit passage façon Madoka sur la fin. Je suis également très satisfaite de la qualité de l’adaptation, qui passe comme une lettre à la poste. Tout est fluide et les scènes se connectent parfaitement. J’ai vu beaucoup de retours sur le fait qu’on ne comprend pas grand chose à la trame. Croyez-moi, c’est voulu. Vous n’en comprendrez pas plus en lisant le light novel: l’adaptation est quasi identique et absolument parfaite. Le seul changement ayant été apporté à l’original est la présence de Seto dans la scène avec les terroristes.

Mekaku01_03

QUOTA WAIFU. Vous pouvez circuler.

Côté seiyuu, on retrouve un cast all-star, avec d’un côté des petits nouveaux, mais également des grands noms comme Miyano Mamoru, Hoshi Souichiro, Nakahara Mai ou Hanazawa Kana, qui doit signer sa 4ème collaboration de suite avec Shaft. Ça va faire plaisir à Amo. Je n’étais pas très emballée à l’idée de voir certains d’entre eux se joindre au projet, mais au final ils ont fait un travail excellent, et tous collent extrêmement bien à leurs personnages.

Côté musical, c’est Jin lui-même qui se charge de l’OST. En fait, Shaft a laissé une très grande liberté à Jin, puisqu’il a travaillé aussi bien en collaboration avec Shinbo sur la réalisation, est à la tête du scénario, de la musique, du character design, et a choisi les doubleurs lui-même. Quand à l’opening, « daze« , c’est également Jin lui-même qui le compose, avec au chant MARiA, qui a récemment été entendue sur le deuxième opening de Kill la Kill, et qui travaille depuis un moment avec Jin, puisqu’elle était également sur scène lorsque des concerts KagePro de ce dernier. L’OP est par ailleurs d’excellente qualité, présentant les personnages ainsi qu’en donnant quelques pistes sur l’intrigue, avec une musique qui dérouille bien sa maman, comme on dit.

Tout ça pour dire que cet épisode est quasi-parfait, que j’en suis entièrement satisfaite et que je suis très beaucoup la hype. #TeamMekakuCity vaincra.
Peace.

Mekaku01_04

Allez, une Ayano, pour faire plaisir à Yoka.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *