Boku wa tomodachi ga suku nai NEXT 2 : Heureusement que les homos sont là…

… Pour remonter le niveau. C’est dire.

VIRILITAY au rendez-vous.

VIRILITAY au rendez-vous.

 

Sedeto

Après un premier épisode pitoyable, je n’attends plus rien de cet épisode 2 que je regarde finalement pour les beaux yeux de Rika, le personnage de la bande que j’affectionne le plus.

Boku wa tomodachi ga suku nai (Je n’ai pas beaucoup d’amis) NEXT // AIC // Saison d’hiver 2013 // Episode 2/12 // Réalisateur: Tooru Kitahata

Ici, le héros avoue que Rika est bonne, et j'approuve aussi.

Ici, le héros avoue que Rika est bonne, et j’approuve aussi.

Le réalisateur prend soudainement conscience qu’il faisait un travail trop mou, et tente d’accélérer le scénario :

Je deal avec ça !

Je deal avec ça !

Malheureusement, si Rika a des cojones louables, le réalisateur n’en a pas autant et ne donne pas suite à cette proposition pourtant fameuse (qui aurait mis un peu de piquant dans cet océan d’ennui). Frustrée par la scène d’amour qu’on ne lui offre pas, Rika va se rabattre, comme toute bonne fujoshi, sur un Blu-Ray yaoi.

Loin des clichés tapetto-gays de la plupart des yaoi (en vrai), on a affaire ici à un amour viril digne d’un Kamina x Simon.

Les poils en moins, le seme en train de crever vient peut-être d'un doujin de Dokkun.

Les poils en moins, le seme en train de crever vient peut-être d’un doujin de Dokkun.

Yozora, qui comme vous tous, s’apprêtait à mépriser le genre, se prend au jeu de la virilité, et toutes les filles du club se retrouvent au pied de la télé, larme aux yeux. OLALA, quel plot twist !

Sans transition, Yozora fait remarquer que ce film homo montre un amour bien plus charismatique et moins cochon que dans les eroge auxquels Sena joue toute la journée.

Lolis dans les bois.

loli dans les bois – tes cris ne s’entendront pas – alors accroche toi.. #haiku

Afin de faire perdurer la tradition, Yozora arrive à convaincre Sena de lire à voix haute la réplique de la petite soeur ci-dessus, qui pour des raisons de relation saine entre les personnages, ressemble en tout point à la petite soeur du héros.

Cette réplique des plus littéraire sera interrompue par l'eyecatch. Malin !

Cette réplique des plus littéraire sera interrompue par l’eyecatch. Malin !

Contre toute attente, Sena balance sa réplique à voix haute devant tout le club. S’opère alors un rapport de force indéniable : Une fille qui ose dire « penis » devient la femelle dominante.

Yozora retourne son cardigan.

Yozora retourne son cardigan.

… En vrai, le reste du club la traite de perverse avec un air blasé et Sena se barre en pleurant comme à chaque fois qu’elle se fait maltraiter. La boucle est bouclé, et BokuTomo a tenu sa tradition.

Un plan des plus fascinant de l'épisode.

Un plan des plus fascinant de l’épisode.

La seconde partie de l’épisode se rapporte à votre personnage préféré, la loli-nonne au langage très pipi-caca. D’ailleurs, ce vocabulaire poétique sera utilisé avec tout autant de finesse par sa grande soeur qui nous sera présenté. Cela vous fera beaucoup rire, évidemment !

Protip à ce passage : Coupez le son pour conserver vos oreilles.

Protip à ce passage : Coupez le son pour conserver vos oreilles.

10 minutes pour introduire un personnage dont le chara-design a été copié-collé de la loli mais en plus grand et avec des boobies (tu me déçois, Buriki). 10 minutes de poésie.

Derrière quoi, on essaye de nous vendre un passé dramatique de Maria (la loli-nonne), qui, ô triste sort, étudiait compulsivement et devenait ingérable avant de gérer le « club des voisins ». La grande soeur remercie surtout Yozora (?!), qui comme avec tout le monde, imposait son sadisme sur Maria, et lui inspira ainsi une certaine autorité.

Sympa le héros ! C'est vrai que c'est pas grâce à elle que le club existe !

Sympa le héros ! D:

Bref, après avoir vainement tenté de nous tirer quelques attendrissement envers une gamine insupportable…

(o_o)

(o_o)

Ok.

Un dernier gag avant la fin de l’épisode : Afin de se la jouer « comme des amis », Yozora tente de comparer ses notes avec Kodaka (le héros). Un petit jeu de « quelles devraient être nos répliques si on était des gens normaux » me tire un léger sourire ; tandis que je constate que les décors sont franchement pas mal, avec de petits murets en briques rougeoyants contrastant avec la verdure bleuie de l’arrière-plan…

C'est joli. Par contre pendant ce plan, il ne s'est absolument RIEN passé.

C’est joli. Par contre pendant ce plan, il ne s’est absolument RIEN passé.

Bilan

C’est donc ainsi, divertie par les jolies couleurs de fonds, que j’achève ce second épisode de Boku wa tomodachi ga suku nai NEXT. Je ne suis pas mécontente d’y avoir retrouvé quelques références otaques divertissantes, que je ne crois pas avoir beaucoup croisé dans l’épisode 1…Ce dernier était tellement mauvais que celui-ci semble bien mieux s’en sortir de part sa première partie pas si mal cousue autour du film homo parodié, et ses derniers gags pas trop lourds. Néanmoins je pense que l’aventure s’arrêtera ici pour moi, car quitte à regarder des animes cette saison, je préfère me concentrer sur Chihayafuru 2 ou Kotoura-san qui se révèle être une bien bonne surprise.

L'ending card du jour est signée Eretto, ce qui est moins errectisant que l'ending card de l'épisode 1.

L’ending card du jour est signée Eretto, ce qui est moins errectisant que l’ending card de l’épisode 1.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *