Archives du mot-clé 3615 MyLife

Mark Hard

Après un article où j’évoquais mes souvenirs de l’époque où je jouais à Persona 3, voici donc un article très original où j’évoque mes plus grands souvenirs de fan de catch. Promis juré craché les prochains articles redeviendront moins personnels ! 

Donc voilà, courte intro car le but de cet article sera, tout simplement, de vous partager quels sont les dix plus beaux moments de ma vie de fan de catch. Je suis ce noble art avec beaucoup d’attention depuis 2007, donc il y’a évidemment bien plus de choses que ça mais eh, l’article est déjà un poil long donc n’exagérons rien.

Commençons, donc !

10/ Wrestlemania 32 avec des potes

J’ai toujours eu vis à vis du catch une consommation assez solitaire. Si j’ai, je pense, pas mal bourré le mou aux gens avec ça via ce blog ou via les réseaux sociaux, ça reste une passion que je ne partage que peu, et ce même si au départ j’avais l’habitude de mater du catch et d’en discuter avec une amie en parallèle sur MSN. Une fois MSN mort je matais ça vraiment totalement en solitaire, sans jamais en parler à qui que ce soit et, même aujourd’hui, il reste dur de m’en faire parler en public. J’ai beau avoir une vraie passion pour ça, soit je le cache, soit je pars d’un terrible principe que ça n’intéressera de toute façon pas grand monde. 

Wrestlemania 32 je l’ai donc vu deux fois: la première fois seul, la seconde fois avec des amis dont l’un découvrait purement et simplement le catch. Du coup malgré la longueur ahurissante de ce WM32 (près de 5h30), c’était vraiment une des premières fois où je pouvais exprimer cette passion au maximum, expliquer des choses, initier, aider des gens à adorer ce qu’ils voyaient. Donc oui, ce premier « moment fort » est très niais, très bienveillant mais il est l’aboutissement d’une longue frustration, dont je suis, j’avoue, le premier responsable.

Ceci étant dit, passons à des choses plus concrètes.

 

9/ Le début de la Nexus

Avant que NXT soit la vraie fédération de développement que le monde adore, c’était une real tv vaguement médiocre, où 8 catcheurs devaient prouver au public qu’ils méritent d’être là et qu’ils sont l’avenir de la WWE. Wade Barrett gagne la saison 1 dans une relative indifférence, après avoir passé une douzaine d’épisodes à faire des choses aussi incroyables que porter des barils, embrasser des moches et faire du Taboo sur le ring. Bref, un succès dur à porter et qui aurait pu tuer dans l’oeuf la carrière de huit catcheurs, dont le très aimé alors Daniel Bryan, catcheur à la carrière indépendante connue et reconnue. 

Continuer la lecture de Mark Hard 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Persona 3 ~ Memories of You

Persona 5 sort dans quelques jours en Europe et aux Etats-Unis, et tout la presse semble déjà être formelle: c’est LE JRPG du moment, celui sur lequel tous les projecteurs sont braqués. Jeu étendard, avec des titres comme ZeldaNier Automata ou The Last Guardian, d’une industrie du jeu vidéo japonais qui aurait enfin quitté un marasme dans lequel elle aurait stagné depuis trop longtemps, parce que j’imagine qu’on joue pas tous aux mêmes jeux. Dans tous les cas, on est bien de loin de l’accueil très timide qu’avait eu Persona 3 lors de sa sortie en Occident il y’a maintenant neuf années, et je vous avoue que j’ai un peu loupé le moment où Persona est passé du statut de « JRPG gentiment niché » au « JRPG auquel jouent les gens qui ne font jamais de JRPG. »

Mais si du coup, j’ai vraiment hâte d’être mardi prochain, et d’enfin pouvoir me mettre à ce jeu que j’ai attendu dès le jour où j’ai vu défiler le générique de fin de Persona 4 quelquepart en mai 2009, mes pensées se tournent définitivement en ce moment surtout vers Persona 3, me refaisant revivre avec tendresse et nostalgie tout ce que le jeu m’aura appris.  Un jeu qui m’aura vraiment touché, transformé, et qui aura été là pour moi au moment où il fallait. Petit article très personnel, donc, pour lui rendre hommage et vous expliquer, avec peut-être trop de détails sur moi-même et sans aucun spoiler sur le contenu du jeu, pourquoi Persona 3 en particulier a une place si importante dans ma vie.

L’article sera ponctué d’artworks du jeu par Shigenori Soejima, pour le plaisir

Continuer la lecture de Persona 3 ~ Memories of You 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Nocturne Epitanime du 13 Février – Koe no kagiri

LES NOCTURNES EPITANIME. 

Vous connaissez sans doute déjà la « vraie » convention Epitanime, celle qui se déroule fin mai, qui prend place pendant 48h non-stop, et qui est toujours l’occasion de s’éclater entre otakus dans une ambiance légère et amicale. Vous connaissez ptet moins les Nocturne ou, en gros, on se ramène à 21h, on fait des trucs dans l’école EPITA lié à la culture visuelle japonaise, et on part à 6h, bien défoncés mais heureux d’être en vie. Je traîne dans ces Nocturne depuis avril 2009 mais faut avouer que ces dernières années bah… j’y allais un peu moins en visiteur vu que j’en avais pas fait depuis janvier 2014. En même temps des Nocturnes, ça faisait un an que y’en avait plus eu – la dernière était pour fêter la Saint-Valentin 2015, entre temps l’association a essayé d’en refaire en décembre mais lol l’état d’urgence et la panique générale de novembre – et les précédentes j’y étais en associatif dont je suis à moitié excusé.

Je suis donc allé à celle du 13 février. Programme assez mince: aucune asso extérieure à Epitanime s’est déplacé, mais ça ne m’a pas empêché de rester toute la nuit. 70% du temps a été dédié à faire du karaoké. J’avais 2/3 thalistes avec moi (Tsuchi et Yoka, yo) et c’était sympa.

Mais du coup je vais vous raconter cette longue soirée. Heure par heure. J’ai décidé de faire mon journaliste total pour l’occasion et j’ai passé la soirée avec un stylo et mon fidèle carnet de notes (qui, honnêtement, traîne dans mon sac depuis quatre ans mais n’a pas concrètement servi depuis la fois ou j’ai interviewé des japonais à Japan Expo Centre 2012), prenant plein de notes sur tout ce qui se passe etc etc. Le tout avec un style volontairement très bref, encore plus oral que d’habitude. Vous allez aimer.

L’article sera illustré de fanarts cools – souvent lié à des séries que j’évoque – parce que bon, j’ai pas vraiment de photo de l’événement sous la main. La photo qui sert de bannière à l’article a été récupérée sur l’album officiel de l’événement, sur la page Facebook des Nocturne Epitanime. Parce que moi mes photos, elles ressemblent plutôt… à ça:

IMG_20160214_241428292

C’est moins excitant !

MAIS VOICI DONC MON HISTOIRE.

 

20h

La Nocturne ouvre officiellement ses portes à 20h mais comme on connaît bien les petites habitudes d’Epitanime, on préfère aller au kébab à cette heure là. Rendez-vous donc à 20h devant « Le Pacha », un kébab tout tout près. Je retrouve Tsuchi, Yoka, Eruliuce et ZetaKebab et on se fait donc de la bonne viande salade/tomate/oignons. Je suis le seul à prendre un sandwich Adana, ce qui crée la sensation à la table. Les discussions ne sont pas incroyablement passionnantes, vous en conviendrez: ça parle beaucoup de Gundam. Yoka sort son recueil des nouvelles de Naoshi Komi, on repense à Double Arts, ça sale nos frites. Je suis tellement YOLO que je prends un GINI. La caissière croit que je suis étudiant donc me file le tarif lié. Cool.  On reconnaît déjà des gens qui vont aller à la Nocturne derrière. La télé diffuse un match qui oppose la Juventus à Naples. Hype.

 

Une Kikuchi Makoto fana du Juventus, par Sora Inoue
Une Kikuchi Makoto (The Idolmaster) fana du Juventus, par Sora Inoue

21h

On part ensuite vers Epita. Y’a la queue. On passe une minute à se dire « eh y’a le responsables activités d’Epitanime qui gère l’entrée, si on demande très gentiment, ptet qu’il nous fera passer » mais on a finalement aucun courage à demander. Du coup on va à la fin de la queue. Y’a pas grand monde dedans mais elle va très lentement vu que chaque personne qui entre est fouillée méticuleusement, et son nom entré dans une base de données interne. Il crachine. Les mecs sortent leurs parapluies, je m’en bat, je suis normand. Les gens devant nous parlent de Highschool DxD. Nous ? Comme deux d’entre nous ont passés du temps en Corée et au Japon, ils parlent de leurs expériences avec les love hotels. En Corée, c’est tellement pas cher que tout le monde s’en sert pour dormir et économiser des thunes. Au Japon les caisses sont automatisées, wow, folie. Je demande si y’a des cartes de fidelité, genre 12-25 ans. C’est drôle. On rigole. C’est bien l’humour.

On rentre ptet 30mn après avoir fait le début de la queue. Je me fais tamponner le poignet et on me demande si je suis célibataire ou en couple. Comme je suis en couple, je n’aurais pas le droit à un petit bracelet que j’aurais pu offrir à ma « Valentine potentielle » dans l’école. Les filles quant à elle, c’était l’inverse: si elles avaient un bracelet, elles étaient déjà en couple. Initiative fun, vaguement patriarcale (si j’ai bien compris, le mec était obligé d’être actif et la fille passive, je sais pas, ça reste bon enfant, je sais pas si des couples se sont formés, si oui on veut les noms, la différence d’âge et les plats préférés.) On fouille mon sac et je suis heureux de ne pas avoir ouvert la petite bouteille d’eau que j’ai ramené, sinon j’aurais été dans le caca. Un type nous demande si Thalie fait des activités ce soir. J’hésite à lui dire « ha bah bien sûr, c’est pour ça qu’on fait la queue à l’entrée. » Faire la queue à l’entrée d’une conv/salon: je le fais tellement peu que je suis plus habitué.

On fait rapidement le tour des salles. Effectivement c’est mince: deux salles de jeux vidéo musicaux (une dédiée à un jeu de danse, l’autre dédiée à un jeu de danse), deux salles de jeux vidéo plus classiques, une salle atelier dessin et l’amphi karaoké. On fait le tour de la salle JV. Des types jouent à Gravity Rush PS4. Le Bomberman Saturn à 8 est au rendez-vous, tout comme Smash 4 et Mario Kart Wii. On songe y revenir plus tard. Là c’est kara.

Amphi déjà plutôt blindé, on arrive à prendre des places au premier rang tout à gauche. Ca va être précieux pour la suite. On se fait accueillir par trois génériques de Shonen Jump à la suite: Assassination Classroom, Haikyuu, Shokugeki no Soma. Ok cool.

On va s’asseoir POUR NE PLUS JAMAIS PARTIR. Il est 21h55.

Ouais Fukuyama double les deux personnages, donc, ouais, le fanart était logique
Ouais Fukuyama double les deux personnages, donc, ouais, le fanart était logique (par ana bi)

Continuer la lecture de Nocturne Epitanime du 13 Février – Koe no kagiri 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

[Truc d’otaku dégueu] Exhibition de matos

Degueuuuu
IL EST TEMPS DE FAIRE LA DANSE DE L’OTAKU DÉGUEU ♪

Je vais pas nier être un peu matérialiste. J’achète souvent des mangas et des DVD juste pour le plaisir de pouvoir les posséder et les ranger dans une bibliothèque. Genre j’ai acheté un coffret SAO qui coûte les yeux de la tête mais je les ai même pas regardés, c’est juste parce que le coffret est beau et que j’aime la série donc j’estimais qu’elle avait sa place dans ma bibliothèque.

Bref.

Je suis donc aussi très matérialiste avec le matériel que j’utilise. Comme j’aime pas jeter, je me sers souvent de mes objets technologiques le maximum de temps possible. Je m’attache à eux et, évidemment, je leur donne des noms. Ces noms sont souvent déterminés très simplement: quand j’insère le port USB dans mon PC ou que mon PC me demande quel nom je dois lui donner. Et comme je suis un peu glauque, je met uniquement des noms de personnages féminins d’anime et de manga. PARCE QU’OTAKU DEGUEU VOUS DIS-JE. Ah oui, l’image vient de Heartbroken Chocolatier, un super shojo même un peu josei.

Donc voilà un article ou je reviens sur tout ce que j’ai possédé de super technologique et à qui j’ai donné un nom. Donc PC Portables, téléphones, disques durs, clés USB et baladeurs.

On y va ? Ok on y va.

Donc commençons par les pc portables:

Rin

Nommé selon Rin Tohsaka, de Fate/Stay Night, voici donc mon premier pc rien qu’a moi. Acquis lors des fêtes de la Noël 2006, ce fut un cadeau assez spécial puisque je n’étais pas forcément très motivé à l’époque à avoir mon propre pc portable: j’étais très satisfait de squatter le pc de bureau, mes parents n’avaient pas besoin de me prendre quelque chose d’aussi cher !

Bon en vrai j’ai vite ultrakiffé le fait d’avoir son propre pc partout, tout le temps. C’est découvrir les joies de squatter Internet jusqu’a pas d’heures, de mater du porno quand je veux (et surtout à pas d’heures) et de pouvoir s’en servir partout tout le temps. Bon par contre j’ai vite découvert les limites de l’engin qui, hélas, ne semblait pas spécialement très fou à l’époque. Les jeux ramaient pas mal dessus… ce qui ne m’a pas empêché de passer des heures sur SimCity 4 ou découvrir World of Warcraft. Mais la principale révolution venait du fait que je n’avais plus à partager le disque dur avec qui que ce soit, ce qui me permettait pas mal de folies niveau téléchargement… principalement d’animes ! C’est à partir de ce moment là que je commença peu à peu à dévorer.

Niveau disques durs le premier a claqué en juin 2008, à cause d’un jeu de management d’écurie de F1 qui lui en demandait trop. A moins que cela était du à un coup de poing dans le pc ? Hum sans doute le second cas, je n’étais à l’époque spécialement guère patient avec mon matériel et j’avoue que cet ordinateur a beaucoup bouffé de coups… Il n’avait pas de nom, du coup j’ai décidé de le nommer Kamina (Gurren Lagann) de manière posthume. Le nouveau disque dur, qui l’a remplacé, a donc été nommé Saber (toujours Fate/Stay Night) parce que ouais, Rin & Saber. Holala.

Mais c’était un pc portable finalement assez médiocre. Vers l’été le clavier commençait à déconner, puis le touchpad, et en septembre, alors que je revenais de cours en amphithéâtre ou ce pc me servait à prendre des notes, je découvris que le pc était mort, la carte mère avait semble t-il grillé. Ok. Du coup passage à…

Continuer la lecture de [Truc d’otaku dégueu] Exhibition de matos 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Epitai Oboete Imasuka (Do you remember Epita)

Epitanime c’est ce week-end. Je le sais, tu le sais, il le sait, elle le sait, on le sait, nous le savons, vous le savent, ils le savent, elles le savent. Cette convention je l’attends un peu comme quand j’attendais Noël quand j’étais môme. Moins d’un mois avant je commence à compter les jours. Moins d’une semaine avant, je commence à compter les heures. Je dors pas vraiment la nuit avant, tout excité à l’idée d’y être. Bref, le temps d’un week-end, je redeviens un gamin de neuf ans qui a hâte de beaucoup s’amuser. Un gamin de neuf ans qui va dormir maximum dix heures en trois jours. Si il est faible. Et il ne le sera pas cette année, il va même boire des boissons de merde pour s’aider.

 

logo_epitanime

 

Dans tous les cas, c’est difficile de vraiment résumer ce que l’école EPITA signifie vraiment pour les non « initiés » du milieu. Ceux qui s’y connaissent en informatique savent que c’est une école un poil réputée dans le milieu, qui aurait fait pas mal bouger les choses dans les années 90. Pour le petit milieu otaku français, l’école est plus souvent assimilée à son association de passionnés Epitanime, et la convention qui porte du coup très logiquement le même nom. Organisée tous les ans, fréquemment à la fin du mois de mai, c’est loin d’être le principal évènement organisé par l’association, qui organise régulièrement des événements comme les Nocturnes ou bien les fameuses soirées karaoké du samedi soir, toujours dans les locaux de l’école, basée au Kremlin-Bicêtre, à trois pas et demis de la station Porte d’Italie (Tramway 3, Métro 7, tout ça.)

Commence alors mon article dont le but sera de me remémorer un peu mes différents souvenirs et expériences liés aux événements Epitanime, ce qu’ils m’ont apportés, ce dont je me souviens, etc etc. Eh, pour se chauffer pour ce week-end, c’est pas la plus mauvaise des idées! Donc attention, à partir de là c’est choupi, c’est mignon, c’est parfois un peu personnel, mais eh, c’est un blog, faites avec. Si possible.

 

Continuer la lecture de Epitai Oboete Imasuka (Do you remember Epita) 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Musique d’ambiance & souvenirs

Un billet totalement bloguesque et perso pour aujourd’hui, qui parle de musique, yeah. Je sais pas trop si c’est le cas pour tout le monde, mais j’imagine que oui, mais j’ai tendance à rattacher dans mes mémoires une chanson à une « époque » et vice-versa. Quand par exemple je pense à un mois en particulier de ma vie je pense à ce à quoi je jouais ou j’écoutais à l’époque, les ouvrages qui ont en quelque sorte marqués de leur patte toute cette partie de ma vie… au détriment parfois de mes expériences personnelles avec lesquelles j’ai un poil moins de rigueur. C’est une des raisons pour laquelle je fais mes bilans annuels en faisant du mois par mois.

Voilà, pour le plaisir, un article qui revient sur dix ans de « chansons mémorables. » A quelle chanson je pense quand je me remémore une période bien précise de ma vie, une époque, des événements ? Par exemple, saviez-vous que, d’un point de vue vidéoludique, je lie le 11 Septembre au jeu Worms parce que j’étais en train d’y jouer quand ma mère m’a dit de zapper sur la un le jour où c’est arrivé ? Voilà un peu l’idée générale. Rien de très personnel, je resterais toujours un peu vague. Pour tout le monde ça sera l’occasion de cliquer sur des liens, de découvrir ou redécouvrir des chansons, et hop, voilà.

Mais si vous aimez pas cliquer sur des liens youtube, j’ai une playlist Spotify avec la plupart des titres dispos. Eh, regardez, juste là, ouais !. Bon il manque les génériques d’anime et les ost jeu vidéo ainsi que 2/3 artistes mais en général ça va.

Bref, allez hop, c’est parti. J’ai mis des fanarts et des captures d’écrans pour aérer un peu. A vous de voir si vous pensez que y’a un sens ou pas :’D.

2003

Musique2003.jpg
Fanart Tsumugi / Jinrui wa Suitai Shimashita par aruerian

Début 2003 c’est ma 4e et c’est surtout cette époque où je me lève le matin à 6h pour regarder M6 Music et prendre mon petit déjeuner en regardant des clips jusqu’a 7h et le début du Morning Live que je peux pas sacquer (alors du coup je branchais mon baladeur radio et je m’écoutais Cauet.) Mais je dois l’avouer, la raison pour laquelle je matais souvent M6 Music à l’époque est parce que j’étais ultra giga super fan de t.A.T.u., vous savez le groupe russe avec les filles lesbiennes mais pas lesbiennes et au final on saura jamais vraiment. All The Things She Said est donc un des principaux titres de ce début d’année 2003, avec la quasi intégralité de l’album 200 km/h in the wrong lane. Ce qui inclut leur très cool reprise de How Soon Is Now. Mais j’ai aussi du coup beaucoup de souvenirs de beaucoup de soupes de l’époque mais que je kiffais parce que, eh, c’était cool. Ce qui est du coup assez étrange c’est que toute cette passion pour ce groupe a quasiment dévoré les autres groupes de la Terre pendant la quasi-totalité de l’année. Mais j’avoue avoir gardé des souvenirs assez chaleureux de quelques titres qui passaient en boucle sur Europe 2 – « Enfin on plaît aux filles » de Cédric Atlan.

2003 est une époque assez charnière puisque je passe dans le courant de l’été du mec qui a 20 heures d’Internet par mois et qui doit le partager avec ses frères au mec qui découvre l’ADSL illimité, Kazaa, et la possibilité de pouvoir écouter ce qu’il veut quand il veut… si il accepte de potentiellement attendre une heure avant de télécharger un mp3 qui n’est peut-être pas du porno. C’est à cette époque là que je découvre le potentiel de graver ses propres CD et j’en abuse – je redécouvre Dire Straits à l’époque. Dire Straits c’est un groupe que mon père adorait et passait en boucle dans la voiture quoi qu’il se passait jusqu’au moment où ça s’est brusquement stoppé (ma mère ayant dû enterrer les cassettes.) Juin 2003, pour moi, c’est donc Sultans of Swing et, en bonus, Stay Alive des Bee Gees.

Mi 2003 c’est la sortie de Météora de Linkin Park. Avec mon frère c’est un de nos kiffs communs alors l’album tourne régulièrement – Somewhere I Belong est un titre tellement cool que je peux comprendre notre état d’esprit de l’époque. Non non, vos gueules les haters, Somewhere I Belong c’est cool. J’assume mes propos. Et quitte à partager les trips communs avec ma famille, moi et ma mère on est supra heureux parce que c’est le second album de Dido, qui sort Life for Rent et, ouais, le jour où j’ai entendu White Flag a la radio j’étais tout content. Dans la même période, y’a aussi Come Undone de Robbie Williams parce que why not c’est sympa Robbie Williams, y’a pire.

Fin 2003, j’ai totalement compris comment choper des mp3 de qualité, comment les graver, et comment rendre le concept de « attendre toute la journée que ton titre préféré passe sur Europe 2 histoire de pouvoir l’enregistrer sur ta cassette audio » totalement has-been. Et fin 2003 c’est aussi le boom de… Kyo. ET JE VAIS PAS Y ÉCHAPPER. Gros gros kiff d’ado épleuré – tu sais que t’es un ado épleuré quand à l’époque, tu crois que « Je Saigne Encore » a été écrit pour toi parce que t’es amoureux secrètement d’une fille et, euh, voilà, dure la vie. 2003, c’est aussi le début de ma 3e, et l’épreuve du stage de 3e que je passe dans une boutique de vente de mobilier et de zigouigouis à prix réduits. C’était sympa mais j’étais pas très bon et y’avait MFM qui passait en boucle la même putain de chanson de Marc Lavoine et Claire Keim.

Mais à part ça, ouais, 2003 c’était tATu tATu tATu tATu et un peu de tATu. Je comprends pas que j’ai pas fini par le vomir à un moment ce groupe. Je vous ai parlé de Not Gonna Get Us ? (et en version russe parce que ça me fait plaisir ?)

Continuer la lecture de Musique d’ambiance & souvenirs 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

2007, high as fuck

Vous le savez peut-être, ça va faire un an que je fais chaque nuit des rêves humides mettant en scène Jean-Luc Mélenchon. Ma copine n’en peut plus, mon entourage trouve ça gênant et les gens qui me suivent sur Twitter vont commencer peu à peu à craquer. Las, j’ai bien essayé de m’en sortir en lisant le programme de François Hollande ou en regardant Bayrou parler sur France 2 mais j’ai rechuté et j’ai fini par adhérer la semaine dernière au Parti de Gauche. Et je m’écoute des chansons bizarres en boucle.

J’ai du coup déjà assisté à une réunion de campagne entre militants dans une ambiance assez chaleureuse et amicale (même si il semble y avoir un running gag qui consiste à se moquer du PCF le plus possible) et ça m’a méchamment rappelé la campagne des présidentielles de 2007. Du coup, article personnel et subjectif sur mes souvenirs de cette période un peu haute en événements et couleurs.

Déjà en 2007 j’avais fraîchement 18 ans et j’étais donc en 1ere L pour ce qui est sans doute la meilleure année de ma scolarité. C’est cette année là que je cumule les casquettes de délégué de classe, de suppléant au président du Conseil de Vie Lycéenne (le conseil des étudiants japs à la française, c’est à dire bien moins mis en avant et bien moins charismatique), le Théâtre et une espèce d’aura qui fait que tous les professeurs sont incapables de m’en vouloir pour quoi que ce soit. Ca doit être le syndrome « 3 mecs dans une classe de 35 personnes, il faut les protéger. » Bref.

A l’époque je préparais avec 3 amis (qui étaient en ES trololo) un TPE sur le clivage gauche/droite, ce qui était en plus l’opportunité révée de sécher des cours pour aller rencontrer des responsables politiques ou assister à des meetings à la con. Au final j’ai eu 12 à ce TPE et aucune de ces rencontres n’a servi à quelque chose vu qu’on y allait juste pour le fun et le plaisir de poser des questions à des responsables politiques. Parmi ces trois amis, il y’avait LE meilleur pote de lycée, bien évidemment, qui avait redoublé sa seconde en ma compagnie et avec qui j’ai vécu une bromance tout à fait effective jusqu’a ce que Concombre Masqué vole mon coeur. Et si moi j’étais passionné de politique à l’époque, lui était un ultra fanboy. Et, surtout, était socialiste. Au point qu’il a encore aujourd’hui quelques responsabilités au sein des Jeunes Socialistes. Enfin bref.

Moi à cette époque, politiquement, je suis plutôt du côté PCF. Ma naïveté naturelle, sans doute, faisait que le programme de Buffet me semblait le meilleur et le plus humain de tous. Et puis à l’époque le concept de base du communisme me plaisait bien, l’égalité m’apparaissant un concept plutôt cool. C’était avant que je comprenne que le PCF était plus giga communiste. Reste que j’étais à l’époque relativement Buffetiste sans pour autant être ultra convaincu. Mais c’était surtout parce que le jour ou Royal a été choisie candidate socialiste, je me suis un peu offusqué parce que Fabius me semblait le mieux et SURTOUT parce que je savais au fond de moi que Royal se ferait laminer par Sarkozy et que seul Fabius avait alors une chance. Je comprendrais en mars dernier en regardant l’ignoble débat Fabius/Sarkozy que j’avais vraisemblablement tort à l’époque. Enfin.

Restait que j’aimais pas trop Royal, et que je détestais encore plus Sarkozy.


Continuer la lecture de 2007, high as fuck 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

3DS, nous vivrons des aventures formidables ensemble.

Au revoir vieille DS Tank. Nous avons passés des moments extraordinaires ensemble mais ton état actuel ne me permet plus de jouer sereinement et je préfère te voir partir à la retraite que de connaître une mort brutale que tu ne mérites pas.

3DS01.jpg

Elle était arrivée dans la famille lors du Noël 2005. En réalité c’est pas moi qui l’avait chopée mais mon petit frère, qui avait eu à côté Nintendogs. Riez pas, il est aujourd’hui plaquiste et c’est un métier très viril. Puis zut, des petits chiots mignons personne ne peut vraiment y résister. BREF. Il avait aussi eu à coté Wario Ware Touched et j’avais aussitôt acheté Mario Kart DS pour fêter ça. Puis très vite mon frère en a plus eu grand chose à faire de la console et hop, je l’ai récupérée plus où moins officiellement un où deux ans plus tard. Sachant qu’au final je n’ai pas du tant jouer à beaucoup de jeux que ça: peut-être une quinzaine de titres mais tous plus où moins mémorables à différents degrés. Donc bref, six ans à jouer à des Pokémon, des Ace Attorney et… euh… d’autres jeux ici où là (mais surtout Elite Beat Agents) sans jamais se poser la question du bien fondé de l’achat d’une DS Lite ou d’une DSi. Alors quand soudainement cet été ma console a commencé à craquer au niveau des articulations de l’écran, il était évident que j’allais devoir songer à la remplacer. Car sinon, comment jouerais-je à Pokémon Noir ? Et évidemment, la 3DS étant sortie et ayant placé quelques espoirs dans la ludothèque future de la console, j’ai décidé d’attendre Noël pour l’acheter, et ainsi remplacer mon vieux modèle. Alors, hop, la voilà.

3DS02.jpg

Ici dans sa très jolie robe « blanc arctique » issue du pack avec Super Mario 3D Land – et très franchement parmi les cinq coloris aujourd’hui disponible, de loin la plus jolie même si pour être franc rien ne peut être plus laid que le « bleu cosmos » de base -, je vous présente donc ma 3DS obtenue virilement pour la Noël ! Et rien à dire j’aime toujours autant, même après 22 ans, ce petit moment où tu déballes le carton, où tu sors la console de ses protections, où tu consultes le manuel pour le plaisir, où tu l’allumes et tu la configures pour la première fois. Pourtant ici pas d’effets de surprises: la 3DS je l’ai bien tripotée déjà chez la personne chez qui je parasite régulièrement depuis plus d’un an donc ok, pas le plaisir de découvrir le menu mais eh, j’ai pu me tripoter un Mii et c’est toujours une grande partie de plaisir.

D’ailleurs, en parlant de Mii, si vous avez une 3DS allez dans l’éditeur de Mii et demandez lui à prendre en photo ce QR Code là:

HNI_0010.JPG

Et hop, je débarque chez vous~.

A part ça, je vais maintenant vous parler vite fait des quatre jeux que j’ai déjà pu toucher sur la console: un est un jeu console virtuelle donc ça va pas vous apprendre grand chose, un autre est un petit jeu 3DSware très agréable et les deux autres sont un peu les deux blockbusters de la fin d’année pour la console. L’un m’a un peu deçu, l’autre pas du tout. Mais stop le teasing et parlons jeu vidéo vite fait bien fait~.

Continuer la lecture de 3DS, nous vivrons des aventures formidables ensemble. 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

Le Noël du Passé

C’est triste. Cette année, je n’ai pas pu convenir à ma tradition annuelle de Noël et offrir joyeusement à tous mes lecteurs un authentique doujinshi hentai traduit adapté en français. Non, c’est parti dans l’abysse de l’inconditionnelle flemme, qui pouvait trouver ses sources dans les repas en famille, dans les jeux 360 par milliers et dans la lecture d’une centaine de chapitres de The World God Only Knows (dont l’anime était au final assez discret sur le potentiel de la suite, qui se révèle plutôt passionnante et inventive.) Et comme je ne pouvais moralement pas laisser une semaine sans billets et finir l’année sur du troll lolilol, je vais finir sur de l’egoblogging, car les périodes de fêtes me le permettent, et que j’ai été inspiré par l’émission « Mon Souvenir » de Nolife pour ce coup. Et aussi parce que je peux pas faire un billet sur la Disparition, je l’ai pas encore maté (hey, le fichier pèse 4Go, ça se télécharge pas comme ça !) et en plus je peux pas saquer Yuki.

Tiens, du K-On dans ta gueule, BITCH

En l’occurrence, les fêtes se sont écoulées, c’était sympa même si parfois un peu silencieux ET j’ai eu un peu de pécunes, Avec ces pécunes j’ai acheté des choses aussi nécessaires qu’un support pour pc portable ou un cable HDMI ou le tome 1 de Bakuman et à la fin j’ai vu que ces pécunes avaient déjà fondues comme neige au soleil et qu’il ne me restait déjà plus grand chose et que je pouvais recommencer à restresser pour l’argent, bref, comme chaque année quoi. Mais c’est vrai qu’a une époque encore pas si lointaine, Noël, ce n’était pas que cela ! C’était des trucs qu’on nous faisait miroiter, deux jours de célébrations et de déballages, la fin de semaines entières de teasing, les catalogues de Noël qu’on découpait partout et qui faisaient livre de chevet pendant deux mois, et les calendriers de l’avent qui chez moi étaient tout pourris (ouais, pas de chocolat. PAS DE CHOCOLAT VOUS ENTENDEZ !?), bref le bon vieux temps, histoire de faire sonner ça un peu cliché. Tiens je vais vous raconter mes Noël.

Continuer la lecture de Le Noël du Passé 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr

MAJ de l’étagère

Ouip, c’est plutôt fou dit comme ça, voire même à deux doigts d’être révolutionnaire, mais j’ai changé la bannière du site, pour symboliser le passage à l’automne tu vois tout ça tu as vu. Et je me suis même amusé à exploiter une photo pour la peine:

Mais au bout d’un moment j’ai commencé à trouver que ça rendait pas super bien. Du coup je décale ce projet à « quand j’aurais un vrai appareil et de vraies idées », du coup la nouvelle bannière est plus classique, reprenant une de mes illustrations préférées de Tony Taka. Tony Taka / K-On! / Ranka Lee, voilà bien les trois mamelles à bannière pour ce blog.

Mais du coup je me suis amusé à reprendre en photo ma bonne vieille étagère, et comparer les photos avec celle que j’avais pris en juin 2009 pour un article sur ma chambrée. Du coup observons les évolutions en une année et trois mois !

Continuer la lecture de MAJ de l’étagère 

♪ Vous avez aimé ? Partagez cet article ♪
Facebooktwittergoogle_plustumblr
~~Suivez l'auteur sur les réseaux sociaux~~
Facebooktwittertumblr