Sasami-san@Ganbaranai 03 – La série est finie, rentrez chez vous.

Si j'avais un marteau

Si j’avais un marteau ♪

 

Amo

Liens vers les épisodes précédents: Episode 1 ; Episode 2 .

Oook. L’épisode 2 était plutôt bon, lançons cet épisode trois avec optimisme et frissonnons de bonheur à l’idée de retrouver les formidables aventures de Robot Kana Hanazawa et ses amis. Même si je ne suis pas encore très sur du fait que ça soit elle l’héroïne de cette série.

Sasami-san@Ganbaranai // Studio SHAFT // Débuté en Janvier 2013 // Prévu pour 12 épisodes // Réalisateur: Akiyuki Shinbo

Continue la lecture

Jormungand 05 – Jonah sans famille

"Eh, je lance un blog collaboratif, ça te tente ? Voilà le contrat, j'ai déjà signé pour toi, thanks."

« Eh, je lance un blog collaboratif, ça te tente ? Voilà le contrat, j’ai déjà signé pour toi, thanks. »

 

Amo

Jormungand a deux grandes qualités: 1) celle de rapporter pas mal de points au Scrabble (surtout si on s’en sert pour compléter le mot imaginaire Jormung avec un and) ; 2) De traiter le thème, relativement original dans l’animation japonaise, des ventes d’armes tout autour du monde. C’est un peu notre Lord of War otaku, mais avec moins d’ukrainiens et plus de gens aux couleurs de cheveux bizarres.

Les quatre premiers épisodes m’avaient pas spécialement emballés à cause d’une technique pas toujours au top, mais allez, voilà la review du cinquième épisode parce que. Dans cet épisode on découvre très rapidement le passé du héros, on découvre que Koko a un frère et que, pour la première fois dans l’histoire de ce blog, on va pouvoir traiter d’une relation frère/soeur qui ne possède pas le moindre relent d’inceste.

Jormungand // Studio White Fox // Débuté en Avril 2012 // 12 épisodes // Réalisateur Motonaga Keitarou.

Continue la lecture

Sasami-san@Ganbaranai 02 – Talk Art Online

Mon état après un épisode de Nekomonogatari

Mon état après un épisode de Hyouka (ou de Nisemonogatari, tant qu’a faire.)

 

Amo

Lien vers l’article dédié au premier épisode.

Mon bilan du premier épisode était donc du genre « sympa mais c’est du Shinbo qui tourne un peu en boucle donc je me dois d’être sévère et de dire que c’est du coup forcément moyen » et voilà, la vie continue, la vie est belle, et il faut maintenant s’atteler à la rédaction du billet dédié au second épisode, comme promis. Et ça sera toujours dans ce schéma bien / pas bien qui n’est certes pas très original mais qui me permet de trouver un certain plaisir à l’écriture et, vous, je l’espère, à la lecture.

J’avoue par contre qu’en relisant l’article dédié au premier épisode, je me trouve relativement abject à parler de sexualité tout le temps. Donc pour le billet d’aujourd’hui je tiens à me montrer sur un jour particulièrement chaste et honorable et je m’engage, le temps de ce billet, à ne rien aborder de sexuel et dégradantYou’re welcome.

Sasami-san@Ganbaranai // Studio SHAFT // Débuté en Janvier 2013 // Prévu pour 12 épisodes // Réalisateur: Akiyuki Shinbo

Continue la lecture

Sasami-san@Ganbaranai 01 – Kinderceste

Ma face quand tout l'épisode.

Ma face quand tout l’épisode.

 

Amo

Ma relation avec le studio SHAFT et Akiyuki Shinbo est depuis une période indéterminée un gigantesque jeu de je t’aime moi non plus. Pourtant ceux qui me suivent depuis longtemps (et je tiens à saluer leur courage) savent qu’il y’a une période où j’étais absolument fana du type et du studio. Quand j’ai découvert Sayonara Zetsubou Sensei début 2008, j’étais certain que j’avais en face de moi le génie le plus inventif de l’histoire de l’animation japonaise et tout le tralala. Fanboyisme, quoi. Mais allez savoir pourquoi, depuis un moment tout ce que je trouvais génial il y’a cinq ans m’est vite devenu assez pénible et chiantissime. Ce qui ne m’a pas empêché d’être mis sur le cul par Puella Magi Madoka Magica qui arrivait, de manière magique, à offrir à la réalisation de Shinbo un putain de sens autre que juste décoratif. Puis après il a fait Denpa Onna, j’ai dormi et je lui ai plus jamais adressé la parole.

Mais allez, pour le bonheur de ce blog et pour le lancer sur des bonnes ondes, je viens de me mater l’épisode 1 de Sasami-san@Ganbaranai. Comme mon précédent article sur Sakurasou wa Pet na Kanojo épisode 7, je vais utiliser le schéma du bien / pas bien (et attendez vous à ce que ça devienne mon schéma « par défaut », ma signature, mon individualité, mon plaisir et mon bonheur. Tout ça.)

Sasami-san@Ganbaranai // Studio SHAFT // Débuté en Janvier 2013 // Prévu pour 12 épisodes // Réalisateur: Akiyuki Shinbo

Continue la lecture

Sakurasou no Pet na Kanojo 07 – Ma petite soeur ne peut pas être aussi pénible !?

On aurait aimé que l'épisode soit centré sur le permis de Misaki.

Soudainement, Initial D.

Amo

Après six épisodes, force est donc de constater que Sakurasou no Pet na Kanojo est une forte agréable surprise dans le petit monde très stagnant des comédies romantiques japonaises: un design certes très classique mais fort joli, des personnages solides et une intrigue qui avance un poil plus vite que d’habitude.

Voici donc mon premier billet pour ce blog, et comme vous allez le voir il met en place dès maintenant la manière dont je vais fonctionner pour mes billets hebdomadaires. En effet je vais utiliser un schéma fort simple: celui, très manichéen, du bien et du pas bien. Je vais donc scruter chaque épisode avec chaque fois un objectif: en tirer ce qu’il y’a eu de meilleur et ce qu’il y’a eu de pire. Les bonnes et les mauvaises idées, choses, tout ce que vous voulez. Le tout avec une subjectivité absolument assumée parce que fuck yeah mes opinions sont extrêmement intéressantes.

Sakurasou no Pet na Kanojo // Studio JC Staff // Débuté en Octobre 2012 // Prévu pour 24 épisodes // Réalisatrice: Ishizuka Atsuko

Continue la lecture