Magi : Adventure of Sinbad – Qui m’aime me suive

placer une référence à Prince of Persia 2008, ça y est la journée est réussie

« Je t’ai dit d’arrêter de me reluquer les fesses quand on grimpe »

Elwingil J’ai terminé la deuxième saison de SAO, et plutôt que de chercher à extérioriser les sentiments de frustration et de navrement qui en résultent j’ai préféré aller chroniquer le deuxième OAV de Magi, qui était sorti en aout, mon article sur le premier étant paru en septembre. Je suis tout à fait régulier et pas du tout en retard, tout va bien.

Épisode précédent : 1

Le troisième OAV vient de sortir, il était temps que je rattrape. Et puis je suis sûr que vous en avez marre de lire les articles de Yoka, qu’est-ce que ça peut être lourd UBW à la fin rohlalala changeons de sujet voulez-vous.

Magi : Sinbad no Bouken // Studio  Lay-duce // 3 OAV // de mai à décembre 2014 // D’après le manga de Ohtaka Shinobu et Ohtera Yoshifumi //  Réalisateur : Miyao Yoshikazu (Inazuma Eleven Movies, Special A ; storyboard sur Hellsing, FF Unlimited)

Il aurait dû partager ses opinions avec Saber, Iskandar et Gilgamesh autour du tonneau de vin

Il aurait dû partager ses opinions avec Altria, Iskandar et Gilgamesh autour du tonneau de vin

En fait je me suis aperçu que dans mon précédent article, j’avais défini Magi, l’intrigue du spin-off et les enjeux, mais pas le scénario de l’épisode. Ce qui risque de gêner un peu à la compréhension dans le cas présent. Résumons donc en quelques lignes :

C’est la guéguerre entre Parthevia et Rem quand un Donjon apparait soudainement sur la frontière entre les deux pays. Convoitant les pouvoirs qu’ils contiennent selon les dires des magiciens, des armées entières tentent de le conquérir mais disparaissent corps et âmes.

Une nouvelle expédition est mise sur pieds avec à sa tête le jeune Dragul ; de nombreux civils doivent répondre à l’appel au nom de leur obéissance au roi. Sinbad refuse de s’engager, mais pénètre dans le Donjon sur les conseils de Yunan, un Magi qui passait par là incognito, espérant obtenir un pouvoir lui permettant de changer le monde.

L’histoire reprend donc lorsque Sinbad passe la porte et tombe sur le bataillon de Dragul, censé être entré après lui ; cette distorsion du temps se retrouve dans chacun des passages dans les Donjons, et n’a d’autre raison que d’illustrer la séparation sur le plan physique entre le monde extérieur et l’intérieur du Donjon.

Dragul Nol Henrius Govius Menudias Partenuvonomias Dumid Os Kartanon, c'est un poil trop long

Faut dire que Dragul Nol Henrius Govius Menudias Partenuvonomias Dumid Os Kartanon, fallait le trouver ET avoir envie de l’infliger à son môme

Toujours cet aspect de l’humour chez Ohtaka, mettre des situations comiques avec des dessins du même ton afin de détendre un peu l’atmosphère après des évènements pas des plus rigolo, dans le cas présent Dragul (ou Drakon de son petit surnom) qui se fait sauver la peau par Sinbad alors que ses hommes viennent de se faire exterminer par les bestioles locales.

On a donc droit à la traditionnelle alliance des deux rivaux que tout opposent, le noble et le péon. La situation fait écho à la conquête du Donjon Amon au début de Labyrinth, Ali Baba faisant temporairement alliance avec le seigneur Jamil, mais si l’auteur reprend la même sauce elle met en scène d’autres enjeux, comme on le verra par la suite.

Ceci n'est pas une métaphore mais bien Sinbad surfant sur la vague

Ceci n’est pas une métaphore mais bien Sinbad surfant sur la vague

Sinbad  possède une capacité qu’il définit lui-même comme « lire le courant » ; on peut la traduire comme un sixième sens, un instinct hors du commun pour prédire la marche à suivre au cœur de l’action. Ses sens sont particulièrement affutés sur l’eau, il choisit toujours la bonne route pour traverser une tempête – en quelque sorte comme Nausicäa qui lit les mouvements du vent. Cette particularité a été constaté très tôt chez lui, tout bébé déjà il guidait son père sur une mer déchaînée ou sentait l’approche d’un cataclysme (une éruption volcanique, notamment).

Les hypothèses vont bon train parmi les fan, la plus souvent évoquée (même sans aucune preuve pour l’étayer) est que Sinbad soit une réincarnation de l’esprit de Solomon, un homme dont le nom était entouré de beaucoup de mystère, lié à l’origine du monde. Les chapitres les plus récents ont portés sur des sujets autrement plus importants, et la question de Sinbad est pour le moment passée au second plan, pendant que l’auteur continue de nous jeter des miettes d’informations quant à son identité.

Quelle que soit l’explication finale, Sinbad reste un être hors du commun et l’un des personnages les plus puissants du manga. A sa naissance, des phénomènes spectaculaires comme des pluies d’étoiles filantes ont été observés, et les Magi  présents – Yunan et Shéhérazade – ainsi que d’autres individus influents  – Mogamett de Magnostadt et Gyokuen Ren de l’Empire Kou – ont ressenti sa venue au monde.

Paye toi ta référence biblique.

Je suis ton meilleur ami, mais oui on connait la chanson

Je suis ton meilleur ami, oui on connait la chanson

Petite explication sur ce que sont les Djinns ; la partie suivante a trait avec des éléments relatifs à l’origine du monde de Magi, et se reposent tant sur des informations révélées dans le manga que sur des wiki collaboratifs.

Les Djinns ont pour but d’octroyer leurs pouvoirs aux hommes réussissant à conquérir leur Donjon et se montrant ainsi dignes d’être roi. Ce sont les anciens Liges de Solomon, au nombre de 72, regroupant certains des mages humains qui le suivaient ainsi que les chefs des autres espèces pensantes faisant partie d’Alma Torran, le « monde précédent ».

(spoil résumant grossièrement l’arc Alma Torran) Oubliant leur mission d’unifier les peuples grâce à la magie et les 72 sceptres que leur avait donné le Créateur, Ill Ilah, les hommes les utilisèrent pour soumettre les autres espèces à leur volonté. Après la chute du système orthodoxe, la fin de l’esclavage des espèces et l’avènement de Solomon, les sceptres furent convertis en réceptacles magiques et offerts à 72 représentants de toutes les espèces réunis. Lors de l’Apocalypse ayant conduit à la refonte du monde, suite à  l’ultime révolte des mages et la descente d’Ill Ilah sur Terre, les Liges fusionnèrent avec leurs réceptacles pour devenir les Djinns et livrer bataille. Ils portent en eux la mémoire d’Alma Torran et sont avec les Magi les seuls en mesure de s’opposer à  la manifestation d’Illa Ilah.

 

Les Djinns se refusent à intervenir directement dans le monde, préférant laisser à leurs possesseurs le soin d’user de leurs pouvoirs. Ils ne peuvent généralement se manifester physiquement sur Terre que grâce à la volonté d’un Magi.

Dans la réalité et pas dans un bon shonen, il y aurait laissé des doigts

Dans la réalité et pas dans un bon vieux shonen, il y aurait laissé des doigts

Sinbad et Drakon s’affrontent pour revendiquer le Djiin, chacun avec des convictions propres.

Drakon suit avant tout les ordres, il doit ramener le pouvoir du Donjon au roi de Parthevia afin de remporter la guerre. Du moins c’est son devoir en tant que soldat et noble. Plus exactement, il souhaite réussir la mission qu’il lui a été confié et revenir couvert d’honneur (et en vie) auprès de son amie d’enfance Serendine, sur qui il a un gros crush (peut-être réciproque). Elle est en passant la première prétendante au trône de Parthevia et fiancée au frère aîné de Drakon ; mais depuis qu’il a découvert qu’il ne s’agit que d’un arrangement politique et que son frère n’éprouve rien pour Serendine, Drakon vit très mal la situation, même s’il n’ose pas s’y opposer.

Il suppose d’ailleurs que la mission est de base voué à l’échec et y voit une manœuvre punitive contre la famille Dragul, qui aurait accepté de sacrifier le fils cadet dans un jeu politique, mais il ne désobéit pas à l’ordre du roi. Par contre je ne sais plus quelle est la véritable raison, ou si elle a déjà été révélé, mais je crois que c’est une histoire de famille et de coup de couteau dans le dos.

Sinbad recherche le pouvoir pour lui-même, Yunan lui ayant affirmé qu’il serait en mesure de changer le monde ; il veut créer un pays utopique dans lequel l’inégalité des castes n’existe pas et d’où l’injustice est bannie. Son souhait repose avant tout sur le désir de protéger sa mère malade et le petit peuple de la misère, mais découle également d’un goût pour le voyage et l’aventure qu’il a conçu très jeune, en écoutant les récits d’un étranger blessé que sa famille avait recueillie. Pour la petite histoire, l’étranger en question s’était révélé être un espion de Rem traqué par l’armée Parthevienne, et le père de Sinbad (Badr, vétéran déjà salement amoché par des années de guerre) avait dû quitter sa famille et rejoindre le front (pour y mourir) afin de laver leur réputation de traître.

Sneaky sneaky, Yunan fidèle à lui-même aime apparaître là où on l'attend pas

Sneaky sneaky, Yunan fidèle à lui-même aime apparaître là où on l’attend pas

Il s’agit sans nul doute d’un des personnages les plus mystérieux du manga, l’auteur a bien lancé quelques pistes quant à son origine et le but exact de ses manœuvres mais on continue à nager dans les soupçons, comme pour Sinbad. Les autres Magi, à savoir Judar, Shéhérazade et Aladin ont été bien développé récemment, et les énigmes entourant Gyokuen ont été résolues.

Yunan est celui qui a fait apparaître le Donjon Baal. Après sa conquête par Sinbad, il va se mettre à parcourir le monde et semer des Donjons un peu partout.

A noter que pour chaque Donjon, le conquérant a toujours été appuyé par un Magi (Aladin est présent pour Amon et Zagan, Judar accompagne les seigneurs de l’Empire Ko et Shéhérazade a surement guidé Mu, même si son statut de Fanalis l’avantage grandement), sauf Sinbad. Yunan se contente de lui indiquer la porte puis de lui montrer comment utiliser le pouvoir obtenu. Sinbad parvient donc à conquérir le premier Donjon sans l’aide d’aucune magie, juste  épaulé par Drakon, et s’empare des suivants avec le secours des Djinns qu’il obtient et de ses compagnons de route.

Vous l’aurez compris, Sinbad est tout simplement pété.

T'arrives encore trop tard, Anakin...

T’es encore venu la chercher trop tard, Anakin. La ponctualité, le talon d’Achille des héros.

Vu que la notion du temps est distordu dans les Donjons, Sinbad en sort deux mois après son entrée et ne peux qu’assister au derniers instants de sa mère.

Ce n’est ni une grande surprise ni un tournant particulier de l’histoire, juste un passage obligé pour que l’oisillon quitte le nid sans garder aucune attache derrière. Et montrer que pour devenir roi, faut en baver au préalable.

La scène elle-même n’est pas mauvaise, la mère qui dans son délire croit parler à son mari passe correctement, mais c’en est devenu un tel classique qu’elle peine à arracher des larmes.

Une fille pour le harem, une.

Une fille pour le harem, une.

La légende de la conquête du Donjon par un garçon de 14 ans s’est répandue, et si elle plait au peuple elle n’est pas très appréciée par les nobles. Serendine (citée plus haut), qui a une certaine réputation au combat, tente ainsi d’arrêter Sinbad alors qu’il s’apprête à prendre la mer, tant pour appliquer la justice du roi que pour venger Drakon revenu blessé et humilié du Donjon.

Mais malgré ses techniques d’assassins et son statut royale, que peut une jeune fille face au charisme bestial et les doigts agiles du protagoniste destiné à devenir roi des 7 mers ? Rougir, menacer et se vexer, tout au plus.

the ocean wants a hug

The ocean wants a hug

Il est surprenant que deux studios différents s’occupent de la série principale et du spin-off. Lay-Duce reste proche du dessin original et offre de jolis plans. Il se distingue surtout dans sa bande-son, comme remarqué dans l’article précédent, en accompagnant bien les scènes d’actions.

Un OAV de bonne qualité donc, qui conclut l’arc Baal et marque le début des voyages de Sinbad.

Que tout soit bien clair, je ne suis pas une référence sur l’univers de Magi et je n’entends pas l’être ; je me suis efforcé de retranscrire le plus correctement possible les caractéristiques de l’histoire et des personnages telles que je les ai comprises et m’en souviens, en ajoutant mon opinion personnelle. N’hésitez pas à intervenir si vous jugez une information erronée ou si vous avez des questions sur des points particuliers – je ferai de mon mieux pour y apporter des réponses.

En route vers de nouvelles aventures !

En route vers de nouvelles aventures !

Je vous laisse sur ce zoli plan final. Merci d’avoir lu cet article.

Joyeux Noël et bonnes fêtes de fin d’année à toutes et à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *