Kyokai no Kanata 01 – Ghostbusters

"Mais enlève ce seau de ta tête, t'es ridicule !" - "Nan ! Regarde la saison 2 d'Infinite Stratos si tu veux mais il est hors de question que je vois une seule image de cette bouse !"

« Mais enlève ce seau de ta tête, t’es ridicule ! -Nan ! Regarde la saison 2 d’Infinite Stratos si tu veux mais il est hors de question que je vois une seule image de cette bouse ! »

MunnyBon… Ca se sent que y a pas eu d’article depuis quelques temps, je sais absolument pas quoi raconter pour cette intro. Posons donc un peu le contexte dans ce cas.

Kyokai no Kanata est une série de light novel commencé en juin 2012 et publiée sous la tutelle de Kyoto Animation. Tout comme Chu2byou et Free!, Kyoani possède les droits de la série et a donc décidé d’en faire un anime qui sort cette saison. Sauf que voilà : comme l’annonce d’un anime sur un groupe de nageur de la part de Kyoani en avait étonné plus d’un, les premiers trailers de Kyokai no Kanata nous montraient un anime qui une fois de plus ne serait pas un slice of life d’étudiants dans un club lambda. Selon ces mêmes trailers, on allait même peut-être avoir un anime qui bouge enfin, ce qui n’avait pas été fait par Kyoani depuis un bail…

Bref, fini de blablater, voyons ce 1er épisode de Kyokai no Kanata.

Kyokai no Kanata // Kyoto Animation // Débuté en octobre 2013 // Prévu pour 12 épisodes // Réalisateur : Taichi Ishidate

Bienvenue dans le monde merveilleux de Harry Potter-euh... Kyokai no Kanata

Bienvenue dans le monde merveilleux de Harry Pot-euh… Kyokai no Kanata~

Alors que notre héros, Akihito Kanbara, nous fait part de ses réflexions philosophiques sur le suicide, il aperçoit une jeune fille, Kuriyama Mirai, sur le bord du toit de son école prête à se jeter dans le vide. Il fonce la rejoindre pour l’inciter à ne pas sauter mais tout ce qu’on saura de son argumentaire, c’est « qu’une fille aussi belle avec des lunettes ne devrait pas mourir. ». Sous le charme de ce discours, la jeune fille décide… de revenir sur le toit et de transpercer le coeur de notre héros avec une épée apparu comme par magie. Ce à quoi il répondra que ce serait bien qu’elle puisse l’enlever parce qu’une épée dans le coeur, ça fait quand même mal, bordel…

Enfin un héros qui a tout compris à la vie.

Enfin un héros qui a tout compris à la vie.

Bon ok, j’ai un peu tourné en dérision la scène. Même beaucoup en dérision. Car en vérité la scène passe toute seule et est bercé par une musique juste magnifique. Et c’est après cette scène que se lance l’opening qui est…..ben…..mouais ? Disons que de manière général, celui ci est assez rythmé mais que le visuel ne suit pas toujours. Dommage.

La dernière image de l'opening.

La dernière image de l’opening.

On se retrouve ensuite dans le local du club de littérature, parce qu’un anime de Kyoani où les héros ne font pas parti d’un club n’est pas un anime de Kyoani. Akihito est accompagné d’une fille nommé Mitsuki Naze et tout deux se mettent à discuter de roman policier avant qu’un bruit sourd se fasse entendre dans le couloir. Et là je ne vais rien dire, je vais juste vous laisser « apprécier ».

ss (2013-10-05 at 11.29.12)ss (2013-10-05 at 11.29.46)ss (2013-10-05 at 11.30.54)ss (2013-10-05 at 11.31.52)

Je pense que vous avez saisi : Kuriyama Mirai est un put*** de clone de Fuuko dans Clannad criant partout « Regardez moi ! Je suis moe ! ». Bravo Kyoani ! Tu fous en l’air dés le premier épisode ta possibilité de changer ton image. Perso, je m’en fous, c’est pas le genre de chose qui me dérange quand je regarde un anime mais tu vas perdre de la crédibilité auprès de pas mal de monde…

Revenons à l’histoire. Ce passage nous apprend que l’on a pas à faire à des persos normaux puisque Akihito est un gars moitié humain, moitié youmu et qu’il est donc immortel (déjà vu ?) et que Kuriyama est une « Spirit World Warrior » (que j’vais abrégé SWW si vous voulez bien) et donc, qu’il est normal qu’elle chasse notre héros à tout va pour te transpercer dans tous les sens. Jusque là ça va mais j’aurais mon mot à dire tout à l’heure.

Un screen de Mitsuki... Parce que.

Un screen de Mitsuki… Parce que.

Akihito revient ensuite auprès de Mitsuki qui lui dit que s’il ne bouge pas ses fesses, elle risque pas de se confesser à lui. Ironie ou pas, on sait qu’on aura matière à discuter avec ces deux là au moins. Ce qui m’ennuie plus, c’est qu’après une discussion, Mitsuki prévient Akihito qu’il devrait arrêter de voir Kuriyama et lui dit que c’est un simple conseil de la fille de la famille Nase, qui gouverne tout les SWW de la région. Nous voilà déjà avec un truc de plus qui nous tombe sous le nez…

Bon en screen on se rend pas compte mais dans l'action, ça rend vraiment bien !

Bon en screen on se rend pas compte mais dans l’action, ça rend vraiment bien !

Alors que la journée se termine, Kuriyama revient jouer au chat et à la souris avec notre héros. On apprend au passage que Mirai vient d’un clan pouvant manipuler son sang comme il le souhaite et que, comme il était considéré comme un clan maudit, elle est la dernière de sa lignée. Ca explique au moins comment elle a fait apparaître son épée au début. A coté de ça,  on a droit à une course poursuite rythmé par Akihito qui essaye d’échapper à une chasseuse d’esprit qui fait des acrobaties assez délirantes quand elle ne trébuche pas de manière moe sur tout ce qu’elle trouve sur son chemin.

1er plan : elle vient de découper un truc pour se protéger

1er plan : elle vient de découper un truc pour se protéger

2e plan : elle tente de se relever et trébuche sur un trépied... qui vient d'apparaître comme par magie !

2e plan : elle tente de se relever et trébuche sur un trépied… qui vient d’apparaître comme par magie !

La course poursuite se termine dans une salle de classe, alors que l’héroïne est pris en flagrant délit de ventre réclamant à manger. C’est à ce moment qu’un youmu (un vrai) déboule dans la salle en dégommant une vitre. Alors qu’on voit Kuriyama paralysée quelques secondes devant cet adversaire, une inconnue (du nom de Ninomiya Shizuku) arrive, dégage le youmu de la salle en 2 kicks et demande à Akihito d’appeler les Nettoyeurs avant de repartir comme une fleur à la poursuite du bestiau, au nez et à la barbe des autres élèves. Et là je me permettrais 2 remarques.

ss (2013-10-06 at 12.22.14)ss (2013-10-06 at 12.22.31)

La première concerne le montage. Les 2 images ci-dessus se suivent pratiquement (on a juste un gros plan sur le visage du monstre entre les 2) avec juste une coupure de son entre les 2. Ca, c’est synonyme qu’il y avait une pub présente entre ces deux plans lors du passage télé au Japon. Sauf que lorsqu’on le visionne comme ça, et bien ça passe super mal et on sent la coupure de la même manière qu’on sentirait un coup qu’on nous mettrait avec un cactus : c’est moche et ça nous sort complètement du visionnage. Et le fait que c’est pas qu’il y avait une pub entre ces 2 plans n’est pas une excuse. Ca plus le faux raccord montré plus haut… bah ça fait tache quoi.

"Bonjour. Je suis le Deus Ex Machina de cet épisode~ "

« Bonjour. Je suis le Deus Ex Machina de cet épisode~ « 

La 2e remarque est là plus personnel : Bon sang, dans quel monde on se trouve ? Que nos deux héros ne soient pas normaux, ça nous a été présenté dés la scène d’intro et on a plusieurs explications ensuite, donc ok.  Mitsuki nous parle ensuite de sa famille qui apparemment dirige les Spirit World Warrior de la région. Ca nous tombe dessus sans prévenir mais ok, admettons. Sauf que là, on a ce qui ressemble à une prof qui débarque de nulle part, qui s’avère être une de ces SWW et on nous parle de Nettoyeurs. Ca plus le fait qu’un groupe de filles ne réagisse pas au passage du youmu laisse penser que tout ça n’est pas normal dans le monde où l’on se trouve.

Bref, ce que je reproche ici, c’est le manque d’introduction de l’univers dans lequel on se trouve, que tout nous soit balancé à la figure comme si on savait déjà de quoi il s’agissait. Certes, c’est sans doute fait exprès mais cela à tendance à paumer le spectateur. L’arrivée de la prof a plus sonné à mes oreilles comme « Tiens, en v’là une qui sort de on ne sait où » que comme un retournement scénaristique prévisible, et ça principalement parce que cet épisode ne nous a rien expliqué sur ce que sont les Spirit World Warrior, comment on en est un, si c’est quelque chose de très répandu par rapport aux humains normaux, etc… Bref, c’est un reproche purement personnel mais je tenais à l’évoquer.

Suite à cette séquence, Akihito invite Mirai à manger (ou plutôt, à vider son porte-feuille vu tout ce qu’elle mange) et celle-ci lui avoue ne jamais avoir tuer de youmu. Ca plus un petit flashback peu joyeux nous donne à penser qu’elle n’a pas eu que de bon moment avec eux dans sa vie, d’où son hésitation dans la salle de classe. Ils se quittent ensuite sur un quai de gare où chacun rentre chez lui pour méditer dans son coin.

"Bon, comment me débarrasser de ce pot de colle ?"

« Bon, comment me débarrasser de ce pot de colle ? »

Cet article s’éternise donc je vais vite résumer la fin : on se retrouve le lendemain où Mitsuki a demandé à Akihito de le rejoindre pour le prévenir : s’il continue à voir Kuriyama, il pourrait avoir de gros ennuis et ce, qu’il soit immortel ou non. Malgré tout, il ne démord pas et discute avec elle après les cours où il apprend qu’elle ne peut pas rentrer chez elle car un youmu y habite. C’est donc tout naturellement qu’il lui propose d’aller régler le problème chez elle et l’épisode se termine juste après l’engagement du combat.

"De la tension dans un anime de Kyoani." Vous imaginez même pas comment cette phrase me fout des étoiles dans les yeux.

« De la tension dans un anime de Kyoani. » Vous imaginez même pas comment cette phrase me fout des étoiles dans les yeux.

Un autre screen de Mitsuki... Parce que.

Et un autre screen de Mitsuki… Parce que.

Que dire sur ce 1er épisode donc ? Baaaah… J’ai pas mal râler sur beaucoup de détails mais y a déjà 4 jours passé depuis le visionnage. Pour être franc, j’étais plutôt charmé et fasciné par l’ambiance, les graphismes certes pas aussi fin et précis que Free! mais tout de même travaillé et surtout -surtout !- , ce premier épisode tient plus ou moins sa promesse à mes yeux dans la mesure où Kyoani sort enfin de ses classiques. Certes, c’est toujours dans un contexte d’école. Certes, l’héroïne est un exemple type de « forced-moe ». Mais ça à l’air d’être parti pour cette fois être autre chose qu’un slice of life d’écolier. A suivre~

Désolé du temps mis pour sortir cet article, un truc nommé Fire Emblem Awakening m’est tombé dessus entre temps… Comprenne qui pourra.

5 commentaires sur “Kyokai no Kanata 01 – Ghostbusters

  1. Mian Mian dit :

    [HorribleSubs], hein? Il semble qu’en France ce soit licencié par ADN sous le titre « Beyond the boundary ». Quand la plateforme sera lancée, ce serait bien de mettre un lien, voir de remplacer les termes anglais et les screenshots à texte si tu es motivé.

    En fait, ça ne m’ennuie pas plus que ça de recevoir à la figure toutes les infos comme acquises. Pour un animé qui blablate quand même pas mal, ça se justifie par des monologues explicatifs en moins. Pris autrement, KyoAni aurait bien sûr aussi pu remplacer certaines discussions un peu futiles par des « didacticiels », mais ce procédé risque de tuer le naturel. Autant laisser le spectateur recoller les morceaux. On est encore loin du viol mental d’un Shin Sekai Yori, après-out.

    En parlant de bla-bla et absence de contexte, c’est moi où l’épisode ressemble parfois à une interprétation KyoAni de Bakemonogatari? Sans névroses psychosexuelles.

    Bon, tout en disant ça, j’imagine que pour KyoAni c’est un peu inévitable, mais peut-être ne devrait-on ne pas trop juger cet animé à l’aune de son studio.

  2. Noob Man Noob Man dit :

    Je suis assez d’accord pour les deux faux raccords qui m’ont également fait tilter. Mais je dois dire que, personnellement, être plongé dans un univers légérement différent du nôtre et le découvrir peu à peu m’enchante plus que de subir une exposition de cinq minutes qui va faire de l’info-dumping en mode blabla que j’aurais oublié dans la minute qui suit.
    Je veux dire, là au moins ça se suit bien. Y a un démon qui attaque, quelqu’un qui tue le démon en mode « hey je fais ça tous les jours np~ » et qui parle de « Nettoyeurs », le contexte permet de comprendre à peu près ce qui se passe et ça ne me dérange pas vraiment. ^^

  3. Munny Munny dit :

    J’ai l’impression d’être mal compris par pas mal de gens. XD Je ne demande pas que l’anime aille jusqu’à donner un didacticiel de 5 minutes pour tout connaître de l’univers de KnK, comme vous le dites : ça tuerait pas mal du naturel et de l’intérêt de l’anime. Mais une simple phrase (placé lors du premier avertissement de Mitsuki par exemple) qui explique ce que ce sont en substance les Spirit World Warrior et si c’est un truc commun, je pense que ça aurait donné l’info qui manquait sans pour autant donné un sentiment de rallonge. M’enfin, ça fait parti de l’entrée dans l’anime, après quelques épisodes, ce sera du passé.

    Et ok pour les subs Mian, j’ignorais que l’anime était licencié en France, je connais pas beaucoup d’autres plate-forme de simulcast à part Wakanim. Il faudra juste que j’y pense dans 15 jours. =p

  4. Suryce Suryce dit :

    Le gros problème à mon avis, c’est que cette série banalise complètement le fantastique.
    Le principe du fantastique, c’est de présenter le surnaturel comme une anomalie pour l’univers où sein duquel il apparaît. C’est ça qui permet rendre la chose intrigante ou effrayante. Mais ici, tout le monde en parle comme si c’était un soucis normal du quotidien. (Si on s’amusait à imaginer que les persos sont des chûnibyo, on pourrait avancer que les combats avec les Youmu sont la représentation de problèmes relationnels avec les membres de leur famille.)
    Je ne trouve pas le manque d’explications dérangeant pour ce qui est de comprendre ce qui se passe, car on a quand même le droit à de l’exposition gratuite de la part de Mitsuki, et que les quelques indices plus subtils sont quand même informatifs (les deux lycéennes qui ne réagissent pas au Youmu, et la mention des Nettoyeurs, nous apprennent par exemple que les humains normaux ne voient pas les Youmu, et que leur existence est cachée par ceux qui peuvent). Par contre, je pense que ce manque d’explication est symptomatique de cette banalisation du fantastique. Les personnages en parlent comme si tout le monde savait ce que c’est.

    L’autre problème pour moi sinon, c’est que la série a pas l’air de vouloir choisir un ton. On passe du littéraire, au pervers, au fantastique, et tout ça rien que dans l’intro.
    Et quitte à utiliser tous ces thèmes, l’anime ne fait aucun effort pour les combiner, ce qui permettrait au récit d’être beaucoup plus fluide. La littérature est sans rapport avec les Youmu qui sont sans rapport avec le fétichisme des lunettes. On passe en permanence du coq à l’âne. Et ce serait pourtant pas difficile de lier tout ça, une combinaison de ces trois éléments nous donnerait par exemple : un grimoire parlant de créatures surnaturelles aux charmes sensuels. Et il y a bien sûr plein d’autres possibilités encore.

    Je ne sais pas si c’est adapté fidèlement ou pas, mais dans tous les cas, il y a de grosses lacunes dans la qualité d’écriture de l’anime. Et à part ça, ce qui m’a dérangé dans les scènes d’actions (la coupure pub, je l’ai vu mais aussitôt oubliée), c’est plus le nombre de gros plans qui rendent la mise en scène brouillonne. Ce qui est dommage parce qu’à côté de ça les plans larges sont superbes. Plus de ça, Kyoani, please /o/

  5. Alka Alka dit :

    Je place une réservation sur le mec à l’écharpe doublé par Makoto de Free.

    Sinon c’était bien sympa, un peu brouillon en effet mais j’ai hâte de voir la suite. Et puis des scènes de combat par KyoAni oh là là <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *