Magi : Adventure of Sinbad – Sous les tropiques du cercle polaire

Minorin revit ! Danse de la joie !

Minorin revit ! Danse de la joie !

Elwingil Or donc.

J’avais laissé tombé les chroniques en grande partie parce que mon application dans le visionnage d’animé avait drastiquement baissé. J’y passais moins de temps et j’en regardais surtout beaucoup moins, là où les saisons précédentes je choppais au moins les premiers épisodes d’un paquet de série puis éventuellement me décidais à en chroniquer une qui me plaisait – d’où certaines découvertes non dénuées d’intérêt (pour moi) comme Noucome ou tout particulièrement Magi, dont je m’étais empressé de marathoner la première saison alors que la seconde débutait.

Quand Amo annonce le réveil du blog, je jette un coup d’œil à l’anichart et découvre non sans surprise que les Aventures de Sinbad allaient être poursuivis au format série. Qu’à cela ne tienne, je me propose de finir les oav Magi avant le que le 1er épisode ne sorte ; si d’aventure des gens sont intéressés par cette série spin-off de Labyrinth of Magic, j’espère que mes articles leur seront utiles, ou du moins agréables à lire.

Épisodes précédents : 1 et 2

Magi : Sinbad no Bouken // Studio Lay-duce // 5 OAV // de mai 2014 à juillet 2015 // D’après le manga de Ohtaka Shinobu et Ohtera Yoshifumi // Réalisateur : Miyao Yoshikazu (Inazuma Eleven, Special A ; storyboard sur Hellsing, Noragami Aragoto)

Continue la lecture

Gatchaman Crowds 01 (réexamination) – L’oiseau aux ailes blanches ne s’est pas égaré

gatcha77

 

Suryce[Translated in English here]

Je brise un peu les règles du site avec cet article car cet épisode a déjà été examiné par Nock il y a près de deux ans lors de sa diffusion. Je le remercie d’ailleurs parce que c’est lui qui avait ainsi attiré mon attention sur cette série à l’époque. Mais donc, si je me permets cet écart de conduite, c’est pour vous proposer quelque chose de complètement différent en étudiant l’épisode avec un regard tourné vers l’arrière plutôt que l’avant. La connaissance fournie par le reste de la série offre, vous allez le voir, une toute nouvelle perspective sur cette introduction bourrée de sens cachés.

Et pour être honnête, si je me suis décidé à utiliser le format Minorin pour cet article, c’est parce que ça fait presque deux ans que j’essaye d’accoucher d’une analyse détaillée de cette série mais que j’échoue à chaque fois parce que celle-ci dit tellement de choses à la fois que je ne sais pas où donner de la tête. Il se passe énormément de choses dans cet anime en seulement douze épisodes, au premier plan comme au second, au sens littéral comme au figuré, et on va donc essayer de prendre les épisodes un par un pour voir si ça marche mieux. La seconde saison approche aussi à grand pas et ce sera l’occasion de se remettre dans le bain. D’ailleurs, cet article s’adresse à ceux qui ont déjà vu la première saison dans son entièreté car je ne peux pas faire d’analyse en profondeur sans parler explicitement des tournants de l’histoire, ainsi attendez-vous à des spoilers de partout.

Mais, hé, si vous n’avez pas encore vu la série, elle est disponible en sous-titres français sur Crunchyroll ! Si vous avez envie d’une série de superhéros qui questionnent les stéréotypes du genre sans faire dans le « grimdark », ou qui propose le premier commentaire intelligent sur l’influence d’internet au sein de notre société depuis Lain, vous allez être servi.

Gatchaman Crowds // Tatsunoko // Débuté en juillet 2013 // 12 épisodes // Réalisateur : Kenji Nakamura

Continue la lecture

Magi : Adventure of Sinbad – Qui m’aime me suive

placer une référence à Prince of Persia 2008, ça y est la journée est réussie

« Je t’ai dit d’arrêter de me reluquer les fesses quand on grimpe »

Elwingil J’ai terminé la deuxième saison de SAO, et plutôt que de chercher à extérioriser les sentiments de frustration et de navrement qui en résultent j’ai préféré aller chroniquer le deuxième OAV de Magi, qui était sorti en aout, mon article sur le premier étant paru en septembre. Je suis tout à fait régulier et pas du tout en retard, tout va bien.

Épisode précédent : 1

Le troisième OAV vient de sortir, il était temps que je rattrape. Et puis je suis sûr que vous en avez marre de lire les articles de Yoka, qu’est-ce que ça peut être lourd UBW à la fin rohlalala changeons de sujet voulez-vous.

Magi : Sinbad no Bouken // Studio  Lay-duce // 3 OAV // de mai à décembre 2014 // D’après le manga de Ohtaka Shinobu et Ohtera Yoshifumi //  Réalisateur : Miyao Yoshikazu (Inazuma Eleven Movies, Special A ; storyboard sur Hellsing, FF Unlimited)

Continue la lecture

Magi OAV : Adventure of Sinbad – Je voudrai déjà être roi

    ♪ J'aurai aimé tenir ta main... euh non Il est né le divin enfant ♪

♪ J’aurai aimé tenir ta main… euh non Il est né le divin enfant ♪

Elwingil Quand Les Aventures de Sinbad ont été annoncés, je me suis dit que j’allais les chroniquer une fois finis, au bout de deux OAV donc. Sauf que de nulle part (enfin si, sur MyAnimeList) tombe l’info comme quoi y en aura trois, et là ça faisait trop long à attendre. Donc, avec du retard, voici le petit article du jour.

La vanne serait que c’est une erreur de MAL et que les autres sites ont raison.

Magi : Sinbad no Bouken // Studio  Lay-duce // 3 OAV // de mai à décembre 2014 // D’après le manga de Shinobu Ohtaka  //  Réalisateur : Yoshikazu Miyao (Inazuma Eleven Movies, Special A ; storyboard sur Hellsing, FF Unlimited)

Continue la lecture

Nagasarete Airantou 01 – C’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme…

nagasarete0101

…Tin Tin Tin (j’ai pris ma plus belle voix de loubard pour écrire le titre).

 –

NockVous n’avez jamais entendu parler de Nagasarete Airantou ? Moi non plus, jusqu’au jour où la série a soudainement popé dans ma liste de recommandations MalGraph (pourtant, d’habitude, ce truc me met constamment les mêmes séries, qui n’ont par ailleurs rien à voir avec ce que j’apprécie de regarder… comme Death Note. Comment voulez-vous que je prenne ce site au sérieux ? Et puis quoi encore ? Akame ga Kill tant qu’on y est ?)
Bref, toujours est-il que la mention de cette série qui m’était inconnue jusque là m’a intrigué et qu’en me rendant sur MAL, j’ai pu constater que la première recommandation pour les amateurs de la série était Seto no Hanayome, une série que j’aime bien.

Alors certes, les recommandations MAL, c’est parfois souvent totalement foireux (ex : vous avez aimé Haibane Renmei, vous aimerez Angel Beats! euh… nope) mais des fois, ça vaut quand même la peine de s’y essayer.

Nagasarete Airantou // Studio Feel // 24 épisodes // Débuté en avril 2007 // Réalisateur: Hideki Okamoto (Da Capo II & II-2, Ebiten)

Continue la lecture

Love Live! School idol project 01 – Je vous aime, Banzai !

Elles constatent les ventes de la saison 2.

Elles constatent les ventes de la saison 2.

 

Antoine Peyralout Love Live! est un peu l’anime du moment au Japon. La saison 2 est en train de battre des records niveau vente, les singles et albums se vendent par camion et la popularité du groupe lié à la franchise, µ’s, ne cesse de grandir. 

Mais quand est-il de la qualité de l’anime ? A-t-on le droit à un anime destiné uniquement à promouvoir un groupe de musique et à vendre des singles, ou est-ce qu’on a quelque chose d’autre en plus ? C’est ce qu’on va essayer de comprendre en regardant déjà le premier épisode.

Love Live! School idol project // Studio Sunrise // Hiver 2013 // 13 épisodes (avec un oav et une seconde saison de 13 épisodes après) // Réalisateur : Kyogoku Takahiko (réalisateur de tout les clips musicaux de Love Live!) // Anime licencié par Crunchyroll

Continue la lecture

Natsu no Sora 01 – Apprentie magicienne et neige en été

natsu_no_sora0113

Afin de conserver une certaine cohérence avec le cadre rural de cet épisode, ce billet a été entièrement rédigé depuis un petit village de la Mayenne.

NockJe ne sais pas si j’en ai un jour parlé par ici (je dis tellement de conneries que j’oublie un peu ce que je raconte) mais il y a un genre que j’aime beaucoup lorsqu’il est bien utilisé, c’est le mélange entre tranches de vie toutes simples et fantastique.

Un très bon exemple en est Windy Tales (Fuujin Monogatari en VO). Dans un genre un peu différent, on trouve la sympathique série Someday’s Dreamers (Mahou Tsukai ni Taisetsu na Koto en VO) et son spin-off Mahou Tsukai ni Taisetsu na Koto – Natsu no Sora (que l’on nommera désormais Natsu no Sora, par facilité).

Mahou Tsukai ni Taisetsu na Koto – Natsu no Sora // Studio Hal Film Maker // Série de l’été 2008, finie en 12 épisodes // Réalisateur : Osamu Kobayashi (Beck, Paradise Kiss) // D’après un manga de Norie Yamada. Continue la lecture

Noragami 01 – Where is your god, now ?

Noragami 0114

The Ring : The Animation

Manelda Noragami a été pour moi une grosse surprise de ce début d’année. j’en attendait rien, et j’ai commencé à regarder juste parce que l’opening était génial. Et c’était Génial.ça a été mon gros coup de coeur de ce début d’année, et comme personne en a parlé à l’époque, je m’en occupe dans la joie et la bonne humeur. A l’origine, c’est un manga de Adachi Toka, un duo de mangaka, et est publié depui 2010 dans le Monthly Shonen Magazine (Beck ). L’anime n’est disponible légalement Nulle Part, il faudra donc se démerder.

Noragami//Studio Bones//12 épisodes//Commencé le 5 janvier 2014// Réalisé par Kotaro Tamura ( seul réalisation)

Continue la lecture

Assassination Classroom OVA – NegimAssassin’s Creed

AssassinationClassroom-OVA-S01

Votre meilleur ennemi et ami pour les quelques minutes à suivre. Enchanté.

 

RdNetworkLa rencontre improbable entre le thriller militaire, le school-life, et la comédie loufoque, c’était pas forcément gagné. Mais le succès est bien là, et dieu sait que le Jump en est soulagé : depuis 2012, c’est la recette plutôt gagnante utilisée par Yuusei Matsui, auteur d’Assassination Classroom. Un succès relatif qui permet des adaptations : d’abord un OVA, dont je vais vous parler, mais c’est surtout à l’occasion de la future série, qui arrivera à l’hiver prochain ! Embarquez avec moi pour découvrir la cible d’une vie, Korosensei.

Assassination Classroom (a.k.a. Ansatsu Kyoushitsu dans la langue de Takeshi Kitano) // Brain’s Base // octobre 2013 // Réalisé par Keiji Gotoh (Kiddy Grade, Uta Kata, Sengoku Collection) // 30 minutes

Continue la lecture

Higurashi Outbreak – L’été en folie

« Les enfants ! Devinez où on part pour les vacances ! »

 

ElwingilSalut bande de petits chenapans.

J’ai terminé il y a quelque temps le roman sonore du Sanglot des Cigales, et c’était vraiment d’la bonne. Légale, par dessus le marché.

On va à présent parler de la dernière production en date sur Hinamizawa.

Higurashi no Naku Koro ni Kaku: Outbreak // Studio Deen // Réalisateur : Kawaze Toshifumi (Higurashi Rei, Dragon Drive, Shion no Ou) // Sorti le 15 aout 2013  // OAV de 52min // 1 seul épisode annoncé à ce jour // d’après une nouvelle de Ryûkishi07

Avertissement : l’article se réfère directement à la série et au visual novel, des éléments clés de l’intrigue originale sont donc susceptibles d’être révélés. Il est fortement conseillé d’en connaître les tenants et aboutissants avant de continuer, afin de s’éviter tout spoil frustrant et au demeurant stupide.

Et que tous les ignares n’ayant pas encore pris le temps de mater les deux saisons ou de choper le roman s’alignent le long du mur, direction le cours de rattrapage dans le sous-sol des Shonozaki ~

Continue la lecture

To aru Majutsu no Index : Endymion no Kiseki – In space no one can hear you sing

"MISAKA sort enfin l'artillerie lourde, dit MISAKA en regrettant de ne pas avoir eu ce genre de jouet quand elle se faisait trucider par Accelerator."

« MISAKA sort enfin l’artillerie lourde, dit MISAKA en regrettant de ne pas avoir eu ce genre de jouet quand elle se faisait trucider par Accelerator. »

 

ElwingilIl y a quelques mois je suis tombé sur le film Index et j’ai voulu en causer sur Thalie. Mais je me suis rendu compte que ce qui partait d’un commentaire voulu concis a tourné en critique assez longue et verbeuse, et allez savoir pourquoi les post trop longs ont tendance à lasser les autres internautes.

Or j’ai ma fierté et mon égo, j’aime à me dire que ce que j’écris ne fait pas chier les éventuels lecteurs – sauf quand je troll, c’est délibéré, mais ce n’est pas le sujet qui nous préoccupe. J’ai alors pensé au blog communautaire lancé en février dernier par un certain Thaliste dont les articles étaient ma foi fort agréables à lire, je me suis dit tiens, j’ai une bonne raison d’aller squatter de ce côté. Mais ma requête n’a pas été suivi immédiatement et le temps que je sois finalement accepté au rang de contributeur, ma verve de chroniqueur s’était déjà tournée vers une autre source d’inspiration, abandonnant temporairement celle qui avait lancé toute l’histoire. Et s’effiloche en grinçant mélodieusement le temps que tisse sans trêve le rouet des trois mémés toutes de noir vêtues.

_

TL;DR : Amo a mis des plombes à m’envoyer les identifiants du coup ça m’a servi de prétexte pour aller causer d’autre chose avant de lui renvoyer la balle dans les dents 6 mois plus tard. Ce dont il n’a très certainement rien à foutre et entre nous, pourquoi le devrait-il, je vous le demande.

J’avais pas d’idée d’intro. Maintenant on cause de le film.

To aru Majutsu no Index : Endymion no Kiseki // JC-Staff // Film sorti au Japon le 23 février 2013 // Durée : 1h30 // Réalisateur : Nishikiori  Hiroshi (To aru Majutsu no Index, Angelic Layer, Azumanga Daioh) // Scénario de Kamachi Kazuma (auteur du light novel)

Ce ne sera pas un résumé, je ne développerai certains pans de l’histoire que pour appuyer ma critique, sans trop faire attention au spoil non plus. Je vous laisse quand même la possibilité d’aller regarder le film et d’avoir la conclusion, si vous êtes familier de RailDex et des personnages il y a quelques bons moments à passer.

Continue la lecture

Pourquoi Fate/Zero c’est cool : Episode 1 : Mon épisode pilote favori.

Kiritsugu vous le confirme, dans cet épisode, on va s'éclater.

Kiritsugu vous le confirme, dans cet épisode, on va s’éclater.

Soryont K. Albrius Quand on me demande : « Quel est ton anime préféré ? » Je réponds immédiatement et sans réfléchir : Fate/Zero.

Je suis un Type-Moon-fag. Ou Type-Lunatic. Bouuuh, bouuh, shame on me. Ayant du temps à perdre, et ayant décidé de l’employer à répondre à mes propres questions (Et au passage peut-être partager ma passion de la licence Fate/series), j’ai décidé de commencer une série d’articles sur cet anime.

J’ai découvert la licence en 2013. Oui, si tard. En vérité, mon Otakuisme (Qui sait vraiment comment définir un Otaku ? Otakisme, maybe ?) est plutôt récent. Avant, je passais tout mon temps à regarder Reborn ! et des vidéos youtube.

Toute la série Fate/Zero, ou presque, est géniale. C’est le seul anime que j’aie vu auquel je mettrais 10/10, ou 9,5/10, avec Neon Genesis Evangelion et Cowboy Bebop (Et Clannad (LolNOPE)).

Avant d’attaquer l’épisode en lui-même, finissons de raconter notre vie et parlons de Fate/Stay Night. J’ai découvert Fate/Stay Night en 2013, en Newfag que je suis, après qu’un ami m’ai spammé jour et nuit, en me suppliant de le regarder. Pour ceux qui ne connaissent pas, Fate/Stay Night, c’est à la base un Visual Novel, plus précisément un eroge, ou jeu érotique, qui a été adapté en anime. Sans érotisme, l’animé, enfin… Je l’ai regardé, j’ai trouvé que c’était un anime sympathique, mais un peu longuet. A part les épisodes avec Archer (« Kyaa Kyaa Archer Kyaa Kyaa ») il n’a rien de mémorable. Cependant, il permet de prendre ses marques avec la licence et de bien comprendre l’univers, partie intégrante du Nasuverse. Si vous n’avez pas vu Fate/Stay Night, allez vous rusher la série (Et l’excellent film Unlimited Blade Works (oui je suis dithyrambique) qui raconte une histoire alternative) avant de lire l’article qui suit.

PS : L’article sera illustré avec plein de screens. Parce que je le peux. Et aura plein de sauts à la ligne, parce que je sais pas structurer un texte, j’aère trop. M’en voulez pas, c’est ma première fois !

Fate/Zero // Studio : Ufotable // Débuté en Octobre 2011 // Série en 25 épisodes // Réalisateur : Ei Aoki // D’après un Light Novel de Gen Urobuchi.

Continue la lecture

AKB0048 First Stage 01 –
Stand up girls! There’s no reason to lose hope

akb0048_0128

Une idol faisant un « Kira ! » Image choisie par pur manque d’inspiration.

NockIl y a des séries comme ça. Celles qu’on ne peut pas sentir. Ou plutôt qu’on ne veut pas sentir. Alors on se met un blocage. Puis finalement, curieux, on tente. Et on est surpris.
Quant le premier épisode d’une série nommée AKB0048 sort alors qu’on bosse depuis peu dans un milieu assez hostile au groupe d’idol dont dérive le titre de la série, on se dit qu’on ne regardera jamais un truc pareil. Même si autour, on constate que la série est appréciée.
Il m’a fallu un peu moins de deux ans et la découverte de quelques œuvres du studio Satelight (qui ne manquent pas de personnalité) pour enfin me décider à tenter le coup.

Note préalable : je n’ai vu que l’épisode un de la série et, contrairement à mes habitudes, je ne suis allé chercher aucun renseignement en dehors de cet épisode.

AKB0048 – First Stage // Studio : Satelight // Débuté en Avril 2012 // Série en 13 épisodes // Réalisateurs : Hiraike Yoshimase (Working!!, Kaleido Star) et Shoji Kawamori (créateur de Macross) Continue la lecture

Macross Frontier Sayonara no Tsubasa – Open Ranka~

* Cri de fanboy *

 

Amo

Je ne suis pas un très grand fan de Macross Frontier.

Je suis cependant un très très grand fan de Ranka Lee, et ça ça serait difficile de le nier. Plus difficile pour moi serait de vraiment expliquer pourquoi. J’adore sa voix, ses chansons, son caractère (que certains résument à « une gourde » alors que euh pardon non), son physique, ses cheveux qui bougent en fonction de ses émotions, sa tenue de scène enfin bref je suis le mec le plus biaisé du monde sur Ranka Lee et, oui, en plus elle a les cheveux verts.

Mais étrangement tout le reste de la saga Macross Frontier m’a jamais vraiment emballé… si l’on excepte évidemment la musique ! L’OST de Macross Frontier est une des plus belles et plus complètes qu’on puisse trouver ici bas, que ça soit niveau chansons ou musiques de fond. Une totale réussite. Le reste ? Déjà en 2008 je trouvais la série super irrégulière. Il y’avait des excellents épisodes (l’épisode 8 par exemple), des scènes marquantes… mais aussi des passages parfois ennuyeux, parfois dépourvus du moindre interêt, parfois juste cons à se taper dessus à coup de barre à mine (il y’a un putain d’épisode ou Sheryl perd sa culotte.Et le casting était… eeerm… tout aussi irrégulier d’un point de vue qualitatif.

Décembre 2010, je jetais un oeil curieux à Itsuwari no Utahime qui est le premier des deux films Macross Frontier. Ennui total. Je mate le film en trois fois, je m’endors devant deux fois (pour l’anecdote, le seul autre film devant lequel je me suis jamais endormi c’était Blueberry en 2004JE M’ENDORS JAMAIS DEVANT UN FILM) et quand je m’endors pas je suis exaspéré par un scénario emmerdant qui multiplie les deus ex machina et les rencontres fortuites. Du coup, difficile de me motiver à mater Sayonara no Tsubasa.

MAIS VOILA. MIRACLE. TROMPETTES DU JUGEMENT DERNIER.

Je viens de le voir.

Et ok c’est parti.

Macross Frontier: Sayonara no Tsubasa // Studio Satelight // Film sorti en salles en février 2011 // Réalisateur: Kawamori Shoji (Macross Do You Remember Love ; Aquarion EVOL ; AKB0048 ; Macross Plus)

Continue la lecture

Shirokuma Cafe 01 – Les pandas, c’est surpuissant!!!

Panda, ou LA raison de suivre l’animé :3

Panda, ou LA raison de suivre l’animé :3

Ginjou Bonjour, je me présente, Ginjou, et je viens ici principalement pour réparer une injustice immonde, à savoir faire connaître cet anime malheureusement  presque inconnu de la communauté française qu’est Shirokuma Cafe. Oui, rien que ça mes chers.

L’anime étant un slice of life, il est plutôt simple à résumer. On suit simplement la vie quotidienne d’un Ours Blanc nommé Shirokuma (ours blanc en japonais), propriétaire d’un café appelé Shirokuma Cafe, soit le café de l’ours blanc. Je pense que vous commencez à percevoir le schéma de nommage ultra perfectionné qui va être utilisé tout le long de l’anime. Et afin que vous ne soyez pas perdu, il faut savoir que tout ce beau monde vit dans un univers où les animaux sont tous anthropomorphes et vivent en cohabitation avec les humains.

Shirokuma Cafe – Polar’s Bear Cafe – しろくまカフェ / Studio Pierrot / Diffusé du 05 avril 2012 au 28 mars 2013 / 50 épisodes / Réalisé par Masuhara Mitsuyuki / D’après un manga de Aloha Higa

Continue la lecture